Post has published by Enghien

Ce sujet a 16 réponses, 8 participants et a été mis à jour par  gytz, il y a 2 ans et 4 mois.

  • Participant
    Posts799
    Member since: 3 juillet 2012

    Avec les Plantagenêt, les “Bourguignons” sont l’autre grande féodalité, plus récente, à la fois interne et externe au royaume: il s’agit d’une branche cadette des Capétiens, puis après son extinction (sous Jean II le Bon, donc déjà dans la guerre de 100 ans), d’une branche cadette des Valois, qui a gardé en apanage le duché de Bourgogne (notre Bourgogne, grosso modo) et la Comté de Bourgogne (qui sera plus tard dite “franche”; c’est la Franche Comté) qui est terre d’empire, les deux étant issues de l’ancien royaume de Bourgogne, entité qui a englobé longtemps avant le sud est de la France, la Suisse et le nord est de l’Italie (c’était le royaume burgonde). Ce à quoi, par stratégie matrimoniale, acquisitions guerrières, donations et apanages, ils ont graduellement ajouté un tas de terres en France et dans l’Empire, dont l’Artois, une bonne partie des Flandres, du Brabant et du Hainaut, de la région de Boulogne, le Vermandois, le Comté de Namur, les Comtés de Hollande et de Zélande…. Ils reconstituent graduellement l’ancienne “Lotharingie” le long du Rhin (après la mort du dernier duc en 1477, la majorité de cet héritage ira aux Habsbourgs qui, par alliance avec les couronnes réunies d’Espagne, donneront à l’héritier des deux lignées, Charles Quint, une puissance fabuleuse: l’Espagne tient de la Bourgogne, par exemple, son symbole militaire, les branches noueuses croisées, et son ordre de chevalerie le plus élevé, la Toison d’Or).

    Ils sont déjà un parti puissant à la cour de France pendant la première moitié de la guerre de Cent Ans, mais c’est le changement dynastique à la tête de cette féodalité bourguignonne qui donne un élan différent, plus ambitieux et plus seulement français (cela devient un vrai projet d’Etat indépendant, ce que permet son immense richesse): à l’arrivée, c’est quand le fils de Charles V (celui qui reconquiert l’essentiel de la France dans les années 1360-1370 contre les Anglais, avec Du Guesclin), Charles VI, sombre dans la folie, que deux partis à la cour s’affirment et que le royaume fraîchement réunifié sombre dans la guerre civile. D’un côté, on a les “Armagnacs”, qui étaient initialement les partisans de Louis d’Orléans, frère de Charles VI et rival de Jean Sans Peur, duc de Bourgogne, à la Cour; après l’assasinat de Louis en 1407, c’est le Comte d’Armagnac, connétable de France (mélange de Mindef, de CEMA et de chef opérationnel, avec une part d’autorité de Premier Ministre) qui prend la tête de ce “parti” contre Jean Sans Peur. Il est le beau père du nouveau duc d’Orléans, Charles, et rallie une bonne partie des grands féodaux et princes du sang. La folie du roi et la minorité du dauphin permettent de faire pourrir le conflit qui est très engagé quand Henry V d’Angleterre (issu de la maison de Lancastre, branche cadette des Plantagenêts montée sur le trône après la Guerre des Deux Roses: cette branche n’a plus du tout de légitimité dynastique sur le trône de France) débarque en 1415 et remporte la victoire d’Azincourt sur une chevalerie française sans ordre, sans autorité, sans commandement et sans unité.

    La guerre civile continue, avec des épisodes sanglants comme l’insurrection bourguignonne dans Paris en 1418 (dont le jeune et tout nouveau dauphin, futur Charles VII, réchappe de peu) où Bernard d’Armagnac est tué et la ville passe à Jean Sans Peur, et surtout l’entrevue du Pont de Montereau en 1420 où Jean Sans Peur est à son tour tué. Ce dernier événement scelle la division irrévocablement et facilite encore la tâche de l’Angleterre: le fils de Jean Sans Peur, Philippe, commence réellement à vouloir bâtir un Etat bourguignon puissant, s’intéressant moins à la couronne de France et s’alliant franchement avec l’Angleterre.

  • Participant
    Posts98
    Member since: 3 juillet 2012

    Grosso modo ce que l’histoire nous apprend des bourguignons, c’est que ce sont des traitres au royaume de France, meme si c’est peut etre un peu plus compliqué que ça :huh:

  • Participant
    Posts799
    Member since: 3 juillet 2012

    Pas les Bourguignons, mais le duc de Bourgogne.
    A ce moment le duché de Bourgogne est un apanage.

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 3 juillet 2012

    Pour éclaircir, un apanage est une concession, souvent un fief de taille variable, que le roi pouvait donner à un de ses fils puînés en compensation de la règle de primogéniture qui les écartaient du trône. Celui qui recevait cet apanage (l’apanagiste si mes souvenirs sont bons) devaient alors prêté hommage au nouveau roi et certains de ses droits seigneuriaux, tel qu’en justice par exemple, était assumé par le roi. En cas de décès de l’apanagiste, ou d’absence d’héritiers mâle, l’apanage regagnait le domaine royale.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 3 juillet 2012

    Je vais suivre cela avec intérêt. Il faut avouer que cet aspect de notre histoire est méconnu (peut être un peu plus pour les Bourguignons actuel)

    Mais en gros, ce duché tombera dans le giron royal suite à un défaut de succession, et la couronne en profita pour faire une OPA via l’apanage?

  • Participant
    Posts2176
    Member since: 3 juillet 2012

    Il faut aussi préciser que la Bourgogne est un duché autant qu’un comté. Duché en france, comté dans l’empire. Les Bourguignons pouvaient jouer sur les 2 tableaux et Charles ne s’en priva pas. Il voulut même accéder au titre d’empereur.

  • Participant
    Posts1768
    Member since: 3 juillet 2012

    Quelqu’un en saurait il plus au sujet du royaume de Bourgogne ?

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 3 juillet 2012

    Si tu veut parler du royaume des Burgondes (à ne pas confondre avec les états bourguigons) c’est pas vraiment le sujet.

    Omnia Sunt Comunia

    Je suis anarchiste au point de traversé dans les clous pour ne point avoir de soucis avec la maréchaussée.

  • Participant
    Posts1768
    Member since: 3 juillet 2012

    Si tu veut parler du royaume des Burgondes (à ne pas confondre avec les états bourguigons) c’est pas vraiment le sujet.

    Non! C’était un royaume qui occupait la Provence et la Savoie en plus de la Bourgogne , c’était évoque dans le texte plus haut, mais je ne m’y connais pas plus.

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 3 juillet 2012

    La seule fois ou l’on parle d’un royaume bourguignon c’est celui des Burgondes.
    On parle par contre d’un État bourguignon au 15ème siècle et cela donne lieu a moult débat historiographique.

    Omnia Sunt Comunia

    Je suis anarchiste au point de traversé dans les clous pour ne point avoir de soucis avec la maréchaussée.

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 3 juillet 2012

    Non, un royaume de Bourgogne (aussi appelé royaume d’Arles et de Vienne) émerge temporairement dans les siècles qui suivent l’effacement de l’empire carolingien :

    Bien que l’autorité centrale y reste très effacée, il marque durablement l’imaginaire médiéval de ces régions.

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 3 juillet 2012

    Je l’ignorai ! Merci Max !

    Omnia Sunt Comunia

    Je suis anarchiste au point de traversé dans les clous pour ne point avoir de soucis avec la maréchaussée.

  • Participant
    Posts1768
    Member since: 3 juillet 2012

    Merci max! Mais que ceux tu dire en évoquant “un pouvoir centrale effacé”?

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 3 juillet 2012

    Comme beaucoup d’entité politique de la fin des carolingiens, les rois n’avait que peu de pouvoir face au grand propriétaire terrien.

    Omnia Sunt Comunia

    Je suis anarchiste au point de traversé dans les clous pour ne point avoir de soucis avec la maréchaussée.

  • Participant
    Posts1768
    Member since: 3 juillet 2012

    Comme beaucoup d’entité politique de la fin des carolingiens, les rois n’avait que peu de pouvoir face au grand propriétaire terrien.

    si j’ai bien compris, on parle ici de l’émiettement politico-administratif de l’âge Médiéval?

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 3 juillet 2012

    Le territoire couvert est aussi vaste que divers. À une période de « mutation féodale » et quoi qu’en disent les spécialistes qui s’écharpent volontiers pour savoir où la placer, l’autorité centrale s’efface, et si ces vestiges d’autorité publique ne disparaissent pas, ils sont dès lors repris par les acteurs locaux. Difficile dès lors de concevoir une réelle unité pour ce royaume éphémère, jalon parmi d’autres dans le processus de morcellement de l’Empire.

  • Participant
    Posts1768
    Member since: 3 juillet 2012

    Le territoire couvert est aussi vaste que divers. À une période de « mutation féodale » et quoi qu’en disent les spécialistes qui s’écharp volontiers pour savoir où la placer, l’autorité centrale s’efface, et si ces vestiges d’autorité publique ne disparaissent pas, ils sont dès lors repris par les acteurs locaux. Difficile dès lors de concevoir une réelle unité pour ce royaume éphémère, jalon parmi d’autres dans le processus de morcellement de l’Empire.

    ah, je comprends mieux! Merci Maxsilv!

    PS: Pourquoi je n’arrive pas à voir l’intégralité de ton message. Les écrits traversent les bords de façon à observer des phrases ou des mots coupés de sens! est ce une histoire de résolution? Hé ne sais pas à toi de voir!

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.