Post has published by Henri Beyle

Ce sujet a 4 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  Henri Beyle, il y a 2 ans et 5 mois.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Participant
    Posts516
    Member since: 17 août 2012

    D’après wikipédia, il en a eu 1 700 000 : 1 400 000 militaires et 300 000 civils. Mais comment le vérifier ?

    Pour répondre à cette question, je propose une approche démographique : on compare la population avant et après la guerre.
    En France, il y a eu deux recensements cruciaux pour notre étude : celui de 1911 et celui de 1921. On connait également le nombre de naissances et de morts par année (cf. sources).
    Mais pour réaliser notre étude, on va considérer ne pas connaitre le nombre de morts entre 1914 et 1920 et il va falloir estimer le nombre de morts par causes naturelles (pour le retirer des morts dues à la première guerre mondiale).
    Un autre point est l’immigration : plus il y a d’immigration, plus le nombre de morts est augmenté (les immigrants venants combler les pertes).

    Le nombre de morts “naturelles”

    Pour l’estimer, on va évaluer le taux de mortalité de 1901 à 1930 (à partir des populations calculés grâces aux recensements et nombres de naissances et de morts), 1914 à 1920 exclus :

    Année Population Naissances Mortalité Taux de mortalité
    1901 40 836 212 917 075 825 315 2,021
    1902 40 927 972 904 434 801 379 1,958
    1903 41 031 027 884 498 794 566 1,937
    1904 41 120 959 877 091 802 536 1,952
    1905 41 195 514 865 604 812 338 1,972
    1906 41 248 780 864 745 820 051 1,988
    1907 41 293 474 829 632 830 871 2,012
    1908 41 292 235 848 982 784 415 1,900
    1909 41 356 802 824 739 792 798 1,917
    1910 41 388 743 828 140 737 877 1,783
    1911 41 479 006 793 506 813 653 1,962
    1912 41 458 859 801 642 726 848 1,753
    1913 41 533 653 795 851 736 937 1,774
    1914 NA NA NA NA
    1915 NA NA NA NA
    1916 NA NA NA NA
    1917 NA NA NA NA
    1918 NA NA NA NA
    1919 NA NA NA NA
    1920 39 047 057 838 137 675 676 1,730
    1921 39 209 518 816 555 697 904 1,780
    1922 39 328 169 764 373 692 322 1,760
    1923 39 400 220 765 888 670 326 1,701
    1924 39 495 782 757 873 683 296 1,730
    1925 39 570 359 774 455 712 211 1,800
    1926 39 632 603 771 690 716 966 1,810
    1927 39 687 327 748 102 679 809 1,713
    1928 39 755 620 753 570 678 269 1,700
    1929 39 830 921 734 140 742 732 1,865
    1930 39 822 329 754 020 652 953 1,640
    1931 39 923 396

    On peut alors tracer la courbe du taux de mortalité et en déduire des taux de mortalités pour les années 1914 à 1920 :

    http://img15.hostingpics.net/pics/485513tauxPGM.png
    Année Taux de mortalité estimé
    1914 1,8272
    1915 1,8179
    1916 1,8094
    1917 1,8017
    1918 1,7948
    1919 1,7887
    1920 1,7834

    Immigration

    Pour déterminer l’immigration moyenne, on a notre estimation de la population en 1901 juste par les naissances et le nombre de morts (40 836 212 cf. ci-dessus) ainsi que par le recensement de 1901 (40 681 415).
    Ainsi la différence entre les deux représente le nombre de personnes qui sont arrivées en France sans y être nées. Ainsi entre 1911 et 1901, il y a eu 154 797 immigrants, soit environ 15 000 par an.

    On va donc estimer le nombre d’immigrants à 15 000 pour les années 1911, 1912, 1913 et 1914 (car la guerre a éclaté tard) et 0 par la suite (à savoir qu’estimer qu’il n’y a pas eu d’immigrants, notamment en 1919 et 1920, revient à sous-estimer les pertes).

    Tableau récapitulatif

    Avant de produire le tableau récapitulatif, il est nécessaire de préciser qu’en 1919, la France a récupéré l’Alsace-Moselle. Ce faisant, il est nécessaire de déduire de la population recensée en 1921 (39 209 518) la population d’Alsace-Moselle (1 709 749).
    Il faut également déduire des naissances de 1919 et 1920 celles imputées à l’Alsace-Moselle (à savoir, proportionnellement à la population soit 4,36%). Ainsi on obtient :

    Année Population Naissances Taux de mortalité Mortalité Immigration
    1911 41 479 006 793 506 1,962 813 653 15 000
    1912 41 473 859 801 642 1,753 726 848 15 000
    1913 41 563 653 795 851 1,773 736 937 15 000
    1914 41 637 567 757 931 1,8272* 760 802 15 000
    1915 41 649 696 482 968 1,8179* 757 150 0
    1916 41 375 514 384 676 1,8094* 748 649 0
    1917 41 011 541 412 744 1,8017* 738 905 0
    1918 40 685 380 472 816 1,7948* 730 221 0
    1919 40 427 975 484 857 1,7887* 723 135 0
    1920 40 189 697 801 594 1,7834* 716 743 0
    1921 40 274 548 Recensement : 37 499 769
    Différences : 2 774 779

    * taux estimé

    Conclusion

    D’après notre analyse, on en conclut que le nombre de pertes s’élèverait à 2 775 000 personnes environ. Il faut prendre des gants car déjà, tout n’est pas imputable à la première guerre mondiale : environ 400 000 pertes sont dues à la grippe espagnole.
    Toujours est-il qu’à l’issue de la première guerre mondiale, la France présentait un déficit de population de près de 2 800 000 environ, ce qui aura de fâcheuses conséquences par la suite.

    Limites

    Bien sûr, ce nombre n’est qu’approximatif et en voici les principales raisons :
    – les sources elles-mêmes (inévitable malheureusement)
    – le taux de mortalités estimés (sous-estime le nombre final étant donné que, par exemple, des personnes qui auraient dues mourir naturellement en 1919 sont en fait mortes en 1915)
    – l’immigration estimés (sous-estime le nombre final car il y a eu une immigration très fortes dès 1919 – cf. sources)
    – …

    Sources

  • Participant
    Posts1768
    Member since: 8 septembre 2015

    Très intéressant 😉
    Je te remercie de m’avoir enrichi 🙂

  • Participant
    Posts2324
    Member since: 11 mai 2012

    Les pertes civiles sont plus difficile a quantifier que les pertes militaires.

    Quelque chose qui caracterise l’armee c’est bien la bureaucratie. Tout finit toujours sur papier, de l’obus tire aux nombres de morts journaliers.

    A moins que via une offensive manlheureuse tous les echelons administratifs avec beaucoup de paperasse soient captures il est aise de compter les pertes militaires au jour le jour, regiment par regiment.

    Le probleme des pertes civiles c’est que ce sont des pertes collaterales. Les blessures legeres, le manque de docteur, la malnutrition provoquent des morts “”naturelles”” qui sont la consequences des actions de la guerre. De ce fait il est quasi impossible de reellement quantifier les pertes civiles.

  • Modérateur
    Posts8352
    Member since: 14 mai 2013

    Beau travail. J’imagine que tu as utilise un polynôme (tu nommes ta courbe poly.pertes) pour interpoler les valeurs.
    Néanmoins je pense qu’il y a un problème à déduire le taux de mortalité “normal” durant la guerre en usant des années précédentes, car les circonstances sont radicalement différentes: sous les drapeaux, il y a plus ou moins de morts “normaux” (non issus des actions de combat). Cela peut fausser l’étude.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts516
    Member since: 17 août 2012

    Merci de vos retours !

    Les pertes civiles sont plus difficile a quantifier que les pertes militaires.

    Quelque chose qui caracterise l’armee c’est bien la bureaucratie. Tout finit toujours sur papier, de l’obus tire aux nombres de morts journaliers.

    A moins que via une offensive manlheureuse tous les echelons administratifs avec beaucoup de paperasse soient captures il est aise de compter les pertes militaires au jour le jour, regiment par regiment.

    Le probleme des pertes civiles c’est que ce sont des pertes collaterales. Les blessures legeres, le manque de docteur, la malnutrition provoquent des morts “”naturelles”” qui sont la consequences des actions de la guerre. De ce fait il est quasi impossible de reellement quantifier les pertes civiles.

    Tout à fait, les pertes civiles sont difficilement quantifiables, mais il y a également des imprécisions pour les pertes militaires : les “disparus” sont souvent des morts dont on a aucun témoignage. Car en effet, pour être décompté parmi les pertes militaires, il faut prouver la mort. Et il s’agit là de 300 000 personnes d’après les sources officielles.
    D’ailleurs si on compte pertes militaires officielles + disparus + pertes civiles officielles + pertes dues à la grippe espagnole, on arrive à un total de 2 400 000, soit quand même une différence de 400 000. Est-elle due aux conditions de vies qui se sont dégradés ?

    Beau travail. J’imagine que tu as utilise un polynôme (tu nommes ta courbe poly.pertes) pour interpoler les valeurs.
    Néanmoins je pense qu’il y a un problème à déduire le taux de mortalité “normal” durant la guerre en usant des années précédentes, car les circonstances sont radicalement différentes: sous les drapeaux, il y a plus ou moins de morts “normaux” (non issus des actions de combat). Cela peut fausser l’étude.

    Tout à fait, j’utilise un polynôme dont l’équation est écrite sur le graphique.
    Et je suis d’accord avec toi, mais le principe de l’exercice est plutôt de déduire les pertes que l’on peut imputer aussi bien directement (morts aux combats, à cause des blessures, etc.) qu’indirectement (conditions de vie plus dure, hygiène déplorable, etc.) à la première guerre mondiale.
    Et je ne parle même pas ici du déficit de population dû aux naissances “manquantes” : en 1916, il y a deux fois moins de naissances qu’à l’accoutumé !

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.