Post has published by guiguit

Ce sujet a 4 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  Pano, il y a 3 mois et 2 semaines.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    L’incroyable histoire du corsaire de la France Libre

    Jacquelin de la Porte des Vaux appartient à une catégorie d’aventuriers que l’on croit éteinte à chaque époque mais qui resurgit à chaque fois plus extravagante, plus brillante et avec plus de panache que jamais. Issu d’une vieille famille aristocratique du Périgord, marié à une cousine de Churchill, le commandant de la Porte des Vaux a mené une carrière tambour battant qui a fini par le tuer. Mais, ses exploits et son caractère lui ont décerné le surnom bien mérité de “Corsaire de la France Libre”, sans qu’il n’ait jamais été Compagnon de la Libération.

    Né en 1910 à Paris, il y grandit, à l’exception d’un séjour en Tunisie pour le travail de journaliste de son père, un ex-lieutenant plusieurs fois décoré de l’infanterie de ligne. Eduqué par les jésuites au Collège Franklin, il entre à l’Ecole navale, fort d’un baccalauréat en sciences. A sa sortie de l’Ecole, il est affecté à la 1er flottille de torpilleurs, basée à Toulon. Il se marie avec Maud Waddington, une cousine éloignée de Churchill et se lie d’amitié avec l’écrivain Georges Bernanos entre différentes missions dans le bassin méditerranéen.

    C’est son amitié avec Bernanos qui lui fera faire sa première action d’éclat. L’écrivain catholique était en 1936 établi sur l’île espagnole de Palma. Au début favorable au soulèvement nationaliste, Bernanos prit vite ses distances avec les rebelles au vu de leurs excès. Voulant exprimer publiquement sa contestation et ses critiques, les autorités franquistes s’abstiennent de le censurer. Pourquoi ? Le torpilleur français Mars se trouvait alors en rade de Palma et son officier de manœuvre, l’enseigne de la Porte des Vaux avait poliment averti qu’il détruirait la ville si l’on touchait à un cheveu de son ami…. Cette action d’éclat lui valut 60 jours d’arrêt de rigueur. “J’avais besoin d’un peu de repos” commentera plus tard le marin.

    Embarqué sur le contre-torpilleur Jaguar dans la Manche pour le début de la guerre, son navire est coulé par les Allemands et les survivants de l’équipage qu’il mène rejoignent les défenseurs de Dunkerque. Ils sont évacués mais le bateau d’évacuation est lui aussi coulé. Le lieutenant de vaisseau de la Porte des Vaux est grièvement blessé-on le croit mort en France où on lui décerne la Légion d’Honneur-mais se remet sur le pied le 17 juillet 1940. Il rallie immédiatement le général de Gaulle.

    Son premier commandement en tant que capitaine de corvette chez Français libre est l’aviso Commandant Dominé. Il adresse à ses hommes l’ordre du jour suivant : «Équipage du Dominé, demain, je ne vous conduirai à la bataille ! Le but de ce combat est de montrer au monde que la France, en tenant parole de continuer la lutte, a toujours un honneur, toujours un pavillon. Nous ne servons ni des noms, ni des partis politiques. Nous payons simplement à notre patrie, en lui sacrifiant s’il le faut jusqu’à nos familles, les mille ans de bien-être et de protection que cette Patrie a justement donnés aux familles de nos pères. Cette dette d’honneur envers la France, cette dette d’honneur envers le monde, nous est dictée par notre cœur.»

    Exigeant, son équipage lui est entièrement dévoué. Il a su développer une relation et un leadership basé sur l’humour et l’autorité. Il participe activement à la tentative de ralliement de Dakar, à la campagne du Gabon et à la bataille de l’Atlantique. Ses missions d’escorte de convois sont le plus souvent couronnés de succès.

    Malheureusement, son manque de respect de la hiérarchie et sa (très) mauvaise relation avec l’amiral Muselier (le chef des Forces navales françaises libres) jouent en sa défaveur. Il est successivement muté à la tête d’une flottille de vedettes de patrouille dans la Manche puis sur le contre-torpilleur Le Triomphant dans le Pacifique.

    A partir de mars 1943, le marin aristocrate rejoint l’état-major des FNFL puis l’état-major personnel du général de Gaulle. Il profite de son service à  Londres pour se lier d’amitié avec Maurice Druon et Raymond Aron. Cependant, ce travail est trop posé pour lui. Ainsi, il rejoint ls commandos parachutistes en juillet 1944. La Porte des Vaux tente de créer notamment un commando pour épauler des troupes françaises chargées de reprendre l’Indochine. Cependant, il échoue par ses méthodes de recrutement non-conventionnelles qui lui mettent la sécurité militaire à dos. Néanmoins, il forme une unité de choc qui participe à la reprise de La Rochelle en 1945.

    Le retour de la paix ne signifie pas la fin de son service actif. Il commande en 1946 le bâtiment océanique Président Théodore Tissier. Mais, encore une fois, ses méthodes le brouillent avec une hiérarchie déjà défavorable. Il donne sa démission en octobre de la même année.

    Finalement, rentré à Paris, il y meurt d’épuisement en 1949.

  • Participant
    Posts580
    Member since: 21 avril 2012

    Eh ben, quelle histoire ! 🙂

     

    Qu’est-ce qu’il a fait par la suite ? S’est-il mis à son compte ? A-t-il pris une retraite anticipée ?

     

    Je n’avais encore jamais entendu parler de ce personnage ; merci pour l’info ! 🙂

     

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts580
    Member since: 21 avril 2012

    Passionnant ! 🙂 J’ai fait quelques recherches complémentaires…

     

    Il semblerait que notre homme a été “dans les premiers” à rejoindre le général de Gaulle. 😉

     

    Son navire, le Jaguar, a été mis hors de combat, mais il semble qu’il n’a pas été coulé directement mais qu’il se serait plutôt échoué.

    Le 23 mai, un bombardier allemand Ju-88 s’en prend au Jaguar. Puis c’est le tour de deux vedettes rapides de la Kriegsmarine… le Jaguar est torpillé ! Néanmoins, il s’échoue à Malo-les-Bains.

    Bilan : 13 morts & 23 blessés. (Il paraît que Jacquelin de la Porte de Vaux était vêtu d’un uniforme fort peu conventionnel 😆 …)

    Effectivement, les rescapés ont participé à la défense de Dunkerque, avant d’être évacués à destination de l’Angleterre. Hélas, le navire qui les transporte, comme déjà mentionné, sombre : L’Émile-Deschamps a été victime d’une mine magnétique.

    Pour la 2ème fois en deux semaines, les marins de l’ex-Jaguar font naufrage.

     

    Une fois encore parmi les rescapés, notre homme est gravement blessé. L’appel à la résistance du général de Gaulle, c’est sur son lit d’hôpital qu’il l’apprend. Il adhère immédiatement à la France libre ! (Or, officiellement porté disparu, il venait tout juste d’être fait chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume par un décret ministériel signé le 5 juin.)

     

    Notre homme a donc immédiatement adhéré à la France libre ! L’officier veut reprendre le combat, et vite ! 🙂

    Mais il est encore diminué par ses blessures… 🙁

     

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

      Qu’est-ce qu’il a fait par la suite ? S’est-il mis à son compte ? A-t-il pris une retraite anticipée ?

    Aucune de mes sources ne m’a donné de détails de cette dernière période de sa vie. Cependant, l’armée française est alors engagée dans la défense et la sauvegarde de l’empire colonial en Indochine et en Algérie (sans compter des troubles dans le reste de l’empire). Notre corsaire avait eu pour projet de former des commandos pour le corps expéditionnaire d’Extrême-Orient. Je suppose qu’il a vraisemblablement cherché à rejoindre les combattants d’outre-mer.

  • Participant
    Posts580
    Member since: 21 avril 2012

    C’est tout à fait plausible, en effet. Merci. 🙂

     

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.