Post has published by Nicopoleon 1er

Ce sujet a 5 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  Totaldead, il y a 4 ans et 10 mois.

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Thermopyles

    Trois cents1, pas un de plus barrent le défilé.
    Trois cents, pas un de plus vont se sacrifier
    Pour l’honneur, pour la Grèce et pour la liberté
    Contre le fourbe roi Xerxès2 et son armée.

    Il a laissé partir les autres combattants,
    Leonidas, le roi, qu’on nommera le grand.
    Mais lui, il reste là, entouré des trois cents,
    Et il rejoint sa place, droite du premier rang3.

    A l’ombre ils se battront4, trois cents contre un million5,
    Et se battront ainsi contre les cent nations
    De cet empire honni et de son « dieu vivant »

    Qui jamais ne verra spartiates à ses pieds.
    Jamais ils n’oublieront l’esprit de liberté.
    Sparte n’est pas pour elle avare de son sang.

    1 En effet, aux Thermopyles, 300 spartiates se sacrifièrent pour couvrir la retraite des grecs, trahis par un des leurs.
    2 « Roi des Rois » des perses.
    3 Dans une phalange grecque, c’est la place la plus exposée, traditionnellement réservée aux plus courageux, c’est-à-dire, à Sparte, au roi.
    4 Lorsqu’on leur dit que les flèches des archers perses cacheraient le soleil par leur nombre infini, les spartiates répondirent qu’ils se battraient alors à l’ombre.
    5 Si cette estimation est reconnue par les antiques, les historiens modernes considèrent le chiffre de 300 000 perses comme plus plausible, ce qui en fait quand même la plus grande armée levée jusqu’à celle de Darius III pour affronter Alexandre le Grand.

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    J’ai là aussi édité, toujours pour les même raisons.

    Pour ceux qui s’y connaissent : pour la phrase que je cite en note 4, est-ce que c’est plus ou moins historique, ou ce n’est que dans 300 ?

    (Oui je l’avoue, j’ai écris ce poème après avoir vu 300)

  • Participant
    Posts2625
    Member since: 12 avril 2012

    Cincèrement, tu devrais publier tes poèmes qui sont de pures Chef d’oeuvre. Je ne sais pas si on est d’accord avec moi, mais c’est mon avis.

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Merci beaucoup Totaldead c’est très sympa de ta part. J’essaie d’en faire une bonne centaine, je pense qu’en dessous c’est très difficile d’être publié (même si au dessus ça reste quand même loin d’être simple, surtout en poésie).

  • Participant
    Posts182
    Member since: 12 avril 2012

    Je ne m’y connais pas, mais je suis persuadé qu’ils auraient intelligemment tiré leurs flèches à plus ou moins une heure et demie de midi (10h30 ou 13h30). Afin que les traits descendants correspondent avec l’angle du soleil sur l’horizon et soient camouflés par les rayons éblouissants. Encore faut-il que la trajectoire du soleil ne soit pas de profil par rapport à la ligne droite virtuelle reliant les spartiates et les perses, parce qu’alors ils auraient pu tirer leurs flèches à n’importe quelle heure en profitant d’aucun avantage. Mais si, à un moment de la journée, le soleil se trouve derrière les perses par rapport aux spartiates, alors oui, les archers auraient certainement fait feu à ce moment-là, à une centaine de mètres de distance, par milliers, et ainsi assombrir la zone défendue par les soldats grecs. C’est plausible.
    Je ne suis pas sur de bien me faire comprendre.^^
    Cela dit, je pense que la pluie de flèches a été insérée dans le récit par l’auteur de la bande dessinée, parce que bien avant de lancer l’ordre de tir, les futurs généraux décapités avaient compris l’inutilité des flèches contre le retranchement et les boucliers en bronze spartiates.:)

  • Participant
    Posts2625
    Member since: 12 avril 2012

    Si tu arrives à cent poèmes, t’essaiera, ça peut marcher.

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.