Post has published by massassi1

Ce sujet a 6 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  Pano, il y a 5 mois et 3 semaines.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Participant
    Posts75
    Member since: 8 avril 2017

    Au début d’octobre 1601, 1700 Espagnols, commandés par Don Juan del Aguila, débarquèrent sans opposition à Kinsale, sur la côte sud de l’Irlande. Peu de temps après, des renforts arrivèrent, portant le nombre total des forces espagnoles dans la ville entre 3300 et 3400 hommes. Les forces anglaises en Irlande réagirent en assiégeant les Espagnols dans Kinsale.
    En décembre, 621 fantassins sous le commandement du capitaine Alonso de Ocampo débarquèrent sur la côte sud-ouest de l’Irlande. Ils occupèrent les châteaux de Castlehaven, Baltimore, Sherkin et Dunboy.
    Au début de janvier 1602, affaiblie par le siège, la garnison espagnole de Kinsale ne comptait plus que 1800 soldats. Les Irlandais alliés des Espagnols avaient été vaincus.
    Ayant conclu un arrêt des combats avec les Anglais, les Espagnols abandonnèrent leurs positions en Irlande, à commencer par Kinsale le 12 janvier, puis les châteaux de la côte sud-ouest en février.

  • Participant
    Posts545
    Member since: 21 avril 2012

    Bien le bonjour ! B)

    Cet épisode a eu lieu pendant la guerre anglo-espagnole de 1585 à 1604. 😉

    Il peut sembler curieux que des Espagnols débarquent en Irlande quelques années après la défaite de leur flotte, l’Invincible Armada, en 1587… 🙂
    C’est que, d’une part, les Anglais n’ont pas pu concrétiser leur avantage. En effet, la Contre-Armada, c’est-à-dire l’expédition menée par l’amiral Drake et le général Norreys (parfois appelé Norris) en 1589 entre la Galice et le Portugal a été un fiasco retentissant et très coûteux en vies humaines et en navires. D’ailleurs, il est même dit que quelques dizaines de navires ont déserté ! :ohmy:
    D’autre part, l’Espagne a eu le temps de renforcer sa marine suite à la défaite de 1587, surtout que des métaux précieux arrivent alors des Amériques pour renflouer la trésorerie. :woohoo:

    « Les Irlandais alliés des Espagnols… »
    La bataille de Kinsale s’insère dans la conquête anglaise de l’Irlande gaélique. Pour lutter contre la domination anglaise, une rébellion a été lancée par des chefs de clans irlandais tels que Hugh O’Neill et Hugh Roe O’Donnell… Voilà que les Espagnols ont profité de cette opportunité pour intervenir contre leurs ennemis anglais ! Mais n’auraient-ils pas su CRÉER cette opportunité ? Auraient-ils provoqué ou encouragé la révolte irlandaise ? 😉
    L’Angleterre protestante affrontait l’Espagne catholique… des Irlandais combattaient dans chaque camp… Peut-on y voir un lien, voire un prémisse, à la terrible guerre de religion qui a sévit en Irlande du Nord ? :unsure:

    Dans un cadre plus général, quels auraient pu être les avantages stratégiques des Espagnols lors de cette intervention ? B)

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Participant
    Posts75
    Member since: 8 avril 2017

    Dans un cadre plus général, quels auraient pu être les avantages stratégiques des Espagnols lors de cette intervention ? B)

    D’après moi, si ils avaient pu s’installer en Irlande, les Espagnols auraient mis en grand péril l’Angleterre en tant que puissance régionale.

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    Sait-on si les Espagnols avaient des objectifs à plus long terme dans l’île de saint Patrick ? Voulaient-ils la rattacher à leur (immense) empire ? Ou bien comptaient-ils utiliser leur conquête comme monnaie d’échanges contre des colonies, comptoirs, réparations de guerre ou autres ?

  • Participant
    Posts545
    Member since: 21 avril 2012

    Si les Espagnols avaient réussi à prendre pied en Irlande, ils auraient certainement exploité à fond cette opportunité de nuire à leurs ennemis anglais… ne serait-ce qu’en gênant le commerce local (maritime notamment) et en harcelant les côtes anglaises par différents raids. 😉

    Mais ils n’auraient eux-mêmes pas été à l’abri de coups de mains rapides des Anglais, voire d’une véritable invasion…

    En tout cas, je ne crois pas vraiment que les Espagnols avaient des objectifs à plus long terme dans l’île de Saint Patrick B) … trop loin de leur propre base, trop près d’un ennemi puissant (et même d’un ennemi potentiel puissant, par exemple, une fois un traité de paix signé -> donc garnison importante monopolisée sur place si réelle volonté de garder la place)… de plus, les Irlandais qui avaient lutté contre un occupant anglais, et qui semblaient apparemment épris de liberté, auraient-ils accepté un occupant espagnol ? :huh:

    Donc, d’après moi : Affaiblir et harceler les Anglais, certainement. Échanger ensuite leur “conquête” avec les Anglais contre compensations conséquentes, comme guiguit le suggère, pourquoi pas ? Mais un véritable objectif à long terme, j’ai un doute…

    Mais toute information sur ce dernier point, sur d’éventuels objectifs à long terme, serait bienvenue… B)

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Modérateur
    Posts1941
    Member since: 20 juillet 2013

    @Pano :

    En tout cas, je ne crois pas vraiment que les Espagnols avaient des objectifs à plus long terme dans l’île de Saint Patrick

    … et c’est bien vu. Cette expédition n’est qu’un coup de pouce pour fatiguer encore un peu plus les finances anglaises en plein naufrage depuis que les Espagnols ont appris à repousser les corsaires.

    Tandis que Londres et Madrid sont en guerre depuis 1586, une rébellion irlandaise dite « guerre des neuf ans » éclate en Ulster en 1594. Cela aurait dû s’achever – comme souvent – par un bref combat ou quelques négociations mais les rebelles remportent une importante victoire à la bataille-embuscade de Yellow Ford en 1598 (2000 morts anglais), ce qui étend la révolte à l’île entière. Le comte d’Essex est envoyé avec des renforts mais se révèle incompétent, ce qui provoquera son exécution peu après. Il est remplacé par Lord Montjoy, beaucoup plus efficace et qui regagne peu à peu le terrain perdu. Les Irlandais, acculés à la défensive, se découragent.

    C’est alors qu’intervient le débarquement espagnol, pas pour entreprendre une quelconque conquête mais pour donner un coup de tonus à la rébellion. Elle devrait aspirer d’autres forces anglaises et surtout celles qui opèrent aux côtés des Hollandais sur le continent. Les Pays-Bas : le véritable enjeu de cette affaire.

    Pourquoi les Espagnols en feraient-ils plus, d’ailleurs ? Leurs flottes se portent bien ; Elisabeth est à l’article de la mort ; son successeur désigné est un catholique ; le Parlement anglais renâcle de plus en plus à financer une guerre qui paraît sans issue.

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Participant
    Posts545
    Member since: 21 avril 2012

    D’un point de vue purement stratégique ce n’était déjà pas optimal du tout, mais si en plus le contexte géopolitique n’était pas non plus en faveur de cette option-là alors, en effet, les Espagnols ne devaient réellement pas avoir de vue à long terme en Irlande ! 😉

    La bataille/embuscade de Yellow Ford ? :huh: Voilà un événement qui mérite d’être narré…

    La bataille de Yellow Ford : B)

    L’Île d’Irlande compte quatre provinces historiques… celle qui se situe le plus au nord s’appelle l’Ulster (Belfast en est la ville principale). C’est en Ulster, dans le comté d’Armagh, près de la rivière Blackwater (qui séparait alors les comtés d’Armagh et de Tyrone) qu’un accrochage terrible allait avoir lieu…

    Différents clans irlandais s’étaient alliés pour lutter contre les Anglais. :angry: Les Irlandais avaient déjà remporté plusieurs victoires contre les Anglais, ralliant grâce à cela d’autres Irlandais à leur cause…

    Les Irlandais s’étaient déjà emparés du Fort Maguire, à Enniskillen. Ce fort gardait l’un des deux principaux accès à l’Ulster (accès appelé « the Gap of the Erne »). Les Anglais éprouvaient alors de sérieuses difficultés, alors que les Irlandais avaient montré leur force ! B)

    Les trois Hughs :lol:, à savoir Hugh O’Neill (le véritable chef de cette alliance), Hugh O’Donnell et Hugh Maguire, disposaient de presque 8’000 soldats – dont 1’000 à cheval ! Au même moment, les Anglais avaient moins de 2’000 soldats dans toute l’Irlande.

    Les trois Hughs se déplacèrent alors vers le second des deux principaux accès à l’Ulster (accès appelé « the Gap of the North ») et assiégèrent un fort… la Couronne anglaise envoya en renfort une armée de 4’000 fantassins accompagnés d’environ 300 cavaliers (pour l’époque, c’était considéré comme étant une armée puissante)… le clash était inévitable ! :ohmy:

    Prévenu à temps par son service de renseignements B), Hugh O’Neill rassembla, dans le laps de temps à disposition, une bonne partie de ses fidèles autour de lui… on estime qu’il avait à peu près 5’000 combattants sous ses ordres pour la bataille, soit un peu plus que les Anglais.

    Les renforts anglais (composés pour l’essentiel d’Irlandais ! :pinch:) traînaient avec eux plusieurs pièces d’artillerie. Leur armement était classique pour l’époque : piques et mousquets pour l’infanterie, pistolets et épées pour la cavalerie. A noter qu’ils avaient aussi une section complète de mousquetaires (à pied, équipés de mousquets – d’où leur nom ! :lol:).

    Les forces d’Hugh O’Neill provenaient surtout de son clan, du clan O’Donnell et de leurs vassaux. De plus, un nombre important de mercenaires écossais venus des Highlands les accompagnaient. O’Neill payait également des conseillers militaires anglais (eh oui ! :pinch:) et espagnols pour entraîner ses troupes à manier le matériel de guerre moderne d’alors.

    En effet, si les Irlandais portaient leurs armes traditionnelles, soit épées, pistolets et javelots, ils disposaient aussi de piques et de mousquets… En fait de mousquets, ils avaient essentiellement, eux, des couleuvrines à main, c’est-à-dire une version de mousquet plus légère et facile à manier. 😉

    Quant aux cavaliers irlandais, beaucoup d’entre eux, fidèles à la tradition, portaient leurs épées sur l’épaule afin de pouvoir les plonger ou les lancer au moment de la mêlée la plus terrible. :ohmy:

    Prévenus à temps, Hugh O’Neill prépara avec soin son plan… les O’Neill (c’est-à-dire les hommes de leur clan) furent chargés de construire des défenses, les O’Donnell furent responsables de l’organisation du gros de la cavalerie et les Maguire étudièrent la meilleure façon d’empêcher la retraite ennemie…

    Ainsi, en gros, les O’Neill devaient stopper l’ennemi, les O’Donnell devaient les harceler, et les Maguire devaient refermer le piège sur eux ! 😉

    La région, boisée et partiellement marécageuse, était propice aux embuscades. O’Neill disposa de nombreux obstacles en travers du chemin que les Anglais devaient suivre, afin de les ralentir. Parmi ces obstacles se trouvaient notamment des tranchées remplies d’épines pour empêcher, ou du moins gêner considérablement, le passage des chevaux.

    Les Anglais se mirent en marche à l’aube, accompagnés par une musique militaire. Soudain, des Irlandais dissimulés dans les bois se mirent à les harceler par des jets de javelots et des tirs de mousquets… le désordre s’installa dans l’infanterie anglaise, trop gênée par le terrain et la soudaineté de ces attaques rapides pour pouvoir riposter efficacement.

    La nuit précédente, O’Neill avait envoyé environ 500 tirailleurs légèrement armés se dissimuler jusqu’au matin dans les bois et les fourrés le long du chemin. Tactique classique de guérilla ! B)

    Mais, pour les Anglais, le pire était encore à venir… :ohmy:

    Les Anglais se battaient bravement, continuant d’avancer tant bien que mal malgré tous les obstacles… mais leur colonne se trouvait dangereusement étirée. Le premier régiment anglais arriva devant une grande tranchée (celle qui devait servir à bloquer pour de bon l’avance anglaise) et fonça. Une terrible mêlée au corps-à-corps s’ensuivit… le régiment anglais parvint à s’en sortir et se reforma juste de l’autre côté avant d’avancer un peu. C’est alors que ce régiment se fit charger par un solide corps d’Irlandais et complètement déborder.

    Le chef anglais avait en effet commis une erreur cruciale : il avait laissé que ses troupes soient trop étirées ! :pinch: Ce premier régiment était presque complètement massacré lorsque le second régiment anglais s’approchait à peine de lui pour l’appuyer.
    Lorsque cette seconde ligne anglaise s’approcha de la grande tranchée, O’Neill avec un groupe de cavalerie s’avança pour chercher le chef anglais qu’il savait n’être pas loin de ce second régiment. O’Neill voulait trouver le chef ennemi et régler tout cela en l’affrontant d’homme à homme. 🙂 Hélas, ils n’étaient pas destinés à se rencontrer ! 😆

    Le chef anglais, le maréchal Bagenal, avait combattu bravement avec ses hommes et ne s’était point ménagé. Fatigué de se battre, il leva la visière de son casque juste un instant, afin de regarder autour de lui et de reprendre son souffle ; mais à peine l’avait-il fait qu’une balle de mousquet, arrivée dit-on en plein front, transperça son cerveau… le maréchal Bagenal s’effondra alors sans vie. :ohmy:

    Même après cette catastrophe, le 2ème régiment passa à son tour la tranchée et rejoignit les quelques survivants du 1er régiment… mais tous ces hommes étaient durement malmenés par les Irlandais. :angry:

    L’un des chefs anglais, Cosby, se rendant compte de la situation critique de l’avant-garde ;), accéléra avec le 3ème régiment et tenta de couper au plus court, à travers un endroit au relief tout à fait défavorable. Mais les combattants des deux premiers régiments furent massacrés avant même qu’il ne puisse réellement intervenir.

    Soudain, voilà que l’un des canons de Cosby s’embourbe, à l’arrière du régiment de Cosby, mais en plein au milieu de l’étroit passage franchissable à pied. De plus les animaux (des bœufs apparemment) qui tiraient le canon avaient été tués. :ohmy: Alors, une partie de la colonne anglaise (tout ce qui venait après les trois premiers régiments ne pouvait plus que très difficilement avancer) resta sur place et fit des efforts frénétiques pour dégager cette pièce d’artillerie, précieuse d’une part, qui les empêchait d’aller secourir les leurs d’autre part.

    Les Anglais s’affairaient donc autour de leur pièce d’artillerie, luttant pour leur vie tout le temps, car les Irlandais grouillaient autour d’eux et ne leur laissaient aucun répit.

    Pendant ce temps, à cause de ce retard, les Irlandais ont pu attaquer et détruire le 3ème régiment anglais, celui de Cosby. Cosby lui-même fut fait prisonnier ! B)

    Alors que tout cela se passait au niveau des avant-gardes anglaises, il y avait aussi un rude combat à l’arrière ! Car si O’Neill, avec un petit groupe de cavaliers, restait vers la grande tranchée, s’y battait et donnait ses ordres, n’oublions pas que les Maguire avaient pour but d’empêcher la retraite de l’armée anglaise au complet !

    Les Maguire, accompagnés de nombreux autres Irlandais, contournèrent les troupes anglaises déjà sévèrement engagées et s’abattirent avec fureur sur les deux régiments anglais qui composaient leur arrière-garde. Ces derniers tentèrent malgré tout de continuer d’avancer, mais étaient sérieusement accrochés… après un combat prolongé, étant durement malmenés, ils finirent par se replier en grand désordre par où ils étaient venus. Ils abandonnèrent donc le combat ! :huh:

    Le 4ème régiment, abandonnant finalement leur canon, se remirent tant bien que mal en route vers la grande tranchée… afin de s’y retrancher probablement. Ils commençaient à peine leur mouvement qu’un chariot de poudre EXPLOSA au beau milieu d’eux ! :ohmy:

    :unsure: Était-ce un simple accident ? Certains des Irlandais qui se battaient sous la bannière des Anglais avaient-ils trahi ces derniers et donné un coup de main au grand chef O’Neill ?

    Toujours est-il que cette explosion fit des ravages importants dans leurs rangs et les désorganisa complètement. Alors O’Neill, se rendant compte de cette confusion, s’empara de l’occasion de réaliser une furieuse charge ! 😉 Déjà chancelant après l’explosion, le corps principal anglais ne put supporter cela… Déroute générale au centre et à l’arrière de la colonne anglaise !

    Se battant du côté des Anglais, il y avait un chef irlandais : Maelmora O’Reilly, connu comme « Maelmora the Handsome », qui s’appelait lui-même « l’O’Reilly de la Reine » (d’Angleterre ! :lol:). Il tenta à deux ou trois reprises de rallier à lui des escadrons en fuite, mais sans succès ; et à la fin, lui-même s’écroula frappé à mort parmi tant d’autres…

    La cavalerie anglaise (dont le chef, gravement blessé, a cédé le commandement au capitaine Montague) accomplit des prouesses pour couvrir de son mieux la retraite de l’armée anglaise. B)

    Les Anglais ont perdu 2’000 hommes au combat, leur chef et presque tous leurs officiers. Les Anglais ont aussi eu des centaines de déserteurs… il semblerait que beaucoup d’entre eux (probablement Irlandais également) aient rejoint les forces du chef O’Neill :lol:. Les Irlandais, nettement victorieux, se sont emparés de toute l’artillerie et des réserves (munitions, nourriture, etc.) de l’armée royale anglaise. On estime que les Irlandais n’ont perdu que 200 à, maximum, 700 hommes. B)

    C’était le plus grand revers que les Anglais aient jamais subi depuis leur arrivée en Irlande ! Seuls environ 1’500 soldats purent rejoindre leur base de départ. L’armée de la Reine était détruite, plus rien ne pouvait empêcher les Irlandais de s’emparer du fort… Toute l’Irlande se tenait ouverte devant leur armée de libération. La Reine Elizabeth n’était pas seulement en voie de perdre l’Irlande… Elle l’avait déjà perdue ! B)

    Elle dépensera une fortune pour essayer de la récupérer, mais cela, c’est une autre histoire ! 😉

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.