Post has published by Oudinot

Ce sujet a 4 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  Pano, il y a 4 mois et 2 semaines.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Participant
    Posts1
    Member since: 10 mars 2017

    La première fois que j’ai connus ce fait d’arme exceptionnel c’était quand j’ai visionné le film de Nicholas Ray “Les 55 jours de Pékin”(historiquement nul), obsédé par la période de colonialisme occidental en extrême orient, j’ai dévorer le livre de Jean Mabire “L’été rouge de Pékin”, maintenant je vous partage ce bout d’histoire ou quelque 460 marin de 8 nationalité différente ont fait face à pas moin de  30 000 boxer et régulier.

    Le 20 juin 1900, le baron von Ketteler, ministre d’Allemagne à Pékin, est assassiné. Ce meurtre marque le début d’un siège qui va durer deux mois. Quelques centaines de diplomates, de missionnaires, de douaniers, de cheminots ou de commerçants sont assaillis par les fanatiques ” Boxeurs “, auxquels se joignent les réguliers des ” Bannières mandchoues “. Dans son palais de la Cité interdite, l’impératrice douairière Ts’eu-hi s’est juré de faire exterminer tous les ” Diables étrangers “. Les assiégés vivent dans des conditions atroces dues à la chaleur et à la famine. Et ils manquent d’armes… Le siège a réuni, dans le même camp investi, un flegmatique diplomate écossais aux immenses moustaches blondes, des Cosaques illuminés, un Irlandais coléreux devenu en un demi-siècle plus chinois que les Chinois, des vétérans de l’U.S. Marine Corps, des dizaines de prédicateurs protestants encombrés de leur marmaille, des petits marins nippons avec un colonel-samouraï, une poignée de matelots italiens fous de témérité, des Allemands taciturnes et impitoyables, quelques séminaristes qui font le coup de feu pendant que leur évêque s’empare d’un canon, des Autrichiens (pour la plupart croates) et des Français (presque tous bretons) destinés à se battre côte à côte avec des volontaires belges, un hôtelier suisse débrouillard, de froids Scandinaves autour d’un pasteur dément, un vieil hidalgo espagnol, un consul hollandais solitaire, un chef d’orchestre portugais et même une cantatrice russe qui chante tous les soirs des airs d’opéra, tandis que sifflent les balles et les éclats d’obus. Près de la moitié des combattants alliés seront tués ou blessés. Mais, à la fin de l’après-midi du 14 août 1900, les assiégés de Pékin entendront soudain, au pied de la Muraille, le son aigre des cornemuses de l’Armée des Indes…

     

     

  • Modérateur
    Posts1941
    Member since: 20 juillet 2013

    Après une mise en bouche aussi flamboyante, je t’en voudrais beaucoup si tu ne poursuivais pas, @oudinot !

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Participant
    Posts544
    Member since: 21 avril 2012

    Derrière ces révoltes des “Boxers” se joue un jeu des plus subtils notamment entre l’Impératrice et certaines organisations secrètes chinoises appelées des “Triades”, dont une partie de leurs bras armés, ces fameux “Boxers”, étaient des experts de kung-fu !

    Ce sujet-là recèle un potentiel indéniable ! 😉

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

  • Modérateur
    Posts8351
    Member since: 14 mai 2013

    Les Boxers sont effectivement une secte que l’Impératrice tentera d’exploiter pour chasser les Occidentaux de Chine sans s’impliquer directement: son armée sera dans l’affaire tour à tour neutre ou aux côtés des Boxers, mais l’Impératrice n’assumera pas cette position lorsque les Occidentaux auront repoussé les Boxers.

    Ceux-ci, trop peu nombreux et avec plein de problèmes en tête en ce début du XXe siècle, toléreront le double jeu.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts544
    Member since: 21 avril 2012

    Aux origines de la guerre des Boxers, il faut savoir que la Chine, alors dirigée par la dynastie Mandchoue (Qing), était depuis longtemps la proie de puissances étrangères telles que le Royaume-Uni, le Japon, la Russie, la France et l’Allemagne. Elles ont imposé à la Chine toute une série de traités carrément humiliants ; ceux-ci forçaient notamment l’ouverture du marché chinois à l’influence étrangère. 🙁

    « Les affaires sont les affaires ! », comme diraient certains.

    D’un point de vue culturel, des missionnaires chrétiens s’activent dans le pays et le vieux système impérial est remis en cause… Une certaine forme d’élite bourgeoise, libérale ET nationaliste, apparaît et remue les grandes villes ou, du moins, leurs populations. 😉

    L’Impératrice s’est assuré le pouvoir en 1898 grâce à un coup d’État !

    Les différents groupes de Boxers sont issus d’une longue tradition de fraternités occultes et armées. Extrêmement nationalistes, ils ont d’abord condamné l’Impératrice et sa dynastie, considérées comme « étrangères » (les Mandchous !)… Puis ils se sont ralliés à l’Impératrice pour lutter contre les ennemis communs : les différentes puissances coloniales et tous les missionnaires !

    Mais il est probable que les Boxers continuaient de souhaiter le départ de l’Impératrice… ce qui expliquerait aussi que cette dernière n’ait pas appuyé les Boxers trop fort ni trop ouvertement. Il semblerait donc que les alliés du moment se préparaient déjà à se poignarder dans le dos mutuellement sitôt les « coloniaux » chassés…

    La guerre, c'est l'histoire de l'humanité !
    Vouloir juger sans (bien) connaître, n'est-ce pas là le meilleur moyen de se tromper ?

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.