Post has published by mongotmery

Ce sujet a 11 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  mongotmery, il y a 1 an et 5 mois.

  • Modérateur
    Posts8390
    Member since: 14 mai 2013

    Petite comparaison des parcours de Robert E. Lee et d’Erwin Rommel

    Lee et Rommel (durant sa campagne en Afrique) sont deux combattants souvent comparés pour leurs situations militaire et la nature de leurs armées. Mais comment se sont déroulés leurs batailles, quelles similitudes des actions opérationnelles peut-on trouver ?

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d5/General_R._E._Lee_and_Traveler.jpg/220px-General_R._E._Lee_and_Traveler.jpg
    Robert E. Lee
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/7a/Bundesarchiv_Bild_101I-443-1582-32%2C_Nordafrika%2C_Generaloberst_Erwin_Rommel.jpg/220px-Bundesarchiv_Bild_101I-443-1582-32%2C_Nordafrika%2C_Generaloberst_Erwin_Rommel.jpg
    Erwin Rommel

    J’ai un petit exposé où je vais présenter les points de similitude à mon avis en montrant les parallèles entre ces deux généraux lors de la conduite de bataille.
    Mais ce sujet est avant tout un lieu de débat ! Pensez-vous que ces deux généraux sont proches ?

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts275
    Member since: 14 mai 2013

    J’ai hâte de voir ce que tu développeras comme arguments, n’étant moi-même pas très au courant de la carrière de Lee… le débat s’annonce alléchant !

  • Modérateur
    Posts8390
    Member since: 14 mai 2013

    J’ai quelques arguments ne poche, mais j’attends des gens donnant leurs propres arguments, en approbation qu’en contradiction!

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Admin bbPress
    Posts6307
    Member since: 14 mai 2013

    Il y a certes une similitude dans le fait qu’ils ont tous les deux hérités d’une armées moins bien équipée, mal ravitaillée, en sous-nombre, mais au meilleur que celle d’en face. Ensuite, vu justement leur situation, et leur personnalité audacieuse, ils ont tous les deux décidés de prendre l’offensive contre leur opposant et de miser sur les actions limitées souvent grandement basée sur l’effet de surprise.

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts8390
    Member since: 14 mai 2013

    Oui ce sont là des points communs importants. Ce sur quoi je me suis penché aussi, c’est les “analogies” entre les batailles qu’ils ont livré: on retrouve des “formes canoniques” de bataille.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Admin bbPress
    Posts6307
    Member since: 14 mai 2013

    Sinon, n’hésites pas à commencer à partager quelques-uns de tes arguments 😉

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts8390
    Member since: 14 mai 2013

    Et bien pour commencer, un premier point commun des carrières des deux généraux:

    Une bataille introductive à la campagne avec une victoire

    Les Sept Jours de Lee

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/2e/PeninsulaCampaign.png/400px-PeninsulaCampaign.png
    La longue offensive nordiste menant à la bataille des 7 Jours

    Durant cette bataille, Lee mène des assauts successifs sur le flanc droit nordiste pour déstabiliser et finalement repousser l’armée nordiste qui menaçait Richmond. Il vient d’être nommé à la tête de l’armée de Virginie, mais peu de confiance lui est accordée. En particulier plusieurs journaux de la capitale sudiste lui sont défavorables.
    Mais la bataille est bien menée par Lee (pas par tout le monde), malgré de lourdes pertes les Sudistes repoussent les Nordistes sur la James River. Les derniers assauts visant à les déloger échouent en revanche dans un bain de sang.

    La campagne de Cyrénaïque et le réduit de Tobrouk de Rommel

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8a/AustraliansAtTobruk.jpg/260px-AustraliansAtTobruk.jpg
    Troupes retranchées à Tobrouk

    Rommel est nommé en Afrique pour soutenir les Italiens et repousser les Britanniques. IL a l’expérience de la campagne de France derrière lui. Il décide d’attaquer les Britanniques dès l’arrivée de quelques troupes. L’attaque présentée comme une reconnaissance offensive est un succès, elle pousse les Britanniques à la retraite. Rommel les chasse de Cyrénaïque, et s’apprête à s’emparer de Tobrouk. Mais le port résiste aux assauts de l’Axe.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Modérateur
    Posts2995
    Member since: 14 mai 2013

    J’ai plutôt tendance à voir des différences. Rommel c’est un fou. En Afrique il se retrouve à la tête d’une petite troupe de qualité avec une relative indépendance sur un front secondaire. Rien de mieux pour enclencher sa folle charge.

    Lee a entre les mains une grande partie des forces de son pays, c’est lui qui applique l’effort principal. Il ne peut pas se permettre de faire n’importe quoi.

    Comparaison n'est pas raison.

  • Modérateur
    Posts8390
    Member since: 14 mai 2013

    Je suis d’accord avec l’ide globale que tu proposes: Lee étant dans une situation critique (pour son pays et beaucoup de responsabilités) par rapport à Rommel.
    Mais je suis en désaccord avec ceci:

    Rommel c’est un fou. En Afrique il se retrouve à la tête d’une petite troupe de qualité avec une relative indépendance sur un front secondaire.

    Rommel arrive sur un front avec les Italiens en grave situation, le commandement italien le regarde, Hitler vient de l’envoyer sur ce front alors qu’il va attaquer les Balkans Rommel n’est pas lâché avec pleins pouvoirs sur un front secondaire, perdu de vue dès qu’il est parti: il est envoyé avec beaucoup d’espoirs fondés en lui, et son attaque “folle” n’est désapprouvée par les Italiens que pendant un temps parce qu’ils la pensent dangereuse, ils sont ensuite (en voyant son succès) très favorable.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts802
    Member since: 14 mai 2013

    Je suis plutôt d’accord avec Cuirassier.

    Robert Lee a toujours été le général le plus influent et important de la Confédération et finira par prendre sous son commandement en plus de l’armée de Virginie, l’ensemble des troupes sudistes, en tant que véritable général en chef, l’homme le plus important derrière le président Jefferson Davis.

    Après je connais moins le parcours du “Renard du désert”, mais il ne me semble pas qu’il est acquis un moment un tel monopole d’importance.

    Je me permettrai même de plutôt rapprocher la situation militaire du Virginien à celle de Walter Model en 1944 après les désastres successifs de Bagration à l’Est et d’Overlord à l’Ouest. L’armée allemande est alors sur le point de craquer mais grâce au “pompier” Model et et son art d’accommoder les restes elle se rétablira bon gré mal gré sur les deux fronts (même si il est alors assuré qu’elle n’a plus aucune chance de gagner la guerre).
    Grâce à ses succès tactiques Lee a aussi essayé de préserver l’existence de la Confédération, mais comme l’Allemagne nazie face à l’URSS et les Etats-Unis, la CSA n’avait aucune chance face à la puissance industrielle du Nord, et la supériorité tactique fut dans les deux cas surclassées par les réalités stratégiques et les capacités de production des belligérants.

  • Modérateur
    Posts8390
    Member since: 14 mai 2013

    C’est intéressant ce que vous dites @cuirassier et @Vispanius, car en fait moi j’ai abordé le problème sous un angle tactique, en regardant les batailles des deux, tandis que vous évoquez plutôt la situation stratégique militaire et politique des deux hommes.
    On ne s’intéresse pas du tout aux mêmes niveaux.

    Or du fait de la prééminence de la stratégie sur la tactique pour aborder un conflit, je me demande si je ne devrais pas chercher alors les similitudes tactiques et opérationnelles entre Model sur le front de l’Est et Lee en Virginie (qui est aussi le front de l’Est de la guerre de Sécession, géographiquement).

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Modérateur
    Posts8390
    Member since: 14 mai 2013

    Je pense qu’on peut comparer les batailles de Bull Run (la 2e) et de Fredericksburg à celle de Cyrénaïque: les opérations « Brevity » et « Battleaxe » où Rommel se trouve avec un terrain et un armement (canons de 88 mm) favorables.
    Durant les opérations « Brevity » et « Battleaxe », les Britanniques tentent des attaques frontales et des débordements tactiques.

    On a aussi:

    Une bataille où les subordonnés agissent et où le général en chef commet une erreur

    Gettysburg

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c7/Thure_de_Thulstrup_-_L._Prang_and_Co._-_Battle_of_Gettysburg_-_Restoration_by_Adam_Cuerden.jpg/260px-Thure_de_Thulstrup_-_L._Prang_and_Co._-_Battle_of_Gettysburg_-_Restoration_by_Adam_Cuerden.jpg
    Victoire nordiste par une résistance graduelle

    La bataille de Gettysburg est issu de la rencontre des armées sudistes et nordistes à la suite de plusieurs mouvements. Les attaques sudistes repoussent partiellement les Nordistes, mais ne les font pas plier. Cependant au 3e jour, Lee tente une charge massive avec entre autres la division de Pickett. L’attaque est un désastre, les artilleurs étant mal préparés et les fantassins se trouvant devant un terrain découvert trop long à parcourir. Après cet échec, l’armée de Lee se retire, malgré quelques tentatives de la cavalerie nordiste de la bloquer.

    L’opération « Crusader »

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/de/Crusadertankandgermantank.jpg/300px-Crusadertankandgermantank.jpg
    Victoire britannique obtenue d’arrache-pied par la coopération interarmes et interarmées

    L’opération « Crusader » est une attaque des forces du Commonwealth sur les positions de l’Axe tenant le front à Solloum et assiégeant Tobrouk. L’attaque du Commonwealth subit plusieurs échecs tactiques, mais la rapidité des mouvements entraîne une imbrication des forces. C’est Cruewell, subordonné de Rommel commandant l’Afrika Korps (21e et 15e DB, et non l’armée d’Afrique qui inclut les forces italiennes et la division légère) qui mène les combats. Il propose à Rommel de réduire les poches, mais celui-ci préfère lancer une vaste contre-attaque pour percer le front britannique initial. Ce mouvement utilise des troupes désordonnées, qui se heurte aux positions fortifiées de la frontière : plusieurs tanks sont perdus. Pendant ce temps les Britanniques ont ouvert le périmètre de Tobrouk, forçant les unités de l’AK à revenir en arrière. L’Axe est alors forcée à la retraite, pendant laquelle les tentatives de poursuite britanniques seront repoussées.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.