Post has published by Harlken

Ce sujet a 23 réponses, 13 participants et a été mis à jour par  mongotmery, il y a 1 an et 1 mois.

24 sujets de 1 à 24 (sur un total de 24)
  • Participant
    Posts2063
    Member since: 13 avril 2012

    possédant peu d’information sur le sujet j’aimerais en apprendre un peu plus, Quel fut le déclencheur de cette guerre et quel était l’intérêt des Francais de faire une guerre aussi lointaine?

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    C’était une guerre Anglais contre Russes non?

  • Participant
    Posts516
    Member since: 17 août 2012
    Saganami wrote:

    C’était une guerre Anglais contre Russes non?

    Franco-anglais vs Russes.

    Je crois qu’il y avait une vague histoire de monastères dans les balkans pour savoir sous qui il devait être sous contrôle. Mais c’est trop vague dans ma tête…

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Pour arrêter l’expansion Russe dans les Balkans au détriment de l’Empire Ottomans, et aussi pour régler la question de la protection des chrétiens dans cette région (Balkan, Levant, etc).

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    L’Empire ottoman était en décomposition, mais le Royaume-Uni le protégeait pour garantir ses routes commerciales vers les Indes. Or, les Russes ont pour objectifs de prendre le contrôles du Bosphore et des Dardanelles (pourquoi pas Istanbul avec?), pour les accès aux mers chaudes, de réunir les slaves et/ou orthodoxes opprimés par le Sultan. Cela va donc à l’encontre des intérets britanniques. La France de Napoléon III, elle, veut prendre sa revanche sur 1812, et surtout faire capoter son isolement diplomatique et les Traités de Vienne, et revenir dans le concert des très grandes nations. De plus, le Piémont, va également faire partie de la coalition contre les Ottomans pour poser la question de l’unification italienne lors du traité de paix.

  • Participant
    Posts2063
    Member since: 13 avril 2012

    Merci pour l’éclaircissement. 😉

  • Participant
    Posts434
    Member since: 13 mai 2012

    A la base c’est la guerre des Ottomans, mais les Anglais s’en mêlent et les Français suivent. D’ailleurs, la France est le pays qui dépense le plus d’argent dans ce conflit, loin devant l’empire Ottoman et la Russie 😆

  • Participant
    Posts1483
    Member since: 15 avril 2012

    En gros si j’ai bien compris c’est pour éviter l’omnipotence de la russie dans ce secteur qui pourrait nuire gravement au commerce dans cette région des autre nations.

    A ce que je peux voir sur wikipedia:

    Du coté anti russe:
    Les français ont une armée de: 400 000 hommes
    Ottomans: 300 000 hommes
    Grande bretagne: 250000 hommes

    Royaume de sardaigne: 18 000 hommes

    Allemagne (mercenaires): 4250 hommes

    Suisse (mercenaires): 2200 hommes

    1400 volontaires russes (indépandantistes polonais, chrétiens non orthodoxes ect…)

    Coté russe:
    700 000 russes
    3 000 volontaires bulgares
    2000 volontaires serbes
    1000 volontaires grecs.

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013
    Napoleon wrote:

    A la base c’est la guerre des Ottomans, mais les Anglais s’en mêlent et les Français suivent.

    Contrairement à l’affirmation qui veut que la France ait suivi les Anglais dans le conflit, thèse trop souvent partagée, Gouttman a bien montré que c’est Napoléon III seul qui a pris la décision d’entrer en guerre, après les échecs des négociations de Vienne. D’ailleurs, l’empereur va même à l’encontre de ce que lui conseillant son ministre des Affaires Étrangères, Drouyn de Lhuys.

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    Pour Napoléon III, neveu du conquérant qui dormit dans le Kremlin, s’est s’imposé à nouveau comme une grande puissance face à la Russie, gendarme de l’Europe. Néanmoins, le jeune monarque poursuit aussi d’autres objectifs. L’un d’eux est de se concilier la puissante et impériale Angleterre (et poser les bases de l’Entente cordiale donc). Un autre est de redonner du prestige à son armée qui n’avait quasiment plus participé à aucune guerre européenne (sauf l’expédition d’Espagne sous Louis XVIII) et qui était perçu comme un couteux instrument de pouvoir par les Français à la solde de Bonaparte depuis son coup d’Etat et qui avait perdu beaucoup de son “caractère” national.

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013
    guiguit wrote:

    Un autre est de redonner du prestige à son armée qui n’avait quasiment plus participé à aucune guerre européenne (sauf l’expédition d’Espagne sous Louis XVIII)

    On peut quand même citer :

    * Comme tu l’as rappelé : l’expédition d’Espagne de 1823
    * Grèce 1827-1829
    * Belgique 1831-1832
    * Vendée 1832
    * Rome 1849

    Sans compter les nombreuses expéditions extra-européennes : Madagascar, Sénégal, Algérie, Afrique du Nord

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    J’ai bien précisé : “quasiment plus“. En ce qui concerne les autres conflits, ils sot loin d’atteindre le niveau de la guerre de Crimée de part le nombre d’effectifs engagés, les implications des grandes puissances,… L’expédition de Morée représente une guerre à laquelle le très conservateur Charles X ne participe qu’avec beaucoup de réticence et d’hésitation. La Belgique n’est qu’une démonstration de force, le soulèvement de la Vendée est loin d’égaler celui contre la Révolution ou celui contre l’Empereur en 1815 et se clôture rapidement par un scandale de vaudeville, le corps expéditionnaire de Rome ne compte que 7000 hommes. C’est un peu comme si tu comparais la remilitarisation de la Rhénanie au second conflit mondial.

  • Modérateur
    Posts8432
    Member since: 14 mai 2013

    La Guerre de Crimée est effectivement l’occasion pour la France de se réaffirmer sur plusieurs plans de politique interne, de diplomatie et de puissance militaire. D’ailleurs, le mythe des zouaves issu de l’Algérie doit beaucoup à la guerre de Crimée, et il perdurera jusqu’à la guerre franco-prussienne.

  • Modérateur
    Posts8432
    Member since: 14 mai 2013

    D’ailleurs, la France est le pays qui dépense le plus d’argent dans ce conflit, loin devant l’empire Ottoman et la Russie

    Néanmoins, l’effort russe sera quand même plus important au final puisque les pertes seront supérieures, en particulier dans la flotte mais aussi en pertes militaires et en effort logistique dans l’Ukraine.

    En contrepartie, il est probable que cet effort ait permis un développement de la place de l’Ukraine dans l’empire russe.

    @ascinique

    Tu parles des mercenaires suisses et allemands, en saurais-tu plus?

    Pour les volontaires balkaniques, est-ce qu’il s’agit de volontaires venus avant la guerre ou à son début, quand seuls les Ottomans sont impliqués, ou sont-ils aussi venus durant la guerre (ce qui impliquerait une image dégradée des Européens de l’Ouest par rapport aux Russes auprès des Balkaniques)?

  • Participant
    Posts6
    Member since: 26 janvier 2018

    Il me semble que les francais et les anglais auraient solicités un appui de la sardaigne dans ce conflie.(environ 21 000 hommes).

  • Modérateur
    Posts8432
    Member since: 14 mai 2013

    En effet, mais ce support est arrêté au courant de la guerre.
    Il est principalement motivé par la volonté des Piémontais-Sardes de supporter la France sur le plan diplomatique (et de bénéficier de l’inverse), auquel s’ajoutent le soutien indirect aux Chrétiens d’Orient et peut être aussi la volonté de limiter une éventuelle ingérence russe en Méditerranée (ce qui est une des motivations anglaises pour la guerre).

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    L’envoi de troupes piémontaises peut aussi constituer une source d’amélioration de la future armée du royaume d’Italie. Là-bas, elles devront travaillé en coopération avec des unités d’autres nationalités (françaises, anglaises et ottomanes), elles se frotteront au feu d’un ennemi redoutable (la première guerre d’indépendance a été en partie perdue car les volontaires italiens n’ont pas tenu le choc face aux vétérans entrainée de l’armée autrichienne professionnelle). En outre, les officiers et les soldats vont gagner de l’expérience personnelle.

  • Modérateur
    Posts8432
    Member since: 14 mai 2013

    En effett @guiguit.

    Les troupes piémontaises tiendront bien face à une attaque russe à la Tchernaïa, elles bénéficieront d’un terrain orientant l’attaque et de positions d’artillerie assez solides.

  • Participant
    Posts1319
    Member since: 17 juin 2016

    Tenir est un bien petit mot.
    Il n’y a pas eu de bataille de Tchernaïa, il y a eu le génocide russe de Tchernaïa.
    Les pertes ont été disproportionnées .

  • Participant
    Posts275
    Member since: 12 mai 2015

    Wikipédia fait état de 1300 pertes pour les Franco-Piémontais, et de 3350 pour les Russes… je ne trouve pas cela si disproportionné, en tout cas rien qui pourrait justifier le terme de génocide. Tu pourrais expliquer @fortif ?

  • Participant
    Posts1319
    Member since: 17 juin 2016

    Eh bien j’ai lu un bouquin qui me donnait un écart plus grand :pinch:.
    Je te donnerais la source demain mias on me présentait ça comme l’équivalent d’ une charge sur un ravin (représenté par les piémontais)

  • Participant
    Posts275
    Member since: 12 mai 2015

    D’accord, ça m’intéresse assez. Bon, il faut dire que Wiki dit aussi que les Piémontais n’ont eu que… 36 pertes !! Il suffit qu’ils aient tué quelques centaines de Russes pour rendre le ratio complètement disproportionné, expliquant la description qu’ils en font… Néanmoins, parler de “génocide” est encore un peu fort de café à mon goût 😉

  • Participant
    Posts1319
    Member since: 17 juin 2016

    Alors ça doit être que ma source doit être bonne(“la guerre de Crimée” de Alain Gouttman) et c’est moi qui n’ai pas su interpréter les chiffres, quand j’ai vu seulement 36 morts chez les Piémontais.

  • Modérateur
    Posts8432
    Member since: 14 mai 2013

    J’ai lu ce livre d’Alain Gouttman, et il me semble que les 36 morts piémontais soient ceux d’un des points attaqués par les Russes sur la Tchernaïa où, “grâce” à un ravin et des batteries d’artillerie bien placées, les Russes ont subi de lourdes pertes.
    Mais en cumulant avec des points sur la Tchernaïa moins favorisés par le relief, et où se trouvaient parfois des Français (sur place ou en renforts), on doit totaliser les pertes 1350 franco-piémontais et 3350 russes.

    Du coup le ratio explosif évoqué par @fortif a eu lieu en au moins un endroit. S’il n’est pas le même sur l’ensemble de la bataille, il reste que celle-ci est un échec russe cuisant avec des pertes supérieures à celles des coalisés, et ce en raison d’une mauvaise coordination des attaques en ces divers points, d’un ordre mal compris (d’après wikipedia) et de l’infériorité de certains armements russes, comme des fusils en majorité de portée moindre. Le faible entrainement des troupes russes de la Tchernaïa, nouvellement conscrites pour remplacer les pertes des batailles précédentes en Crimée, joue aussi.

24 sujets de 1 à 24 (sur un total de 24)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.