Post has published by guiguit

Ce sujet a 4 réponses, 1 participant et a été mis à jour par  guiguit, il y a 1 an et 9 mois.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    Jihad Academy-Nos erreurs face à l’Etat islamique

    https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/51o764Say2L.jpg

    Présentation de l’ouvrage :

    Jihad Academy-Nos erreurs face à l’Etat islamique est livre écrit par Nicolas Hénin et édité en 2015 par les éditions Fayard. Nicolas Hénin est un reporter de guerre indépendant qui a travaillé en Syrie et en Irak. Un temps prisonnier de l’Etat islamique, il a été libéré en 2014.

    Divisé en une dizaine de chapitres, l’auteur développe dans chacun d’entre eux une problématique de la crise de l’Etat islamique. C’est à la fois très clair et très précis. Il cite aussi des anciens proches de Bachar al-Assad que des civils ou même des combattants «étrangers» de Daech. Tous ces gens, il les connaît, les a fréquenté (parfois contre son gré). Il ne reste pas cependant enfermé dans sa seule expérience et explique par exemple les idées du stratège français de la contre-insurrection David Galula reprises par le général Petraeus durant la campagne d’Irak.

    L’auteur a son propre point de vue de la situation et n’hésite pas à l’exposer. Ce n’est un livre d’histoire qu’il écrit (bien qu’il y ait de nombreuses références à des évènements passés sinon ce serait incompréhensible) mais une analyse personnelle de la situation, assez pertinente à mon avis.

    Présentation des idées de Nicolas Hénin :

    Le régime des al-Assad n’est pas un allié fiable et durable. Son armée est affaiblie par plusieurs années de combat et ne compte plus que des alaouites. Le régime tient grâce à l’aide de ses alliés russes, iraniens et de son vassal du Hezbollah. De ce fait, ce ne serait que soutenir un poids presque mort qui s’effondrerait dans quelques années. En outre, cela pousserait d’autant des groupes de rebelles modérés à se radicaliser et se joindre à l’Etat islamique (que al-Assad a créé en libérant ses chefs et en ne le combattant ouvertement qu’en de rares occasions). Qui plus est, il ne faudrait pas croire que cela aiderait à trouver les combattants étrangers se battant sous le drapeau noir : les services de renseignement syriens ne maîtrisent plus le terrain et ne seront d’aucune aide pour débusquer les djihadistes français, belges et autres….

    Il ne faut pas victimiser les uns et oublier les autres. C’est toute la Syrie qui souffre des combats : les sunnites, les chiites, les Juifs, les chrétiens….On n’a cessé de présenter les chrétiens comme des victimes de l’Etat islamique. C’est vrai mais leur sort n’était guère différent sous le régime d’al-Assad qui faisait peser sur eux une épée de Damoclès, en mettant en place un système qui ressemble fort à celui qu’applique Daech à leur égard. De plus, Nicolas Hénin parle de «l’arnaque de Kobané» car les rebelles se battaient depuis des mois (voire un ou deux ans) contre l’EI ou le régime et ce n’est qu’à ce moment-là que les opinions publiques en Occident se mobilisèrent en soutien (et encore…). Ca a plus dégoûté les combattants non-kurdes qu’autre chose.

    Il ne faut pas séparer les dossiers syrien et irakien. Contrairement à la politique poursuivie jusqu’ici par les Etats-Unis, ce qui se passe d’un côté de la frontière aura inévitablement un impact de l’autre côté. La simple logique militaire et géographique rend caduc cette politique américaine. D’ailleurs, le sectarisme de l’ancien Premier Ministre, l’absence de vision nationale sont des facteurs sur lesquels s’est appuyé l’EI. L’armée «nationale» irakienne en est le meilleur exemple : un vaste conglomérat de membres milices et de tribus pour qui l’allégeance et la primauté de l’Etat ne compte pas.

    Il y a d’autres idées qui sont développées mais je n’ai noté ci-dessus que celle que j’ai jugé les plus importantes, celle qui m’ont le plus marqué.

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Merci pour ce compte-rendu Guiguit! J’aimerais savoir si d’autres membres ont lu ce livre? Avez-vous retenu les mêmes points?

    Sinon pourrais-tu davantage élaborer en lien avec les idées du stratège David Galula en lien avec la contre-insurrection, et aussi, les applications de ces dites idées par le général Petraeus durant la campagne d’Irak?

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    David Galula est le stratège français qui a théorisé les principes de la contre-insurrection d’après son expérience de la guerre d’Algérie où il a combattu. Pour lui, il faut montrer à la population locale qu’elle a tout intérêt à se rallier et à travailler avec la puissance “occupante”. Ainsi, les combattants ennemis issus de cette population finiront par se rallier à moyen/long terme. En outre, il ne faut pas laisser espérer et prospérer l’insurrection. C’est pourquoi il faut assommer les rebelles, les éloigner de la population (les privant de l’exercice de leur propagande) et les priver d’espoir.

    C’est au printemps 2004 que l’insurrection irakienne contre l’occupation coalisée débuta. Prise d’otages, mutilations de cadavres de soldats ou de mercenaires américains, siège de Fallouja,… Autant d’évènements qui perturbèrent le triomphe des Alliés. En outre, les membres d’Al-Qaeda jouèrent sur les ressentiments communautaires en s’en prenant en priorité aux chiites (qui détenaient les clefs du pouvoir grâce aux Américains). Ces derniers marginalisèrent alors les sunnites… Le pays ressemblait à un enfer quand le Président Bush confia le commandement du corps expéditionnaire au général Petraeus.

    Tout d’abord, il augmenta les effectifs qui atteignirent 150 000 soldats. Ces importantes troupes devaient casser les reins à l’insurrection, prévenir et empêcher les tueries interconfessionnelles. De plus, le général réussit un tour de force en convaincant les cheiks, chefs de tribu dont les motivations politiques étaient assez faibles (pas des fanatiques à la Ben Laden), de se ranger du côté de la coalition grâce à de généreux salaires. Or, ce sont ces derniers qui constituaient la “main d’œuvre” des terroristes ! Stratégie brillante qui vit d’anciens insurgés désormais maintenir l’ordre et assurer la sécurité. Ces unités reçurent le nom de shawa. Le Secrétaire d’Etat (ministre américain des Affaires étrangères)avait obtenu que l’on cesse de la “débassssification” de l’Etat, ce qui permit de garder des “cadres” valables pour les institutions nationales.

    Malheureusement, tout cela fut perdu quand le chiite Nouri al-Maliki prit le pouvoir comme Premier Ministre. Sectaire, il dissolvait les shawa et purgea l’administration et ses services de sécurité… Avec le résultat que l’on connaît aujourd’hui !

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Quels changements si drastiques ce Premier-ministre a t’il apportés plus précisément? Quelle est son histoire?

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    Il a été Premier Ministre d’Irak du 20 mai 2006 au 8 septembre 2014, date à laquelle il a dû démissionner du fait de son incompétence à endiguer l’attaque de l’Etat islamique (à tout malheur, chose est bonne). Actuellement, il est Vice-Président d’Irak.

    Auparavant, il vivait courageusement en exil d’où il luttait contre son pays natal sous blocus international. Il est revenu dans «les fourgons de l’ennemi» en 2003. C’est lui qui avait commencé à débaassifier l’Irak, de manière brutale et sectaire au point que les Américains durent calmer ses ardeurs.

    En tant que Premier Ministre, il a mis fin au système des shawa et mis à la porte tous les sunnites de ses forces de sécurité, soit un million de personnes ! Il a sans cesse stigmatiser les sunnites alors qu’en tant que chef de gouvernement il était censé protéger ses concitoyens et travailler à reconstituer l’unité nationale. Qui peut encore s’étonner de la collusion entre anciens membres du socialiste Baas, des chefs sunnites et des fanatiques de l’Etat islamique ? Et je ne parle pas de ses magouilles pour se maintenir au pouvoir….

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.