Post has published by MilCookeys

Ce sujet a 7 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  mongotmery, il y a 11 mois et 3 semaines.

  • Participant
    Posts28
    Member since: 9 mai 2015

    Bon, je me remet au Forum de la Guerre après de longs mois d’absence, et quoi de mieux que d’écrire un nouveau sujet ?
    C’est dans cette optique que j’ai repensé aux Situation Militaires faites précédemment pour en faire une plus intéressante et différente en mettant plus de place à la stratégie ainsi qu’à la tactique.

    Déjà, c’est quoi,c’est où Belle-Île en Mer ? (allez-y c’est bien)
    https://img4.hostingpics.net/pics/454460Capture.png
    Belle-Ile est une ile du Morbihan (56), se trouvant dans la baie de Quiberon.
    Elle est composée de 4 villes :
    Le Palais, Sauzon, Bangor, Locmaria, ainsi que des hameaux.


    Tableau de Monet, Les aiguilles de Port Coton.

    https://img4.hostingpics.net/pics/383112Capture10.png
    Aah, ce François, un artiste…

    Bon, blagues à part, voici le contexte :

    16 février 1943,
    Huggy avait des bons tuyaux 😉 sur les défenses allemandes et pleins d’infos utile, les Alliés ont décidés qu’il fallait par tout les moyens le retrouver car il est enfermé à Belle-Ile mais les informateurs allemands savent ce qui se passe, ainsi ils vont transférer, torturer, tuer Huggy sur le continent, en un lieu inconnu dès le 18 février, heure inconnue.
    Il est donc important de réussir la mission avant le 18.
    La mission est simple, par tout les moyens (infiltration, débarquement, parachutage, diplomatie (lol), sabotage,…) la stratégie et la tactique sont des points importants.

    Infos :

    -La traversée se fait (Le Palais-Quiberon) en 30-75 minutes.

    -Météo (prévisons):
    16 fév., Beau temps, températures printanières; pluie légère en fin de journée.
    17 fév., Tempête importante le matin; fortes pluies en après-midi.
    18 fév., Brouillard matinal épai; soleil de plus en plus décourvert en journée.
    19 fév., Pluies hivernales le matin; températues printanières mais ciel couvert.
    20 fév., Beau temps… (infos incertaines)

    -Végétation de l’ile : grands “champs” de bruyère haute. L’ile est faite en petits valons.
    https://img4.hostingpics.net/pics/691232dsc0023.jpg

    -Présences ennemi : L’ile est occupé par de petites brigades renforcés par la 275e division d’infanterie (275. ID) du général Hans Schmidt auparavant à Saint-Nazaire.
    Ne pas négliger la possible présence de AA et autres défenses en côte (en jaune).
    https://img4.hostingpics.net/pics/865947Capture3.png

    -La citadelle Vauban à Le Palais est garnie d’hommes, Huggy y est surement.
    https://img4.hostingpics.net/pics/278877fdsfsdfs.png

    -Vos forces :
    1000 hommes du 2e régiment de chasseurs parachutistes ( armes à définir selon votre stratégie (Pistolet mitrailleur, fusil, fusil à lunette, arme anti-char,…)
    Pouvant être parachutés et débarqués.

    -Cartes additionnelles :

    https://img4.hostingpics.net/pics/848930Capture1.png

    https://img4.hostingpics.net/pics/472008Capture2.png

    https://img4.hostingpics.net/pics/359990Capture4.png

    https://img4.hostingpics.net/pics/642557Capture5.png

    https://img4.hostingpics.net/pics/186480Capture8.png
    Plage des Grands sables (Locmaria)

    https://img4.hostingpics.net/pics/468561Capture6.png

    -Place à la réflexion :
    Commencez par expliquer l’utilisation de vos troupes (armes,…)
    Pour rendre votre plan plus explicite vous pouvez utiliser le nom des routes (en jaunes sur les cartes bonus) ainsi que les villes
    N’hésitez pas a regarder Belle-Ile sur maps afin de vous faire une bonne idée.
    Demandez si vous voulez des précisons sur le contexte (j’essayerais de répondre rapidement…)
    Détaillez bien votre plan et soyez inventifs !

  • Admin bbPress
    Posts6307
    Member since: 9 mai 2015

    Intéressant ton jeu ^^

    Sinon, je tiens à te partager une façon plus adéquate de partager tes photos, car on doit cliquer ici sur chacune d’elles et c’est beaucoup moins intéressant pour comparer les cartes :

    À partir de ton hébergeur, clic droit sur la photo + afficher image. Copie l’adresse .jpg ou .png et colle là dans la fonction lien image en haut de ton message lorsque tu l’écris. Pour les grosses images, je conseille de mettre une limite à 700 dans taille.

    Donc au lieu de ça :

    https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_454460Capture.png

    Tu auras ça :

    https://img4.hostingpics.net/pics/454460Capture.png

    Voici la ligne finale (enlève *) :

    https://img4.hostingpics.net/pics/454460Capture.png[*/img]

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts28
    Member since: 9 mai 2015

    En effet 1000 hommes pour un indic c’est plutôt un sacrifice 🙂
    Mais l’objectif du jeu est de prendre en compte les paramètres météorologiques, physiques, géologiques du terrain à son avantage.
    Si la mission te gène, tu peux te projeter pour une capture de l’île avec peut-être une aide navale (britannique ou FNFL), à toi de voir.
    Notez qu’il est possible d’utiliser Houat, Hoedic, Quiberon, …

  • Participant
    Posts196
    Member since: 9 mai 2015

    Et on a tout le matériel qu’on veut ?
    char,explosif,support aérien…

  • Participant
    Posts28
    Member since: 9 mai 2015

    Dans la limite de la logique, les chars cela risque d’être complexe, les explosifs bien évidement c’est bien plus drôle de tout faire sauter, le support aérien est envisageable mais la défense anti-aérienne est présente.

  • Participant
    Posts196
    Member since: 9 mai 2015

    ok je m’y met ce week end 😀

  • Modérateur
    Posts8389
    Member since: 9 mai 2015

    Voici un idée de plan, je vais vous le présenter avec les différentes opérations nécessaires, avec les unités engagées, et un ordre général. Je n’ai pas essayé de faire de timing horaire. Pour les effectifs aériens et maritimes, j’avoue que je risque de dépasser les 1000 hommes, mais en effectifs terrestres, ceux-ci seront même de trop, pour des raisons logistiques.
    D’autre part je conçois ce plan en considérant qu’il faut atteindre cet objectif, quelque soient les sacrifices.
    Pour l’opération amphibie, je me suis inspiré de l’exemple en date en 43.

    Préparatifs

    Je remets les prévisions météos (qui font partie de la préparation):
    -Météo (prévisons):
    16 fév., Beau temps, températures printanières; pluie légère en fin de journée.
    17 fév., Tempête importante le matin; fortes pluies en après-midi.
    18 fév., Brouillard matinal épais; soleil de plus en plus découvert en journée.
    19 fév., Pluies hivernales le matin; températures printanières mais ciel couvert.
    20 fév., Beau temps… (infos incertaines)

    Reconnaissances:

    Des reconnaissances aériennes seront menées et les informations de l’indic utilisées pour déterminer les positions des garnisons allemandes sur l’île. Elles seront faites en parallèle d’autres reconnaissances sur Groix et Lorient pour faire croire à la recherche de sous-marins et non à la préparation d’une action sur Belle Ile spécifiquement.

    Le premier problème est qu’il faut éviter les champs de mines qui doivent protéger les abords de la base de Lorient: des sous-marins et le Special Boat Service seront mis à contribution. Néanmoins en 43, le mur de l’Atlantique n’est qu’une ébauche et il ne devrait pas y avoir trop de mines gênantes. On les considère comme de position connue et ne gênant pas les évolutions des navires dans la suite.

    Avant l’heure H

    Nous partons donc en soirée du 15 pour concevoir le plan, et exécution à partir du 16 (vu que les prévisions commencent au 16)?

    Le 16 Février au plus tôt, constitution de la flotte et briefing des pilotes. Les troupes s’équipent, préparent leurs stocks de munitions et rations à emmener, et embarquent dès que tout le monde est prêt.

    Départ de Plymouth, en profitant du beau temps. Une couverture aérienne de trois Spitifre arrive à partir de 10 heures. Auparavant, la nuit empêche les décollages (en tenant compte du temps de parcours base aérienne allemande-Plymouth. La couverture aérienne se relaie à haute altitude au-dessus de la flotte, elle doit intercepter les éventuels avions capables de voir la flottille (ces flottilles sont suffisamment inhabituelles pour que l’ennemi soit alerté, surtout après le précédent du raid sur Saint Nazaire).
    Les Spitfire doivent aussi alerter la flottille s’ils aperçoivent un navire adverse. Selon la situation, ils peuvent essayer de l’attaquer pour le détruire ou lui faire rebrousser chemin, mais le risque est alors grand qu’un avion allemand passe sans être vu. Aussi la consigne alternative est d’avertir la flottille si un navire allemand est repéré.

    Consignes de la flottille contre la présence navale adverse

    Si l’adversaire passe derrière la flottille et est moins rapide, ou a un cap divergent, l’ignorer.
    Si la rencontre visuelle avec l’adversaire ne peut être évitée, dresser des pavillons allemands sur tous les navires, approcher le chalutier armé (les autres navires sont trop reconnaissables) et attaquer les navires adverses au plus près (en ayant échangé les drapeaux au dernier moment selon la tradition). Si les Allemands se rendent, les interroger succinctement, puis les faire embarquer sur leurs canots avec leurs provisions et des rames, sans radio ni armes, et couler leurs navires. Si certains d’entre eux ont été basés à Belle Ile, les emmener pour servir de guides.
    Ne pas alerter l’Air Rescue britannique, si des prisonniers sont toujours intéressants, le silence radio est trop important.

    Composition de la flottille

    Un chalutier armé : doté d’un armement anti aérien, il peut à la fois défendre contre des avions, mais aussi fournir un appui contre des navires légers adverses, et contre les défenses légères de la côte telle que l’infanterie non retranchée et les mitrailleuses.

    Deux vedettes lance-torpilles MBT : armées de torpilles, elles peuvent dissuader les navires adverses de s’approcher. Bien qu’armées de quelques mitrailleuses, elles ne peuvent véritablement s’attaquer aux défenses côtières adverses, même les plus légères.

    Un chasseur de sous-marins : Un U-Boote est si vite arrivé, surtout à proximité de Lorient, et l pourrait faire une hécatombe dans la force d’attaque avec son canon de bord : le chasseur de sous-marins pourra se charger de ce danger, et son armement de pont pourra servir, comme pour le chalutier armé, de support aux troupes.

    Deux LCI, 1 Landing Ship Tank pour transporter du matériel de débarquement et servir de PC mobile.

    Si possible des LCI renforcés en armement pour soutenir les troupes au sol, et se servant du peu d’habitude des Allemands à ce genre de combats pour éviter que les tankistes ne les visent.

    Des vedettes (à calibrer selon le nombre d’hommes).

    Composition de la force d’assaut

    Deux sections de 13 hommes embarquées dans des planeurs CG-4 Waco « Hadrian », eux-mêmes remorqués par des avions bimoteurs (Dakota par exemple).
    Ces planeurs, dotés d’un train très rapproché d’un fuselage long et courbé, pourront atterrir sur les terrains de bruyère de l’île sans risquer de capoter. Ils atterriront entre 500 mètres et 1 km du fort. Les pilote et copilote ne sont pas comptés dans la section de combat, ils agiront en sentinelles des arrières de la section.

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8a/Waco_Hadrian.jpg/250px-Waco_Hadrian.jpg

    Ces deux sections de 13 hommes sont chargées d’isoler le fort rapidement, et de repérer les entrées possibles et les défenses adverses. Si possible (mais c’est très peu probable), elles pourront entrer dans le fort et tenter de libérer l’indicateur sans attendre la force amphibie.

    Un Westland Lysander : cet appareil souvent utilisé pour des liaisons avec les mouvements de Résistance en Europe et en Asie, bénéficie de distances d’atterrissage et de décollage très courtes. Il sera chargé d’atterrir près du fort (le champ près des maisons sur la photo), voir sur une des surfaces planes du fort, et d’embarquer l’indicateur pour le remmener en Angleterre dès sa libération.
    Ainsi, et d’une certaine manière cyniquement, l’objectif de la mission sera accompli et sécurisé avant que la force d’assaut ne soit assurée d’un retour à sa base…

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c0/A_Westland_Lysander_of_No._13_Squadron_RAF_based_at_Hooton_Park%2C_Cheshire%2C_provides_aiming_practice_for_members_of_the_Home_Guard%2C_at_the_Western_Command_Weapons_Training_School_at_Altcar%2C_near_Formby%2C_17_September_1940._H4209.jpg/220px-thumbnail.jpg

    Le Lysander : avec un rayon d’action de 1000 km, son action sur Belle-Ile est relativement aisée.

    https://img4.hostingpics.net/pics/976035icon.jpg
    Le fort et le champ en haut à gauche

    Force amphibie : Le reste des 1000 hommes est à bord des LCI et LCA. Ils devront débarquer entre Le Palais et la position estimée des Panzer IV de l’Est, avant l’aube. Ainsi, on peut espérer que ceux-ci interviendront trop vite, de nuit, sans attendre un soutien d’infanterie de Locmaria, et seront détruits plus aisément.
    L’armement est uniquement celui d’une infanterie, avec des armes lourdes et du matériel de sape. L’armement antichar consiste en des grenades à main. Les fantassins devront le plus vite possible en milieu urbain près du fort, pour préparer leur attaque à l’abri du harcèlement du fort et des contre-attaques des forces venant des autres points de l’île.

    Réserve : une réserve d’une compagnie d’infanterie sur deux LCI restera en mer. En théorie, les navires pourraient la déposer sur une plage près des troupes attaquant le fort –là où leur présence sera la plus nécessaire probablement, et la rembarquer pour la déposer si nécessaire autre part. Mais en pratique, la houle bretonne rendra difficile le rembarquement et ralentira le déplacement pour s’éloigner du large. Il est donc préférable de garder le maximum de liberté de mouvement pour cette réserve en la maintenant en mer.

    Appui

    Un bombardement aérien sera mené sur la base sous-marine de Lorient, voire sur Quiberon si les Allemands y ont des navires ancrés.
    Ce bombardement, effectué par le Bomber Command, pourra se planifier presque entièrement à part puisque la distance entre Belle-Ile et la côte et la limite très visible du rivage rend peu probable des erreurs de pilotage entraînant des bombardements amis.
    Seule contrainte : il doit arriver dans l’idéal entre une demi-heure et une heure avant le début de l’attaque.
    Notez que ce type d’actions sur Brest et Lorient sont si fréquentes que ce bombardement ne sera ni une diversion, ni une alarme pour les Allemands. L’idée est d’empêcher les sorties de navires allemands.

    Présence aérienne au dessus de la zone de Lorient et Quiberon. Sans elle, la base sous-marine de Lorient pourra faire sortir tous ses moyens (chasseurs de sous-marins en particulier) et nettoyer la force d’assaut en quelques heures). Il faut à tout prix priver l’ennemi de liberté d’action, autrement dit le contenir dans la rade de Lorient.

    Utilisation de chasseurs bombardiers Hawker Typhoon pour neutraliser les défenses anti aériennes autour du fort.
    Utilisation de 3 B-26 Marauder pour étendre des écrans de fumée autour du fort de Vauban où est détenu l’indicateur.
    Ces avions devront envoyer un signal sur une fréquence radio donnée, pour signifier si leur mission est un succès. Selon le résultat, les planeurs interviennent à leur suite ou ils attendent l’intervention amphibie qui doit neutraliser ces défenses.

    Rembarquement

    L’indicateur sera évacué par air, mais les troupes auront besoin du port du fort pour évacuer. Les vedettes y entreront.
    Une action de support de l’aviation, incluant un bombardement en particulier des environs du fort, devraient permettre de couvrir leur retraite. Les avions attaqueront de l’intérieur à l’extérieur pour ne pas risquer de larguer leurs bombe au-dessus du fort occupé par les troupes alliées à ce moment (souvent les pilotes les larguent trop tôt à cause de la DCA), et pour pouvoir sauter au-dessus du fort ou des vedettes s’ils sont touchés.

    Qu’en pensez-vous?

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Modérateur
    Posts8389
    Member since: 9 mai 2015

    Une solution un peu plus simple, mais plus risquée étant donné le peu de résistance présente sur l’île, est de mener une opération comme l’attaque de l’opération Jericho. Mais l’aviation allemande pourrait s’y opposer.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.