Post has published by guiguit

Ce sujet a 7 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  sanguinius, il y a 1 an et 1 mois.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Modérateur
    Posts2005
    Member since: 26 août 2013

    Le débarquement français en Irlande

    En 1689, la France du Roi-Soleil doit faire face à la ligue d’Augsbourg, une coalition qui regroupe ses ennemis autrefois divisés : Provinces-Unies, Angleterre, Espagne, Autriche et une partie des principautés allemandes…. L’architecte de cette alliance jusqu’ici improbable est Guillaume d’Orange à la fois roi d’Angleterre (depuis la Glorieuse Révolution) et stathouder des Provinces-Unies. Louis XIV et son état-major pense que la perte du prince d’Orange signifierait le début de la fin de la coalition. C’est pourquoi ils soutiennent les Jacobites, les partisans des Stuart déchus sur toutes les terres des Iles britanniques.

    Jacques II, réfugié à la cour française, parvient à convaincre son cousin Louis de tenter un débarquement pour lui permettre de récupérer son trône et de retirer l’Angleterre de la ligue. L’Irlande semble être le lieu de débarquement tout désigné : peuplée de catholiques qui détestent cordialement les protestants, l’île rassemble de nombreux jacobites.

    Le 12 mars, l’ancien roi arrive sur les côtes irlandaises à Kinsale. Il est soutenu par un millier de partisans britanniques encadrés par une centaine de conseillers militaires français. Ces derniers se disputent avec les stratèges jacobites sur les objectifs à atteindre… Si bien qu’ils piétinent devant les villes d’Irlande du Nord, notamment Derry. Malgré un soulèvement parallèle des Hautes Terres écossaises, les Anglais orangistes font parvenir des troupes durant l’hiver.

    C’est pourquoi Louis XIV envoie 10 000 hommes et 60 canons en renforts en mars 1690. Pendant ce temps, l’armée orangiste du maréchal de Schomberg a pris pied sur l’Ile Verte mais n’a pas engagé des combats décisifs et se fait harcelé par les rapparees, les partisans (au sens de résistants ici) irlandais catholiques. Excédé des gesticulations son général, Guillaume d’Orange se rend lui-même en Irlande. Il renforce son armée qui compte alors 36 000 hommes. Ce sont des Anglais, des Ecossais, des protestants irlandais, des orangistes néerlandais, des huguenots français ou encore des mercenaires du Danemark et de la Norvège. Les Jacobites alignent 25 000 soldats : le corps expéditionnaire français et les troupes irlandais jacobites.

    Guillaume veut marcher directement sur Dublin. Le Stuart lui barre la route au niveau de la rivière Boyne, à dix kilomètres au nord de la capitale ilienne. La bataille a lieu le 1er juillet 1690. L’infanterie anglaise force un passage à gué face à la cavalerie irlandaise et fond sur les jacobites en mauvaise position. La défaite est consommée mais la déroute est évitée par le comportement des Français qui protègent la retraite. Les pertes sont de 1500 jacobites pour 750 orangistes.

    Jugeant l’entreprise définitivement perdue, Jacques quitte l’Irlande pour ne plus jamais y revenir. Les troupes françaises évacuent le pays. L’île sera reconquise complètement l’année suivante et les ultimes forces de la maison Stuart défaites à la bataille d’Aughrim. Des soldats irlandais sont quand même parvenus en France. Ils formeront la fameuse Brigade irlandaise qui se distinguera à Malpaquet, à Fontenoy et dans tant d’autres batailles.

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/9/9f/Map_of_Ireland_-_Williamite_War.GIF

    Les principales batailles et sièges de la campagne d’Irlande

  • Participant
    Posts2156
    Member since: 16 avril 2012

    Un sujet qu’on connaît peu sur le continent et pourtant il a été capital pour la suite du royaume des îles britanniques.

    Ca me fait penser au débarquement espagnol de 1798 aussi en Irlande.

  • Participant
    Posts1365
    Member since: 17 avril 2015

    Le débarquement espagnol est plus vieux, 1798 c’est la France. Ce dont tu parles se passe au XVIIe siècle je pense, lors de la rébellion des chef Gaëls et des Vieux Anglais (les très vieilles familles d’origine normande, et catholique, qui voyaient d’un mauvais œil ces Angles hérétiques qui venaient leur imposer leur loi.)

    EDIT: Je vérifie mes sources et je complète tout ça plus tard

  • Participant
    Posts1365
    Member since: 17 avril 2015

    (Deuxième message car différent du premier):

    En 1598, les seigneur Gaëls d’Ulster menés par Hugh Ui Neill (O Neill en version anglaise) et les O Donaill (O Donnel en version anglaise) embrasent l’île, les Vieux-Anglais se rallient à eux, le Pape leur ffre son soutient (moral) et l’Espagne finit par débarquer 3500 soldatd, alors que l’île entière se soulève (essentiellement les provinces d’Ulaidh (Ulster) et de Mhumhain (Munster) mais elle représente une très grosse part de l’île. Le problème c’est que les Espagnols vont finir par tout faire capoter, en refusant de se plier à la guérilla que menait Ui Neill auparavant (quand tes soldats manient mieux le dard que le mousquet, ça se comprend…) et le résultat fut un bon carnage et la mise au pas, pour le moins…. Sanglante de l’Irlande. Et surtout de l’Ulster. Les Anglais y ont reproduits ce qu’ils avaient fait en Amérique: Virer les indigènes, et installer des presbytériens (majoritairement Écossais)et des Anglais à la place. Ce qu’il faut se dire, c’est que l’Europe a eu des terres colonisées, et l’Ulaidh en fait partie. D’ailleurs par rapport à la bataille de la Boyne dont parle ici guiguit, les protestants la fête, c’est quasiment leur fête nationale.

    Je ferai peut-être un sujet dédié à cet évènement, en m’inspirant de ce que guiguit fait ces derniers temps, je tiens d’ailleurs à saluer l’énergie dont il fait preuve pour animer sa section, en proposant régulièrement du contenu bref, mais qui n’en reste pas moins intéressant et instructif.

  • Modérateur
    Posts2005
    Member since: 26 août 2013

    Je connaissais les raids castillans dans la Manche durant la guerre de Cent Ans, l’épopée de l’Invincible Armada et même la tentative franco-espagnole de débarquer en Angleterre durant la guerre d’Indépendance américaine sans oublier la campagne de Trafalgar (où les Espagnols n’ont pas démérité) mais j’ignorais cette campagne espagnole ! Je ne peux que t’inviter à partager tes connaissances dans la section ad hoc @Sanguinius.

    Pour en revenir à 1689, vous ne pensez pas que Jacques Stuart a baissé un peu trop vite les bras ? A l’époque, la marine française était encore capable de soutenir un nouveau débarquement et la répression du soulèvement écossais n’avait pas enlevé tout espoir aux guerriers des clans… En outre, cela aurait peut être forcé les Anglais à maintenir des troupes en Irlande plutôt qu’aux Pays-Bas ou sur le Rhin…

  • Participant
    Posts1365
    Member since: 17 avril 2015

    Totalement, @guiguit Jacques II a totalement paniqué, alors qu’il lui restait encore de quoi lutter. La preuve, les forces loyalistes vont tenir jusqu’en 1691, et d’ailleurs la bataille d’Aughrim n’a pas tenu à grand-chose. Saint-Ruth, le général français en charge des forces loyalistes s’est fait arracher la tête par un boulet de canon alors qu’il allait prendre l’avantage…. Le sort de la guerre est bien plus décidé à Aughrim qu’à la Boyne, ce qu’aurait donné la guerre avec un Jacques II plus capable, on ne peut pas se montrer trop affirmatif, mais la partie aurait été bien plus dure pour les Anglais. Sarsfield seul leur a tenu la tête, alors si les Français étaient restés….

  • Modérateur
    Posts1264
    Member since: 26 avril 2013

    Les Français tenteront aussi un débarquement mené par Hoche sous la Révolution me semble-t-il, cependant à cause du mauvais temps, la flotte française devra abandonner l’opération.

  • Participant
    Posts1365
    Member since: 17 avril 2015

    Effectivement, en fait il y en eu deux, le premier en 1796, commandé par Hoche (miné par la mauvaise volonté des officiers de la marine et la tempête essuyée, il échoua totalement alors que l’Irlande ne demandait qu’à éclater). Le pays éclata d’ailleurs en 1798, mais il se souleva seul, le second débarquement français eut lieu le 6 août 1798 (et il réussit) mais la rébellion avait déjà été écrasée le 21 juin à Vinegar Hill (un massacre célébré encore par les protestants… Pour eux écraser une fourmi d’un district catholique doit être considéré comme un exploit martial…) donc les forces françaises arrivèrent bien trop tard, et malgré quelques succès initiaux, elles se firent encercler et durent se rendre.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.