Post has published by florian30051

Ce sujet a 117 réponses, 22 participants et a été mis à jour par  florian30051, il y a 2 ans et 4 mois.

25 sujets de 1 à 25 (sur un total de 118)
  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je présente aujourd’hui une toute nouvelle uchronie bien plus structurée que la précédente (un autre avenir pour Rome?). Vous aurez ci-dessous le sommaire de toute l’histoire de cette uchronie. Cependant pour une meilleure structuration du texte, moins de fautes d’orthographes, un meilleur français, il est préférable que je reporte la sortie du chapitre premier dans au moins une semaine.
    Comme dans mon ancien écrit, le lecteur aura le choix de choisir plusieurs scénarii différents. Ceci est pour moi un bon moyen de mettre de l’ambiance sur le sujet et je peux en même temps m’assurer de la fidélité de mon public..

    • Préface

    I) Chapitre 1: Bélisaire I « le Conquérant »
    • Interlude : les funérailles de l’Empereur

    II) Chapitre 2: Dertos I « le Nain »
    • Interlude: La Paix de 100 ans

    III) Chapitre 3: la guerre Germano-Lombardaise

    IV) Chapitre 4: Un empire en plein décroissement
    • Interlude: l’Orthodoxie divisée

    V) Chapitre 5: Le Djihad pour la Palestine
    • Interlude: « la Guerre des Mille Soleils »

    VI) Chapitre 6: La fin d’une civilisation?

    VII) Chapitre 7: L’Occident contre l’Orient
    • Interlude: la peau de Saint-Philippe

    VIII) Chapitre 8: La victoire tant désirée après 200 années de guerre
    • Interlude: Le héros de la guerre.

    IX) Chapitre 9: l’affaiblissement de la couronne Byzantine

    X) Chapitre 10: Menaces à l’Est

    XI) Chapitre 11: La révolution de la technologie militaire dans l’Empire
    • Interlude: Dans l’atelier de l’artiste

    XII) Chapitre 12: La guerre de succession, un empire divisé
    • Interlude: La poudre à canon contre le fer

    XIV) Chapitre 13: Le miracle des frères Narsès
    • Interlude: la victoire finale

    XV) Chapitre 14: L’absolutisme remise en place

    XVI) Chapitre 15: En avant vers le Nouveau Monde!
    • Interlude: La vie d’Adelphe Delnes

    XVII) Chapitre 16: La guerre de colonialisme
    • Interlude: la terreur des indigènes

    XVIII) Chapitre 17: l’empire à son hégémonie
    • Interlude: « On vit, on admire, on respire Constantinople »

    XIX) Chapitre 19: les rivaux de l’Empire Byzantin

    XX) Chapitre 20: La guerre est proche

    XXI) Chapitre 21: La guerre de 9 ans
    • Interludes: Dans la peau d’un soldat

    XXII) Chapitre 22: Victoire des coalisés
    • Interlude: La salle du congrès

    XXIII) Chapitre 23: la Révolution des peuples
    • Interlude : UDP, l’union démocratique des peuples
    • Interlude : la crise brise l’union

    XXIV) Chapitre 24: Un territoire bien petit

    XXV) Chapitre 25: la belle époque byzantine

    XXVI) Chapitre 26: La première Guerre Mondiale
    • Interlude : L’infanterie dépassée par la mécanique

    XXVII) Chapitre 27: la prise de Constantinople
    • Interludes: La ville flamboyante assiégée

    XXVIII) Chapitre 28: le souvenir d’une puissance dominante
    • Les nostalgiques de l’empire Byzantin aujourd’hui
    • L’héritage Byzantin dans le monde actuel

    Préface

    Constantinople la Magnifique, tout le monde en parle encore aujourd’hui malgré sa chute en 1921. Cette ville a entrainé tant de changements dans l’histoire de l’humanité, nous a fait découvrir tant de merveilles que la capitale Byzantine a été renommée « Constantinople la Magnifique » lors de son hégémonie au XVIIIeme siècle. Mais il est temps de vous racontez aujourd’hui, les péripéties de l’empire et d’expliquer à partir du règne de Bélisaire Ier « le conquérant » comment l’empire a pu à tel point s’étendre. Nous nous fonderons sur les écrits de plusieurs soldats, démocrates, artistes ou autres fonctionnaires de l’Etat Byzantins pour faire connaitre au lecteur les lumières et les ténèbres du descendant de l’Empire Romain…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Chapitre 1: Bélisaire I « le Conquérant »

    En l’an 565 succède Justin II au règne de Justinien. Après avoir essuyé de cuisantes défaites face aux Lombards, aux Wisigoths et aux Perses, le général Bélisaire, avec l’impulsion de beaucoup de ses amis et le soutien des païens et de juifs vivants dans l’empire, dirige son armée sur Constantinople. A la bataille d’Andrinopole (568), il écrase les forces restées fidèles à l’empereur et, après avoir assiégé pendant quatre mois Constantinople, Justin II se rend et abdique. Bélisaire s’autoproclame Empereur Romain d’Orient sous le nom de Bélisaire I.
    Après avoir accompli plusieurs réformes en faveur des juifs et des païens, il marche sur Rome et compte bien se débarrasser des Lombards. A la bataille de Capoue (571), il va battre à plate couture les Lombards et va réussir à capturer leur roi.
    Bélisaire acceptera de libérer le roi Lombard à l’unique condition que lui et son peuple se retirent de la péninsule italienne.
    Tout au long des années 570, il laisse en paix son empire même si celui-ci compte bien envahir aussi bien la Gaule que l’Ibérie.

    Alors que la santé de Bélisaire I devenait de plus en plus fragile et qu’il venait d’échapper à pas moins de huit attentats, il prit la décision de se lancer dans la conquête de l’Ibérie et de la Gaule. Le Basileus déclara la guerre aux Wisigoths qui occupaient toute l’Ibérie et l’Aquitaine. Bélisaire y fera ses plus belles victoires. A Cadix (Août 582) et à Séville (Novembre 582), il gagne héroïquement ces deux batailles alors qu’il était en infériorité numérique.
    Cependant, Bélisaire I devra abandonner l’Espagne car une affaire importante va le presser. Tibère, le successeur légitime au trône, tenta un coup d’état dans Constantinople. Il a réussi à rallier plusieurs divisions de l’armée de Bélisaire I restées en Perse Occidentale.
    Bélisaire I tombe à ce moment gravement malade et choisit un de ses fidèles, Dertos, comme héritier du trône pour contrecarrer le désire de Tibère de reprendre le pouvoir.
    Heureusement pour l’Empereur, il résiste à la grippe qu’il avait attrapée. Après une bataille assez difficile, Bélisaire I bat Tibère qui s’exile dans l’Empire Perse.
    Lorsque Bélisaire I revient en Espagne il ne reste pas grand chose des territoires gagnés contre les Wisigoths, les forces de l’Empereur restées en Espagne s’étaient fait écraser lors de la deuxième bataille de Séville (Août 583)…

    Mais Bélisaire n’abandonnera pas l’Ibérie comme en témoigne la bataille de Cadix (Décembre 583) où un commandant se démarque en résistant héroïquement face à l’élite de la cavalerie wisigothe.
    Il s’agit du futur Xecerdos, Bélisaire I lui offre le grade de général.
    Cependant après avoir pris possession de toute l’Ibérie, Bélisaire meurt, officiellement d’un arrêt cardiaque le 3 décembre 585. La thèse du crime n’est toujours pas encore écartée aujourd’hui mais on pense que des adversaires politiques lui auraient sans-doute fait ingurgiter un poison. Son corps se trouve encore aujourd’hui à la Nécropole Impériale de Constantinople.

    Carte de l’Europe à la mort de Bélisaire I dit aujourd’hui “Le Grand”

    Les funérailles de Bélisaire I

    Le futur Dertos I salut son empereur que l’on est en train d’enterrer.
    A gauche de l’héritier, nous remarquons la présence du courtisan Beldos qui a laissé à nos contemporains des précieux écrits sur l’enterrement de Bélisaire I.

    « Sainte-Sophie était splendide, l’endroit choisi était parfait. Le cortège des membres de la famille de Bélisaire était imposant. La fine fleur des gardes Byzantins était restée debout. Ils protégeaient le cortège et en même temps assistaient impuissants à l’enterrement de ce qui fut peut être le dernier soleil de notre civilisation. Cette Sainte-Sophie m’avait impressionné, ses murs grandissants, sa coupole dorée tout y était. Les prêtres orthodoxes commençaient la cérémonie, on déposait un voile rouge sur le cercueil. Le voile était somptueux, un aigle doré y était représenté. Les prêtres vêtus de noirs chantaient alors des prières qui m’étaient inconnues. Je n’avais jamais assisté à un office chrétien car j’étais de confession israélite. Bélisaire I avait reconnu mes facultés de mathématicien et malgré ma confession, m’avait élevé à un grade des plus importants dans la hiérarchie des courtisans de l’empire. Bon dieu ! Que cet empereur rejoigne le paradis ! Après la cérémonie six gardes Byzantins soulevèrent le cercueil et le cortège se dirigea vers le sous-sol de la Basilique. Cependant, je n’avais malheureusement pas le droit d’accéder aux sous-sols de la Basilique comme la plupart du public car je n’étais pas assez proche de Bélisaire I. Je m’étais aperçu qu’énormément de monde pleurait la disparition du Basileus. Le plus frappant était de voir les gardes. Ils se montraient dignes mais on pouvait deviner sans mal l’expression de leurs visages. Cette personnalité était tellement remarquable pour ses soldats que de voir leur empereur disparaître les rendait inconsolables. La cérémonie se termina à cet instant, les prêtres étaient partis, l’assemblée se levait dans un brouhaha que je ne trouvais pas digne de cet instant. […] Le soir quand je revins dans ma misérable demeure, je repensais à cet office impérial. Quelle flamboyance, l’intérieur de cette Sainte-Sophie ! Et puis de voir ces soldats aussi glorieux les uns que les autres effondrés mais fiers et fidèles à leur patrie et à leur Basileus me faisait comprendre combien cet empire pouvait encore être glorieux… »

    « Les lumières Byzantines », Beldos Livre II traduit en franc gaulois.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Je suis de plus en plus fan des role play qui se font sur le fofo. Ca me donne des idées :lol:. Merci Florian de nous donner ces récits de qualité 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Merci de ton commentaire. Cela m’encourage à continuer 😉

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Je partage ton avis Saganami, on a vraiment des role play de très bonne qualité bravo à toi florian30051 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je cherche un nom pour un général Byzantin. Je n’ai pas trop d’idée. Décidez de son nom et de ses origines, ses compétences mais prenez garde! Cela pourrait provoquer des bouleversements dans l’histoire. Le délai pour choisir se termine demain soir.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Pourquoi pas un Latin ! Par contre je n’ai pas d’idée de nom…
    Pour ce qui est de la stratégie, grâce à toutes ces conquêtes, Constantinople possède une profondeur stratégique confortable pour une guerre d’usure face à ces bourrins de Franc :D. Après, les cataphractes peuvent donner le coup fatal 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Merci Saganami mais je préfère attendre encore l’avis des autres pour choisir! Le général latin est une bonne idée tout de même. Voir des Romains d’Occident se rallier avec ceux de l’Est serait une très bonne initiative! En tout cas ce général apparaîtrait non pas au chapitre 2 qui est déjà quasiment terminé mais au chapitre 3!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Le délai se termine. Un général latin apparaitra au chapitre 3!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Chapitre II : Dertos « le Nain »
    De petite taille, cette empereur n’en reste pas moins intelligent. Il est représenté en tenu militaire, symbole de l’empereur guerrier.

    Le successeur de Bélisaire I, Dertos I, était de petite taille. Aujourd’hui on le compare souvent à un nain. D’après la légende Byzantine, Dertos I serait né à la suite d’une relation entre son père courtisan et une esclave naine. Les actions du nouvel Empereur furent brèves. Il décida pour unir les grandes familles de la noblesse impériale de se marier avec Justina, membre de la famille de Justinien Ier, ancienne femme du général Justinien mort au combat sous Justin II.
    De cette union naîtront neuf enfants. Quatre d’entre eux moururent dès leur plus jeune âge. L’héritier au trône se nommait Michel. Ainsi Dertos I fut préservé de tout bouleversement politique de l’intérieur. Cependant l’empire que laissa Bélisaire I était encore en guerre contre les Wisigoths qui avaient reformé leurs armées et qui s’apprêtaient à déferler sur l’Ibérie. Et comme si ce n’était pas assez, l’empire Perse et ses alliés ne cessèrent de revendiquer certains territoires Byzantins. Dertos I ne put se permettre de perdre des terres. Il laissa la général Xecerdos s’occuper des Wisigoths tandis que lui-même se déplaça vers les frontières orientales de l’Empire.
    En arrivant à Constantinople avant de se diriger vers la Perse, Dertos I apprit une terrible nouvelle. Le peuple Byzantin écrasé par les immenses impôts s’était révolté et avait persuadé le duc de Trébizonde de se révolter contre la pouvoir impérial. Le duc profita de l’insurrection et promit aux révoltés qu’il cesserait la guerre et qu’il réduirait les impôts lui sur le trône impérial. Dertos I marcha pour la province de Trébizonde où s’étaient ralliés tous les révoltés contre la couronne impériale. Il défit les forces ennemies à la bataille de Césarée (589) et marcha sur Trébizonde où il comptait bien en finir avec cette rébellion.
    On raconte aujourd’hui que juste après la bataille, alors qu’il montait sur son cheval, le Basileus apprit la prise de Narbonne par Xecerdos. A cet instant, il aurait crié au messager de dire au vainqueur qu’il deviendrait Duc d’Ibérie.
    Plus tard le basileus apprendra que le duc de Trébizonde lui offrira la paix en lui léguant tous les révoltés mais le supplierait de pouvoir garder son titre.
    Dertos I fut forcé d’accepter car il voulait le plus vite possible en finir avec les menaces de guerre contre l’empire Perse.
    Les menaces de guerre se confirmèrent, en novembre 1589, où une armée perse de 20000 hommes marcha sur Antioche et Jérusalem. L’Empereur réunit 14000 hommes et marcha sur Antioche où il espérait pouvoir recevoir 10000 hommes en renfort. Le 7 Février 590, le Basileus et son armée essuyèrent une cuisante défaite non loin de Jérusalem. Les Wisigoths s’étant rendus face à la puissance de l’armée de Xecerdos, le Basileus demanda au général de se diriger lui et son armée pour Alexandrie.
    Le 9 Août 590, après avoir assiégé pendant de long mois Jérusalem, la ville sainte se rendit. Cependant les troupes de Xecerdos constituées de 30000 vétérans de la guerre Ibérique arrivèrent à Alexandrie et se préparèrent à marcher pour Jérusalem où s’étaient retranchées les troupes perses.
    Le 9 décembre 590 alors que l’orage battait son plein, l’armée Byzantine lança l’assaut sur Jérusalem qui en infériorité numérique dut se rendre et l’armée Perse s’y étant retranchée fut persécutée. Fatigué de la guerre, Dertos I demanda à l’empereur Perse une paix blanche qu’il acceptera.
    Dertos I réduit alors les impôts et organisa plus de jeux dans l’hippodrome de Constantinople pour satisfaire la population byzantine.
    La paix durera une vingtaine d’années jusqu’à ce que les francs revendiquent l’aquitaine Byzantine.
    En effet, en 610, alors que le Basileus fêtait ses 40 ans à Constantinople, que le peuple était heureux, les francs déclarèrent la guerre aux Byzantins. En apprennant cette nouvelle, l’empereur envoya son fidèle Xecerdos défendre son duché.
    Le Basileus voulut continuer de préparer les festivités de son anniversaire dans tout l’empire et donc resta à Constantinople. Pour fêter les heures de gloire de l’empire, Dertos décida d’ériger un monument en sa gloire. Il fit appel aux professeurs de tout l’empire pour construite une immense bibliothèque à son égide. Il alla déplacer tous les documents sacrés de l’orthodoxie, mais aussi tous les documents latins de Rome. Il s’opposa au Pape en prenant tous les documents de l’église catholique. En effet, Dertos voulait réunir le christianisme dans une seule ville : Constantinople.
    La Bibliothèque de Constantinople (celle-ci n’existe malheureusement plus à cause de l’incendie de 1351)

    Le pape fut révolté de se faire voler autant de livres saints et décida de se réfugier dans le pays Franc ce qui laissa une autorité totale de Byzance sur Rome.
    Xecerdos fut l’auteur d’une série de victoires éclatantes contre les Francs. L’armée Byzantine marcha sur Paris (que nous appelons aujourd’hui Lutecia) et le Basileus avait clairement l’ambition de rallier toutes les Gaules.
    Après la rédition de Paris (Février 611), la victoire de Tournais (Septembre 611) et de Condate (Août 611), les Francs se rendirent et Xecerdos les chassa derrière la Rive Gauche du Rhin. C’est le 8 mai 612 que la paix fut acceptée par les deux nations en l’échange de tous les territoires de la rive gauche du Rhin et que les festivités dans tout l’empire commencèrent.
    Le pape fut capturé à Divodurum et fut exécuté pour empêcher tout retour dans l’empire à la foi catholique.
    On fêta le retour durable de l’empire Romain, on remercia la foi orthodoxe. Le peuple était content. Même si le système de l’état était resté centralisé sur Constantinople pour empêcher toute sécession de l’empire, Rome garda un pouvoir distinct.

    Ce fut le triomphe d’un empire, d’une civilisation qui avait pratiquement conquis tout ce qu’elle avait perdu.
    Avant sa mort en 614, Dertos I prit en charge de créer dans tout l’empire différents royaumes vasseaux. Xecerdos devint roi d’Hispanie, les fils du Basileus à part l’héritier Michel reçurent des royaumes tels que le royaume Latin, le royaume des Gaules, le royaume de Germanie, le royaume d’Helvétie, le royaume de Perse, le royaume de Jerusalem, le royaume du Nil, le royaume de Carthage, le royaume du Détroit, le royaume de Bulgarie.
    En créant tous ces titres, Dertos s’assura du soutien de tous ses vassaux.
    Dertos I était conscient que la situation de certains royaumes était désavantageuse comme celle du royaume du détroit et celle de la Germanie mais l’empereur interdit la guerre entre royaumes avec ces états. Ainsi le nouvel empire romain était devenu stable sans aucun risque de révolution même pour les plus hauts nobles qui auraient reçu chacun un royaume. Chaque royaume fut divisé en duché qui eux même étaient divisés en comtés. L’empereur n’avait plus le pouvoir absolu.

    Dertos I fut comme ses prédécesseurs enterré dans la nécropole impériale et Michel I accéda au trône Impériale.

    L’empire à la mort de Dertos I.

    ——————————————————————————————–
    J’ai besoin de savoir sur quel format vous voulez la suite. Plus d’un siècle s’écoule entre le chapitre 2 et 3…
    J’ai donc eu l’idée de réaliser un tableau avec les années et les évènements pour résumer ce qui se passe pendant ce siècle mais je peux aussi le faire romancer. Cependant cela me prendra plus de temps.
    L’interlude des 100 ans de paix devrait arriver après-demain.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Je suis un fan de Dertos, voilà quelqu’un qui sais y faire et qui a su être intelligent en déléguant un peu de pouvoir sur son si grand empire pour un peu de stabilité.

    Pour moi la paix peux être intéressante à raconter, je te fait confiance et je prendrais mon mal en patience 😉
    (et j’ai quelques idée sur ceux qui mettront des bâtons dans les roues de Constantinople par la suite 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Merci beaucoup de ta réponse. J’en tiens bien sûr compte. Malheureusement Byzance par la suite ne connaîtra pas des empereurs de la pointe de Dertos I et de Bélisaire I…
    Je ferai je pense une sorte de sous-chapitre. Mais il faudra alors attendre. Merci encore. 🙂

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Heureusement, ça serait trop facile sinon 😉
    Bonne continuation

  • Participant
    Posts2063
    Member since: 13 avril 2012

    comment ais je pus zapper un tel RP -_-” bref c’est juste excellent je suivrais la suite avec grand intérêt 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    J’ai besoin d’un nouvel empereur diabolique:
    Choisissez donc: sa caractéristique
    A. Mégalomane
    B. Sanguinaire et cruel
    C. Créateur d’une religion païenne qui fâche le peuple orthodoxe
    D. Proposez si vous avez d’autres idées 😉

    Le délai se termine après-demain soir.

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Je pense qu’un empereur vicieux et cruel serait une excellente option 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Désolé mais à cause des préparatifs du RP commun le rythme de ce RP sera plus lent. La suite est donc reportée.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    A :mégalomane, sans hésitation 😀

  • Participant
    Posts719
    Member since: 4 mai 2012

    D: Schizophrène, réservé, cruel et peu sociable.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    L’enfance du général Latin débarque dans une petite interlude.

    « Je m’étais réjouis de toute cette bravoure que m’avait transmis grand-père. Il avait combattu dans les rangs de Xecerdos, et avait participé à la guerre contre les Francs. Il aurait même participé à la bataille de Condate d’après les dires de père. Et je voudrais remercier grand-père, car c’est grâce à lui et aux soldats de Dertos le Grand que l’empire est en paix et qu’il a restauré la gloire passée. Nous connaissons depuis plus d’un siècle une paix agréable malgré quelques guerres entres vassaux de l’empire. Hier, j’ai visité les rues de Mediolanum. Nous venions d’y loger et mon père, riche marchand de bestiaux provenants des Gaules, entreprit un marché très avantageux pour notre famille. Chaque jour, père et moi-même étions au forum de la ville. Nous vendions des peaux de bêtes, des chiens gaulois et de l’urine animale. En effet, Michel I avait instauré une taxe sur ce précieux liquide qui servait de détergent. Le forum était colossal, le roi Latin Lucius Moranus avait ordonné la construction d’un gigantesque forum pour rendre hommage aux brillants étudiants de la ville universitaire. Médiolanum était la ville universitaire du royaume d’Italie. De nombreux étudiants en quête de savoir faisaient des études. Le roi d’Italie avait construit une grande université militaire. Je rêvais d’y faire mes études. Mon frère étudiait à l’université « Bélisaire ». Tout y était revu … L’emploi des forces, les causes de la tragédie de l’empire d’Occident et puis au final, on nous apprenait les multiples bienfaits de Byzance. Et puis Mediolanum, ce sont aussi des centaines d’artistes- peintres et de sculpteurs connus dans tout l’empire. La statue du Légionnaire est sans doute le monument le plus remarquable de la ville « étudiante ». Cependant je connaissais aussi Bellum1. Le roi de Bulgarie revendiquait le nord de l’Italie et avait déjà pillé à maintes reprises la ville. Mais bon, dans ce bas monde, rien n’est parfait.
    Ma mère était servante à la maison Elartenum, la plus riche famille Patricienne de la ville. Moi, je voudrais devenir un grand général Latin, je voudrais dissuader le roi de Bulgarie d’attaquer sans relâche l’Italie. Oui, un grand chef militaire, qui marquera l’histoire du pays latin et de Byzance. Demain, avec mon père je me présenterai chez le décurion de la garde Latine pour qu’il accepte de m’instruire l’art de la guerre. Enfin après ma victoire sur le roi Burgare je serai aux services de l’empereur et deviendrai le plus grand général des temps. »

    « Enfance joyeuse », Marcus Meldicus, futur général du roi Latin et de l’Empire Byzantin.

    1 : Bellum : la guerre. Nous utilisons de plus en plus ce mot issu du latin.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    J’ai hâte d’en savoir plus sur Marcus Meldicus. J’espère que ce sera un grand Imperator 😀

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    C’est à propos d’une nouvelle religion païenne où je reprends le principe d’un monde où les arbres et les animaux sont sacrés et sont les signes de la vie. Pouvez-vous me donner des Dieux pour cette religion et leur fonction? Et puis donnez-moi un nom pour cette religion!
    (Ne vous inquiétez pas, cette religion ne s’implantera pas dans l’Empire mais dans un de ses pays frontaliers).

  • Participant
    Posts2063
    Member since: 13 avril 2012

    ON VEUT LA SUITE!!! ^^

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    La suite est prête mais je préfère encore attendre ce soir ou demain pour que je puisse la perfectionner. Cependant, il y aura de la quantité! 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012
    Sous-partie I: la Fin de l’âge d’Or et le début d’une nouvelle ère

    L’Empereur Constantin III représenté en saint empereur.

    En mai 614 Dertos I est enterré à la Nécropole Impériale. Michel I accède au pouvoir. Dans le milieu de l’année 616, les Lombards réorganisés pour mener une guerre envahissent un énorme territoire le long de la rive Nord du Danube et un royaume né ainsi : le Royaume Lombard. Pour une meilleure relation avec le pays, Michel I entretient de bonnes relations avec l’ancien ennemi de la couronne Byzantine. Les Lombards sont païens et respectent une nouvelle religion fondée sur le respect des arbres et des animaux de la forêt. Malgré cela, l’entente cordiale continue entre Byzance et la future capitale Lombarde : Viennetá. Entre 616 et 620 sont organisés plusieurs mariages seigneuriaux entre les royaumes Germains, Gaulois et le pouvoir Lombard.
    En Février 617, Michel I fait construire une immense colonne en l’honneur de l’Orthodoxie au plein cœur de la capitale de l’Empire. Elle attire encore énormément de touristes aujourd’hui.

    En 620, le reste de l’empire Franc et des tribus Germaines se convertissent à l’Orthodoxie, s’unifient pour former l’Empire Germain qui se veut descendant de l’Empire Romain d’Occident. Cela lui vaut le mépris de Constantinople qui avait déjà organisé tout un système propagandiste faisant croire aux élites latins que le descendant de l’empire Romain d’Occident est Constantinople et non pas un autre pays. Cette concurrence pour la place d’héritier va faire se diviser pendant longtemps le peuple Latin de l’Empire. Cependant aucune violence et aucune guerre civile n’auront lieu bien heureusement. Triste évènement en 621, le roi Hispanique Xecerdos I meurt. D’après beaucoup d’historiens, sa disparition mettra fin à la grande période d’or de l’empire.
    En son hommage, Michel I ordonne la construction de la grande agora intérieure « Xecerdos » non loin de l’hippodrome de Justinien. Le majestueux bâtiment de l’agora existe encore aujourd’hui.

    Dans les années 625-626 née une nouvelle religion issue du monothéisme judéo-chrétien, l’islam. En Mars 626, le Roi Perse est assassiné pour laisser un nouveau dirigeant islamiste à sa place Mohamed Al-Dejira. Celui-ci jure sur que son pays convertira de force s’il le faut le monde entier à la foi islamique. Michel I s’oppose fermement à l’apparition de cette nouvelle religion et commet des persécutions contre les Musulmans aux frontières Orientales de l’empire. Mais peu à peu, de 626 à 629, la pensée perse se développe dans tout le Moyen Orient attenant les plaines du Ghassan, l’essentiel du littoral de la Mer Caspienne et se délimite au fleuve Indus à l’Est. La Mecque devient la ville Sainte de la religion. Constantinople reste la capitale de l’Orthodoxie et la foi Lombard accueille ses croyants à Viennetá chaque année pour rendre grâce aux esprits de la forêt.

    Le 3 Janvier 623 meurt Michel I mystérieusement dans son sommeil ce qui clos définitivement l’âge d’or Byzantin. C’est le début de l’ère « εποχή του αλλαγή », « ère du changement » traduit du grec.
    L’ère du changement fut d’abord une longue période de décadence pour l’empire qui durera pendant plus d’un siècle.
    Mais revenons à l’histoire de cette triste disparition. Michel Ier fut abandonné comme les précédents Basileus à la Nécropole Impériale et laissa son plus vieux frère, le futur Constantin III lui succéder.
    En 625, des flottes barbares dans la mer du nord alors inconnues des forces Byzantine et Germaines écrasent la flotte Byzantine non loin de la baie de Juliobonna (Normandie actuel). Constantin III d’abord refuse de croire à cette défaite qu’il dit impossible. Petite anecdote soit dit-en passant : cet empereur est connu pour être l’empereur ayant dit le plus de « αδύνατος ! » (« Impossible ! » en grec ancien). Mais quelque chose va encore aggraver la situation, les troupes barbares que l’on nommera vite «Vikings » lorsqu’on apprendra qu’elless proviennent de Scandanavie ont débarqué à Baïobasse et envahissent la province de Condate. Hector Ier, roi des Gaules regroupe une immense armée de plus de 20000 hommes et déferle sur la province récemment perdue. Malheureusement, à la bataille de Rolomagus, les troupes Gallo-Byzantines se font écraser par les puissants hacheurs d’élites vikings. Hector I est tué lors de la bataille, ce qui laisse la porte ouverte de la Gaule aux Vikingss. Mais ayant perdu leurs rois, les duchés Gaulois se révoltent contre les Vikings et appellent à l’aide Constantin III. L’empereur, bien décidé à ne pas perdre la Gaule, décide de donner le titre de roi des Gaules au général Vikings Njerg qui n’hésite pas à accepter et à trahir ainsi son pays viking. Cependant les ducs déçus par l’attitude de Constantin III manifesteront pendant longtemps leur mécontentement contre leur empereur qui les « a trahis ».
    Alors que le combat contre les barbares Vikings vient de terminer, une nouvelle guerre a lieu pour la succession de la couronne de Bulgarie. La guerre fait rage pendant trois ans avant que la Perse Byzantine et son allié Grec réussissent à prendre le dessus. Ainsi, le frère du Roi de Perse reconnu par le roi Grec devient roi de Bulgarie.

    A suivre…

    **********************
    La suite arrivera dans un prochain sous-chapitre. L’attente risque d’être assez longue. Cependant, certaines petites interludes devraient voir le jour entre temps.
25 sujets de 1 à 25 (sur un total de 118)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.