Post has published by Genius

Ce sujet a 4 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  Berton, il y a 6 ans.

  • Participant
    Posts73
    Member since: 1 septembre 2012

    Le pillage de Rio
    10 au 21 août 1711

    La France corsaire

    Spécialisé dans la pêche à la morue, Saint-Malo se convertit à la guerre de course grâce aux multiples conflits déclenchés par Louis XIV contre l’Angleterre ou contre les Provinces-Unies. Parmi les guerres majeures de l’époque, on peut citer la guerre de la Ligue d’Augsbourg, de 1689 à 1713, et la guerre de Succession d’Espagne de 1702 à 1713.

    Plus de 900 corsaires furent accrédités à cette époque, tant contre le cabotage anglais que contre les longs-courriers adverses.
    Même si les raids lointains demeurèrent rares, beaucoup de corsaires firent de sérieux profits.

    Les Malouins ne furent toutefois pas les seuls à utilise de telles pratiques.
    Ainsi, le raid contre Rio fut envisagé au niveau de la ville de Brest. En 1697, le baron de Pointis quitta cette cité avec 17 navires et 1.600 hommes d’équipage pour s’emparer de Cartagena de Indias en Colombie, l’un des principaux ports espagnols d’Amérique, le 3 mai de la même année.
    Par ailleurs, Jean Bart, l’un des grands corsaires de la seconde moitié du XVIIè siècle, était originaire de Dunkerque.

    Le coût de la guerre de Succession d’Espagne

    En 1710, le roi Louis XIV avait installé son petit-fils sur le trône d’Espagne et tentait de l’y maintenir en dépit des Anglais, Hollandais, Impériaux et Portuguais.
    La guerre de Succession d’Espagne coûtait beaucoup et s’éternisait. Aussi, l’idée d’un raid destiné à s’emparer de l’or que les Portugais tiraient du Brésil commençia-t’elle à être envisagée.
    L’idée la plus séduisante consistait à piller Rio mais, à l’été 1710, une expédition française menée par le capitaine de vaisseau Du Clerc échoua piteusement devant les défenses de la ville.
    Nécessitant d’importants moyens, une nouvelle expédition imposa une alliance des moyens matériels de l’Etat français et des moyens financiers des armateurs privés.

    Le Roi, au moyen d’un traité, prêta vaisseaux, officiers et équipages au Malouin Duguay-Trouin qui dut, pour sa part, pouvoir à l’armement, aux soldes et au ravitaillement.
    Grâce à de tels moyens, l’expédition n’eut plus guère de rapports avec les opérations corsaises classiques consistant à envoyer quelques navires dans la Manche ou au large de l’Irlande pour faire des prises aux dépens de la navigation adverse.
    Il s’agissait ici de s’emparer d’un port lointain, très bien défendu, et dont les occupants avaient été rendu vigilants depuis l’échec du raid précédent.

    Duguay-Trouin constata rapidement qu’il ne pouvait s’appuyer sur ses seuls capitaux. Il se tourna dès lors vers d’autres armateurs malouins, vers la banque parisienne, et vers certains nobles, à l’exemple du comte de Toulouse.
    Au final, l’armement de l’expédition nécessita 1.600.000 livres tournois, plus du double des estimations d’origine.

    Pour se rendre maître d’une place forte située au-delà de l’océan, Duguay-Trouin réunit 7 vaisseaux de ligne, armés de 56 à 74 canons, 4 frégates, 1 corvette, 3 galiotes, un total de 738 pièces d’artillerie, du matériel de siège et plus de 6.000 hommes.
    Pour éviter d’attirer l’attention d’espions adverses, Duguay-Trouin ne concentra pas sa flotte à Saint-Malo mais la dispersa dans de nombreux ports. Il appareillera discrètement des abords de La Rochelle en juin 1711.

    En vue de Rio

    Le 10 août 1711, au terme de deux mois de mer, l’escadre corsaire arriva à proximité de Rio.
    Les vaisseaux ayant été repérés au large de la côte brésilienne, l’alerte fut donnée à Rio qui fut dès lors mise en défense.
    Pour atteindre la ville, Duguay-Trouin devrait contourner les îles de la baie, garnies de forts, et forcer une étroite passe gardée sous le feu des Portuguais, par ailleurs appuyés par une petite flotte.

    Le temps passa toutefois sans que la flotte française n’apparaisse au large de la ville.
    Estimant le danger passé, le gouverneur de la ville leva partiellement ses défenses.

    Ce fut à ce moment qur Duguay-Trouin surgit, par mauvais temps.
    Profitant de la brume, il força l’entrée de la baie, plaçant en éclaireur le capitaine connaissant le mieux des côtes dont il n’existait aucune carte fiable.
    Les navires corsaires pénétrèrent dans la baie sans être gênés par les forts et par les vaisseaux portuguais.
    La surprise fut telle que la défense s’avéra totalement inefficace.

    En vue de gêner un débarquement, les capitaines portuguais échouèrent leurs vaisseaux sous les batteries de la ville, renonçant à empêcher les évolutions de Duguay-Trouin.
    S’avançant davantage dans la baie, ce dernier parvint, la nuit suivante, à s’emparer de l’île des Chèvres où il installa ses canons pour bombarder la ville de Rio.

    Le Malouin ne lança pas l’attaque de suite. Il accorda du repos à ses hommes, épuisés par une traversée au cours de laquelle s’était déclaré le scorbut. De même, avant de bombarder la ville, il exigea du gouverneur adverse qu’il capitule…
    S’étant heurté à un refus, Duguay-Trouin ordonna l’assaut pour le 21.

    Alors que celui-ci s’engageait, un survivant de l’expédition manquée de 1710 se présentant au corsaire et lui expliqua que la population et les milices avaient pris la fuite. La panique avait ensuite gagné les troupes de métier qui avaient évacués la ville après avoir détruit une partie des magasins.
    Les Français purent donc entrer dans Rio sans rencontrer de résistance. Si une partie des biens avait été évacuée, Rio offrit encore bien des richesses.
    Par ailleurs, les Portuguais acceptèrent de verser 1.500.000 livres en échange du départ des Français et de la non-destructon de la cité.

    Un fameux succès

    L’expédition contre Rio fut une grande réussite.
    Au prix de deux navires perdus lors du voyage de retour, les corsaires ramenèrent un butin de plus de 4 millions de livres.
    L’attaque contre Rio ne fut cependant pas l’opération corsaire la plus lucrative. Elle demeura toutefois l’une des plus spectaculaire…

    Source:les batailles celebre de l’histoire.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 1 septembre 2012

    Au prix de deux navires perdus lors du voyage de retour, les corsaires ramenèrent un butin de plus de 4 millions de livres.

    Tu ne saurais pas si ces navires perdus (et leur trésor) ont été retrouvés?

    L’attaque contre Rio ne fut cependant pas l’opération corsaire la plus lucrative. Elle demeura toutefois l’une des plus spectaculaire…
    C’est laquelle la plus lucrative alors? L’attaque du Caltaflago par Drake?

  • Participant
    Posts73
    Member since: 1 septembre 2012

    Non désolé je ne sait pas si ils ont été retrouvé. :blush:
    Je suppose que les pillages des ports de Saint-Domingue, Carthagène et Sainte Augustine par drake sont parmi les plus lucratifs.

  • Participant
    Posts129
    Member since: 1 septembre 2012

    C’est laquelle la plus lucrative alors? L’attaque du Caltaflago par Drake?

    Pillage de Carthagène par les français en 1697.

    Jean Bernard de Pontis avec une flotte de 10 navires pille Carthagène avec l’aide de Du Casse et ses flibustiers. Le butin s’élèvera à environ 20.000.000 de Livres.

    Précisons que pour leur participation à cette opération, le roi Louis XIV avait promis une part du butin aux flibustiers ( qui ont fait 90% du boulot ) cette part devait être de 10% environ. Bien évidement c’était de l’esbroufe, et les flibustiers l’ont eu dans l’os, puisque De Pontis est rentré en France sans rien leur donner. La grande classe ce roi quand même….

  • Participant
    Posts624
    Member since: 1 septembre 2012

    Modo : J’ai remarqué une entorse à la règle 6 : Pas de copier/coller abusif de textes en provenance d’autres sites (http://bataillescelebres.web44.net/pages/414.html). S’il te plait, à l’avenir, essaye de rédiger des textes personnels. Rien ne t’empêche d’utiliser des sources internet mais il serait préférable que tu retravaille les textes avant de les publier.
    Merci! 😉

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.