Post has published by Thomas Ier de Latinie

Ce sujet a 10 réponses, 6 participants et a été mis à jour par  Thomas Ier de Latinie, il y a 1 an et 3 mois.

  • Participant
    Posts34
    Member since: 17 juin 2017

    Selon cette théorie, cet Empire n’a jamais existé en son nom.

    En effet, le terme “Empire Byzantin” apparaît en 1557 sous la plume de l’historien allemand Jérôme Wolf. Ce n’est toutefois qu’en 1857 que l’expression Empire Byzantin, pour désigner ce qu’on appelait alors la « période du bas-empire », est utilisée pour la première fois par un historien moderne. Avant cette époque, on parlait de “Empire Romain d’Orient” qui a bel et bien existé de 395 à 1453.

    http://image.noelshack.com/fichiers/2017/24/6/1497684235-1920px-justinian555ad.png

    Voici l’Empire Romain d’Orient à son apogée, 555

    Effectivement, comme l’affirme Wikipédia “Cette dénomination occidentale est utilisée pour définir l’histoire de l’Empire Romain d’Orient considérée comme une histoire grecque, distincte de celle de l’Empire Romain d’Occident, revendiqué comme « matrice de l’Europe occidentale », alors que les citoyens de l’Empire d’Orient nommaient leur État Βασιλεία των Ῥωμαίων – Basileía tôn Rhômaíôn (« empire des Romains » en grec) ou Αμιρηρία Ῥωμάνη – Amirãria romanã (« monarchie romaine » en roman oriental), et ne se sont jamais désignés comme « Byzantins » mais se considéraient comme des Romains (Rhomaioi, terme repris par les Perses, les Arabes et les Turcs qui les appellent « Roum »). Traduisant cette auto-dénomination, les Occidentaux utilisaient parfois « Romanie », mais plus souvent « Imperium Graecorum », « Græcia » ou « Terra Græcorum » et « Grecs » pour ses citoyens, dont la liturgie, la langue de communication et la culture étaient essentiellement grecques, mais aussi syriaque ou copte“.

    http://image.noelshack.com/fichiers/2017/24/6/1497684967-mediterraneeorient1450.png
    Les derniers territoires de l’Empire sous Constantin XI, 1450

    Jusqu’à sa disparition, on a donc parlé de “Empire Romain d’Orient” et non de “Empire Byzantin“.

    L’Empire Byzantin n’a donc pas de fondation ni de début. On peut donc en déduire qu’il n’a jamais existé en tant que tel.

  • Participant
    Posts106
    Member since: 17 juin 2017

    Mais alors, d’où vient le terme de “byzantin” ?

  • Participant
    Posts129
    Member since: 17 juin 2017

    Cela viens de Byzance, l’ancien nom de la cité grecque qui siégeait à la place de Constantinople.

  • Participant
    Posts34
    Member since: 17 juin 2017

    Mais alors, d’où vient le terme de “byzantin” ?

    La langue de l’Empire était principalement le Grec et on dénomme le pays “Empire Byzantin” pour faire référence à la cité (autrefois) Grecque, Byzance (maintenant Constantinople).
    C’est surtout pour différencier l’Empire Romain antique et l’autre Empire du Moyen-Age de l’histoire Grecque.

  • Participant
    Posts520
    Member since: 17 juin 2017

    Au moins, cela a l’avantage de simplifier les dénominations des royaumes et empires dans l’histoire d’en avoir un de moins qui se nomme “empire romain” car on a déjà l’empire romain originel, le saint empire romain germanique, … Cela permet de simplifier l’apprentissage et la représentation pour beaucoup sans pour autant spécialement dénaturé l’empire (à mon sens).

  • Participant
    Posts34
    Member since: 17 juin 2017

    Le Saint Empire Romain Germanique (aussi appelé Ier Reich) a été créé par les Germains d’Othon Ier qui est censé représenter la Chrétienté car certains Européens voulaient en gros reconstituer l’Empire Romain sous influence du Pape. Mais théoriquement, ils restent soumis à l’Empereur Romain d’Orient. Sauf, qu’ils espèrent créer un autre Empire Chrétien car les “Byzantins” sont Orthodoxes.

  • Participant
    Posts1913
    Member since: 17 juin 2017

    @thomas Ier: dire que les byzantins sont Orthodoxes à l’époque d’otton le grand est un non sens. La fracture entre “catholique” et “orthodoxe” est un long chemin, la notion reste ultra floue même sous Urbain II, il n’y a pas de véritable point de fracture. Néanmoins ces dénominations peuvent être considérées comme valable à partir du début XIIème.

  • Participant
    Posts34
    Member since: 17 juin 2017

    Les Eglises ne se sont elles pas séparés lors de a création des 2 Empire Romains?

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 17 juin 2017

    Non. le Schisme n’a lieu sur papier qu’au XIème siècle et après comme l’a dit @elessar c’est plus long dans les faits.

    Omnia Sunt Comunia

    Je suis anarchiste au point de traversé dans les clous pour ne point avoir de soucis avec la maréchaussée.

  • Participant
    Posts1913
    Member since: 17 juin 2017

    Les Eglises ne se sont elles pas séparés lors de a création des 2 Empire Romains?

    Malheur! C’est impensable de diviser la chrétienté à cette époque car comme le disait le proverbe “autant qu’il n’y a qu’un Dieu dans les cieux il ne peut n’y avoir qu’un seul empereur sur terre.” A entendre par un seul empereur, empereur dans la substance, c’est à dire que cette substance peut être dévolue à plusieurs personnes en même temps.
    Pour faire l’histoire de la chrétienté, c’est simple l’Empereur est dit plus ou moins à partir de Constantin égal des apôtres. L’empereur est donc le chef du christianisme et de toutes les Eglises, et il se reposait sur ce qu’on appelle la Pentarchie, c’est à dire les 5 sièges patriarcaux de l’Oikoumène (le monde civilisé) qui étaient:
    _Rome
    _Jérusalem
    _Alexandrie
    _Antioche
    _Constantinople.

    Rome était primer inter pares c’est à dire son patriarche avait la préséance sur tout les autres mais n’était supérieur en aucun point aux autres sur les questions de doctrine ou autre l’évêque de Rome/Patriarche n’avait aucune autorité supérieure aux autres patriarcats et restait subordonnée à l’empereur qui restait le chef spirituel et temporel.
    Dans tout ces sièges Constantinople est particulière car le siège patriarcal n’a été fondé par aucun apôtre et donc il est considéré comme étant le dernier dans l’ordre de préséance des sièges patriarcaux.
    Dans l’ensemble tout se passe bien tant que la chrétienté fonctionna avec tout ses sièges, il existait il est vrai des hérésies importantes tel que l’Ariannisme ou le miaphisisme mais rien de grave il y avait une continuité dans la doctrine de l’Eglise.

    Vient la première étape dans la fragilisation de l’édifice, l’empereur Phokas étant en difficultés avec les sièges patriarcaux d’Orient décide d’accroitre les pouvoirs de primauté du siège patriarcal d’occident et donc celui de Rome qui commence à avoir plus ou moins une autorité morale sur les autres sièges. Mais là rien de grave les autres sièges faisant front commun pratiquement l’unité est préservée.
    Vient la deuxième étape, la conquête musulmane qui fait tomber les sièges patriarcaux de Jérusalem, d’Alexandrie et d’Antioche. Là ça commence à sentir le roussie, car le siège patriarcal qui est considéré comme étant le plus important parmi les 5 reste avec le siège patriarcal le moins important parmi les 5. Le patriarche de Rome commence déjà des velléité contre Constantinople la tension reste palpable.
    3ème coup dans l’édifice, Charlemagne est couronné empereur en l’An 800. Cela brise totalement le proverbe du début. Pour la première fois un patriarche couronne un empereur alors que ce rôle doit revenir à Dieu puisque l’empereur étant le chef spirituel il ne peut y avoir de personne pour le couronner. Cela dit le couronnement de Charlemagne intervient en pleine crise impériale en Orient (Irène est impératrice) et en pleine crise iconoclaste, l’empire étant en crise il ne réagit pas vraiment.
    C’est réellement à partir de ce moment que le jeu des anathèmes et des excommunications entre le Patriarche de Rome et Constantinople commence, on va dire que ce que l’on définit comme étant le schisme au XIème siècle n’est qu’une énième excommunication et anathème entre les deux partis.
    Rappelons que pour la première croisade Alexis Ier s’adresse au Pape comme un suzerain à son vassal et que ce dernier y répond favorablement en appelant à la croisade pour aider en premier lieu les chrétiens d’Orient et donc l’empereur.
    La différence entre Catholique et Orthodoxe s’est fait petit à petit, elle est surtout du d’une part à la chute de presque tout les sièges patriarcaux et d’autre part à la perte d’influence de l’empereur en Italie.
    Bien sur qu’il existe des points de différence sur la doctrine, mais elles se comptent sur les doigts d’une main, et la plus important est le filioque, savoir si le saint esprit procède du père et du fils en même temps ou que du père.

    Mais rappelons surtout que les “deux” Eglises considère l’autre comme étant légitime et n’étant pas une hérésie. C’est à dire que les deux Eglises se reconnaissent la validité de l’ordination des prêtres (un prêtre orthodoxe est reconnu par l’Eglise catholique comme étant un prêtre pouvant rendre l’office contrairement à un prêtre anglican par exemple). Les deux Eglises considèrent que la chaine apostolique de l’autre est valable et légitime, et donc un évêque orthodoxe ou catholique est aussi considéré comme étant un évêque par l’autre parti. Et enfin le point le plus important, la messe est considérée comme étant valable, un Catholique peut très bien assister à une messe orthodoxe elle est valable et vice versa, même si il ne pourra pas communier. Car il est considéré que l’esprit saint est réellement présent dans une messe Orthodoxe ou Catholique, chose qu’est refusé par ces deux parties aux autres branches du christianisme.
    Donc bon on oppose souvent Orthodoxe et Catholique, mais comme on vient de le voir, les relations entre les deux Eglises sont tellement proches qu’elle ne forme presque qu’une Eglise c’est un peu des siamois.

  • Participant
    Posts34
    Member since: 17 juin 2017

    Ok. Merci pour ces précisions @elessar 🙂

    Cependant, avant la séparation, il y a bien eu 2 chefs de l’Eglise Romaine. Le Pape en Occident et le Patriarche en Orient mais comme tu dis les Eglises ne se sont réelement séparés qu’aux début du XIème Siècle. Mais l’Empereur Romain d’Orient n’a jamais reconnu le Pape comme “Chef de l’Eglise Romaine”.

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.