Post has published by Xénophon

Ce sujet a 18 réponses, 9 participants et a été mis à jour par  Xénophon, il y a 1 an.

19 sujets de 1 à 19 (sur un total de 19)
  • Modérateur
    Posts1264
    Member since: 26 avril 2013

    Jean HUNIADES (1387-1456)

    Le Chevalier Blanc

    Jean Corvin Huniades ou Hunyadi est né vers 1387 en Hongrie; d’origine valaque et grecque (certains disent même qu’il serait un descendant d’un basileus de Constantinople, ou encore d’une famille patricienne romaine) convertit au catholicisme.
    Dans sa jeunesse, il participe aux incessantes guerres qui embrasent l’Italie sous le nom du chevalier blanc avec un groupe de douze chevaliers, se couvrant de gloire et de richesses.
    Aux alentours de 1440, il rentre dans sa Hongrie natale et prend en charge la défense du royaume, menacé par l’avancée des troupes du sultan. Par trois fois, il inflige de sérieuses défaites aux Ottomans de retour dans la région après leur défaite à Angora face à Tamerlan,.

    Sa renommée ne cesse de grandir à tel point que le roi de Pologne Ladislas III Jagellon lui demande son soutien, pour être élu roi de Hongrie, en retour, il obtient le titre de voïvode (gouverneur) de Transylvanie.
    Ensemble, les deux hommes organisent une nouvelle croisade, pour chasser les Turcs du continent; ils rassemblent une armée composée de Polonais et de Hongrois mais aussi de volontaires Allemands et Français, de Roumains, de Tchèques et de Serbes, au total 30 000 hommes.

    En 1444, l’armée croisée franchit finalement le Danube et se dirige vers Sofia la capitale de la Bulgarie où grâce à Huniades et son avant-garde, ils défont les Turcs et prennent la ville. Continuant leur périple, les croisés sont malheureusement retardés par l’hiver alors que le chevalier blanc et ses compagnons ne sont qu’à six jours de marche de Constantinople, prête à ouvrir ses portes à ses frères occidentaux.
    Ce retard permet à l’armée turque de traverser à temps le Bosphore, sur des navires français et génois!

    Le 10 novembre 1444, les deux armées se font finalement face à Varna et rebelote comme à Nicopolis les croisés ravagent les rangs ottomans, mais sont finalement écrasés, on dénombre 11 000 victimes chez les chrétiens dont l’imprudent Jagellon et 28 000 chez les Turcs, sur une armée de 60 000 hommes. Toutefois le chevalier blanc réussit à échapper au désastre. De retour en Hongrie, Huniades est désigné comme régent du royaume de 1446 à 1452. A la tête de ses troupes, il interdit aux turcs l’accès à la Hongrie, multiplie les incursions, enchaine victoires et revers. En 1448, il revient même en plein cœur de la Bulgarie, (alors que quatre ans auparavant, il était écrasé à Varna) passe par la Cossovie (Kosovo actuel) où durant trois jours, dans un lieu déjà tristement célèbre: le champ des merles*, il tient tête à une armée ottomane quatre fois supérieure en nombre.

    Et comme les héros, le dernier acte de sa vie est le plus glorieux et grandiose de son épopée, du 28 juillet au 4 septembre 1456, il défend victorieusement Belgrade avec des troupes encore une fois en sous-nombre face aux janissaires de Mahomet II, le bourreau de Constantinople, qui après un combat singulier avec un chevalier chrétien, reçoit une flèche dans la jambe et perd connaissance .
    Mais après la bataille, la peste se déclara dans l’armée et environ un mois plus tard Huniades qui était atteint succomba. A l’annonce de sa mort le sultan le regretta, il espérait toujours triompher du seul homme qu’il n’avait pas vaincu.

    Après sa mort, son fils, Mathias Corvin sera élu roi de Hongrie en 1458 et s’avérera être l’un des plus grands monarques de la Hongrie, arrachant aux Ottomans les Balkans et l’Autriche à l’empereur, mais aussi connu pour ses démêlés avec Vlad Tepes.

    *Quelques décennies plus tôt, les troupes du roi serbe Lazare s’était faites écrasées par les janissaires turcs à la bataille de Kossovo Polje, le roi fut exécuté après la bataille et le sultan Mourad Ier, assassiné dans sa tente.

    La guerre dans les Balkans (1370-1490).

    -Vlad Tepes, l’empaleur.-Les personnages mystérieux de l’Histoire- (Totaldead)

    -Skanderbeg, l’aigle albanais.

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Super. J’ignorais tout ce que tu as dit, tu m’a appris plein de choses. Merci beaucoup.

    Pourquoi ne parle-t-on jamais de cette dernière croisade ?

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Pourquoi ne parle-t-on jamais de cette dernière croisade ?

    En fait, elle s’inscrit au crépuscule des croisades (même si la bataille de Lépante, un siècle plus tard, peut être considérée comme la dernière opération militaire à bénéficier de cet esprit croisé). Par ailleurs, elle est complètement éclipsée par les huit (ou neuf) Croisades, celles pour délivrer le tombeau du Christ en Terre Sainte.

  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    Comme le souligne justement Maxsilv, un certain esprit de croisade subsiste jusqu’à Lépante.
    Toutefois, ce sentiment est trop diffus pour être d’une quelconque utilité pour l’analyse historique. A force d’être étiré en tout sens, le mot Croisade finit par en perdre sa signification : une expédition offensive destiné à conquérir les Lieux Saints, soit directement, soit par des voies détournées (comme ce fut le cas pour Damiette par exemple).

    Il ne suffit pas de voir des Chrétiens s’opposer à des Musulmans pour sortir Godefroy de Bouillon, Richard Coeur de Lion, Saint Louis et toute la smala… 🙂

    Aussi bien à Lépante que dans les oeuvres d’Hunyadi, il s’agit tout bonnement de réactions légitimes devant un conquérant des plus classiques, les Ottomans qui, d’ailleurs, n’étaient pas particulièrement djihadistes. Les enjeux sont territoriaux – et un peu commerciaux quand même.

    Le facteur « guerre sainte » a peut-être joué comme élément mobilisateur dans les deux camps, mais pour le reste, c’est de la guerre ordinaire : un envahisseur qui s’avance et des envahis qui se rebiffent.
     

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Vu que l’expédition a aussi été impulsé par le pape Eugène IV, je ne vois pas pourquoi ne pas utiliser le terme de croisade. Après tout toutes les Croisades n’avaient pas comme objectif de reprendre la Terre Sainte (sinon Saint-Louis s’est bien planté en débarquant à Tunis) mais surtout à s’attaquer aux ennemis du moment de la Papauté. si on ne reste que dans l’optique de reprendre Jérusalem, ce serait oublié la Croisade des Albigeois (qui reprend le même vocabulaire et les mêmes récompenses que celle d’Urbain II) ou celles menées dans la Baltique par l’Ordre teutonique.

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    C’est indéniablement une croisade, mais pas une Croisade. 😉

  • Modérateur
    Posts1264
    Member since: 26 avril 2013

    Petite précision, dans ma biographie, je fais un moment référence aux “champs des merles”, j’avais oublié de précisé que c’est à cet endroit que ce déroula en 1389, la bataille de Kossovo Polje opposant une armée serbo-bosniaque aux ottomans, cette bataille vit la défaite de l’ost chrétien, l’exécution du roi Lazare (décapiter comme Jagellon) et l’assassinat du sultan Mourad Ier.

  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    Objections pertinentes, Remicas, surtout l’affaire des Albigeois à laquelle je n’avais pas pensé. Et à la réflexion, celle de Nicopolis me paraît aussi faire partie du lot. Néanmoins, je ne retire rien à mon argumentation car c’est un peu l’histoire du verre à moitié plein / à moitié vide. Nul n’a vraiment tort ou raison, c’est une affaire de sensibilité.

    Quand on entend les troupes occidentales qualifiées de « Croisés » par les Taliban pour les besoins de leur cause, je préfère, par réaction, employer ce terme stricto sensu.

    Pour faire court, je dirais que quand le Saint-Père annonce : « Messieurs, il y a de l’ouvrage à faire là-bas, très loin, contre les Infidèles ! », c’est une croisade.

    Mais s’il dit : Arrêtez de vous amuser entre vous ; il y a des paquets d’Infidèles aux portes et si vous ne vous en occupez pas, ce sont eux qui vous feront une grosse tête ! », là, ce n’est plus de la croisade mais un simple rappel aux réalités. Une croisade de pure apparence, en quelque sorte.

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Participant
    Posts1913
    Member since: 17 février 2013

    .Après tout toutes les Croisades n’avaient pas comme objectif de reprendre la Terre Sainte (sinon Saint-Louis s’est bien planté en débarquant à Tunis).

    Faux, saint-Louis a attaqué Tunis, car Jérusalem était imprenable à ce moment là, ainsi en prenant un des poumons économique il espérait pouvoir récupérer Jérusalem, cet technique marche et elle a fait ses preuves lors de la Vème croisade. Le calife d’Egypte acceptant d’échanger Damiette contre Jérusalem, cet accord capota à cause du légat du pape: Pélage.
    Ainsi toute les Croisades avaient pour but de récupérer Jérusalem.

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Ainsi toute les Croisades avaient pour but de récupérer Jérusalem.

    Faux. Les chevaliers teutoniques et porte-glaive étaient des ordres religieux militaires qui avaient le soutien du pape et de l’empereur, en tout cas pour les Teutoniques, et qui participaient à une croisade. Peut-être pas dans l’optique de la première mission des Teutoniques qui consistait à défendre la Hongrie contre les non-chrétiens, mais en tout cas contre les Lituaniens et Baltes païens à partir du 13ème siècle.

    D’ailleurs certains étés, des nobles d’Europe occidentale accouraient en Livonie pour participer aux opérations et il me semble bien qu’ils revêtaient la croix à cette occasion.

  • Participant
    Posts1913
    Member since: 17 février 2013

    croisade avec un grand C 😉 .

  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    Faux ! Vrai ! Faux ! Ne soyez pas si carrés, mes bons amis. Ce (hors) sujet est tout en nuance. Il y a un monde entre la 1ère croisade, voulue et prêchée par Urbain II, et les entreprises teutoniques du côté des Etats baltes ; les apparences ne devraient pas vous tromper.

    D’un côté, nous avons une vraie mobilisation pontificale et de l’autre, une conquête profane avec l’aval publicitaire du Saint-Siège. Si l’on ne distingue pas la différence, il n’y a aucune raison de ne pas inclure Guillaume le Conquérant parmi les croisés, lui qui a pris le plus grand soin à obtenir l’approbation du Pape, concrétisée par un étendard, avant de traverser la Manche. Ce serait absurde, non ?

    Même chose dans le cas de Lépante. La Sainte Ligue est une fédération « ad hoc » de puissances chrétiennes dont l’Espagne, la Toscane, Malte, la Savoie, Venise et les Etats pontificaux. C’est en tant que souverain temporel – il a fourni douze galères – que Pie V organise la défense commune contre les Ottomans, même s’il y a mis toute son autorité morale pour vaincre les réticences. Cela n’a pas grand’chose à voir avec Urbain II.

    C’est pourquoi j’aime bien les grands C et les petits c de Maxsilv.

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Participant
    Posts1
    Member since: 21 août 2015

    Tres bon sujet felicitations! Mais on dit “Voivode” pour les gouverneurs roumains mais pas “vayode”

  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    … et même mieux : “Voïvode”, avec tréma. 😉

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Modérateur
    Posts1264
    Member since: 26 avril 2013

    Ou la la que de fautes dans ce vieil écrit! :P. Le terme “vayode” ou plutôt “vayvode” existe réellement, mais encore faut-il qu’il soit bien orthographié :silly: , cependant cette orthographe est un peu désuète je vous le reconnais, le terme “voïvode” et donc évidemment à privilégier, ce que je vais faire fissa :).

  • Modérateur
    Posts8432
    Member since: 14 mai 2013

    Intéressant parcours pour ce Chevalier Blanc. J’imagine que ce genre de figures résistantes aux invasions des Balkans doivent contribuer au nationalisme de ces rgions.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Modérateur
    Posts1264
    Member since: 26 avril 2013

    Et bien dans le cas hongrois, il semblerait que ce soit davantage le propre fils de Jean Huniades, le roi Mathias Corvin qui apparaisse désormais comme le chantre de la résistance hongroise à la poussé ottomane en Europe Balkanique, certains auront ainsi entendu de sa légendaire “armée noire” dont l’entraînement aurait reposé sur les écrits de César.
    Pour ce qui est de Skanderbeg, bien que ce dernier fut catholique, il est lui aussi l’étendard (au sens propre comme au figuré – son aigle étant représenté sur le drapeau albanais – ) des aspirations nationalistes de l’Albanie, pays dont la population est désormais majoritairement islamisée, ce qui en soit témoigne aussi de la force que peut avoir cette figure dans le pays.

  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    Erreur courante : ce n’est pas Skanderberg mais Skanderbeg. Le suffixe -beg est un titre turc.

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Modérateur
    Posts1264
    Member since: 26 avril 2013

    Ah la fatigue 😛 …

19 sujets de 1 à 19 (sur un total de 19)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.