Post has published by BaTBaiLeyS

Ce sujet a 15 réponses, 8 participants et a été mis à jour par  Traxius Velone, il y a 5 ans et 6 mois.

16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)
  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Napoléon, né Napoleone Buonarparte, était dans le ventre de sa mère alors que ses parents traversaient une période de grand troubles en Corse. En effet, à cette époque, alors que l’île était indépendante et sous le contrôle de Pasquale Paoli, le dictateur adoré de la majorité des Corses, une terrible guerre contre les Français, désireux de s’emparer de cette terre méditerranéenne, était en train de se dérouler.

    C’est ainsi que Napoléon connu pour la première fois la guerre, alors que ses parents, en bon maquisards, couchaient à la belle étoile « entre deux raids » contre l’armée monarchiste. Néanmoins, après la défaite de Ponte Novu, Charles Bonaparte, au lieu de poursuivre obstinément la résistance corse, se rallia rapidement aux Français, ce qui ne fit pas l’unanimité dans son entourage.

    C’est dans ce décor que se fit la jeunesse de Napoléon, suite à ce déchirement familiale récent entre les anciennes et les nouvelles valeurs. Si il ne comprit pas toujours les évènements qui entourèrent sa naissance, ce qui est certain, c’est que plus tard, alors qu’il servait sous les ordres du roi dans l’armée royale, il développa une réelle obsession pour l’indépendance corse et une franche admiration pour Paoli, ce dictateur déchu de son île bien-aimée.

    Dans ses rêveries, il s’imaginait fréquemment comme devenant peu à peu le protégé de ce dernier, puis son successeur à la dictature. Cependant, dans les circonstances présentes, c’était chose improbable, puisque Paoli était éxilé en Angleterre et son retour durable était, pour le moins dire, impossible. Mais avec la Révolution, les choses changèrent, et le retour du dictateur devint rapidement possible, et se fit…

    Alors, plus que jamais, Le jeune Bonaparte accomplit tout en son pouvoir pour conquérir celui qu’il admirait tant, en commençant par demander une série de long congés qui faillirent, ensemble, grandement compromettre sa carrière militaire française.

    Arrivé sur l’île, le premier contact fut terriblement froid, et cette relation distante de Paoli face à ceux qu’il appelait « les fils de Charles », ne devinrent jamais bien chaleureuse.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2b/Pasquale_Paoli_by_W_Beckey.jpg
    Pasquale Paoli

    Cette partie de l’existence de Napoléon est ainsi entrecoupée de voyages en Corse et de retour en France, où il exerçait son métier d’officier artilleur dans des conditions économiques précaires. À cette époque, il assista notamment, par pur hasard, et dans le dégoût, à la déchéance du roi.

    En corse, Paoli, n’utilisant la Révolution que par opportunisme, entendait bien se détacher de la France, mais non sans tenter à quelques reprises d’humilier au passage Napoléon, ce « fils de Charles » qu’il ne blaira jamais, à un point tel qu’il en venait petit à petit à le considérer comme son « pire ennemi », sans pourtant encore savoir pourquoi avec certitude.

    Citons à ce propos cette consigne de Paris que Poali sabota tout en tentant d’humilier Napoléon. Celle-ci consistait ainsi à monter un débarquement en Sardaigne afin d’y occuper l’île. Il chargea alors partiellement Napoléon d’effectuer un débarquement qui ne pouvait, en fait, qu’être un échec. Le futur empereur, conscient du manège, commença par la suite, constatant la mauvaise volonté de son ancien héros, à s’ouvrir les yeux.

    Alors, le rêve Corse se dissipa peu à peu, et le tout se précipita lorsque Lucien Bonaparte, le jeune frère de Napoléon toujours en France, réussit à convaincre, par le biais d’une lettre à la Convention, le gouvernement d’intervenir contre le « traître Paoli », sou prétexte qu’il désirait faire entrer les Anglais en Corse.

    Le dictateur, dorénavant au courant des plans français à son égard et de l’action de cet autre « fils de Charles », déclara la famille Bonaparte hors-la-loi et à ce moment, Napoléon passa à un doigt de succomber à la vindicte populaire, largement et fanatiquement paoliste. Néanmoins, il réussi de justesse à se sauver en France, sains et sauf, avec sa famille, et à poursuivre son ascension vers les hautes sphères que nous connaissons davantage.

    C’est donc ainsi que le rêve corse de Napoléon prit fin, et que le rêve Européen put commencer…

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Les corses et leur rancune tenace… Ils se sont privé là d’un bel atout, heureusement pour la France d’ailleurs.

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Par contre, l’appellation de dictateur pour Paoli est exagérée. Il a quand même fondé la démocratie moderne, avant les USA..

    avatar-1

  • Participant
    Posts1392
    Member since: 12 avril 2012

    Merci pour ses infos et ce magnifique boulot

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    En fait Nicopo, l’appellation de dictateur est juste, pour l’époque. C’est le champ lexical moderne qui lui donna un nouveau sens, plus tyrannique. Paoli était ce qu’on pourrait appelé un « despote éclairé ». Néanmoins, ma source utilise l’appellation dictateur à au moins une trentaine de reprises.

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Son titre est “Général de la nation corse”. J’ai visité cet été son village, sa maison, le couvent où il a été proclamé général des corses, donc je suis calé sur le sujet.

    Dommage qu’on ne puisse pas insérer de musique, car un titre du groupe corse I Muvrini explique tout ça.

    Bon, le voilà sur Deezer :
    http://www.deezer.com/fr/music/i-muvrini/i-muvini-au-zenith-696847

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Oui, c’est son titre en Corse, un titre qui « miel » bien la chose. En réalité, il décidait de tout, influencé par quelques clans insulaires. Ceci dit, je ne défendrai pas plus longtemps l’appellation de dictateur que Louis Madelin et Napoléon lui-même donne à Pasquale Paoli. Qu’on l’appelle Despote, dictateur, général bien-aimé du peuple, patriarche ou tout simplement par son nom, mon but était de montrer sa relation avec Napoléon lors de sa jeunesse ^^

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts41
    Member since: 5 septembre 2012

    Je cite : La dictature désigne un régime politique dans lequel une personne ou un groupe de personnes exercent tous les pouvoirs de façon absolue, sans qu’aucune loi ou institution ne les limitent. Donc oui Paoli est un dictateur.

  • Participant
    Posts152
    Member since: 8 décembre 2012

    Napoléon est encore aujourd’hui la honte corse.
    Comme le dirait les vieux dans les villages
    je cite ” Il à offert un empire aux français, mais il n’a rien offert à sa propre terre”

    Seuls les Ajacciens l’adule autant juste parce qu’il était né dans un village non loin de là.

    Au faite quelles sont tes sources Bat’s ?

    En corse du nord (dans la région de Bastia) son nomm est Napoglione Buonapartu. Enfin moi je le prononce comme ça en tout cas faudra que je questionne un Ajaccien sur la prononciation sudiste.

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Ma source est Louis Madelin et son immense livre : Histoire du Consulat et de l’Empire ^^

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts152
    Member since: 8 décembre 2012

    Ah connais pas, je filerais demain voir chez mon libraire !
    Toujours est-il que cet histoire que Pasquale Paoli mis-à-part la corse est à connue une certaine popularité dans le monde anglo-saxon ayant fait la base de la constitution américaine. Je trouve fort dommage que son nom ne soit même pas ne serais-ce qu’évoqué dans les manuels d’histoire.
    Comme si il n’avait jamais existé…

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    En même temps, les Corses ont chassés Napoléon.
    Quand ils disent “rien” ça veut dire qu’ils attendaient monts et merveilles, ou qu’ils n’ont pas eux droit à un traitement équitable?

  • Participant
    Posts152
    Member since: 8 décembre 2012

    Pardon ?!
    Il a choisie sa voie et je ne ferais que citée ceci :
    “Néanmoins, après la défaite de Ponte Novu, Charles Bonaparte, au lieu de poursuivre obstinément la résistance corse, se rallia rapidement aux Français, ce qui ne fit pas l’unanimité dans son entourage.”

    Issue du premier message du topic.

  • Participant
    Posts387
    Member since: 24 février 2013

    Oui mai on parle du fils qui est revenu,non pas du père,donc les corse n’ont pas a se lamenté car c’est eux qui l’ont chassé comme il est dit dans le sujet .Donc au départ il voulait une Corse libre…dommage pour les Corse.
    D’ailleurs la corse n’a pas plutôt été acheté? (j’ai un vague souvenir d’une lecture)

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    D’ailleurs la corse n’a pas plutôt été acheté? (j’ai un vague souvenir d’une lecture)

    Le territoire a été acheté à la république de Gênes, pas les aspirations indépendantistes des Corses. 😉

  • Participant
    Posts152
    Member since: 8 décembre 2012

    Le “territoire”, comme vous aimer le nommer était d’abord une garantie de Gênes à la France.
    Paoli le qualifiera de vente de moutons.

16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.