Post has published by florian30051

Ce sujet a 2,367 réponses, 35 participants et a été mis à jour par  BaTBaiLeyS, il y a 10 mois et 2 semaines.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012


    Le Périple des derniers Romains

    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=TIXnjT7fldU%5B/center%5D

    Ave ! Bienvenue au front, soldats ! Ici dans cette première histoire commune, nous reprendrons l’épopée d’une dizaine de valeureux romains ou étrangers à l’empire ayant pour principale ambition de lui restaurer un peu de sa gloire passée.

    Certains instants mémorables de notre histoire:

    (D’autres vidéos à venir…)

    Voici le résumé de notre histoire:

    Ave jeune recrue ! Tu es la bienvenue dans la Legio XXXI Libertas ! Allons, assis-toi donc près de ce feu. Ainsi, je pourrais te raconter notre histoire d’une façon d’autant plus réconfortante. Je t’en prie, mets-toi à ton aise !

    Je me souviens encore de la rencontre des légionnaires, de nos premières aventures. À la caserne, les jours furent inoubliables. Le premier matin avait été très ensoleillé et déjà, on pouvait se faire une idée du caractère de chacun des camarades. Saganamicus était lent pour ne pas dire mou dans ses mouvements. Quintilius était silencieux mais astucieux. Maxentius était audacieux et parfois même arrogant. Delcus était un véritable colosse à en voir sa physionomie et devait être un véritable titan sur le champ de bataille. Cato était ambitieux mais aussi assez difficile à comprendre. Celui-ci a fini par quitter la légion mais cet étrange soldat continua à nous aider. Les autres légionnaires de la future compagnie que nous formeront avaient un peu moins de particularité. Probus fut tout de même rapidement remarqué comme un lâche au combat, se mettant dans les premiers temps toujours en dernière ligne. Un grand ami de celui-ci, Marius, était un soldat très gentil aimé de tous, et un combattant très motivé pour la défense de la Ville Eternelle. Il y eut également d’autres soldats mais ceux-ci ont malheureusement trépassé. Ganus Yutus semblait être un bon soldat, mais par la suite, il se révéla être un traitre. Il fut tué pendant la prise de Rome. Aussi il y eut notre premier général, Conquéris. C’était un officier romain très respectable mais également assez détesté par la troupe du fait de sa sévérité. Par la suite, la folie eut raison de lui et il finit par être tué pendant la dernière grande bataille.

    Notre première campagne militaire fut décidée au bout de quelques semaines. Il s’agissait de surveiller les frontières du Norique*. L’expédition fut organisée pendant l’été 450.
    Les forêts étaient vraiment très profondes dans ces régions, et nous étions nerveux. Nous ne voyions rien. Notre troupe était bien vulnérable, nos armes nettement inférieures à celles que pouvaient avoir les rebelles. Seule l’organisation restait un point fort de la compagnie Conquéris. Nous autres ne comprenions rien. Nous étions à peine sorties de la caserne, et encore, nous restions peu entrainés et nous étions loin d’être aptes à livrer batailles.
    Pourtant, malgré notre inexpérience, nous eûmes point longtemps le choix. Des mouvements rebelles ennemis furent localisés par Saganamicus, le pauvre bougre qui avait été choisi par Conquéris pour faire l’éclaireur. Cependant, les ennemis n’avaient pas prêté attention aux mouvements de notre compagnie. Une stratégie fut mise en place, avec l’aide de Marius. Probus et Saganamicus devait être la chair à canon qui pousserait les rebelles à se jeter dans la gueule du loup. Cachés, les autres légionnaires leurs tendront une embuscade et après avoir encerclé les sous-hommes, Probus et Saganamicus pouvaient se retourner et arriver en renfort. Ce premier combat fut rude et seuls les plus courageux n’eurent aucun effet de psychose en tuant un sous-homme. Même si ceux-ci ne pouvaient être considéré comme d’égal à égal avec nous, je suis convaincu que cela restait des humains et c’est cela qui rendait la tache assez difficile. Tandis que Cato, Maxentius, et Marius festoyaient ensemble la victoire, ayant tout trois tué un grand nombre d’ennemis, certains restèrent à l’écart, à commencer par Probus et Saganamicus qui décidément étaient devenus des rejetés.
    L’expédition dans le Norique dura seulement quelques semaines. Ce combat fut le seul que nous avions livré, avant que Conquéris fût invité à revenir à Rome avec son armée. Le sénat, avec l’appui de l’Empereur Valentinien III, l’ordonnait.
    Le retour à Rome fut bienvenu pour de nombreux légionnaires. Certains comme Probus sentaient le besoin de devoir se reposer. Cependant, cet instant de répit ne dura point longtemps. Tous manifestèrent au bout d’un moment l’envie de se préparer à la prochaine expédition aux frontières de l’empire. Quelques uns, comme Cato, choisirent cet instant de congé pour régler leur affaire de famille. Celui-ci, en particulier, avait toujours refusé de nous en dire plus sur son affaire, alors je ne pourrai pas te dire pourquoi Cato finira par prendre autant de distance par rapport à nous autres.

    Après que les quelques jours de permission soient passés, Conquéris reçut enfin sa nouvelle mission de la part du sénat. C’était une affaire extrêmement complexe. Nous devions réinstaurer l’ordre chez les Burgondes qui étaient pourtant censé être notre allié. Les Burgondes s’étaient divisés en deux en pleine période de trouble. Les uns étaient alliés de Rome, prônant le prestige de cet empire quadru-centenaire, et les bienfaits de la romanisation. Les autres avaient une dent contre la cité éternelle, et s’étaient donc alliés aux vils huns. C’était réellement notre première réelle campagne militaire. En comparaison, celle dans le Norique n’était qu’une promenade de santé. Aussi, certains allaient surement y laisser leur vie. Au bout de quelques semaines, la troupe arriva à Arelatae qui était déjà en ruine. Ils semblaient que les Burgondes hostiles à l’empire aient pénétrés dans l’empire bien plus rapidement que prévue.
    Nous établissions notre campement à proximité de la ville. Alors que nous étions en pleine construction du fortin, des évènements étranges survinrent. Ganus Yutus et Lucius Probus, qui étaient partis en éclaireur, avaient disparu et n’étaient pas revenu au temps voulu. Une grande bataille s’en suivit entre la compagnie Conquéris et des hordes barbares. Mais nous pûmes arriver au campement burgonde et récupérer les disparus qui y étaient prisonnier.

    C’était notre première véritable victoire. Nous en avions pleuré de joie ! Mais nous eûmes point le temps de fêter la victoire, et nous reprîmes la marche.
    Plus au nord de la province, une rencontre fut mise en place entre le roi Burgonde pro-romain et Conquéris qui parlait au nom de Rome.
    Dans un premier temps, malgré quelques accidents sans grandes importances, la rencontre se passa bien. Mais plus tard, par un début de folie, Conquéris assassina Chilpéric dans la nuit. Les tensions devinrent aussitôt palpable et nous dûmes ruser pour que le général romain et que notre compagnie survive. Discrètement, nous quittâmes le campement et déguisé en paysan, notre vie de légionnaire changea.
    Désormais, nous étions recherchés, et cette position difficile allait vraiment nous compliquer la tâche.

    Lors du trajet, Conquéris devint fou. Nous ne le reconnaissions plus. Jadis sérieux, ce commandant était devenu bien têtu à maintes reprises.
    Notre véritable périple ne faisait que commencer car très tôt, nous fûmes en mauvaise posture.
    Déjà, Yutus avait disparu tout comme Cato. Ces deux gaillards avaient déserté sans même nous avertir.
    Nous continuâmes à sept la route pour Massilia. Le grand port principal de la Provence était notre objectif. Nous voulions retourner à Rome voir les hautes autorités. Il fallait leur montrer que les légions, les irénarques et les limitanei n’avait pas à nous poursuivre et à nous traquer puisque que nous combattions pour la même bannière.

    Un détachement de cavaliers équites nous a intercepté sur la via Aggripa. Mais le geste héroïque d’un Cato nous retrouvant ainsi que l’intervention de toute la compagnie nous permit de mettre fin à cette menace.
    Cato, il revenait nous voir aussi rapidement qu’il partait… Après l’affrontement, il nous quitta de nouveau. La route fut pénible même alors sur une charrette. Conquéris ne cessait de gémir, sa folie devenait violente et nous devions faire attention aux coups qu’il nous donnait.

    Arrivé à Massilia, nous n’eûmes pas finit de voir le danger. Quelques agents de Valentinien III nous arrêtèrent mais l’arrivée d’un homme providentiel nous sauva in-extremis. Augustus, fils du gouverneur de Massilia, comprit notre détresse. Lors de l’incendie du vieux port, tous les bateaux semblait avoir été détruit. Mais ce n’était sans compter sa flotte personnelle. Ainsi, notre périple en mer put commencer.

    Et comme toujours, notre voyage fut peuplé de malheurs. La puissante flotte vandale nous arrêta et ce fut compliqué de trouver un compromis pour nos deux partis.
    Sur les côtes d’Ostie, une terrible tempête brisa notre bateau. La plus grande partie des légionnaires furent blessés, surtout Quintilius qui dut rester aux soins de Paullus, notre médecin, pendant un certain temps.
    Beaucoup de soldats disparaitront, suite à la confusion qu’a vu naitre cette tempête. Maxentius et Quintilius ne furent retrouvés que pendant le siège de Rome.
    Après avoir tenté en vain de les retrouver dans tout Ostie, Augustus se laissa aller chez un patricien d’Ostie qui organisait une orgie. Il exigea de se reposer un jour à Ostie chez ce patricien, avec l’appui d’un chantage ignoble. Il prétendait nous trahir si nous n’allions pas également nous reposer également. Forcés, nous nous rendîmes dans cette orgie tandis qu’un légionnaire devait chaque heure partir à la recherche des autres.

    L’orgie fut ennuyante pour bien des légionnaires. Cependant, Cato, qui comme toujours venait de façon imprévue, y put régler ses propres affaires. Il y rencontra Valeria, une servante qui allait rapidement devenir un compagnon. Augustus, quant à lui, eut le champ libre pour pouvoir « enfin » se reposer.
    Pendant la fête, Probus eut la surprise de rencontre Claudia, fille de patricien. Probus tomba amoureux de cette jeune femme de 19 ans. Elle fut persuadée de les accompagner pendant tout leur périple.

    Quelques jours plus tard, les légionnaires se retrouvèrent à Rome, chacun ayant leur opinion sur la guerre romano-vandale.
    Ganus Yutus prit la fuite quand nous le retrouvions, de façon fort mystérieuse. Il n’empêche que les autres légionnaires trouvèrent rapidement un logis dans une auberge. Cependant, quelques camarades quittèrent l’urb. Quintilius, Saganamicus, Paullus, Claudia se réfugièrent chez l’oncle de celle-ci, étant « trop faible » pour se défendre.
    En effet, Quintilius et Saganamicus étaient grièvement blessé. Paullus n’était qu’un simple apprenti médecin et Claudia n’était pas une femme apte à se défendre contre un barbare.

    Les autres légionnaires restèrent et se défendirent du mieux qu’ils pouvaient, pendant l’assaut vandale. Le combat fut difficile et nous ne tardâmes pas à être épuisés. Malgré notre défense héroïque qui dura quelques jours, nous reculions inéluctablement. Les romains étaient en infériorité numérique et étaient démotivés. D’après certaines rumeurs, l’empereur et le pape était mort… Qui défendions-nous alors ?

    À la mi-décembre, la bataille était finie. Les vandales avaient gagné difficilement le combat, leur victoire était décisive. Avec l’accord de l’Orient, Genséric, roi des vandales, devenait nouvel Empereur d’Occident. Son sacre eut lieu le 30 décembre.
    La prise de Rome et son sacre divisa totalement l’Empire. Tandis que l’est défendait Genséric, la Gaule d’Aetius, les Wisigoths, les Burgondes, et les Huns s’étaient alliés et avaient fait sécession. Quant à nous, nous livrâmes en campagne un combat désespéré contre les vandales.

    Toutefois, celui-ci était perdu d’avance, et après une petite semaine, notre légion dût se rendre à l’évidence. Le changement de camp eut lieu lorsque notre campement était assiégé par l’ennemi, à proximité de Cortone.
    Ainsi, depuis début janvier, nous combattons au nom de Genséric, notre nouvel Empereur.

    Ah, j’oubliais… Un prince Vandale nous surveille de près, le grand Godesigel. Il parait qu’il va épauler Maxentius dans sa tâche de commander la légion.

    Je t’ai tout raconté. Bienvenue dans la légion!

    La situation géopolitique du monde méditerranéen fin décembre 450. (Merci Maxsilv!)

    Monde méditerranéen fin février 451

    Les règles :

    -Faire attention à l’orthographe
    -Faire plus de 10 lignes
    -Respecter l’ordre de passage qui est donné juste en dessous.
    -Prévenir en cas d’absence ou d’arrêt d’écriture
    -Au cas où le suivant de l’ordre de passage n’a toujours pas posté sa suite de l’histoire au bout de 24h, nous serons forcés de passer directement à la prochaine personne qui doit écrire.
    -Le récit doit être à la troisième personne et il faut respecter l’emploi du passé simple et de l’imparfait obligatoirement.

    Les participants de notre RP:

    Florian30051 (Lucius Florianus Probus)
    Presbite29 (Marius)
    Enghien
    Xénophon (Xéno d’Athènes)
    Del_schyzo (Aquilus Cato)
    Jddelsignore (Publius Peregrinus Maxentius)
    momolefrenchie (Javed Parham)
    Saganami (Caius Lentulus Saganamicus)
    Vinz le conquérant (Caius Vincius Conqueris)
    Gytz(Shapur pahlavur)
    Onyx3018(Jacus Viriatus Superbus)
    Maxsilv(CNAEVS EQVISVS HOSTINIVS)
    Mirage (Flavius Iustinius)
    LeanDer (Anasthasios Limagos)
    Yandhen (Marcus Gallicus Scipio)
    guiguit (Gaius Julius Aetius Secondus)
    PapaZoulou (Matthom Venomos)
    Augustin (Augustus)
    Masteryunchang (Ganus Yutus)
    Lucdelgames (Lucracius Delcus)
    LeGoanvic
    Samaymies (Samaymius Julius Palpatinius)
    Jurkan (Marcus Libo)
    Vispanius Agrippa (Godegisel)
    Sovorov2a
    Floian30051

    NB: J’ai rajouté des couleurs pour pouvoir différencier les absents définitifs, provisoires et les participants actifs.

    Voici le nouvel ordre de passage mis en place par Maxsilv afin de fluidifier l’évolution de chaque tour:

    [table]
    [tr]
    [td]

    Dans le RP

    [/td]
    [td]

    _ | _

    [/td]
    [td]

    Temps IRL

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]Rapport : période α[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période A – jour 1

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]Entre-tour semaine α – jour | ² |[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période A – jour 1

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Lucius Probus (@Florian30051) / Xéno d’Athènes (@Xénophon)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période A – jour 2

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Aquilus Cato (@Del_schyzo) / Javed Parham (@Momolefrenchie)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période A – jour 3

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ P. Peregrinus Maxentius (@Jddelsignore) / Crachus Germanicus (@Sovorov2a)[/td]
    [td][/td][td]

    Période A – jour 4

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Jacus Viriatus Superbus (@onyx3018) / Shapur Pahlavur (@Gytz)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période A – jour 5

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Cn. Eq. Hostinius (@Maxsilv) / M. Venomos (@PapaZoulou) / M. Scipio (@Yandhen)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période A – jour 6

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Lucracius Delcus (@Lucdelgames) / Bedyddwyr ap Hoël Ar Gaeafudyn (@LeGoanvic)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période A – jour 7

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Godegisel (@Vispanius Agrippa) / C. Julius Aetius Secondus (@Guiguit)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période A – jour 8

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]

    [/td]
    [td][/td]
    [td][/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]Entre-tour période α – jour | ² |[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période B – jour 1

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Lucius Probus (@Florian30051) / Xéno d’Athènes (@Xénophon)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période B – jour 2

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Aquilus Cato (@Del_schyzo) / Javed Parham (@Momolefrenchie)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période B – jour 3

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ P. Peregrinus Maxentius (@Jddelsignore) / Crachus Germanicus (@Sovorov2a)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période B – jour 4

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Jacus Viriatus Superbus (@onyx3018) / Shapur Pahlavur (@Gytz)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période B – jour 5

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Cn. Eq. Hostinius (@Maxsilv) / M. Venomos (@PapaZoulou) / M. Scipio (@Yandhen)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période B – jour 6

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Lucracius Delcus (@Lucdelgames) / Bedyddwyr ap Hoël Ar Gaeafudyn (@LeGoanvic)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période B – jour 7

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Godegisel (@Vispanius Agrippa) / C. Julius Aetius Secondus (@Guiguit)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période B – jour 8

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]

    [/td]
    [td][/td]
    [td][/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]Entre-tour période α – jour | ⁷ |[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période G – jour 1

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Lucius Probus (@Florian30051) / Xéno d’Athènes (@Xénophon)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période G – jour 2

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Aquilus Cato (@Del_schyzo) / Javed Parham (@Momolefrenchie)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période G – jour 3

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ P. Peregrinus Maxentius (@Jddelsignore) / Crachus Germanicus (@Sovorov2a)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période G – jour 4

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Jacus Viriatus Superbus (@onyx3018) / Shapur Pahlavur (@Gytz)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période G – jour 5

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Cn. Eq. Hostinius (@Maxsilv) / M. Venomos (@PapaZoulou) / M. Scipio (@Yandhen)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période G – jour 6

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Lucracius Delcus (@Lucdelgames) / Bedyddwyr ap Hoël Ar Gaeafudyn (@LeGoanvic)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période G – jour 7

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Godegisel (@Vispanius Agrippa) / C. Julius Aetius Secondus (@Guiguit)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période G – jour 8

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]Rapport : période β[/td]
    [td][/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]Entre-tour période β – jour | ¹ |[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période H – jour 1

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Lucius Probus (@Florian30051) / Xéno d’Athènes (@Xénophon)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période H – jour 2

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Aquilus Cato (@Del_schyzo) / Javed Parham (@Momolefrenchie)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période H – jour 3

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ P. Peregrinus Maxentius (@Jddelsignore) / Crachus Germanicus (@Sovorov2a)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période H – jour 4

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Jacus Viriatus Superbus (@onyx3018) / Shapur Pahlavur (@Gytz)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période H – jour 5

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Cn. Eq. Hostinius (@Maxsilv) / M. Venomos (@PapaZoulou) / M. Scipio (@Yandhen)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période H – jour 6

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Lucracius Delcus (@Lucdelgames) / Bedyddwyr ap Hoël Ar Gaeafudyn (@LeGoanvic)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période H – jour 7

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]→ Godegisel (@Vispanius Agrippa) / C. Julius Aetius Secondus (@Guiguit)[/td]
    [td][/td]
    [td]

    Période H – jour 8

    [/td]
    [/tr]
    [tr]
    [td]

    [/td]
    [td][/td]
    [td][/td]
    [/tr]
    [/table]

    Si un quelconque changement dans l’ordre s’impose, signalez-le-moi et j’éditerai mon message.
    Mon thème ayant eu le plus de voix: les derniers jours de Rome, je suis d’après une décision déjà prise auparavant élu pour commencer l’histoire.

    ————————–

    Lucius Florianus se réveilla après une longue nuit de sommeil, aujourd’hui il allait faire connaissance avec ses futurs compagnons de bataille. Il sortit du petit taudis où son oncle le logeait, lui fit ses adieux et se précipita à la caserne impatient de pouvoir faire un premier geste pour sa patrie chérie.

    La caserne était magnifique, deux légionnaires sculptés en pierre gardaient tel de réels soldats la porte de la caserne. Le bâtiment était somptueux, fabriqué avec les matériaux les plus précieux de l’empire et un féroce aigle doré surveillait la façade de la bâtisse. Près de la porte d’entrée se trouvait une grande cour où on pouvait déjà voir un soldat qui faisait les cent pas. Il était tôt, le ciel était grisâtre et obscure, et on avait du mal à distinguer les premières lueurs du soleil du fait des nuages. Lucius Florianus s’était étonné de voir un soldat déjà présent. Il voulait à tout prix arriver en premier pour pouvoir être félicité pour sa rigueur et sa ponctualité par le centurion et le tribunus militus. Il se présenta au soldat volontaire déjà présent.

    « Ave, compagnon ! Comment vous nommez-vous ? »

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Rhôôôôô…… Bande de trouillards! Vous n’avez pas inclus le décalage horaire chez les Québecois!

    DANS LE RP

    L’homme anxieux ne répondit rien. Or, quelques secondes plus tard, un personnage avec un corps svelte et à l’air plutôt paysan fit son entrée, espérant lui aussi être ponctuel. Mais c’est pour des raisons plus familiales que d’autres, pas du genre à épater le centurion et le tribunus militus… Surpris de voir déjà deux personnes en attente tôt ce matin, il s’exclama d’un air assez blagueur:

    “Eh bien, je ne suis pas le seul à vouloir garder l’honneur de ma famille…” Il reprit un ton sérieux avant de continuer: “Juste par curiosité, vous pouvez me dire vos noms et votre motif de recrutement? Avant tout, moi, je m’appelle Aquilus Cato et je suis là parce que c’est une affaire de famille depuis 3 siècles.”

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    Désolé, j’ai bossé durant la semaine et j’ai eu une journée pour le moins remplie aujourd’hui. :whistle:

    *******RP*******

    Le premier homme répondit: “Je me nomme Publius Peregrinus Maxentius, je suis ici afin de défendre l’honneur de Rome et de la protéger contre les hordes barbares du nord. Et ma famille compte beaucoup sur moi. C’est pour ces raisons que je sers l’armée, et pour longtemps encore.

    Je compte également vengé tous les Romains morts au combat face à ces hommes sans foi ni loi. Puisse mon glaive en occire plus d’un. Force et honneur amis! Mais maintenant, assez parler de moi, attendons nos autres compagnons d’arme.”

    En effet, alors qu’il disait cela, le pas régulier d’autres arrivants se faisait de plus en plus distinct…

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012
    *** RP : Caius Lentulus Saganamicus ***

    Le très jeune homme monte les marches et se trouvant vraisemblablement face à des guerriers confirmés, il se sent tout à coup mal à l’aise, puis se ravise, et il salue d’un geste imprécis :

    “Ave Camarades ! Je suis Caïus Lentulus dit Saganamaicus”

    Voyant que les hommes attendais apparemment qu’il continue, il le fait d’un air enjoué :

    “Je suis l’ainé de Caïus Lentulus Antonus, marchant réputé près du forum, vous connaissez sans doutes ses étoffes fines !”

    Mais cela semble désintéresser totalement ses camarades, et ayant surprit les conversation précédentes :

    “Je crois qu’il est temps de défendre Rome. Si ce n’est pas nous, qui le fera ?”

    Évidement, cela sonnait faux, Saganamicus se ravisa alors et décida de se taire, profitant de l’arrivée d’un nouveau soldat.

    PS : Florian, souhaites tu que je supprime les précédents posts d’organisation pour plus de fluidité dans le récit global?

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Hein ?? Euh, excusez moi, c’est allé trop vite j’étais pas chez moi hier :blink: Voici le texte

    **Dans le RP**

    Alors que les premiers arrivant attendait patiemment devant les imposantes portes de la caserne, un grand homme a la corpulence remarquable et à l’allure noble sortit du batiment. Il semblait, à première vue, être un soldat, il portait une lourde cuirasse rouge luisante et tenant son casque orné sous bras. Au fur et à mesure qu’il avançait, des bruits coururent très vite et il fut vite constaté que la personne en question n’était pas n’importe qui : c’était leur général ! – Ave braves soldats, je suis Caius Vincius Conqueris, je suis général. ici, vous me devez le respect et je dois parvenir grâce à mes compétences inouïs à mener vos piètres âmes à la victoire. Obeissez moi ! et vous veneritis, videtis, vicitis…enfin, je le souhaite.

    Les quelques soldats déjà présents, regardait leur futur chef avec anxiété…

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Rectification: À cette époque, l’équipement des légionnaires romains n’était plus semblable aux temps des Grands Empereurs (Vespasien, Trajan, Hadrien, Caracalla, etc.) et de leurs conquêtes. L’équipement était plus lgéer pour un moins grand prix et une plus grande… mobilisation. Les armures de généraux furent donc différents eux aussi.

    Lors des conquêtes et de la Pax Romana:
    http://www.threenewcreations.com/armorofgod/romansoldier.jpg

    Lors des Invasions Barbares:
    http://de.academic.ru/pictures/dewiki/67/Comitatenses.jpg

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Un autre soldat avait rejoint le groupe en silence et après avoir écouté le discours du général, il déclara : “si vis pacem, para bellum”1, sans qu’on eut pu distingué si ces paroles avaient été prononcées consciemment ou inconsciemment, car il était manifestement perdu dans ses pensées.

    Alertés, les légionnaires tournèrent la tête et observèrent le nouveau venu qui leva alors les yeux et dit :
    “Miles Quintilius sum. Nam solum cognominem habeo.”2
    Dans ses prunelles se confondaient tristesse et souffrance, aussi l’enrôlement dans l’armée n’avait pas dû être une solution choisie de plein gré pour ce soldat d’une vingtaine d’années que la vie n’avait, semble-t-il, pas ménagé. Son air était grave et il ne prononça rien d’autre, retrouvant son attitude silencieuse pour le moins énigmatique.
    _____________________________
    1 trad : “si tu veux la paix, prépare la guerre”
    2 trad : “Je suis le soldat Quintilius. Car il ne me reste seulement qu’un cognomen.”

    [désolé de ne pas avoir posté hier, mais exceptionnellement je n’ai pas eu le temps de faire mon tour quotidien sur le forum de la guerre, pour cause de révisions.]

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Un long silence gagna le groupe, témoin de l’atmosphère plutôt lourde qui régnait. Soudain, un colosse à la tenu simple et au parfum relativement désagréable fit son entrée dans la cour. Il semblait terriblement fatigué et avait probablement dû profiter de ses derniers jours de “liberté” dans un des nombreux bordels qui s’étaient établis autour de la caserne.
    Il chercha un coin pour s’asseoir, à proximité de la petite foule, mais à peine celui-ci se pencha pour vers une position où le soleil ne pourrait pas aggraver sa migraine qu’un soldat dont la tenu reluisait s’écria:

    “Toi là, tu pourrais avoir la décence de venir saluer ton général !”

    L’homme qui s’était assis comme si rien ne s’était produit et leva enfin la tête puis fixa son interlocuteur avec ses immenses yeux rond comme des billes dont le regard semblait percer à travers l’âme même. Il continua de regarder le soldat avec un tel intensité qu’il paraissait pouvoir regarder à travers.
    Puis soudainement sa tête chuta violemment, il s’était assoupie tout naturellement.
    Le chef de la troupe resta bouche-bée, de peur ou de colère personne ne le sut, mais avant qu’il ne put décharger toute sa rage un nouveau retardataire fit sont entrée bruyamment…

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Désolé de mon retard, j’avais oublié^^
    ______________________________________________________________________________
    Le soldat avait l’air d’être en rage… Celui ci dégaina son glaive et le pointa sur un soldat qui l’avait, soi disant, regardait de travers.
    L’autre n’osait pas ,à son tour, dégainé son glaive par peur de représailles de la part du général.Il recula de 2 pas. Le soldat, toujours avec son glaive, lança:
    “Lâche!Tu n’as pas honte de me provoquer et ensuite de reculer!”

    Un homme intervint et demanda:
    “Qui es tu?

    _Lucracius Delcus, fils d’un ancien auxiliaire , j’ai été capturé par les barbares et torturé, mais par la grâce de Dieu, je me suis enfui.

    _Comment es tu arrivée ici?

    _Un homme me voyant avec les traces des fouets ou autre a tout de suite compris et me proposa ,alors, de tuer du barbare. Je n’ai pas refusé!”

    Devant ce soldat, à la carrure si imposante et son air de vainqueur, plus personne n’osa le regarder.

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Par la grace de Dieu !!!!! par la grace DES dieux plutot :whistle:

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    A ce moment, ce n’est pas le christianisme la religion officielle?

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    A bat ces maudits chrétiens !! :angry:

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Raah! Je ne peux pas résister!

    Aussitôt tout le monde présenté, le général s’exclama à la petite troupe de soldat de manière beaucoup plus autoritaire qu’auparavant :
    -Eh bien soldat, ici, il faut que vous sachiez que l’art pour combattre est encore inconnu et même pour les plus robustes d’entre vous ! dit-il en fixant Lucracius Delcus.
    Et nous allons commencer à vous entrainer dès aujourd’hui mais avant cela, il faut passer par plusieurs étapes indispensables. Il s’agira de vous faire inscrire dans les archives de la caserne et de bien vérifie si vous avez la corpulence nécessaire pour pouvoir vous engager définitivement pour vingt ans dans l’armée romaine. Ensuite commencera l’entrainement, nous nous rendrons dans l’arrière cour et nous vous entrainerez à manier le glaive et le bouclier. Nous allons commencer de suite l’inscription. Légionnaire en formation rapproché prêt à saluer votre général !

    Les apprentis légionnaires se manifestèrent aussitôt et ils se mirent en formation. Le placement des légionnaires pour la formation ne fut point satisfaisant aux yeux de Caius Vincius Conqueris. Il ne dit rien aux deux soldats à l’extrémité de l’organisation de la petite armée, Cato et Maxentius. Cependant, il interrompit sa marche devant Lucius Florianus Probus.

    -Légionnaire Lucius Florianus Probus ! Vous vous croyez où ! Vous roupillez encore ou quoi ? On va partir en guerre et tu dors, je pourrai te corriger mais je vais montrer cette fois-ci ma clémence ! Allons tiens toi droit !

    Cette ordre alors donné, il continua sa marche et arriva aux environs du légionnaire…

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    […]

    Cato, qui le regarda avec un air confiant. Le général s’addressa à lui:
    “Légionnaire Aquilus Cato. Je connais votre famille. Vous semblez motivé, et vous montrez un peu de discipline avec votre compagnon Maxentius. Malheureusement, votre motivation, vous allez la perdre. J’ai de mauvaises nouvelles…”
    Cato comprit tout de suite de quoi il parlait, mais garda son sourire. Conqueris reprit.
    -Votre père est mort au champ de bataille.
    -Tu ne me dis pas, reprit Cato avec un air plutôt sarcastique.
    -Cela devrait vous faire apprendre du danger de la Guerre.
    -Je ne m’en doute pas, Caius.
    -On ne m’appelle pas par mon prénom! hurla et finit le général.

    Cato se retint de parler, mais garda son sourire. Ceci fait et après avoir corrigé la formation selon la petite ligne faite par Aquilus et Publius Peregrinus, les nouvelles recrues passèrent aux inscriptions et ensuite, à l’entraînement. Il réservait une petite surprise pour Lucius Florianus, Lucracius et Aquilus…

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Je m’excuse de mon retard mais j’ai confondu mon tour avec celui de @del_schyzo.

    ***RP***

    Et c’est soudainement, alors que personne ne l’attendait, qu’un homme, visiblement épuisé et blessé arriva avec une allure chancelante, puis, sous le regard ahuri du général et des autres futurs légionnaires, s’effondra avec une plainte sourde.

    Âpres avoir été transporté à l’infirmerie de la caserne, tous se demandait ce qui avait bien pu arriver a ce pauvre homme… Seul la général s’en doutait. En effet, il avait pour intuition que la bande de bandits qui sévissaient a l’est de la provinces d’après les dires des citoyens,avait encore frappé…

    Mais maintenant une chose était sur, il ferait de cet homme un légionnaire capables de se venger !

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012
    ****RP****

    Le général ordonna alors de soigner cet homme et de reprendre les exercices. Mais personne ne semblait motivé à y retourner. Maxentius le premier. Il dit: “A quoi bon nous attarder ici? Allons chasser du barbare!”. Ses compagnons semblaient être d’accord. Mais le général ordonna aux recrus de se mettre en rang et de suite!
    À la fin de la journée, le général libéra les futurs légionnaires qui logeraient à la caserne et il s’en alla d’un pas rapide, visiblement énervé. Mais les légionnaires Maxentius et Cato étaient apparement motivés à une énième beuverie. Mais certains, pensant à juste titre, risquer le couroux de leur commandant, n’osère pas trop s’aventurer là-dedans. C’est ainsi qu’ils entrèrent dans leurs chambres et qu’ils découvrirent avec stupeur qu’elles n’étaient pas disposées à accueillir cette fête, vu l’état peu confortable et peu propore dans lequel elle se trouvaient.
    Le lendemain, alors que le soleil n’était même pas levé, le général s’appréta à aller réveiller ses hommes, vétu de son plastron et de sa cape pourpre. Cette fois, il marchait d’un pas décidé…

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012
    *** Caius Lentulus Saganamicus ***

    – Debout légionnaire ! Beugla le général.

    Les hommes s’exécutèrent prestement pour ne pas subir à nouveau le courroux de leur supérieur qui les avaient énormément malmené la veille. Même Maxentius et Cato qui avaient réussi à s’aviner malgré tout se mirent en rang, non sans lenteur et mauvaise humeur.
    Saganamicus en revanche, qui n’avait l’habitude de l’exercice et qui était trop courbatu et endormi suite à une nuit particulièrement inconfortable, ne put être aussi rapide que le voulait l’exercice.

    – Hé sale punaise ! Je te dérange? Tu veux peut être que ta matrone t’apporte le petit dej’?

    Comprenant qu’il ne faisait pas bon de lambiner, Saganamicus accéléra grandement sa préparation et se mit en rang en dernier, non sans manifester une certaine appréhension et un effort intense.

    – Quand on veux on peux… Hurla le général si près du visage du retardataire qu’il sentit l’haleine douteuse de ce dernier. Puis il se ravisa On a donc un volontaire pour éclairer notre progression vers ces brigands, bravo pour votre courage soldat Sagamicus, vous pouvez faire votre paquetage et partir devant.
    Le décurion Lucracius Delcus, nommé à titre provisoire commandera cette mission, il vous donnera les détails en temps voulu et vous partirez aussitôt en mission pour Rome.

    Alors que des vivas retentirent chez ces camarades, Saganamicus resta sombre et se liquéfia presque, réalisant qu’il s’était fait avoir…

    ____________________________________________________________________
    J’ai pas trop compris cette histoire d’officier… Tout le monde “contrôle” le général?

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Je suis possédé !! :blink:

    ****RP****

    La petite troupe de soldats marchaient péniblement dans le sol marécageux et boueux de la Thracie. Le petit peloton d’éclaireur était les yeux de la légion, avançant quelques kilomètres devant, il prit position sur un petite colline à découvers mais garantissant un bel angle de vue. Saganamicus fit un rapport, cherchant à se faire bien voir aux yeux du général après un matin plutôt agité.
    – Aucun barbare en vue, mon général, nous pouvons progresser sans anxiété.
    – C’est moi qui donne les ordres ici ! ce lieu est parsemé de forêts, une embuscade serait facilement envisageable de la part des Goths, il faut resté extrêment prudent. Nous cherchons à visualiser plus clairement cette zone pour préparer une futur attaque afin de repousser le front. C’est une mission de cartographie, pas de combat pour l’instant.
    Les soldats étaient certes déçus de ne pas commencer à s’entrainer au maniement du glève mais n’osèrent contester les dires de Caius Vincius Conqueris.
    La bande d’homme continua alors sa marche après s’être assurer qu’il n’y avait aucun danger, mais la forêt peut être trompeuse…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012
    Hors RP

    Bien que je sois déjà de retour, je préfère que toi, maxsilv, continue pendant un certain temps à présider le rp (si cela ne te dérange pas). Mon internet que j’utilise actuellement n’est pas très fiable…
    Sinon, je tenais à dire que je commence à accrocher à ce que vous avez tous écrit après mon post. Bravo! 🙂

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Nous sommes plus que douze, je vais donc changer le titre.
    (désolé pour le double post mais je tenais à que le message soit vu)

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    Comme à son habitude, Quintilius était perdu au plus profond de ses pensées. Après tout il ne se passait pas grand chose : ils marchaient inlassablement, s’arrêtant de temps à autres afin de réinterroger leur éclaireur, le légionnaire Saganamicus. Cela ne demandait pas un gros effort de réflexion ; aussi le soldat pouvait-il réfléchir tranquillement de son côté.
    Ainsi ce Saganamicus s’était retrouvé en première ligne pour avoir, aux yeux du général, traîné un peu trop longtemps sur sa paillasse aux yeux du général. Toutefois, il aurait été plus sage pour ses compagnons de ne pas en rire de trop vive voix, car ce pourrait tout à fait être leur tour demain et certains s’étaient déjà fait remarquer pour leur manque de discipline…

    De son côté, Quintilius ne pouvait qu’éprouver un peu de compassion pour cet infortuné légionnaire qui était aujourd’hui le souffre-douleur de Caius Vincius Conqueris. Cela l’endurcirait pour sûr et lui apprendrait à l’avenir à être prompt au réveil, puisqu’il visiblement malgré l’incommodité de la paillasse il avait trouvé le moyen d’y dormir. Ce n’est pas que lui-même ne soit point parvenu à fermer l’œil de la nuit, mais le fait est qu’il avait dormis parce qu’il le fallait et que ce sommeil sans rêve s’était révélé très bref. Aussi quand l’ordre fut donné de se lever, Quintilius était déjà réveillé et il ne risquait donc pas de se faire surprendre, trop content de quitter ce dortoir inconfortable.
    Toujours est-il que le soldat se rendait compte qu’il avait beaucoup trop idéalisé la légion – sans doute un vestige de son passé – et que ce qui fit la grandeur de Rome est aujourd’hui à l’image de sa décadence. Le légionnaire d’antan était formé et entraîné pour se préparer à son premier combat, solidement protégé par sa lorica segmentata. L’armée qui aujourd’hui défendait un empire agonisant avait renoncé à cet équipement pour une armure moins onéreuse et plus facile à produire, tandis que là leur formation se limitait à un jour d’exercice intensif et désormais l’apprentissage devait se faire sur le tas !

    Une simple embuscade aurait pu avoir raison de leur petite troupe et c’est avec raison que le général se méfiait de ces bois… Après tout, l’empire menaçait à chaque empereur d’éclater (l’Orient déjà s’était séparé de Rome) ; aussi comment pouvait-on espérer que le territoire soit défendu efficacement ! Néanmoins, Quintilius savait que c’est du glaive de ces nouvelles recrues dont dépendrait sa survie et pour cela, il ne fallait pas faillir.

    __________________________________________

    Ordre de post pour les suivants (je serais absent jusqu’au 26 décembre au soir) :
    lundi 24 décembre : Augustin
    mardi 25 décembre : Cpt. Foley
    mercredi 26 décembre : Rémicas

    Ok Florian je vais tâcher de superviser ça 😉

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Augustin n’ayant pas posté, c’est au tour de Foley.

  • Participant
    Posts1080
    Member since: 12 avril 2012

    Je suis au regret de vous annoncer que j’abandonne le récit.

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Nous ne sommes maintenant que onze. Rémicas, C’est ton tour.

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Oki, je me prépare

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    La troupe continuait son chemin à travers l’obscure forêt lorsque soudainement une troupe de cavaliers romains vinrent à leur rencontre. Arrive à proximité du groupe à pied le commandant de l’escouade mis pied à terre et leva la main pour saluer son supérieur:

    – “Avé, Caius”
    – “Avé, que me vaut votre visite ?” rétorqua le général qui semblait tout aussi surpris que ses hommes de cette curieuse rencontre au milieu de la forêt.
    – “Nous avons été chargé d’escorter le légionnaire Ganus Yutus pour qu’il puisse passer sous votre commandement dans cette troupe.”

    A ces mots, un des homme, caché par ses compagnons mis aussi pieds à terre et commença à se diriger vers le général. C’était un homme immense aux yeux menacent incrusté dans une face rouge sang et fait inhabituel, il portait encore une longue barbe couleur d’ébène. Sans son armure on aurait pu le confondre avec un barbare de la région. Arrivé en face du Caïus le nouveau légionnaire se présenta:

    ” Avé, général, Ganus Yutus, je suis fière de combattre et de mourir sous vos ordres.”
    ” Avé à toi aussi, j’éspère que tu saura faire preuve de plus de discipline que les autres. Tu peux aller de mettre en rang avec les autres”.

    Le géant se dirigea alors en bout de fil sans dire un mot alors que tous les yeux était braqués sur lui. Les deux officiers se saluèrent succinctement puis la troupe de cavaliers reprit son chemin et la troupe de légionnaire fit de même.

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    AH j’enchaîne…
    _______________________________________________________________________________

    Voyant un nouvel homme qui, par son physique, n’avait pas l’air d’être faible et de se laisser faire, laissa un goût amer au décurion provisoire qui ne se sentait plus le plus puissant.
    Celui-ci, alla aux côtés de Ganus Yutus et prit son air imposant pour montrer qu’il était son supérieur.
    Ganus Yutus le fixa puis se reconcentra sur la marche.

    «Que fais-tu ici ? » Demanda Lucracius Delcus

    Rien, aucune réponse…

    « Réponds ! » Imposa Lucracius

    Mais rien, il avait l’air si discipliné. Lucracius l’observa, regardé si il lui été arrivé la même chose que lui mais celui-ci s’écarté et caché des cicatrices. Lucracius voyant que cela gêné Ganus et qu’il avait peur de lui mais qu’il n’osait pas l’avoué, rejoignit sa place qu’il lui avait été assigné, près de Saganamicus.

    Mais cependant, Le décurion Lucracius été frustré de ne pas avoir eu de réponses à ces demandes.
    Il songea de demander au général si il en connaissait plus que lui, mais cela montrerai une face indiscrète de lui, alors il décida de penser à autre chose…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Bon ben c’est déjà mon tour. Cependant je ne sais pas si j’aurais encore le temps d’écrire aujourd’hui.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Il allait bientôt faire nuit et la légion n’avait toujours pas posé son camp. Pourtant, même le décurion avait essayé de persuader le général. Ce maudit commendant n’arrivait pas à tenir compte de la fatigue de ses hommes. Soudain, Lucius Florianus Probus, n’en pouvant plus, avait ralentit sa marche. Le légionnaire qui était derrière lui, Maxentius, le bouscula et rapporta sa faiblesse au général.

    -Général, apparemment, notre légionnaire Lucius Florianus Probus prend peine à marcher. Elle est bien belle l’armée romaine, hein !
    -Tais-toi ! Je ne t’ai pas permis de m’adresser la parole. De quel droit un simple légionnaire se permet de parler ainsi à un général ! Tu remplaceras Saganamicus dans son rôle d’éclaireur demain ! Mais aussi, de quel droit Lucius Florianus Probus se permet-il de ralentir notre marche ! Vous n’avez rien compris ! Tu mérites au moins une trentaine de coup de fouet que tu recevras par Ganus Yutus, une fois que nous serons établis. Et vous tous me manquer de respect, j’ai l’impression! Nous allons donc marcher pendant encore un certain temps pour qu’on puisse vous montrer ce qu’est l’armée romaine et ce qu’est manqué de respect à son général. Allons en marche ! Plus vite que ça Florianus où ce sera une cinquantaine de coup de fouet !

    Lucius Florianus commençait à se faire des ennemis comme ce satané de Caius Vincius Conqueris et ce rapporteur de Maxentius. Mais Maxentius fut aussi puni et cela était largement suffisant comme justice pour le nouveau souffre-douleur. Plus les soldats marchaient, plus l’obscurité devenait profonde ainsi que la forêt qui elle devait de plus en plus menaçante. Les bruits des oiseaux habituels de la journée faisaient place aux bruits plus menaçant des hiboux et des chouettes. La peur commençait à de plus en plus à se faire sentir. Soudain, Saganamicus courut de toutes ses forces vers le général. Quelque chose de grave devait se passer. Arrivé, il s’efforça de le saluer avant de lui parler.

    -Mon général, j’ai perçu un mouvement de troupe barbare non loin de votre position. Cependant, l’ennemi n’a pas semblé se déplacer vers nous. Devons-nous les attaquer en leur tendant une embuscade ?

    —-Hors RP—-

    Presbite est le prochain sur la liste!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012
    **RP**

    Lucius Marius qui avait suffisamment récupéré pour accompagner les autres légionnaires lors de leur mission ne put s’empêcher d’intervenir dans la discution qu’avait Saganamicus et le général.

    -Général permettez moi de vous suggéré une stratégie afin d’éliminer cette bande de barbares.

    -Légionnaire Lucius Marius, parlez.

    -Et bien je suggère que 2 personnes servent d’appas afin d’attirer les barbares droit dans la clairière ou nous sommes actuellement présent. Les autres hommes se posteront autours de cette même clairière et se cacheront derrière les arbres près à fondre sur l’ennemi au moment que vous jugerez le plus opportun.

    -Vous êtes un véritable stratège légionnaire Lucius et j’approuve votre tactique. Vous grimpez dans mon estime.
    Ah j’oubliais, Saganamicus,Florianus, vous êtes volontaires pour êtres appas.

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Cato, qui était juste en avant de Yutus, entendit la conversation d’en avant et cria au général:
    -Hé, au fait, il y en aura trois, des appâts!
    Le général s’arrêta et s’addressit à la recrue:
    -Que voulez-vous dire, Cato?
    -Je vais servir d’appât avec Saganamicus et Florianus.
    -Et pourquoi donc?
    -Parce que je suis volontaire, voyons…
    -Il n’en est pas question, légionnaire Aquilus Cato!

    Après cette conversation, Caius Vincius Conqueris se remit en avant de la formation et déploya les troupes. Quant à Cato, il obéit, mais était déçu de ne pas se joindre directement à l’action. Il croyait que Conqueris se foutait des véritables volontaires, ceux qui méritent leur récompense malgré tout.

    Mais en fait, c’est tout à fait différent. C’est que le général connaît sa famille, qui est depuis longtemps impliqué dans l’Armée romaine. C’étaient et ce sont encore de véritables maîtres dans l’Art du combat martial et celui-ci ne devait probablement pas être une exception. Non seulement Cato risquerait vraiment sa vie, ce que Caius ne voulait pas, mais si les Barbares étaient au nombre de cinquante, le jeune Aquilus, s’il n’est pas en déça des attentes de sa famille, réduirait de moitié le nombre des troupes ennemies avant qu’il ne tombe.

    Il voulait à tout prix conserver cet atout pour les batailles futures…

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012
    ***RP***

    “Se cacher derrière des arbres, quelle honte!” Maxentius avait déjà servi quelques temps avec les troupes frontalières et ne s’était pas fait à l’idée que la légion permanente userait de cette tactique… Aussi, il alla à la place que lui avait assignée le général, sans motivation, ce que celui-ci remarqua. Mais il n’en dit mot, jugeant le moment inopportun. Ce combat prouverait également la véritable valeur de certains de ses hommes, s’ils s’en sortaient…

    Maxentius se plaça donc, aux côtés de Quintilius, Cato et Marius:
    -“Quels pauvres diables ces deux-là! S’il y aura des morts dans ce combat, ils seront immanquablement les premiers.”

    Mais personne ne semblait d’humeur à parler, tandis qu’au centre de la clairière, Probus et Saganamicus semblaient pour le moins mal à l’aise.

    Maxentius pensa alors qu’il était plutôt chanceux de ne pas être à la place de ses deux appâts. Il éprouva paradoxalement une certaine pitié envers eux et l’envie d’être à leur place, car ces deux braves légionnaires ne le méritaient sans doute pas, d’autant que Saganamicus ne le voulait pas et que Probus y était, un peu par sa faute… “Mais quel imbécile!” se dit-il à lui-même.

    C’est alors que le bruit du pas irrégulier d’une horde de barbares s’approchait inéluctablement, tel un raz-de-marée qu’on ne put freiner…

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    Le bruit de la marée de Barbares se faisait de plus en plus proche et la tension était palpable dans les rangs des légionnaires, cachés dans les bois. Enfin, barbares et légionnaires, quelle différence y avait-il ? En effet, la discipline d’antan avait bel et bien disparu et dans ce combat la seule tactique consistait à prendre par surprise l’ennemi dans cette clairière et alors à les encercler au terme d’un sanglant combat. Pour Quintilius, c’était simple : tenter un encerclement avec un si petit effectif était extrêmement risqué, mais on ne pouvait laisser ses Barbares errer librement ! Aussi, il se mit en position, dégaina son glaive et plaça son bouclier soigneusement devant son buste, afin qu’il le protège au mieux lorsque le combat débutera…
    Peu de temps après, la compagnie embusquée vit débarquer au pas de course les légionnaires Saganamicus et Florianus, les Barbares aux trousses ! Ils déferlaient dans la clairière et leur étaient visiblement nettement supérieur en nombre ; les pauvres appâts se tenaient tremblants devant eux. Quintilius fut surpris de constater qu’il n’y avait pas grande différence entre ces Barbares – il était bien incapable de dire d’où ils venaient – et les légionnaires qu’ils étaient. Cependant, il ne poussa pas son raisonnement plus loin, car l’ordre d’attaquer fut immédiatement donné par Caius Vincius Conqueris :
    « Milites, hostes Romae occissum sunt !1 »

    Quintilius, Maxentius, Cato et Marius étaient côte à côte, déjà ils apercevaient d’autres légionnaires sortant des fourrés, chargeant bravement l’ennemi. Pourtant, ils n’en firent rien, après s’être concertés d’un regard, ils marchèrent d’un pas soutenu, côte à côte, bouclier contre bouclier et firent front ensemble. La seule différence entre eux et les Barbares s’était la discipline : ils étaient légionnaires et devaient se comporter en légionnaires ! Les voyant approcher, des Barbares se jetèrent contre eux, mais ils se heurtèrent aux boucliers romains, tandis que les légionnaires avançaient toujours, donnant de temps à autre un violent coup de glaive qui tranchait une jugulaire ennemie.
    A la vue de ces quatre légionnaires faisant front ensemble, d’autres les imitèrent et la panique gagna les Barbares : leurs rangs reculaient, tandis que les hommes s’effondraient contre la légion en marche. Chaque coup que recevait Quintilius, il leur rendait au centuple et lorsqu’un ennemi parvint à le frapper à la hanche, bien qu’en proie à une vive douleur, il lui enfonça son glaive dans la cervelle. Impuissant le chef Barbare vit ses hommes battre en retraite, tandis que le glaive du général lui tranchait la main. Les légionnaires avaient vaincus les Barbares et une immense clameur parcourut leurs rangs, tandis qu’ils capturaient quelques fugitifs. N’y tenant plus, Quintilius dont la douleur lui lançait dans tout le côté gauche, tomba à genou, sans parvenir à se redresser même avec l’appui de son bouclier. Sa tête lui tournait et le sol se dérobait sous ses pieds ; il perdit alors connaissance…
    _____________________________
    1 trad : “Soldats, les ennemis de Rome doivent être occis !”

    Ordre de post pour les suivants (au passage j’ai fait le tri dans les messages inutiles) :
    lundi 7 janvier : Augustin
    mardi 8 janvier : Rémicas
    mercredi 9 janvier : MasterYunChang

    N.B.: j’ai abordé toute la bataille, mais rien n’empêche les suivants eux aussi de mettre leur point de vue dans ce combat eupec 😉

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Alors que la troupe criai sa victoire, le légionnaire Quintilius qui tanguait déjà depuis la fin de la bataille s’effondra subitement. Les soldats autour de lui se pressèrent pour aller aider leur camarade. La recrue avait la teint pâle et semblait avoir été malmené pendant la bataille. Le général écarta ses hommes pour l’atteindre rapidement et après quelque rapide coups d’œil à la blessure, jugea qu’il fallait mieux pratiquer des premiers soins rapidement et que ce ne serait pas ce soir qu’il tomberait.

    Ganus qui était partit pour tenter de capturer le chef manchot en fuite, était revenus après sa chasse infructueuse et fut surpris de voir le général accroupi auprès d’un des légionnaire allongé sur le sol. Étant dès le début de la bataille venus au secours des deux pauvres appâts, il n’avait pu qu’apercevoir du coin de l’œil ce qui semblait être un front unis et organisé face à l’ennemie. Faisant preuve d’une grande dextérité avec sa lance, il réussi à embrocher plusieurs ennemies au côté de Lucracius dont chaque coup de glaive fracassait les boucliers barbares. Après s’être assuré de la sécurité de Saganamicus et Florianus, il voulu faire volt face pour aller secourir le reste du groupe mais les barbares couraient déjà partout comme des poules à travers les bois. Ganus qui avait l’habitude de voir ses camardes mourir lamentablement à la moindre escarmouche fut surpris de dénombrer si peu de blessé blessé et se demanda si le vestige de tactique qui lui avait semblé voir au milieu du chaos était la cause de la survie de ses nouveaux camarades.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Lucdelgames, c’est ton tour!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je passe demain! Suivra Presbite!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Suite à un petit manque de temps, j’invite si possible Prebite et/ou Del_shyzo à passer maintenant.

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    J’essayerais de poster ce soir.

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Désolé pour ma part, j’ai complètement oublier^^
    Encore désolé :/

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Sinon voici ce que je propose Lucdelgames, presbite passe maintenant ou demain, si suis ton tour puis le mien et enfin celui de Del_shyzo.

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Oui ça me convient^^ merci 😉

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Vous fais-je **** si je passe d’abord? Non? Parfait.

    LÉGIONNAIRE CATO

    Cato. Le nom d’une famille de maîtres de la lame… Encore prouvé ce jour-ci, lors de cette bataille, par le fils du disparu…

    Il se retrouvait seul, après la bataille, assis sur une pile de corps barbares et autour d’un tas d’autres cadavres, en train d’aiguiser sa lame, qui a fait couler le sang d’une bonne quarantaine d’entre eux. Fier, il se disait qu’il honorait sa famille. Lorsqu’il vit Quintillus inconscient et d’un teint blanc un peu pus loin, il se disait: “C’est la guerre. Il y a des morts et des blessés, comme mon père…” Suite à cette pensée, il versa quelques larmes. Des larmes de colère ou de tristesse, lui-même ne savait pas. Toujours assis sur sa “Botte de foin”, quelques minutes plus tard, un légionnaire s’adressait à lui. Ce légionnaire, c’était Maxentius.

    -Hé, lève-toi, Cato, tu vas pas traîner assis comme ça! T’es trop épuisé?
    -Tu n’as qu’à regarder mon travail et contempler ce que j’ait fait. Je puis dire que j’en suis fier. Fier de porter l’honneur de ma famille…
    -Et la mienne aussi, fit remarquer Publius Peregrinus.
    -Alors, ton compte final? interrogea Aquilus.
    -Quel compte? rétorqua Maxentius.
    -Combien de personnes as-tu fait saigner aujourd’hui?
    -Quarante-deux.

    Cato pouffa un petit rire avant d’enchaîner:
    -Je m’assois sur la pile faite par mon premier et mon dernier, le quarante-troisième.
    Maxentius sortit son glaive et transperça le quarante-troisième, ensuit dit:
    -Tiens, quarante-trois pour moi.
    -Il était déjà mort, gloussa Cato.
    -Mais non, il bougeait…
    -Il bougeait car j’ai mon gladius dans son système nerveux! À ces mots, Aquilus agita son glaive sans le sortir de son “trou”, faisant bouger le cadavre.
    C’était au tour de Maxentius de rire. Il enchaîna ensuite:
    -Allez. La guerre n’est pas finie, il nous reste du barbare à occire!
    -‘Suis bien d’accord avec toi, Publius.

    Il se leva ensuite et contempla son oeuvre un autre fois. Il se rendit compte qu’il y en avait des milliers d’autres comme eux…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Tant que ça gène personne c’est pas grave. Mais ensuite on suit cet ordre pour lucdelgames et presbite. 😉

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    non avant

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012
    LÉGIONNAIRE LUCIUS MARIUS

    Quant à lui, le légionnaire Lucius Marius qui s’était éloigné des autres hommes, ne partageait pas la joie et la bonne humeur de ses deux camarades; En effet il éprouvait une envie terrible de fondre en larme et d’injurié les dépouilles impropres de ses barbares, ces monstres qui avaient massacré sa famille et brulé tout leurs biens quelques jours plus tôt.

    La haine qui se reflétait dans ses iris bleu rougit par les larmes n’échappât à personne et le Général décida qu’il était temps d’avoir une discutions avec lui :

    -Brulez tout les cadavres pendant que je m’entretient avec le légionnaire Lucius Marius !
    -Je suis a vous ordre, fit Marius en se redressant.
    -Je comprend votre peine légionnaire mais nous avons fait ce qui était juste et par ailleurs,,nous avons également sauvé l’honneur de votre famille.
    -C’est injuste, ces barbares n’avaient pas le droit de touché a ma famille, soyez sur que j’occirais chaque barbare qui se trouvera sur ma route. Je n’aurait de repos que lorsque la Légion aura exterminé toute cette engeance ! s’écriat Marius avant de fondre à nouveau en larme.
    -Ne perdez pas votre sang froid, c’est la façon la plus facile de mourir lors d’un combat, souvenez vous-en. Et je tenait a vous dire que jetais fier de vous comme chacuns de mes hommes d’ailleurs.
    -Merci pour votre réconfort, Général…

    Sur ces mots, le général alla rejoindre les autres fiers combattants pendant que Marius regardait tristement les ”feux de joie” composé des dépouilles des barbares.

    Ps: sympas la référence aux saigneurs des anneaux Del_schyzo.

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Lucracius Delcus

    Alors que les larmes étaient mélangés à de petits sourires, Lucracius Delcus ne ressentait que de la joie.

    Enfin le début de sa vengeance, il regardait les corps qui n’étaient pas encore brûlés et s’amusé avec…

    Après ce petit amusement, Lucracius regarda son bras, là où se situé l’égratignure d’un coup de Hache qui l’avait frôlé. Il alla donc voir les quelques blessés qui était, pour lui fatigué et faible mais il ne dit rien et hésité à poser une question au général: “Le Décurion provisoire peut il devenir Décurion simplement?”

    Mais il ne voulait pas gâcher son sentiment de joie et cette “fête”. Il vint à la rencontre de Ganus parlé un peu avec lui pour savoir quels sentiments il avait ressenti, le décurion voulait connaître son rival qui pouvait prendre sa place à tout moments.

    Alors que le soir tombé et que les soldats restés à côté d’un petit feu, Lucracius alla dormir après avoir mangé un petit repas…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Lucius Florianus Probus

    Lucius Florianus regardait jaillir les flammes de son feu de camp. Assis, il était l’un des seuls éloigné de tous. On l’avait traité de lâche devant l’ennemi alors qu’il avait évité de peu la mort. De plus, Maxentius, comme si ce n’était pas assez, avait persuadé le général qu’il aurait tenté de déserter. Et nouveau malheur encore une fois, il est malade comme un chien de fièvre et le général refuse de soigner sa maladie qu’il pense imaginaire vu le caractère habituel de Probus. Pendant ce temps, Lucius Florianus regardait rire au clair de lune Maxentus, Cato et Marius.

    Cependant, il n’était pas seul à être victime de l’injustice. Saganamicus l’était aussi. Probus ignore qui aurait pu dire cela mais on l’aurait vu parler avec un barbare. Saganamicus et le barbare semblait, d’après la umeur, rire ensemble de leurs infortunes mais Cato ivre de tuerie aurait crié au légionnaire : « Pousses-toi » avant de réussir à transpercer le corps de sa victime.

    Il repensait avec intermittence à l’affrontement qu’il avait eu l’après-midi : le raz de marée barbare qu’il avait eu à ses trousses, la course vers la position du général et enfin la lutte contre la mort.

    Lucius Florianus avait vu se précipiter sur lui un barbare blond, aussi costaud et de grande taille que Ganus Yutus. Il devait sans-doute faire parti de cette noblesse barbare qui combattait avec une telle ardeur que Lucius Florianus ne pouvait comprendre. Jadis, on l’avait éduqué chez son oncle qui l’avait persuadé que les barbares du Nord étaient inférieurs et non-civilisés. Et pourtant, celui-ci portait le même glaive que le notre et son bouclier rond était semblable. Avaient-ils déjà attaqué des romains et prit leurs armes ou les auraient-ils forgés dans leurs foyers ?
    Probus sortit de ses rêveries à cause du hurlement du géant. Mais il hésitait entre attaquer ou se défendre… Il opta pour la deuxième solution.
    Le légionnaire tendit son glaive et son bouclier et avança du mieux qu’il le put vers le colosse. Le barbare brandit sa hache sur son bouclier et Lucius Florianus fut immobiliser par la peur. Son adversaire le fusillait des yeux puis soudain réattaqua avec sa hache et visa ses cuisses. Cependant l’arme fut stoppée une nouvelle fois par le bouclier de Lucius. Soudain, le géant s’effondra à terre pour laisser apparaître Saganamicus qui avait réussi à se faufiler derrière le dos du fanatique.
    -Courage ! Lucius ! Lui cria-t-il

    Après cette aventure nous retournâmes à l’ouvrage principal du soldat qui est de tuer. Lucius Florianus avait gagné en courage grâce au dernier affrontement et se précipita sur un barbare qui combattait déjà Maxentius. Lucius le poignarda au dos et celui-ci s’effondra. En fait cette acte, Probus s’attendait à un « merci » mais il n’en fit rien. Maxentius le fusilla des yeux et se déplaça pour allait aider Marius. Après ces épisodes, tout ceci se solda en une brillante victoire romaine avec aucun mort du côté romain.
    Probus à la fin de la bataille s’était laissé fait tomber par terre ce qui lui avait de nouveau donné le mépris du général.

    Il s’échappa de sa rêverie avec Saganamicus qui venait lui proposé une assiette de soupe.
    -Tiens ! Tu dois en avoir grand besoin !

    Lucius prit la soupe avec hésitation.
    -Merci pour ton aide pour la bataille ! Tu es vraiment un brave soldat !
    -Merci à toi aussi !
    ….

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Jddelsignore, c’est ton tour!

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    Oups, j’ai complêtement zappé… :pinch: desolé… :unsure:
    Je vais essayer de faire ça cet après-midi du coup. 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Ce n’est pas grave! Ca arrive à tout le monde d’oublier. J’en profite pour dire que le prochain après Jddelsignore est Saganami.

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    qui a fait couler le sang d’une bonne quarantaine d’entre eux.

    ou comment une dizaine de recrue sont venues à bout de plus de 500 hommes entrainés et aguerries… :dry:

    se précipiter sur lui un barbare blond, aussi costaud et de grande taille que Ganus Yutus.

    Je l’avais plus décrit avec un teint de cheveux bien noir 😆

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    Publius Peregrinus Maxentius

    Enfin il se sentait utile envers Rome. Presque libre. Cela faisait longtemps qu’il attendait ce moment où, par le glaive et le sang, l’honneur de Rome, encore, serait conservé. Mais le plus beau, c’est qu’il y avait participé, de sa main, de sa force, de sa lame. Il n’avait pu goûter à ce moment lorsqu’il servait en tant que milicien. Là, c’était… autre chose, différent. L’histoire ne se souvient que des vainqueurs. Aujourd’hui, ils étaient, il était vainqueur.

    Le soir, lorsque les astres commencèrent à se faire plus nombreux, le général mit fin à cette petite fête en expédiant ses hommes dans leur tente. Il estimait que pour défendre Rome, il fallait être en pleine forme. C’est ainsi que Probus, Cato, Maxentius, Saganamicus et Quintilius se rendirent ensemble dans leur dortoir commun et le général Conqueris dans ses appartements. Yutus et Delcus étant de garde sur les palissades durant deux heures, avant de se relayer avec Maxentius et Quintilius. Lesquels furent mécontents d’apprendre qu’ils n’auraient que deux heures pour dormir, avant de se réveiller à nouveau.

    Dans la tente, il y eut de courtes discussions, certains relatant leur exploit guerrier de l’affrontement qui marquait encore tous les esprits. Mais tous profitaient de cet instant pour mieux se connaître, car ils s’étaient retrouvés ensemble, et ce, pour plusieurs années.

    Mais rapidement, les légionnaires abandonnèrent leurs récits et fermèrent les yeux, s’abandonnant ainsi à des rêves obscurs, où, parfois, leurs victimes apparaissaient, les tourmentant et leur rappelant que chacun aura son tour, et qu’ils se retrouveront sur les berges du Styx…. Désormais, tuer ne sera que plus dur pour eux…

    —————————

    Je tiens à remercier Florian pour sa patience! 😉 Faut dire qu’on ne lui facilite pas la chose parfois (entre retards et oublis…). 😆

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Masteryunchang, je ne disais pas blond sa ressemblance avec le barbare que j’ai combattu mais sa grande taille et ses muscles… 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je rappelle juste que Saganami est le prochain!

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Je serai à nouveau absent du 21 au 25 février en raison d’un compétition de natation.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Vinz le conquérant, c’est ton tour!

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Zut, ça fait deux fois que je loupe mon tour. On va mettre ça sur le coté resèrvé du légionnaire Saganamicus… :unsure:

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    L’aube ne se lever que du coin de l’oeil, les légionnaires devaient déjà se lever de leur couche de fortune et s’entraîner, comme à chaque matin. Chaque soldats étaient, certains plus que d’autres, réveillés et prêts à l’action, mais voyant le temps passer, et toujours pas d’ordre du général, qui n’avait pas été pas été aperçu ce matin. Saganamicus, malgré les conseils de ses “amis”, osa pénétrer dans la tente de Vincius pour se renseigner sur la suite des opérations.
    Hélas, la surprise fut totale, pas de général, tout était en ordre, correctement rangé, cartes, instruments divers et armes étaient entreposés comme à la normale. Saganamicus sonna alors l’alèrte et tous fouillèrent les environs pour retrouver leur général, qu’il n’appréciaient guère, mais sans lequel il ne pouvait survivre dans cette forêt hostile…

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Bon c un peu court mais l’intrigue est présante 😛

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A maxsilv de décider de la suite!

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Soit judicieux, il en va de la survie de mon personnage quand même 😉

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    Quintilius n’avait guère dormi cette nuit-là ; aussi s’était-il réjoui de pouvoir quitter sa paillasse pour effectuer son tour de garde au côté de Maxentius. Si les soins que lui avaient prodigués le général avaient écarté tout risque d’infection, son côté gauche le lançait toujours et il marchait d’un pas raide, tandis que son humeur était morose. Il avait eu beaucoup de mal à émerger de son évanouissement et quand enfin il avait repris parfaitement connaissance, la fête était désormais terminée. Les barbares avaient été occis, tous se félicitaient de ce brillant coup d’éclat ; pourtant, Quintilius lui se sentait étranger au groupe dont il faisait partie. En vérité, d’où il venait, il lui semblait impossible de trouver un réel réconfort et il servait Rome par devoir envers sa patrie, car il ne lui restait rien d’autre.
    Au petit matin, il avait alors eu la surprise de recevoir la visite de Caius Vincius Conqueris, le général visiblement venu prendre de ses nouvelles. Puis rapidement il changea de sujet de discussion :
    _ Quintilius, je me doute que tu as de bonnes raisons de taire ton passé et je ne te demande pas de m’en faire part. Cependant, veille à ne pas demeurer piégé dans ce passé, car il finira par te détruire de l’intérieur…
    Le légionnaire ne répondit rien et se contenta de suivre son général, tandis qu’ils s’éloignaient du camp. Après un moment de silence, Quintilius demanda :
    _ Sinon, qu’avez-vous pensé de la manière dont notre compagnie a abordé la bataille ?
    Ce fut au tour du général d’observer un moment de silence.
    _ Vous avez montré des choses intéressantes. J’ai bon espoir de faire de votre groupe de ratés de vrais légionnaires…

    Ils en restèrent là, car Saganimicus arriva essoufflé et s’exclama en direction d’autres légionnaires : « C’est bon, le général est ici ! »
    _____________________________
    N.B.: vu que l’on m’a reproché l’usage du latin dans certaines répliques et que de toute façon je ne suis pas suffisamment bon pour retranscrire toutes les conversations dans cette langue, je suis revenu au français. Mais que ceux qui appréciaient se rassurent, il m’arrivera encore d’écrire certaines phrases en latin.

    Ordre de post pour les suivants :
    dimanche 20 janvier : Rémicas
    lundi 21 janvier : MasterYunChang
    mardi 22 janvier : Lucdelgames

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    masteryunchang, à toi!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Lucdelgames, à toi!

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Puis je le faire demain puisque je n’ai vraiment pas le temps de préparer mon récit

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je ne suis pas contre car je n’aurai sinon pas pu passer mon tour. Donc il n’y a aucun problème à cela! 😉

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Merci^^
    ______________________________________________________________________________

    Lucracius Delcus

    Après ce moment de soulagement, les légionnaires rangèrent leurs affaires et repartirent mais…
    Ce jour là, Lucracius sentait qu’il allait moins bien que d’habitudes, il tremblait et remarqua d’autres choses mais il n’en fit part à personne et évita de montrer cette faiblesse.

    Mais la marche lui semblait de plus en plus longue alors qu’ils n’avaient marché qu’une heure.
    Il tomba une première fois puis une deuxième et s’assis après 2 heures de marche.
    Il rejoignit,ensuite, la queue du groupe et marcha à la vitesse qui lui convenait le mieux.

    Personne n’avait remarqué et pour sa part, il en était mieux ainsi.
    Alors, vint un repos de 5 minutes. Le décurion alla voir les médecins mais ceux ci s’occuper de vérifier l’état des blessés de la dernière bataille.

    La marche reprit, Lucracius avait gagné quelques forces mais pour combien de temps…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012
    Lucius Florianus Probus

    La marche de cet après-midi fut pénible pour Lucius. En effet, la chaleur rendait l’avancé particulière difficile et fatigante. Il avait plu durant la nuit. Le sol était boueux et sale. Nombreuses étaient les fois où Lucius tombait lamentablemenr. Les blessés graves de la dernière bataille devaient être portés. Saganamicus et Probus furent choisis comme à l’heure habitude à un travail particulièrement délicat. Probus en avait assez. Il allait même à envisager l’assassinat du général. Mais à quoi bon ? A coup sûr, Maxentius et Cato, qui semblaient particulièrement aimés Conquéris, songeraient à le dénoncer aux supérieurs de Conquéris, une fois l’acte commis.
    « Laissons passer le temps pour que le général apprenne à m’aimer » avait-il soupiré durant la marche.

    Il y avait dans les rangs les bavards et les silencieux. Maxentius et Cato se racontaient les exploits de la dernière bataille, tandis que le général discutait avec Ganus Yutus de la tournure à venir. Le reste de la troupe restait silencieuse. Lucius était aux côtés, durant la marche, de Marius. Probus avait bon essayé de lui poser quelques questions sur la dernière bataille mais il refusait de lui répondre.

    Soudain ils s’arrêtèrent dans une clairière éclairée de la forêt et ils firent une pause de cinq minutes. Il vit Delcus passait devant lui et s’approchait des médecins. Il le rejoignit pour sans-doute essayé de sympathiser avec ce décurion qui ne s’était encore jamais opposé à lui.
    Mais soudain, contre toute attente, un cavalier romain sorti de la forêt et vint apporter un message à Conquéris.
    Lucius Florianus Probus espérait de toutes ses forces que la fin du trajet dans cette immense forêt ait lieu et que l’on revienne en garde à Rome…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A presbite!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Je vait essayé de poster ce soir.

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Pourquoi Cato aimerait-il le général? Il ne l’aime pas tant que ça, souviens-toi que Conqueris ne lui a pas laissé sa chance de devenir l’appât, parce qu’Aquilus le voulait et qu’il lui a annoncé au pif la mort de son père, mais Cato ne le sait pas dans quelles circonstances…

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    Mais Conqueris nous tient en haute estime. B)
    😆

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    @Del_shyzo, on va dire que c’est Probus qui pense que Cato aime Conquéris.

    Je suis sincèrement désolé lors de mon passage de parfois raconter la vision de mon personnage à la première personne! C’est à cause du fait que je me pense dans la peau de mon personnage jusqu’à oublier les règles que j’avais déjà imposé. :unsure:
    Mes sincères excuses aux lecteurs!

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Pas grave 😉

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Mais que vois je !! comploterais vous derrière le dos de votre général !! :angry: j’aime mes soldats et je suis très affectueux avec eux focul :huh:

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Je tient donc a vous informer que je n’ai pas put posté mon message comme je l’avait dit hier, faute de temps… Et je ne pourrait pas non plus le posté demain car j’ai une compétition importante de sport et je serait donc absent.
    Je posterait donc après la personne derrière moi =).

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A del-Schyzo alors!

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012
    LÉGIONNAIRE AQUILUS CATO

    Après une autre longue journée de marche, les légionnaires ont campé. C’est pendant ce soir que le Général leur annonça:
    “Légionnaires, notre mission est terminée, nous pouvons renter chez nous. Reposez-vous bien, parce que l’on a une autre bonne journée de marche pour retourner à Rome.”

    Cette affirmation fit rassurer plus que Probus et Saganamicus. Toute la décurie avait hâte de retourner à Rome, cité-mère de l’Empire qu’elle essaie de sauver. Or, c’est pendant ce soir là que Cato reçut une visite surprise d’un émissaire:

    -Légionnaire Aquilus Cato, j’ai un message pour vous, annonça-t-il.
    -Quel est son contenu? demanda le légionnaire en question.
    -Cette lettre est ce que votre père voulait vous donner avant de mourir, déclara le messager.
    -Merci, légionnaire, répondit Cato avec un air mystifié.

    Lorsqu’il ourvit la lettre, il a lut, bien évidemment:

    “Aquilus, mon fils,
    Peu importe où tu te situe maintenant ou si tu es dans l’armée romaine, sache que j’ai maintenant passé le Styx et que Pluton me juge pour mes actes. Ce que je veux que tu fasses avant d’éteindre ma voix pour toujours, c’est cela: Dans notre ferme en Latium, il ya une trappe cachée qui s’ouvre à l’aide d’un levier secret sur le chandelier. Si tu la trouve, ouvre la trappe et va dedans. Dans la pièce, il y a un coffre. Ouvre-le et prends tout ce qu’il y a dedans. Ce sont nos objets de famille depuis plus de 400 ans, et je n’ai pas respecté la tradition de les prendre dans mes mains et je le regrette maintenant. Utilise-les peu importe où tu vas, même avec ton group de légionnaires. Honore notre famille. Pour le bien de tous.
    Ton père, Falconus”

    Voulant obéir à la lettre, dès qu’il retournera à la caserne, il demandera au général pour des vacances pour des raisons “Familiales”. Peu importe si Conqueris le veuille ou non, Cato doit faire honneur à la famille…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A jddelsignore!

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    ***Légionnaire Maxentius***

    Maxentius fut surpris à l’entente de cette nouvelle ; l’expédition était finie ! La troupe renta donc à Rome pour un « petit temps » d’après le général Conqueris.

    Le trajet de retour se passa bien, mis à part la maladie de Delcus qu’il attrapa durant leur mission. La marche fut tout de même pénible, surtout les cliquetis des armures de Quintilius et Yanus placés devant lui. Il arrivait parfois à Probus de ralentir le pas, gênant ainsi une partie de la colonne. Il faut dire que Probus avait reçu un coup aux côtes durant le combat face aux barbares, ce qui le faisait souffrir, mais plutôt de manière sporadique et aléatoire.

    De retour à Rome, le général parla à ses hommes en ces mot « D’ici quelques jours, nous sommes appelés à repartir. Mais ce ne sera pas une balade de santé comme celle que vous venez de connaître. En effet, une révolte gronderait au nord de la Narbonnaise. Et les rebelles serait qui plus est soutenus par des tribus hostiles à Rome et fournis en armes. Nous devons agir ! Mais pour cela, il faudra d’abord vous entrainer encore et toujours. Car vous deviendrez un jour l’ultime espoir de notre patrie… » La voix de Conqueris résonnait dans la cour pavée de la caserne, alors que les légionnaires n’attendaient que de pouvoir enfin se reposer après ce voyage. Cato, lui, crépitait sur place…

    Enfin, les légionnaires eurent le droit de revêtir leur uniforme civil pour le reste de la journée. Mais demain, les légionnaires retourneraient à l’entrainement. Il faudra être prêt, car en Narbonnaise ces hommes découvriront un côté plus sombre de la guerre, où tuer des innocents peut devenir chose coutume. Cependant, ils ne se doutèrent de rien et profitèrent de ce moment de libre qui leur avait été octroyé. Maxentius, ainsi que beaucoup d’autres, retourna quelques instants auprès de ses proches. Mais toujours sans se douter des actes que lui et ses compagnons seront poussés à commettre dans un futur proche…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Saganami!

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Promis je n’oublie pas cette fois-ci 😀

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Juste pour l’info… N’oubliez pas qu’au cinquième siècle, la Narbonnaise était située juste à coté de l’empire Wisigoth…
    Donc une simple révolte pourrait vite déboucher en guerre…

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    Si tu veux, je peux changer. 😉
    Je voulais juste éviter que ce petit groupe de légionnaires ne restent en Italie, mais sans trop s’en éloigner non plus, histoire d’être un minimum réaliste. 😆
    C’est à toi de voir ce que tu préfères Florian. 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je ne t’obliges à rien. Je trouve ta suite très bien et assez conforme à l’histoire si on ne va pas trop loin (Belgique ou Germanie par exemple)…

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Je crépite sur place en attendant mon tour :woohoo:

  • Participant
    Posts516
    Member since: 12 avril 2012

    Je crépite sur place en attendant mon tour :woohoo:

    euh crépiter ou trépigner ? 😛

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    http://www.histoire-fr.com/Atlas_rome_empire_etats_barbares.htm
    Voici une carte qui présente l’empire dans la période du récit!

    Saganami, ta dernière chance de poster pour ce tour est aujourd’hui! Alors dépêche-toi! 🙂

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    *** Caius Lentulus Saganamicus ***

    Saganamicus était très sombre depuis la bataille. Ses compagnons y avaient semble il éprouvé une grande joie d’occire du barbare, mais lui il avait surtout lutter pour sauver sa peau. Il avait été très choqué de la blessure de Quintilius et n’avait put s’ôter de la tête que ça aurait put être lui. Croyant que ce dernier allait mourir, il était resté à son chevet toute la nuit qui suivit la bataille, alors que les autres légionnaires festoyaient. Pour lui s’était inconcevable qu’on n’aide pas ce pauvre bougre à passer le Styx seul, d’autant que dans la veillée il se demanda sans cesse qui était cette homme taciturne et mystérieux. Heureusement il s’en tira, mais il semblait ignorer avoir été veillé, et Saganamicus ne fit rien pour rectifier cette mésentente. Il s’était déjà fait beaucoup remarqué.

    Un rumeur incroyable circulait dans les rangs. Comme quoi il aurait tenté de déserté avec l’aide d’un barbare. Il se demandait bien comment cela aurait été possible dans cette mêlée violente où il avait beaucoup d’autre à chose à penser, quasiment encercler et luttant de toute ses force avec les maigres enseignement acquis depuis son engagement. Non il n’avait pas chercher à déserter. En revanche il y avait bien pensé.

    D’abords lorsqu’il avait du faire l’éclaireur, puis l’appât. Mais la volonté de son engagement était trop vivace. Il s’était engagé pour faire honneur à sa famille et lier des contact intéressant pour son futur travail, pas pour partir Dieu savait où. Cette idée avait donc été écartée sans pour autant disparaitre. Et elle avait resurgi bien plus vivace après la bataille. En effet à quoi bon se battre pour la légion, et pour son avenir, si Rome devait tomber? Saganamicus n’avait jamais été aussi lucide sur le sort de la cité Millénaire. S’ils avait put gagner cette bataille, c’est grâce à leur discipline et au génie tactique de Vincus, pas grâce à la prétendue supériorité de la légion et la grandeur de Rome. Celle-ci était condamné si les Barbares se dotaient au moins de chef convenable.

    Mais alors qu’il n’avait eu aucune occasion pour déserter, et que la peur de l’inconnu le tiraillait – c’est vrai, il était marchant, pas aventurier – il y avait eu ce combat avec Probus. Alors que durant la bataille il n’avait put constater les ravages de son glaive si ceux çi avaient existé, il avait tué avec certitude et pour la première fois un homme. Certes un monstre barbare, mais un homme tout de même. Encore plus important : il avait sauvé Probus. Ce fut un grand chambardement dans son esprit. Pour la première fois il s’était vu utile dans les rangs de la centurie, et s’était comporté en légionnaire. Il avait pensé comme un soldat, et jamais ce moment ne le quitterait. Dés lors, il n’avait plus jamais songé à déserter. Il était lié à jamais et d’une manière ou d’une autre à la légion, et si Rome devait tomber et sa vie toute tracer disparaitre, autant que cela soit au coté de ses compagnons qui comptait aussi sur lui, comme Probus ou Quintilius.

    Arrivé à Rome, il n’était plus question de disparaitre pour Saganamicus, mais bien de profiter de cette courte permission, puisqu’un émissaire leur avait apporté la nouvelle qu’ils repartiraient bientôt. Et ici, il avait de quoi faire, et il savait exactement profiter de cet instant.

    ” Ganus, Cato ! Moi qui connait Rome comme ma poche et qui a beaucoup d’amis sympathiques, je suis sûr que je peux vous aider à faire de cette permission la meilleur soirée de votre engagement dans la légion. J’ai juste une condition, apprenez moi à me battre ! “

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A vinz le conquérant!

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012
    *Caius Vincius Conqueris*

    De retour à Rome, le général Caius Vincius Conqueris fut directement convoqué au Sénat, il n’était malgré tout qu’un novice en tant que général et cherchait contre tout attente à faire ses preuves. Pour l’instant, il se sentait affreusement mal à l’aise de se sentir pion dans cette foule de sénateur prétentieux, mais il savait qu’un jour, sa gloire sera indiscutable. Sa victoire malgré tout insignifiante face aux nombreux dangers qui arpentent encore les frontière de l’Empire, fut tout de même acclamée et Vincius n’en fut que plutot fier. Mais une nouvelle mission l’attendait : une révolte des plus inquiétantes de Burgondes venait d’éclater subitement en Narbonnaise, les sénateurs décidèrent alors de confier cette tâche indigne et grotesque à Conqueris, décimer l’armée de rebelle en Narbonnaise !

    De retour à la caserne, le général, tiraillé par l’idée que sa valeur ne soit pas mise à plus rude épreuve, fut néanmoins enthousiaste à l’idée de remettre à niveau les rebelles Bourgondes et d’ainsi rétablr temporairement l’ordre public. Il appela sans plus attendre ses légionnaires et leur expliqua la prochaine étape de leur cursus, la plupart furent fort content de partir bientot en mission, d’autre, au contraire, ne le tolérait pas …

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    OH! Quel timing!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    J’avoue qu’on avance vraiment vite ce tour-ci! Merci à tous!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Eh bien, Maxsilv, c’est ton tour!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    Lorsque le moment fut venu de reprendre la route pour mater cette insurrection des Burgondes en Narbonnaise, Quintilius était content de pouvoir enfin quitter Rome : cette ville dont la grandeur d’antan n’était plus, à bien des égards, ne lui évoquait que son passé que le sort avait brisé. Il ne craignait toutefois pas d’être reconnu, puisqu’il n’avait pas remis les pieds dans l’Urbs depuis son adolescence. Enfin, le général lui avait vivement conseillé de tourner la page, mais le fait est qu’il n’était pas parvenu à se changer les idées : il n’aimait ni les beuveries ni courir les filles. Or, c’était là l’essentiel du quotidien de ses compagnons d’infortune pour cette permission.
    – Ave Saganamicus, Ganus et Cato ! s’exclama le légionnaire en apercevant alors aux abords de la caserne ce groupe visiblement très satisfait de son séjour à Rome.
    – Ave Quintilius, nous ne t’avons pas vu beaucoup ces derniers jours, comment s’est passé ta permission ? lui demanda Saganamicus qui semblait bien plus sûr de lui qu’à l’aube de leur affrontement contre les Barbares.
    – Moins bien que la vôtre en tout cas ; Rome m’évoque trop de souvenirs pour que j’y sois bien.
    – Tu aurais du venir avec nous, tu n’aurais pas trouvé le temps de t’ennuyer ! répliqua Ganus.

    Ils discutèrent encore un peu, tandis qu’ils se préparaient à se rééquiper pour partir en campagne militaire, même si celle-ci ressemblait plus à première vue à du maintien de l’ordre qu’autre chose. Enfin, si les Burgondes parvenaient à se trouver un usurpateur, l’affaire serait immédiatement moins aisée ; Quintilius en frémit rien qu’à y penser. Cependant, le général tenait d’abord à les entraîner une journée supplémentaire au maniement des armes et aux tactiques romaines avant qu’ils ne se mettent en marche pour rejoindre une légion qui était parti la veille pour la province insurgée…
    __________________________
    Ordre de post pour les suivants :
    mercredi 30 janvier : MasterYunChang
    jeudi 31 février : Lucdelgames
    vendredi 1er février : Florian30051

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Patience Del_shyzo, patience! Nous avons tous envie de raconter notre séjour à Rome…

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Ganus Yutus

    Pendant qu’il répétait mécaniquement les même mouvements de base au glaive, Ganus était quelque peu nerveux. Tous commença lorsque Saganamicus vint le voir, il y a quelques jours, pour lui proposer une “visite” de la ville contre quelques leçons privées de combats. Mais ce soir là Ganus avait une “course” urgente et proposa de se retrouver où ils se tenaient actuellement tous ensemble avec Cato dans 2 heures puis il du partir précipitamment.

    Enfant il était déjà venus plusieurs fois dans cette ville immense pour aider sa famille commerçante puis pendant ses longs mois dans la cavalerie. Il se rendit dans une petite taverne dans les bas-fonds de la ville en veillant à ne pas se faire suivre. Au milieu du vacarme, des coupes de vin et des prostitués torse nu, Ganus reconnu 2 hommes encapuchonnés et alla à leur table au fond de la salle. Le premier qui semblait venir d’assez loin lui demanda avec un accent prononcé si “tous avait été fait comme convenues ?” car il avait déjà commencé à livrer les armes.

    Ganus acquiesça et le deuxième homme plus chétif lui lança alors une bourse d’argent. Le légionnaire la prie et répliqua de façon cynique: “Si vous essayer d’être discret, essayez au moins de pas porter un bijoux aussi voyant au doigt.”
    Mais l’inconnu de répondit pas puis Ganus se retourna et en un éclair de secondes, il lui sembla apercevoir un légionnaire au milieu de la foule. Il fonça à travers la foule à la recherche de sa vision en espérant de toute ses forces que cela n’avait été qu’un mirage crée par son cerveau fatigué. Après avoir inspecté rapidement les alentours, il partit rejoindre ses compagnons au lieu prévu.

    Mais depuis ce jour, ses pensés étaient tournés vers cette vision du légionnaire. Si quelqu’un l’avait effectivement vu dans ce lieu et avait espionné la transaction, cela pourrait compromettre leur plans. Il essaya d’oublier ses craintes et après avoir reçu ses instructions pour l’expédition à venir dans les appartements du général, il retourna dans son lit pour s’endormir avec toutes les difficultés du monde.

    PS: on est pas censé être dans l’empire romain bien chrétien parce que je vois plusieurs personnes parler de styx ?

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    La chrétienté est bien sûr établie mais chacun peut avoir sa croyance qu’elle soit chrétienne ou non!
    Et puis historiquement, on sait qu’il y avait des païens croyant encore à la mythologie grecque même sous Justinien!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    C’est donc au tour de Lucdelgames!

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    je prépare mon texte^^ Et Ganus va avoir chaud aux fesses (nan je déconne^^)

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    je prépare mon texte^^ Et Ganus va avoir chaud aux fesses (nan je déconne^^)

    Je sais pas dans quel sens faut que je le prenne :huh: :silly:

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Je vais juste préciser que Delcus t’a vu mais il n’en sera rien dit^^

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Lucdelgames, c’est ton dernier jour pour poster! En ce qui me concerne je ne pourrai pas écrire la suite avant Vendredi donc il faudra un peu attendre avant que le tour suivant puisse réellement commencer…

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Lucracius Delcus

    Lucracius était de son côté, lui même soucieux, le regard fixé sur le sol, pensif et essayant en vain de penser à autre chose.
    A quoi penser t-il? Une chose de grave?

    Il avait tout simplement suivi Ganus (toujours pour en savoir plus sur son rival), marchant dans la foule tout en fixant Ganus…
    Mais un homme le bouscula et il perdit de vu Ganus. Il le chercha alors jusqu’à atteindre la taverne là où il vu Ganus. Mais Ganus se retourna, Lucracius voulant à tout prix cacher qu’il l’avait suivi, courut et se cacha près d’une Insulae.

    Désormais, il hésiter à en faire part mais le général intervint et vu qu’il n’était pas en forme, il l’interrogea mais Lucracius reprit entrainement au plus haut de sa forme et réussis à se débarrasser de cette encombrement dans sa tête. Cependant cela lui resté coincé au fond de sa tête…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je suis sincèrement désolé du retard et je dois pour des raisons personelles laissait passer Presbite et l’impatient Del_Schyzo.

    Je passerai seulement après eux…

    Voilà, merci pour votre compréhension.

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    LÉGIONNAIRE CATO

    Cato n’était pas là ni pour l’entraînement ni pour sa “rencontre” avec Ganus et Maxentius. Il était parti chez lui, à plusieurs kilomètres de là, avec son équipement de légionnaire.

    Il courait aussi vite qu’il put, ne s’arrêtant jamais. Il rentra chez sa famille après 3 heures de course, éreinté, mais enclin à percer la lettre que son père lui avait offerte. Il tira donc sur le chandelier sur le mur. Une trappe béant s’ouvrit sur le plancher de la salle à manger. Aquilus pénétra dans celle-ci et descendit. Il descendit encore. Et encore, lorsque tout à coup, une salle très bien éclairée fit son apparition. Au fond, il y avait une armurerie et un coffre. Un coffre plaqué en or, ce qui est vraiment louche avec le décor en bois modeste…

    Cato s’approcha du coffre et l’ouvrit. Dans celle-ci, il y avait une armure avec un capuchon et une cape, blanches toutes deux avec des touches de rouge et sur l’armure, il y avait un symbole: L’Aigle impérial romain et un autre symbole, sur la cape, qui était une sorte de pointe de flèche. À coté, il y avait deux bracelets. Deux bracelets avec des lames attachées dessus. Dans le coffre, il y avait aussi une note:
    “Aux Cato.
    Venez aux catacombes. Quelqu’un va vous guider à une place. Prêtez le serment après avoir saisi les lames, l’armure et vos armes.
    L’Ordre.”

    Cato revêtit l’armure et les lames. Il prit plusieurs armes avec: deux gladius légèrement incurvés et plus longs, trois dagues à corde et une vingtaine de couteaux de lancer. Il revint ensuite à Rome, au beau milieu de la nuit. Il arriva aux Catacombes près du forum lorsqu’un homme lui déclara:
    “Suivez-moi, s’il-vous-plaît.” Ce qu’il fit.
    Après quelques minutes de marche, Cato se retrouva dans une chambre très bien décorée, avec deux braseros et un tapis rouge et blanc. Des bannières avec les deux mêmes symboles qu’il avait sur l’Armure flottait sur les murs. C’est alors que l’un, qui semblait être le maître du groupuscule, s’adressa à Cato:
    “Nous vous souhaitons la bienvenue, initié Cato. Nous vous attendions pour votre intronisation.”
    Cato ne dit rien, dépassé par les événements. Le maître dit alors:
    “Vous êtes prêt? Je commence le rite.”
    Il dicta alors sur son livre, le premier passage:
    “Ubi aliis hominibus habens caecus sequi veritatem, memento…”
    Cato répondit tout de suite, tout simplement par intuition:
    “Nihil est vera.”
    Le maître enchaîna ensuite:
    “Ubi alios homines habentur limitatum per moralitatem neque lex, memento …”
    Cato rétorqua ensuite:
    “Omne permittatur.”
    Le maître finit ensuite par cette phrase:
    “Et lux in tenebris opera et ministerio. Liberalis Circulum sumus.”1

    Cato entendit parler du Liberalis Circulum… Et il adorait leurs histoires, mais il ne savait pas qu’il en ferait partie! Il tendit ensuite sa main gauche. Un des membres avait des pinces flambantes, il marqua Cato sur son annulaire. Il déclara ensuite:
    “Cela ne fait mal que pour quelques instants. Comme beaucoup de choses.”
    La maître enchaîna ensuite:
    -Pour la phase finale du rite, tu dois grimper sur la tour haute du forum. Saute. Facere Bissextum Fidei.2
    Cato grimpa sur le toit, et sauta. Il sauta, comme un ange qui tombe… Et atterrit dans une botte de foin. Lorsqu’il en ressortit, le maître lui dit qu’il est officiellement un Libéraire.

    Quel honneur pour lui de faire partie de l’ordre, mais il dot toujours remplir sa mission avec les légionnaires. Qu’importe, il le fera seul si nécessaire. Il prit un cheval et chevaucha pour Narbonensis seul, et s’il rencontre ses compagnons en chemin, il n’aura qu’à les rejoindre.

    1:Mentor: «Où d’autres hommes suivent aveuglément la vérité, rappelez-vous …”
    Initié: “Rien n’est vrai.”
    Mentor: «Là où les hommes d’autres sont limités par la morale ou la loi, rappelez-vous …”
    Initié: «Tout est permis».
    Mentor: « Nous travaillons dans le noir pour servir la lumière. Nous sommes le Cercle Libéral.”
    2: Saut de la Foi.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Presbite, c’est ton tour!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je devrai pouvoir poster ce soir mon séjour à Rome! B)

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Jddelsignore! (j’essayerai de poster demain).

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    Demain pour moi aussi. 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Probus

    -Quels soulagements ! Enfin nous rentrons à Rome avait crié Probus à ses compagnons.
    Lucius Florianus ne cessait de chanter une chansonnette qu’il avait inventé lors de la campagne :

    « Oh Rome ! Ville éternelle !
    Nous te devons gloire et civilisation
    Nous te servirons donc jusqu’à la mort… »

    -Apprend à être poète, voyons ! Tu n’as aucun rime, aucune égalité de pieds pour chaque vers ! Cria Cato

    Puis un cri survint de Conquéris.

    -Probus, je te charge de créer un hymne pour notre armée !
    -Mon général, sans vouloir vous manquez de respect, c’est une mission un peu ardue pour un simple légionnaire comme moi.
    -Cato t’aidera !

    Le silence fit place à la chanson et à la discussion. La marche fut longue, fatigante et maintes fois, Probus faillit s’écrouler par terre. Le lendemain matin, ils arrivèrent au porté de la ville qui éclaire le monde depuis sept siècles.
    Après un long discours à la caserne, le général laissa ses hommes à quartier libre pendant quelques jours.
    Probus avait bien planifié ce qu’il allait faire à Rome. Ils avaient une semaine de repos avant de repartir en campagne.
    Dans cette soirée de premier jour de liberté, Lucius, effondré par la fatigue, se rendit chez son oncle. Il lui raconta son combat contre les barbares et son aventure avec ses compagnons. Lucius lui avoua qu’il n’aimait pas Cato, Maxentius mais surtout son général.
    -Lucius, écoute, tu dois essayer de te réconcilier avec tes rivaux. Fais un effort ! Tu sais, en te faisant des alliés, tu as moins de chance de tomber…
    -Certes, mais que faire maintenant ?
    -Pourquoi ne vas-tu pas les voir ?
    -Non, surtout pas ça !

    Probus retourna furieux dans sa chambre et s’effondra sur son lit de fatigue.

    A l’aube, Lucius se réveilla. Il décida de sortir un peu dehors se divertir. La nuit avait été difficile. Le soldat n’avait cessé de réfléchir à ses relations avec ses compagnons. Mais il voulait sortir, avait mal à la tête de réfléchir. Lucius se balada un peu dans Rome. Il décida de participer à un concourt de char au cirque Maxime. Probus brava contre la peur et sortit deuxième de la course. Il reçut le double de la solde qu’il recevait actuellement. Puis une voix se fit particulièrement entendre parmi les spectateurs de la course.

    -Bravo Probus, bravo !

    C’était Marius. Il courut vers lui.

    -Vraiment bravo. Tu vas faire quoi pendant la semaine ?
    -Peut-être trouver Cato, j’ai à le voir pour le poème. As-tu une idée où il peut être ?
    -Oui, il est à la caserne avec Saganamicus !
    -Mais que font-ils ?
    -Ils s’entrainent ensemble pour le prochain combat.
    -Bon en route pour la caserne.

    Il emprunta un cheval et se rendit aussitôt à la caserne. Probus admirait cette Rome qui résistait aux barbares depuis sa création. Même Brennus n’avait jamais réussi à prendre entièrement Rome. Il n’y eu que ces barbares de 408 qui salirent le sol romain. Mais ce temps devait être révolu, la grandeur de la ville éternelle allait renaitre.
    A la fin de la journée, Lucius arriva à la caserne et assista au combat de Saganamicus contre Cato. Tous les deux s’était bien améliorer depuis le dernier combat. Saganamicus était maintenant plus offensif et plus audacieux lors de ses attaques. Ils arrivaient en plus à attaquer avec son glaive les points vitaux de son adversaire. Cependant, malgré ses efforts, il s’effondra face à la puissance des couts de Cato. Ce n’est qu’en arrêtant le combat que le combattant remarqua la présence de Probus.

    -Ave !
    -Ave ! J’ai à te parler Cato.
    -C’est pour le poème ?
    -Oui…
    -Eh bien, fais le seul. Je n’ai pas le temps, désolé. Saganamicus me prend déjà énormément de temps.
    -Mais tu peux le laisser s’entrainer avec Ganus en attendant, non ?
    -Non vraiment je ne peux pas. Je dois aussi m’entrainer à combattre. Tu veux mourir en ne faisant rien ?
    -Bon je reste alors avec vous…

    Ganus intervint dans la discussion.

    -Viens ici Lucius, je vais t’entrainer. Toi aussi Marius ! Prenez ces glaives en bois et essayez de me faire tomber.

    Marius maniait mieux que Probus l’arme et fit manquer de tomber Ganus.

    -Ahh ! Tu es bon toi ! Attends-voir !

    Il frappa si fort Marius qu’il tomba évanouit. Quant à Lucius, il essayait toujours de faire tomber Ganus mais celui-ci le parer toujours ses attaques.

    La suite de la semaine fut ainsi la préparation au combat pour la campagne en Narbonnaise…
    Probus ne revit plus son oncle commençant à être plus soucieux, jour après jour, par les batailles qui allaient suivre…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Plus que quelques minutes, Jddelsignore!
    Le prochain est Saganami!

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    ***Maxentius***

    Ce séjour à Rome fut le bienvenue! Plus qu’un séjour, ce fut un repos dont Maxentius se délecta. Il se disait qu’il fallait profiter tant qu’il en était possible, car la Narbonnaise les attendait…

    En fait, il dormit et se promena dans la cité. Ce fut plus ou moins tout, mis à part les exercices. Il ne souhaitait pas ripailler. Chose étrange, il lui manquait même ses camarades pour festoyer, c’est du moins ce qu’il ressentit. Il commençait vraiment à s’habituer à eux et même à les apprécier. Il se dit qu’il allait tenter de connaître un peu mieux ses compagnons, à part certains, comme Cato, qu’il connaissait déjà très bien. Il faut dire qu’il le rencontra il y a bien longtemps…

    Les entrainements furent également une bonne partie de son temps. Maxentius se sentais prêt pour cette campagne. Les moins experimentés ou les plus frèles furent quant à eux aidés par les plus forts. Ainsi, Probus combattait contre Canus, tandis que Saganamicus recevait les conseils de Cato. Maxentius leur proposa également son aide et leur permit par ce fait de progresser.

    Son père lui redit plusieurs fois qu’une centurie est un groupes solidaire. Pour survivre, pes élements qui la composent doivent se connaitre. Et pour se connaitre, il faut s’apprêcier! A ses mots, Maxentius eut une idée. Ses compatriotes et lui-même iront à la taverne, tous ensemble, le soir après les entrainements. Rien de mieux pour se rapprocher et profiter ensemble des moments qu’ils ont à leur disposition. Maxentius leur proposera cette initiative demain, lorsqu’ils seront tous réunis…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A toi, Saganami!

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    *** Caius Lentulus Saganamicus ***

    Saganamicus était éreinté. Cato était un instructeur acharné. A vrai dire, Saganamicus le soupçonnait de s’amuser à le voir s’acharner en vain face à sa virtuosité au glaive. Mais pour lui il avait fait des progrès. Peut être que ce qu’il avait apprit l’aiderait à survivre à la prochaine bataille.

    Il avait entrainé Cato et Ganus un peut partout dans Rome pour en échange de ces savoirs, mais ceux-ci semblait avoir la tête ailleurs et c’était éclipsé rapidement. Cato avait donc décidé de passer son temps libre auprès de ses amis mais surtout de sa famille.

    Mais maintenant, il se sentait vide, en décalage. Seul le vin lui permettait de sauvegarder son apparente gaité parmi ces discussions mondaines. Saganamicus était tellement loin de ça. Peu à peu, il se replia vers la caserne, où il se sentait beaucoup plus à sa place. Mais la veille du départ, il fit un horrible cauchemar. Ils était à nouveau sur le champs de bataille. Et l’homme qu’il avait tué sortait de la mêlée pour le prendre en combat singulier. Il avait la force de Ganus et l’habileté de Cato. Rien ne pouvait le mettre à mal et l’issue de ce combat était inéluctable. Saganmicus avait beau essayer de toute se force de s’écarter de ce titan, il n’y avait rien à faire. C’est à ce moment qu’il se réveilla.

    C’était le départ, et Saganamicus ne savait plus à quel monde il appartenait.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Vinz le conquérant!

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Question ! Avant de commencer, est ce que l’on peut partir pour la Narbonnaise ou qqn à encore quelquechose à faire à Rome ?

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Continue! Au pire la personne concernée fera un petit passage dans le passé avant de revenir à son récit de la campagne de Narbonnaise.

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012
    *Caius Vincius Conqueris*

    Il est temps. La troupe était déjà prête, alignés, sans un mot, attendait l’arrivée du général avant de partir pour leur prochaine épopée. Certains salivait, d’autre s’inquiétait, à l’idée de faire face au danger une nouvelle fois encore. Alors le général apparu, fièrement comme à son habitude sur son destrier brun, prêt au combat. Il devait régler quelques affaires au Sénat, et comme il est toujours difficile de faire plier un magistrat sous les coups de ses mots, il arriva quelque peu en retard.

    – Partons, le temps n’est pas en notre avantage, alors ne trainons pas !

    La décurion parti donc d’un pas pressé en direction de la Narbonnaise. Le voyage se passa sans encombre, quelques chutes, quelques embuches rien de très grave ne vint perturber leur trajet. Ils arrivèrent donc, éreinté par leur course contre la montre, à quelques kilomètres du lieu de la rébellion. Ils arrivaient ainsi à Arelate (Arles) d’après les calculs géographiques du général, mais déjà, une inquiétante fumée noire montait à l’horizon. Les rebelles n’étaient pas censé atteindre Arelate avant des jours ! Vincius ordonna donc à sa troupe de s’arrêter, peut être devront ils faire face à plus grave que prévu …

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Au tour de Maxsilv!

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    OMG, que c’est il passé, mon message est parti O_O !!!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A l’aide les modo!

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Sinon je peux essayer de le refaire ce soir :dry:

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    C’est pour cela que je conseille à tous de le faire sur un word. Au moins, on est sûr de ne pas le perdre définitivement.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Vu qu’apparemment on ne peux pas réparer le problème, je te conseille tout de même de le refaire…

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Sa sera donc demain :dry:

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Puis-je vous rappeler que mon personnage n’est pas dans la troupe lors du départ? Il était déjà parti et a maintenant une bonne longueur d’avance (Sinon, vous auriez pu lire ce que j’eus écrit, bordel!)

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Bah moi j’ai lu ce que tu as écrit. En tous cas, je n’ai pas remarqué cette petit erreur, et j’en suis bien désolé pour toi! :dry:

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    Quintilius n’aimait pas cet arrêt imprévu et il aimait encore moins la fumée qui s’élevait de la ville. A en juger par celle-ci, elle était déjà tombée depuis plusieurs heures. Bref, les insurgés pouvaient se trouver n’importe où. Tout allait vite, beaucoup trop vite. Il repensa donc immédiatement à ce qu’il avait envisagé à Rome : la présence d’un usurpateur à la tête des fédérés…
    Prudemment, les légions pénétrèrent dans les décombres de la ville qui avait été désertée par les Burgondes. Sans un mot les légionnaires marchaient entre les maisons en ruine, où rien n’avait été épargné par les assaillants. De temps à autres, il achevaient un mourant entre deux cadavres, mais la maigre milice urbaine n’avait eu aucune chance face à cette attaque organisée. Quintilius aperçut alors un petit éclat doré sous une colonne brisée : une pièce visiblement. Après un rapide examen, il reconnut dessus l’effigie de Théodose Ier – le dernier empereur à avoir régné sur un Empire unifié. Depuis, la situation avait bien changé…

    __________________________
    Ordre de post pour les suivants :
    vendredi 8 février : MasterYunChang
    samedi 9 février : Lucdelgames
    dimanche 10 février : Florian30051

    Au fait, on est à quelle date en ce moment, afin que je sache qui est l’empereur d’Occident ?

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Puisque ce n’est pas la première que l’on me pose la question, j’écrirai un long poste demain sur le contexte historique.

    NB: A partir de demain 18h heure française, je serai très absent car l’unique moyen pour communiquer et écrire sur le fofo sera mon iphone…
    Enfin bref, mon absence durera de ce Vendredi à Mercredi dans deux semaines!
    Si je suis inactif pendant 24h pour mon tour, surtout passez au suivant et je compte sur vous tous pour que la machine du rp continue à tourner mais j’ai confiance en vous!

    Je profite aussi de ce message pour souhaiter de bonnes vacances à toute la communauté!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012


    Je suis vraiment désolé mais par comble de malchance, je ne peux pas réaliser de dossier sur cette période de l’histoire. Je vous laisse cependant une carte de l’époque. Elle se situe 10 ans après la période du RP. La narbonnaise était encore romaine à cette période…

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Je sais pas si je pourrai faire mon récit samedi mais je vais tenter

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Ganus Yutus

    La troupe enterra les mort et partit à la recherche de survivants ou de témoins du carnage. Les Burgondes avaient couvert leur fuite et rendirent impossible toute tentatives de pistage. Le général ordonna la construction d’un fort un peu à l’écart des ruines pour organiser les recherches et permettre au soldats de se reposer après plusieurs jours de marche forcé.

    Ganus avait retrouvé son cheval, un bel étalon au reflets bronze à la vitesse et à l’endurance inégalable, ramené lors d’un des voyages de son oncle dans une contrée lointaine. En tant que cavalier aguerris il servait directement sous les ordres du général. Mais pour le moment il devait se rendre dans les autres villages aux alentours à la recherche d’informations et de vivres. Il parcouru plusieurs kilomètres avant d’atteindre le premier village qui semblait avoir été épargné par la folie destructrice des barbares. Avant même qu’il n’eut le temps de sortir des bois, un bruit de bois mort claqua juste derrière lui et avant qu’il ne puisse se retourner tous devint noir…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    L’empereur actuel qui dirige Rome n’est autre que Valentinien III.
    Notre campagne en Narbonnaise débute en septembre 450.
    L’année 450 est une année clé pour Rome. Orléans est assiégé par les huns, le généralissime Aetius doit alors secourir la ville.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Lucdelgames, tu peux aussi profiter de dimanche pour poster. En ce qui me concerne, j’ai une petite idée en tête pour que l’absence de mon personnage ne se fasse pas trop remarquer dans le récit.

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    La mienne devrait l’être, non?

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Bon je le fais cet après midi

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je ne comprends pas ta question, Del_Schyzo. Que veux-tu dire?

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Bon bah pas cet après midi, il y a du monde chez moi^^

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012
    Légionnaire Probus

    Les légionnaires Romains construisaient un campement sur une vaste prairie non loin des ruines de la ville. Conquéris avait habilement choisi la construction du fort sur une petit butte quasiment encerclé par un large court d’eau. Cet eau de septembre était assez froide et rare était les poissons qui y vivaient. Pendant la construction du campement, Probus devait se charger de l’installation des quartiers du général. C’était une vaste tente couleur sang. 
    Lucius baissa maladroitement sa garde en plantant les piliers de l’habitation. Quand il installa le voile de la tente, celle-ci s’écroula. Conquéris se mit en colère…

    -Légionnaire Probus, faites-vous exprès d’être l’incapable de la troupe. Veuillez tout de suite recommencer habilement vos travaux. Mais vos maladresses méritent la punition! Dès que vous auraient levé la tente, vous rejoindrez Yutus dans sa quête d’information…
    -Bien, mon général répondit Probus de mauvaise humeur.
     
    Quand il eut fini de planter la tente du général, Probus sortit du campement. Il passa la ville en ruine, et traversa une immense forêt. Soudain, il découvrit un village qui semblait épargné des barbares. Il voulut s’y rendre mais soudain, le peu de lumière de la forêt disparut. Trois guerriers burgondes fondirent sur lui en lui tendant un énorme filet. Il essaya de se débattre en réussissant à sortir son glaive mais fut soudainement assommé…

    Suivant:
    Presbite
    Del_Schyzo

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je peux profiter d’un bon service internet. Ainsi j’ai pu installer un éditeur de texte sur mon Iphone. Je m’excuse pour les fautes de ce poste certainement du au fait qu’il est plus difficile pour moi de me corriger sur un iphone.
    @lucdelgames, je suis désolé pour toi mais ton délai pour poster a expiré… Je dois donc passer aux suivants. :unsure:

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Je ne comprends pas ta question, Del_Schyzo. Que veux-tu dire?

    Je n’étais même pas parti avec la troupe, j’étais parti depuis belle lurette vers Narbo Marius seul avec mon cheval et mon équipement de Liberalum

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Ok, merci de m’avoir répondu.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A del_schyzo! Il faut que tu dises ce que tu fais à Narbo Marius et que tu racontes seul ton voyage! 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A jddelsignore!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Euh mon tour c’est quand? :huh: ?

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Là maintenant. Je posterai d’ici demain ou après-demain selon ta section.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    @del_schyzo, Puisque tu n’est plus avec la troupe, tu peux te permettre ce genre de délai. Poste tout de même le plus vite possible!

    @Presbite, tu n’as pas bien suivi la machine du rp mais manquer une fois arrive à tout le monde. En faite tu devais poster après moi! Je t’avais signalé cela à la fin de mon poste!

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    @lucdelgames, je suis désolé pour toi mais ton délai pour poster a expiré… Je dois donc passer aux suivants. :unsure:

    A vrai dire ce n’est pas grave, je n’aurai pas pu^^

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    D accord Florian je posterait après toi et je m’excuse de ne pas avoir posté avant mais j’ai eu une semaine particulièrement chargé donc… 😳

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    Désolé, je n’ai pas pu poster. Alors que j’allais m’y mettre, mon ordi a du faire des mises à jour (ce qui m’a particulièrement frusté…). J’ai donc perdu tout le temps que je souhaitais y consacrer… :pinch: Ce n’est donc pas moi qu’il faut frapper. 😆

    Je vais essayer d’écrire demain. 😉 Si je n’ai pas le temps, eh bien tant pis pour ce tour et vivement le prochain.^^ 🙂

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A ce que je vois, personne n’a le temps de s’y consacrer en ce moment.

    @Presbite
    Je te laisse vu les circonstances encore une chance. Tu peux poster encore demain.

    @jddelsignore
    Tu as aussi encore demain, mais essaye de poster après Presbite sauf si tu dois faire quelques choses à Rome. Tu pourra au pire profiter du 15 février.

    @del_schyzo
    Comme je te l’ai déjà dit, tu peux poster quand tu veux.

    @saganami
    Tu peux poster après Jddelsignore normalement.

    @ A tous
    Je m’excuse vraiment du ralentissement du rp, mais je pense que c’était une tache nécessaire à accomplir pour qu’il puisse y avoir plus de monde qui poste ce tour-ci…
    :dry:

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012
    LIBERALUM CATO

    Cato était à Narbo Marius pour remplir sa mission avec les légionnaires, mais d’assez loin. De plus, le Liberalis Circulum avait un contact avec de l’information concernant ces rébellions ici et celui-ci pourrait divulguer des données bien importantes. Le nom de ce contact était Dannaos.

    Après avoir cherché son domaine pendant une heure, Aquilus trouva son contact et ce dernier s’addressit au nouveau Libértaire:

    -Yassou, Aquilus. Tu est celui que le Circulum t’a envoyé, non?
    -Yassou, Dannaos. Je suis bien l’initié venu te demander des informations.
    -Initié? C’est rare que l’on envoie un initié accomplir une mission de telle envergure.
    -N’oubliez pas que je fais partie de la famille Cato.
    -Mais bien sûr, j’oubliais…
    -Bon, nous n’avons pas de temps à perdre. Que veulent ces rebelles?
    -Ces rebelles souhaitent attribuer un nouvel empereur à Rome, mais ce revendicateur est de sang burgonde, ce n’est pas un citoyen de Rome et il souhaite établir des lois strictes et oppressantes à l’Empire, dont une politique de censure extrême.
    -Et qui est ce chef?
    -Son surnom en latin est Vultur, mais son véritable nom est Bolvicor.
    -Où est-il?
    -Il est dans les environs d’Arelate, et c’est dans les bois environnants du Nord-Est que se situe son campement principal. C’est d’ailleurs là que vos compagnons légionnaires se dirigent.
    -Arelate? Merci pour l’information, Dannaos.
    -Faites attention à vous, liberalum.
    -Faites plus attention à vous, cher Dannaos. Votre vie vaut plus que la plupart des personnes ici, et vous venez de le prouver.
    -Je vous remercie, Cato, mais j’ai une bonne vingtaine de gardes à mon service.
    -Au revoir, donc.

    Après cet “interrogatoire”, Cato reprit son cheval et chevaucha jusqu’à Arelate, du moins aux environs, car le camp de ses légionnaires était dans son chemin. Il se dit de s’arrêter ici, peut-être qu’ils pourront l’aider. Ils ont la même mission, après tout, et Cato est encore légionnaire.

    Les légionnaires ont tous remarqué l’arrivée de Cato, et Maxentius lui demanda:
    -T’es en retard, Cato, où étais-tu?
    -À Narbo Marius, pour des affaires confidentielles.
    Le général Caius Vincius Conqueris marcha vers Aquilus et lui déclara:
    -Légionnaire Aquilus Cat… Il s’interrompit en remarquant que Cato n’est plus qu’un vulgaire légionnaire grâce à son équipement: c’était un membre du Liberalis Circulum.
    -Ave, général Conqueris.

    Après avoir observé la troupe, Aquilus demanda à ses compagnons:
    -Où sont Yutus et Probus?
    Saganamicus répondit d’un air un peu triste:
    -On ne les a pas revu depuis quelques jours, ils peuvent être morts…

    Cato se souvenait de l’emplacement approximatif du campement de Bolvicor. Après une bref moment de silence, il déclara:
    “Je sais où ils sont. Je vais les recueillir.”
    Et il partit ensuite, vers le Nord-Est, à cheval, pour deux raisons: Faire taire la voix principale de la rébellion et libérer quelques compagnons…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Alors Presbite, n’oublie pas que tu dois poster aujourd’hui maximum si tu veux passer ce tour-ci!
    Surtout, jddelsignore, n’hésite pas à poster demain et ne te gène pas si Presbite n’aurait pas encore poster… Le délai des 24h aura été largement dépassé. 😉

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    LEGIONNAIRE LUCIUS MARIUS

    Lucius Marius qui n’avait pas loupé une miette de la discutions entre Cato et le général ne put s’empêcher de pensé que celui ci se dirigeait droit dans une embuscade…
    Il fit donc part de ses craintes a Conqueris qui avait lui même ce pressentiment.

    Les légionnaires furent donc réunis et on leur demanda de se tenir prêt a partir appuyer leur camarade Cato.

    Marius qui était épuisé comme la plupart de ses compagnons après la construction du fort, se mit donc a préparé ses armes et notamment a aiguisé son nouveau glaive, acheter il y’a peut de temps a Rome.

    La troupe se mit donc en marche 1 heure après Cato et arrivé a l’orée de la foret, Marius remarqua que quelque chose ne tournait pas rond…

    Ps: je remercie Florian d’avoir fait preuve d’autant de patience envers moi mais je n’avait pas put posté avant :dry: .
    Je tient également a signalé que je serrait encore absent la semaine prochaine car je suis en voyage en Italie (Coïncidence ? ;))

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Dsl d’être un peu pointilleux, mais nous ne sommes pas vraiment près d’une forêt, mais près d’Arelate, alors à moins que l’on imagine une forêt entre Arelate et le fort, ce qui est une bonne idée, il y a une petite incohérence. Je dis ça juste pour mieux comprendre le texte et qu’il reste logique. 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Le camp est légèrement à l’extérieur de la ville pour des raisons stratégiques. La forêt que j’ai imaginé est juste après Arelate en partant du fort! Il n’y a donc aucun soucis à se faire 😉

    Important

    Je serai une nouvelle fois en voyage et je risque d’être absent jusqu’à lundi. (Retour de vacances)
    Je fais donc confiance à vous tous pour faire fonctionner le rp si je ne peux pas profiter d’un bon service wifi comme j’en ai eu la chance jusque là pour le surveiller.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je t’oubliais, presbite. Fais attention à ne pas dépasser la limite du délai car tu pourrai déranger jddelsignore si il a écrit à l’avance!

    Ps: je note ton absence! 😉

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012
    ***Maxentius***

    La densité de la forêt, mais surtout sa noirceur qui rappelait les profondeurs de la mer Égée inspirait chez Maxentius un mal-être profond. Il lui semblait qu’une créature encore inconnue pourrait en surgir à tout instant. Et ce n’était pas les tours encore visibles du campement qui le rassuraient. Pire encore, leur silhouette aux contours incertains ne se détachaient que péniblement du brouillard et rajoutaient à ce paysage un sentiment d’étrangeté. Si bien que Maxentius croyait parfois être en plein rêve, jusqu’à être ramené à la réalité par le cliquetis infernal des cottes de mailles. Dans ce pays où la discrétion semblait de mise, l’entrechoquement des mailles de métal était, aux oreilles des légionnaires, plus bruyant que jamais.
    Il semblait que ce sentiment avait également atteint le général Conqueris. Pour preuve, il ordonna à un groupe d’une dizaine de cavaliers de partir ouvrir la marche. C’est ainsi que cinq centuries traversèrent l’orée de la forêt, avant de s’engager sur une route boueuse et sinueuse qui longeait un petit ruisseau à sa droite et des roches de près de six mètres à sa gauche, dont les pointes, orientées vers les légionnaires, étaient comme prêtes à leur tomber dessus.
    En ce petit matin, sous un ciel couvert, c’est avec un mauvais pressentiment croissant que les légionnaires remontèrent le sentier au rythme des clapotis de l’eau. À l’ombre des arbres la troupe progressait. Mais toujours, le mal-être s’intensifiait ; le silence assourdissant et pesant du feuillage des arbres donnait un air mystérieux, presque fantomatique à ces bois qui étaient hier romains, mais aujourd’hui sauvages…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A saganami!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A vinz le conquérant!

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Je fais ça demain 😉

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Milles excuses, mais je me dois dans l’obligation de passer mon tour pour raisons personnelles.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    C’est rien 😉
    A maxsilv!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    Vraiment, l’Empire n’avait pas besoin de cette révolte des Burgondes. « Une usurpation de plus… » se murmura pour lui même le légionnaire. D’autant que le généralissime Aetius était occupé plus au Nord contre les armées hunniques. Bref, ils ne pouvaient compter que sur eux-même pour ramener la pax romana. Puis, alors qu’il était toujours plongé dans ses réflexions, il se rendit compte que lui et quelques-uns de ses compagnons d’infortune s’étaient égarés et n’étaient plus avec le reste des centuries ! Enfin non, en fait c’était plutôt les autres centuries qui n’étaient plus à leur côté, car leur général était toujours avec eux. A n’en point douter, un détail lui avait échappé…
    – Maxentius, pourquoi sommes nous désormais seuls ? l’interrogea-t-il.
    – Nous avons été envoyés pour sonder l’intérieur de ces bois pendant que le reste de la troupe suit le lit du ruisseau. Mais enfin, tu dormais ou quoi ?!
    – Faut croire, conclut Quintilius, même si cette réponse ne le satisfaisait qu’à moitié.

    Cependant, il n’eut pas le temps de s’appesantir plus longtemps sur le sujet. En effet, deux légionnaires qu’ils connaissaient bien arrivèrent alors à leur rencontre et après une brève salutation du général, le premier s’exclama, à bout de souffle :
    – Caius Vincius Conqueris, les centuries se sont faites accrochées. Les Burgondes nous sont tombés dessus de toute part. Nous les avons certes repoussé, mais il nous ont barré toute retraite !
    – Et comment se fait-il que vous deux, légionnaires Saganamicus et Marius, vous ayez pu vous sortir de cet encerclement ?
    – C’est que nous avons été envoyés pour vous prévenir. Nous devons quérir l’aide des légions d’Aetius… répondit l’autre légionnaire.
    – Sauf que ce n’est pas possible, ces légions sont nécessaires pour nous prémunir des Huns et nous ne pouvons nous permettre de dégarnir nos frontières ! répliqua sèchement Conqueris, que la situation mettait hors de lui.
    – Le pire ennemi est bien souvent celui qui frappe de l’intérieur… déclara alors d’un ton monotone Quintilius avant de se rendre compte qu’il avait pensé tout haut.
    – Je me passerais volontiers de vos sermons, légionnaire Quintilius ! Enfin, merci de vous être porté candidat pour aller voir ce qui se passe dans le camp burgonde. Un autre volontaire pour l’accompagner ?

    __________________________
    Ordre de post pour les suivants :
    mardi 18 février : MasterYunChang
    mercredi 19 février : Lucdelgames
    jeudi 20 février : Florian30051

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    – Le pire ennemi est bien souvent celui qui frappe de l’intérieur… déclara alors d’un ton monotone Quintilius avant de se rendre compte qu’il avait pensé tout haut.

    Est-il en train de questionner les motifs de Cato?
    De toute façon, lorsque les Burgondes apprendront la mort de leur chef, ils vont sûrement pas revenir…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Maxsilv, j’étais prisonnier chez les burgondes… Aurais-je été libéré avant l’heure?

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Maxsilv, j’étais prisonnier chez les burgondes… Aurais-je été libéré avant l’heure?

    Oups ! Quoi, ai-je écris ça ? Mais non voyons :whistle:

    Non plus sérieusement, j’ai mis le nom d’un autre légionnaire ; faudrait pas que je poste à minuit, ça ne me réussit pas…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Masteryunchang!

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Le général scruta ses hommes jusqu’à s’arrêter sur Delcus. “Vous la montagne là-bas, vous accompagnerez le petit malin” dit-il en pointant du doigts le légionnaire. “Tâchez de ne pas vous faire prendre, nous avons perdu assez d’hommes en reconnaissance”. Les 2 hommes acquiescèrent puis partirent en vitesse dans la direction supposé du camp sans dire un mot.

    Pendant ce temps là, au campement Burgonde, Yutus se réveilla l’esprit encore troublé. Il était allongé à même le sol sous une sorte de tente, les bras fermement attachés dans le dos. Le légionnaire leva les yeux et remarqua Probus allongé juste à l’extrémité de la tente, probablement encore dans les vapes. Tout en cherchant un objet tranchant pouvant défaire ses lien, Ganus rampa en direction de son camarade pour tenter de le réveiller mais le bruit provoqué par ses mouvements alerta un garde qui le traina dehors. Il fut amené vers la plus grande tente sous laquelle était disposé du mobilier de grande qualité et des décorations soigneusement disposés.

    Pendant un temps qu’il lui parut interminable, Yutus resta sans un bruit sur une sorte de tabouret, sous la surveillance du garde. Il commença à faire nuit lorsque d’autre germains en habits de guerre entrèrent et s’assirent tous sur les sièges de la salle. Puis le chef burgonde fit à son tour son entrée. Il était vêtu d’une bien curieuse manière : une sorte de toge blanche avec des accessoires et des bijoux celtes. Tous les hommes se levèrent à son entrée sauf le légionnaire toujours attaché à son siège. Voyant cela, le chef burgonde s’esclaffa et dit : “Alors romain, tu ne te lève pas pour saluer ton nouvel empereur ?”
    Ce à quoi Yutus répliqua : ” Vous excuserez mon impolitesse mais après avoir passé tous ces jours allongé, on dirait que mes jambes aient perdu la force de me porter. Peut être que si je pouvais disposer de mes mains, je pourrais sûrement réussir à me tenir debout.”

    A ces mots, plusieurs burgondes furent choqués, sauf le chef qui continua de rire de façon bruyante. “Tu me plaît bien !”, il s’esclaffa encore une fois puis ajouta “libérez le des ses liens”.
    Une fois libéré de ses liens, Bolvicor questionna : “Alors, est tu porteur de bonnes nouvelles, Niger Lupus ? Heureusement que tu ne sache pas te dissimuler dans le forêt sinon nous n’aurions pas pu te ramener et il t’aurait fallu des mois pour arriver jusqu’ici.” Toute l’assemblé rigola puis se tut rapidement.

    Ganus répondit : “Voir le loup dans le forêt ne veut pas dire qu’il ne vous traque pas depuis des jours.” Le chef burgonde perdit son sourire et le légionnaire se leva et dit avec une voix forte : “Le sénateur remercie le chef Vultur de sa confiance et lui confirme que les armés Aetius et d’Attila seront bientôt annihilé, peut importe le vainqueur, et qu’une fois les armés de Conqueris détruite les portes de Rome vous seront ouvertes.”

    Bolvicor retrouva son sourire alors que les autres membres de l’assemblé semblait plutôt en désaccord mais étaient trop peureux pour osez protester. Comme Yutus le pensait, seul les hommes sous cette tente étaient au courant des plans de conquêtes de Vultur. Le légionnaire se fit raccompagner dans l’ancienne tente et questionna son geôlier sur le sort de son camarade.
    ” Si il vaut assez d’argent il aura la vie sauve…”

    Mais à peine eut-il le temps de finir sa phrase que le camp se mit en panique, 2 romains avaient été aperçu à proximité du camp…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Lucdelgames!

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Lucracius Delcus

    « Ail ! » Pensa Lucracius quand le général lui dit sa mission. Il était à la fois heureux mais soucieux, heureux d’avoir enfin une mission pour prouver qu’il méritait sa place mais soucieux de savoir que sa vie était en danger.

    Il partit donc avec Quintilius, qui, avait tenté en vain d’adresser la parole à Delcus.
    Lucracius ne disait rien, pensif et prudent, devant Quintilius multipliant les efforts pour atteindre le camp des Burgondes comme son partenaire.

    Plusieurs fois, les 2 étaient tombés de fatigue qui était arrivé plus tôt que prévu sans doute à cause du stress…

    Ils s’arrêtèrent donc à côté d’un ruisseau, l’endroit était magnifique mais le temps les coursaient, les prisonniers étaient peut être en danger, mort ou bien torturé…
    La pause fut donc de courte durée et les légionnaires repartirent toujours sur leurs gardes mais c’est alors qu’un soldat Burgonde apparut.
    Lucracius et Quintilius se cachèrent derrière un buisson faisant le moins de bruit possible… Cependant Delcus butta sur un rocher qui glissa lorsque le décurion posa son pied dessus, heureusement pour eux, le vent avait couvert le bruit.

    Les 2 soldats suivirent le Burgonde jusqu’à apercevoir le camp ennemi, les partenaires s’arrêtèrent cette fois ci dans un trou mais un autre Burgonde passait par là à ce moment et les aperçut, Quintilius le plus proche pris son glaive et tua le soldat qui avait baissé sa garde mais cela ne changea rien, les Burgondes les avait aperçu.

    Les légionnaires coururent pour trouver une cachette digne de ce nom mais les Burgondes étaient à leur trousse.

    « Séparons-nous ! » lança Lucracius

    Les 2 se séparèrent, tout 2 se demandait comment sortir de ce pétrin devant un camps ennemi où leurs amis étaient sans doute en grand péril…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Probus

    Probus se réveilla difficilement. Il vit Yutus dans la tente assit les mains liées sur une chaise près du geolier. Ganus Yutus mit un certain temps à se rendre compte que son ami était réveillé.

    -Que se passe-t-il, Yutus ?
    -Tais-toi, si tu veux la vie sauve. Nous sommes prisonniers des Burgondes.
    -Mais, je…

    Le garde intervint alors :
    -Ton ami t’as dit de te taire ! Je me ferai un plaisir de te couper la langue si tu ne la fermes pas maintenant.

    Probus, les mains liées, se calma et réfléchit. Comment Yutus pouvait-il être aussi froid avec lui ? Il ne le comprenait pas… Soudain, le garde fut appelé par un autre à l’extérieur de la tente et fut contraint de sortir. Lucius en profita pour essayer d’échanger quelques mots avec Yutus.

    -Ecoute, Yutus ! Fuir n’est plus impossible. Regarde ! Je vois ici un couteau dans ce coin. Je vais défaire mes liens et je viendrai t’aider.

    L’autre prisonnier ne répondit pas. Le garde était toujours absent. Il prit avec sa bouche le couteau et le cacha derrière lui.
    Le geôlier revint, avec un verre. Il buvait sans doute de l’alcool, peut-être ce bon vieux vin gaulois. Probus demanda, assoiffé, à boire, mais il reçut en échange une gifle. Par chance, il ne s’apercut pas du couteau que Probus avait toujours derrière lui.

    Le temps passa. Soudain, énormément de bruit se fit entendre dans le campement. Des cris se firent entendre d’un légionnaire. C’était Lucracius, il avait aussi du être capturé dans la mission de reconnaissance. Il était endormi et Yutus et Probus trouvèrent bon d’encore attendre avant de le réveiller. Le geôlier commença à se moquer des légionnaires.

    -Nous capturerons bientôt toute votre bande, haha !
    Puis il rebut une gorgée de son verre. Il s’effondra à terre, fatigué.

    Yutus parla enfin :

    -Ne peut-on pas avoir un peu de pain, et d’eau ? Vous ne pourriez plus nous revendre si nous sommes déjà morts !

    Le geôlier hésita mais se décida de sortir. Probus profita de son absence pour reprendre son couteau avec la bouche afin de scier la corde qui attachait ses mains. Le bruit qu’il fit avant d’entrer dans la tente permit à Probus de recacher bien discrètement son couteau. Il avait bien fragilisé la corde. Lucius savait qu’il lui fallait encore une absence de la part du geôlier de temps semblable pour qu’il soit libéré. Le garde était revenu avec trois morceaux de pain et un verre d’eau.

    Il les distribua aux trois légionnaires et se rassit près de Yutus. Il fixa alors Probus de telle sorte que le légionnaire ait crainte que le garde ait compris ce qu’il manigançait. Heureusement, il n’en fut rien. Après un long moment d’attente, alors que la nuit était tombée déjà depuis un bon bout de temps, le garde s’était endormi. Yutus était dans le même état que le geôlier mais Delcus s’était enfin reveillé. Il aperçut à son réveil Probus en train de défaire ses liens.
    Lucius s’apperçut du réveil de son compagnon et lui pria de se taire et d’essayer de manger sans ses mains ce que Probus n’avait point réussi. Soudain, Probus réussit à défaire ses liens.
    Il était libre, le légionnaire passa alors discrètement son couteau à Delcus.
    Au bout d’un moment, Delcus réussit aussi à défaire ses liens sans doute moins bien serré que ceux que Probus avait.
    Probus et Delcus décidèrent alors de fuir discrètement dans ce campement endormi. Mais la question était comment ! En effet, il était évident qu’un couteau ne suffirait pas à les faire sortir. Lucius Probus tremblait de peur à l’idée de sortir contrairement à son compagnon qui ne semblait ne rien craignait de cette sortie.
    -Et Yutus ? Fit Probus
    -Nous viendrons le libérer lors de la prise du camp. Il est trop prêt du garde pour que nous puissions lui faire quelques choses.
    Cependant la fuite ne réussit pas pour les deux légionnaires. Probus trébucha à la sortit de la tente et par le bruit, le camp fut alerté de leur fugue. Probus à terre se rendit et Delcus en fit de même.

    Le chef Burgonde leur présenta le poteau ou demain à l’aube, ils allaient mourir pendus.

    En attendant, avec de nouveaux liens et privés de leur couteau, ils allaient passé la nuit dans la même tente qu’avant. Le garde avait été sévèrement puni pour s’être endormi et aura le droit comme eux à la corde. Yutus, lui, semblait être préservé de la mort.

    Ps: Ne nous faites pas mourir!

    Suivants:

    Presbite
    Del_Schyzo

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Ah il est pas doué Probus^^
    Et puis il y a Quintilius dans les parages^^

    Ps: Presbite est absent^^

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    J’avais oublié donc à Del_schyzo!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Et puis il y a Quintilius dans les parages^^

    Alors tachez simplement de rester en vie le temps que ce soit à nouveau à mon tour de poster 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Mais non! Le reste de l’armée va nous libérée avant ton tour Maxsilv, du moins je l’espère. Ou alors, Del-Schyzo doit préparer notre libération, n’oublions pas que ce n’est plus un simple légionnaire! 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A jddelsignore!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Plus que quelques minutes jddelsignore!

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    ***Maxentius***

    Maxentius, placé à côté de Quintilius, sur sa droite, et de Marius, sur sa gauche, tenait sa lance dont la lame faisait luire un rayon de soleil qui perçait timidement les nuages. L’embuscade burgonde avait été repoussée et les légionnaires, profitant de la mêlée, avaient mené une avancée rapide jusqu’à l’avant-poste barbare. Désormais, le groupuscule était d’environ 350 fantassins.
    Les barbares de l’avant-poste semblèrent surpris de voir émerger de la brume cette ligne de boucliers, hérissée à l’avant de piques tendues par les Romains. Les légionnaires avançaient d’un même pas, tandis qu’en face, les Burgondes, sachant pertinemment que si l’avant-poste tombait, le campement serait grandement vulnérable, poussèrent un terrible cri de guerre avant de s’élancer au combat en direction de leurs ennemis.
    Les légionnaires se stoppèrent, resserrèrent les rangs et soutinrent le choc, alors que le bruit assourdissant des lames sur les boucliers masquaient le galop rapide de la cavalerie romaine, accompagnée par le général, qui se trouverait bientôt sur les arrières des Burgondes…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Saganami!

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Je previens que je ne serais pas là pendant toute la semaine prochaine, voila veuillez m’excuser, mais je suis en vacances !!! 😆

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Ca va! Je note et je n’oublie pas.
    Pourras-tu passer encore dimanche?
    Ce sera ton tour normalement..

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Non dsl :dry:

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A maxsilv!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Je suis de retour ! 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A masteryunchang!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    Une mêlée furieuse s’était engagée et les assauts répétés des Burgondes rendaient difficile l’avancée des légionnaires. Néanmoins, lentement ils gagnaient du terrain et les Barbares étaient repoussés de toutes parts. De son côté, la cavalerie romaine se montrait sans pitié avec les fuyards et prenait à revers toute unité burgonde un peu trop faiblarde…
    Après plusieurs minutes passées à éliminer les dernières poches de résistance dans l’avant-poste, la voie du camp leur était enfin ouverte. Ils allaient pouvoir libérer leurs compagnons prisonniers ! Cependant, lorsqu’il entrèrent dans le camp, quelque chose n’allait pas : il était trop calme et les quelques Burgondes qu’ils croisaient s’enfuyaient à leur approche ou se battaient de manière totalement désorganisées, comme si toute autorité supérieure s’était évanouie. Quintilius s’approcha d’un de ces Barbares qui agonisait et, lui mettant son glaive sous la gorge, le questionna :
    « Où se trouve votre chef, celui que l’on appelle Bolvicor ? »
    Le Barbare lui baragouina une réponse dans un latin tellement médiocre que la seule chose qu’il comprit fut qu’on ne l’avait soudainement plus vu dans le camp et qu’il ne savait pas ce qui se passait…

    Alors, Quintilius entendit Maxentius s’exclamer « J’ai trouvé les prisonniers ! »
    Après avoir achevé les souffrances du Barbare, Quintilius se dirigea donc à grandes enjambées vers le lieu d’où provenait l’appel du légionnaire. C’est alors qu’il trouva, dans une mare de sang, le cadavre de celui qui devait être Bolvicor, la gorge tranchée.

    __________________________
    Ordre de post pour les suivants :
    lundi 25 février : MasterYunChang
    mardi 26 février : Lucdelgames
    mercredi 27 février : Florian30051

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Merde, j’avais oublié de préciser mon absence en le 20 et 25 février…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Ca va pour cette fois! Mais la prochaine fois, pense-s’y!

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    ET PUIS ZUT!GÉRONIMO!

    LIBERALUM AQUILUS CATO

    Quelques minutes avant l’arrivée de la troupe…

    Après que le camp fut alerté de la présence de deux légionnaires dans le coin, Cato, perché sur un arbre, vit l’occasion rêvée pour frapper. Une petite patrouille eut été envoyée pour rattraper les deux égarés, ce qui laissait un champ plis libre pour l’Initié. Dès que la troupe burgonde fut assez distancée, il se mit à sauter d’arbre en arbre jusqu’à plonger tel un ange dans une botte de foin. Un garde fut distrait par le bruit qui provenait de cette botte et s’en approcha. Tel un aigle vif, Cato surgit de sa cachette et poignarda le malheureux entre les deux yeux. Il échanga de place avec le trépassé et plonge dans les buissons jusqu’à l’arrivée de la tente de Bolvicor, gardée par deux barbares. Il lança un couteau dans la gorge d’un et l’autre fut égorgé rapidement. Les bruits attirèrent le Chef burgonde, qui marcha jusqu’en dehors de la tente et s’exclama:
    -Mais qu’est-ce qui se…
    Sa question fut interrompue par un coup. Un coup de lame finement aiguisée, faite pour trancher la gorge et poignarder le coeur. Le barbare entendit ensuite une série de mots, signifiant que le Liberalis Circulum l’avait traqué:
    Requiescat in pace, burgundiones vultur.

    Cato avait assassiné Bolvicor et une partie de sa mission avait été accomplie, mais des gardes sonnèrent l’alerte après avoir vu la scène. Une vingtaine de soldats burgondes se précipitèrent sur Cato, qui en tua deux avant même que ceux-ci soient rendus au romain. Les autres tombèrent une à une, comme des mouches, face à la danse habile des nouvelles épées incurvées d’Aquilus. Plus un seul garde n’était visiblement vivant à peine cinq minutes plus tard. L’Initié s’empressa ensuite d’aller libérer les prisonniers Yutus, Delcus et Probus.(Hors RP: J’en ai manqué ou pas?)

    C’est après avoir dénoué Delcus et Probus que Cato entendit des pas qui se rapprochaient du camp. Après avoir dit aus prisonniers de se cacher, il grimpa sur les arbres pour pbserver si c’était la patrouile de barbares ou autre chose.

    Heureusement, c’était ses compagnons. Il ne s’empressa tout de même pas vers eux et observa ce qu’ils faisaient, jusqu’à leur découverte des prisonniers romains et de la dépouille de Bolvicor. Il sauta et exécuta une roulade pour amortir le choc de vant Maxentius et Quintillus et dit ensuite:
    -Contents de vous voir, légionnaires. Maxentius demanda ensuite à Aquilus tout en pointant le cadavre de Bolvicor:
    -C’est toi qui a fait ça, Cato? À Aquilus de répondre:
    -Devine pourquoi ce camp est désert.
    Quintillus déclara ensuite à Cato:
    -Il faut que tu m’apprennes comment faire. Cato rétorqua en disant que seuls les membres du Cercle peuvent avoir de telles capacités, à la déception des deux légionnaires.

    La mission de Cato est maintenant presque terminée. Il lui reste une chose à faire. Il prit une plume et le souilla du sang du chef burgonde, tout en déclarant à la troupe:

    -Je reviendrai lorsque vous vous en attendrez le plus.

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Lorsque Cato entra dans la tente couvert de sang alors que des cris et des bruits de pas de course faisait un vacarme incessant depuis peu. Ganus fut très surpris en premier lieu mais compris assez vite la situation. Une fois libéré, il se précipita dehors pour regarder le ciel. Un faucon répétait le même mouvement : 3 cercle dans un sens et deux de l’autre. Cato dit aux autres prisonniers se cacher dans les envierons même si le camp semblait désert et que les soldats la légion romaine criait leur victoire et la mort du chef burgonde assassiné. Ganus esquissa un léger sourie et se dit : ” On dirait que le travail a été fait à ma place. Il semblerait que l’attaque frappera de l’intérieur, ce n’est donc plus de mon ressort pour le moment.”

    Les anciens captifs se précipitèrent vers le général. Ils racontèrent leur captivité et comment ils venaient d’échapper à une mort certaine. Mais Yutus présenta ses respects au général et s’exclama : ” Mon général pendant ma captivité j’ai eu l’occasion de connaître les plans des burgondes. Il semblerait que les burgondes ses soient associés au barbares Huns. Ils sont sûrement en route pour prendre la légion de Aetius en tenaille pour ensuite foncer sur Rome.”
    Conqueris se figea. “Je ne vois pas pourquoi les burgondes ne rentreraient pas chez eux maintenant leur chef mort.” répondis-t-il.
    “J’ai bien peur que Bolvicor ne fut que le pantin d’une autre personne. J’ai pus remarquer que la plupart des burgondes ne semblait pas l’apprécier.”
    Le général réfléchit un instant lorsqu’un éclaireur vient et confirma que les barabres s’étêtaient reformé et qu’ils se dirigeaient actuellement vers le nord.”

    Ainsi toutes troupes se reformèrent et tous les légionnaires soupiraient à l’idée d’une marche forcé après une rude bataille…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A lucdelgames!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je repère une petite incohérence avec l’histoire. Normalement, les Burgondes font partis des troupes fédérés d’Aetius.
    Pour réparer cette erreur, voilà mon idée:

    Les Burgondes se sont divisés en deux royaumes distincts. Chilpéric Ier, roi des Burgondes, est victime d’une terrible révolte au nord de son territoire. Il céda le nord de son territoiire à Atilla en espérant qu’il mette fin à la rébellion. Attila, en fit bien le contraire, et le céda au frère de Chilpéric qui revendiquait le trône… Ce même frère, connu pour sa haine sur les romains s’allie avec les Huns et nomma un pantin pour revendiquer le trône romain, Bolvicor.

    Cette idée sera approuvée à la fin de mon tour si personne ne s’y oppose!

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Pas forcément parce que une fois fédéré, les burgondes ont voulu s’étendre et ont perdu 2 fois face à Aetius en 435 puis se font définitivement écrasés par les Huns.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Les Burgondes restaient malgré tout fédéré à l’empire vers 450 et étaient tout comme les wisigoths alliés avec Aetius…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Si personne ne s’oppose à cette idée en proposant une autre solution, ceux que j’ai décidé sera automatiquement approuvé!

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Bon moi je suis ok mais avant que je fasse mon récit, il faudrait modifier le truc^^ parce que je comprends pas très bien^^

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Dis-moi ce que tu ne comprends pas! Je t’aiderai à te faire comprendre la chose! 😉

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Bah si on marche vers le nord et face à qui^^

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    C’est à toi de décider que va faire Conquéris. C’est un général! A toi d’imaginer. (Lucdelgames, fait en sorte de ne pas aller trop vite dans l’histoire car mon idée n’a pas encore été approuvée).

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    bon bah ça sera demain ^^ Normalement je n’ai pas le droit d’être sur l’ordi là^^ (escroc!)

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Ok ca va. J’ai donc décidé que mon idée sera approuvée demain à midi (heure française) si personne ne proteste! Comme ça, tu ne seras pas handicapé pour faire la suite.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Idée approuvée!

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Lucracius Delcus

    Pour la première qu’il était dans la légion, Lucracius avait envie de remercier les autres légionnaires de lui avoir fait échapper à la mort mais il n’en fit part à personne.

    Il s’occupait surtout des coups qu’il avait reçu pour le faire rentrer dans la tente quand il avait voulu s’échapper avec Lucius.

    Conqueris décida de marcher vers le nord est pour ensuite obtenir plus d’informations et peut être affronter les barbares.

    La légion marcha donc durant des heures sur ses gardes, jusqu’à atteindre un endroit magnifique, la légion s’y arrêta et quelques légionnaires admirèrent le paysage.

    Lucracius se dit qu’il devait savoir si il garderait son poste surtout que Ganus avait réussis à obtenir des infos sur le plan barbare. Le décurion devait rester décurion!

    Delcus s’approcha du général sans trop apporter de doutes et écouter les conversations.
    Mais il n’entendait pas très bien car la torture qu’il avit reçu avant d’être dans la légion par les barbares lui avait fait perdre une partie de son ouïe. Il entendait simplement: “Nous allons reprendre la marche” et la marche reprit. Lucracius était frustré de ne pas avoir eu la réponse à sa question.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A moi! Je posterai demain!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012
    Légionnaire Probus

    Lucius était très stressé depuis sa libération. Conquéris allait bientôt lui demandé la fameuse poésie qu’il devait faire depuis bientôt trois semaine. Cato était parti et donc il était devenu impossible de faire ce que lui avait ordonné le général.

    Conquéris avait décidé de marcher pour Lugdunum. Le roi Chilpéric Ier allait le recevoir avec son armée pour se décider des conduites à venir. Le soir, le campement avait été construit en prairie. Nous avions quitté la forêt qui nous faisait tellement peur finalement. Je décidais ce soir-ci de discuter avec tous les soldats pour leur proposer de faire avec moi notre hymne. Saganamicus et Quintilius trainaient comme à leurs habitudes toujours seules tandis que Delcus, Marius, et Maxentius riaient près du feu. Les autres devaient déjà être dans leurs tentes. Je les invitai tous à me venir en aide pour le poème. Tout le monde s’en alla sauf Saganamicus et Quintilius. Ils discutèrent du poème et fîrent un premier vers :

    -“Oh Rome ! Cité illuminé”

    Dans la soirée, avant de nous coucher, les légionnaires virent un nouveau messager de Rome entrer dans les quartiers du général…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Presbite!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je tenais à m’excuser de n’avoir pas beaucoup écrit ce tour ci. Mais les contrôles du lycée ont été particulièrement nombreux.

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Hey! Cato n’est pas dans la troupe!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je pensais que tu étais revenu. Je corrige cela!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Okay, je poste ce soir!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012
    Lucius Marius

    Lors de cette magnifique soiré passé devant le feu avec ses camarades, Marius ne put s”empêcher de penser que la vie ne serrait peut être pas toujours aussi belle, que les événements a venir pourraient se dérouler bien moins bien pour lui ou pour son unité.
    En effet, le prochain combat contre les Burgondes se promettait violent et ensanglanté…
    or Marius ne voulait pas perdre ses camarades, camarades qui l’avait aidé a s’épanouir et a devenir plus fort.

    Sa mélancolie et sa tristesse évanouisserent au cour de la soiré grâce a la bonne humeur de ses amis mais il ne tardât point a se coucher car le lendemain, il faudrait marcher!

    Il s’endormit donc en écoutant Probus, Saganamicus et Quintillus qui chantaient leurs nouvelle chanson a la gloire de Rome.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Juste au passage Presbite,nous avons juste fait un vers. Nous continuerons le poème quand leur tour respectif passera 😉
    Sinon Del_schyzo, étant donné ton statue, tu n’est plus soumis à l’ordre de passage. Par contre, je conseille aux autres de mettre un post avec: “en cours d’écriture” pour ne pas avoir de mauvaises surprises.
    A jddelsignore!

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    Je poste demain. 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    D’accord 😉

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012
    ***Maxentius***

    Désormais, la saison froide approchait. Déjà, la température baissait. Les Burgondes, conscients de l’échec de l’excursion, s’étaient retirés au nord. Ils avaient franchi la frontière, selon les espions romains. Maintenant, Conqueris dirigeait ses troupes à leur campement d’hiver. La marche ne fut guère très longue et Maxentius, tout comme ses compagnons, fut surpris de découvrir que les bâtiments du camp étaient en pierre. En fait, cela ressemblait à une petite ville. Ils y passeront l’hiver.

    Mais tous savait que les barbares allaient revenir. La question étaient surtout “quand?”. Allaient-ils attendre l’arrivée du printemps ou non? C’était le genre de question qui trouverait réponse un jour d’excursion, peut-être. Mais ce soir-là, alors que Maxentius se posait toutes ces questions, il savait pertinemment qu’il fallait rester sur le pied de guerre.

    Puis il tomba tardivement dans les bras de Morphée, après tous ses compagnons…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A saganami!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A vinz le conquérant!

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    A nouveau, je ne peux pas poster, c’est bête mais j’ai bcp trop de boulot, dsl encore. :dry:

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Ce serais dommage que tous le monde saute, j’ai l’impression que l’intrigue n’a pas bougé d’un yotta depuis que j’ai posté mon texte : /

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je vais faire un sujet dédié aux absents. En faite, je pense faire une nouvelle loi. Un participant peut être absent trois fois de suite.
    Après il est en parenthèse sur la liste. Et il devra se justifier de son absence répété pour pouvoir reposter.
    NB: je suis vraiment désolé d’être allé jusque là mais je pense que c’est une nécessité si ça continue. Cette loi prend effet au prochain tour! Le sujet sera créer quand le tour sera passé.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A maxsilv!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    Une nouvelle fois, Quintilius se trouvait pris au piège au cœur d’une mêlée contre les Burgondes, le bouclier placé à côté de celui de ses compagnons. Alors que ceux-ci commençaient à l’emporter sur la masse de Barbares, il entendit un cri qu’il ne connaissait que trop bien. Devant lui, il revoyait son épouse allongée dans une marre de sang, les vêtements déchirés et à l’agonie. A côté d’elle, un Barbare se relevait, comme rassasié par son acte odieux…
    « Honoria, non ! »
    Quintilius tailla farouchement son chemin dans le camp barbare, mais ils étaient trop nombreux et il vit Honoria s’éloigner lentement de lui, expirant une dernière fois. Le légionnaire fut alors happé par un tourbillon où il reconnut les cadavres de son père et son frère, tandis qu’une voix répétait de manière de moins en moins perceptible :
    « C. Flavius Julius Quintilius »

    Ses nomen et praenomen auxquels il avait renoncé dans sa fuite. Il était en effet de la gens des Flavii, une famille puissante et influente puisque les empereurs d’Orient et d’Occident en faisait partie. D’ailleurs, cela aurait du lui assurer une vie aisée au sein de l’élite romaine, à Constantinople. Cependant, son petit bonheur s’était transformé en cauchemar : on avait cherché à l’éliminer lui et ses proches parents. Sans doute était-ce pour mettre à mal la dynastie impériale, à moins qu’on ne l’ait considéré comme une menace pour les empereurs en place. Aussi, ne sachant pas quel avait été le commanditaire de cet assassinat, le jeune homme avait préféré oublier son nomen pour ne pas éveiller les soupçons. Ainsi, l’individu qu’il avait été autrefois demeurait considéré comme tué au cours du massacre…

    Le légionnaire Quintilius se réveilla alors en sursaut, tandis que plusieurs de ses compagnons le regardait, interloqués.
    – Nous t’avons entendu crier un nom pendant ton sommeil, expliqua Maxentius. Je ne sais pas qui est cette Honoria que tu as appelée, mais tu avais l’air de tenir beaucoup à elle. Est-ce que tu vas bien ?
    – Oui, je vais bien ; ce n’était qu’un cauchemar, répondit l’intéressé.

    __________________________
    Ordre de post pour les suivants :
    mercredi 06 mars : MasterYunChang
    jeudi 07 mars : Lucdelgames
    vendredi 08 mars : Florian30051

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    @masteryunchang
    Au cas où tu n’aurais pas vu la fin du poste de Maxsilv (que je remercie toujours pour son aide), je te rappelle que c’est ton tour.

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Je saute mon tour, l’histoire n’a pas du tout avancé depuis mon dernier post (sauf pour florian qui a du rétablir une petite erreur historique de ma part). Ce serais dommage que l’histoire aille seulement dans mon sens. J’encourage tous le monde à y mettre sa touche et ne pas se contenter du ressentie de son personnage ou d’anecdotes qui font stagner le récit.

    (Désolé pour le retard)

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je respecte ton choix.
    A lucdelgames!

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    je vais tenter ce soir

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Tente! Ce serait un grand pas pour le récit!

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Vraiment, une très grand pas.

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Les légionnaires s’installèrent dans leur camps et pendant quelques semaines, malgré quelques petites expéditions, rien!

    Mais un jour un éclaireur foncer à toutes allures sur le camps…
    Après un entretien assez long avec le Général, le camp est mis en alerte et les légionnaires s’équipent ce qui la journée de repos.

    Il y aurait apparemment des Burgondes aux alentours qui se dirigent vers le camp.

    La légion est donc sur ses gardes et après plusieurs heures d’attente.
    La Brume se dégage et fait apercevoir quelques Burgondes au loin mais ceux ci ne voient pas le camp.

    Mais une question se pose:

    Pourquoi les Burgondes font escapades ici ?

    ___________________________________________________________________________

    Bon ce récit est court mais j’ai tenter de faire avancer le récit^^

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Merci. C’est promis, je ferai long poste pour que l’on puisse faire une avancée radicale. Le topic des absents va être crée! J’invite aux absents de consulter le topic pour se justifier.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Probus

    Probus était las de rester sur place. Normalement, ils devaient marcher pour Lugdunum pour négocier avec le roi Burgonde. Eh bien non, ils restaient là, ne servaient à rien, en pleine campagne…

    Pourquoi attendre ? Que faisaient-ils ici ?

    Le camp où s’était installé les légionnaires étaient en bordure d’une forêt. Le dernier soir, il avait déjà commencé à neiger ; c’était une première pour chaque légionnaire. C’était seulement la fin du mois d’Octobre.

    Cela faisait déjà une semaine que Probus était inactif. Cette vie le rendait nerveux. Il s’était déjà fait humilié à la dernière bataille et il était détesté de tous. Ces derniers amis restaient Quintilius et Saganamicus. Et aussi, il y avait ce poème qui n’avançait pas d’un poil. Saganamicus n’avait plus d’idée et Quintilius aurait eu un cauchemar qui l’empêchait de bien se concentrer lorsqu’ils étaient ensemble pour réaliser le poème.

    Yutus et Delcus tentèrent de parler au général pour lui demander ce qu’ils faisaient ici mais hélas, il leurs répondait pas. Quel mystère !
    La vie des légionnaires ressemblait à celle des paysans dans ces cas-là. Ils cherchaient de la nourriture dans la forêt. Probus avait même fait avec Quintilius une petite ferme à blé dans le camp avec l’aide de villageois d’un hameau avoisinant.

    Mais à un jour brumeux, en bas, non loin du hameau, ils repéraient des troupes Burgondes venir à leur rencontre. Conquéris avait crié ce jour là un « Enfin » avant d’envoyer Quintilius et Maxentius en négociateur. En faite, la surprise fut totale, c’était le roi Chilpéric Ier en personne qui marchait avec son armée sur le campement.

    Quintilius et Maxentius avaient invité alors au hameau le roi à venir avec son armée dans leur campement.
    A l’exception de leur roi, aucun soldat Burgonde ne parlait Latin, c’était ce qui rendait la discussion entre Romains et Barbares difficile. Un festin fut organisé en l’honneur de la venue du roi Burgonde. On fit venir toute la viande du hameau ainsi que les propres provisions du campement. Même les villageois furent invités au repas. Le bœuf, le porc, le poulet, il y avait de tout. Probus n’avait pas mangé ainsi depuis bien longtemps. Un tel luxe n’existait plus dans sa famille depuis belle lurette.

    Mais que faisait Conquéris ? Pourquoi un tel honneur à un roi sous-homme ? Probus ne s’empêchait de s’interroger sur ce point. Il y avait que les sénateurs, les patriciens qui avaient le privilège de ce genre de repas.

    Pendant le repas, Lucius avait sympathisé avec un enfant du hameau. Il ne parlait pas latin mais ils avaient réussi tout deux à se comprendre. Quintilius et Saganamicus étaient toujours avec lui pour eux aussi s’amuser avec ce gamin. Ils lui faisaient découvrir leurs vies difficiles de soldat, leurs tentes respectifs dans le campement.

    Cependant, Probus et ses deux meilleurs amis se refusèrent de discuter avec ces sous-hommes qui mangeaient avec eux, sur la même table.

    Alors que la nuit allait tomber, il y eut un scandale. Yutus avait frappé un barbare qui l’aurait insulté. Les conséquences furent brèves. Yutus fut enfermé au cachot et fouetté pendant toute la soirée par le barbare victime de sa maladresse. C’était la dure règle de rigueur qu’imposait Conquéris.

    Les légionnaires se couchèrent assez tard. En effet, à part pour Yutus, Conquéris avait laissé un peu de temps libre après le repas à tous ses soldats.
    Probus avait alors décidé de se promener un peu au dehors du campement pour digérer le repas et ainsi prendre l’air. Il s’incrusta dans le village et fut surpris par une femme courue après par deux puissants barbares.

    Il ne fallait pas fuir, il fallait négocier, parler avec ces sauvages.

    -Hélà ! Mes amis, que vous a faits cette femme ?
    -Pousses-toi ! cria un des sauvages dans un mauvais latin
    Probus fut pris d’une telle colère qu’il frappa un des deux sauvages.
    -Tu vas mourir ! Hurla l’un d’eux pris lui aussi de rage
    -Je réitère ma question ! Que vous a fait cette femme ?
    -On veut juste lui faire comprendre qu’un barbare est supérieur à une romaine. Alors pousses-toi maintenant !
    -Non ! Vous faites parti de l’armée de Chilpéric, pas vrai ?
    -Oui et ?
    -Votre roi ne vous a pas laissé la permission de sortir du campement. Déclara Probus d’un ton très moraliste.
    -Tu parles trop ! Hurla l’autre barbare.

    Il fut alors assommé. Le lendemain, il se retrouva dans sa tente. Il ne s’était heureusement rien passé de grave. Delcus l’avait retrouvé dans le bois en se promenant au lendemain.

    ———–

    Je vous avais prévenu pour la quantité!

    A Presbite!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Je poste ce soir 😉

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Petite rectification, je posterait demain matin (j’ai encore le droit non?)

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Oui, tu peux encore aujourd’hui.

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Lucius Marius

    Cette nuit parut interminable pour Marius. En effet, les barbares présent à l’intérieur du fort rendait tout le monde très nerveux et l’incident produit entre Yutus et ce barbare avait jeter un froid sur le camp. Les cris de douleurs de leur camarade ne faisait qu’accroitre la haine et le mépris des Romains envers ses Barbares non civilisé.
    La soiré bien que pesante se déroula sans incidents et tous allèrent se couché et Marius tombât dans un sommeil sans rêves.

    Ce n’est que très tôt le matin qu’il fut alerté de la disparition de Probus et des recherches furent mises en place. Tous étaient persuadé de le retrouvé mort, assassiné par un des hommes de Chilpéric Ier mais tous furent rassuré de le retrouver non loin du camp vivant mais assommé et congelé par le froid.

    Il fut donc ramené au camp ou il se réveillerait quelques heures plus tard. Des son réveil Marius et certains de ces camarades dont Saganamicus et Maxentius l’interrogèrent sur la façons dont il s’était retrouvé assommé dans la neige.

    Il leurs expliqua ce qui s’était passé et ils se mirent tous en route vers les appartements du général pour lui dire que la situation ne pouvait plus durer et qu’un incident bien plus grave risquait de se produire…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Puisque Del_Schyzo peut toujours passé quand il veut, c’est à Jddelsignore!

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    J’ai trop de boulot ce soir, je ne pourrai donc rien poster, désolé. :dry:

    Si tu veux, tu peux passer au suivant directement. Je me rattraperai donc à mon prochain tour. 😉
    Ou alors, j’aurai du temps demain, contrairement à aujourd’hui. Mais dans ce cas, il faut me laisser un jour supplémentaire.

    À toi de voir. 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    De toute façon, je pense que vous allez tous raconter votre vie pendant cette nuit avec les barbares. Alors je propose de laisser passer Vinz le Conquérant mais que tu prépares aussi pour demain ton texte. Tu peux même poster avant lui si tu ne fais pas avancé l’histoire! Pour l’instant je vais dire : Au suivant, mais sache que c’est encore ton tour demain! 😉
    A Vinz! (Et Jddelsignore)

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    ***Maxentius***

    Durant quelques instants, Maxentius contempla son visage qui se reflétait sur la lame de son glaive. Ses cheveux étaient ébouriffés par le vent de dehors. Puis, il rengaina son arme et la remit à sa place. Il s’allongea alors sur son lit et se remémora les paroles prononcées par Conqueris voilà une heure.
    Les légionnaires avaient été rassemblés sur la grande place et le général avait alors tenu un discours plutôt court, mais très explicite. Il s’était placé debout sur une estrade de bois tandis que ses hommes, agglutinés, l’avaient fixé d’un œil attentif. Il avait alors annoncé : « Malgré ce que nous pensions, les Burgondes n’ont pas attendu la fin de la saison froide avant de revenir. » Il avait ensuite ordonné à ses hommes de se tenir constamment sur leur garde. Une chose que Conqueris n’avait pas dit, de peur d’être entendu par un éventuel espion, c’est qu’une expédition punitive serait sans doute bientôt menée. La présence de barbares si près du camp devait être repoussée au plus vite. Une série d’éclaireur fut alors envoyé. En effet, personne ne savait avec exactitude où les ennemis de Rome se situaient. Et il s’agissait de les repérer au plus vite. Si tout se passait bien…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Maxsilv!

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Je peux poster aujourd’hui si tu veux, pour me ratrapper des dernière fois.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Ok poste alors aujourd’hui et maxsilv, ce sera demain.

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Conqueris était perplexe, était mal à l’aise, en réalité, il était malade. Depuis quelques jours déjà, une fièvre indescriptible se ressentais sur son visage, malgré ses efforts pour ne pas attirer l’attention vers cette faiblesse qui le possédait de plus en plus. Il tremblait dans son lit, ne parvenant pas à dormir, il réfléchissait avec peine, tant d’idées dans sa tête virevoletaient pourtant, quelles folles idées que de laisser entrer ses sous hommes dans le camp, que lui était il passé par la tête, devenait il fou ? Et puis soudain il s’endormit, plongé dans un sommeil instable de cauchemars horribles.

    – La diplomatie n’est que perte de temps, tu le sais bien mon fils ! Seul la guerre peut dissuader la raison !

    – Oui père, la guerre, rien que la guerre !

    Il révait en effet, de son père, général raté, mais possédant une expérience enviable et incomprise. Vincius éprouvait de la honte pour se qu’il avait fait, laissait l’ennemi observer le camp, sans interruption, sans se battre, laisser place à la diplomatie là où guerre serait nul doute la solution ! Pris de folie, et pousser par la volonté de son père, il se leva de son lit. Comme en somnambule, possédé, pris de folie, il saisit son glève, tremblant toujours, dégoulinant de sueur. Il se dirigea lentement vers la chambre privée de Chilpéric, le camp était endormi, ne se doutant absolument pas de ce qui allait se produire. Caius Vincius Conqueris se pencha devant le corps endormi du roi burgonde et le transpersa sans pitié, en plein coeur. Conqueris s’effondra sur le sol, épuisé, à nouveau victime de son malaise…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Tuer un allié de Rome, Conquéris a de l’audace… Reste à voir la réaction du sénat.
    A maxsilv!

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    La folie a ses raisons que la raison ignore 😉

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    La tension était palpable dans le camp romain ce matin-là. Depuis l’assassinat par Conquéris du roi Chilpéric, les fédérés avaient mis en quarantaine le camp romain. Le frère du défunt, Gondioc, était devenu le nouveau roi des Wisigoths et, pour ce coup d’épée dans l’eau, Conquéris était retenu prisonnier en attente de l’arrivée d’un représentant du Sénat romain. Aucun légionnaire ne comprenait les raisons de cet acte, car même si la cohabitation avec les Barbares était délicate, ceux-ci étaient alliés à Rome et en conséquence cet acte pouvait déclencher une guerre aux conséquences désastreuses pour l’Empire !
    Justement, ledit représentant venait d’arriver avec l’aube et les légionnaires, condamnés à rester dans leur camp, attendaient fébrilement la sentence. A en croire les rumeurs, ils risquaient très gros : outre le dédommagement financier des Burgondes pour cet assassinat et l’exécution de Conquéris, la légion risquait d’être décimée !

    Bref, pour Quintilius et ses compagnons, il était impensable d’attendre tranquillement de mourir en martyre du christianisme nicéen ! Par ailleurs, quelque soit la raison qui avait poussé Conquéris commettre son acte, les légionnaires se devaient de lui porter secours. C’était à lui qu’ils devaient leur formation militaire et ils ne pouvaient se résigner à le voir condamné à mort.
    C’est pourquoi, Flavius Julius Quintilius et ses compagnons se mirent d’accord pour délivrer leur général et trouver un moyen d’échapper à leurs ravisseurs. Toutefois, la tâche n’était pas aisée et ils devaient profiter de la venue du représentant du Sénat pour s’enfuir ; ensuite, il serait trop tard.

    Quant au poème, il en imagina le second vers :
    “Oh Rome ! Cité illuminée,
    Ville dévastée, capitale pillée !”

    __________________________
    Ordre de post pour les suivants :
    jeudi 14 mars : MasterYunChang
    vendredi 15 mars : Lucdelgames
    samedi 16 mars : Florian30051

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Que va faire Gondioc, lancer avec Attila une coalition sur Rome? La question est là…
    Je rappelle à Masteryunchang qu’il n’a plus que quelques heures.

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Ganus chevauchait à travers la forêt à toute allure depuis presque une journée avant de s’arrêter au bord d’un ruisseau. Il se débarrassa du flacon de drogue qu’il gardait dans sa poche en le jetant à travers les buissons. Tous semblait fonctionner à merveille. Conqueris était condamné à mort et son armée, même si elle réussissait à échapper à la mort, avait été mené trop loin vers le nord pour pouvoir agir à temps. Aetius quant à lui avait toujours les mains lié à cause d’Atilla et il s’était assuré la neutralité des Wisigoths lors de son dernier séjour à Rome. Il avait même eu la chance d’assommer un Burgonde pour pouvoir être tenus à l’écart et ainsi s’échapper. Les dés étaient lancés, ce n’était plus à lui d’agir pour le moment. Il bu une gorgé puis repris prestement son chemin.

    (Désolé si c’est un peu court, je rentre du boulot et je suis un mort 😆 )

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012
    SICARIUSCATO

    Après son retour à Rome, Cato fut promu dans le Liberalis Circulum en tant que sicaire. On lui confia déjà une nouvelle mission: le roi des Burgondes, Chilpéric, venait d’être assassiné par un Romain. Il fallut enquêter sur sa mort, voir s’il y a un lien avec la Légion du Temple de Junon, et si le nouveau roi burgonde, Gondioc, supporte la cause du Circulum Liberalis, comme Chilpéric. Aquilus partit donc vers le nord pour voir plus clair. Étrange coincidence, la troupe de légionnaires devait être près de l’armée de Chilpéric. Cato avait des doutes sur les intentions de Ganus Yutus: celui-là n’était pas ligoté ou attaché lorsqu’il le “sauva” du Vautour. Il ne partit pas à cheval, cette fois-ci. Il partit à la course.

    C’est lors d’une escale en forêt pour chasser que le sicaire du Cercle aperçut entre plusieurs arbres une silhouette famillière au loin: c’était Ganus Yutus, qui chevauchait vers une direction peu recommandable pour un légionnaire. Les doutes commencèrent à se multiplier dans la tête de Cato, mais il doit se concentrer sur la mission avant tout: il doit enquêter au lieu de traquer. Il reprit donc son chemin après la chasse, vers l’emplacement de l’assassinat de Chilpéric…

    Quelles surprises l’attendront…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Lucdelgames!

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Bon je vais passer mon tour, car j’ai vraiment pas le temps ce soir et demain.
    Désolé :blush:

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Bon bas, je posterai demain!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Probus


    Que faire ? Il fallait trouver une solution pour libérer Conquéris. Par toute évidence, le sénat serait hostile à la survie de Conquéris car le général avait tué un puissant allié fédéré de l’assemblé.
    Où trouver refuge ?
    Il y avait finalement deux options possibles. Le sénat ne voulait pas d’eux, alors soit il fallait trouver refuge dans les rangs d’Aetius, soit il fallait retourner à Rome voir Valentinien III. Une troisième option, cette fois-ci plus lâche, serait d’abandonner l’Occident pour s’engager dans l’armée de Constantinople.
    Lucius Probus choisit de rejoindre les rangs d’Aetius. Il avait récemment gagné contre le terrifiant Attila, le général se montrait juste envers ces hommes et ces liaisons avec le sénat étaient aussi tendues. Pour Lucius, l’Empereur n’était qu’un enfant qui se montrait incapable de gouverner sans son meilleur général. Quant à propos de Constantinople, Probus avait avoué être tenté de se réfugier en Orient, mais pour cela, il fallait trahir Rome. Mais en tant que légionnaire, son devoir était de protéger la ville Eternelle.
    Probus avait horrifié d’apprendre au matin l’assassinat de Chilpéric par son général. Pourquoi tuer un des seuls piliers de Rome face aux Huns… Le légionnaire ne comprenait pas cet imbécile de général.
    Yutus avait disparu du campement. Il avait sans-doute été terrifié par l’acharnement du barbare pour le torturer. La nuit prochaine, l’armée romaine allait libérer Conquéris. Le représentant du sénat ne pouvait rien faire de bien pour le bataillon Conquéris. Il allait être dissout, son général allait être tué sous les yeux de Gondioc.
    Les légionnaires planifièrent leurs futures actions. Au milieu de la nuit, ils allaient se déguiser en paysans de la région et ils allaient prendre dans une charrette la cage où était enfermé Conquéris. Bien sûr, ils prendraient un gros tas de foin pour cacher leur général. Ensuite seulement, ils allaient se lancer à la recherche de leur camarade Yutus. Trop perturbé par les récents évènements, Probus ne put réfléchir à son poème. Il espérait cependant que Quintilius allait avancer dans le poème cette fois-ci sans lui.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Presbite!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Je poste demain 😉

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Marius

    Pendant la planification du sauvetage de Conqueris, des rôles furent attribués à chaque légionnaires quand a la réussite du plan.

    Pour sa part, Marius avait reçut l’ordre de se rendre au village la plus proche avec le légionnaire Saganamicus afin de subtiliser aux paysans une grande charrette tiré par de lourds chevaux de très ainsi que quelques loques qui leurs serviraient d’habits.

    Des que cela fut fait, nos deux hommes se mirent en route vers le camp ou leurs camarades les attendaient pour commencé le sauvetage.

    Tout était fin prêt, les légionnaires étaient à leurs postes et vêtu par la même occasion des habits civils que leurs avaient rapporté leurs camarades. Maintenant, il fallait agir, et vite !

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Jddelsignore!

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    Maxentius avait pour ordre de rester à l’arrière afin de s’assurer qu’ils n’étaient pas suivis. Ces compagnons, discrètement, s’avancèrent dans la nuit. Maxentius s’était posté sur une petite butte. Il distinguait Saganamicus se faufiler entre les tentes de la garde rapprochée du représentant, placées à proximité du campement des légionnaires. Quintilius tenait la charette en compagnie de Probus, prêts à s’éloigner, tandis que Marius et Delcus précédaient Saganamicus. À force de discretion et de rapidité, les deux gardes purent être assomés et Conqueris embarqué dans la charette. Il fut immédiatement recouvert de foin et les légionnaires filèrent dans les bois. Maxentius, pénétrant dans cette forêt, était censé rejoindre ses compagnons plus haut. Mais, l’obscurité régnant en ces lieux, il ne sut reconnaître le bon chemin et se dirirgea vers le nord-est, plutôt que vers le nord et s’enfonça au plus profond des arbres…

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    JE POSTE!

    Cato était encore en route vers le camp, suivant les traces de Ganus Yutus à l’envers, lorsque les traces bifurquèrent sur un ruisseau. Cato comprit que Yutus dût se désaltérer, mais peut-être s’arrêta-t-il pour autre chose… Il chercha donc dans le ruisseau et les buissons environnants si un indice pouvait confirmer ou éloigner les suspicions du Sicaire. Après seulement deux minutes, Euréka. Il a trouvé une fiole. Une petie fiole contenant un liquide étrange… Cato l’ouvrit et mit une goutte sur sa langue. C’est après un recrachat qu’il chuchota, avec un air souriant:

    -Ganus Yutus, la chasse est ouverte. Puisse le meilleur gagner…

    Il reprit chemin ensuite vers le campement romain pour essayer d’acquitter Conqueris, étant donné qu’il était drogué par un certain Yutus.

    ***HRP***

    YunChang, tu n’es pas ma prochaine cible. J’attendrai le moment parfait pour attaquer. Si tu t’enfuis, bien sûr…

    P.S. En disant de moment parfait je veux dire que je vais attendre que tu te tannes de ce RP.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A vinz le conquérant!

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    *Caius Vincius Conqueris*

    – Cette mise en scène a bien failli te tuer, Vincius, mais quelle magnifique coup de génie pour t’arrirer les faveurs du Sénat !

    – Oui, mais peut être devrais-je avertir mes chers soldats que ce Chilpéric n’était qu’un traitre au service du vil Attila, et qu’il était donc de mon devoir de l’occir.

    – Tes soldats ? A présent ce sont des soldats, à n’importe qui mais surement pas à toi, tu mérite bien mieux à présent que cette vieille troupe de populace ignorant n’est ce pas ? J’ai ouï dire que la magistrature t’ambitionne au poste de général de la Legio X Veneria, de l’élite tous ce qu’il y a de plus honorable.

    – Laissez ma légion à l’abandon ? Mais leur entrainement n’est pas fini, je ne sais pas si les abandonner à un général incompétent serait une solution.

    – Ne te tracasse plus pour ces moins que rien, tu es général ! Et je le souhaite, bientot Empereur ! Gloire à toi Caius Vincius Conqueris ! Je te conseille à présent de te reposer, la journée fut longue pour nous tous.

    Le général, perplexe, se dirigea vers sa couche, son rêve commençait peu à peu à se concrétiser, les portes vers le titre d’empereur semblaient l’accueillir à bras ouverts, mais laisser sa légion, toujours persuadé qu’il était condamné à mort, ne sachant pas que tout cela était une mise en scène déstinée à ne pas trop attirer le courroux du peuple, était pour lui une épreuve difficilement surmontable, il détestait abondonner en si bon chemin, un soldat n’ayant pas achevé son entrainement. Mais Vincius parvint malgré tout à s’endormir.

    Au petit matin, une odeur de fumier emplissait son nez, ses yeux s’entrouvrirent. Le général se leva en sursaut, il était dans une charrue, tirée par 2 boeufs, tout cela dégageant une odeur fort déconfortable. Il tourna la tête et reconnu Maxentius et Marius, qu’avaient-ils fait ! Il hurla :

    – Qu’est ce que je fais là ? Que s’est il passé ?

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012
    ***HRP***

    YunChang, tu n’es pas ma prochaine cible. J’attendrai le moment parfait pour attaquer. Si tu t’enfuis, bien sûr…

    P.S. En disant de moment parfait je veux dire que je vais attendre que tu te tannes de ce RP.

    Hé! Hé! C’est marrant mais en tentant de l’avoir, tu me rends service xD

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A maxsilv!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    Les légionnaires se regardèrent et se turent lorsque le général leur demanda furieux pourquoi ils l’avaient enlevé. Quintilius tâcha de lui expliquer qu’ils craignaient pour sa vie et voulaient le sauver d’une mort certaine, mais le général leur répliqua qu’il n’allait aucunement finir exécuté et qu’il devait discuter d’affaires de la plus haute importance !
    Bref, ils durent maintenir de force leur général avec eux. Les légionnaires, un peu déboussolés se retrouvèrent donc sur les routes, sans aucune autre information supplémentaire. Quintilius reprit alors l’écriture du poème :

    “Oh Rome ! Cité illuminée,
    Ville dévastée, capitale pillée !
    Rome éternelle, quel est ton devenir ?
    Nous craignons pour ton avenir.”

    Il n’avait pas la plume de Virgile ; cependant, il était satisfait de ce début. S’il s’était déjà demandé comment s’effondrait un empire centenaire, il n’avait pas vraiment envie d’y assister. « Roma aeterna », pensa-t-il : si seulement cette devise qui avait bercée son enfance pouvait être vraie…
    Toutefois, le loup était désormais dans la bergerie : l’Empire se trouvait à la merci d’un retournement des Barbares fédérés qui en assurait la protection. Lui et ses compagnons faisaient partie des derniers légionnaires romains, comme Aetius. L’Empire romain d’Occident ne saurait survivre bien longtemps à leur chute ; aussi leur fallait-il vaincre ou périr avec l’Empire !
    Flavius Julius Quintilius avait machinalement prit dans sa paume la pièce à l’effigie de Théodose Ier et se prit à rêver d’un Empire romain chrétien à nouveau unifié et repoussant vaillamment les invasions. Néanmoins, ceci n’était désormais plus que le souvenir d’un passé glorieux aujourd’hui révolu. Était-ce donc cela la volonté de Dieu ? Avait-il effectivement abandonné l’Empire ? Si c’était le cas, alors l’apocalypse devait être proche…

    __________________________
    Ordre de post pour les suivants :
    jeudi 21 mars : MasterYunChang
    vendredi 22 mars : Lucdelgames
    samedi 23 mars : Florian30051

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Je me permets de poster parce que je ne suis pas là ce week end^^Même si mon récit est petit:

    Lucracius Delcus

    Les idées se bousculaient dans la tête de Lucracius, il voulait changer de grade mais sans légion, cela n’était pas possible, tuer des barbares, Attila s’il le fallait! Cela n’est pas possible sans la légion!

    En fait rien n’est possible sans la légion! Et comment effacer les traces de la torture sans la légion?!

    Ou bien, pourquoi ne pas l’abandonner?!Rejoindre Rome gravir les échelons du Cursus Honorum! Service de la légion devrait suffire.

    Mais impossible! La Vengeance vaut bien mieux!

    Mais pour cela il fallait sympathiser avec ses compagnons, il commençait donc par parler avec Quintilus, pas longtemps ( A vrai dire il ne l’aimait pas trop) et parla ensuite à Marius, mais n’ayant aucun sujet de conversation ,partit, il s’arrêta devant une pierre où il se mit à réfléchir longuement… Pour atteindre l’idée de la jetée sur le nouveau chef des Burgondes mais d’un autre côté, le risque était trop présent.
    Il lâcha du regard la pierre et partit s’isoler. On ne le revu plus de la journée.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je poste ce soir 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012
    Légionnaire Probus

    Probus ne comprenait rien à ce qui se passé. Lui qui avait préparé l’invasion du général, lui qui s’était donné tant de mal pour sa liberté, tout ce qu’il avait soigneusement préparé n’aurait servit à rien ? Maintenant cet imbécile de Conquéris voulait revenir au campement pour rester fidèle à ses bourreaux.
    Conquéris ne s’était pas empêché de se quereller avec tous les légionnaires en voulant retourner au campement. Mais Maxentius et Marius l’avait attaché bien fort. Conquéris était devenu fou, il ne manquait plus que ça pour le bataillon. Le bataillon élit Quintilius comme nouveau général, c’était l’un de ces légionnaires que tout le monde aimé, même Saganamicus et Maxentius s’entendait bien avec lui. Yutus était loin d’être fou et avait à maintes fois aidé Conquéris dans ses manœuvres. C’était l’homme parfait !
    Le périple sur notre charrette continua, ils devraient faire route vers le Sud pour rejoindre Massilia.
    Soudain, un régiment d’Equites Romain se précipita sur eux. Les légionnaires firent halte.
    Alors le centurion du régiment de cavalerie, après les voir reconnu à cause de l’étendard de la légion posé sur la charrette, déclara en dépliant un rouleau : « Le général Caius Vincius Conquéris est en état d’arrestation. Ce dénommé commandant aurait trahi l’empereur qui lui soupçonnerai de vouloir le renverser… Au nom de Rome, votre troupe doit se rendre à Massilia où nous allons décider de votre sort ! Mais ils vous manquent du monde, où sont passés les deux autres légionnaires, vous devriez être neuf !

    —–

    Désolé pour le retard!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Presbite!

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    En suivant le trajet de Yutus, Cato rencontra de nouveau la troupe, qui avait l’air d’être dans des jolis draps… Il se souvint qu’il garda la fiole de drogue que Ganus avait fait erreur de le jeter et annonça en sortant d’une forêt après le constat de l’absence de deux légionnaires:

    -Nous sommes huit, maintenant. C’est Yutus, le neuvième légionnaire, qui est traître!
    Les Equites demandèrent donc:
    -Avez-vous une preuve, légionnaire?
    Cato répondit en montrant la fiole:
    -Je ne suis pas un simple légionnaire. Je suis un sicaire du Cercle. Alors je vous montre cette preuve, qui est une fiole de drogue, et vous la bouclez et vous acquittez Conqueris dès maintenant, ou sinon c’est l’empereur qui va avoir cette preuve et il va vous faire décapiter. Intelligi?

    Les Equites n’eurent pas d’autre réponse que de montrer à Cato une croix sur leur uniforme. Pas une croix normale ou un crucifix, non…
    C’était la Croix de Junon. Ces Equites n’étaient pas non plus des simples cavaliers. C’étaient des auxiliaires du Temple de Junon. Les éternels ennemis du Circulum Liberalis. Ils chargèrent en criant:
    -Puisse le père de la sagesse nous guider vers la victoire!
    Cato lança trois couteaux, qui finissèrent tous entre les deux yeux de trois cavaliers. Il dégaina ensuite ses deux cimeterres et désarçonna en un éclair quatre autres cavaliers, tuant chacun d’entre eux. Au milieu de la castagne, les légionnaires dégainèrent eux aussi leurs armes et s’engagèrent dans la mêlée.

    Après quelques gorges de Templier coupées, Aquilus aperçut le chef de la troupe, qui s’enfuyait vers Massilia sur son cheval. Il chevaucha donc un cheval inoccupé et se fraya un chemin à travers les quelques cavaliers qui le séparaient. Aucun d’entre eux ne survécut à la tempête de lames.

    Après une poursuite d’à peu près une heure et demie, Cato, rendu à Massilia, traquait le chef de la bande des Auxiliaires du Temple dans les rues de la ville. Caché dans la foule, il aperçut sa cible. Il écarta quelques citoyens et déploya une de ses lames secrètes. Une lame, une cible. Il doit l’atteindre.

    Et il l’a atteint. Maintenant, c’est son devoir de retourner à Rome, d’expliquer la sitation et d’acquitter Caius Vincius Conquéris, dû au motif qu’il a été drogué… Probablement par un Auxiliaire du Temple…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je rappelle à Presbite que c’est bientôt la fin de son tour!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Jddelsignore!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Je suis désolé mais comme Del Schyzo avait posté avant moi hier je pensait pouvoir posté aujourd’hui 🙁 .

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Marius

    Tout les légionnaires étaient abasourdie, Marius le premier et pour cause, tout c’était déroulé si vite !
    Pendant que Cato et ses camarades se battaient pour sauver leurs vie et celle de leur ancien général, Maruis quand a lui avait pour tache de rester au prés de Conqueris afin d’évité qu’il ne se fasse tué par un adversaire malin qui les auraient contourné.

    Mais sa tache fut plus rude que prévu…

    En effet, de pourfendre toute personnes s’approchant trop prés de conqueris, il devait aussi essayé de le raisonné dans sa folie croissante.

    Il ne cessait de répéter : ”Je serait le nouvelle empereur !” Rome m’appartient ! ”

    Personne n’eut entendu ses propos et Marius se promis de faire avoué a Conqueris ce qu’il manigançait.

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012
    ***Maxentius***

    Un général désirant se rendre, une troupe recherchée… un avenir compromis? De plus en plus, Maxentius sentait que les choses finiraient mal. Ou alors, qu’il devrait quitter ses compagnons, les abandonner. Et Cato qui disparaissait, puis revenait. Maxentius avait le sentiment que son ami servait sa guilde, mais non plus Rome… Le légionnaire nait au front, il se bat au front, il meurt au front.
    À Massilia, une agitation permanente régnait dans les rues. Maxentius s’était isolé dans les quartiers marchands. Il devait, avait-il dit, savoir ce qu’il souhaitait faire, ce qu’il allait faire. Il se promenait entre les étals du port, scrutant la Méditerranée, lieu de grandes batailles. Et il sut où serait déposé son corps une fois mort…
    Après cela, il retourna auprès de ses compagnons. Des provisions avaient été faites en prévision de la suite des événements. “Nous dormirons ici.” annonça Quintilius. “Marius vient juste de trouver une auberge.”

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A vinz le Conquérant

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Marius

    Tout les légionnaires étaient abasourdie, Marius le premier et pour cause, tout c’était déroulé si vite !
    Pendant que Cato et ses camarades se battaient pour sauver leurs vie et celle de leur ancien général, Maruis quand a lui avait pour tache de rester au prés de Conqueris afin d’évité qu’il ne se fasse tué par un adversaire malin qui les auraient contourné.

    Mais sa tache fut plus rude que prévu…

    En effet, de pourfendre toute personnes s’approchant trop prés de conqueris, il devait aussi essayé de le raisonné dans sa folie croissante.

    Il ne cessait de répéter : ”Je serait le nouvelle empereur !” Rome m’appartient ! ”

    Personne n’eut entendu ses propos et Marius se promis de faire avoué a Conqueris ce qu’il manigançait.

    On dirait que cette drogue a des effets à TRÈS long terme…

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Je poste cette aprem !
    PS : Je ne serais pas là pendant une semaine à partir de jeudi.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je note…

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Ce n’est plus vraiment la drogue qui le fait parler ainsi mais son désir ardent de devenir un personnage important…

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Ah mon petit Cato, tu est bien naïf 🙂

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Caius Vincius Conqueris

    Vincius avait beau expliquer à ses anciens soldats que la page devait être tournée, qu’il a été promut à une légion d’élite, qu’il n’était plus leur général, ceux ci semblaient refuser de l’entendre. Il le prenait pour un fou, mais fou était il peut être …
    Il voyait le mal partout où il ne le fallait pas, et voyait le bien de manière bien naïve. Les sénateurs n’étaient pour lui pas bien méchants, de simples pions facilement influencables, mais que savait il de la magistrature, lui qui ne connaissait que l’odeur nauséabonde de la terre battu et le bruit fracassant des épées. L’Empereur le bernait, en lui faisait miroiter un avenir glorieux qui le conduira en réalité à une fin tragique et cela, ses soldats l’avait clairement remarqué. Mais Conqueris, piégé dans sa folie et son aveuglement, avait déjà prévu de s’enfuir le plus tôt possible, et de retourner à Rome …

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Maxsilv!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je me permets juste de faire un peu avancé notre poème que j’avais oublié durant mon poste:
    Oh Rome ! Cité illuminée,
    Ville dévastée, capitale pillée !
    Rome éternelle, quel est ton devenir ?
    Nous craignons pour ton avenir

    Combien étaient ces métropoles
    Qui ont envié votre splendeur?

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    La petite compagnie formée par les légionnaires s’était ainsi arrêtée pour la nuit dans une petite auberge. Marius avait bien choisi l’établissement : elle était située à une heure et demie de marche de Massilia et en retrait de la via menant à la ville. Au moins, ils pourront passer une nuit tranquille, avant d’envisager de repartir le lendemain matin. Pour la suite, Flavius Julius Quintilius – pour qui la nomination en tant que chef de la compagnie impliquait le choix de l’itinéraire – avait déjà sa petite idée. Néanmoins, il préférait d’abord faire part à ses compagnons de ses récentes réflexions sur les événements survenus ces derniers jours :

    – J’ai bien réfléchi à propos de l’attitude de Conqueris et je me suis dit qu’il n’était peut être pas si fou en fin de compte…
    – C’est sans doute la vue de tous ces Barbares qui lui a mis la tête à l’envers, proposa Probus ; toutefois, sans grande conviction.
    – Cela a bien un lien avec eux ; cependant, je pense plutôt que Gondioc lui a proposé le trône impérial et que notre général s’est fourvoyé ! En effet, au vu de la vulnérabilité de la péninsule italienne pendant que le généralissime Aetius fait face à Attila le Huns, renverser Valentinien III est aisé, pourvu qu’il ait un Romain sous son influence à placer comme successeur ensuite. Or, Caius Vincius Conqueris a le profil idéal : citoyen romain et général dont la place aux yeux de l’Empereur est totalement masquée par Aetius. Bref, il ne serait pas le premier usurpateur à être né d’une déception vis à vis de l’Auguste en place.
    – On est là dans la plus infâme des trahisons ! s’exclama Maxentius.
    – En effet, mais tout concorde avec les évènements étranges survenus : Chilpéric soutenait Valentinien III, mais son frère était désireux d’exercer le pouvoir aussi bien sur son peuple que sur tout l’Empire. Il a donc imaginé le stratagème consistant à faire assassiner Chilpéric par un Romain à qui il aurait fait miroiter le pouvoir, n’éveillant ainsi aucun soupçon et reprenant à son profit le titre de roi des Burgondes. Il comptait ensuite sauter sur l’occasion pour marcher sur Rome en contestation de l’assassinat de son frangin. Au final, il offrirait à Conqueris le titre impérial pour satisfaire le Sénat, mais détiendrait en pratique la réalité du pouvoir. De cette façon, Gondioc garderait le soutien de son peuple, tout en obtenant celui des Romains en la personne de notre cher général !

    Pendant toute la discussion, le principal intéressé était présent à la table des légionnaires. Cependant, ceux-ci l’avaient bâillonné, lassés d’avoir à subir ce qu’ils croyaient être l’attitude d’un dément. Aussi, tous les regards se tournèrent vers Conqueris, tandis que Quintilius projetait de rejoindre la péninsule italienne au plus vite, par bateau sans doute afin d’éviter les patrouilles (il étaient encore recherchés), et faire de leur possible pour déjouer le complot de Gondioc.

    __________________________
    Ordre de post pour les suivants :
    jeudi 28 mars : MasterYunChang
    vendredi 29 mars : Lucdelgames
    samedi 30 mars : Florian30051

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012
    AQUILUS CATO, MAESTRO SICARII

    De retour à Rome, Cato s’empressa d’aller au sanctuaire du Liberalis Circulum afin d’identifier la drogue que contenait la fiole. Lorsqu’il présenta la fiole au mentor et qu’il expliqua que son général fut drogué par le liquide dedans, celui-ci ouvrit la fiole et sentit son odeur. La réponse du mentor était flagrante:

    -Sicarii Cato, ce que vous avez trouvé est la pire drogue du monde entier.
    -Quel est-il, mentor Accipiter?
    -C’est le liquide d’éden. Une drogue très puissante, capable de changer les idées d’un homme ou d’accélérer leur processus en quelques heures après à peine trois gouttes. Le changement est permanent jusqu’à l’exposition d’un autre fragment d’éden qui peut le guérir… S’il n’est pas trop tard. Je le crains qu’il ne soit trop tard pour votre général, sicarii Cato.
    -Qu’est-ce qu’un fragment d’éden, mentor?
    -C’est un artefact provenant des dieux qui peut provoquer des miracles tel un pouvoir absolu ou de la richesse et de la connaissance infinies. Par contre, quelqu’un qui est faible d’esprit peut facilement en tomber possédé.
    -Comme mon général…
    -Oui, sicarii. Vous avez beaucoup appris aujourd’hui. Et pour exposer un nouveau Templier, et aussi une conspiration contre l’Empereur, l’Ordre du Liberalis Circulum vous promet à un nouveau titre. Désormais, vous n’êtes plus un sicarii. Vous êtes un Maestro Sicarii. Vous pouvez aller comme bon vous semble jusqu’à l’obtention d’une nouvelle mission pour vous.
    -Je vous remercie, mentor.
    -Appelez-moi Accipiter, la prochaine fois.
    -À bientôt. Nous nous reverrons.

    Cato partit vers Massilia pour rejoindre sa petite bande et leur expliquer la situation, à moins que Quintillus, qui est un légionnaire très brillant, ne le fasse avant. Il aimerait bien l’introduire à l’ordre, ce petit bonhomme…

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Del_schyzo tu as déjà posté ce tour-ci, je ne prendrais donc pas en compte ton dernier message.

    En cours d’écriture, je posterais entre 16h et 22h.

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Oui mais comme le personnage de Del scyzo est un peut différent (dans le sens ou il n’est pas que legionnaire), il peut posté quand il veut je croit.

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Quand il veut, pas combien fois il veut, sinon autant qu’il l’écrive tout seul 🙂
    Je vais quand même attendre l’avis de florian sur la question.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Etant donné que Del_Schyzo n’a pas tellement fait avancé l’histoire de notre troupe de légionnaire, on peut se permettre de prendre en compte ce nouveau post. Cependant, j’interdis de commettre le même abus au cours de trois tours, ca peut embéter les suivants sur la liste.

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Ganus était finalement arrivé aux abords de Rome, il fut vite rejoint par deux cavaliers légers qui se précipitèrent de lui montrer leur croix brodés sous leurs vêtements. Ils enfilèrent de larges vêtements pour rentrer dans la ville incognito. Une fois le barrage principale passé, ils mirent pieds à terre et se dirigèrent vers une taverne à proximité. Les deux cavaliers attendaient en bas tandis que Ganus montait les marches qui le menait à l’étage. Il marcha jusqu’à la porte en face des marches puis s’arrêta devant la porte pour prendre une grande inspiration avant de rentrer dans la pièce. Dans la chambre, deux hommes dissimulés comme lui sous une capuche. L’un était assis au bord de la fenêtre et portait au doigt une grosse bague alors que l’autre se tenait assis sur le lit les 2 mains jointent et se leva immédiatement à l’entrée de Yutus. Il retira sa capuche en regardant fixement le légionnaire et dit:

    “Bien, je pense que tous est prêt alors.”

    “En effet.” répondit Ganus.

    “Pas tout à fait.” rétorqua le troisième personnage en pointant par la fenêtre un cavalier qui fonçaient à tout allure et se dirigeait en dehors de la ville.
    Ganus regarda furtivement en dehors et reconnu Cato.

    “Il est tellement arrogant et sûr de lui qu’il ne prend même plus la peine de se dissimuler correctement.” dit l’homme qui avait retiré sa capuche avant de rajouter:
    “Nous nous occuperont de lui plus tard, je demanderais à plusieurs groupe de le tuer. Mais le plus important est que je viens d’avoir l’édit des mains du jeune empereur qui nous permettra d’éliminer une grosse épine de notre pied.”

    “Votre influence auprès de Galla est impressionnante, mais je crains qu’il existe une autre faille dans votre plan. Conqueris a réussi à s’échapper des burgondes et se dirige ici. Il pourrait tous compromettre.” dit le troisième homme tout en se servant une coupe de vin.

    “Je suis au courant, il n’a qu’une poignée de jeunes recrus à ses côtés, quelques mercenaires suffiront. Je dois malheureusement vous laissez maintenant une tâche importante m’appelle, une fois empereur mon ordre et vous deux seront immensément riche. ”

    Il partit en laissant légionnaire et le troisième homme seule dans la chambre.
    “C’est lui qui est trop arrogant et sûr de lui !” dit Ganus.

    Son interlocuteur laissa échapper un léger rire et répondit:
    “Un peu de respect au futur empereur !” (il rigola encore plus fort puis repris subitement son calme) “Jeune, je pense ne pas avoir besoin de vous expliquer votre prochaine tâche, Conqueris doit absolument survivre ! Vous logerez ici même ce soir et repartirez demain avant l’aube. Bonne traque, Niger Lupus !” Puis il repartit aussitôt.

    Ganus mort de fatigue après cette course pour atteindre Rome se laissa tomber de sommeil sur son lit. Sa nuit fût courte et il mit beaucoup de temps pour se mettre en route.

    Après avoir passé la porte de la ville, alors que les premiers rayons du soleil faisaient surface, on entendait les gémissements d’une centaine d’hommes et de femmes le long de la route, attachés à des poteaux et fouettés jusqu’à ce que mort s’en suive. On pouvait voir pendre à leur cous, l’emblème de l’Ordre du Liberalis Circulum et une inscription sur une petit tablette de bois avec l’inscription “proditor”.
    Ganus fit galoper son cheval vers Masilia pour fuir cette vision d’horreur.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    On avance vraiment vite ce tour-ci!
    Je vous réserve une petite surprise dans le rp ce week end ainsi que la mise en place de plusieurs nouveautés!
    Ce sera pour ca qu’au lieu de commencer le prochain tour dimanche, le tour commencera Lundi. Le rp sera donc en pause 24h pour la mise en place des nouveautés!
    Merci de votre compréhension!

    **************

    A Lucdelgames!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    D’ailleurs, vu qu’on parle de ce week-end, je serai absent de samedi matin à lundi soir. Par conséquent, je ne verrai ces nouveautés alléchantes qu’à mon retour. Aussi, ne vous étonnez pas si je ne réagis pas d’ici là !

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je note…

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Bon, eh ben, faut que j’attende trois tours complets ou trois tours de personnages? Parce que j’ai déjà mon idée en tête.

    Et puis la dernière partie de Yunnie, je l’ai pas trop bien compris… Pourquoi le Liberalis Circulum serait maltraité par l’Empereur lorsque c’est eux qui l’ont placé et qui l’ont ensuite laissé carte blanche?

    À moins que ce ne soient des Templiers (les ravisseurs) ou des traîtres (les victimes, proditor, duh!) qui ont tourné le dos face à l’Ordre.

    Mais de toutes façons, les Assassins de Rome les tueraient, ils ne les fouetteraient pas…

    Ouais, j’ai pris le Liberalis Circulum et son histoire dans la BD d’Assassin’s Creed et je m’y suis inspiré. T’AS UN PROBLÈME AVEC ÇA?

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Voyons, on ne se bat pas ici, c’est le forum de la guerre 😉

    Si il y a un problème de synchronisation entre deux messages, on en discute, mais pas la peine de mettre des majuscules.

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Voyons, on ne se bat pas ici, c’est le forum de la guerre 😉

    S’il y a un proverbe qui a le moins raison dans le monde, c’est celui-ci. Juste pour dire.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Del_Schyzo, j’ai dit que pour cette fois, ca va mais je veux que ca ne se reproduise plus!
    Les trois fois, c’est pour dire que tu ne peux commettre cette abus trois tours de suite! 😉
    Et puis, pourquoi te faches-tu si soudainement? Je ne comprends pas ton message à la fin…

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Bon, eh ben, faut que j’attende trois tours complets ou trois tours de personnages? Parce que j’ai déjà mon idée en tête.

    Poster autant que les autres me semble un règle des plus logique, je demande juste que tu attende que tous le monde post son passage avant de reposter (donc attendre que maxsilv post) ou sinon cela reviendrait comme je l’ai dit à ce que tu écrive l’histoire seul. Après l’idée des trois tour je vois pas non plus l’intérêt.

    Et puis la dernière partie de Yunnie, je l’ai pas trop bien compris… Pourquoi le Liberalis Circulum serait maltraité par l’Empereur lorsque c’est eux qui l’ont placé et qui l’ont ensuite laissé carte blanche?

    Les intrigues de Rome, quand quelqu’un ou quelque chose a du pouvoir il aura toujours des jaloux pour les faire tomber et essayer de prendre leur place, de même les supérieur auront toujours une part de méfiance sur tous ce qui prend de l’ampleur par peur d’être renversé. Dans ma partie on voit simplement qu’un politicien ayant de l’influence sur la mère de l’empereur a réussi à faire condamner tous les membres de l’ordre en traître (Dans ma vision l’empereur est toujours un enfant et donc facilement influençable surtout par sa mère).

    À moins que ce ne soient des Templiers (les ravisseurs) ou des traîtres (les victimes, proditor, duh!) qui ont tourné le dos face à l’Ordre.

    oui et non, les templiers de Junon ont réussi a porter un coup dur à leur rivaux mais ce n’est pas la fin de l’ordre 😉

    Mais de toutes façons, les Assassins de Rome les tueraient, ils ne les fouetteraient pas…

    L’exécution sub fraca est la plus rependu vu que le crucifiement et les jeux se font mal voir.

    Ouais, j’ai pris le Liberalis Circulum et son histoire dans la BD d’Assassin’s Creed et je m’y suis inspiré. T’AS UN PROBLÈME AVEC ÇA?

    Tu fais ce que tu veux tant que ça reste crédible (c’est le cas de mon point de vue 😉 ) je fais que monter des intrigues comme tous le monde, c’est à chacun d’essayer d’en tirer partir pour faire avancer son histoire.

    Enfin Majuscule -> si toi, tu a un problème on peu en discuter mais pas ici :huh:

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Les nouveautés du prochain tour sont prètes à sortir, j’attend juste que Lucdelgames poste.
    Lucdelgames, ne nous fait pas sortir de Massilia, ca m’embéterai vraiment à propos de ce que j’ai prévu.

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Del_Schyzo, j’ai dit que pour cette fois, ca va mais je veux que ca ne se reproduise plus!
    Les trois fois, c’est pour dire que tu ne peux connaitre cette abus trois tours de suite! 😉
    Et puis, pourquoi te faches-tu si soudainement? Je ne comprends pas ton message à la fin…

    Même si ce n’est pas officiel, j’ai l’impression d’être un autiste…

    Même si j’ai des préjugés sur eux. En passant c’est commettre, pas connaître.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Mais non, tu n’es pas autiste… 😉
    Sinon, je m’excuse pour cette regrettable faute d’orthographe que je vais corriger. (Eh oui, même si je suis lycéen, l’orthographe restera toujours mon pire ennemi dans l’écriture!)

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Je peux avoir un mini mini mini résumé (Je sais juste: On est à Massilia, Cato est en “hargne” face à Yutus mais je ne sais pas vraiment plus d’infos, je n’ai pas une “compréhension facile”)

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Un résumé rapide:
    La légion est à Massilia. On est recherché pour trahison… Donc dans ton rp, tu dois faire en sorte que l’on fasse attention à être discret. Pour l’instant, on a trouvé une taverne et c’est à toi de faire la suite!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Pour faire simple, il y a Ganus Yutus qui se trouve mêlée à un complot contre l’empereur (grâce à la manipulation de Galla, la mère de ce dernier qui exerce en fait la réalité du pouvoir). Pendant ce temps, Quintilius met à jour un autre complot mené par Gondioc (le chef burgonde) qui veut mettre Conqueris sur le trône impérial.

    Bref, ça complote de partout et la compagnie de légionnaire à prévu d’embarquer à Massilia et de rejoindre par bateau l’Italie pour essayer de sauver l’Empereur face à toutes ces menaces. Sauf que Conqueris est recherché et que c’est le désordre absolu !

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Ok^^ Bon je tente de poster ce soir^^

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Mais ne part pas de Massilia, je te le répète car ca m’embêterait beaucoup pour les nouveautés que j’ai prévu.

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Oh^^ Ne t’inquiète pas

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012
    Lucracius Delcus

    Delcus, lui, marchait dans la ville, non en habits de Légionnaire. Originaire de Bagacum, il n’avait jamais vu cette ville.
    Selon lui, elle était plus belle que Rome, mais c’était son avis…

    Il rejoignit ses amis à la taverne, pris un bon repas et se rendit compte d’une chose.

    “Où est Yutus?!” pensa t-il, à ce moment un sentiment de joie et de frayeur s’empara de lui.

    Il l’avait oublié, mais il s’en fichait un peu tant que la légion ne s’est pas “reformé”.

    Il resta donc dans la taverne, silencieux, en compagnie des autres légionnaires qui parlaient, réfléchissaient… De temps en temps, Lucracius passait devant le général dont l’état ne s’arrangeait pas.

    Mais Lucracius pensa:

    Son but premier était de tuer du barbare, leur montrer toutes les souffrances les plus dures qu’ils lui avaient fait subir.
    Alors pourquoi avoir suivi le reste de la troupe.

    Il sentait au font qu’il avait tout de même de l’affection pour ces légionnaires près de lui.

    Par la suite, après ce moment de réflexion, il prépara ses affaires pour partir de Massalia…

    _________________________________________________________________________

    Bon j’ai tenté de ne pas trop faire avancer le récit.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Comme je l’ai déjà dit dans un précédent message, beaucoup de nouveauté prendront naissances à partir de ce tour.

    • Je commencerai d’abord par la plus importante. Afin de mieux respecter le titre du rp, le légionnaire Augustus arrive dans notre histoire en étant le dixième légionnaire. Afin de mieux respecter l’histoire, nous nous mettrons dans la situation d’un jeune garçon de Massilia qui rêve de s’engager dans l’armée romaine. Augustus ne sera pas contrôlé par Augustin qui ne peut malheureusement toujours pas participer au rp mais ce sera un personnage de même type que Saganamicus. C’est-à-dire que tout le monde contrôle à sa guise Augustus pendant le rp jusqu’au retour d’Augustin.

    • Autre chose, étant donné que Saganami ne m’a toujours pas contacté pour son personnage, j’ai décidé de faire joué le légionnaire Saganamicus si possible par un nouveau participant. Si beaucoup de personnes tiennent à rejoindre le RP, je serai susceptible d’accepter. En effet, notre légion étant stationnée à Massilia, ce genre de situation serait plus que crédible…

    • Ce tour sera aussi marqué par l’arrivée de news historiques. Ces news historiques seront annoncés à chaque début de tour.

    • Il y aura aussi d’autres types de news comme l’arrivée de la météo qui pourrait par exemple contraindre notre future expédition en frégate pour retourner à Rome…

    • Pour les personnages ayant un rôle particulier comme Cato et maintenant Yutus, je vous afficherez de temps en temps des spoilers pour mettre des bâtons dans les roues de vos projets. En ce qui concerne d’ailleurs ce type de légionnaire, je n’en accepterai pas plus de deux sans quoi on sortirait du réalisme…

    Voilà en ce qui concerne les news, le rp est donc en recrutement tant que la légion reste à Massilia.

    Jour de début du nouveau tour : 3 Novembre 450

    News historiques :

    • Les troupes d’Aetius victorieuses, après avoir fêté leur victoire dans Orléans, pourchasse Attila qui aurait fuit la Gaule centrale pour Lugdunum en vue d’une entente entre les burgondes et les huns…
    • Scandale dans Massilia ce 3 novembre 450, le préfet des polices Marcus Litrus, accusé d’être païen, est condamné à mort par des agents de Valentinien III.
    • Bain de sang dans le forum de Massilia cette nuit, les cohortes urbaines font exécutés une vingtaine de païen venu acheter des offrandes pour leurs dieux.
    • Grand mouvement de population en Provence en ce début de mois de la part de Burgondes terrifiés par l’arrivé d’Attila sur leurs terres.

    Autres news :

    • Incendie dans le quartier du vieux port de la ville de Massilia. On accuse les païens et les juifs d’être les responsables de cette horreur.
    • Le ciel est bleu, aucun nuage est visible dans le ciel

    Le liberalis Circulum est protégé par Valentinien III et l’ordre des templiers est protégé par l’impératrice sans quoi ces ordres respectifs seraient condamnés à mort. Méfiez-vous donc de la christianisation car vous pourrez vous retrouver du jour au lendemain écartelés. Masteryunchang et Del-Schyzo

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je poste aujourd’hui.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Probus


    Au feu, au feu ! Avait crié le tavernier en réveillant ses invités.
    Conquéris n’avait pas dormi de la nuit, le feu fit accroitre sa crise de folie. Les légionnaires ne purent dormir beaucoup à cause de la folie du général.
    -Haha ! Nous allons tous mourir et je serai venger.
    Probus aurait voulu le poignarder mais il savait comme tout le monde qu’on ne devait pas tuer ainsi un général de Rome.
    L’alerte au feu fut donné assez tôt dans la nuit, les légionnaires pouvaient observer l’incendie avec la fenêtre de leur chambre, se propager à une vitesse incroyable. Toute la ville était en effroi. Les bâtiments du vieux port avait été tous construit en bois. Par chance, la taverne se situait non pas à proximité du port mais sur une petite butte où les légionnaires pouvaient observer toute la ville en éveil. Les vigiles de la ville avaient néanmoins put arrêter la propagation de l’incendie sur le champ de Mars de la cité. Dans le quartier du champ de Mars, les maisons appartenaient aux patriciens, et étaient constitués de pierre… Donc l’incendie ne pouvait plus être alimenté dans ce quartier, ce qui rendait le travail de la part des vigiles plus simples…
    L’incendie avait rendu les légionnaires vraiment nerveux. Quintilius hésitait à fuir la ville par la terre. Il faudrait bien attendre un mois pour que le port soit de nouveau en état de marche. Que faire alors ? Dans la petite chambre que la légion avait à sa disposition, Quintilius cria ses ordres :
    -Ecoutez-moi ! Nous allons fuir la ville et nous rendre à Narbonne où j’espère sincèrement que nous pourrons trouver une embarcation pour Rome !
    Les légionnaires obéirent aux ordres ainsi que Conquéris que Maxentius et Marius portèrent car il refusait de marcher. Soudain le préfet des polices suivies d’une troupe de légionnaire se présentaient au bataillon Conquéris.
    -Ave ! Légionnaires, vous êtes en état d’arrestation pour complicité avec le général traitre Conquéris. Vous serez jugé au tribunal de…
    Contre toute attente, deux Hommes vêtus de noire allèrent à la rencontre du préfet en ne lui laissant même pas terminer sa phrase. Ces hommes étaient froids et portaient une lourde cape…
    -Ave, Monsieur le préfet. Nous nous présentons, agents du saint empereur Valentinien pour répondre à ses exigences. D’après notre maitre, l’hérésie sévit en province ainsi que le nombre de païen. C’est un pur scandale, comment pouvez-vous expliquer cela ? Vous êtes de la police, par conséquent vous devriez donner répression à toute catastrophe comme celle-là. Vous savez, monsieur le préfet, je suis passé avant à l’hôtel de ville pour mander quelles sont les causes de ces troubles… On m’a répondu que c’était de votre faute car vous étiez vous-même païen…
    -Que Nenni ! Ce ne sont que de vulgaires blasphèmes !
    -Vous savez, Monsieur, il faut arrêter de mentir. Pour faire cesser cette hérésie dont le christ ne peut être satisfait, nous avons réfléchi et nous nous sommes dit qu’il faut d’abord se débarrasser de la graine protectrice de cette hérésie…
    -Mais, je ne…
    -Légionnaire, mettez-lui les liens, c’est la pendaison qui vous attend, haha!

    Les légionnaires de Conquéris regardaient avec stupéfaction la scène… Quintilius décida de sortir avec les légionnaires de la ville au plus vite.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Presbite, n’oublie pas l’arrivé du légionnaire Augustus… C’est toi qui devra raconté son arrivé…

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Pas de problemes 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A jddelsignore!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Legionnaire Marius

    Et c’est alors que la course effréné vers les portes de la ville commença. En effet, ils devaient se hâter car tout les gardes de la ville était a leurs trousse a cause des avis de recherche qui ornaient chaque murs de Massila.
    Marius ne pouvait s’empêcher de penser que luis et ses camarades n’auraient pas autant de chance qu’a la taverne avec le préfet de police devant les portes de la ville qui, a coup sur, devaient êtres garder…

    De plus, l’avancé dans la ville était pénible, Conqueris ne passait pas inaperçue et ne semblait pas vouloir marcher ce qui obligeait Marius et Maxentius a la trainer de force.
    Dans sa folie, il ne cessait de crié ”lâcher moi, ils arrivent me chercher, ils viennent pour me faire empereur !”. Personne ne comprenait pourquoi il tenait de telle propos…

    Enfin, les portes furent en vue mais il ne purent aller bien loin, une vingtaine de légionnaire les encerclaient déjà et alors qu’ils se croyaient perdus, une voie retenti dans la nuit : ”Je suis Augustus, fils du gouverneur de Massila ! Je vous ordonne de relacher ces hommes !”

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    ***Maxentius ***

    Les légionnaires s’exécutèrent ! Augustus, entouré de trois hommes, s’avança. Il sourit en apercevant Conqueris. « Je te salue, mon ami. » Mais le général ne lui répondit strictement rien. On aurait dit qu’il l’ignorait. Augustus fronça alors les sourcils. Probus s’empressa alors de lui révéler que Conqueris était dans un état… second, mais que Rome était leur destination, et de toute urgence. Augustus leur sembla rapidement favorable.
    -Bien, si c’est pour un ami. Je vous accompagnerai à Rome. Nous pourrons utiliser mon propre navire, la chose nous sera plus aisée, fit-Augustus. En effet, avec l’incendie dans le port de la ville, il nous sera compliqué de partir d’ici. Mais nous n’allons pas partir de sitôt. Je vais moi-même vous héberger. Et nous confierons Conqueris à mes médecins. Il doit en avoir grand besoin…
    Quintilius le remercia de sa gentillesse. Enfin, pour les légionnaires, les choses allaient un peu mieux. La nuit fut un peu moins agitée que jusque-là, surtout avec l’absence temporaire du général.
    Le lendemain, à l’aube, Augustus réveilla ses invités.
    -Le navire est prêt, dit-il. Il nous suffit de longer la côte pour l’atteindre. J’ai décidément bien fait de le laisser à l’extérieur de la ville… Et un de vos compagnons, Cato, vous ont rejoint.
    En effet, il était là, devant eux. Mais pour combien de temps ? Maxentius s’était habitué à le voir disparaître très souvent, dans le but de servir son ordre. Et il voyait cela d’un très mauvais œil. Il soupçonnait ce groupe de servir, non pas les intérêts de Rome, mais ses propres intérêts, sa propre prise du pouvoir…
    Dans tous les cas, leur embarcation s’éloignait désormais de la côte, ainsi que du petit port personnel d’Augustus et glissait sur la mer en direction du sud, avant de piquer du côté du sud-est…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    C’est un bon récit mais tu as oublié l’incendie du port la nuit dernière. A ta place, si je voulais partir si vite de Massilia, je parlerai de l’embarcation personnelle d’Augustus qui n’était pas aux abords du vieux port enflammé…

    NB: Faites désormais attention aux messages introductifs de chaque tour où je poste les news. J’avais alors parlé de cette incendie.

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    Je serai plus vigilant la prochaine fois. 😆
    J’ai modifié le texte. Si ça ne convient toujours pas, je peux le refaire entièrement. 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    L’erreur est corrigée. Merci!
    A Vinz le Conquérant!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Del_Schyzo
    Tu embarques dans notre flotte avec la légion mais tu te tires des ennuies avec le capitaine de la flotte…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A maxsilv!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    Le jour du départ de Massilia, Flavius Julius Quintilius discuta un long moment avec Augustus. L’espace d’un instant, cela lui rappela même la période où il faisait partie à Constantinople de l’élite de la société romaine. Il était alors au courant de toutes les intrigues de la Cour et se plaisait lui aussi à déléguer à des Barbares le soin de la défense de l’Empire.
    C’est pourquoi, il avait un plan pour mettre un terme à la toute puissance des fédérés ; cependant, pour cela il devait s’entretenir avec Valentinien III, car il n’avait aucune confiance en ses représentants – après tout, il ignorait toujours qui avait donné l’ordre d’exécuter sa famille, alors autant rester prudent. En tant que fils du gouverneur de Massilia, Augustus n’aurait aucune difficulté à passer les diverses patrouilles ; aussi pouvait-il les introduire auprès de l’Empereur.

    La première partie de la traversée dans les eaux de la Mare Nostrum s’effectua sans encombre. En revanche, lorsqu’il se réveillèrent un matin, un obstacle inattendu leur barrait la route…

    __________________________
    Ordre de post pour les suivants :
    vendredi 5 avril : MasterYunChang
    samedi 6 avril : Lucdelgames
    dimanche 7 avril : Florian30051

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    AQUILUS CATO, MAESTRO SICARII

    Cato avait réussi à s’introduire à Massilia et essaya d’embarquer dans la flotte lorsqu’il tomba directement sur Augustus et le reste de la bande, avec un général… fou. Au moins, il est attaché…

    Il se présenta devant Augustus, mais ne dicta pas son titre. Il dit tout simplement que c’est “confidentiel”. Il parla ensuite à Maxentius.

    -Salve, Maxentius. Comment ça va?
    -T’es encore là, toi? Pendant combien de temps tu vas rester?
    -Je ne sais pas. Un mois? Deux mois? Ce qui est sûr, c’est que je vais rester avec vous pour au moins trois bonnes semaines. Où en est le poème?
    -Il va mal.
    -Bof… Je n’embarquerai pas avec vous, mais sur une galère, celle du capitaine de votre escorte.
    -Pourquoi?
    -Pour être sûr qu’il ne nous amène à bon port et qu’il ne nous chope pas. Voilà.
    -Bon courage.
    -Merci.

    Il embarqua ensuite dans la galère du capitaine, comme prévu, et la première partie du voyage fut sans encombre. Sauf qu’un jour, Cato fut réveillé précipitamment par une maoeuvre assez brusque. Il alla au pont et vit que le capitaine avait trahi la flotte: En plus, il porte la même insigne que ces cavaliers qu’il avait tué quelques jours plus tôt… Bizarrement, tout l’équipage portait le même insigne. Mais quant aux autres bateaux, ce n’est pas le cas…

    Il n’alla même pas voir le capitaine, mais resta pour observer jusqu’à ce moment: la galère en question se dirigeait droit vers l’embarcation d’Augustus pour l’attaquer! Cato devait donc agir assez vite.

    Il prit un de ses couteaux de lancer et le lança. Mais il manqua sa cible, n’étant pas habitué aux grandes vagues. Au moins, le capitaine ne l’avait pas remarqué… Il marcha vers celui-ci, se présenta comme-ceci:

    “Ave, capitaine. Je suis maestro sicarii. Requiescate in pace.”

    Ceci fait, il déclencha un de ses lames secrètes et égorgea le capitaine. Malheureusement, il y eut plusieurs témoins et l’alerte fut sonnée. Cato dut plonger pour fuir un combat contre au moins 100 hommes d’équipage. Il nagea vers l’embarcation d’Augustus, où il fut recueilli et expliqua ensuite la situation:

    -L’équipage de la galère du capitaine veut notre peau! Ils essaient de nous couler!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je serai en voyage ce week-end et je risque de ne pas avoir accès au forum avant Dimanche ou Lundi. Donc suivez l’ordre des postes annoncés par Maxsilv et si mon tour passe sans aucune réponse de ma part, passez aux suivants!
    Comme je suis en vacance ce soir, je vous souhaite de bonnes vacances! J’espère tout de même pouvoir poster les news au prochain tour…

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Ganus Yutus

    Ganus chevauchait en direction de Masilia quand soudain il vit une large bande de fumé d’élever au dessus des arbres. Inquiet, il se précipita en direction de la plus proche colline suffisamment haute pour avoir une au dessus des bois qui l’entouraient. Il vit alors le port de la ville quasiment réduit en cendre, les habitants lutaient contre les derniers foyers encore brulant. Il continua sa route et intercepta un fermier en chariot qui venait de la ville pour l’interroger.
    “Excuse moi fermier, qu’est-il arrivé au port de la ville ?”
    “Un incendie, légionnaire. Il semblerait qu’une traque de soldats en fuite a empêché les habitants de lutter efficacement contre le feu, je vous raconte pas le forum ! Des soldats qui courraient partout dans la ville en flamme.”
    “Des légionnaire en fuite ?” questionna Ganus.
    ” Eh bien, de ce que j’ai compris, un général a été prit en otage par des légionnaire, pour Dieu seul sait quel raison !, il ont pris la dernière embarcation disponible pour Rome, si je me souviens bien.”
    “Merci, beaucoup pour votre aide”
    A peine ces mots prononcés que Ganus retourna sur ces pas.

    Pendant ce temps non loin des côtes. La galère hostile réussi à lancer ses grappins sur le bateau d’Augustus. Les deux navires de rapprochait, les légionnaire se mirent en formation pour repousser l’assaillent mais une volé de flèche toucha Quintilus à l’épaule et Cato au genoux. Avant même que les soldats se rendirent compte de leur pertes, les galères s’entrechoquèrent, Conqueris hurlait des termes incompréhensibles et les premiers ennemies passèrent à l’attaque…

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Je tente de poster cet après midi

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012
    Lucracius Delcus

    Alors que Quintilus et Cato s’étaient reculé à cause de la douleur, les autres, eux, tentaient de repoussé les ennemis dans leur galère, mais leurs plus grand nombre et leur meilleur moral donné le résultat inverse.

    Alors, Delcus voyant ses compagnons souffrir un peu plus que lui, poussa le soldat en face de lui, lui donna un coup de glaive et cria: “Pour Rome! Pour notre Légion! Pour Dieu!”.

    A ce moment Quintilus et Cato, se relevèrent malgré leurs douleurs et chaque légionnaires donnaient des coups énormes sur l’ennemi. Lucracius, pour la première fois, ne tenait pas à être plus fort que quelqu’un d’autre.

    Le sang s’éparpillait partout sur le navire mais la bataille était toujours indécise. L’ennemi résistait et essayait de faire quelques fois des percés mais tous éliminés.

    Les bateaux se cognaient, et certains soldats tombaient dans l’eau. Après plus de 1h d’affrontements. Augustus regarda là où devait se situé le Général et rien, il n’était plus là. Il ne devait pas être bien loin, les cris du général s’étaient arrêtés il y a à peine quelques minutes.
    A ce moment, il y avait 2 problèmes, la disparition du général et la bataille mais il ne fallait pas réfléchir longtemps. En effet, les soldats ennemis tentaient encore une fois une percé.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    NOUVEAU TOUR:

    4 Novembre 450

    News historiques :

    • Les Vandales prennent contrôle de la ville de Caralis en Sardaigne.
    • Famine dans Rome après une rupture commerciale entre Rome et le royaume Vandale.
    • Attila a récemment transmis ses amitiés à Carthage, capitale du royaume Vandale.
    • Raies pirates sur le littoral italien de le méditerranée.

    Autres news :

    • Exécution de nombreux barbares, païens et juifs, accusés d’être responsable de l’incendie à Massilia.
    • Orage extrêmement violent ce 4 Novembre en mer mais non loin d’Ostie.

    Spoilers :

    @masteryunchang : Tu es mal vu par l’ensemble de la population de Massilia. On t’accuse, du fait de ton arrivé, d’être un de ces barbares responsables de l’incendie
    @del_schyzo : Une fois à Rome, tu dois te rendre en urgence au forum où le Liberalis Circulum te donnera une nouvelle mission périlleuse…

    Je poste aujourd’hui ou demain!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Probus

    Encore une fois, Probus participait à la bataille. Mais cette fois-ci, contrairement à toutes les autres batailles, il n’était plus soit en arrière, soit absent, mais il était en première ligne ! Il avait en effet eut la malchance de se faire pousser par Maxentius. Pourquoi tant de haine de sa part contre lui ? Probus n’en savait rien. Quoi qu’il en soit, il s’était réaffirmé dans la légion en profitant du départ de Cato. Mais maintenant, lui aussi était de retour… Quel destin difficile, c’était sans doute lui avec Saganamicus qui s’entendait le moins avec l’ensemble de la troupe malgré le fait qu’il se soit réaffirmé.

    Cependant, Probus s’était vraiment bien entendu avec le fils du gouverneur de Massilia, Augustus. On pouvait presque le considérer comme le diplomate de la troupe dans le cas de malentendus entre légionnaire.

    La bataille entre les deux camps restait indécise. Pendant un temps, les pirates étaient en train de gagner la bataille. Ils avaient en effet blessé sauvagement Marius à l’épaule gauche et perdant trop de sang, il était tombé évanouie. Heureusement, Augustus qui était resté en arrière, réussit à récupérer son corps et il s’occupa de lui dans une cabine du bateau. Les pirates étaient une dizaine, les légionnaires n’étaient plus que sept en comptant Cato.

    Cependant nous aperçûmes Maxentius se battre comme un déchainé. Sans-doute le sang lui avait fait révéler pour la première fois une fureur sans pareil. Il avait abattu à lui seul quatre ou cinq pirates brandissant leurs armes sur lui. De son côté, Saganamicus avait utilisé une stratégie similaire qu’à celle de la toute première bataille : poignarder l’ennemi de dos. Quintilius, Delcus, et même Probus se montrait héroïque dans leur défense au combat.
    Finalement, grâce à la ruse de la troupe, le bataillon Conquéris reprit l’avantage sur l’adversaire. Terrifié par la mort de leur général et notre défense infranchissable, les assaillants prirent la fuite.

    Cependant, nous nous rendîmes rapidement compte que le bateau avait reçu quelques dommages à la suite de l’abordage entre les deux navires. Nous dûmes donc reconstruire les flancs du bateau avant de redémarrer l’expédition.

    La vie dans la frégate était particulièrement calme mis à part les mots incompréhensibles et les crises de colère que laisser de temps en temps échappé Conquéris. J’étais satisfait que Quintilius soit désormais le général de la troupe. Il tenait compte de l’avis, et de la santé de chacun des légionnaires contrairement à Conquéris.
    Pendant le trajet, notre malheureux blessé, Marius, se rétablit bien heureusement et nous parvînmes à vite le remettre sur pied. Après la bataille, Probus se prélassa au soleil méditerranéen comme l’ensemble de la troupe.

    Mais, en fin de journée, la légion eut une mauvaise surprise. Au loin, à l’horizon, trois puissantes frégates apparurent à la vue des légionnaires. On pouvait par ailleurs apercevoir sur le mat du bateau le drapeau Vandale…
    Augustus était parfaitement au courant de la situation entre Rome et Carthage. Les Vandales revendiquaient fermement le contrôle de la Sicile. En prenant en otage des légionnaires de Rome et le fils du gouverneur de Massilia, Carthage pouvait déjà plus de chances à avoir ses souhaits exaucés. Nul autre choix pour la légion que de négocier avec la puissante marine Vandale.

    ——————

    A Presbite!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    je poste demain 😉

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Je me suis peut être mal fait comprendre mais Ganus est allé au abords de Masilia puis est directement repartie pour Rome.

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012
    Lucracius Delcus

    Alors que Quintilus et Cato s’étaient reculé à cause de la douleur, les autres, eux, tentaient de repoussé les ennemis dans leur galère, mais leurs plus grand nombre et leur meilleur moral donné le résultat inverse.

    Alors, Delcus voyant ses compagnons souffrir un peu plus que lui, poussa le soldat en face de lui, lui donna un coup de glaive et cria: “Pour Rome! Pour notre Légion! Pour Dieu!”.

    A ce moment Quintilus et Cato, se relevèrent malgré leurs douleurs et chaque légionnaires donnaient des coups énormes sur l’ennemi. Lucracius, pour la première fois, ne tenait pas à être plus fort que quelqu’un d’autre.

    En entendant le “Pour Dieu!”, Cato t’aurait donné une gifle. Il est païen et il compte le rester.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je me suis peut être mal fait comprendre mais Ganus est allé au abords de Masilia puis est directement repartie pour Rome.

    Je le sais très bien, masteryunchang… Aurais-je fais une erreur dans le récit?

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Non, plutôt par rapport au spoiler que tu m’a écrit. Mais ce n’est pas très grave. 🙂

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    D’accord, je vais alors t’en envoyer un autre… 😉

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Marius

    Il était évident que fuir ne servirait a rien, les frégates vandales étant bien plus rapides que le navire d’Augustus.
    Il était aussi évident que le combat ne servirait a rien face a autant d’ennemis.

    Après rapides réflexions, il fut décidé de ne pas révéler l’identité d’Augustus aux vandales, ce qui devrait les dissuadé de les prendre en otages…

    Mais ils ne purent réfléchir plus longtemps sur la façon dont ils allaient ”acheter” leur droit de passage, car les vaisseaux ennemi s’approchait dangereusement de leur navire.

    En un rien de temps, ils se retrouvèrent abordé puis encerclé par une multitude de vandales qui les regardaient d’un air haineux et dédaigneux en raison de leur nationalité. Soudain, un vandale avec une carrure imposante qui devait être leur commandant s’avança et dit :

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012
    Lucracius Delcus

    Alors que Quintilus et Cato s’étaient reculé à cause de la douleur, les autres, eux, tentaient de repoussé les ennemis dans leur galère, mais leurs plus grand nombre et leur meilleur moral donné le résultat inverse.

    Alors, Delcus voyant ses compagnons souffrir un peu plus que lui, poussa le soldat en face de lui, lui donna un coup de glaive et cria: “Pour Rome! Pour notre Légion! Pour Dieu!”.

    A ce moment Quintilus et Cato, se relevèrent malgré leurs douleurs et chaque légionnaires donnaient des coups énormes sur l’ennemi. Lucracius, pour la première fois, ne tenait pas à être plus fort que quelqu’un d’autre.

    En entendant le “Pour Dieu!”, Cato t’aurait donné une gifle. Il est païen et il compte le rester.[/quote]

    Je crois qu’il n’y avait pas que ça qu’à faire^^

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A jddelsignore!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A vinz le conquérant!

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    J’avais pas encore le droit à aujourd’hui?

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Comme on avance bien, je veux bien te laisser encore une journée. 😉

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Et moi je peux poster que demain.

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    ***Maxentius***

    Avant même que le commandant de ces barbares prononce ses viles paroles, Maxentius sut en quoi elles consistaient. Ils souhaitaient tout simplement la reddition du navire et profiter des marchandises. Cependant, si reddition il y a, comme s’en sortir par la suite ? Augustus semblait avoir une idée, c’est pourquoi il avait demandé aux légionnaires de le laisser parler. Maxentius, de son côté, était hargneux. Après un rapide coup d’œil en direction de ses camarades, ce sentiment semblait partagé. Augustus dit alors « Laissez-nous continuer notre route. En échange de quoi, nous vous payerons. » Cependant, les Vandales ne semblaient pas convaincus. « Et avec quoi ? » grommela le commandant. « Vos esquifs sont plus rapides que notre navire. Nous allons nous y prendre de la sorte, dit-il en désignant un îlot situé au large. Nous continuons notre route jusqu’à cet endroit. Vous, vous nous suivez de prêt. Arrivé à ce stade, nous y déposons la totalité de notre marchandise. Vous y débarquerez à votre tour pour vous en emparer ; ainsi, aucun mal ne sera commis. Si nous vous avons entourloupé, votre vitesse vous permettra de nous rattraper. De cette manière, tout le monde trouve satifaction. » Augustus ne se souciait pas d’une éventuelle poursuite de la part des barbares. Il savait que leur avidité leur ferait oublier l’embarcation des légionnaires. Les Vandales échangèrent de brefs regards. Puis, leur chef reprit la parole…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A vinz!

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012
    *Caius Vincius Conqueris*

    – Nous acceptons votre offre ! Mais nous exigeons une dernière chose, dit-il en montrant de l’oeil Conqueris, vous avez l’air d’avoir des … problèmes avec votre équipage, je suppose que ça ne vous dérange pas si nous réquisitionnons cette main d’oeuvre gratuite.
    Tout les regards se portèrent sur Augustus, autodésigné porte parole de l’équipage romain, il était géné, ne sachant que répondre.
    – Je crois que vous n’avais pas réellement le choix, insista le chef Vandale.
    Quelques interminables secondes passèrent, et Augustus répondit finallement :
    – Nous … vous léguons notre passager…
    – Excellent ! Comment se nomme t-il ?
    Encore une fois, Augustus fut soumis au doute, erreur serait de dévoiler le nom du général aux perfides vandales qui l’échangeraient probablement au gouvernement romain contre une importante somme d’or.
    – Titus Antonius !
    Quintillius hurla ainsi ce nom sortant de nul part, voyant que son partenaire était dans une mauvaise passe. Après une dernière poignée de main très froide entre Augustus et le commandant barbare, les vandales laissèrent la galère romain s’éloigner après avoir déposer leur marchandises sur la dite île.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Maxsilv! (Je rappelle qu’un orage assez violent a lieu au moment du récit au large d’Ostie.)

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    Quintilius demeura muet durant le reste du trajet. La compagnie avait définitivement perdu son général, livré aux Vandales, et lui n’avait gagné au cours de cette traversée qu’une blessure à l’épaule très handicapante. Aussi, ne fut-il qu’à moitié surpris lorsqu’ils se retrouvèrent pris dans une violente tempête au large d’Ostie, le port de Rome. Evidemment, leur embarcation risquait de ne pas résister à la violence des flots. Néanmoins, ce nouvel incident fâcheux avait eu le mérite de le sortir de sa torpeur et il tentait tant bien que mal de maintenir le cap, tandis que ses compagnons s’activaient sur un pont détrempé.
    La mer était de temps à autre illuminée par les violents éclairs qui zébraient le ciel et rien n’indiquait un apaisement des éléments. Le légionnaire avait bien du mal à se maintenir droit et son épaule lui lançait dans tout le côté droit ; cependant, il s’efforçait de n’en rien laisser paraître : ce n’était pas le moment de faiblir.

    « La côte ! » s’exclama alors Augustus, au moment même où un craquement inquiétant animait le navire. Avant qu’ils n’eurent le temps d’en repérer l’origine, le flanc endommagé du navire éclata et en un temps record l’embarcation acheva de se disloquer. Quintilius se retrouva alors projeté par dessus bord et, alors qu’il buvait la tasse, se surprit à penser qu’apprendre à nager eut été salutaire dans pareille situation, comme s’il n’y avait rien de plus urgent que de réfléchir aux lacunes de son éducation…
    Pourtant, presque immédiatement il sentit l’air affluer de nouveau dans ses poumons et comprit qu’il avait été ramené – assez violemment d’ailleurs – sur la côte. Il en venait presque à se demander si la providence ne prenait pas un malin plaisir à toujours le laisser en vie, même après les pires situations. Néanmoins, il ne poussa pas plus loin son raisonnement, puisqu’il devait d’abord se traîner à l’écart des vagues et la tâche était loin d’être aisée avec un épaule à moitié démise et de multiples contusions issues de la violence du débarquement.

    __________________________
    Ordre de post pour les suivants :
    samedi 13 avril : MasterYunChang
    dimanche 14 avril : Lucdelgames
    lundi 15 avril : Florian30051

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Ganus Yutus

    Ganus arriva à Rome tôt dans la mâtiné, l’immense orage de la veille avait enfin cessé de déverser son torrent. Une fois entré dans la ville, il se précipita d’atteindre une grande demeure dans le plus beau quartier de la métropole. Pendant sa déambulation à travers les ruelles de la ville, Ganus remarqua la tension ambiante des habitants qui semblait augmenter au fur et à mesure qu’il approchait de son objectif. Arrivé devant la demeure il fus accueillit par des serviteurs qui lui indiqua que leur maître était partie au port de la ville. Ganus se remit en selle mais perdu dans ses pensée il manqua de peu d’entrer en collision avec un groupe de barbares. Le légionnaire continua sa route sans prêter attention à ce qui semblait être des insultes à son encontre. Mais dans ces paroles, quelques mots lui semblèrent familier mais il ne put se rappeler où il avait pu les entendre.

    Au port, après avoir passé plusieurs dizaine de minutes à fouiller la place, il s’assit désespéré à côté d’un homme assez âgé qui lui sourit en le voyant.
    “Allons marchez un peu” s’exclama-t-il. Ganus surpris s’exécuta et après avoir parcouru un dizaine de mètre, il compris enfin. “Je ne pensa pas avoir la chance de voir votre visage un jour.”
    L’homme sourit à nouveau et lui répondit: “Si tu cherche Trichius, il est chez lui et a demandé à ses serviteurs de refuser toute visite. Je leur ai dit que j’allais au port en espèrent qu’il me rejoigne mais te voir me réjouit bien plus.”

    Ils étaient déjà sortit du port et continuèrent leur route au large des côtes, il marchèrent sans dire un mot jusqu’à ce qu’un cavalier viennent chercher le vieil homme.
    “Je dois te laisser, les affaires m’appellent. ” dit-il avant de monter sur le cheval.
    “J’ai faillit oublier ! Ce n’est pas nécessaire d’attendre Conqueris, je m’en suis occupé en faisant un pierre deux coups. A bientôt Niger Lupus !”
    Puis il partit à vif allure en direction de la ville.

    Les mots qu’il venait d’entendre ne le rassurait pas et Ganus continua sa route toujours pensif lorsque soudain il trébuchât sur quelque chose et tomba au sol. Il se releva et regarda dans quoi ses pieds s’étaient pris. À sa grande stupeur il s’agissait de Quintilius à peine conscient. Il le mit sur ses épaules et se dépêcha de rejoindre la ville. Sur la route, le légionnaire blessé laissa échapper “..Conqueris….Vandales…” avant de s’évanouir.

    Un éclair traversa alors le crâne de Yutus, la langue qu’il avait entendu était du vandales. Les pièces de l’énigme se mirent en place.
    “Un coup d’état !” s’exclama Ganus….

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Bon pour ma part je dois passer mon tour, je suis absent une semaine :/

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Ok, je prépare tout demain… (changement de tour + mon récit).

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012
    5 Novembre 450

    • News historiques :

    -Les Vandales commencent à se préparer à Carthage d’une expédition militaire pour la Sicile.
    -Valentinien III a envoyé un message au roi des Wisigoths pour se coaliser avec lui contre les Vandales.
    -Constantinople a refusé d’aider Rome contre les Vandales à cause de problèmes internes…

    • Autre News :

    -Grande Orgie organisée à Ostie dans le palais du favori de l’empereur, Hubertus Vermanicus. A titre exceptionnel à cause de l’orage de la soirée dernière, tout passant y est invité excepté les esclaves.
    -Le ciel est couvert après l’orage d’hier soir… Il fait sec et la température s’est rafraichie depuis l’orage.

    • Spoiler :

    @masteryunchang
    Lorsque tu étais près du corps de Quintilius, tu trouves une pierre sur laquelle a été soigneusement gravé : Rendez-vous à Midi dans l’artère du Colisée…

    @del_schyzo
    Rien de nouveau pour ce tour à par que tu as toujours rendez-vous en urgence dans le forum de Rome où on te donnera une nouvelle mission périlleuse. (Libre sera à toi de choisir laquelle…).

    Je poste finalement aujourd’hui ou demain…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Probus

    Au matin, Lucius Probus fut réveillé sur la plage par une main qui lui dérobait ses affaires personnelles. Il ouvra aussitôt les yeux et se leva d’un pas rapide. Il fut alors le témoin d’une horrible scène, des gamins de la ville d’Ostie étaient en train de dépouiller les corps des légionnaires. En face de lui se tenait une jeune fille qui avait semblé aussi dépouiller son corps.

    Probus avait perdu son glaive et tout son équipement de légionnaire dans la tempête. Il ramassa une lame qui devait faire partie jadis d’un glaive sur le sable.

    -Arrêtez ! Cria-t-il les menaçant de son morceau de lame

    Les enfants aussitôt déguerpirent. Probus avait perdu toute sa solde et il en devait être aussi de même pour ses camarades. Probus avait pourchassé les gamins dans les premières rues de la ville de peur qu’ils ne reviennent et il parvint à rattraper la jeune fille qui l’avait dépouillée.

    -Tu as la vie sauve si tu me passes ma solde ainsi que tout ce que tu as récupéré sur les cadavres.

    Probus la bloquait sur un mur, elle ne pouvait plus bougeait. Lucius était tellement rempli de colère qu’il était prêt à égorger la fille, voir la torturer si besoin. Heureusement, la fille donna deux bourses remplies de pièces d’or avant de déguerpir.

    -Ces enfants devaient être doués, ils ont même volé des patriciens ! Murmura Probus en contemplant les bourses.

    Le légionnaire retourna alors sur la plage et réveilla ses camarades. Il avait seulement retrouvé à côté de lui Delcus, Marius et Augustus. Les autres légionnaires n’étaient finalement pas sur la plage. Probus décidait de les réveiller.

    -Je suis désolé de vous l’apprendre mais nous avons été volés !

    Ses camarades ne s’en étaient même pas aperçus tellement ils étaient fatigués. Marius s’était blessé aux genoux avec les secousses de la tempête et de la mer. Delcus s’était cassé un doigt de pied, Augustus s’était cassé quant à lui la nuque. Probus devait être le seul à ne pas avoir été blessé.

    Marius à peine levé se recoucha à cause de la douleur. Les légionnaires se divisèrent. Marius surveillé par Delcus qui lui était en meilleur état restèrent sur la plage. Augustus qui se sentait mieux avait choisi de rejoindre Probus pour retrouver les autres. Ils marchèrent dans les rues d’Ostie, et ils furent déçus de cette ville.

    Ostie était réputé dans Rome pour être l’une des villes les plus riches de l’empire. Il semble qu’à cause de la famine qui a du commencer depuis la déclaration de guerre des Vandales contre les Romains, tout le monde cherche à manger. Probus et Augustus avaient même trouvé dans une rue un pauvre plébéien manger un cadavre d’un enfant qui gisait à terre. Mais soudain, les deux soldats furent surpris par une musique qui venait d’un vaste palais voisin.

    Un esclave interrompit leur marche pour leur parler :

    -Le citoyen Hubertus Vermanicus organise une grande orgie pendant deux jours pour en terminer avec les malheurs de la pleb’. Vous ferez honneur à Vermanicus en nous rejoignant à la fête.

    Les deux hommes ne répondirent rien et entrèrent dans le palais espérant trouver leurs compagnons…

    —-

    A Presbite!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Je suis vraiment désolé, mais contrairement a ce que j’avançais, je ne pourrais pas posté aujourd’hui (Trop de devoirs)
    Je continuerais mon tour la semaine prochaine.

    Désolé du dérangement.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    L’important, c’est de m’avoir au final averti. Merci!
    A jddelsignore!

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012
    AQUILUS CATO, MAESTRO SICARII

    Aquilus était dans le palais où l’orgie prenait place, dissimulé dans la chambre de Vermanicus en train de discuter avec celui-ci. Lorsque Probus entra, Aquilus dit au favori de Valentinien:
    -On m’a dit que c’était vous qui vouliez soumettre un contrat au Liberalis Circulum.
    -Si, vous devez être le Maestro Sicarii dont le mentor mentionnait.
    -Certes, certes. Dites-moi qui est votre cible.
    -Il y a quelqu’un qui influence l’Empereur à prendre des actions intolérables face aux païens. Même si je suis chrétien, ils ont le droit à croire aux traditions ancestrales, non?
    -Je fais en sorte que ce soit possible, si. Mais qui est-ce?
    -C’est le Pape en personne.
    -Le Pape?
    -Si. Il a constitué sa propre garde au Mausolée d’Hadrien qu’il a récemment réquisitionné et qu’il veut renommer “Château Saint-Ange”, alors faites attention. Il aime aussi lécher les bottes de Valentinien III au palais impérial. Valentinien est un bon empereur pour l’instant, mais cet homme de l’Église est une nuisance et il faut l’éliminer.
    -Pour la liberté de culte.
    -Pour la liberté de culte.

    C’est alors que Cato aperçut Probus et Augustus dans la place principale. Après leur avoir fait un signe de la main, il leur cria après pour essayer d’enterrer les nombreux cris et gémissements:
    -Salve, les garçons. Vous êtes là pour vous “détendre” après un voyage épuisant?
    -Mouais… Ce n’était que pour trouver un de nos compagnons, avoua Probus.
    -Eh ben, je suis là, moi! s’exclama Aquilus et s’écartant les bras.
    -Justement, pourquoi êtes-vous ici? lui demanda Augustus.
    -Ce n’est pas pour me détendre non plus. J’ai un autre voyage, plus local cette fois-ci, par contre.
    -Où ça? s’interrogea Probus.
    -Au mausolée d’Hadrien. Pour le reste, c’est confidentiel.

    Après avoir fini ces mots, il aperçut une jeune femme charmante, mais toujours habillée, qui rejetait, du moins essayait de rejeter, les avances d’un homme ivre et borgne. Celui-ci dit à la demoiselle:
    -Allez, j’ai attendu trop longtemps. Veux-tu que j’écarte tes jambes moi-même?
    -Lâchez-moi, nebulo! s’exclama la jeune demoiselle.
    -C’est ça, crache ton venin. Ça va être pour rien.
    Cato intervint dans la “conversation” et s’adressa à l’ivrogne:
    -Hé, la dame t’a dit de t’envoyer en l’air avec quelqu’un d’autre. Alors débarrasse.
    L’homme répondit:
    -T’es qui, toi, à me donner des ordres et à me regarder comme ça?
    -Quelqu’un qui n’a pas une haleine de troufion. Et qui n’aime pas que les femmes soient maltraitées.
    -Si tu veux une bagarre, alors v’là!
    L’homme ivre lui donna un coup de poing, que Cato para et ensuite lui donna une clé-de-bras en bottant l’ivrogne sur un couple en train de faire ce qu’un couple devrait faire dans une orgie. La jeune femme s’adressa ensuite à Cato:
    -Merci, bel homme. Comment vous appelez-vous?
    -Aquilus Cato. Vous?
    -Valeria Paratus. Que faites-vous ici, à prendre place parmi tant de gens occupés à se reproduire?
    -Ce n’est pas pour prendre place à l’orgie que je suis ici. Et vous, vous ne faites pas partie du lot, alors vous devez avoir votre raison pour être encore habillée.
    -Je fais partie d’une famille de Patriciens. Je fus invitée et amenée dans le palais contre mon gré.
    -Je vois. Souhaitez-vous plus de liberté dans vos actions?
    -Je le souhaiterais, hélas les femmes n’ont pas une grande place dans la société romaine.
    -Suivez-moi, si vous le voulez.
    -Certes, n’importe où.

    Cato l’emmena à Rome, à cheval, jusqu’aux catacombes, où il l’introduit au mentor de son ordre.
    -Souhaitez-vous combattre pour la liberté de tous, Valeria Paratus?
    -Oui, je le veux.
    -Nous pouvons donc commencer le rituel. Vous répondrez aux phrases par intuition.
    -D’accord…

    Le mentor organisa donc le rituel d’introduction au sein du Liberalis Circulum. Pour la toute première fois dans l’histoire de Rome, une femme fut introduite dans l’Ordre. Le rituel passé, elle fut offerte ses lames secrètes, une épée et un arc à flèches, avec un carquois de 40 flèches. Le mentor s’adressa ensuite à Cato:
    -Maestro Sicarii, montrez-la comment se battre et comment escalader les murs et les arbres. Elle vous assistera lors de votre mission. Vous avez trois semaines avant la date limite pour l’exécution du contrat.
    -Vous l’avez entendue, Valeria. Autant commencer plus rapidement, nous obtiendrons le fruit de cette récolte plus rapidement.
    -Je suis totalement d’accord avec cela. D’ailleurs, quel est notre contrat?
    -On doit assassiner le pape pour assurer la liberté de culte. Nous sommes presque tous païens ici. Incluant moi.
    -Moi aussi, figura-t-elle Valeria. J’ai dû fuir l’Inquisition maintes fois les derniers jours.
    -Alors autant commencer, déclara Cato.

    L’entraînement commença avec les rudiments du combat, que mademoiselle Paratus apprit en moins de quelques minutes. Ensuite, elle apprit à escalader les murs, ce qui fut une tâche plus ardue. Malgré cela, elle apprit comment escalader les murs après la première journée. Cato aimerait tout de même prendre au moins deux semaines pour qu’elle puisse maîtriser tous les aspects…

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    ***Maxentius***

    Quelques heures auparavant…

    La lumière l’aveuglait. Maxentius resta allongé quelques instants, puis, lorsque sa vue s’était rétabli, il se leva péniblement. Ses côtes lui faisaient mal. En tournant la tête, il aperçut alors ce qui semblait être Ganus. Et qui transportait Quintilius. Rapidement, Maxentius se dressa et se dirigea vers eux. Mais il ne prit aucune précaution et fit un faux mouvement ; il entendit ses côtes craquées et il s’écroula.

    Lorsqu’il se réveilla, il aperçut le visage de son ami Amulius, lui aussi légionnaire. Lentement, Maxentius émergea de son sommeil. Il souffrait encore, car seulement trois heures s’étaient écoulées depuis l’instant où il avait aperçu Ganus et Quintilius. Amulius, l’avait retrouvé sur la plage et l’avait ramené avec un de ses compagnons dans un petit fortin où il campait. Après avoir repris ses esprits, il demanda à Amulius.
    – Y’en avait-il d’autres ? Mes compagnons doivent encore être sur la plage.
    – Nous ne sommes pas retournés voir.
    Mais Maxentius décida rapidement de poursuivre Ganus, lui qui avait quitté son groupe sans scrupule. Et Quintilius était seul, contrairement aux autres qui devaient sans doute s’être regroupés. Il prit donc la décision de prendre un cheval, un casque, un bouclier et une lance (par chance, le reste de son équipement, le glaive compris n’avaient pas été égarés). Il décida également d’aller à Rome : peut-être que le fardeau que serait Quintilius ralentirait Ganus sur la route. En revanche, si ce-dernier restait à Ostie, il aurait déjà disparu et il serait donc inutile de l’y chercher.

    Une heure plus tard, il traversait Ostie, et, dans la foule, apercevait Probus et Augustus qui entraient dans le palais de Vermanicus, un de ces riches vaseux. « Puisse Dieu les protégez ! » pensa-t-il. Puis il quitta Ostie et se lança en direction de Rome à vive allure. Une fois son objectif atteint, il questionna des habitants pour savoir où ils avaient été. Et il se dirigea vers les quartiers malfamés de la ville espérant tomber, peut-être par hasard, sur Ganus…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Vinz le conquérant!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A maxsilv!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    « Conqueris… Vandales… » lâcha le légionnaire blessé à Ganus. Il ne put rien ajouter ; ses forces l’abandonnaient. Pourtant, il devait lui dire : l’Empereur allait être assassiné. Toutes les pièces s’assemblaient dans sa tête, tandis qu’il perdait le contrôle de son corps. Jamais il n’avait essayé de communiquer par la pensée, mais ici c’était la seule chance : Ganus devait savoir…
    Tout d’abord, il rassembla les minces données qu’il avait pu collecter : Gondioc avait fait assassiner son frère par Conqueris pour se placer à la tête des Burgondes et avoir un casus belli valable contre l’Empire. De leur côté, les Vandales s’apprêtaient à lancer une offensive en Sicile. Cependant, leur compagnie venait de livrer Conqueris à ces derniers : cette attaque de la Sicile risquait donc de n’être qu’une diversion ! La seule pièce manquante était une alliance entre Burgondes et Vandales ; dès lors, l’Empire serait à leur merci.

    « Ganus Yutus, alea jacta est. Sed romanos hostes superare possumus… 1 » pensa-t-il de toutes ses forces.

    Le légionnaire inconscient glissa de l’épaule de Ganus qui le soutenait. Il constituait un bien trop lourd fardeau pour être transporté à dos d’homme. Cependant, tandis que Quintilius gisait au sol, une charrette s’arrêta…

    __________________________
    Ordre de post pour les suivants :
    dimanche 21 avril : MasterYunChang
    lundi 22 avril : Lucdelgames
    mardi 23 avril : Florian30051

    1 trad. : « Ganus Yutus, le sort en est jeté. Mais nous pouvons vaincre les ennemis des Romains… »

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Ganus Yutus

    Ganus courait frénétiquement en direction du port où il espérait trouver de l’aide mais il sentit ses forces l’abandonner à chaque pas qu’il faisait. Après plusieurs jours à chevaucher sans relâche en prenant le minimum de nourriture et de sommeil, même le plus endurant des légionnaires ne pouvait enchainer avec un course, de plus en transportant sur ses épaules une autre personne. Mais le soldat tenait bon. Il évitait de penser à la douleur de toute ses forces. Soudain Ganus entendu au creux de son oreille les mots de Quintilus. “Il a deviné lui aussi !” se dit il. Cependant ce moment d’inattention lui rappela sa douleur et il dut reposer son ancien partenaire au sol.

    Heureusement la bonne fortune était avec lui. Un paysan qui passait par là pour transporter ses récoltes en ville accepta de les amener à Rome. En chemin, Ganus restait pensif. Si Quintilus savait aussi, il ne pouvait pas le laisser partir…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Lucdelgames!

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Ok je vais tenter de poster cet après midi 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Désolé Luc, tu as dépassé le délai qui t’étais autorisé pour poster. C’est donc à mon tour. Je devrai poster tout aujourd’hui.

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Oui désolé mais je suis pas du tout allé sur le forum hier après midi et j’ai oublié^^.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    6 Novembre 450

    Evènements historiques :

    -Mise en construction de nombreuses frégates dans le port de Carthage.
    -La famine qui touche Rome a déjà tué environ 3000 personnes.

    Autres évènements :

    -Révoltes d’esclaves affamés dans la banlieue sud de la capitale.
    -Le temps est nuageux, quelques éclaircies par moment.

    • Spoilers :

    @del_schyzo
    J’aime vraiment ton récit. Je te propose quelques idées pour assassiner le pape comme le poison. C’est très courant dans Rome !

    @masteryunchang
    Lorsque tu seras arrivés dans la capitale, une foule d’affamé te bloque le chemin et te prie de leur donner à manger !

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Probus

    Le palais où se déroulait l’orgie était d’un grand luxe. Une spacieuse pièce avait été érigée juste après la porte d’entrée. Lorsque Probus et Augustus furent entrés, un esclave les avait amené dans la vaste salle de l’orgie.

    Jusqu’à présent, Probus n’avait jamais participé à une orgie. Il était d’une classe de la société bien trop inférieure pour qu’il puisse avoir l’honneur d’y être invité. Lorsqu’il vit tout ce peuple d’élite se reproduire, il éprouva presque du dégout. Son oncle lui avait simplement dit lorsqu’il était enfant qu’une orgie était une grande fête où on dansait. Il ne voyait que maintenant la réalité en face.

    Une voix lui fit sortir de ses pensées, c’est Cato. Il ne pensait pas le revoir et était à la fois content et surpris de reparler avec lui. Malheureusement, ils durent vite se séparer. Cato sauvait une demoiselle agressé par un homme répugnant. Il était petit mais bien gros et de nombreuses traces de bave et de nourritures se voyait sur sa toge qui était devenu presqu’un torchon.

    Augustus lui adressa la parole :

    -J’ai bien envie de me reposer un peu. Je suis exténué par le voyage en mer. Je participerai peut-être aussi à cette « détente ».
    Probus ne comprenait, son compagnon avait peut-être eu de subites envies pour une de ses femmes de la fête.
    -Je te rappelle que nous sommes ici pour voir si un des nôtres est présent ici !
    -Ecoute, Probus. Je suis vraiment à bout de souffle. Et pour rappel, vous autres dépendaient de mon argent et de mon statut. Je pourrais si je le souhaite vous faire arrêter sur le champ.
    Condamné à lui obéir, il dut convenir d’une autre date de recherche.
    -Partons demain à leur recherche alors, on ne peut quoi qu’il en soit ne pas plus attendre.
    -D’accord. Merci Probus de rester flexible à mes demandes.
    -Je vais aller chercher les autres. Bon repos ! Cria Lucius de mauvaise humeur.

    Ils se quittèrent alors. Probus quitta l’orgie et retourna sur la plage pour retrouver les autres. En plus de Marius et Delcus, il semblait que Saganamicus étaient désormais avec eux. Cependant celui-ci était par terre inconscient.

    Ils eurent alors craint pour sa vie. Il fut convenu que les quatre légionnaires allèrent donc à l’orgie pour pouvoir se faire soigner et se faire reposer. Cependant, ils décidèrent qu’à tour de rôle, tout les deux heures, un des légionnaires partirait dès aujourd’hui à la recherche des autres.

    Le groupe entre en l’absence de Marius qui était malgré sa blessure au genoux partie à le recherche des autres dans toute la ville.
    On laissa Saganamicus aux médecins de l’orgie. Puis les légionnaires s’éparpillèrent.

    Probus, nerveux, refusa pendant un certain temps, tout soin que pouvait lui apporter l’orgie. Il s’était mis néanmoins à dévorer les délicieuses olives d’Italie que les esclaves offraient.

    Par contre, Lucius avait perdu de vue les autres qui avaient du se fondre dans la foule… Cependant, une jeune fille s’était avançait soudainement vers lui. Elle était d’une vive beauté et devait avoir environ 20 ans. Elle était couverte d’une belle toge et sa chevelure était d’un noir rarement vu dans la région. Probus ne répondit rien à son approche.

    Soudain, elle s’assit à coté de lui sans rien dire, silencieuse telle une ombre. Probus resta pensif pendant un certain temps avant de lui adresser la parole.

    -Qui êtes-vous, si je puis me permettre ?
    La tête de la femme se tourna vers lui et l’observa un certain temps avant de lui répondre.
    -Claudia Talesinius. Je suis fille du patricien Ludovicus Talesinius. Et vous, qui êtes-vous ?
    -Je suis Lucius Florianus Probus, légionnaire romain. Si je puis me le permettre, vous n’avez pas l’air tout à votre aise dans cette fête, non ?
    -En effet, mon père m’a forcé à venir. Je le déteste, je serai prête à le tuer !
    -Comment ?
    -Mon père est une brute. Il ne pense qu’à lui et n’hésite pas à se battre contre ceux qui lui gène. Il m’a déjà battu maintes fois.
    -Mon Dieu ! N’avez-vous jamais songé à fuguer la dictature.
    -Où pourrais-je donc fuir ce si horrible père ?
    -Tenez, pouvez-vous m’accompagner pour Rome. Je pourrai vous réfugier chez mon oncle, c’est un être adorable !
    -Merci, mais comment allons-nous organiser…

    Mais soudain, cette mystérieuse demoiselle s’interrompu. Un vieil homme corpulent avançait gravement vers elle.
    Dans une voix forte et grave, il s’exclama :
    -Qu’attends-tu pour te détendre Claudia ! Je ne suis pas venu ici pour rien !
    -Monsieur mon père, je ne voulais pas venir. Vous le savez autant que moi !
    -Comment ? Maintenant, tu vas tout de suite faire ce que je veux, c’est un ordre ! Couche avec quelqu’un!
    -Père, non, je ne puis point.
    Puis étendant son poignet, il se préparait à battre sa fille quand soudain le maître de la maison intervint.
    -Mon ami Talesinius, comment te portes-tu avec ta femme et ta fille ?
    Cela devait être ce fameux Hubertus Vermanicus. Il interrompait à temps la discussion père-fille.
    Surpris, Talesinius se décontracta et le maître de la maison l’invita dans sa chambre.

    Probus choisit de reprendre parole avec la demoiselle.

    -A midi, demain, devant le palais de Vermanicus, je t’y attendrais avec la troupe.
    -D’accord, merci infiniment. Je devrais mieux vous quitter car mon père risque de soupçonner une quelconque complicité entre nous. Mais avant, je vous demanderai s’il vous plait de m’embrasser pour vous remercier pour tout. J’ai grande peur de ne plus vous revoir.

    Sa bouche se rapprocha alors de la sienne et l’acte se produit. Il ne dura cependant qu’un certain temps avant qu’elle se remette debout et qu’elle parte ailleurs.

    Probus, avec cette mystérieuse rencontre, n’était plus nerveux mais rêveur. Il avait adoré l’instant où il avait embrassé cette femme. L’amour que cette demoiselle lui portait le réchauffer. Il resta ainsi rêveur jusqu’à ce que Marius revienne et que ce soit à son tour de chercher les autres… Mais hélas, malgré le fait à qu’il demande au passant s’il n’avait pas vu d’hommes que Probus s’était plu à décrire. Il finit par ne retrouver personne.

    Probus revint à la tombée du jour chez Vermanicus et retrouva ses compagnons…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Presbite!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Je poste cet aprem.

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Marius

    Marius était exténué après la recherche infructueuse pour retrouver ses camarades dans la citée de plus, il avait du mal a récupérer des blessures du naufrage.

    Ne pouvant supporter les scènes de débauches de l’orgie, signes évident de la décadence croissante romaine, il décida d’aller chez le forgeron du quartier des artisans de la ville afin de renouveler son équipement militaire égaré en mer.

    Alors qu’il se perdait dans les ruelles étroites et sombres du quartier, il eut la mal chance de tomber sur une bande de malfrats miséreux désirant le dépossédé de ces dernier biens.

    Une chose était sur, il ne se laisserait pas faire et combattrait avec les dernières forces que luis restaient. Mais avant que l’affrontement ne débute, Probus surgit, une expression de Fureur sur le visage.

    Sa simple apparition Suffit a faire fuir les malfrats.

    -Je t’ai chercher dans toute la ville dit Probus, on a un problème.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A jddelsignore!

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    ***Maxentius***

    Maxentius, les yeux fixés sur le ciel qui était en ce matin couvert d’épais nuages, était dépité. La veille, il n’avait pu trouver Ganus et Quintilius dans les rues de l’Urbs. Il avait pourtant eu l’occasion de les rattraper, Quintilius s’avérant pour Ganus un fardeau plus que conséquent. Cependant, Maxentius était parti à leur recherche avec trop de retard.
    Le légionnaire hésitait désormais entre rejoindre ses compagnons qui devaient encore se trouver à Ostie, ou alors poursuivre ses recherches à Rome. Néanmoins, le deuxième choix semblait voué à l’échec. Comment retrouver Ganus dans une si grande ville ? Alors qu’il songeait à tout cela, il décida de s’offrir un repas des plus banales : un bout de pain, un peu de fromage et une grappe de raisin. Il profita de cet instant de calme pour reposer ses côtes ; depuis leur naufrage, il y ressentait parfois une vive douleur.
    Maxentius choisit de continuer à chercher, un légionnaire est avant tout solidaire et il ne saurait tolérer et supporter de laisser Quintilius entre les mains de Ganus. Une nouvelle fois, il se dirigea vers les quartiers populaires, là où avait l’habitude de traîner Yutus. Il se servit de la hauteur que lui conférait sa monture pour disposer de la meilleure vue sur la foule qui soit. En parcourant ainsi les rues, Maxentius prit conscience, par l’atmosphère qui régnait parmi la plèbe, que Rome était désormais en piteuse état. Elle semblait en effet plus que jamais à bout de force. Et cet épuisement menaçait de provoquer son écroulement…

  • Participant
    Posts257
    Member since: 12 avril 2012

    Encore une fois désolé mais je ne serais pas là la semaine prochaine (vacances).

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A maxsilv alors!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    Quintilius eut l’impression en émergeant d’un sommeil sans rêve qu’une légion l’avait piétiné : chacune des parties de son corps étaient endolories et une vive douleur en provenance de son épaule droite le découragea à tenter de se relever. Il était allongé sur un tas de foin dans une charrette en mouvement. Après avoir passé quelques instants à reprendre ses esprits et se souvenir des derniers événements qui avaient précédé sa perte de connaissance, il inspecta du regard les alentours.
    Aucun doute possible, la charrette était à Rome. Ganus avait donc compris ce qu’il avait cherché à lui dire précédemment et devait être lui aussi au courant de ce qui risquait de se produire. Cependant, le légionnaire se garda bien de lui faire part de toutes les possibilités qu’il avait envisagé ; après tout il n’avait guère confiance en Ganus et se méfiait même davantage de lui que de Cato. Ce dernier était en effet adroit et avait l’esprit vif, mais Yutus était de ceux à toujours savoir sortir vainqueur des situations délicates, comme en avait témoigné la manière dont il avait obtenu lors de sa captivité les plans burgondes…

    Il commençait à se demander si c’était une bonne chose qu’il se retrouve dans cet état lamentable et à la merci de cet homme énigmatique, lorsqu’il entendit la voix de Maxentius qui venait d’arriver à la rencontre de leur charrette. La vue de ce visage familier lui était d’un grand réconfort, mais la grimace de celui-ci en le voyant lui fit comprendre qu’il devait être bien amoché.
    Une discussion commença alors entre Maxentius et Yutus.

    __________________________
    Ordre de post pour les suivants :
    lundi 29 avril : MasterYunChang
    mardi 30 avril : Lucdelgames
    mercredi 1er mai : Florian30051

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Bon je suis absent 2 semaines à partir de mardi^^

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Alors pourrais-tu poster demain?
    Ainsi inverser cette fois-ci le sens de ton tour avec celui de Masteryunchang!
    Ceci se fera à condition que vous soyez tous les deux d’accord de faire ce changement pour ce tour.

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Bah ça dépend du BaT’S times :/ Sinon pour ma part c’est d’accord

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Vas y post 🙂

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    un peu court mais bon:

    Le groupe de légionnaire au “complet”,les problèmes devaient être réglés.
    Il fallait rejoindre Rome toujours discrètement et au plus vite.
    Nous devions retrouver le reste de la légion tout d’abord mais comment dans une si grande ville qu’est Rome.
    La légion se préparait alors à partir dans cette ville qui pourrait leur causer bien des malheurs.
    Mais même si Ostie n’était pas si loin de Rome, le problème de transport s’imposer encore: Il ne valait mieux pas marcher en groupe pour éviter d’éveiller les soupçons.
    Alors que au loin dans Ostie, certaines personnes affirmaient avoir vu une immense flotte en construction à Carthage.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A masteryunchang!

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Ganus Yutus

    Une fois la charrette arrivé à Rome, Ganus se réveilla, il était content d’avoir pu récupérer quelques peu son sommeil mais une fois sur pieds il se fit rapidement assaillir par plusieurs mendiant lui réclamant de la nourriture. En essayant de les faire fuir il n’eus pas le temps d’apercevoir Maxentius qui s’était faufilé auprès de Quintilus. Ses deux anciens camarades semblaient aussi mal au point l’un que l’autre. Avant même que Maxentius puisse prendre la parole Ganus le pris par la main et mit Qintilus sur ses épaules, il courut à travers les ruelles de la ville et s’arrêta devant l’entrée d’une vielle bâtisse. Il frappa vigoureusement à la porte, un homme robuste ouvrit la porte, stupéfié il fit rapidement entrer ses hôtes il coucha Quintilus et hurla à son assistant qui était encore au lit de venir l’ausculter. Il voulut ensuite s’occuper de Maxentius mais celui-ci refusa. Il se méfiait trop pour se laisser faire. Ganus s’assit en face de lui et ils se regardèrent fixement dans les yeux.

    (Bon je laisse jdd finir le dialogue parce que je suis pas inspiré mais je mentionne quand même que Ganus veut partir rapidement et je rappelle que Quintilus a toujours une pointe de flèche dans l’épaule).

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Si je comprends bien, ce sera à moi de finir ton texte, mais il n’y a aucun problème à cela! 😉
    Je vais essayer de tout faire ce soir, sinon, ce sera demain!

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    Enfaite je pensais plutôt à Jdd, une des raisons pour laquelle je n’ai pas réussi à faire le dialogue c’est que j’ai du mal à me mettre à la place de son personnage donc je lui laisse écrire. Je pense que ce dialogue est une occasion pour étoffer un peu plus émotionnellement les 3 personnages 🙂

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Enfaite je pensais plutôt à Jdd, une des raisons pour laquelle je n’ai pas réussi à faire le dialogue c’est que j’ai du mal à me mettre à la place de son personnage donc je lui laisse écrire. Je pense que ce dialogue est une occasion pour étoffer un peu plus émotionnellement les 3 personnages 🙂

    Excusez-moi, je n’avais pas bien compris ton dernier poste. Je laisse donc Jddelsignore terminait ton post avec plaisir. En attendant, je vais préparer les prochains événements!

  • Participant
    Posts351
    Member since: 12 avril 2012

    @florian post ton passage jdd decra de tout façon écrire le dialogue pendant son tour

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    En effet, continuons d’aller dans l’ordre de passage traditionnel. Je le ferai lorsque mon tour arrivera. 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je suis un peu dépassé par le temps, les événements devraient être posté demain voir vendredi soir…
    Toutes mes excuses!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Aucun soucis, nous ne sommes pas au jour près 😉

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Surtout pas moi, je suis totalement aléatoire! En voici la preuve!

    AQUILUS CATO, MAESTRO SICARII

    Quelques jours s’étaient passés depuis le début de l’entraînement de Valéria, la première femme initiée dans le Liberalis Circulum depuis l’ère de Ramsès II (Nefertari, la femme préférée du Pharaon en question, était mentor de l’Ordre). La jeune initiée progressait très rapidement, elle savait déjà grimper les murs et les arbres avec aisance et sait manier les armes avec grâce et agilité. La mission pouvait commencer, il notifia donc son mentor, Falconis, qu’ils allaient partir pour le Mausolée d’Hadrien.

    La place était bien fortifiée, avec plusieurs patrouilles de gardes qui surveillaient un périmètre autour des remparts et d’autres gardes sur le mur. Cato ordonna à Valéria d’un ton laconique: “Suis-moi.”

    Cato commença à grimper les murs qui entourent le Mausolée depuis 367, et Valéria copia chacun de ses mouvements, toujours à côté du Maestro Sicarii. Ils tombèrent sur deux gardes en train de discuter. Ils pouvaient entendre le dialogue:
    -Alors, qu’est-ce que le Pape fait?
    -Aucune idée. J’ai entendu dire qu’il voulait prendre la place de l’Empereur.
    -Vraiment?
    -Ouais. Mais c’est mieux comme ç…AAAH!

    Les cris provenaient des deux gardes, poussés en bas par les deux membres de l’Ordre en même temps à l’aide de leur lame secrète. Ensuite, ils montèrent sur le mur. Cato déclara à Valéria:
    -Tu vas observer à partir du mur si des gardes convergent vers ma position. S’ils sont près, tire-leur dessus. Vise bien.
    -Çe sera toujours entre les deux yeux, ne t’en fais pas, ajouta Valéria.
    -Très bien.

    Cato commença sa course vers le Mausolée. Une patrouille lui fit signe d’arrêter, mais pas pour longtemps: Tous finirent avec une flèche dans la tête en quelques secondes. Cato continua sa route et pénétra dans le Mausolée après avoir tué les deux gardes de la porte. Ce qu’il vit fut d’autres gardes en patrouille: il quitta et revint vers Valéria, lui donnant le sage conseil de le suivre.

    En entrant dans la Mausolée, les gardes n’étaient plus là. On pouvait accéder à une antichambre très facilement, c’est probablement là que se situe le Pape. Cato entra dans la pièce et vit justement ce Pape-là. Mais il était entouré de ses gardes. Il fallait bien agir…

    Cato fondit sur le Pape en un instant alors que Valéria tua les deux gardes de la porte. Cato ensuite dit à sa victime:
    Sit pax super ripam Stygis. Requiescat in Pace.1
    Les gardes se fondirent sur Aquilus et Valeria. Un seul, par contre, s’en allait donner l’alerte. Après quelques minutes de combat, une vingtaine de gardes expérimentés étaient dans la pièce. Trois seulement étaient morts.

    Après une heure de combats, tous les gardes furent finalement éliminés. Par contre, la nouvelle a accouru partout à Rome et les deux assassins sont maintenant recherchés par les autorités. C’est alors que le garde qui donna l’alerte donna un coup de poing sur Valéria, qui s’est évanoui. Cato tua le garde avec une furie telle que même Hadès ne pourrait punir…

    Quelques minutes plus tard, Cato portait une Valéria incosnciente et ne savait pas où aller. Il était recherché par les autorités, et il ne pouvait pas se dissimuler avec la foule, il avait une initiée inconsciente dans des bras…

    1: Puisses-tu trouver la paix sur les rives du Styx. Repose en paix.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012
    7 Novembre 450

    Evènements historiques

    -Rumeur de la mort d’Aetius alors toujours à la poursuite des Huns
    -Constantinople a envoyé un ultimatum aux Vandales pour cesser toute violence sur l’Ouest. Byzance stipule également qu’il est prêt à servir de négociant pour les deux camps.

    Autres évènements

    -Mort du pape Léon Ier par de vulgaires païens. Les assassins sont activement recherchés.
    -La révolte des esclaves dans le sud de Rome grandit et menace tout l’Aventin.
    -La famine dans Rome continue ce 7 novembre à être aussi ravageuse.
    -Le temps est nuageux, avec quelques éclaircis.

    Spoilers

    @del_schyzo :
    Ton récit est intéressant et bien raconté mais évite de trop te la jouer à la assassin’s creed XD . On finira par sortir du réalisme. Parce que tuer une vingtaine de gardes d’élites sans se faire prendre, c’est un peu irréaliste… 😉

    @masteryunchang :

    Tu es dans une situation assez tendu dans une Rome qui se meurt. Tu es trahi par des amis et est accusé d’être le chef de la révolte des esclaves.

    Légionnaire Probus

    Lucius Probus se sentait un peu fatigué par tous les évènements que s’étaient déroulés en seulement une journée. Il avait débarqué non sans violence sur la côte avec ses amis, rencontrer une charmante demoiselle dont il avait fini par tomber amoureux, puis secouru un Marius en danger. Il avait grand besoin de repos et espérait pouvoir se reposer à Rome.

    La nuit dernière, Probus, Marius, Delcus, Augustus et Saganamicus avaient trouvé refuge pour la nuit dans les quartiers militaires d’Ostie où on avait accepté de les héberger en échange d’un peu d’argent. Lucius n’avait pas hésité à leur donner l’argent nécessaire et avec les bourses qu’il avait obtenues en menaçant la fillette, il avait offert un festin à ses camarades légionnaires. Ils eurent exceptionnellement bien mangé malgré la famine qui grondait non loin d’Ostie. Probus avait acheté chez le boucher un beau gibier et une carafe de vin qu’il avait négocié à l’orgie.

    Le repas fut excellent et tous mangèrent et burent à profusion pour pouvoir ignorer les malheurs du lendemain…

    La nuit fut bien douce pour Probus qui avait pu s’endormir assez facilement grâce à l’alcool.
    Cependant, le lendemain, il éprouvait un mal de chien à se mettre debout et il avait compris que l’alcool lui faisait au final plus de mal que de bien.

    Le départ pour Rome pour la troupe avait été fixé lorsque le soleil commencera à descendre pour que Probus puisse attendre Claudia Talesinius. Les légionnaires se dispersèrent pendant la matinée.
    Augustus était retourné à une nouvelle orgie qu’organisait Vermanicus en quête de nouvelles sensations fortes, Marius et Saganamicus étaient allés au marché et Delcus était resté se reposer dans la caserne.

    Probus était allé devant le palais de Vermanicus et attendait sur un banc en pierre Claudia. Il s’était rendu compte qu’il était follement tombé amoureux d’elle. Son cœur battait à la chamade et il éprouvait un grand besoin de l’embrasser à nouveau. Il était tombé sous le charme de cette patricienne qui le réchauffait. Probus trépignait d’impatience de la revoir et de l’embrasser dès qu’il la verra.

    Comme à l’heure prévue, Claudia fit son apparition avec une belle toge décorée d’un violet et d’un rose éclatant. Elle portait avec elle un assez grand coffre en bois où elle avait du mettre ses affaires personnelles.

    Probus accourut à sa rencontre et ne put résister à l’embrasser de toutes ses forces tant son amour était grandissant pour cette patricienne. Talesinius se laissa faire et tout d’eux éprouvèrent d’agréables sensations. La demoiselle s’était mis un agréable parfum que Probus avait adoré respiré pendant ce moment de plaisir.

    Après un petit quart d’heure de plaisir, Probus décida comme il était encore temps d’aller acheter six chevaux. Claudia l’accompagna. Elle lui rappela que pour elle, il fallait rapidement quitter la ville car si son père la retrouvait, il serait prêt à la tuer.

    Quelques temps plus tard, Probus retrouva avec Claudia ses compagnons et tous partirent ravis de leur séjour à Ostie. Cependant, ils ressentaient tous un mauvais pressentiment à retrouver une Rome meurtrie par les guerres. Claudia avait appris à chevaucher un cheval, ce qui facilitait grandement la vie de la troupe.

    Cependant, alors sur la route, un bon nombre de charrette bloquait la continuité de la voie. Les légionnaires allèrent voir ce qui se passait.

    Les fermiers discutaient des rumeurs de Rome comme quoi Aetius aurait été empoisonné et que le pape Léon I aurait été assassiné par des fous. Marius avait alors murmuré à l’oreille de Probus que Cato pouvait être très bien imprégné dans ce genre d’affaire avec sa haine contre les chrétiens…

    Dans la soirée, ils arrivèrent dans une capitale affamée. Une troupe de mendiants demandèrent à Probus du pain. Le légionnaire leur donna une dizaine de pièce d’or pour qu’ils puissent pouvoir vivre pendant au moins un mois.

    Etant donné que la nuit commençait déjà à tomber, les légionnaires décidèrent de se rendre à une taverne pour pouvoir se reposer au moins toute la soirée.

    Probus n’avait pas l’intention de rester croupir dans la taverne et invita ses compagnons et sa belle à se rendre aux thermes publics pour se laver. Lucius ne s’était pas lavé depuis un mois.

    Le passage aux thermes était en train de bien se passer jusqu’à ce qu’ils tombent sur un des légionnaires qu’ils recherchaient. La surprise fut totale…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A Presbite!

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Je poste ce soir

  • Participant
    Posts333
    Member since: 12 avril 2012

    Légionnaire Marius

    Marius se faisait une joie de faire cette sortie aux thermes, car cela faisait bien longtemps que lui et ses camarades n’avaient pas eut un peut de confort depuis leurs engagement dans la légion.
    C’est donc qu’ils pénétrèrent dans l’enceintes du bâtiments et ce dirigèrent vers les vestiaires qui était presque vide hormis un homme bien Connu de tous : Yutus.

    Des que celui-ci s’aperçut de l’arrivé du groupe, sans dire mots, il se mit a courir vers la sortie.

    Marius lui lança ”Attend Yutus, qu’est ce qui te prend ! A tu des nouvelles des autres ?!” mais ses paroles furent vaines et il ne se retourna même pas.

    Marius et Probus se lancèrent sans réfléchir à sa poursuite, laissant le reste du groupe sur place mais aucuns des deux n’eut l’occasion se sortir du bâtiment…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A jddelsignore!!

  • Participant
    Posts719
    Member since: 12 avril 2012

    Au lieu de me mettre une mise en garde sur comment je devrais écrire les combats, tu pourrais pas me donner un vrai spoiler?

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Euh, del_schyzo. Je ne voulais en aucun cas te vexer. IL s’agit juste d’un RP Commun historique. Il y a donc certaines limites à ne pas dépasser contrairement à Heroes par exemple. Quand et seulement quand tu respecteras mieux l’histoire, je te ferai des “vrai spoilers”. Par exemple, pour masteryunchang, je lui ai fait un “vrai” spoiler car je n’avais rien à lui reprocher. Voilà c’est tout 😉
    Amicalement! 😉

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 12 avril 2012

    Maxentius

    Quelques heures avant que Ganus Yutus se fasse repérer, il eut une discussion avec Maxentius. Ce-dernier, soucieux de venir en aide à Quintilius, n’avait pas hesité à poursuivre le grand Ganus…

    – Que cherches-tu ainsi? questionna Yutus.
    – Je crois que tu sais que je ne te fais pas confiance. Et encore moins lorsqu’un de mes camarades est entre tes mains, lui répondit Maxentius.
    – Si tu veux que je le relâche, la réponse est non! le coupa sêchement Ganus.
    – Il vaut tant que ça à tes yeux?
    Les deux hommes se dévisagèrent un instant. Puis, Ganus poursuivit :
    – Tu sauras pourquoi bien assez tôt.
    Quelque chose faisait que Ganus ne relacherait pas Quintilius. Mais Maxentius ignorait ce que c’était. Néanmoins, il se rendit à l’évidence.
    – Bien. Si tu ne le relâches pas, je resterai.
    Ganus sourit :
    – Et bien soit. Veille sur lui si tu le souhaites. De toute manière, vous n’êtes pas en état de fuir et entre de bonnes mains. Pour ma part, je vais aller me laver aux bains. A mon retour, nous commencerons par manger. Puis nous verrons pour la suite des choses…
    L’assistant de Ganus auscultait quand à lui Quintilius…
    —————————

    Pas très long, mais le temps me presse…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A vinz le conquérant!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    A maxsilv!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    *** Légionnaire Quintilius ***

    « ARGH ! AHHHHHHHHHHHHHHH ! » hurla Quintilius, lorsque la pince vint extraire la pointe de la flèche, restée figée dans son épaule. Une fois l’opération effectuée, il tremblait et se débattait frénétiquement, mais la lanière de cuir qui l’attachait à la table l’empêchait de bouger.
    – Vous avez perdu beaucoup de sang, déclara le médecin, et il faut encore que je recouse la plaie. Vous vous en sortirez, mais il serait préférable d’accepter de boire, ça vous soulagerait.
    – Non, je… ARGH ! Je… toute ma tête… bafouilla son patient, tandis qu’il sentit l’aiguille commencer son travail.
    L’assistant était occupé à lui faire boire ce breuvage qui devait réduire ses souffrances. Il sentit déjà ce liquide âpre lui envahir la bouche, envahir sa gorge et pénétrer dans ses entrailles. Il aurait voulu refuser, garder les idées claires, mais la douleur l’aveuglait, le rendait fou ; il fallait en boire quelques lampées, juste de quoi atténuer un peu cette douleur…

    C’était jouer avec le feu : il savait qu’il n’était pas suffisamment solide pour lutter contre la somnolence qui risquait de s’emparer de lui. Pour rester concentré, il tâcha d’essayer de suivre cette fin d’opération, mais le spectacle qu’il vit était peu ragoûtant et il préféra détourner le regard. Voyant cela, le médecin maugréa :
    – C’est pas très joli tout ça ; l’était temps que tu te fasses soigner si tu ne v’lais pas y laisser un bras…
    Cependant, Quintilius n’y prêta guère attention ; rester éveillé la monopolisait déjà entièrement. A ce moment, il sentit la sangle se desserrer et comprit que le médecin avait achevé son œuvre ; ce fut un immense soulagement de voir Maxentius s’approcher, car il n’allait plus pouvoir rester éveiller très longtemps. Celui-ci s’exclama :
    – Le médecin a dit que tu allais t’en tirer ! Toutefois, il faut que tu te reposes d’abord.
    – Maxentius, je… il faut que je te dise que…
    Il l’interrompit :
    – Reste tranquille, je me charge de prévenir les autres légionnaires et de nous débarrasser de l’emprise de Ganus.

    « Il faut que je lui parle », pensa Quintilius, mais bien incapable d’articuler la moindre phrase. L’assistant se pencha alors pour lui faire boire un peu plus de cette mixture qui lui embrumait l’esprit sans pour autant atténuer réellement cette douleur qui lui lançait dans le côté droit. Il repoussa de la tête ce breuvage, entraînant l’étonnement de Maxentius :
    – Quintilius, il faut boire, ça te fera du bien.
    « Mouai, tant que je ne parle pas tout va bien ; j’imagine que c’est cette enflure de Ganus Yutus1 qui cherche à me droguer ! » Cependant, en voyant les regards inquiets qu’on lui lançait, il compris qu’il n’avait sans doute rien dit de cohérent. D’ailleurs, il remarqua alors que Ganus avait du s’absenter ; cette prise de conscience lui rendit l’espace d’un instant toute sa tête et il s’exclama :
    – Maxentius, vite rassemble les légionnaires et dépêche-les au palais impérial, c’est la truie de l’Empereur qui entre eux ! Blesse-moi ici, mets des pêches sur le toit et fauve l’An Pire !
    Il s’arrêta alors en constatant qu’il ne débitait plus que des âneries et sombra dans un sommeil sans rêve…

    __________________________

    1 Attention, pas de malentendu, c’est la douleur avant tout qui rend Quintilius si virulent dans ses pensées. De base, il n’apprécie guère Yutus, mais là ça se transforme presque en délire paranoïaque : il prend pour une envie de le droguer ce qui est une décision d’un médecin pour lui atténuer ses souffrances.

    Ordre de post pour les suivants :
    jeudi 9 mai : MasterYunChang
    vendredi 10 mai : Lucdelgames
    samedi 11 mai : Florian30051