Post has published by guiguit

Ce sujet a 8 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  guiguit, il y a 1 an et 9 mois.

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    Le général Bonaparte avait épousé sa femme Joséphine de Beauharnais peu de temps avant de partir combattre les Autrichiens en Italie. Alors qu’il remportait des victoires qui créaient un nouvel art de la guerre, qu’il se couvrait de gloire, sa femme le trompait… Cela peut sembler trivial mais l’amant de sa femme, le capitaine de hussards Hyppolite Charles était l’une des pires [strike]ordures[/strike] crapules. En effet, il trafiquait avec les fournisseurs des armées (et compromettait Joséphine) pour se remplir les poches tandis que les braves de Rivoli et d’Arcole recevaient des chaussures trouées et de la nourriture avariée…

    Quand il découvrit le pot-aux-roses, après une enquête rapide, le chef de l’armée d’Italie fit arrêter le capitaine Charles et menaça de le faire fusiller (par jalousie ou pour escroquerie ?). Cependant, il céda à sa femme qui le supplia de libérer Charles. Elle prétexta qu’on l’avait manipulé. Bonaparte la crut et renvoya le maquignon en France à coup de pied dans le derrière. Mais l’histoire ne s’arrête pas là…

    Quand il quitta la France avec son armée d’Orient, le général Vendémiaire n’emmena pas son épouse avec lui. Mal lui en pris car elle s’empressa de rejoindre son bel Hyppolite… Une fois installé dans le pays des Pharaons, Bonaparte se soucia de ne pas avoir de nouvelles de sa femme. Il exposa ses malheurs conjugaux dans une lettre à son frère Joseph. Or, la flotte française ayant été anéantie à Aboukir, le vaisseau fut aisément intercepté par Nelson qui découvrit la correspondance du Corse et s’empressa de la faire publier partout… Napoléon s’en rendit compte aux sourires goguenards de ses soldats lorsqu’il les inspectait… Pour se refaire une «virilité», il décida de prendre une maîtresse…

    C’est à la veille de la bataille de Saint-Jean d’Acre que son ami Junot confirma à Bonaparte ses soupçons sur l’infidélité de Joséphine. Pour cela, Napoléon ne le nomma jamais maréchal et perdit la bataille dû à sa distraction d’esprit.

    Cette anecdote mérite de retenir l’attention des membres du Forum en posant la question de l’homme et du commandement. En effet, distrait par des affaires personnelles, Bonaparte ne fut pas «tout» à l’affrontement en cours. Qui plus est, on voit que sa vie privée peut servir dans une guerre de propagande.

  • Participant
    Posts921
    Member since: 20 décembre 2014

    Je sais qu’il perdit son artillerie de siege pour St Jean d’Acre placé dans des chaloupes, mais je n’en sais pas plus expliquant la raison de cet echec…

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    J’aimerais nuancer un point tout de même, en particulier à l’attention des uchronistes invétérés:

    Napoléon a mené un siège et des assauts contre Saint-Jean d’Acre dans une situation défavorable, une population mobilisée contre lui et des murailles difficiles à franchir, d’autant plus que le terrain empêchait les troupes attaquantes de se déployer correctement et de se coordonner.

    Dans ce contexte, le rôle du général en chef est à relativiser. Il peut donner un plan d’attaque général, mais donner ses ordres et avoir une vue globale de la situation sera difficile. Alors certes Napoléon réussira à mener ses troupes dans des difficultés similaires (Austerlitz) mais dans un assaut d’une ville fortifiée, vulnérable sur seulement deux côtés, la tâche est compliquée.

    Que Napoléon ait été affecté par cette nouvelle d’ordre personnel, sûrement. Qu’il ait moins agi à cause de çà, probablement. Mais que cela lui ai fait perdre la bataille de Saint Jean d’Acre, cela n’est pas sûr, il faudrait vérifier plus avant.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts893
    Member since: 24 février 2015

    Comme l’a dit @montgomery, il ne faut pas croire que Napoléon a perdu à St Jean d’Acre seulement parce que Joséphine lui manquait. D’autres facteurs bien plus importants ont conduit à cet échec.

    @guiguit :
    Je ne te rejoins pas sur Junot. En effet, il fut le seul à lui avouer ce que tout le monde savait (j’ignorais que c’était à Saint Jean d’Acre), mais je ne crois pas que cela lui aie coûté son bâton de maréchal, loin de là. D’après ce que j’ai lu plusieurs fois, Bonaparte s’emporta contre ses autres généraux, mais fut gré à Junot de sa fidélité, malgré la brutalité de sa révélation , c’est-à-dire un manque de tact. Je t’invite à consulter ce que dit le site Napoléon.org à ce propos, en citant les Mémoires de Bourienne qui rapporte les paroles de Napoléon.

    Quant à la maîtresse que tu évoques, il me semble qu’il s’agit de la blonde Pauline Fourès, emmenée en cachette par son sous-lieutenant (de mémoire) de mari. Bonaparte envoya celui-ci bien loin (au Soudan avec Desaix je crois) et en revenant, réclama sa femme. Entre temps, Bonaparte lui avait promis de l’épouser si elle lui donnait un enfant…
    Bref, quand le cocu (encore un) revint, l’autre cocu (ça fait beaucoup, je sais), loin de comprendre ce que l’autre éprouvait (l’egoïsme du cocu qui cocufie pour se venger…) engagea un simulacre de divorce. Puis, il rentra en France et laissa tomber la blonde…

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    Je ne dis pas que les problèmes de cœur de Bonaparte furent l’unique cause de la défaite de Saint-Jean d’Acre mais que ce fut un facteur aggravant parmi d’autres. Après tout, il n’était qu’un homme comme les autres et non une «froide [strike]imbécilité[/strike] intelligence artificielle»…

    Je connais très bien le site dont tu parles (cela va de soi^^) mais j’ai d’autres sources qui le contredit. Au final, ça ne change pas grand-chose pour Junot qui a occupé pas mal de postes-clefs dans le Consulat et l’Empire tout en cumulant parfois des bourdes monumentales. Par exemple, il faillit se battre en duel contre le prince Murat pour l’avoir cocufié quand le chef de la cavalerie était en Pologne…

    L’«affaire Fourès» a de quoi faire rire… En effet, une fois tombé sous le charme de Pauline, Bonaparte envoya son mari (un lieutenant) en France sous prétexte d’informer le Directoire et ses amis de ses opérations en Egypte. Le hic, c’est que les Anglais étaient maîtres des mers et capturèrent le bateau où se trouvait Fourès. Sachant qu’il avait là un rival de cœur du général Vendémiaire, le capitaine anglais le relâcha. Ravi de revoir sa femme, le lieutenant courut au Caire où il trouva son logis vide…. Car Bonaparte avait installé sa maîtresse dans un palais et lui avait donné un rang quasi royal. Le cocu débarqua chez sa femme et faillit la tuer si la garde ne l’avait mis à la porte. Bonaparte fit dès lors entamer une procédure de divorce (légalisé depuis la Révolution). Et il demanda en effet à sa maîtresse de lui donner un fils (un héritier donc, ce qui montre déjà ses ambitions) ce sur quoi il s’engagea à divorcer sur le champ avant de partir en Syrie. Le général n’emmena pas sa concubine avec lui en France. Pauline devint la maîtresse de Kléber. Elle fut rapatriée en France avec les civils et les vestiges de l’armée d’Orient quand elle capitula (après l’assassinat de Kléber). Entretemps, Napoléon avait renoué avec son épouse et refusa de la revoir tout en lui arrangeant un mariage avantageux.

  • Participant
    Posts893
    Member since: 24 février 2015

    Étant donné que nos sources (respectables et vénérables entre toutes) se contredisent, cela m’intereserait de connaître les tiennes…

    Merci pour tes précisions sur le couple Foures !

  • Participant
    Posts921
    Member since: 20 décembre 2014

    Je le redis, l’echec devant St Jean d’Acre fut la perte de l’artillerie de siege enmené en chaloupe par mer…

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    Pourtant Napoléon a tenté des assauts et a tenu le siège: il pensait avoir une chance de s’emparer d’Acre malgré la perte de l’artillerie.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    Mes sources viennent de l’ Histoire d’amour de l’Histoire de France de Guy Breton. Ce livre donne de nombreuses informations sur la vie privée des rois, reines et empereurs de France. Cependant, il tend parfois à exagérer certains points à mon sens.

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.