Post has published by Ice_demon

Ce sujet a 10 réponses, 8 participants et a été mis à jour par  Dragons, il y a 8 mois.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Participant
    Posts201
    Member since: 13 septembre 2013

    Selon vous, entre le combat au corps a corps et le combat a distance, lequel est plus terrifiant pour l’humain?

    -Faut-il plus de courage pour affronter une pluie de balles et de bombes, dans une situation ou il est possible de ne pas pouvoir répliqué ou même de voir l’ennemi ?

    -Ou faut-il une plus grande bravoure pour affronter face a face et dans une mélée caothique, un ennemi qui veut vous tuer de ces mains, toute en suportant son regard ?

    -Peut- être considérez -vous que les deux sont aussi terrifiants ?

  • Participant
    Posts2180
    Member since: 16 avril 2012

    Jusqu’aux armes à feu le corps à corps est plus terrifiant selon moi. Déjà parce que ce soit chez les Celtes, Germains, Romains, Hellènes… les armes de jet causaient des dégâts mais relativement peu. On s’échangeait des tirs mais assez vite on passait au contact. Et là quand on doit subir une charge de Celtes ou Germains qui vocifèrent (avec le carnyx chez les Celtes), ou un mur de métal d’hoplites ou pire une phalange de sarissophores ça doit être très impressionnant.

    Même chose au Moyen âge avec les charges de chevaliers ou les pays à tradition d’infanterie. Et même si je prends les Iraniens qui ont une tradition d’archerie, j’aurais plus peur de tenir ma position face à des cataphractes que face à des archers montés.

    Par contre après les armes à feu c’est l’inverse. Le côté totalement hasardeux fait que tu peux mourir comme un con à tout moment sans que tes capacités soient mises en cause. Tu marches à un kilomètre de l’ennemi, le canon tonne et paf un boulet qui t’arrache la gueule… littéralement.

  • Modérateur
    Posts2996
    Member since: 12 avril 2012

    Je me suis permis de corriger le titre pour qu’il soit plus parlant.

    Ce sont deux courages très différents qui sont nécessaires pour ces formes de combat.

    Enfoncer une lame dans le corps d’un humain n’est pas naturelle et nécessite une certaine dose de courage/folie/adrénaline pour le faire. C’est plus facile de tirer quoique des études ont démontré par exemple que très peu de soldats américains pendant la seconde guerre mondiale ont effectivement ouvert le feu sur l’ennemi. La présence d’un officier semble nécessaire, comme un dernier coup de pouce pour le soldat tire dans la bonne direction.

    Le corps à corps nécessite un courage actif, le tir à distance nécessite un courage stoique.
    Selon sous le feu, la mort comme hypothèse de travail de Michel Goya ce qui est le plus dur à supporter c’est de subir le feu ennemi sans pouvoir répliquer. C’est ainsi que des unités entières peuvent se mettre à tirer sans même avoir vu l’ennemi juste pour décharger leur stress en même temps que leurs balles. En revanche des soldats enfermés dans un bunker ou dans la cale d’un navire vont subir le feu sans pouvoir agir et cela est particulièrement terrifiant.

    Autre point la peur qu’engendre une arme n’est pas proportionnelle à son efficacité. Les gaz de combat, l’artillerie ou les bombardements aériens sont vus comme les armes les plus terrifiantes alors qu’elles ne sont pas les plus létales. On en revient surement ici à cette idée d’impuissance.

    Comparaison n'est pas raison.

  • Participant
    Posts16
    Member since: 2 décembre 2016

    Je pense que cela dépend vraiment parce que je pense (bien que ça ne me soit jamais arrivé) que tuer un homme avec une épée ou quelqu’autres armes aux corps à corps nécessité soit du courage et de la maîtrise de soi au degrés le plus élevé soit une haine implacable envers l’adversaire puisque sous nos yeux nous voyons directement la mort donne de sa propre main. Ceci est valable si l’on est la personne qui tue mais à l’inverse si l’on est le tué je trouve cela plus effrayant puisque généralement une bataille au corps à corps est gagné par le plus grand nombre et qu’ainsi, pauvre soldat tu te vois courir vers ta mort que tu vois de face.

    Dans le cas où il s’agit du combat à distance (depuis la poudre à canon), dans le cas où tu es la personne qui tue, cela est moins effrayant puisque tu a juste à appuyer sur une gâchette et tu ne vois pas forcément ta victime. Cela est d’autant plus vrai aujourd’hui avec par exemple l’aviation notamment les bombardiers qui de l’altitude tuent des personnes sans savoir le nombre et sans les voir.
    Par contre quand tu est la victime, soldat de la première guerre mondiale qui avec son fusil est directement et sans le réaliser mort par un tir d’artillerie ou de mitrailleuses, cela doit être particulièrement effrayant puisque la mort peut venir de n’importe où à n’importe quel moment.

    Ma conclusion pencherais plus vers le corps à corps mais j’aimerais avoir votre retour.

  • Modérateur
    Posts8354
    Member since: 14 mai 2013

    Les commandos britanniques, premières unités du genre, ont recruté des sportifs (footballeurs, boxeurs).
    Les opérations étaient considérées comme violentes, les armes étaient des armes à feu, mais souvent le combat était rapproché lors d’opérations urbaines ou pour déloger une position retranchée. Dans ces conditions, pensez-vous que les qualités physiques d’un sportif aidait à mener ces opérationset à supporter la pression engendrée?

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 26 février 2013

    Peut être pas la pression ni le stress mais leur condition physique était nécessaire pour “supporter” les épreuves. Et les commandos était tous armés au moins d’une arme “blanche”, normalement la dague commando. Et toute une partie de leur entrainement était consacré a l’utilisation de cette dague, avec d’autre technique de combat rapproché (close combat).
    Comme dit plus haut, leur condition physique permet “juste” de faire des missions éprouvantes physiquement, longue sur la durée et nécessitant un travail d’équipe.

    Omnia Sunt Comunia

    Je suis anarchiste au point de traversé dans les clous pour ne point avoir de soucis avec la maréchaussée.

  • Participant
    Posts45
    Member since: 28 février 2017

    Dans le combat à distance, l’avantage, c’est qu’il y a généralement moyen de se mettre à couvert, ce qui est un gros plus pour répondre à la question : quel est le plus effrayant 😆

  • Modérateur
    Posts8354
    Member since: 14 mai 2013

    Et d’un autre côté, en combat à distance, on ne sait pas quand et d’où va venir la munition fatale, tandis que l’approche pour un combat au corps à corps est sereine.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Admin bbPress
    Posts6302
    Member since: 5 août 2017

    Sereine? oui, assurément, excellent choix de mot 😀

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts16
    Member since: 2 décembre 2016

    Oui, être “serein” me paraît difficile lorsque l’on va au corps à corps.

  • Participant
    Posts152
    Member since: 15 janvier 2017

    Qui est le plus courageux ? je sais pas . entre courir vers ta mort sous une pluie de tirs et de bruit sourd et faire face à la tienne dans un combat féroce et chaotique ou tu te prend des coups de partout et couvert de sang fatigué etc.. bref c’est pas vraiment comparable.

    Mais selon moi il faut plus de sang froid pour abattre un homme avec un fusil que avec une lame;bien souvent avec le fusil tu à un minimum de temps pour <> (dans le cas ou tu vise un homme) et donc le tue,surtout que en plus du stress de tiré ta la peur bleu de te faire tirée toi même dessus pendant que tu tir,bref.

    alors que dans un combat pour ta vie avec des armes rapprocher ou TU SAIS que à la moindre hésitation tu crève l’adrénaline et le moment présent l’emporte donc tu frappe tes adversaires sans aucune hésitation car si tu hésite tu est mort.

    Après dans les deux cas ils faut bien se dire que dans le premier (combat au fusil)

    dans la plupart des batailles à l’armes à feu c’est tranchée/armée regrouper en face qui se tirs dessus (donc les deux proteger la plupart du combat)

    Dans les batailles au <> (voir mon sujet sur mêlée générale) la grande majorité se sont des combat en formation donc seulement généralement les première lignes/flancs sont directement au cœur de la bataille,et donc ont plus de pression.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.