Post has published by ValeureuxRenard

Ce sujet a 25 réponses, 5 participants et a été mis à jour par  Zaratous, il y a 1 jour et 15 heures.

25 sujets de 1 à 25 (sur un total de 26)
  • Participant
    Posts350
    Member since: 27 août 2014

    Salut à tous, j’ouvre cette section afin de collecter les récits en lien avec la campagne Skaven de Batbaileys sur le jeu Total War Warhammer 2.

    Au plaisir de vous y lire.

  • Admin bbPress
    Posts6283
    Member since: 5 août 2017

    Merci pour l’initiative ^^ Ceci dit, tu peux en transférer quelques-un se trouvant déjà dans les commentaires en y appliquant ta forme particulière? N’hésites pas à partager le lien vers ce sujet aux auteurs par le fait même 😉

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts350
    Member since: 27 août 2014

    Je vais faire de mon mieux mais je ne promets rien.

  • Participant
    Posts350
    Member since: 27 août 2014

    *RP de l’épisode 1 – La Tanière de Queek – par VuldEdone*

    “C’est l’histoire du skaven qui était occupé à ne pas se faire manger par ses compères, si si si ! Quand les rats du clan surgirent et crièrent : “À la surface ! À la surface ! Battez-vous pour Queek si vous voulez manger !” Le skaven voulait surtout ne pas se faire déloger à coups de lances, si si si ! Alors il courut avec les autres et soudain la lumière du jour le surprit ! C’était aveuglant, et effrayant, parce que des choses elfes couraient vers lui avec leurs boucliers et leurs lances ! Le skaven eut peur, il voulut retourner dans les galeries mais les autres skavens le bouchaient et l’emportaient dans leur course ! Le skaven couina, la tête contre terre, pattes sur son museau et le train tourné vers les choses elfes, mais ces derniers couraient désormais vers une forêt proche, et on le força à courir après eux, ou on le mangerait, si si si ! Voilà comment il finit sa journée, à poursuivre un ennemi qu’il suppliait de ne pas rattraper.”

  • Participant
    Posts350
    Member since: 27 août 2014

    *RP de l’épisode 1 – La Tanière de Queek – par Tatou blindé D’Aldebaran.*

    On rapporte l’histoire de deux Skavens issus du même géniteur. Alors qu’ils exploraient les bois, ils rencontrèrent un Minotaure affamé. Ils eurent la sagesse de s’enfuir, mais le monstre les poursuivit des kilomètres durant.
    « On ne pourra pas distancer cette horrible-horrible créature. » dit le premier Skaven en haletant.
    Le second acquiesça avec un petit grincement de dents. « Et nous n’aurons pas besoin de le faire, » ajouta-t-il.
    Plein de doute quant aux motivations de son congénère, le premier Skaven lui demanda : « Que veux-tu dire-dire par là ? » Et en guise de réponse, le second Skaven fit un croche-pied à son frère avant de répliquer : « Il suffit que moi-moi, je te distance, toi-toi ! »
    Fable extraite des Leçons du Rat Cornu

  • Participant
    Posts350
    Member since: 27 août 2014

    *RP de l’épisode 1 – La Tannière de Queek – par Ormagoden Dio.*

    Mon Nom est Ratchtit Hik je suis un apprenti technomage du clan Skryre. J’ai décidé (comprenez été obligé) de servir dans l’ost du seigneur de guerre Queek Coupe tête du clan Mors. La guerre contre les choses elfes est une opportunité pour moi moi moi qui remarquera la mort d’un vieux technomage incompétent pétent? Mais d’abord je dois me débarrasser rasser des autres apprentis vite vite…

  • Participant
    Posts350
    Member since: 27 août 2014

    *RP de l’épisode 2- La contre-attaque de Siaisullainn- par Fenjo Fenjo.*

    Petit récit sur une note retrouvée dans Scrag Hole: Je me sens trahit … On était en patrouille dans les ruines de cette ancienne cité pour attraper les éclaireurs skavens, car ils paraissaient qu’une armée de ces ignobles créatures était en approche.
    Quand on est tombés nez a nez avec un groupe de ces rats dix fois plus nombreux que nous! On c’est battu et l’une de ces vermines m’a planté une dague au niveau de mon ventre puis un violant coup de je ne sais quoi sur la tête! Ensuite j’ai du perdre connaissance je pense.
    Notre groupe a sûrement gagné vu le nombre de corps rat sur le sol. Mais je sais pas comment ils ont fait mais ils m’ont oublié ! Moi le meilleur combattant du groupe !
    Et le pire c’est quand je suis revenu au campement de l’armée, ils n’y avaient plus personne, rien, ils ont levé le camp. Maintenant je suis seul ici et je crois que les rumeurs sur le fait que une armée skavens soit en approche est vrai. Ils ne m’ont pas encore trouvé mais j’entend de plus en plus de rats déambuler dans Scrag Hole.

  • Participant
    Posts350
    Member since: 27 août 2014

    *RP de l’épisode 2- La contre attaque de Siaisullainn – Ormagoden Dio.*

    Le rat cornu est avec moi moi moi. Drazzt ce parvenu apprenti favorisé par notre maitre m’as tourné le dos pour me défier d’oser le poignarder. Cet idiot orgueuilleux aurait mieux fait de regarder vers le plafond car quand j’ai sorti mon poignard ce n’était pas pour lui mettre dans le dos mais pour couper la corde qui retenait la cloche du nouveau temple… un accident malheureux quand même…non? Le vieux Skatrak était furieux et j’ai réussi a faire porter le chapeau a Ratbag…cette limace famélique…deux apprentis en moins en une journée..deux repas gratuits gratuits…plus que trois apprenti…puis la maitre maitre…j’ai gardé un peu de peau de chacune de mes deux victime…Peut être oserais je les faire consacrer? un talisman en peau de rival m’aidera surement a continuer de briller devant le rat cornu.

  • Participant
    Posts12
    Member since: 23 février 2016

    *RP de l’épisode 2 – La contre attaque de Siaisullainn- par awesome jump.*

    Récit RP d’une Vermine de choc de la garde rapprochée de Queek:

    Manger… Manger… Manger ! J’ai si faim faim, chair de chose elfe si tendre. Je sens encore leur odeur, leur goût dans ma bouche. Mais partie, nourriture partie ! Ville vide. Choses elfes parties sans se battre. Donc pas de cadavre pour nourrir. Les esclaves ont mauvais goût, moi moi pas aimer eux. La prochaine bataille sera un festin pour moi et mes frères de La Griffe Droite. Queek a promis que vermines de choc première à se servir, oui oui. Queek grand chef magnanime. Les choses elfes veulent vengeance, ils n’auront que la mort. Nous nous abreuverons de leur sang ! Nous rongerons la chair sur leurs os brisés ! J’ai tellement FAIM !

  • Participant
    Posts350
    Member since: 27 août 2014

    *RP de l’épisode 2 – La contre attaque de Siaisullainn – par Readark Oméga.*

    Ils sont là. Je le sais, je les entends. Ils grinçent, ils creusent, ils dévorent. Pourquoi ? Pourquoi m’a-t-on envoyé surveiller ce trésor ? Seul dans la mer, je peux le comprendre. Rien ne me retenait parmi mes semblables, et mon seigneur-elfe voulait plus d’information sur ces ruines. Mais les Skavens sont là. Ils arrivent. Plusieurs dizaines, envoyés depuis notre ancien port, qu’ils ont renommés Skaven Coast. Je les entends ricaner. Je les entends murmurer le nom de celui qui viendra revendiquer cet endroit. Une bête immonde, un rat ignoble. Stretch Sctratchewscar. Je hais ces vermines peureuses, mais a les entendre parler de ce animal, mon coeur semble se remplir aussi de crainte. Mon devoir est clair. Ma vie, je l’ai offerte a mon seigneur, et il m’a demandé de protéger ce trésor. Je ne sais si je suis à la hauteur de Stretch, mais j’espère que mon poignard saura trouver le chemin de son coeur, ou, à défaut, du mien.

  • Participant
    Posts350
    Member since: 27 août 2014

    *RP de l’épisode 2 – La contre attaque de Siaisullainn – par SysyFou.*

    Siaisullamn a ordonné à moi et à mon unité de le suivre tôt ce matin je ne sais pas trop bien où l’on va mais je pense reconnaître les environs de la ville tomber entre les pattes skavens. Si nous allons les affrontés j’espère un jour revoit mais femme.

  • Participant
    Posts350
    Member since: 27 août 2014

    *RP de l’épisode 2 – La contre attaque de Siaisullainn – par Infernal Sauron.*

    Lieutenant Vernir entrée de journal n°1:

    La nouvelle de la chute de Dawn’s Light a démoralisé toute l’armée, même le chef semble être atteint. Hier il nous a donné nos directives: ramassé la totalité des biens de Scrag Hole et se préparer afin de rejoindre la capitale locale Tor Surpindar, je sais pas ce qu’il a derrière la tête en laissant l’avantage du territoire à ces rats mais un chose est sûr c’est un mauvaise idée, peut être le désespoir l’aurait rendu fou.
    Aujourd’hui on en a appris plus sur le plan du capitaine, il compte se replié afin d’assemblé plus de force pour une contre-attaque c’est pour ça qu’il a aussi réquisitionné la garnison sur place. Ce plan est dangereux nos ennemis ne sont pas des imbéciles, ils préféreraient nous attendre sur la plaine plûtot que prendre d’assault Tor Surpindar. Les soldats sont pressés de partir pour la capitale si seulement ils savaient ce qu’ils les attendent.

    Fin de rapport.

  • Participant
    Posts350
    Member since: 27 août 2014

    *RP de l’épisode 2 – La contre attaque de Siaisullainn – par DeadStrike.*

    Journal d’un soldat elfe trouvé sur le squelette de son propriétaire

    J’y crois pas on a abandonné scrag hole à ces putain de skavens y on déjà pris deux de nos ville ces enfoirés.

    Aujourd’hui on est partit pour affronter Queek le chef des sakven qui nous attaque depuis des jour.
    J’ai peur on raconte que ces saleté de rat bouffe leur ennemis après avoir gagné.

  • Participant
    Posts350
    Member since: 27 août 2014

    *RP de l’épisode 2 – La contre attaque de Siaisullainn – Themistocle stratège.*

    Récit rp d’après un manuscrit trouver trouver dans les ruines du palais d’un chef de clan

    Cher journal moi être soldat dans régiment right claw nous avoir beaucoup marcher mais après moi novice dans armé nous bientôt affronter grande armé de chose elfe moi surtout espérer survivre et même temps gagner prestige auprès de Queek coupe tête en tuant chef de right claw et ainsi être chef de clan en plus de manger chose elfe

  • Participant
    Posts11
    Member since: 12 avril 2013

    *RP de l’épisode 3 – La capture de Siaisullainn*

    L’histoire de Strech Scratchewscar partie 1 :

    L’histoire de Strech Scratchewscar partie 1 :

    Bleu. Bleu. Bleu. Raaaaaaaaaah. Non, non, non. Marre du bleu. Marre de l’eau. Je suis Stretch Scratchewscar. Oui, oui ! Pas une vermine esclave ! Raaaaah ! Maudits, maudits, soit cette langue d’argent. Je l’ai tué. Oui, oui. Une fichu brute. Le plus fort des souterrain, hein ? Menteur. Oui, oui. Menteur ! Tu est mort pas fort ! HA HA !

    Je l’ai tué et je suis devenu le plus fort des souterrain ! Et puis après un rat. Une vermine ! M’approche. Il me dit qu’il vient de la part de Queek. Queek ! On ignore pas Queek non, non. Non non non. Et puis il me dit “Stretch. Queek est impressionné. Oui, oui. Il veut ta force pour les Skavens et pour le Clan.” OUI ! Bien sûr qu’il la veut. Tout le monde doit la vouloir. Tout ceux qui comptent de toute façons ! Et il continue “Tu sera général oui, oui. Tu auras une expédition et tu chasseras les choses-elfes dans les grandes eaux. Tu auras des trésors et de la gloire oui, oui !” Menteur ! Menteur toi et ta langue d’argent !

    J’ai dit oui ! Maudit Stretch ! Maudite vermine ! Et maudit… non pas maudire Queek. Dangereux, oui, oui.

    Maintenant je suis au milieu de l’eau ! Encore de l’eau et plus d’eau ! Du bleu, du bleu, du bleu. Raaaaaaah ! Seul sur une coquille de noix. De la vermine qui me regarde. Je les tuent tous. Un seul navire contre Stretch ? Oh oui oui. De quoi me faire plaisir oui, oui…

    NON ! Pas maintenant ! Un trésor plus loin et la Vermine qui râle à la maison. Il y aura un moment, oui, oui. Un meilleurs moment.

  • Participant
    Posts11
    Member since: 12 avril 2013

    *RP de l’épisode 4 – Le Siège de Tor Surpindar*

    L’histoire de Stretch partie 2 :

    Des nouvelles ! Enfin ! Oui, oui ! On a vu de la terre au loin ! On a chassé des oiseaux ! Enfin ! Des centaines de mouettes qui tourne est pointe vers la carcasse ! Une bête géante. Oui, oui ! Je suis riche, riche ! Et Queek à porté son regard ici ! Il c’est souvenue de moi, moi !

    Nous avons récolté les organes et les avons renvoyé à la capital pour la nation et ma gloire oui, oui. Elles seront malades les vermines du terrier ! HA ! Pauvre petit stretch ? Pauvre incompétent ? JE SUIS GÉNÉRALE ET JE PORTE LA RICHESSE ! Oui, oui.

    Et la faveur des dieux ne m’a pas oublié après cela ! Non, non. Une ville ancienne toute morte, toute vide. J’ai pris la vermine avec moi et nous sommes descendu dans les profondeurs. Une caserne pleine d’arme. Tout de suite la vermine c’est jetée dessus. J’ai du en tuer quatre qui ont cru pouvoir me tuer et sept qui ou cru pouvoir me voler. Belle journée oui, oui.

    Tout le monde aurait pris les armes et auraient été content mais pas Stretch non, non. Moi j’ai écouté la petite voix qui vient de loin. Pas celle de la mer non, non. Plus de bleu. Plus de bleu ! PLUS DE BLEU TU M’ENTEND ?! Oui, oui c’est mon bleu maintenant. Je décide. Je vois le vert et l’ocre des rats, des Skaven. Queek me regarde ! Il va peut-être même me donner un nouveau nom comme les vétérans !

    Les murmure oui, oui. J’y viens, J’Y VIENS !.. On ne me presse pas, non… non, non on ne me presse plus. Je cherche plus loin, je pousse les vermines plus fort et je trouve un temple ! Oui, oui ! J’en ait fait un tas de Malpierre deux fois plus gros que le plus gros tas du Clan ! Pas plus gros que celui d’un prophète non, non. Plus gros que tout nos prophète ! Oui, hahaha, oui !

    J’aurais pu partir avec mais… Queek n’aurait pas aimé non, non. Et en plus j’en trouverais d’autre si je lui obéi. Qui me surveille ici hein ? Je suis le plus grand Skaven du clan Mors sur ces terres après tout. Oui, oui. Tant que Queek ne vient pas bien sûr. Mais pourquoi venir ici ? Le clan à besoin de lui loin, loin et moi aussi.

    Maintenant j’attends des ressources et des ordres pour ces ruines. J’en ferrais le plus grand terrier, oui, oui. Les esclaves que l’ont a fait dans les alentour l’appelle Chupayotl… Je pense, pense qu’il fallait vraiment qu’un rat plus malin que le précédent bâtisseur renomme ce tas de boue. Un rat comme moi, moi.
    Ha ! Même les esclaves me dirons merci !

    Je me demande… Stretch’s discovery ? Stretch’s Nest ? Ou plus subtile comme… Best Rat’s Place ? Ou en raport avec la bête… Leviatan’s Funeral ? Leviatan’s Tomb ? Squid Crash ? Pitless Guts ?
    Des idées oui, oui tellement d’idées… Nous verrons.. oui, oui. Nous verrons.

  • Participant
    Posts11
    Member since: 12 avril 2013

    *RP de l’épisode 5 – 1/2 – Le Pestiféré du Nouveau Monde

    L’histoire de Stretch Raider partie 3 :

    C’est étrange… Je regarde l’océan et je vois deux choses. Je vois l’un des pire moment de ma vie et tout ce pourquoi je suis connu. Stretch Raider… Stretch Raaaider… Raiiiiider… Celui qui, par les eaux conquière la terre. Oui, oui. Stretch Raider le plus grand Skaven de l’Ouest ! Cette mer qui à failli me tuer sera mienne au final. Oui, oui.

    Je suis dans ma ville. Pitless Guts, la pleine de vie. Papa Nurggle m’a vu. C’est lui qui à mis la grande bête sur ma voie. C’est lui qui m’a montré la Malpierre. C’est lui que je vénère. Oui, oui. Tu donne et tu gagne. Il prend et il rend. Oui, oui. C’est la voie de Nurggle.

    La pestilence à parlé par la bouche du clan. Elle voulait se répandre dans le nouveau monde. Elle m’offrait d’être le porteur. D’être un peu plus proche du Dieu qui m’a aidé. Il parait qu’ils ont demandé. Il parait qu’on aurait pu dire non ! Myahahah ! Non, non ! On ne pouvait pas dire non ! ON NE POUVAIT PAS ! Je suis Stretch ! Et Nurggle m’en est témoin le sang aurait coulé depuis Pitless Guts par vague de maladie sur toute les villes de ce monde.

    Mais ce n’est pas la peine. La pestilence est là. Oui, oui. Calmante, sereine, assuré. Hé hé hé. Même le clan à eu peur. “Non, non. La maladie trop forte. Elle tue, tue même nos rats !” Bien ! Bien, oui ,oui. Seul les forts. Seul ceux comme Moi, Stretch ! Seul ceux qui le mérite peuvent servir notre père à tous.

    Queek… Je lui dois beaucoup n’es ce pas ? Nurggle prend et puis il rend. J’ai cru que Queek avait tout pris pour rien. Qu’il m’avait laisser pourrir. Oui, oui pourrir. Mais en vrai c’était ça ! Il fallait que je vois la vérité. Il fallait que j’embrasse Nurggle. Oui, oui. Je le vois maintenant, que le Changeur m’avait tenté. Tout ce bleu… Hé hé hé. Navré seigneur Tzeench mais papa Nurggle avait de meilleurs argument. Oui, oui. De l’or et du pouvoir. Oui, oui.

    Queek sais ce qu’il fait. J’aurais du le voir mais Scratchewscar était aveugle. Raider lui… Il le vois. Il est l’heure pour moi de donner. Je sais que quand le moment viendra je gagnerais. Oui, oui. Le Sud est riche et vide. Fertile pour les rats… et aussi pour la pestilence.

    Xlamsec et Kaian. C’est comme ça que les ruines s’appelle selon les esclaves… Je me demande si ils ne se moque pas de moi… Les torturés dise que non et que c’est bien le nom des villes mais… Je dois admettre que je ne suis pas surpris qu’il ne reste plus que des ruines. Non, non. Qui voudrait vivre dans… Kaian ? Ou Xlamsec ? Clamsec ? Peut-être que les traducteurs ont eu du mal ? Dry Clam ? Coquille sèche ? Hein ? Xlamsec est la ville de terre pas celle de mer ? Les anciens étaient fou ou débile. Oui, oui.

    Mais qu’importe ! Car c’est Stretch qui mettra un nom sur ces villes maintenant ! Enfin lui ou Queek bien sûr. Oui, oui. Cela doit être en l’honneur de Nurggle… Pour les champs… Rotten Shell ? Simmering Hatching ? Blooming Rot ? The Vile Nest ?

    Et pour le port… Fetid Water ? Fool’s Beginning ? Hé hé. Me ferrait penser à moi. Oui, oui. South Edge pour sa location ? Putrid Hope ? Hum…

    Non, non. Je vais trop vite. Je ne suis pas encore dans les villes et les coffres se vide. Des problèmes vont grandir en chemin et je ne peut pas me laissé distraire, non, non. Pas d’armée pour le Raider. Les rats sont demandés pour la guerre. Alors Stretch doit faire plus de travail que tout le monde car je suis le meilleurs rat qui soit. Oui, oui.

    Mais être le porteur à un prix. Mes bras n’obéissent pas toujours. Il arrive que mes jambes m’abandonnent pour un temps. Ma queue et mes moustaches ne frémissent plus comme avant. Et mon ventre tente de fuir l’embrasse de mes cotes par ma bouche. Pendant ce temps mon corps demande pitié. Il crie pour que je daigne le regarder. Que je fasse taire mon devoir en sa faveur.

    Mais Dieu sait que Stretch survivra et qu’il ne faillira pas. Il m’a protégé de ceux qui aurait voulu me tuer. Personne n’approchait le grand Stretch car lui seul pouvait vivre avec la bénédiction. Oui, oui. Déjà les mouvements me reviennent petit à petit. La rébellion de mon corps fou se tait lentement mais surement. Il en sera de même pour le monde. Ils se voilent la face avec leurs espoirs mais petit a petit avec l’implacabilité du soleil et des lunes, Nurggle avance et gagne.

    Nous ne sommes pas la maladie, non, non. Ce monde fou croit que le remède est la maladie. Myahahahah. Ne t’en fais pas monde. Le vortex est là et bientôt, toi aussi tu sentira la douce embrasse de papa Nurggle. Oh oui ! Oh oui, oui !

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    Je viens de lire tous ces petits extraits de récits RP, c’est bien sympathique, continuez ainsi ! 🙂

    Une Spartiate équipant son fils : "Reviens avec ce bouclier au bras ou bien dessus"

  • Participant
    Posts11
    Member since: 12 avril 2013

    *RP de l’épisode 5 – 2/2 – Le Pestiféré du Nouveau Monde

    L’étudiant en ingénierie.

    Il y a peu, Clan Moulder à été détruit, non, assimilé, oui, oui. Assimilé par le grand Queek. Pas un combat, non, non, pas une guerre, juste du démontage. Queek à observé, puis il a retiré les morceaux durs qui tenaient l’ensemble et enfin il a jeté les mauvaises pièces et gardé les bonnes.

    Efficace, oui, oui. Beau même… Mais pas parfait, non, non. Rats dans les tunnels pas content. Toujours “loyal” aux morts et vaincus. Rats Moulder pas très malin. Mais rats Moulder intelligent quand même. Laboratoire plein de jolie choses. Oui, oui. Mais plein de pièges aussi.

    C’est là que j’arrive, oui, oui. Petit groupe d’ingénieurs qui regarde quel piège désamorcer à l’esclave et quel piège désamorcer à la patte. Travail long mais intéressant, oui, oui. Nouvelle chose partout et pas tout le temps le maitre à plaire, oui, oui.

    Et puis pendant travail grand bruit. Nous inquiet. Grand bruit dans tunnel ? Pas bon. Grand bruit dans laboratoire ? Pas bon, non, non. Pas bon du tout. Messager envoyé et revenue. Bruit être les survivants de l’armée et de la garnison qui contre attaque.

    Nous beaucoup rire. Eux pas nombreux, pas bon et pas malin. Eux mort. Nous avoir du moins rire et plus travailler car nous avoir vu arriver de l’autre coté des pièges un groupe de rats. Pas des rats Mors, non, non. Des Clan Moulder ! Oui, oui ! Vilain rats sont passés devant nous et ont emmené ogre rat pas finit mais ça pas grave. Eux avoir emmené catapultes !

    Les catapultes Plagueclaw ! Le bois le plus fort des Skaven, qui vient directement de la surface ou des racines des plus gros arbres. De la Malpierre juste pour le contre-poids et le petit plus qu’elle apporte contre les choses téméraire. Et enfin la pestilence dans chaque munition. Tout ça partie comme choses-elfes devant Queek ou esclaves devant piège. Juste… Pfiout ! Plus là.

    Autre étudiant même pris pierre lancé par frondeur. Ça pas grave, même bon pour moi. Oui lui avoir pris pierre derrière la tête, lui très distrait. Lui peut-être encore en vie si lui plus attentif et regarder vers menace.

    Bref. Dès qu’il l’apprend Queek envoie Chargelocke chasser voleurs. Oui, oui. Un peu bizarre que lui chercher voleurs de catapulte et d’ogre dans petit tunnels et nids des riches rats ancien Moulder mais moi, moi pas stratège, juste ingénieur. Étudiant oui, oui, je sais. Étudiant ingénieur. Content ? Maintenant se taire ! Moi, moi pas finis.

    Maitre ingénieur pas fini avec laboratoire et autre étudiant… distrait, oui, oui. Donc moi envoyé avec Queek pour liaison. Mais non moi pas mère de portée ! Liaison : communication, pas liaison : gestation ! Idiot, vraiment. Bref moi, moi, rejoindre entourage Queek et pas longtemps après, paf ! Révolte. Rats ancien Moulder pas aimé que Chargelocke fouille, pille “leurs” tunnels.

    Eux avoir armée, eux avoir général, mais eux toujours pas malin car Queek avoir meilleurs armée et lui être meilleurs général. Nous partir vers combat et là je les vois ! Les catapultes ! Oui, oui ! Rats ogre aussi mais eux pas vraiment important.

    Que la bataille était belle. Les boulet volaient là haut et tombait ici bas. Oui, oui. J’aurais voulu être avec les Claws de Queek juste pour pouvoir vivre ça ! Mais moi pas sur le front… Si moi avoir été peut-être, peut-être… Enfin…

    Queek envoie petit rats inutile droit sur les catapultes pour les empêcher de tirer. Marche un peu oui, et un peu non mais au final armée arrivé au contact. Combat être sanglant et court. Les choses pas rat appelle ça brutal. Moi j’appelle ça samedi soir au labo, mais les choses pas rat un peu folles de toute façons.

    Et c’est là qu’est le malheur ! C’est là que frappe l’infamie ! Les rats Mors ont cassé le catapultes ! Ils ont pris le bois et l’ont coupé et mordu et griffé jusqu’à ce qu’il se brise. Il ont vu la Malpierre et ils ont tapé et frappé et secoué jusqu’à ce qu’elle se casse. Ils n’ont pas touché aux boulets, non, non. Eux idiots mais pas fou.

    Maintenant catapultes toutes neuves complètement en miettes. J’ai ramassé morceaux ! Tous ! Petite miette pas là, petites échardes par ci. Hop, hop, hop. Poussière de Malpierre et tout en tas. Quand Queek à vu ça il a arrêté de bouger un instant et m’a regardé. Moi pas fier et moi très peur ! J’ai gigoté un peu et je lui est vite dit que c’était catapultes et qu’avec de l’aide moi pouvoir les reconstruire. Oui, oui.

    Je crois que lui impressionné, oui, oui. Non lui vraiment pas apitoyé j’en suis sûr, sûr. Il a appelé mécanicien ! Oui, oui Juste pour réparer catapultes ! Et préparer siège des choses-lézards mais ça juste parce que Queek grand stratège qui pense toujours plus loin. Bon… mécano plus concentré sur construire nouvelle choses que réparer catapultes. Mais juste coïncidence oui, oui.

    Lui plus haut que moi donc pas mes ordres qu’il suis, mais je sais qu’un jour je recréerait ces, oh si belle et magnifique, catapultes. Je le sens jusque dans mes moustaches.

  • Participant
    Posts11
    Member since: 12 avril 2013

    *RP de l’épisode 6 – 1/2 – Défier Kroq-Gar*

    L’histoire de Stretch Raider partie 4 :
    Inspire… Sens l’air qui rentre par ta gueule et se dirige vers tes poumons qui se remplissent lentement jusqu’à être plein à craquer de la fraicheur… Expire… Pousse l’air si doux. Sens tes poumons se vider de se torrent d’air qui cartographie ta gorge avant de fuir par ton nez et ta bouche. Hé… hé, hé. Hé hé hé hé HA ! Encore, encore.

    Inspire… Expire… Inspire… Expire… Ha ha ha HA ! Inspire, expire, respire ! Je peut respirer ! La maladie c’est installée et mon corps m’a enfin compris ! Oui, oui ! Il obéi à nouveau ! Les poumons se remplissent, Inspire… Expire… L’estomac garde la nourriture ! Les yeux regardent le lointain et le proche avec la précision d’avant et l’envie de toujours ! Je ressens les gouts ! Le gout de l’air, du pue de ma gorge, de la chaire des proies, de la poussière des ruines ! Oui ! oui !

    Seul mes membres sont récalcitrant. Mes plus fidèle compagnons mais aussi les plus têtus. Long à soigner et long à comprendre. Même maintenant ils sont plus lent que dans mes souvenirs et l’une de mes jambes essaye même de se dérobé sous moi à chaque fois que je marche ! Mais ça y est ! Mon poil reviens. Oui, oui. Mes plaies se referment et mes muscles se réaffirment. Stretch revit encore !.. Suis-je immunisé au sort nécromancien pour avoir revécu autant ? Aurait du demandé au chaman tiens.

    Oui les ruines ! Oh la route était si longue pour arriver jusque là. Oui, oui. Marcher, marcher et marcher encore dans un corps en révolte. Je sais que j’ai passé plus de temps sur les flots mais c’est si dur à croire maintenant. Tellement de choses en si peu de temps… Amusant vraiment.

    Oh j’en ait croisé des choses en route mais j’ai du faire la vermine et rester loin des regards. Il ne fallait surtout pas que les choses pas rats comprennent que les Skavens tiendrait bientôt les lieux. Il fallait prendre les ruines discrètement. Stretch n’a pas d’armée après tout. Non, non. Il est “vulnérable”. Pas faible ! Vulnérable c’est quand le fort et dans une position… pré cai re : pas en équilibre. C’est dangereux mais pas faible, jamais faible. Non, non.

    J’aurais tellement aimé les saluer… Les choses-bêtes et les choses-vertes. Ma lame qui se glisse entre leur côtes une fois, deux fois, trois fois. Un, deux, trois p’tit rats. Et un dernier dans le foie. Qui tourne et arrache pour qu’eux aussi connaisse ma souffrance de voir leur ventre s’enfuir. Oui, oui.

    Mais non, non ! Les ordres étaient clair et le mot d’ordre était discrétion. J’ai quand même laissé les carcasses des repas près des points d’eau. Il faut bien que la pestilence se répande après tout. Oui, oui. Il regrettera peut-être mon aide au final mais qui sait… Moi bien sûr. Hé hé.

    Drôle de bête ce chamane. Seul dans une ruine, en train de danser devant la statue d’une autre chose-orc avant de tomber par terre en bavant. Même pour un Skaven c’est une drôle façons de se présenter. Surtout la danse narcissique. J’ai été très tenté de… d’acquérir ses possessions ou son savoir mais il est dangereux de s’approcher des teneurs de magie avec de mauvaise intension et sans préparation. Oui, oui. Alors je l’ai aidé à se relever. Un “ami” mage est toujours bon à avoir et une proie à la garde baissé aussi. Hé hé.

    Et là il m’attrape les pattes et avant que je ne lui arrache la gorge avec les dents je les vois se remplir de Malpierre ! Oui, oui. La moitié de ce que j’avais trouvé dans Pitless Guts mais tout de même ! J’ai envoyé le tout dans la capital par bateau. L’un des éclaireurs qui repère la route pour les colons à gagné un joli coffre plein de butin et deux rats idiots mais agressif qui ont le droit de manger tout ceux qui s’en approche. Ils vont probablement devoir être tués à l’arriver pour pouvoir récupérer la Malpierre mais qu’importe. Les citadins sauront se débrouiller. Oui, oui.

    Les préparatifs commence dans… Eugh… Xlantec. Voir où vont les égouts et où on peut creuser sans que les tas de pierres au dessus ne s’effondre. Quel bâtiments seront utile où. Et ce que l’ont peut faire de la fertilité de la terre. Ce n’est pas le plus… glorieux des travail mais j’aime bien. C’est calme pour mon corps et suffisamment intense pour moi. Et je sais que c’est ma ville qui sera bâtie ici plus tard. Une ville du clan Mors, oui, mais la mienne quand même.

  • Participant
    Posts11
    Member since: 12 avril 2013

    *RP de l’épisode 6 – 1/2 – Défier Kroq-Gar*

    Écrie de Ra’tok sur la race Skaven :

    Ma profession n’est pas très commune chez les miens. Elle n’est pas glorieuse, elle n’est pas épanouissante et elle nous force dans des situations qui nous oblige à penser différemment des notre. Le reste de mon peuple vois mon métier comme un sacrifice nécessaire en temps de guerre et me plaigne.

    C’est un peu triste pour moi car j’aime mon travail. J’y suis doué et je trouve encore des moyens de me tester et de m’améliorer.

    Il est intéressant d’affronter les Skavens. Ces boules de poils puante sont plus dur à infiltrer qu’on ne croirait. En les regardant de l’extérieur on ne voit qu’une masse de fous égoïstes qui se dévorent entre eux pour chaque miette de nourriture et chaque mètre de terrier. Ce qui est vrai mais horriblement imprécis voir même, pour les gens de ma profession, mortellement imprécis.

    Il ne faut pas regarder ces rats comme des individus unique doué de conscience. Il faut regarder leurs clans entier. Chaque clan est une créature en elle même avec ses tunnels comme ses vaisseau sanguins, ses bâtiment comme ses organes et ses rats comme son sang.

    C’est une créature maladive et hideuse, qui se cache dans les tréfonds de notre monde mais elle n’en est pas moins terrible. Aussi malade soit-elles, les Skavens nous ont prouvés que cela n’était pas une gène pour eux. Ils croissent dans leurs cancer en se nourrissant des autre nations qui les entoure avec frénésie.

    Le Clan Mordkin a trouvé des alliés dans le Clan Mors et la première action du Clan Mors fut de piller leurs nouveaux amis et on pourrait croire que c’est une bonne nouvelle mais déjà je sens le vent tourner pour nos armées. Car leur petit combat mesquin pour un tout ou un rien s’arrête toujours net quand un intrus apparait.

    C’est cela qui est surprenant : la vitesse à laquelle les vielles offenses sont oubliés, la vitesse avec laquelle une horde est rassemblée pour dévorer le pauvre fou imprudent. Comme un système immunitaire face à une maladie aussi ironique cela soit-il. Cela rend mon travail plus compliqué et plus simple à la fois.

    Chaque rat est un challenge entier que je dois observer sous tout les angles avant de frapper car le moindre faux pas fera tomber la bête entière sur moi. Mais je n’ai pas à répéter mes actions. Lorsque que le doute est installé, lorsque les défenses de la bête sente la menace ou la faiblesse que j’ai plantée et inventée alors les Skavens se jettent dessus comme un. Et là l’armée se perd. Elle tue ses guides et cherche en vain les “elfes survivants” qui ont criblé de flèches tel ou tel maître je ne sais quoi.

    Pour être franc je crains les Skavens. Je ne sais pas si je les crains plus ou moins que mes semblables qui cherche le ciel et les étoiles en quête de message. Mais l’aperçus que j’ai eu de ces bête titanesque que l’on nomme Clans me fait froids dans le dos.

  • Participant
    Posts11
    Member since: 12 avril 2013

    *RP de l’épisode 6 – 2/2 – Défier Kroq-Gar*

    L’histoire de Stretch Raider partie 5 :

    Le vent des ennuies souffle fort sur l’ancien continent… J’ai appris que Queek est en plein status quo avec le plus puissant clan des Choses-Lézards. Avançant et reculant pour tenter de l’attirer. Nous, les Skavens sommes doués avec la guérilla mais le sang-froid le sais aussi. Oui, oui. Si nous n’étions pas intéressée par le vortex les choses serait gagnés d’avance, la victoire à une embuscade près, mais il nous faut plus, plus vite.

    C’est pour ça que Queek va passer à l’attaque. C’est pour ça que Queek à pris le risque d’envoyer un jeune idiot presque traitre comme moi dans le nouveau monde. J’ai deux villes sous ma responsabilité, il n’en faut pas plus pour commencer un empire. Non, non. Il a eu de la chance que je calme mes ambitions folle.

    Enfin, je dis ville mais la nouvelle colonie n’en mérite pas le nom. Un vulgaire tas de terre tassé entouré de marais à perte de vue. Oui, oui. Oh les terres sont fertiles ! Il n’y a juste presque pas de terres qui ne soit pas inondée par la boue et les mauvaise herbes. Pfa ! Si les esclaves de Pitless Gut n’avait pas déjà été mangés je les auraient refait torturer. Oui, oui.

    Bon, nous sommes des Skavens de talent alors on a fait quelque chose quand même. Une sorte de bain de culture. Une zone aménagé pleine de nourriture pour la vermine. L’espèce de blé blanc, le bois mort et tout plein de petit rats indigne de notre attention, tout ça dans un grand grand parc pour que les bestioles des marais s’y nourrissent et copulent.

    Bien sur tout cela a été construis avec le but de les tuer. Des promontoire pour nos “éleveurs” afin de surprendre les proie, des endroit pour concentrer les proies dans un cul de sac mortel et plein de petit pièges inventif à gauche à droite pour de la nourriture facile. Certain malins ont commencé à innover avec les dits pièges. Oui, oui. Les résultats sont varié, hé hé hé, et létal. Pour tous les inattentif bien sûr. Oui, oui.

    Je n’ai malheureusement pas pu “profiter” de la justement nommé Nameless Bog car le devoir appelle. Pffa je sonne comme une chose-homme ou elfe… Mais juste les pâlots pas les pirates. Enfin bref, un trésor est au loin et c’est le travail du Raider d’aller s’en emparer pour le Clan Mors ! Oui, oui !

    La mer est nostalgique maintenant. Je connais mieux le navire, je sais mieux voguer sur les eaux. Tout est plus simple et je peut toujours me concentrer sur mon corps qui se remet quand l’ennuie me prend d’assaut.

    La cible était un gros rocher en forme de crâne d’homme… Je ne sais pas pourquoi nous sommes les premiers à être passé… Cela semble plutôt clair comme message non ? Ici, les choses-hommes meurent ou sont mort. Oui, oui. Vu le nombre de choses qui les détestent ou qui sont amoureuse de l’or c’est étonnant que personne ne soit passé avant.

    Les gardes étaient… disons juste qu’ils avait mauvais gout. Oui, oui. Pouah ! Simple à mettre au sol, vraiment. Pointe un bâton en avant, attend que le zombie soit bloqué et fait le tomber avec ta queue et puis finit le. J’aimais bien me mettre à croupis sur leurs épaules pendant qu’ils sont au sol, attraper leur mâchoire et me détendre d’un coups ! Hé hé hé ! Ça faisait voler leur têtes. J’essayais de prendre le plus de colonne avec. Oui, oui.

    Je comprend pourquoi Queek collectionne les têtes, c’est très amusant à récolter. Dommage que ce soit sont truc j’en aurais bien fais quelque chose. Enfin… personne ne peut me dire non si je le fais de temps en temps. Non, non? Hé hé hé. Non, non.

    Après les gardes ce fut le trésor. Oui, oui. Et quel trésor ! Des tas d’or plus de deux fois ma taille ! Il a fallut un convoi dédié, des rats de confiance ou ignorant comme gardes et marins. La logistique fut compliquée mais avec les manques de fonds cela en valait vraiment la peine.

    Après ça, direction Kaiax. En vrai je m’attendais à une déception et, aussi ironique cela soit-il, je n’ai pas été déçus. Non, non. Une autre caserne comme la dernière dans une situation si similaire à la colonisation de Pitless Gut ? J’allais retrouvé de la Malpierre pour le Clan ! Oui, oui ! On passe la caserne et continue dans la ville à la recherche de l’autel mais rien. J’ai posé le camp et appelé des renforts.

    On a fouiller les ruines de fond en comble pendant beaucoup trop longtemps. Au final la chambre a été trouvée. Elle c’était effondrée et avait été vidée de tout ce qu’elle contenait par des pillards bien avant notre arrivé. Les ressources gâché sur cette entreprise ne seront jamais récupérés mais le trésor nous permettait ces petites pertes. En sommes, décevant. Oui, oui. Juste décevant.

    Maintenant, moi, moi et mon équipe sommes en train d’exploré les ruines avec la colonisation en tête. C’est presque ridicule, le temps que je passe à construire alors que mon nom est Raider. Mais moi je sais que la construction et la destruction ne sont que les deux face d’une même pièce. Deux état qui se nourrisse l’un de l’autre pour tout deux grandir.

    La question est… qui de Queek ou de Kroq-Gar se nourrira de l’autre.

  • Participant
    Posts11
    Member since: 12 avril 2013

    *RP de l’épisode 7 – Le Massacre des 7000*

    Pensée d’un Saurus Partie 1/3 :

    Il y a des moments dans nos vie où un mot ce répète encore et encore dans notre crâne. Des moments d’incrédulité où notre esprit ne parvient pas à réconcilié les faits et la réalité. Pour moi c’est “comment”.

    Nous sommes des Saurus. Nous sommes les élus des Anciens et cela fait longtemps que nous, les Last Defenders, nous préparons à cette guerre. Nous savions qu’elle arrivait, les étoiles n’ont que rarement été aussi claires.

    Alors, quand le clan Skaven que se nomme Mordkin, a commencé à empiéter sur nos terres, c’est à la plus puissante faction du monde qu’ils ont du se confronter. Certes ce n’était pas toute notre puissance, après tout il ne s’agissait que d’un petit Clan de vermine oublié et notre territoire avait d’autre priorité ailleurs, tel et le prix des grands, Mais il s’agissait tout de même d’une des plus puissante armée de tout les continents.

    Je… Je me souvient de notre sortie de la ville… Des lignes de mes frère Saurus sortant lentement par les grandes portes avec à notre tête Kroq-Gar… Armure d’or et armes mythique comme équipement, sa tête tenue haute nous observant tous avec sévérité et fierté. Nous sommes le gros des forces, les défendeur de notre nation et de notre race. Nous sommes les Saurus ! Et avec nous, d’autre créatures au service des Anciens nous accompagnaient ! Des Skinks caméléon et des Kroxigors comme archers et brise ligne. Il y avait même un Stégadon presque entièrement sauvage qui nous accompagnait !

    Une armée de légende qui allait faire trembler ces putrides vermines de Skavens ! Quelle chance avaient-ils de nous survivre ? Aucune ! Leur première ville se débâtie à peine avant de tomber. Le seul vrai problème était de nétoyer les souterrains de la région. Une entreprise longue et fastidieuse qui nous laissait vulnérable aux embuscades, aux pièges et à une contre-attaque de l’armée Skaven dont nous n’avions pas vu la queue. Mais Kroq-Gar avait un plan. Un dénommé Ra’tok, une étrange créature qui savait comment confondre les rats. La victoire n’était qu’une question de temps.

    Et puis nous avons appris qu’un autre clan Skaven c’était rassemblé contre nous. Honnêtement nombre d’entre nous, moi le premier, n’avions pas bien compris l’importance de cette information. Un clan ou deux, quelle différence ? N’étions nous pas déjà en train de faire la guerre aux Skavens ? Qu’ils viennent donc à mille ou deux mille clans, nous les accueillerons avec la même férocité et les vaincrons avec la même aise. Ce n’était pas comme si un Skaven pouvait tuer un Saurus ou attraper un Skinks. Sans parler de nos forces lourde.

    Mais Ra’tok et Kroq-Gar avait senti quelque chose de plus sinistre. L’espion a disparu, peut-être en mission mais maintenant… je pense qu’il est mort. Et Kroq-Gar, notre commandant sans peur, a ordonné que la ville soit renforcée, les tunnels comblés et les murs renforcés et réarmés.

    Nous étions… énervé par ce temps mort. Les rumeurs de Skaven attaquant d’autre Skaven, puis d’escarmouche entre les armées de vermine et nos Skinks sans défense nous rendaient nerveux et impatient mais nous sommes discipliné alors nous avons attendue sans bronché et un jour, enfin, l’ordre fut donné.

    Une fois de plus nous sortions d’une ville en ordre de parade. Une colonne de soldats invaincu et sans aucun doute invincible en marche ferme vers l’armée des vermine et plus loin leurs villes putride. Enfin après tant d’attente les rats allaient payer pour leurs crimes et ceux de leurs ancêtres !

    Vous ne savez pas ce qu’est une nuée, un essaim avant d’avoir vue une armée Skaven. Il y avait des rats à perte de vue tenu en place par une moquerie de discipline. Une masse de crocs, de griffes et de poils agrémentée de piques, de pieux et de planches de bois vulgairement appelée bouclier.

    Deux armées qui se font face pendant quelques instants avant que la vermine ne cours se réfugier dans les bois. Un courant de rongeur, une marée de vermine qui faisait trembler le sol dans un mouvement à la fois chaotique et ordonné. Et soudain un cris se fit entendre.

    “Par derrière ! Par derrière !”

    C’était le groupe de Skinks caméléon. derrière nous ce trouvait une autre armée aussi importante si ce n’est plus que l’autre. Même pour un guerrier comme moi et les miens cette vision était un coups dur mais bien vite nos supérieur raffermirent les rang et donnèrent de nouveau ordre. La nouvelle armée était dirigée par Queek Headtaker en personne. Si il mourait alors ce serait la débandade pour toute la vermine. Il était la cible.

    Je ne sais pas vraiment comment le reste de la bataille c’est passé mais je faisais partie du centre. Alors j’ai pu voir notre cavalerie et nos Sang-Froids ce faire surprendre par des bêtes monstrueuses qui c’étaient caché dans les bois. Le combat fut cours et brutal mais ces lâches nous ont abandonné à notre sort avant même que la bataille ne commence vraiment.

    Seul les Ancien savent comment tout ce serais passé si ces maudits peureux étaient restés… Après ça la mer folle de rongeur c’est jetée sur nous. Le choc fut en réalité très faible. Notre mur était inébranlable et les Skaven plus que pitoyable. Blessés et mal nourrie, ils n’avaient que peu de chance contre notre force. Ils périrent par centaine, mais ils étaient toujours plus à se jeter sur nous avec une frénésie fanatique.

    L’un se jetait sur nos rang, était découpé avant atterrir, mais aussitôt cinq autre tentaient leur chance parvenant à en faire passer un en vie. Bien sûr un Skaven au corps à corps contre une ligne de Saurus ne changeait rien et mourrait rapidement mais… La folie qui les poussait nous étonna tous.

    Et puis d’autre rats mieux équipé et nourrie firent leur apparition. D’abord un par un, survivant au coups qui tombait leurs prédécesseur, puis deux par deux, puis dix par dix, pour au final remplacer la totalité de la ligne de front. Ils étaient plus dur à tuer et nos premières pertes furent infligées par ces combattants.

    A partir de ce moment là, la bataille devint répétitive et je perdit la notion du temps. Je frappais à gauche et à droite, arrachais un Skaven de mon dos ou de celui d’un camarade et recommençais. La fureur du combat était grande mais il était clair que la victoire serait notre. De là ou je regardais, et seulement de là malheureusement.

    De notre flanc droit parvinrent des cris. Par des cris d’alarme ou de victoire ou de peur. Si seulement. Non des cris de douleur et juste de douleur. Les Skavens avaient apporté une arme terrible. Je ne sais pas ce que c’était mais les jet de liquide vert faisait fondre la chaire et les écailles, l’armure et les armes comme le feu la graisse. Certaine images seront à jamais graver dans mon crane et les coups qu’il a reçus n’ont pas suffit à les en retirer.

    Ma distraction me couta cher. Une douleurs vive et puis un froids glacé ce répandit dans tout mon corps. La dernière chose que je vis avant l’oblivion était un autre de mes frères prendre ma place dans la ligne.

  • Participant
    Posts11
    Member since: 12 avril 2013

    RP de l’épisode 7 – Le Massacre des 7000*

    Pensée d’un Saurus Partie 2/3 :

    La première chose à m’apparaitre fut l’odeur. Du sang. Une odeur de sang si épaisse que j’aurais put l’attraper avec mes mains. Elle m’étouffait presque mais tout était si lourd et si lent… Je n’ai pas bougé pendant un temps qui aurait put être des secondes ou des heures. Je me suis tenu dans ce lieu entre le sommeil et l’éveil jusqu’à ce que la réalité ne ce rappelle à moi.

    Peu de chose vous réveille avec autant d’efficacité qu’une morsure. Des crocs qui s’enfoncent dans la chaire de votre dos. Je me levais avec rage, emmenant avec mon ascension les cadavre, devenu rigide, qui m’avait recouvert pendant mon inconscience, puis me tournais vers le parasite qui allait regretter son impudence !

    Probablement surpris par ma survie la créature sauta en arrière et se dévoila à mon regard. Un Skaven bien sûr, un des mal vêtu. Il était sans une seul arme manufacturé mais contrairement au début de la bataille sa panse était bien tendu. Avec un feulement et un cris il me sauta dessus. D’un simple revers du bras, j’arrachais un couinement de sa gorge et l’envoyait volé plus loin.

    Je crois que je lui avais cassé quelques côtes avec ce coup et je profitait de sa… “distraction”, pour observer les alentours et c’est là que le premier “comment” frappa mon esprit. Un champ de cadavre. Pèle mêle, Skavens et Lézards s’embrassant dans la mort. Je remarquais juste que j’avais moi même piétiné certaine dépouille de mes frère rien qu’en me redressant.

    Et partout les charognards disputaient les corps avec les rats. Pas des Skavens cette fois-ci mais les rats géant qui les suivent partout. Ils se battaient avec les coyotes et les vautours qui tentaient souvent en vain de prendre pars au festin tragique. Même les rare raptors semblaient hésitant à affronter la nuée pestilentiel.

    Un peu plus loin les deux armées Skavens avaient posé camp. Des feux de fortune avaient poussé comme des champignons et au dessus de chacun d’entre eux un cadavre cuisait. Les Skavens avait leur propre banquet entre eux. De grandes palissades avait aussi était crée avec l’incompétence Skaven habituel. Je ne savais pas ce qu’elle contenait et dans mon état d’esprit ce n’était pas une priorité ou même quelque chose de marquant.

    Car nous avions perdu. La plus puissante armée de la plus grande des races est tombée face à de la vermine. Des Skavens. Des rats indisciplinés et incompétents, incapable de se tenir tranquille sans avoir de la nourriture et prêt à égorger leur mère pour des restes de nourriture avant de se nourrir du cadavre ! Des parasites charognards cannibales ! Vainqueur… Sur nous… Les Fier et puissant Saurus, défenseur de la plus vieille civilisation du monde et des Slans plus puissante créature que la terre est porté depuis les anciens eux même.

    Comment.

    Un nouveau cris de l’esclave Skaven ma sortie de ma rêverie. L’imbécile fou c’était rejeté sur moi. Cette fois ci, je l’attrapait au vol par la gorge et commencé à prendre ma revanche sur ces monstres. Serrant ma poigne, petit à petit, sur sa gorge en appréciant les râles désespéré de l’immonde bête.

    Je n’avais pas vu le cadavre du Stégadon en train d’être dévoré et je n’avais aucun doute qu’il aurait été en place d’honneur au milieu du camp Skaven si il avait péri. Si il était en vie d’autre avait probablement survécu, et je devais aller les rejoindre. Téotiqua était peut-être une ancien possession Skaven mais c’était avant tout une ancienne ville Slan donc des Skinks civils c’était installé pour la reconstruire et lui rendre sa gloire passé. Je devais rejoindre les restes de l’armée.

    Je passait ma main libre sur ma tête pour trouver ma blessure. Une de mes arcade sourcilière était apparente. Les écailles et la peau retiré et l’os marqué par le passage d’une lame suivis d’un coups de bouclier. Une rapide vérification me montra que mon corps été loin d’être en pleine forme. Muscle fatigué de la bataille et froids par manque d’utilisation pendant mon sommeil. Au moins mon sang ne s’est pas refroidis grâce aux cadavres qui me recouvraient. Piètre bénédiction.

    Alors que les débats de l’animal ne faisait moins énergique et plus désespéré un autre cris ce fit entendre. On pourrait croire qu’après trois tentative les Skaven comprendraient que hurler sa présence avant d’attaquer n’est pas une bonne idée mais il y a une bonne raison pour laquelle ils sont si méprisé.

    Je jetait ma victime en l’air et rattrapait sa queue au vol avant de l’utilisé comme fléau vers le nouvel agresseur. Celui-ci était mieux équipé, un bouclier un peu renforcé plutôt que deux planche accroché par de la folie et de l’ignorance et une lame qui pourrait presque être efficace. Celui-ci aurait à peine été une arrière pensé pendant la bataille mais dans mon état ? J’aurais du prendre garde.

    Juste avant l’impact il sauta par dessus son congénère et sur mon bras. Il repris appuie et sauta bouclier en avant droit sur ma tête. Ma garde était ouverte, et le choc était inévitable. La puissance du coups n’était pas négligeable mais elle ne m’aurait jamais fait choir en temps normal. Mais ces temps était tout sauf normal. Entre ma faiblesse et le sol constitué de cadavre ensanglanté, cette poussé fut suffisante pour me faire glisser et tomber.

    Je suis un grand guerrier Saurus et ce n’est qu’un rat alors…

    Comment.

    J’étais sur le dos et le Skaven était sur mon ventre. Il me frappa avec son bouclier encore et encore. Toujours au même endroit, toujours sur ma première blessure. Mon monde n’était que douleur. Ma vision était blanche et je n’arrivait pas à comprendre et différencier le haut du bas. Le crescendo atteint son apogée quand l’une des piques du bouclier m’entra dans l’œil. Je pense que mon rugissement fut entendu par toutes les créature des alentours sur des kilomètre.

    Après ça je n’était pas très cohérent mais je crois que le rat de Clan me laissa et parla à l’esclave. Il fallait m’attacher je crois mais l’esclave voulait me torturer et me manger ou me manger en me torturant. Je ne sais pas trop. Ils commencèrent à se feuler dessus et à se montrer de plus en plus agressif.

    Même dans mon état je gardais suffisamment d’esprit pour commencer à ramper. Tenter de m’enfuir pendant qu’ils sont occupé. Forcé de ramper dans une boue de sang et de cadavre par deux petite vermine…

    Comment.

    Alors que les premier coups se faisait entendre et que mon espoir de fuite commençait à grandir une lance se planta devant mon visage. Mon regard, maintenant borgne, se leva lentement vers son propriétaire. Un des plus grand rat que j’ai jamais vu même aujourd’hui se tenait là avec se que je jurerais être un sourire. Son apparence c’est figé dans ma mémoire pour une raison qui m’est inconnu. Après tout les Skaven sont tous différent dans leurs misère mais lui…

    Le plus frappant état sa gorge qui était une ruine de cicatrices et de cratères. Apparemment un autre rat avait mordu son cou et cru que cela suffirait ou peut-être es-ce un résultat d’un de leur nombreux pièges et de leurs plus nombreuse encore erreurs. A part son armure littéralement rouge sang et le crâne au dessus de sa patte droite, son corps n’était pas différent d’un autre. Pas pour moi en tout cas.

    La seul autre chose qui attira mon regard fut ses yeux et particulièrement l’intelligence malsaine et affuté qu’ils abritaient. Rien de la frénésie des faibles vermines et le double de leur folie. Une grande malignité tenu silencieuse par une blessure immonde. Probablement une chance pour ceux qui croisaient son chemin.

    Il se baissa à mon niveau pendant que l’indécision me figeait et secoua lentement sa tête de gauche à droite en faisant claquer sa langue sur son palais avant de se redresser en secouant comme pris de convulsion avant que je n’entende une sorte de gloussement guttural qui sortait de sa gorge injuriée. Il riait. Le rire pitoyable d’une créature folle.

    D’un coup violent il m’attrapa la mâchoire et avec une force surprenant me retourna en direction des deux rats en train de se battre. Il sortie sa lance du sol et la jeta comme un javelot droit sur l’esclave. En pleine mêlé et presque sans visé il embrocha l’insurgent qui laissa à peine s’échapper un couinement. L’autre soldat se retourna un rictus mauvais sur les lèvre et le poils hirsute avant de voir le tireur. C’est oreille et tête baissé et queue entre les pattes qu’il s’écarte et laisse le Skaven passer.

    L’esclave empalé est toujours en vie et semble essayer d’agripper la hampe de l’arme. C’est à mon horreur que je me rend compte qu’il n’essaye pas de la retirer mais bien de s’empaler d’avantage. Entre deux regard craintif vers la StormVermine il tend sa gorge vers la lame dans une vaine tentative de se mettre à mort.

    Quand le guerrier muet arriva, il prit sa lance et la redressa faisant glisser la victime avec un autre couinement pathétique loin de sa délivrance acéré. L’esclave devint frénétique, poussant de façons désordonné pour tenté de s’éloigner de la gueule souriante du Skaven.

    Celui-ci attrapa d’un geste vif la tête de son plus petit congénère dans sa mâchoire et lentement sous les cris de détresse et de douleur resserra sa prise. Finalement dans un craquement sinistre le crâne céda et dans un dernier soubresaut son corps s’effondra.

    Utilisant sa lance comme brochette et mâchonnant sa proie il se retourna vers le soldat qui était toujours déférant et fit un geste vers moi. Le rat se jeta aussitôt sur moi et commença à m’entraver les membres. Avec quelque mots mal prononcé il m’ordonna de me lever et d’aller vers les palissades. Je ne luis aurais jamais obéis en temps normal. Mais ces temps était tout sauf normal.

    Je me levais et me dirigeais vers ce que je comprenais tout juste être des cages à esclaves pour nous, Lézards. Un dernier regard en arrière me fit croiser les yeux de l’élite en train de se nourrir. Et avec une signe de la patte presque joyeux il me souhaita un “bon voyage”.

  • Participant
    Posts11
    Member since: 12 avril 2013

    RP de l’épisode 7 – Le Massacre des 7000*

    Pensée d’un Saurus Partie 3/3 (Attendez-vous à un épilogue) :

    J’étais loin d’être le premier à être enfermé derrière les palissades. Et j’étais aussi loin d’être le plus amoché même avec l’absence suspicieuse de toute blessure handicapante. Tous ceux qui étaient ici, si ils se remettaient, pourraient reprendre les armes ou plus probablement une pioche. Les Skaven ne font aucun secret de l’avenir des esclaves. Nourriture ou main d’œuvre.

    Quand j’avais vu autant de corps encore capable de se battre je fut à la fois surpris et enragé de voir qu’aucune tentative de fuite ou de révolte n’avais eu lieu mais je remarquais vite les Rats au lanceur de feu vert sur les remparts en train de nous surveiller. Un frissonnement me parcouru le dos, la mort était probablement préférable à l’esclavage mais pas comme ça.

    Quelque Skinks s’approchèrent de moi et commencèrent à me guider vers une place libre. En dehors du combat, quelque soit la situation, on pourra toujours avoir foi en nos petits cousins. Ils était peu nombreux, à peine une dizaine, et presque tous des caméléon. Mais l’un d’entre eux était un des chevaucheur de sang-froid, un de ceux qui nous ont abandonné au sort des lance-flammes.

    Je ne me rendit compte de mon mouvement vers le pauvre que quand un autre Saurus m’arrêta :

    – Stop. Arrête-toi.

    – Je… Ils ont…!

    – Je me suis battu aussi frère. Je sais ce qui c’est produit mais utilise ta tête plutôt que ton cœur. Je vois qu’elle à subit la rage d’un des monstre donc je t’excuserais ton erreur.

    – …Quoi ?

    – Pense-tu qu’un rat puisse rattraper un sang-froid ? Non. Ce Skinks c’est battu et est tombé au combat comme nous tous. Ne pose pas sur ses épaules la folie de ses pairs.

    – Je… Pardon, je ne…

    – Je te l’ai dit, je t’excuse ta hâte. Une blessure comme la tienne, surtout aussi fraiche, ne laisserais personne dans le bon état d’esprit. Prend garde à tes pensé et fit toi à tes frère pour agir. La vermine n’hésitera pas à tuer ceux qui résiste.

    – Oui… oui, je comprend. Merci…

    – Qutla. Rejoins les rang et repose toi maintenant.

    Sur ces mots, il repartie s’occuper du “camp”. C’était probablement un officier survivant ou juste quelqu’un dont le talent à été révélé par la tragédie. L’un des Skinks qui me guidait revint et quelque peu effrayé me ramena vers la place libre.

    Peut de chose se passèrent dans la cage. Nous étions tous sous le choc et l’humeur n’était pas au bavardage. Un seul évènement vu marquant. Dans les début de la nuit une grosse secousse passa dans le camps tout entier. Malheureusement la palissade tint le coup.

    Personne ne savait vraiment qu’elle en était la cause. Certain disait qu’il s’agissait d’un tremblement de terre mais un autre, qui avait été brulé par le feu vert parlait d’un engin explosif géant. Personne ne le contre-dit mais nous savions tous que c’était le traumatisme qui parlait.

    Le soleil se leva deux fois avant que les rats ne nous poussent en route. Ils nous firent sortirent lentement et nous attachaient entre nous au fur et à mesure. Nous étions un peu moins d’une centaine et le séjour n’avait pas été tendre. Nous étions à peine nourrie et ce n’est pas comme si les Skavens se sentaient concerné par l’hygiène. En sommes c’était loin d’être une situation ne serai-ce qu’acceptable.

    Il y avait deux groupes, le mien qui contenait aussi Qutla et un plus petit. Les proportions était a peu près similaire. Les rats avaient séparé les deux frère Kroxigor avec grande peine pour en avoir un dans chacun des groupes. Ils avait la tête entièrement voilé par du tissue pour éviter qu’il n’aperçoive ou ne sente l’autre et ne recommence à combattre.

    Nous nous mîmes en route vers le Sud pendant que l’armée des Rats partait vers le Nord et Teotiqua. La route fut longue. Et nous n’avions pas grand chose d’autre à faire que de penser en chemin. Dés que nous commencions à parler un rat sortait de presque nul part et nous battait, nous et celui à qui ont s’adressait sans distinction.

    La première étape fut le Temps Avenue d’or. Ici le petit groupe partie vers la fosse de corruption qu’était la ville pendant qu’on nous ordonnait de nous poser et d’attendre.

    Les Skavens firent quelques changement dans le groupe. Ils coupèrent des cordes et firent plus de groupe. Nous étions une dizaine de groupe d’à peu près neuf. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi à départ. Puis le groupe de Skaven revint avec de l’or et des ravitaillement pour un beaucoup plus long voyage.

    ” Vous, Vous avoir été vendu au Sud. Oui, oui. Mais pas tous non. Nous, nous trier ceux, ceux qui sont fort et ceux, ceux qui sont nourriture. Vous allez marcher jusqu’à ce que vous plus. Premier à s’arrêter sera battu, ceux, ceux qui meurent seront mangé. Skaven pouvoir monter sur dos vous et vous pas broncher.

    Vous; vous pouvoir désigner celui qui vous rend lent, lent. Dénonceur mieux nourrie et moins battu oui, oui. Et petit groupe de fort plus rapide que groupe avec des faible. Alors vous, vous dénoncer les faibles. Plus simple pour tous. Oui, oui.

    Maintenant debout, vite, vite. Nous partir ! Aller !”

    Et sur ces mots on nous frappa debout. Et nous repartîmes.

    Le voyage était long non pas parce qu’il y avait du chemin même si il y en avait, nous étions des soldats après tout. Non. Il était long car on ne savait jamais si celui que les Skavens avait tué était mort parce qu’il avait été dénoncé ou simplement trop lent. On ne savait pas quand la fatigue montait si les autre continuait pour s’assurer de vivre ou par simple ignorance.

    Nous n’avions pas d’arme et aucune armure et pourtant le poids de la suspicion et du doute rendit cette marche plus dur qu’aucune.

    Plus ou moins étonnamment les Skinks vécurent cette expérience le mieux. Ils sont agile, légers et peut-être plus que tout, aucun Saurus ne les laisserait souffrir à sa place. Entre nous c’était plus… dur. Nous avions appris que les meilleurs accédaient aux meilleurs positions, les plus honorables. Ces règles maudite tiraillait cet instinct en nous.

    Qutla essaya de maintenir l’unité et peut-être a-t-il réussie. J’étais trop… brisé pour y porter vraiment attention. Je restais au milieu, jamais trop bon et jamais trop mauvais. Ma bouche fermée et mon esprit en tourment. Je n’était pas le seul.

    Nous arrivâmes malgré tout à notre seconde escale. Les cavernes de Sotec. Ou bien les Warpmine of Decay comme elle ont été renommé… Cinq groupes des sept restant nous quittèrent ici. Qutla était avec eux mais pas le Kroxigor. En fait il n’y avait que des Saurus dans ces groupes. Probablement pour les mines et autre tâche ingrate.

    Dans les deux groupes restant se trouvaient tout les Skinks survivant, le Kroxigor, sept Saurus et moi. Le voyage repris et cette fois-ci il n’y avait presque pas de pause. Et les Skaven ne semblait plus suivre les “règles”. Leur chef qui nous avait fait ce discours ne nous accompagnait plus d’ailleurs.

    Un seul Saurus périt pendant la marche. Nous étions tombé si bas qu’un seul cas de cannibalisme était devenue une bonne nouvelle. En face de nous se trouvait Skaven Coast. Une ancienne ville des Haut-elfe… Dawn’s light ? Les cartes de la Tour doré sont si loin maintenant. Tellement de ville auparavant sous l’égide de la civilisation sont tombées entre les griffes de ces sauvages.

    Comment ?

    Comment ont-ils puent grandirent à ce point ? Pourquoi ces maudits elfes n’ont pas laissé tomber leurs cent fois maudite arrogance et demandé de l’aide à leur ainé ? Si nous avions pue tuer ce Clan dans l’œuf… Si seulement.
    Les “villes” des Skaven sont en réalité des ruines en dessous desquelles de réseaux de tunnels presque sans fin s’étende comme une maladie dans la terre. A parts les plus grands ces passages ne sont pas fait pour d’autre créature. C’est cela qui rend leur nettoyage si compliqué

    Cependant aucun d’entre nous n’avait le choix en ce jour. Heureusement les tunnels qui mènent au port souterrain sont presque tous large. Sinon je ne sais pas comment le Kroxigor serait passé. Cela aurait peut-être été mieux ainsi.

    Le port est un amalgame de bois et de pierre qui tente de former des grue et des quai. Les planche sont presque toute de travers et l’humidité salé de la mer semble s’incruster sous vos paupières et désécher votre peaux. Les bateaux Skaven, eux, sont des coquille de noix propulsée par des dizaines voir des centaines d’esclaves enfermé dans des roues étranges.

    Au milieu de ces atrocité un vaisseau à voile attirait immédiatement le regard. Il était fin et noir. Au devant on pouvait voir un dragon de bois que les yeux lumineux et la précision du trait rendait presque vivant. De haut mat abritait des voiles triangulaires violette qui semblait découper comme des ailes de chauve souris.

    Bien sûr la totalité des surface non habité et certaine qui devait bien l’être était recouverte de pique acéré dont quelques une qui semblaient même avoir été empoisonnée. Et à l’arrière deux ailerons encadraient la cabine du capitaine sur laquelle un pique s’effilait plusieurs mètre vers le haut. De se pique pendait des squelettes et un cadavre encore en décomposition.

    Les elfes-noir. Les pire esclavagiste de toute cette maudite planète. Et nous étions les esclaves. Je… je ne suis pas fier de ce moment. Je ne suis fier d’aucun moment de cette débâcle mais seul ce moment me fait vraiment honte. J’étais toujours… choqué. Toujours vide. Et cela m’a “sauvé” au pris d’un autre. Je regrette que les choses ce soit passé ainsi. Je regrette qu’aucun d’entre nous n’ait tenté une révolte ici.

    La mort valait mieux que l’esclavage mais en ce jour nous l’avions oublié.

    Le Skaven meneur fonça droit vers le navire et commença à s’entretenir avec l’équipage et peut de temps après le capitaine arriva.

    – Finalement ! J’ai déjà donné l’or de cette damné cargaison il y a un mois ! Fait moi voir ta marchandise et soir prudent. Mon mécène n’acceptera pas de seconde main. Ils ont intérêt pour toi et ton groupe d’être à la hauteur de ses attente.

    – Oui, oui. Moi, moi savoir. Merci. Toi avoir payer pour quatre petits, deux grands et un débile. Toi, toi choisir.

    – Quoi ? Nous avons payer pour deux paire de Skinks, une paire de Saurus et une paires de Kroxigor ! Où est son frère !

    – Hein ? Toi, toi pas avoir bonne oreille ? Toi avoir payer pour un débile pas plus.

    – Tout l’or…!

    – N’a pas été donné. Toi, toi croire que nous, nous pas savoir qui couler l’éclaireur ? Tout l’or pas donné : Kroxigor pas avoir frère.

    – Si vous avez tué sa moitié, je vous préviens…

    – Moi, moi rien savoir à propos d’une moitié. Mais moi avoir bonnes, bonnes oreilles. Quel dommage, oui, oui que j’ai mauvaise mémoire…

    Avec un grincement de dent l’elfe jeta une petite bourse au rat. Qui l’ouvrit pour y jeter un coup d’œil rapide avant de la cacher plus rapidement encore.

    – Oui… Moi, moi me souvenir maintenant. Clan Mors avoir relation diplomatique avec Clan Mordkin. Eux faire commerce et après bataille cadeaux et remerciement surement échangé. Moi, moi même pouvoir faire cadeaux toi. Moi, moi pouvoir prévenir ami Mordkin que toi, toi chercher frère débile. Lui te le garder au chauds et en vie.

    – Bien sûr tu m’offre ça de la bonté de ton cœur.

    – Moi, moi très offensé ! Nous être partenaire ! Toi gagné, moi gagné après. Bien sûr ça venir de mon cœur !

    – Monsieur Skaven nous savons tout deux que ces… actes frôlent de si près le terme escroquerie que certain pourraient les confondre. Je pense qu’un dédommagement plus… amicale permettrait d’aider nos deux démarche.

    – Pffa, nous pas être honnête. Toute les choses le disent. Toi pouvoir dire ce que toi vouloir, nous avoir clients. Clients comme toi, d’ailleurs, qui ne peuvent pas aller ailleurs. Toi, toi devrait être prudent aussi… Qui sait ce que Queek faire si lui apprend que elfes sont pirate dans ses eaux ? Lui peut-être appeler le raider ici et le raider pas savoir que toi être un ami hein ?

    Il existe peu de créature capable de voir au travers du masque des elfes mais les lézards en sont. Je me souvient que sont apparence n’avait pas changé mais je j’avais senti de la peur pendant un instant quand les “grands” noms du Clan Mors furent prononcé.

    – Passe ton message Skaven. Le Kroxigor sera attendue près du Temple. Prend garde ! Tu n’es pas le seul à pouvoir invoquer tes maitres. Je travaille sous contrat aujourd’hui. Ce n’est pas mon or que je dépense. Le propriétaire sera… vexé si une autre affaires comme celle-ci venait à ce produire ! Et qui sait ce qui se passerais si il apprenait ton apparence. Maintenant écarte toi et laisse moi choisir.

    Avec cette dernière passe, la joute verbale pris fin et le Druchii commença à inspecter nos deux groupe pendant que le Kroxigor était amené à bord. Il passa entre nos rang et regarda chacun d’entre nous longuement. Quand vint mon tour il chercha mon regard et vie mon infirmité. Il me tourna la tête pour mieux observer la cavité qui abritait autrefois mon œil.

    Je sentis ses doigts comme si il passait sur mon esprit. Un léger effleurement de mon crâne et il partit en moins de temps que pour aucun autre. Son prochain arrêt de marque fut devant le Skinks dresseur. Il s’arrêta devant lui et sembla hésiter un moment avant de dire :

    “Tu me plait toi. Oh oui tu me plait beaucoup. Malheureusement, je suis pressé par le temps et les ressources à ma disposition. mais si tu avais un compagnon ah… Je reviendrais pour toi, alors tache de te préparer d’accord ?”

    La seul réponse du Skinks fut de déployer sa collerette avec un sifflement.

    – Exactement. Skaven !

    – Quoi, quoi ?” Répondit le rat en sortant à toute vitesse son nez de la bourse.

    – Lui là. Garde un œil sur lui.

    – Seulement si toi, toi passer vite. Queek’s Lair pas laisser esclave longtemps, longtemps.

    – C’est ton profits, fait comme bon te semble.

    Puis il continua et fini son tour. Il désigna ses cibles et son équipage les embarqua. Avec une révérence parfaite mais tout de même irrévérente le capitaine quitta les quais et peu de temps après quitta le port laissant de la centaine de départ nous n’étions plus que dix. Dix pauvre âmes perdu au milieu d’un monde de douleur et de peine.

    Nous fûmes rassemblé une fois de plus et on commença à nous poussez plus profondément dans les souterrains, jusqu’à une salle fermé. Là on nous laissa avec une pierre comme seule porte qui pourtant avec la tentative de deux Saurus comme preuve ne bougerais pas sans l’accord de nos geôlier.

    Une chose m’avait marqué de la rencontre avec l’elfe. Le fait que ce soit le cavalier qui est été choisi. Celui dont le groupe à fui avec notre victoire. Le voila le comment. Comment les grand Lézard ont-il pu tombé face à des rats ?

    Pas grâce aux rats car c’était impossible. Cela ne pouvait être que grâce à d’autre Lézard ! Et lui là. Si il est ici c’est que les rats les ont trahi ! Ce ne sont que des vermines, elles ne peuvent pas se tenir tranquille et trahissent tout ce qui les approche ! Même les elfes-noir !

    Le traitre croisa mon regard et se leva. Oh non tu ne va pas t’échap…

    – Saurus ! J’en est assez de te voir me cracher dessus avec tes yeux.

    – Voudrais-tu que j’arrête quand je n’ai pas de raison ?! Tr…

    – Tiens ta langue, borgne. Je n’ai pas subit tout le voyage pour mourir ici des pattes d’un soldat traumatisé.

    – Tu voudrais que je ferme les yeux sur la trahison de ton groupe, cavalier ! Jamais ! La victoire était à nous ! Jamais nous ne serions dans notre états si les tiens avait tenu ces machines démoniaque à l’écart !

    – Je le sais très bien merci !

    – Tu admet !” Rugis-je !

    – Bien sûr ! Mes frères, maudits soit leur noms, ont perdu une de nos chance de victoire ce jour là en fuyant mais regarde moi Saurus ! Je suis ici et non pas au loin ! J’ai été abandonné comme toi ! J’ai été trahi comme toi !

    – Oui tu as été trahi mais cette punition n’est pas assez ! Tu pouvais les en empêcher !

    – …

    – Alors qu’a tu as répondre !

    – Que ton avis est fait. Que quoi que je dise tu as déjà décidé de ce que tu croirais et de ce que tu ignorerais. Tu cherche une excuse pour ta rage et ton impuissance. Alors je ne vais pas me défendre avec des mots mais avec des gestes.

    – Tu veut m’affronter ? Oui ! Tu vas périr ! Je vais venger mes frère !” Je me levais te toute ma hauteur et m’approchais lentement de lui. Les autres ne bougeait pas ils savait que j’avais raison, que je disais ce que tout le monde pensait !
    La seul réaction du couard fut de cacher son visage avec son bras. J’allais l’écraser et l’étouffer lentement !

    – Regarde plutôt que de dire des folies qui n’aide que les rats.” Et c’est là que je vis que son avant-bras n’était pas droit. Non, il y avait une bosse au milieu et un creux de l’autre coté. Les marque d’une fracture mal ressoudé.

    – Que veut-tu que j’ai à faire de ta souffrance ? Tu la mérite !

    – La raison pour laquelle j’ai marché un mois sous les regard mauvais de tout mes compagnons en cachant mes blessures pour que la vermines ne me dévore pas est simple. Je vais m’enfuir ! Je ne serais pas esclave et mes cousins caméléon qui me regarde avec doute et colère non plus !

    – Tu ne sortira pas d’ici vivant.

    – Tu crois que tu m’arrêtera ? Non, j’ai décidé que rien ne m’en empêchera et ce n’est pas un borgne déboussolé qui m’empêchera d’aller dénoncer les lâche qui nous ont tous abandonné devant les Slans eux même !

    Un silence tomba sur nous tous comme un manteau de plomb. Les Slans. Leur seul nom est une force, leur temps éveillé est plus précieux que tout et il croit qu’il pourra le leur emprunter ? Il pense que cet acte le mérite?

    – …Pourquoi ?

    – Pour que leur arrogance et leur lâcheté soient puni. Et pour que les prochain apprenne de nos erreur.

    C’est là que je vis sa rage et sa tristesse. Comme moi il était stoïque pendant tout le voyage. Mais là où j’avais désespéré dans mon esprit avec les quelques douleur de mon crâne, il avait caché un blessure handicapante et marché avec pendant longtemps avec cette rage d’agir…

    Et moi j’étais effondré et je cherchais des coupable quand il cherchait des solutions.

    – Comment compte-tu faire ?” demanda un autre Skinks ?

    – Par la mer. Il faudra nager loin et vivre de peu jusqu’à une de nos ville.

    – C’est de la folie ! Nous serons rattrapé !” Déclara un Saurus.

    – …Et alors.”Répondis-je.

    – Comment ça “et alors” ?

    La prononciation de ce mot qui ne m’avait pas quitté par les autre membre du groupe me fit rire je ne sais pas pourquoi. Le groupe me regarda avec inquiétude. J’étais après tout un des moins faible ici. Seul mon œil était blessé et dans les tréfonds la vision n’était que de peu d’aide. Alors que eux étaient presque tous blessé aux bras ou aux jambes.

    – Mieux vaut mourir une fois que de mourir cent fois par jour sous les ordres de ces moins que rien.

    – Tu me comprend.”Affirma le cavalier.

    – Je te dois des excuses…

    – Je veut ton nom.

    – Pourquoi faire ?

    – Tu as failli. Tu n’étais plus là quand tu aurais du l’être et tu n’est ressortit que pour attaquer un des tiens. Je veut ton nom comme excuse.

    – Comment veut-tu que je le récupère ?

    – Il y a des esclaves ici. Plus que nous. Des rats, des elfes, même quelques rare hommes. Tu leur donnera mon nom. Tu les enverra vers la liberté et nos ville. Et cette armée en colère combattra les Skavens à ta place.

    – …

    – Tu survivra et un jour je te retrouverais. J’aurais entendu mon nom de tout les êtres libérés et je te rendrais le tiens ce jour là et pas avant. Que dis-tu ?

    Je restais silencieux. Il m’offrait ce que je voulais sans le savoir. Une échappatoire à la culpabilité. Je ne voulais pas mourir, je ne voulais pas fuir, et je ne voulais pas abandonner. Alors je me battrais et je frapperais sans être vu. Peut-être es ce de ces actes que Ra’tok est fait ?

    – Soit. Je serais là. Je serais toujours là pour tout les esclaves qui passeront entre les griffes des Skavens. Je serais leur bouclier et leur guide. Et jusqu’à ce que ma honte soit effacé, d’aujourd’hui à ton retour, je n’aurais pas de nom.

    Je m’approchais de lui sous les regard choqué de nos compagnons et lui murmurait un mots désormais interdit tout bas.

25 sujets de 1 à 25 (sur un total de 26)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.