Post has published by jddelsignore

Ce sujet a 8 réponses, 6 participants et a été mis à jour par  iron maiden, il y a 4 ans et 12 mois.

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Participant
    Posts1563
    Member since: 29 juillet 2012

    La Bataille des Fourches Caudines

    La Deuxième Guerre Samnite, se déroulant de -327 à -304, fait rage entre la cité du Latium et ses ennemis italiens. L’année 321 avant J.-C. marque la célèbre embuscade des Fourches Caudines et l’humiliation romaine qui va avec.

    Les hostilités entre les Samnites et les Romains reprennent lorsque ces-derniers occupent Naples en -327, ville alliée des Samnites. Des cités d’Apulie demandent alors l’aide de l’Urbs. Parmi elles, Lucreria et Arpi. En effet, Tarente ne se trouve plus en mesure de les protéger des attaques de la part des Samnites et c’est donc Rome qui, en -325, entrera glorieusement en Apulie, après un passage par le Samnium ponctué de pillages.

    C’est alors que les ennemis de Rome, désemparés, implorent la paix, chose que le Sénat leur refusera catégoriquement. Se préparant au combat, les Samnites se trouvent un nouveau chef, Caius Pontius.

    En -321, des bruits courent : Lucreria serait en train de tomber entre les mains des Samnites. Cette cité occupe un lieu clé, permettant de contrôler aisément l’Apulie. Les consuls Titus Veturius Calvinus et Spurius Postumius Albinus se mettent alors en route, à la tête d’une armée de 40’000 hommes (j’ai aussi trouvé le nombre de 20’000 hommes : comme d’habitude, il y a des divergences). Partant de Capoue, ils font route vers la cité en danger. Afin d’y accéder le plus rapidement possible, les deux hommes empruntent le défilé des Fourches Caudines (actuellement près de Stretto di Arpaja). À cet endroit les attend l’armée ennemie, menée, bien entendu, par Caius Pontius.

    La sortie de la passe est obstruée près de Caudium par des rochers et des arbres que les Samnites avaient placé ici. Rapidement, les Romains s’aperçoivent que l’autre bout s’avère lui aussi bloqué. Prise au piège, l’arme romaine ne peut rien faire face à ses opposants. Il est très probable qu’elle ait tenté de lutter. Mais très vite, les deux consuls se rendent et leurs légions avec eux. Après cette reddition, les Samnites exigent le démantèlement des forteresses de Frégelles et de Calès, alors romaines, l’évacuation des colonies ainsi que le renouvellement du traité de paix, signé auparavant entre les deux nations. Les deux consuls acceptent ces conditions et livrent 600 cavaliers en otage. C’est alors que Caius Pontius, décide d’humilier les Romains davantage : afin de regagner leur cité, les Latins devront passer sous le joug des Samnites, fourches tendus à l’horizontal, poings liés dans le dos et celui-ci courbé, les consuls les premiers. Et ceux qui s’y refusent sont exécutés. De plus, tous les soldats libérés par les Samnites ne devaient plus jamais reprendre les armes contre eux.

    De cet épisode vient l’expression « passer sous les Fourches caudines » ou « passer sous les fourches caudines » qui signifie que l’on devra traverser une épreuve à la fois difficile mais également humiliante.

    Le Sénat, en revanche, ne reconnaît nullement cette défaite. À son sens, celle-ci était de la responsabilité des deux consuls. Ainsi, les combattants de retour du lieu du drame sont réarmés et Calvinus et Albinus livrés à Pontius afin qu’ils soient exécutés. Le général samnite, dégoûté par cet acte, libérera les deux hommes. Quant au renouvellement du traité de paix, le Sénat le jugera sans valeur… Et la lutte reprendra de plus belle. Rome, 17 ans plus tard, vaincra au terme de cette guerre une vaste coalition rassemblant de nombreux peuples italiens, dont les Ombriens, les Étrusques et bien entendu, les Samnites. Elle assurera ainsi son hégémonie en Italie centrale.
    Quoiqu’il en soit, le souvenir de cet affrontement restera comme l’une plus grandes humiliations qu’ait connues Rome, voire la plus grande.

    Merci!

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Merci jddelsignore de t’être penché sur cette guerre qui a permis à Rome d’asseoir son emprise sur la péninsule italienne, au prix cependant d’une humiliation dont le souvenir hantera longtemps l’Urbs.

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 29 juillet 2012

    En effet, le souvenir de cette douloureuse correction resta très vif. D’ailleurs, Rome entreprendra des réformes suite à cette mésaventure. L’armée sera restructurée et on verra apparaître, lentement mais sûrement, le modèle romain que l’on connaîtra plus tard. L’Urbs savait apprendre de ses erreurs.

  • Participant
    Posts2177
    Member since: 16 avril 2012

    Ce passage sous les lances sera repris en 107 (si je me souviens bien) avant JC par les Helvètes lors de la bataille du Gard. J’ai oublié le nom du consul qui menait l’armée, mais là encore, c’est assez mémorable pour s’en rappeler.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    C’est incroyable la façon dont Rome ne se rend jamais. Cette cité continue jusqu’à anéantissement de toute volonté de combattre de son ennemi, quelque soit les revers qu’elle subit…

    En passant, j’aime bien ton illustration avec des belle lorica segmentata 😉

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 29 juillet 2012

    En passant, j’aime bien ton illustration avec des belle lorica segmentata 😉

    Effectivement, les représentations « modernes » sont parfois bourrées d’anachronismes du genre.^^”

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 29 juillet 2012

    Caius Pontius :

    Il est le fils d’Herennius Pontius. Durant les Guerres Samnites, il sera très populaire parmi son peuple mais aussi très respecté par ses ennemis romains. Comme vous le savez désormais, il sera, à la tête des Samnites, le grand vainqueur de la Bataille des Fourches Caudines.
    Cependant, après sa victoire, il ne parviendra pas, en -320, à délivrer Lucreria, alors assiégée par une armée romaine menée par Lucius Papirius Cursor.
    Il aurait été capturé par les Romains et -292 et exposé durant le triomphe à Rome de Quintus Fabius Maximus Gurges, puis décapité cette même année. Néanmoins, il est également très probable que le personnage capturé soit le fils de Caius Pontius. Sur ce point, le mystère demeure…

    Les Samnites :

    Les Samnites étaient un peuple montagnard vivant dans le Samnium (Italie centrale), réunissant quatre tribus. Installés ici aux alentours de -800, les Samnites restent relativement peu connu dans leur mode de vie. En effet, nous manquons de sources écrites ainsi que de vestiges archéologiques à leur propos. Néanmoins, nous savons que les Romains s’inspirèrent du « modèle guerrier » samnite dans leurs réformes. C’est principalement dans le domaine militaire que nous avons un témoignage de ce que nous pouvons appeler « l’art samnite ».

    Les Samnites connurent donc trois guerres face à Rome : les Guerres Samnites. La première dura de -343 à -341. Les Romains, au terme de cet affrontement, ne connurent qu’une victoire mineure. La deuxième se déroula de -327 à -304. Elle sera le théâtre des Fourches Caudines. Enfin, la troisième s’étendit de -298 à -290. C’est à Sentinum, en -295 que Rome écrasa une coalition rassemblant les Étrusques, les Gaulois et les Ombriens autour des Samnites. La guerre se termina par la victoire finale des Latins et l’annexion des cités du Samnium.

    Les Samnites combattirent plus tard dans l’armée romaine, au sein d’unités spéciales.

    Par la suite, les Samnites apparaissent encore en tant qu’alliés de Pyrrhus ainsi que d’Hannibal Barca, durant la Deuxième Guerre Punique. Ils auraient également joué un rôle durant la Guerre Sociale qui dura de -90 à -88 en se révoltant contre Rome ; et ils furent parmi les premiers à se soulever au cours de cette guerre civile. Cependant, en -88, Sylla les vainc après une brève campagne. Enfin, ils finissent par être écrasés par ce même Sylla à la bataille de la porte Colline, en -82. La plupart des guerriers y sont tués et la population samnite finira par être dispersée.

    Dans l’arène aussi les Samnites étaient présents. D’après Tite-Live, ce type de gladiateurs serait apparu en -310, quand les habitants de Capoue organisèrent des jeux. Habituellement, il combattait face au Provocator. Le Samnite portait l’équipement suivant : un casque à plumes, un glaive (gladius), un large bouclier (scutum) et une cnémide (en latin ocrea), protégeant les tibias ; cependant, ils n’en portaient une qu’à la jambe gauche.

    Pour terminer, voici les quatre tribus samnites :
    1. Les Pentriens : Elle était la plus importante des quatre avec pour capitale Bovaiamom.
    2. Les Caracéniens : Les deux principales cités étaient Cluviae et Juvanum. Ils occupaient le haut Sangro (Sagrus à l’époque)*.
    3. Les Caudiniens : Leur principale cité était Caudium.
    4. Les Hirpins : leur principale cité était Beneventum (Pyrrhus y connaîtra une lourde défaite face à Rome en -275, après quoi il quittera l’Italie pour retourner en Épire). Ils vivaient vers les sources du Calore*.
    Ils parlaient une langue proche de l’osque (langue indo-européenne, aujourd’hui disparue, principalement présente en Italie centrale et cousine du latin : structure grammaticale similaire).
    Ces quatre tribus furent plus tard rejointes par une cinquième, les Frentans. Vivant sur les bords de l’Adriatique et entre le Sangro (Sagrus)* et le Fortore*, ils avaient pour principale ville Larinum.

    *Le Calore, le Sangro (Sagrus) et le Fortore sont tous trois des fleuves.

    Sujet annexe :
    Pour plus de précisions sur la Première Guerre Samnite, se référer au sujet « La Première Guerre Samnite (-343/-341) ».

    Sources :
    – Wikipédia (plusieurs pages).
    – « Les 100 plus grandes batailles de l’histoire », édition Flammarion.
    Civilisation romaine.
    Histoire-fr.
    Miltiade.
    – Ainsi que d’autres sites internet ci-et-là (désolé si je me souviens plus de tous, mais j’en ai parcouru pas mal^^).

  • Participant
    Posts197
    Member since: 19 septembre 2013

    Je deterre un peu cette excellent dossier pour signaler que grâce au forum de la guerre et a jddelsignore je vais me coucher moins con ce soir…

    En effet, je me suis toujours demandé ce que signifiait passer sous les fourches caudines. :cheer: 😉

  • Participant
    Posts444
    Member since: 31 janvier 2013

    La Bataille des Fourches Caudines :

    Le Sénat, en revanche, ne reconnaît nullement cette défaite. À son sens, celle-ci était de la responsabilité des deux consuls. Ainsi, les combattants de retour du lieu du drame sont réarmés et Calvinus et Albinus livrés à Pontius afin qu’ils soient exécutés. Le général samnite, dégoûté par cet acte, libérera les deux hommes. Quant au renouvellement du traité de paix, le Sénat le jugera sans valeur…

    Cela s’appelle une “Sponsio”, c’est a dire que les 2 consul n’avait aucunement le droit de signer cette paix au nom de Rome, mais en leur nom propre, c’est pour cela qu’ils sont renvoyés a l’ennemi.

    Après les historiens actuels disent que c’est faux Rome aurait accepté une partie des conditions ( notamment sur Frégelles) ce qui expliquerait la période de calme de -321 a -318 durant la seconde guerre samnite.

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.