Post has published by Berton

Ce sujet a 24 réponses, 18 participants et a été mis à jour par  guiguit, il y a 1 an et 7 mois.

  • Participant
    Posts624
    Member since: 15 avril 2012

    La Guerre de la conquête est le nom que l’on donne à la partie de la guerre de sept ans se déroulant sur le nouveau continent, en Amérique du Nord.

    Selon vous, quels sont les causes de la victoire anglaise. Les français ont pourtant des colonies s’étalant de terre neuve jusqu’à la Louisiane, entourant par conséquent les 13 colonies. Ils sont alliés à de nombreux tributs amérindiens tels que les Algonquins, les Hurons et les Montagnais. Ils ont également construit une ligne de fort à leurs frontières.
    Et ont une flotte assez conséquente.

    Les français auraient-ils abandonné leurs colonies pourtant si riche en fourrures?

  • Participant
    Posts2063
    Member since: 15 avril 2012

    Les Français avaient le desavantage de devoir se battre sur plusieurs front du coup ils on laisser l’amérique au second plan.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 15 avril 2012

    en effet, les anglais pouvaient aligner plus de troupes sur se front, alors que les français étaient occupé en Europe.

  • Participant
    Posts1080
    Member since: 15 avril 2012

    Il faut aussi remettre l’organisation coloniale à la cause, je m’explique:

    Lors de la guerre, la France possède peut-être des territoires immenses et riches mais ces regions ne sont peuplée que de marchants, soldats ou chasseurs de fourrures. Ainsi la population blanche des colonies francaises se compte en milliers.

    A l’inverse, les colonies anglaises sont peuplés de colons venant par milliers en Amérique pour chercher fortunes ou ambitions. A l’époque de la guerre de 7 ans, la population des 1,500,000 personnes.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 15 avril 2012

    ah quand même.

  • Participant
    Posts1080
    Member since: 15 avril 2012

    J’ai un lien en anglais qui repond à la question:

    http://www.houseofdavid.ca/new_fr.htm

  • Participant
    Posts11
    Member since: 15 avril 2012

    Les Anglais ont gagné plusieurs batailles navales qui a permis a leur flotte de contrôler les mers.Du coup,les troupes françaises n’étaient plus ravitaillées et n’avait plus de renforts venant de la métropole contrairement aux anglais.

  • Participant
    Posts98
    Member since: 15 avril 2012

    La clé de colonies aussi eloigné est la maitrise des mers.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 15 avril 2012

    N’oublions pas non plus le Roide France de l’époque : Louis XV.
    En plus d’hériter d’une situation économique catastrophique, ce dernier à en plus particularité de pouvoir avouer sans honte être complétement désintéressé de la politique… On ne pouvait aller très loin avec un tel oiseau.

    Pour la Marine, celle-ci était encore de qualité, mais elle commençais à dater. La dernière Ordonnance Royale datait en effet de Louis XIV, et il faudra attendre Suffren pour une réorganisation digne de ce nom (comme quoi Louis XVI était pas si incompétent que cela).

    Bref, en plus d’une situation territoriale défavorable pour des raisons démographiques, le soutient du Continent ne sera vraiment pas à la hauteur.

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 15 avril 2012

    La marine est evidemment ce qui nous as fait défaut dans cette guerre. Pas que la Royal Navy soit invincible (elle l’était pas encore), mais la France avait le fardeau de devoir à la fois disposer d’une flotte performante pour accomplir sa politique coloniale mais aussi d’une armée puissante pour protéger ses intérêts sur le continent. Être à la fois une puissance navale et terrestre coûte cher, alors que pour les Anglais le fait d’être sur une île leur dispense d’avoir une armée nombreuse, ce qui permet par contre de mieux contrôler son recrutement et son entrainement (comme lors de la République de Weimar : la limitation de 100 000 homme leur permit de constituer un corps bien entrainer et de tester de nouvelles tactiques plus aisément que ses voisins), et le contrôle des voies d’approvisionnement maritime n’était pas que nécessaire, mais vital, ou de la Prusse/Autriche/Russie qui ne disposant pas de colonies pouvaient se concentrer sur leur puissance militaire continentale.

    Mais je suis d’accord avec Saga, Louis XV était un piètre roi. Cependant ses ministres avaient des idées assez innovantes pour leur époque (pas menées à bien dû à l’opposition des parlements).

  • Participant
    Posts719
    Member since: 15 avril 2012

    Je me rappelle bien que mon enseignant d’histoire m’a dit un jour qu’un messager canadien fut envoyé en France pour demander de l’aide. La réplique du Roy fut:
    “Lorsque le feu est à la maison, on n’éteint pas l’écurie en premier.”

    Ce qui signifie que la France n’avait presque aucun interêt de garder sa colonie en Amérique. De plus, le Commerce des fourrures commençait à baisser au niveau des prix et l’activité commerciale principale de la Nouvelle-France était justement la Traite des fourrures.

    Sinon, au niveau tactique, on peut blâmer Louis-Joseph, Marquis de Montcalm pour la négligence d’un lieu stratégique qui coûta la Bataille des Plaines d’Abraham. En effet, au lieu d’attendre un débarquement près du Cap Diamant, il l’attendait près de la côte de de Beauport, là où les Naglais avient déjà tenté à plusieurs reprises de débarquer sans succès. Or, le marquis de Vaudreuil savait son ennemi rusé. Si seulement le Français avait écouté le Canadien…

  • Participant
    Posts123
    Member since: 15 avril 2012

    Il faut quand même dire que la Cour se fichait royalement (c’est le cas de le dire, hahaha…) des possessions canadiennes !! Même Voltaire en parle comme étant de “simples arpents de terres glacées”, alors que la priorité va aux îles des Antilles, tellement plus rentables.
    Je pense que la présence française au Canada n’avait qu’un but : contrebalancer l’hégémonie anglaise.

  • Participant
    Posts754
    Member since: 15 avril 2012

    La pression demographique anglaise n’est pas negliger. Si je me rappelle bien des nombres, la nouvelle france compte a la guerre de 7 ans, environ 90’000 personnes sur l’ensemble de son territoire alors que les anglais pres d’un demi million.

    Avec un tel rapport, il n’y a pas besoin de ramner beaucoup de regiments de metropole. Les ranger coloniaux suffiront a suppler les tuniques rouges.

    J’avais lu une etude, je me rappelle plus de qui, de ou, de commnet, donc c’est a prendre avec des pincettes, qui disait que si, certes les iles etaient plus lucrative en terme de revenus direct, elles coutaient aussi cheres. Les colonies nord americaines avaient l’avantage de faire vivre toute la cote atlantique. Je crois que le rapport donnait comme exemple le sel, qui etait vendu au quebe depuis Nantes et que suite au traite de paris, la region nataise a vu son developpement economique s’effondrer. Plus de moyen de vendre le sel, la construction navales et le commerce transatlantique n’existent plus.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 15 avril 2012

    C’est très probable. Nantes a fait sa fortune sur le commerce triangulaire, comme Bordeaux. Je doutes que ces navires étaient bien accueilli par les anglais après la paix. Cela dit les Antilles ont du prendre le relais.

  • Participant
    Posts95
    Member since: 15 avril 2012

    On dit toujours que les anglais ont ganer, c et en partie vrai car ils ont pris Quebec et on annexé le reste de la nouvelle-france, mais en terme du nombre de victimes, les anglais on perdu beaucoup plus d homme, grace a un systeme de guerilla mis en place par Vaudreuil et grace a la supremacie tactique de montcalm envers Wolfe. Il ne font pas oublier aussi que sans l aide de la France lors de la revolution americaine les americains aurait perdu leur guerre d independance.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 15 avril 2012

    Les pertes sont un critère archaïque pour déterminer un vainqueur. Prend le Viet Nam par exemple, le Viet-Mind l’emporte alors qu’il a perdu toute ses batailles et que ces pertes sont abominable comparé à celle des Américains.

    Par contre, on dit souvent que cette guerre est presque une guerre Mondiale, mais on ne parle ici quasiment que du front Américain. Que c’est il passé sur les autres fronts? (et oui, je ne connait cette guerre que de nom, mais j’ai soif de connaissance ;))

  • Participant
    Posts754
    Member since: 15 avril 2012

    En tres tres gros, la guerre ce de 7ans c’est empire total war… (en tres tres gros).

    C’est la guerre austro-prussienne qui degenere en conflit avec les anglais qui soutiennent les prussiens, les francais soutiennent en retour les autrichiens, les hollandais tentent des trucs contre tout le monde sans etre en guerre, les espagnoles soutiennent les francais sous fond de guerre coloniales et de guerre economiques.

  • Modérateur
    Posts8403
    Member since: 15 avril 2012

    De Ryuter, l’amiral hollandais tantôt avec les Français tantôt avec les anglais, et qui fait gagner celui qui est allié à son pays, c’Est pendant cette guerre? (je sais c’est un peu vague).

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts893
    Member since: 15 avril 2012

    L’amiral hollandais Michel de Ruyter est mort en 1676 à la bataille de Syracuse, alors qu’il s’était mis au service de l’Espagne. Il fut défait par l’amiral dieppois, protestant et français Duquesne et mourut après une longue agonie : il avait le pied fracassé par un boulet (peut-être plus ; enfin, ses jambes étaient en charpie) et sur son lit de mort, en félicitant l’officier espagnol qui commandait les galères, refusa de voir l’amiral espagnol qui l’assistait : “J’ai vu trop de lâches dans ma vie, je ne désire plus en voir”.

    Pour tous les historiens, et pour son temps, Ruyter (jusqu’alors invincible) était le meilleur amiral du monde. Seuls quelqu’uns (Tourville, Duquesne) peuvent souffrir la comparaison.

    Enfin, bref @montgomery : rien à voir ! 😛

    Sinon, en effet, la marine française ne sut assurer de manière suffisante la ravitaillement et l’aide des colonies d’Amérique et des Indes, qui finirent par être condamnées après une lutte acharnée, tant avec Montcalm dans les Plaines d’Abraham qu’en Inde avec Dupleix et ses successeurs.
    L’armée de terre ne sut pas non plus faire face efficacement aux anglo-prussiens, en dépit de succès ; mais ne remportèrent pas de bataille décisive. On peut citer comme réussites la prise de Minorque et celle du Hanovre anglais ; mais ce fut insuffisant.

  • Modérateur
    Posts2268
    Member since: 15 avril 2012

    Ah, un sujet proche de mon programme de cours!
    Les anglais l’emportent en Amérique du Nord pour un certain nombre de raisons:

    1) Le nombre de troupes présentes.
    En 1758, les troupes françaises ont à peu près 20 000 hommes, 10k des troupes régulières/marines et 10k canadiens. Les anglais, eux ont 50 000 réguliers et provinciaux. Cet écart est terrible lorsqu’on se rend compte que cette armée anglaise représente les deux tiers de la population totale de la Nouvelle-France, et que la population de la Nouvelle-France souffre de la faim après de mauvaises récoltes.
    Sans le soutien indien, la partie est perdue.

    2) Les déboires de la marine française.

    Les français sont obligés d’envoyer des convois réduits pour ravitailler les forces du Québec à cause de la menace de la flotte anglaise, ce qui limite l’aide mais empêche un désastre similaire à celui de Lagos en 1759. Sur 23 vaisseaux dont 12 armés en flûte, sept atteignent leur objectif)Les anglais, eux, peuvent envoyer des renforts importants (Boscawen commande 41 bâtiments) à l’assaut de Louisbourg, ville stratégique et qui était bien protégée. Un assaut anglais audacieux permet de mettre hors de combat le Prudent (74 canons) et le Bienfaisant (64 canons) qui étaient encore présents.
    La chute de Louisbourg, privée de soutien, ouvre la voie du Saint-Laurent aux anglais, qui peuvent donc acheminer des troupes pour l’assaut de Québec malgré la résistance de la garnison qui empêche toute invasion pour 1758.
    C’est l’arrivée d’un pavillon anglais au large du Saint-Laurent qui contraint les forces françaises victorieuses de Lévy assiégeant Québec de se replier malgré le mauvais état de la garnison anglais après leur défaite de Sainte-Foy. L’expédition de secours française, arrivée trop tard le même jour (15 mai) sera détruite à la Ristigouche le 8 juillet.

    3) La mésentente du commandement français.
    Celle-ci est représentée par les disputes entre Vaudreuil et Montcalm sur la manière de combattre et d’utiliser les indiens. Vaudreuil, canadien d’origine, est prêt à tout pour défendre sa patrie, et ne voit nul problème à utiliser les techniques de guérilla. Montcalm, dépêché de France et général des Lumières, veut absolument avoir “sa” bataille rangée à l’européenne, bien plus civilisée que la petite-guerre. De plus, il perd toute confiance vis à vis des indiens après la prise du fort William Henry et le massacre qui s’ensuit en Août 1757.
    En 1758, Montcalm obtient le commandement suprême des forces de la Nouvelle-France et se décide à évacuer l’Ohio, de même qu’à l’arrêt des opération terroristes indiennes contre les colons anglais.

    4) Le changement de camp des indiens.
    Déjà, les indiens souffrent de la petite vérole. Deuxièmement, les anglais, après un certain nombre de tractations favorisées par le mépris/méfiance de Montcalm à l’égard des indiens, parviennent en 1757 à mettre hors d’état de nuire les Delawares de l’est. En 1758 à Easton, ce sont près de 500 Amérindiens de 13 nations différentes réunis pour un congrès entre Indiens de l’Ohio et Pennsylvaniens. La chute de fort Duquesne le 23 novembre marque la fin de la coopération entre Indiens et français. Les indiens étaient de puissants alliés des français, permettant de compenser leur faiblesse numérique et connaissant le terrain. Leur perte affaiblit considérablement la position française. L’exemple de fort Niagara témoigne de l’inversion de cette tendance, les anglais soutenus par les Iroquois taillent en pièce des français abandonnés par leurs alliés.

    L’année 1758 est l’année du tournant au Canada. Louisbourg tombe et les indiens commencent à rallier les anglais. Niagara entraîne dans sa chute les forts Carillon et Saint-Frédéric, que les français évacuent et font sauter. Désormais, le combat se fait en terrain français.

    Source: La guerre de Sept Ans 1756-1763, d’Edmond Dziembowski.

    "Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve"-Euclide

  • Participant
    Posts893
    Member since: 15 avril 2012

    La rivalité entre Montcalm et Vaudreuil, à la même époque, me fait penser à celle entre Dupleix et La Bourdonnais aux Indes ; et entre les généraux de l’armee de terre, comme Soubise et Richelieu.

    En raison de la faible colonisation du Canada ; il était difficile pour les français de résister, d’autant plus que la marine française était incapable d’assurer le ravitaillement. En effet, la Nouvelle-France était conçue telle qu’elle était dépendante de la métropole, afin de garantir l’enrichissement de celle-ci.

    On parle peu des Indes : le problème est assez similaire. En revanche, l’impact de la population n’est pas le même car les colonies indiennes n’etaient pas des colonies de peuplement. Toutefois, le problème est le même au niveau de effectifs. Cela s’aggrave après l départ force de Dupleix. Encore une fois, la Royale ne peut apporter les effectifs necessaires. Enfin, les alliances locales se retournent contre la France une fois Dupleix parti.

  • Modérateur
    Posts8403
    Member since: 15 avril 2012

    Le poids de la marine dans la perte des colonies. Comment explique t’on que Louis XV n’ait pas “prévu” qu’il allait perdre ses colonies avec une entrée en guerre de l’Angleterre contre la France? La guerre de 7 ans avait-elle vraiment un enjeu qui justifiait ce désastre des outre-mers?

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts2176
    Member since: 15 avril 2012

    Le poids de la marine dans la perte des colonies. Comment explique t’on que Louis XV n’ait pas “prévu” qu’il allait perdre ses colonies avec une entrée en guerre de l’Angleterre contre la France? La guerre de 7 ans avait-elle vraiment un enjeu qui justifiait ce désastre des outre-mers?

    Il pensait s’emparer du Hanovre. Une fois cela fait, le roi d’Angleterre aurait été forcé de négocier.

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 15 avril 2012

    Et puis surtout, dans la vision française de l’époque, les colonies sont intéressantes, certes, et surtout les îles à sucre, mais comparées à l’Europe…. Il faut bien se dire que pour la France le théâtre d’actions principal est l’Europe, tant que l’on gagne ici on peut bien se permettre de perdre là bas.

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 15 avril 2012

    @Solduros a raison. Les Français pensaient que la perte de son domaine allemand allait contraindre le roi d’Angleterre à négocier. Le hic, c’est que les prérogatives du souverain sont limités par le Parlement qui étaient composés d’Anglais qui n’avaient que peu de préoccupation pour l’Allemagne. Pour eux, il fallait y faire le minimum minimorum pour soutenir leurs alliés et leurs clients germaniques pour surtout privilégier les mers et les colonies. William Pitt l’Ancien (son fils, le jeune, luttera contre la Révolution et l’Empire, quelle grande famille ennemie de la Grande Nation) représenta ce courant «nationaliste». C’est lui qui envoya renforts sur renforts à ses généraux outre-mer, qui ordonna des descentes sur la côte française pour maintenir les Français sur la Manche, qui prolongea les combats pour éjecter les Français des Indes et des Amériques.

    Les stratégies française et anglaise sont aux antipodes l’une de l’autre. Reste à savoir si Louis XV n’aurait pas dû changer de stratégie justement.

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.