Post has published by BaTBaiLeyS

Ce sujet a 85 réponses, 18 participants et a été mis à jour par  mongotmery, il y a 1 an.

50 sujets de 1 à 50 (sur un total de 86)
  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    J’ouvre ce sujet au titre imagé pour faire l’hommage à l’ingénierie des soldats durant la Deuxième Guerre mondiale. Le but de ce sujet est de parler des tactiques originales et des usages non-conventionnels et astucieux des armes et du terrain par les différents belligérants. Parfois, les canons, les armes ou les balles manquaient, alors il était nécessaire d’utiliser les moyens du bord pour parvenir à son but. Essayons de faire le bilan de ces techniques d’adaptation que l’on pourrait surnommer, les « tactiques de pauvre ».


    Pour démarrer le sujet, je vous raconte cette anecdote, qui entre dans cette catégorie :

    Les Allemands sur le front de l’Est, confrontés à une logistique parfois défaillante, se voyaient souvent aux prises avec les moyens du bord. Voilà pourquoi ils durent dans ces moments user d’astuces pour abattre les chars soviétiques. Ainsi, les soldats spécialisés dans la lutte antichars ne partaient jamais en première ligne sans une caisse de grenade fumigène, quelques « presse-purées » et… leur hache!

    La tactique était simple : ils aveuglaient une colonne de chars avec l’aide des grenades fumigènes, avant de bondir sur le T-34 en tête, tailler avec leur hache un trou dans le grillage arrière et enfin y balancer une Stielhandgranate, ce qui avaient dans bien des cas pour effet d’immobiliser le blindé (donc souvent une partie de la colonne) et de bien enfumer son équipage (qui pouvait dès lors se faire mitrailler par le support dissimulé).

    https://img15.hostingpics.net/pics/634015T34.png

    Grillage arrière d’un T-34/85

    Or, dans le combat hache VS panzer, l’issue n’était pas toujours du côté de Goliath.

    Connaissez-vous d’autres « tactiques de pauvre »?

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 17 avril 2015

    Pour lutter contre les roquettes anti-chars allemandes, les tankistes soviétiques avaient fixés des grilles à leur T-34, afin de faire en sorte que la charge creuse se déclenche avant que la roquette n’atteigne le blindage pour en minimiser l’effet, les grilles étant en effet placées à distance du blindage, et non collées à lui.

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    Une tactique du pauvre qui fut utilisée tard après sa découverte: les Britanniques lançaient depuis les bombardiers des ballots de foin entourés d’aluminium pour aveugler les radars: cela renvoyait une multitude d’échos.
    Les deux belligérants connaissaient cette tactique, mais les Allemands ne l’utilisèrent pas durant la Bataille d’Angleterre car ils craignaient que les Anglais ne l’utilisent à leur tour. Idem pour les Britanniques;
    Ce n’est que quand les Britanniques acquirent la certitude que les bombardements allemands cesseraient, du fait de l’étirement de la Luftwaffe entre les différents fronts, qu’ils commencèrent à l’utiliser dans leurs raids sur l’Allemagne. La première “victime” fut la ville de Hambourg.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Intéressante tactique en effet ^^ Tu sais qui a découvert en premier ses effets?

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    Je crois que la découverte s’est faite indépendamment dans ces deux pays (au moins), mais les premiers sont peut-être les Britanniques (il faudrait que je vérifie ma source, qui le précisait je crois).

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts85
    Member since: 8 décembre 2016

    Outre les ballots couverts d’aluminium, les Anglais ont massivement employé le largage de bandes d’aluminium de qq centimètres de largeur qui, lâchées depuis des bombardiers, se dispersaient sous l’effet du vent et formaient de véritables nuages. Ces dits nuages avaient le grand avantage sur les ballots de rester très longtemps en l’air car le bandes ne pesaient que 2 ou 3 grammes chacune.
    Ainsi avec 2 ou 3 bombardiers l’ISA (l’agence spéciale de contre-espionnage de l’UK, dont venait l’idée) parvenait à simuler la présence de grosses formations aérienne (du moins c’est ce que percevaient les radars Allemands).
    Pour la marine, l’ISA a imaginé un système similaire : des ballons DCA enduits de zinc et gardés à basse altitude qui possédaient la même signature qu’un croiseur lourd sur les radars.
    Ces 2 techniques ont été surtout employées lors du débarquement de normandie : bombardiers et mouilleurs de mines ont été dispersés tout le long des côtes Françaises pour faire apparaître sur les radars Allemands des dizaines de formations et d’escadres; ce qui a totalement perdu les Allemands et a bien aidé le débarquement.

    Pour continuer dans la lignée des tactiques de ce style on pourrait citer Erwin Rommel qui camouflait ses camions en chars et ses chars en camions pour surprendre les Anglais, ou encore Wavell qui, n’arrivant pas à vaincre Rommel en bataille rangée, fit construire un pipe-line sur 240 km afin de faire croire à une attaque depuis l’intérieure des terres avant d’attaquer par la côte…
    Mais ma préférée reste celle de Dover :
    Bien que la Luftwaffe ait perdue la bataille d’Angleterre, les bombardements de nuit n’ont pas cessés entre 1940 et 1944 et ceux-ci, visant les aérodromes, ont bien faillis avoir raison de la RAF. C’est à nouveau l’ISA qui a trouvé la solution en construisant un peu partout en G-B des aérodromes que ses agents animaient de nuit, et qui ne contenaient que des leurres, alors que les vrais aérodromes étaient maintenus dans le noir et le silence absolus. Ceci permettait donc de dérouter les bombardiers Allemands sur les faux aérodromes, laissant intactes les pistes et appareils de la RAF.
    En 1944, en vue du débarquement, les Anglo-Américains doivent réunir une immense flotte dans les ports de la Manche, et ceux-ci s’imaginent bien que les Allemands ne vont pas les laisser faire. Reprenant le système qui avait si bien marché pour protéger les avions, l’ISA l’applique pour protéger les bateaux : ils construisent à qq km de Douvres (port où se rassemble la quasi-totalité des navires participant au débarquement) un immense port, avec citernes (en carton), grues (en bois) et y entassent des centaines de navires (toiles de caoutchouc maintenues par des armatures de bois), bref tout ce qu’il faut pour rendre ce port crédible 🙂 .
    Et le pire c’est que ça a marché : pendant deux mois, chaque nuit, les bombardiers venaient déverser des tonnes de bombes sur le “nouveau” port, que les équipes de l’ISA venaient réparer sans cesse tous les matins, permettant à la flotte de se rassembler à Douvres, à à peine qq km 😆 .

    Celui qui ignore son histoire est condamné à la revivre

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    Exactes, la technique des bandelettes est apparue peu après, et je t’en remercie d’en parler.
    Mais elle a un caractère moins “bricolage”, du coup je n’en ai pas parlé.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts106
    Member since: 1 mars 2017

    Bien que ce soit très intéressant Seiki8, je ne pense pas que l’on puisse parler de “tactiques de pauvre” vu comment c’est organiser.
    Sinon par ton message tu ma appris beaucoup de chose sur le camouflage. 🙂

  • Participant
    Posts85
    Member since: 8 décembre 2016

    Ce n’est effectivement pas le fait de qq soldats sur le front, mais cela reste, à mon avis du moins, du “bricolage” où les hommes, que ce soit ceux de Wavell ou de Rommel, ont fait “ce qu’ils ont pu avec ce qu’ils avaient”. D’ailleurs la section opérationnelle de l’ISA, composée en grande partie de cinéastes et de “techniciens de la scène”, ne fut créée qu’après ces petits échanges de tactiques entre l’Afrikakorps et les Anglais et est restée un petit groupe sous le commandement de Wavell, même si leur mission s’est avérée être capitale. Créer des aérodromes et des ports en carton reste une tactique de bricolage pour dérouter l’ennemi.
    Après, je n’ai pas vu de rubrique “désinformation et contre-information” sur le forum, peut-être ce post y eût-il plus sa place qu’ici; mais les opérations telles qu’au moment du débarquement restent les aboutissements de plusieurs années de mise en application à plus petite échelle, qui relevaient d’initiatives des commandant tels que Rommel ou Wavell. De tels stratagèmes ont été développé par suite du manque de moyen et de la nécessité de duper l’adversaire pour vaincre, et rentrent de ce fait dans le cadre du sujet…c’est du moins ce qu’il me semble.

    Celui qui ignore son histoire est condamné à la revivre

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Effectivement, bien que ce soit tous des points extrêmement intéressants, personnellement, je ne les vois pas comme des ” tactiques de pauvre “, qui ne peuvent prendre place à si grande échelle. Il s’agit de leurres, de stratagèmes, de techniques certe à bon marché mais faisant partie de cette guerre et coûtant chacune des millions. Une tactique de pauvre serait plutôt, comme Mongot le mentionne, un type de bricolage sur le pouce ayant pour but de supplanter une technique conventionnel. Ceci dit, ton intervention demeure vraiment très intéressante et m’a aussi beaucoup appris ^^

    PS : sinon, on pourrait dire des ” opération de pauvres “? 😀

    PS II : n’hésites pas à partager d’autre stratagèmes du genre par contre.

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts949
    Member since: 6 novembre 2015

    Sur le front de l’Est, les soviétiques eurent l’idée d’enterrer leurs chars, en ne laissant que la tourelle en dehors; un stratagème simple, peu coûteux mais efficace. Le char était quasiment invisible, cela permettait de créer une défense fortifiée en un rien de temps, et ne montrait au canon ennemie que la partie la plus blindé de l’engin, le mantelet de la tourelle.

    C’est littéralement le Systeme D; Systeme Démerde-toi pour faire ton boulot, Ivan.

    Ce fut notamment utilisé à Kourks: Les T-34 étaient enterrés; seule la tourelle de 76mn était à découvert. C’est ce qui, à mon avis, permit aux soviétiques de tenir face à l’assaut allemand. D’une certaine façon, ce Systeme D à fait gagner la guerre aux russes. 😉 D’ailleurs ils ont tellement perfectionné cette technique que dans le manuel de 1943, elle était mentionnée et précisément décrite !

    Les allemands l’ont aussi utilisé, notamment dans Stalingrad et Berlin. Il y a aussi une variante allemande où l’on détache la tourelle du char et on la fixe sur une plaque en béton. Très présent dans le mur de l’Atlantique.

    Bien sur, à deux mètres de distance on les voit ces chars, mais imaginez vous êtes un commandant de char avec vos jumelles à 1000, 2000 mètres..

    Depuis la SGM, tout les chars russes sont équipés d’un système “d’auto-entranchement” intégré à au chassis, leurs permettant de créer des tranchées autant pour l’infanterie, que pour les engins eux mêmes.

    Allez bye Fanta !

  • Participant
    Posts106
    Member since: 1 mars 2017

    D’autres pays on des chars “d’auto-entranchement” ou ce n’est qu’un cas russe ?

  • Participant
    Posts949
    Member since: 6 novembre 2015

    Les chars russes sont uniques à ce niveau, puisque le système est littéralement soudé au châssis; Tout les chars soviétiques (et russes), quelque soit leurs rôles, ont ce système.

    Les autres chars dans le monde peuvent facilement s’équiper d’une pelle à l’avant. Cependant ils ne le sont pas équipés automatiquement. Par la je veux dire que tu as une infime chance de trouver un char équipé comme tel. De plus, il faut s’imaginer les nombreuses contraintes que cela apporte: le conducteur perd de son champ de vision, le poids du char est plus important (ça pèse des tonnes ce truc), le poids n’est plus centralisé, le pilotage est plus difficile… Etc

    Allez bye Fanta !

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Vous avez une vidéo où ce genre de système d’autoentranchement est montré. J’aimerais bien voir ces tanks/pelle-mécanique à l’oeuvre 😉

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts1194
    Member since: 12 avril 2012

    Un officier russe, ingénieur au civil, en avait un peu assez de voir les stukas détruire cible après cible sans que l’aviation russe ne fasse quoi que ce soit.
    En l’absence de canon anti-aérien, il a décidé de fabriquer son propre système: une roue sur laquelle il a fixé des fusils anti-char. il s’est ensuite plongé pendant des jours et des jours dans des calculs très compliqué pour régler sa roue et permettre aux fusils de toucher les stuka juste après leur piqué, lorsqu’ils remontent.

    Il a tout de même réussi à abattre quelques appareils.

    Un point, c'est tout.

    Et deux si t'insistes.

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    @ergogan

    Fameuse idée, cela fait penser à Léonard de Vinci qui fait un simili de mitrailleuse (dans le sens d’arme à feu à forte cadence de tir) avec une roue sur laquelle sont fixées plusieurs armes à un coup.
    Sais-tu comment il fallait viser avec cette roue, s’il y avait des jumelles, ou l’officier la guidant d’à côté?

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Modérateur
    Posts2995
    Member since: 12 avril 2012

    En Normandie les allemands ont régulièrement tendu des fils de fer à travers les routes, ces simples fils pouvaient faucher un conducteur de jeep ou un motard !

    Les américains ont trouvé la solution en installant des barres verticales à l’avant de leur véhicule.
    https://cdn.gearpatrol.com/wp-content/uploads/2014/05/jeep-willys-overland-icon-ambiance-1.jpg

    Autre problématique du bocage, les chars devaient très souvent escalader les haies qui entourent tous les petits champs. Ceci était très dangereux car cela exposait le dessous du char, partie la moins protégée, face à un tir ennemi. Ce que les allemands ne manquèrent pas de profiter…
    La solution fut trouvé par le sergent Curtis G. Culin qui installa des pointes de fer sur les chars permettant de percer les haies ! Cette solution fut ultra économique car c’était un simple recyclage d’obstacles anti char posés par les allemands sur les plages normandes ! Elle sauva de nombreuses vies au point qu’Eisenhower lui rendra hommage dans son fameux livre “Croisade en Europe”.

    https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/fc/ee/d7/fceed738476b2a3be383ae4563e86360.jpg

    Comparaison n'est pas raison.

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    Je connaissais la deuxième invention, mais je me suis toujours demandé pourquoi le poids du char ne suffisait pas à écraser la haie, et donc empêcher cette exposition du châssis.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts196
    Member since: 26 mai 2013

    Vers la fin de l’opération Bagration en 1944, Les soviets n’avait plus de carburant (c’est d’ailleurs ça qui les a retenu). Il y a eu des mélanges carburant-vodka pour remédier a ce problème.
    J’ai lu ça dans une biographie de joukov si je dit pas de connerie 😛

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Je connaissais la deuxième invention, mais je me suis toujours demandé pourquoi le poids du char ne suffisait pas à écraser la haie, et donc empêcher cette exposition du châssis.

    Apparemment ce n’était pas un problème de poids mais de ” mordant ” 😉

    Sinon cfantôme, le prix de la vodka étant supérieur au gallon, c’était pas une tactique de pauvre mais bien de riche :p

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts196
    Member since: 26 mai 2013

    Sinon cfantôme, le prix de la vodka étant supérieur au gallon, c’était pas une tactique de pauvre mais bien de riche :p

    Certe mais sur le terrain les prix du marché ¯_(ツ)_/¯
    Après c’est plus des cas isolés et pas généralisé mais ça m’avait fait bien rire sur le coup 😆

  • Participant
    Posts240
    Member since: 3 septembre 2016

    Pour compenser un manque de grenades à main dans les stocks, l’armée italienne qui ne manquait pourtant pas d’explosifs a fabriqué des engins à partir de bouteilles de bière !

    J’en rassure quelques uns, elles étaient vidées à l’avance…

  • Participant
    Posts196
    Member since: 26 mai 2013

    Sans oublié le fameux cocktail molotov, comme quoi les russes utilise de la vodka partout :silly:

  • Participant
    Posts373
    Member since: 17 juillet 2016

    Je vous propose de faire le tour du monde pour nous retrouvé sur le Front pacifique, toujours durant la deuxième guerre mondiale avec la bataille des îles Salomon en 1943. Pour préparer un tir massif d’artilleries, les artilleurs sont obligés de faire des tirs de réglages. Pendant que les américains effectuaient leurs tirs, les japonais tirait en même temps pour qu’un obus explose dans les lignes de l’infanterie américaine pour que celle-ci accuse sa propre artillerie de mal régler ses tirs. Ce fut efficace car un chef de bataillon américain ordonna a l’artillerie d’annuler les tirs de barrage ou il ordonnerait à ses hommes de se replier. Résultat des courses les américains durent attaquer sans support d’artillerie pendant un temps.

    J’ai aussi apprit que les japonais utilisaient le coup des bandelettes d’aluminium dès 1942 pour brouiller la D.C.A doublé de radar Américaine afin de diminuer les pertes de leurs bombardiers.

    "La critique de l'art est aisément difficile mais l'art de la critique est difficilement aisé".

  • Participant
    Posts106
    Member since: 1 mars 2017

    Pour compenser un manque de grenades à main dans les stocks, l’armée italienne qui ne manquait pourtant pas d’explosifs a fabriqué des engins à partir de bouteilles de bière !

    Sa me rappelle un peu les soldats français au début de la première guerre mondiale qui fabriqué des “grenades” fait maison. Bien que ce soit un peu hors sujet :unsure:

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    @Colonel Olrik

    Les Japonais utilisaient ces bandelettes? Pour contrer la DCA? Cela me parait bizarre, car ces bandelettes impliquent d’avoir des bombardiers lourds, or les attaques de bombardiers japonais lourds (qui furent rares) se font plutôt à des époques comme 1942 où il devait y avoir peu de DCA américaine, et encore moins de DCA guidée par radar.
    As-tu des détails sur cette utilisation?

    L’astuce de l’artillerie est très astucieux de la part des Japonais.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts373
    Member since: 17 juillet 2016

    @mongotmery

    Oui, c’est encore durant la bataille des îles Salomon, en 1942, lors d’un bombardement de nuit sur Guadalcanal que fut utilisé le système nommé “Giman-shi” soit “papier de déception”, mis au point par la capitaine de corvette Hajime Sudo à la tête de la section de contre-mesures électroniques, qui consistait à un largage de paquets de bandes.

    J’ai aussi appris que les allemands utilisaient l’aluminium pour protéger leurs u-boot de l’aviation équipé de radar grâce à un système nommé Aphrodite” qui consistait à larguer un ballon remplit d’hélium relier à un fil très fin d’une soixantaine de mètres et accroché à une bouée. En dessous du ballons se trouve des bandes d’aluminiums d’une dizaine de mètres de longueurs et séparé les unes des autres d’environs vingts mètres. Ce système était largué par les sous-marins eux même, mais il ne fut pas efficace car seuls les navires pouvaient détecter ces bandes d’aluminiums.

    "La critique de l'art est aisément difficile mais l'art de la critique est difficilement aisé".

  • Participant
    Posts53
    Member since: 24 septembre 2013

    Les Allemands ont pas utilisés des techniques ressemblant au Punge stake vietnamien? Technique de pauvre selon moi 😆

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Sinon vous avez d’autres tactiques du genre à partager pour la Deuxième Guerre mondiale?

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts23
    Member since: 23 mai 2017

    Je sais pas si cela rentre dans la catégorie . Mais lors du raid de Doolittle pour faire décoller les b25 ils ont remplacés les mitrailleuses par des manches à balai noirs afin de faire croire aux japonais qu ‘il possédaient toujours lesdites mitrailleuses

    Un atterrissage est une remise de gaz ratée.

  • Participant
    Posts1483
    Member since: 15 avril 2012

    Sinon vous avez d’autres tactiques du genre à partager pour la Deuxième Guerre mondiale?

    Les finlandais imobilisait les chars ennemies avec… des bûches qu’il plantais dans un galet du char.

    Toujours les même finlandais ils déminait la forêt avec “Säkkijärven polkka” une musique qui faisait exploser les mines soviétiques.

    Les anglais pour économiser l’eau lavait leurs vêtements avec du gasoil dans le désert.

    Pour avoir plus chaud l’hiver les soviétiques s’enduisait de graisses et ne se lavait pas, d’ou leurs réputations “odorantes” au près des allemands.

    A la fin de la guerre de Corée le bataillon français ai repartis avec plus de jeeps qu’avec lesquels il est arrivés et avait même un avion (tout avait été volé à l’intendance américaine)

    Dans le désert pour éviter de se faire détruire à longue distance les chars britanniques se “déguisait” en camions pour contré l’avantage de la portée des canons allemands.

    Les allemands utilisait pour bombardé de nuit l’U-2 un avion tellement dépassé qu’il étais trop lent pour être efficacement intercepté et comme il étais en toile les radars avait du mal à le reperé.

  • Participant
    Posts240
    Member since: 3 septembre 2016

    Le manque de chars poussera les allemands à réutiliser les t34 pris aux russes à Kharkov pour équiper… La “Das Reich” ! 25 t34/76 renommés T-34 747(r) seront ainsi utilisés par le SS-panzer-Regiment-2.
    L’as suisse/allemand Emil Seibold revendiquera sur cette machine pas moins de 65 (ou 69 selon certains) victoires.

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    Toujours les même finlandais ils déminait la forêt avec “Säkkijärven polkka” une musique qui faisait exploser les mines soviétiques.

    Comment c’est possible? Surtout, comment les Finlandais ont-ils découvert cette possibilité, et appliqués (giga haut-parleurs, mais la qualité s’en ressent)?

    @galaad

    L’armement du premier camion fait un peu penser aux véhicules du LRDG

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Toujours les même finlandais ils déminait la forêt avec “Säkkijärven polkka” une musique qui faisait exploser les mines soviétiques.

    J’aimerais bien avoir des explications supplémentaires en lien avec cette technique qui aurait dû être révolutionnaire. Comment déminer avec de la musique? Et surtout, pourquoi cette technique ne s’est pas généralisée si elle était efficace?

    Les allemands utilisait pour bombardé de nuit l’U-2 un avion tellement dépassé qu’il étais trop lent pour être efficacement intercepté et comme il étais en toile les radars avait du mal à le reperé.

    Ici, j’ai de la difficulté à comprendre comment un bombardier peut être trop lent pour être intercepté.

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    @galaad

    Sur le point de la “doctrine”: mobilité contre protection, tu as raison.
    Mais, avec la différence de période (40 contre 41), et le fait que les LRDG n’utilisent pas que des Jeeps (ce sont plutôt les SAS) mais beaucoup de camions Chevrolet, ils emportent des canons à tir rapide qui leur donnent (pour la puissance de feu) un équivalent des véhicules que tu montres: des bofors, des Breda 20 mm, des .50 aussi.
    Par contre en blindage effectivement, il n’y a rien côté LRDG.
    Cet équipement des LRDG vient aussi de devoir parfois affronter l’aviation effectivement, mais aussi des petites positions défendues par des armes lourdes d’infanterie, et des colonnes motorisées adverses.

    @batbaileys

    L’interception( rejoindre un avion ennemi depuis la base du chasseur) n’est pas gênée par cette basse vitesse.

    C’est plus l’attaque qui est gênée par la lenteur, pour des pilotes connaissant peu cet appareil ennemi: ils l’attaquent “normalement” et le dépassent avant d’avoir pu tirer, d’autant que la nuit cause une faible visibilité et donc une faible fenêtre de vision, donc de tir.

    Des Swordfishs britanniques ont bénéficié du même phénomène à Tarente face à la DCA italienne, tirant trop en avant d’eux et ne se réglant que tardivement, et durant l’opération “cerbère”, avec des chasseurs allemands les dépassant avant de tirer. Dans les deux cas, la nuit et le mauvais temps (respectivement) ne donnaient qu’une faible fenêtre de tir et donc empêchaient de se rendre compte à l’avance de la lenteur de l’appareil visé.

    Pour la musique, on peut imaginer un phénomène de résonance qui perturberait le détonateur et ferait exploser la mine, mais honnêtement j’ai dû mal à l’imaginer dans la réalité: il est probable que des accidents auraient eu lieu en usine si c’était la cause. Et puis je vois mal les Finlandais s’en rendrent compte, sauf par grand coup de chance. Et puis vous imaginez les haut-parleurs nécessaires pour faire cela, vu le terrain et l’état de l’armée finlandaise, j’imagine mal une telle installation se mettre en place.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts240
    Member since: 3 septembre 2016

    Pour le cas finlandais:
    De mémoire, il est question d’explosifs radiocommandés laissés sur place par les russes en souvenir. Les engins explosent si ils reçoivent une certaine fréquence/onde radio et il s’avère que cette polka est capable d’atteindre cette fréquence/onde désirée.
    De ce fait, les finlandais ont joué cette musique en boucle durant plusieurs années afin de faire détonner les “cadeaux” abandonnés par les russes.

    Du coup, pas de technique révolutionnaire, juste un gros coup de bol qui ne peut hélas pas être appliqué à d’autres cas. Mais bon, de la musique sauvant des vies, ça reste sympathique !

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    La prochaine technique n’en est pas une de pauvre, mais bien une pour économiser afin de ne pas le devenir.

    La chose est simple : au lieu de planter la mine antichar directement dans le sol, de 3 à 5 mines sont retenues par des pièces de bois, de la corde ou de la broche sur une planche longue de 1,5 à 2 mètres. Cette dernière est ensuite enfouis sous la terre à un endroit où le passage de tanks adverses est probable.

    Au moment du repositionnement des troupes en embuscade, cette planche est relativement facile à trouver, déplacer et replacer en comparaison à la méthode traditionnelle.

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    @wizna

    Alors là çà devient de la légende urbaine!
    Une onde radio et une onde sonore (donc de la musique faite par les humains) sont en théorie la même chose, le même phénomène. Mais c’est un phénomène avec des paramètres (la fréquence principalement) différents, qui fait que pour nous, ce n’est pas la même chose: je n’entends pas une onde radio, j’entends la musique car mon oreille est calibrée sur certaines fréquences, pas sur d’autres.

    Donc l’idée qu’une musique jouée, c’est-à-dire entendue par les humains sur place, fasse détonner les explosifs radiocommandés, est absurde puisque le haut parleur ou l’instrument ne produira pas simultanément une onde radio et une onde musicale.
    Par contre, un émetteur radio pourra envoyer des ondes radios qui seront entendues, il y a ce phénomène parfois, qui s’appelle le repliement de spectre.
    Mais c’est très rare, çà dépend de la configuration des lieux.

    Pour finir, plutôt que de venir jouer la musique pour faire détonner ces engins, els Finlandais auraient simplement effectué une émission radio similaire à celle que les Russes utilisent pour commander l’explosion: cela a une portée plus grande, est plus fiable (le terrain faisant moins obstacle), l’émetteur n’est pas tellement plus gros qu’un haut-parleur, et il est plus adapté à fonctionner en terrain de campagne bref beaucoup mieux.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts1194
    Member since: 12 avril 2012

    En fait, j’ai cru comprendre que c’était une fréquence radio spécifique qui faisait sauter les mines grâce aux trois diapasons présent dessus lorsqu’un accord de trois notes était diffusée sur cette fréquence.
    Les finlandais ont donc utilisé Säkkijärven polkka sur la fréquence en question car le tempo rapide et la variété des mélodies permettait de couvrir la plupart des combinaisons de notes utilisées en plus d’être plus puissant que le signal soviétique.
    Les finlandais repérèrent les mines, creusèrent autour pour les sortir de terre avant de diffuser la musique plus de 1 500 fois d’affilé pendant près de 3 mois avant que des outils plus approprié furent utilisé dès février 1942.

    Toujours pour parler des finlandais et de la guerre d’hiver, les soldats finlandais se servaient de saucisses pour débusquer les soviétiques. C’est simple, ces derniers avaient de lourds problèmes d’approvisionnement et les troupes de premières lignes crevaient de faim.
    Donc, les finlandais firent une soupe à la saucisse (histoire d’être bien odorant) pour que les russes affamés viennent tenter de voler la nourriture et se fassent tuer dans une embuscade.
    Cela s’est déroulé près de Tolvajärvi en décembre 1939, ville finlandaise très mal défendue et menacé par une avancée soviétique. ce fut le colonel Talvela, qui venait de prendre le commandement des quelques forces de la ville, qui eut l’idée d’utiliser les problèmes de logistique russe contre eux …. en mettant la bouffe en première ligne.

    Résultat: les soldats russes, après avoir percés les lignes finnoises, préférèrent s’arrêter pour manger plutôt que de continuer à se battre et laissant aux troupes finnoises le temps de se ré-organiser et de contre-attaquer contre les soviétiques désorganisés par le gueuleton improvisé. Un bataillon entier a été détruit quand même, pour des saucisses.

    Un point, c'est tout.

    Et deux si t'insistes.

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    – M. Le colonel, nos lignes viennent d’être percées. Nos Skijägers sont en déroute!

    Le colonel, visiblement désemparé, regarde vers le ciel…

    – Espérons maintenant que nos saucisses parviennent à tenir le front.

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts240
    Member since: 3 septembre 2016

    Merci à ergogan d’avoir complété mon explication TRÈS lacunaire.

    Dans la catégorie: “j’utilise ce que j’ai sous la main”, les allemands restent les champions incontestés. Le colt 45 n’a pas uniquement servi coté allié. Produit sous licence en Norvège, il a été distribué à l’armée allemande. Il en va de même pour le très original pistolet polonais Vis 35 qui sera le 3ème pistolet le plus répandu dans l’arsenal allemand.

    Une technique de pauvre originale à mon avis: les polonais qui fabriquaient les pièces de cette arme ne devaient pas l’assembler sur place. Pour éviter les sabotages, ils devaient être assemblés en Allemagne et chaque pièce disposait d’un numéro de série. De ce fait, les allemands pensaient impossible une éventuelle contrebande de l’arme qui aurait profité à la résistance.
    Les ouvriers trouveront néanmoins une façon de faire sortir chaque jour, et ce de 1939 à 1942 une arme pour la résistance. Comment ? En fabriquant chaque jour les pièces d’une arme deux fois sous le même numéro de série.

    Malheureusement, l’astuce sera découverte par les autorités allemandes et l’histoire se terminera très mal pour les ouvriers polonais et la ville dans laquelle l’usine était située.

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Tu peux nous parler davantage de cette histoire? Comment ont ils découvert et quelles furent les retombées?

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts1194
    Member since: 12 avril 2012

    Je suis curieux aussi. Je sais que le WIS 35 était un des meilleurs de sa génération si ce n’est l’un des meilleurs jamais produit et qu’il a été beaucoup utilisé lors de l’insurrection de Varsovie mais c’est à peu près tout.

    Un point, c'est tout.

    Et deux si t'insistes.

  • Participant
    Posts240
    Member since: 3 septembre 2016

    Bah, vous vous en doutez, les allemands n’ont pas apprécié. Une cinquantaine d’individus ont été pendus dans la ville de Radom où se situait l’usine. Plusieurs autres ont été envoyés en camps de concentration ou simplement arrêtés en fonction de l’implication dans le trafic.

    Quant à savoir comment ils l’ont su, je n’en ai pas la moindre idée. Je suppose qu’ils ont retrouvé certaine de ces armes et remonté la filière. Plusieurs centaines d’armes ne peuvent passer inaperçues. Il faut dire que celles fabriquées sous occupation ne pouvaient passer pour des productions d’avant guerre en raison de la disparition de l’aigle polonais sur le flanc de l’arme. C’est en septembre 1942 que les allemands ont découvert la supercherie.

    En réponse à cette crise, des tampons de “sécurité” ont été ajouté à plusieurs pièces vitales. Ces tampons étaient appliqués par des ouvriers “sûrs” (allemands quoi) dans des endroits “sécurisés”. Il n’était plus du coup possible de dupliquer une arme et de la subtiliser avant son expédition en Autriche pour assemblage.

    Comme toi ergogan, je considère cette arme comme l’une des meilleures de sa génération. Une claire amélioration du hight-power. Et je ne dis pas ça en raison de mon chauvinisme. Noooooooon. Pas mon genre.
    Poland stonk !

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    @wizna et ergogan

    Donc il s’agit bien d’une émission radio et pas d’une émission sonore, et la fréquence d’émission n’est pas en cause: c’est ce qui est émis qui importe vraiment pour causer la détonation des mines, ici une musique, mais pas sous orme audible.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts1194
    Member since: 12 avril 2012

    De ce que j’ai lu:
    Il fallait émettre l’accord de trois note sur la fréquence sur laquelle la mine était réglée.
    Il y avait plein de combinaisons (et de fréquences radio).
    La musique s’avéra être capable de couvrir la presque totalité des combinaisons rapidement.
    Les habitants du coin concerné ont crûs qu’une radio pirate était dans le coin à force d’entendre en boucle la même mélodie.
    La radio pirate était en réalité un émetteur mobile de la radio nationale Finlandaise (YLE) qui diffusait en boucle la musique sur les fréquences soviétiques connues dans le but de perturber un éventuel signal soviétique. Cela a durer le temps que la batterie des mines soit épuisé (et que le déminage manuel pouvait commencer).
    Quelques bâtiments et un pont furent détruit avant le début de la diffusion de la musique (et aucune explosion recensé ensuite).
    Il y a eu des “batailles” sur les fréquences radio en question (au moins trois différentes dont la première était 715 kHz) entre les postes de diffusion soviétique et celles finlandaise mais les dernières furent plus puissante.
    Le but de la musique n’était pas de faire péter les mines mais d’empêcher les soviétiques de le faire en “noyant” les fréquences radio concernés.

    N’ayant pas étudier les ondes sonores, je ne pourrais pas développer plus avant car je n’ai pas compris l’histoire des fréquences et des ondes …. mais les finlandais en sont apparemment fier.

    La Guerre de Continuation, un épisode particulier de la 2e GM ….

    Un point, c'est tout.

    Et deux si t'insistes.

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    @ergogan

    J’aimerai regarder cela plus en détail, est-ce que tu peux donner tes sources, que je vois tout ce qui est dit?
    Est-ce que tu as étudié (par toi-même ou en cours) de la physique?

    Ca a l’air plutôt crédible, mais j’aimerais vérifier deux-trois trucs.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts1194
    Member since: 12 avril 2012

    À vrai dire, j’ai juste jeter un oeil sur des sites en français, anglais et finnois et le même texte revenait, encorr et encore:

    “During the Continuation War, the Finnish Army discovered that the retreating Soviets had scattered radio-controlled mines throughout the re-captured city of Vyborg. These mines were set off when a three-note chord was played on the frequency the radio was tuned to, causing three tuning forks (of which each mine had a unique combination) to vibrate at once. Once the Army and Yleisradio (Finnish Broadcasting Company) experts discovered how the mines worked, a Yleisradio mobile transmitter was brought to Vyborg, and Säkkijärven Polka was played on the same frequencies the mines used. They played the song continuously from August 1941 until 2.February 1942, 1 500 times. It had been calculated that it would take at least three months for the batteries of the mines to be empty.”

    J’ai glané quelques précisions par ci par là mais non seulement la physique des ondes n’est pas ma tasse de thé mais l’existence de cette anecdote m’était inconnue jusqu’à hier donc je me contente de transmettre mes trouvailles sans être sûr de leurs fiabilités.
    Des précisions comme ce site là: http://accordeonworld.weebly.com/finnishpolka.html

    Un point, c'est tout.

    Et deux si t'insistes.

  • Participant
    Posts240
    Member since: 3 septembre 2016

    Navré, mais HS total:

    Durant la guerre d’hivers contre la Finlande, un commissaire soviétique entend un soldat finlandais crier dans un haut-parleur:
    – Un soldat finlandais vaut toute une section soviétique !
    Le commissaire, outragé, envoie toute une section rechercher le malandrin. Des tirs fusent puis le silence se fait. Après quelques instants, le même soldat finlandais crie dans son haut-parleur:
    – Un soldat finlandais vaut toute une compagnie soviétique !
    Le commissaire fulmine et dépêche toute une compagnie sur place. Des tirs fusent là encore. Après une courte accalmie, toujours le même soldat hurle cette fois dans son mégaphone:
    – Un soldat finlandais vaut tout un régiment de rouges !
    Le commissaire demande des renforts par radio et toute un régiment est envoyé à la poursuite du plaisantin. La bataille fait rage, un soldat russe revient en courant vers le commissaire et essoufflé lui déclare:
    – Camarade commissaire, c’est un piège ! Ils sont deux !

    Pardon… mais à force de parler des finlandais, fallait que ça sorte !

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    @ergogan

    D’accord, je comprends.
    En fait je doutais au début car dans l’explication de @wizna, j’avais cru que la musique était diffusée par haut-parleur (donc que les soldats l’entendaient) et que cela remplaçait une émission radio, ce qui est impossible car ce n’est pas la même plage de fréquence.

    Par contre, le système que tu décris ou l’explosion de la mine est finalement déclenchée par un certain signal radio (en l’occurrence des notes) et le fait que les Finlandais contrent çà en émettant le même signal et d’autres avec leur musique, par radio, là c’est compréhensible.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

50 sujets de 1 à 50 (sur un total de 86)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.