Post has published by vieuxgrognon

Ce sujet a 16 réponses, 10 participants et a été mis à jour par  massassi1, il y a 8 mois et 1 semaine.

  • Participant
    Posts45
    Member since: 28 février 2017

    Dernièrement, je visionnais le Secret d’histoire consacré à ce roi, et alors que je croyais que ce roi était fade, distant et relativement corrompu, j’ai compris qu’au contraire, il s’agissait d’une rois qui semblait très juste, humaniste, versé dans les sciences, grandement dévoué au bien de son peuple, mais confronté à la mauvaise gestion économique de ses prédécesseurs et aussi peut-être, à l’illumination apporté par les Lumières qui donnèrent des idée de liberté sans bornes. Il semblait enclin à donner une partie de son pouvoir aux tiers état, et l’a même fait de son plein gré.

    Ma question est, selon vous, l’image reflétée par ce Secret d’histoire est-elle juste?

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 28 février 2017

    Le vote par ordre. Je n’aurai que ça à dire. Ah, et le fait qu’il ait voulu fuir chez les Allemands et donc trahir son peuple dans l’unique but de conserver son pouvoir personnel. J’ajouterai que ce fut le peuple Parisien qui mit fin à son règne, donc pour l’amour du peuple (qui existe avant la réunion des Etats généraux) il faudra prendre des pincettes :silly:

  • Participant
    Posts129
    Member since: 28 février 2017

    Je te répondrais comme mon prof d’histoire moderne : il était sensible aux idées nouvelles mais reste un roi qui a été éduqué comme un monarque absolu de droit divin.

    Cette mentalité a été en décalage avec les turbulences qui montait de plus en plus et cela n’a pas du tout aider son cas lorsque les révolutionnaires ont décider de son sort.

  • Participant
    Posts460
    Member since: 28 février 2017

    Attention à ce que nous raconte notre amis Stephan Bern sur les rois. Son coté royaliste se reflète très fort.

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 28 février 2017

    Comme dit plus haut, Louis XVI était un monarque absolu. J’ajoute que c’était aussi un despote éclairé. Il pensait sincèrement au bien du peuple mais, comme le dit le mot d’ordre des despotes éclairés : “tout pour le peuple, rien par le peuple”. A ce titre, il a aboli la torture, la corvée royale ; autorisé la liberté du commerce des grains (avant il y avait des douanes entre chaque province, ce qui pouvait provoquer de la pénurie).

    Mais, à la base, ce n’est pas lui qui devait devenir Roi. C’était à son père (mort avant lui) et ses deux frères aînés. Il n’a pas donc reçu l’éducation parfaite qu’un souverain devait avoir. En outre, il était naturellement gauche, timide et quasi incapable de prendre une décision. Ajoutons qu’il a souvent été très mal conseillé. Son règne est rempli d’occasions manquées. Ainsi, la convocation des Etats généraux fut une excellente idée, de même que le doublement des députés du Tiers Etat mais maintint le vote par ordre ce qui lui fit perdre tout le bénéfice d’une décision excellent. Le résultat fut qu’il passa pour un fourbe aux yeux de ses contemporains alors qu’il n’avait probablement jamais lu Le Prince.

  • Participant
    Posts1036
    Member since: 28 février 2017

    autorisé la liberté du commerce des grains (avant il y avait des douanes entre chaque province, ce qui pouvait provoquer de la pénurie).

    Euh, on parle de quoi là, de la tentative de libéralisation du commerce des grains par Louis XVI, qui en rencontrant une mauvaise récolte et la spéculation fait naître la rumeur du “pacte de la famine” passé entre le roi et des libéraux pour affamer le peuple et qui conduira à la révolution? (là on est 1760-1775).
    Où alors tu parles du roi qui fait construire une immense barrière de douane autour de Paris : le mur des fermiers généraux qui a participer à la montée de la mayonnaise jusqu’à la prise de la Bastille. Parce que ça, cumulé avec le “pacte de la famine”, ça a pas aidé dans l’amour du peuple pour le gros Louis. En gros, les parisiens en avaient l’image d’un affameur.

  • Participant
    Posts1615
    Member since: 28 février 2017

    Ah, et le fait qu’il ait voulu fuir chez les Allemands et donc trahir son peuple dans l’unique but de conserver son pouvoir personnel.

    Attention Sanguinius, n’oublie pas que l’Histoire est écrite par les vainqueurs et que ces derniers sont toujours enclin à cacher certaines choses pour mieux servir leur vision du monde, les vainqueurs étant ici les révolutionnaires.

    D’autant plus que la France est, et encore aujourd’hui, une République, il n’est pas étonnant donc qu’une certaine (légère certes) [strike]propagande[/strike]…je dirai “message” veut transmettre l’idée d’un méchant et lâche Louis XVI qui fuit la France (et donc abandonne son peuple), dans le but de revenir pour rétablir le régime de ses aïeux (donc une monarchie vraiment absolue)… Hors ! Il ne faut plus omettre un document d’importance, prouvant que Louis XVI n’est pas tant lâche voire traître : « Déclaration de Louis XVI à tous les Français à sa sortie de Paris », écrit dans les jours précédents son départ de la capitale. Ce document, redécouvert en 2009, et considéré comme “le testament politique de Louis XVI”, nous éclaire sur les intentions du roi : celui-ci explique sa volonté de bâtir une monarchie constitutionnelle munie d’un exécutif puissant et autonome vis-à-vis de l’Assemblée, ce qui est déjà pas mal pour l’époque. Ensuite, le roi explique sa crainte face à l’influence croissante des jacobins sur la société, et préfère partir de France pour “sortir un instant du jeu” (de la même manière qu’à fait De Gaulle lorsqu’il fut président).

    Pour les sources :
    L’article Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fuite_de_Varennes#Fuite_de_la_famille_royale_:_21_juin_1791 L
    La lettre du roi aux Français : https://fr.wikisource.org/wiki/D%C3%A9claration_de_Louis_XVI_%C3%A0_tous_les_Fran%C3%A7ais,_%C3%A0_sa_sortie_de_Paris

    Je tiens à préciser une chose, en répondant au commentaire de Sanguinius, je mets mes idées et opinions personnelles de côté, si je défends ici Louis XVI, c’est que je le défends pour la vérité, et pour repousser les vieilles idées reçues qui, trop répandues encore aujourd’hui, font oeuvres d’autorité.

    Une Spartiate équipant son fils : "Reviens avec ce bouclier au bras ou bien dessus"

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 28 février 2017

    C’est vrai, Leonidas, tu as raison, la vérité m’apparaît désormais:
    C’était bien pour aller cueillir des pâquerettes et se reposer en mangeant de la choucroute que notre bon roi est parti à l’est, dans la nuit, sans alerte, probablement afin de faire une bête plaisanterie à ces députés trop coincés, partir à l’est pour aller rejoindre des troupes de l’autre côté du Rhin, mais quel idée! Pourquoi un roi qui a refusé le vote par tête ferait-il une chose pareille? Il est évident que notre bon roi Louis ne souhaitait nullement conserver les privilèges que ses ancêtres lui avaient gagnés, l’absolutisme dans lequel il avait grandi et régné ne pouvait que le révulser! Nous, Français avons étés bien injustes envers ce roi, quelle chance nous avions alors de l’avoir pour roi! Tout est de la faute de ces députés qui firent tirer sur le peuple qui demandait l’abdication du roi, et de ces maudits jacobins, alors royalistes!

  • Participant
    Posts159
    Member since: 28 février 2017

    Tu pars un peu loin, @sanguinus, ne fait pas dire aux autres ce qu’ils n’ont pas dit.

    Patton, Joukov et Guderian entrent dans un bar...

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 28 février 2017

    Je ne fais rien dire à @leonidas, je ne fais que montrer les effets qu’ont eu ses paroles éclairées sur mon pauvre esprit républicain étriqué, abruti par la propagande stalinienne/jacobine/bolchévique/franc maçonnique (rayer la ou les mentions inutiles) de la République.

  • Admin bbPress
    Posts6308
    Member since: 28 février 2017

    Ce serait bien de rehausser la qualité de débat ici. Remplacer le cynisme par des arguments serait un bon début…

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 28 février 2017

    Je partage cette vidéo qui traite de cette période, elle s’inscrit dans une série de vidéos traitant de la Révolution, donc l’avant 1789 et les ferments de la Révolution, puis 1789, etc… Les vidéos sont longues, mais il faut bien ça pour traiter un sujet aussi complexe.

  • Modérateur
    Posts2268
    Member since: 28 février 2017

    Les qualités et défauts de Louis XVI proviennent essentiellement de son éducation et des conditions par lesquelles il est arrivé sur le trône:
    Déjà, il est un peu arrivé là par accident, avec la mort du duc de Berry avant son père. Louis XVI n’était pas censé régner, et n’a donc pas eu une éducation aussi orientée que celle prodiguée à l’héritier présomptif de la couronne. Il y a une constante chez lui, celle de ne pas se sentir à la hauteur.
    Un véritable programme d’éducation en 4 thèmes lui est préparé:
    Piété ; Bonté ; Justice et Fermeté.

    Alors pour les trois premiers, c’est plutôt bon, mais l’aspect “Fermeté” est raté. Attention, lui-même est intelligent, il lit l’anglais se passionne pour l’histoire et la géographie, est un véritable scientifique, connaît bien la Marine et les plans de vaisseaux, même si il lui manque une éducation militaire, il faut pour lui attendre 1786 pour voir la mer pour la première fois.
    Pure curiosité scientifique pour la mer, l’histoire, la géographie.

    C’est bien, mais on n’a pas réussi à améliorer sa nature, il y a tout un savoir, un apprentissage pratique qui lui manque. Cela se voit en 1789, alors que les troupes se massent autour de Paris, Louis XVI a les moyens de probablement ressaisir la situation, et il n’en fait rien.

    "Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve"-Euclide

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 28 février 2017

    Ce que je remarque, c’est que Louis XV et Louis XVI ne furent pas des rois-soldats. Jusqu’à Louis XIV, les rois de France participaient aux campagnes de leurs armées et seuls très peu de souverains en faisaient autant. Même lorsqu’il ne pourra plus suivre ses troupes, le Roi-Soleil n’en resta pas moins le chef de ses armées dont il planifiait les manœuvres, la logistique et les objectifs depuis Versailles. Je pense que cela a pas mal diminué l’aura et le prestige des rois. Durant la Révolution, l’armée française (je ne parle pas des régiments étrangers, encore que nombre d’entre eux seront séduits par la propagande subversive) se rallia assez rapidement et sans difficulté à la cause des idées nouvelles. Si Louis XVI avait enfilé un uniforme et avait valorisé ses soldats, peut être aurait-il sauvegardé sa couronne.

  • Modérateur
    Posts2268
    Member since: 28 février 2017

    Attention vis-à-vis de Louis XV, ce n’est pas parce qu’il n’aimait pas la guerre qu’il n’y avait pas de lien fort avec l’armée.

    Il ne faut pas oublier que c’est en rejoignant l’armée en 1744 que Louis XV tombe malade à Metz, le fait qu’il s’en remette propulse sa popularité à une apogée. Il est présent sur le champ de bataille de Fontenoy et à Lawfeld, donc dire qu’il ne participe plus aux campagnes est complètement faux, au moins dans la première moitié de son règne.
    Sa relation avec celle-ci commence à se déliter, (d’abord avec l’opinion publique à la fin de la guerre de Succession d’Autriche) avec la guerre de 7 ans, il dirige les opérations depuis Versailles, et l’enchaînement de chefs par les intrigues de la cour plombent le moral des forces engagées en Allemagne.

    Le lien entre Louis XVI et l’armée n’est pas encore détruit, en 1786, lorsqu’il se rend à Cherbourg, il est acclamé par la foule. Son éloignement de l’armée se confirme avec sa relation avec son régiment, qu’il ne passe en revue qu’une fois.

    "Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve"-Euclide

  • Participant
    Posts1036
    Member since: 28 février 2017

    Le lien entre Louis XVI et l’armée n’est pas encore détruit, en 1786, lorsqu’il se rend à Cherbourg, il est acclamé par la foule. Son éloignement de l’armée se confirme avec sa relation avec son régiment, qu’il ne passe en revue qu’une fois.

    Louis XVI détruit son lien avec l’armée en essayant de se l’accaparer. Il proclame en 1781 l’édit de Ségur qui interdit l’accès aux postes d’officier dans l’infanterie et la cavalerie pour toutes les personnes n’ayant pas leurs quatre quartiers de noblesse.
    A partir de là, l’armée qui est quand même composée à 98% de non nobles est beaucoup plus réticente à soutenir un souverain qui a bloqué l’ascenseur social, c’est aussi pourquoi il peut assez peu compter sur elle contre la Révolution. Même au sein de sa maison militaire, le roi n’a pas d’autre loyauté que des gardes étrangers. Les Gardes Françaises feront cause commune avec les révolutionnaire le 14 juillet pour repousser le Royal Allemand.

  • Participant
    Posts79
    Member since: 28 février 2017

    Si cela intéresse, voici le contenu d’une lettre écrite par Louis XVI au moment de son emprisonnement, en août 1792. Elle était adressée à l’un de ses frères :

    Mon frère,
    Je ne suis plus roi : le cri public vous fera connaître la plus cruelle catastrophe… Je suis le plus infortuné des époux et des pères… Je suis victime de ma bonté, de la crainte, de l’espérance : c’est un mystère inconcevable d’iniquité ! On m’a tout ravi, on a massacré mes fidèles sujets ; on m’a entraîné par ruse loin de mon palais ; et l’on m’accuse ! Me voilà captif ; on me traîne en prison ; la reine, mes enfants, Madame Elisabeth partagent mon triste sort. Je n’en puis plus douter ! Je suis un objet odieux aux yeux des Français prévenus… Voilà le coup le plus cruel à supporter. Mon frère, bientôt je ne serai plus, songez à venger ma mémoire en publiant combien j’aimais ce peuple ingrat. Un jour, rappelez-lui ses torts et dites-lui que je lui ai pardonné. Adieu, mon frère, pour la dernière fois.

    Louis.

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.