Post has published by UlysseSLee

Ce sujet a 68 réponses, 28 participants et a été mis à jour par  Olivier, il y a 3 ans et 2 mois.

50 sujets de 1 à 50 (sur un total de 69)
  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Si je propose ce sujet, c’est parce que j’ai le sentiment au vu de ce que j’ai appris que si la Guerre a viré à la boucherie, c’est à cause de la stupidité du commandement français: j’accuse notamment Joffre et Nivelle, et modérément Foch; j’aimerais soumettre cet avis à la discussion.

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Je suis d’accord avec toi. L’armée française était bien équipée, on avait des soldats nombreux, bref on avait largement de quoi concurrencé les allemands. Malheureusement, notre état major n’était pas à la hauteur de son armée. On peut aussi dire que l’état major allemand était largement supérieur. Mais on peut retrouver des erreurs stratégiques et tactiques autant d’un coté que de l’autre.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    AH moi je pense que les Allemands aussi n’avaient rien compris: ils attendaient une victoire décisive à la Napoléon; c’était oublier la puissance économique nouvelle d’un pays européen au XX eme siècle;mais eux au moins, je doute qu’ils chargent à la baïonnette contre des mitrailleuses ou qu’ils mettent un pantalon rouge aussi dur à rater dans une foret!

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Disons que sans parler de l’état major, les officiers et sous-officiers allemands étaient bien plus “entraînés” que leurs homologues français, sa s’explique par le fait qu’il leur fallait une sorte de brevet si mes souvenirs sont exactes.

  • Participant
    Posts160
    Member since: 12 avril 2012

    Nous avions de bon soldats, un bon équipement, et des généraux pas extraordinaire, mais pas des “ânes”…
    nôtre tactique était basée sur l’attaque( comme en 1870 on avait perdu une guerre en défendant) et c’est pour ça que l’ont a chargé, mais nous n’avions pas pris en compte les mitrailleuses allemandes, c’est bête, mais n’oublions pas que nous avons gagner cette guerre. 🙂

  • Participant
    Posts426
    Member since: 12 avril 2012

    Les généraux avaient eu du mal a sortir de la “guerre en rang” et on avaient des fusils d’artisanats,les allemand avaient le fameux Mauser 7.92 mm,ultramodern pour l’epoque.Mes le plus pire c’est que les soldats etaient mal nourrit,il vivaient dans des endroit insalubre,voir dans des trous a rats.Bref l’armées française était la mieux entrénées,mes elle ne s’attendais pas a la guerre modern

  • Participant
    Posts427
    Member since: 15 avril 2012

    Pour la 1ere et 2me GMles maréchaux n’étaient que des idiots (a part DE GAULE qui était général)De Gaule avait deviné ou les allemends allaient attaqué mais biensûr les aréchaux ne l’ont pas écouté….

  • Participant
    Posts426
    Member since: 12 avril 2012

    C’est vraie DE GAULE etaient le meilleur avec PETAIN mes il a fait une grosse gafe en 1940 mes je le comprent sinon ils seraient pulveriser.

  • Participant
    Posts427
    Member since: 15 avril 2012

    Pour De Gaules est le 2e meilleur stratège français après Napoléon et avant Vercingetorix

  • Participant
    Posts426
    Member since: 12 avril 2012

    J’auraient dis Petain le 3eme stratege

  • Participant
    Posts199
    Member since: 12 avril 2012

    gagner, mais à quel prix? nombreuses attaques inutiles et meurtrières et aussi un truc que je ne comprends pas : c’est le pourquoi les états-majors français ont mis tant de temps à changé leur équipement militaire (surtout le pantalon rouge)?

  • Participant
    Posts427
    Member since: 15 avril 2012

    Pour moi Pétain est …. j’ai pas de mots :whistle: car je ne conais assez ses exploits ,ses points forts et etc..

  • Participant
    Posts93
    Member since: 14 avril 2012

    Je suis d’accord avec toi. L’armée française était bien équipée…

    Bien équipée ? pas si sure, uniforme flamboyant, pas de casque, pas d’artillerie lourde, pas d’obusier…etc

  • Participant
    Posts1194
    Member since: 12 avril 2012

    sisi l’armée française était bien équipé …… pour une guerre de mouvement type 1870 grâce à son artillerie de campagne

    par contre dans les tranchés, ce fabuleux équipement s’est révélé aussi utile qu’un costume de poussin

    Un point, c'est tout.

    Et deux si t'insistes.

  • Participant
    Posts2063
    Member since: 13 avril 2012

    j’aime ta comparaison ergogan ^^

  • Participant
    Posts199
    Member since: 12 avril 2012

    ils avaient quand même le canon de 75mm, qui, il faut l’avouer, était excellent

  • Participant
    Posts99
    Member since: 12 avril 2012

    D’ailleurs ce fameux pantalon rouge était censé donner un point de repère à l’artillerie pour qu’elle ne tire pas sur ses propres troupes.

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Et le fusil Lebel qui n’était pas trop mauvais il faut l’avouer.

  • Participant
    Posts54
    Member since: 13 avril 2012

    “L’armée Française était la mieux entraînées”
    ..
    Ce n’est pas parce que c’est votre armée que c’est la meilleur !
    L’armée Allemande était largement mieux entraînée selon moi et même l’armée Anglaise était plus efficace que l’armée Française
    Il ne faut pas se lancer de la poudre aux yeux et rejetter la faute uniquement sur les officiers. Le soldat Français de l’époque n’avait pas un bon moral et l’entraînement de certaines unités laissait à désirer.. tandis que les Allemands n’ont pas une armée formée à la va-vite mais une armée entraînée en conséquence pour un conflit d’envergure et surtout une guerre de position.

  • Participant
    Posts426
    Member since: 12 avril 2012

    il etait mal equipé ca

  • Participant
    Posts426
    Member since: 12 avril 2012

    il etait mal equipé car les généraux on eu du mal a sortir de la “guerre de rang”.

  • Participant
    Posts199
    Member since: 12 avril 2012

    pas le moral, car ils avaient la rage, l’esprit de vengeance du à la perte de l’Alsace-Lorraine, les français réclamaient vengeance de cette défaite (qui faut avouer fut cuisante et honteuse, je rappelle que Guillaume 2, roi de Prusse s’est nommé Guillaume 1er empereur d’Allemagne dans la galerie des glaces de Versailles, sacré honte quand même –‘). Donc pour le moral, ils pétaient la forme, surtout qu’on défend la Patrie (preuve : le pourcentage des réfractaires n’a été de l’ordre que de 3 ou 4%, alors qu’on s’attendait à de 8 à 15%!!).

    Pour le fusil lebel, je suis assez mitigé : c’est un bon fusil, avec une bonne durée de vie, mais le désavantage était son rechargement difficile que le Lee Enfield, le Kar98 (par exemple). Un autre défaut du Lebel : dans les tranchées : sa grande taille gênait les mouvements des poilus, et les allemands savaient quand il y a avait des nouvelles unités qui arrivaient : le Lebel dépassait les tranchées (au début de la guerre, il faisait : 1m30).

    Par contre, il était pratique pour les combats à la baïonnette, vu qu’il était plus grand que la moyenne.

    Pour les officiers, dans certains cas, quand même, ils n’ont qu’appliquer des tactiques passées face à des ennemis mieux préparés : l’attaque à outrance est tout à fait méprisable car elle cause énormément de dégâts au camp offensif, mais on a vu que dans la plupart des cas, c’est un échec, avec une boucherie.

    Mais certains officiers ne sont pas à blâmer, mais au contraire : je pense à Pétain, qui a su écouter certaines revendications, et qui a améliorer la vie quotidienne des soldats. Malheureusement, je n’ai pas en tête d’autres officiers qui se préoccupaient de leurs hommes (si vous avez des exemples).
    Mais, la guerre est menée par des officiers, et donc, quand il y a des tactiques infructueuses, des boucheries inutiles qui ont été faites, c’est eux qui les ont ordonnées, et certains généraux étaient complètement dépassés, voir même dangereux pour leurs propres armées.

    Il faut avouer que les soldats français étaient loin d’une qualité égale aux Allemands, mais ils étaient valeureux (comme bien d’autres soldats, comme les conscrits Anglais, Canadiens ou encore Australiens ou Belges).

  • Participant
    Posts160
    Member since: 12 avril 2012

    on a été aussi les premier a avoirs des tanks, avec l’armée anglaise… pour avancé sous les mitrailleuses c’était pas mal

  • syt
    Participant
    Posts212
    Member since: 14 avril 2012

    Monoplasme, l’armée allemande était certes mieux entrainée que la notre, mais pas le corps expéditionnaire britannique. Quand tu dit que l’amrée française avait un mauvais moral, ce n’est pas vrai : les soldats étaient impatients de partir au combat pour en découdre avec les allemands (l’idée de revanche et de perte de l’Alsace-Lorraine leur a été inculquée depuis leur plus petite enfance) et ainsi de réaliser ce que les plus anciens leur ont appris et ce qu’ils n’avaient pas pu faire : gagner la guerre et garder l’Alsace-Lorraine.
    En plus la guerre était prévisible depuis longtemps et le mouvement pacifiste a été beaucoup moins important qu’a la veille de la 2nde guerre mondiale et ils pensaient que la guerre allait etre courte et qu’ils pourraient rentrer a noel au plus tard…
    Leur moral était donc bon!

    Apres en ce qui concerne l’équipement, j’avoue l’uniforme ressemblait tres fortement a celui porté en 1870 et n’était plus adapté (ce qui explique le tres grand nombre de perte pendant la guerre de mvt) et l’artillerie lourde n’avait pas un tres grand poids..
    Par contre! les fusils français, les lebel modele 1893, n’étaient pas mauvais de tt (s’ils etaient meilleurs que leur homologues britanniques, russe, allemands, ect.. j’en sais rien) et l’artillerie de campagne, le célebre 75, était le meilleur canon de campagne de l’époque.
    Quand aux généraux, c’est comme partout, on en avait des bons et des moins bon… 🙂

  • Participant
    Posts10
    Member since: 14 avril 2012

    L’armée allemande en 1914 et la plus puissante du monde et presque 2x plus peuplé que la France, si elle n y avait pas eu le front russe nous aurions très probablement perdu assez vite, après je ne crois pas que leur état major soit vraiment plus brillant il suffit de voir les pertes de Verdun l’écart est faible les allemands, les français et les anglais(l SOmme) n’avait pas des tactiques très différentes dès que la guerre de tranchée a commencé

  • Participant
    Posts54
    Member since: 13 avril 2012

    La plupart des livres que j’ai lu sur ce sujet laissait entendre que certes les Français voulaient se venger de la cuisante défaite de 1870 mais aussi que la plupart des provinciaux ne comprenaient pas cette guerre et n’aspiraient qu’à la paix tandis que si on regarde côté Allemand tout le monde veut aller tuer du Français.
    Sinon l’idée que je contestais c’était les phrases tel que “Les Français étaient les mieux entraînés” ce qui est invariablement faux puisqu’ils n’étaient pas préparer à une guerre de position mais plutôt à des charges à la baïonnette qui se sont révélées désastreuses..

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    L’armée de France était disciplinée mais l’equipement était pas genial, classe, ça oui, mais pas discret du tout.

    Une Spartiate équipant son fils : "Reviens avec ce bouclier au bras ou bien dessus"

  • Participant
    Posts199
    Member since: 12 avril 2012

    je me permets de faire une remarque : l’équipement des Alliés n’étaient pas génial dans l’ensemble, comparé aux Allemands, qui eux, chose qu’il faut avouer, était en avance (un bête exemple, les Allemands avaient déjà des bottes, alors que la plupart des autres nations étaient encore avec les bandes moltières, longues à mettre (j’ai essayé d’en mettre, je peux vous assurer que si vous les porter pas déjà, c’est vraiment long à mettre –‘)).

    Mais le plus important quand même, selon moi, c’est que tous les soldats ont décidé de combattre, et non de fuir l’enfer.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Le Lebel, c’est pas le fusil de Boulanger??

  • Participant
    Posts426
    Member since: 12 avril 2012

    non il est juste artisanal et le Mauser 7.92 mm etait ultra moderne pour l’epoque

  • Participant
    Posts199
    Member since: 12 avril 2012

    oui, il suffit juste de regarder la poignée du système de rechargement : elle est facile d’utiliser quelle que soit la position prise (au contraire du Lebel ou Lee Enfield, qui en position couché, sont plus durs pour faire le mouvement)

  • Participant
    Posts426
    Member since: 12 avril 2012

    En fait il faudrait faire un sujet sur l’equipement pendant la 1er guerre mondial.Sinon la France etait la meilleur en maneouvrabiliter,entrainement,et moral.Je dis moral car la France n’a pas eu de “probleme” a cause de l’entretien de l’armées.
    En Allemagne:guerre civil
    En Angleterre:failli y avoir une “revolution”
    En Russie:Révolution
    En France:les fusiller qui voulaient rentrer chez eux=mutinerie

  • Participant
    Posts54
    Member since: 13 avril 2012

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    Eh bien, je vous propose d’aller dans la section “1ere guerre mondiale”, dans la sous-section “l’armée Autrichienne”.
    A l’intérieur, vous pourrez voir se qu’on dit sur l’équipement de cette armée.
    Nous pourrions agrandir “le palmarès des armées” en y ajoutant des infos sur l’armée française, allemande, russe, etc…

    Une Spartiate équipant son fils : "Reviens avec ce bouclier au bras ou bien dessus"

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    En même temps pour les charges à la baïonnette ils avaient pas tellement le choix sans char ou artillerie qui peut suivre les mouvements de l’infanterie, ni les seuls à le faire, et pour le coup de “pas entraînés pour la guerre de position” personne ne s’attendait réellement à ce que la guerre dure aussi longtemps. Par exemple les troupes Britanniques au début marchaient à travers le No Man’s Land, et se faisaient réduire en charpie, avant de comprendre que courir n’était pas une mauvaise idée.

    L’armement de l’époque privilégiait la défense d’une position retranchée à l’attaque, il a donc fallut des progrès, notamment au niveau des chars et de l’aviation, avant de pouvoir reprendre la guerre de mouvement.

    Le plan des Allemands était de battre rapidement la France avant de pouvoir lancé toutes leurs forces contre les Russes. D’ailleurs on peut quand même admiré la tenacité des soldats français : alors que leurs centres industriels à l’est et au nord étaient occupés, ils n’ont pas lachés alors que la puissance industrielle de l’Allemagne en est ressortie intact (si on met de côté les dégats du blocus).

  • Participant
    Posts54
    Member since: 13 avril 2012

    Leonidas,
    ça s’écrit Palmarès

  • syt
    Participant
    Posts212
    Member since: 14 avril 2012

    Ténacité des forces françaises et alliées, ça c’est sur. Mais ils ont aussi eu beaucoup de chance que l’attaque allemande ne c’est pas porte directement sur Paris parceque les Alliés étaient en tres mauvaise posture… Si les allemands avaient continuer vers Paris, je ne penses pas que les armées alliés auraient pu gagner la 1ere bataille de la Marne.

  • Participant
    Posts4
    Member since: 12 avril 2012

    le vrai probleme c’est que l’etat major francais est rester figé sur son plan de depart qui etait de vite fondre sur l’alsace lorraine puis sur la rhenanie en gros toute la rive gauche du rhin et ce a n’importe quel prix!!!(c’est pour ca que l’armée francaise a subit de si lourde perte lors des charge a la bayonnette dans les premier mois de la guerre on esperait que le sacrifice permetrai d’atteindre les objectif fixé)pour ensuite se retrancher derriere le rhin et attendre une percée des russe mais la mitrailleuse allemande a vite doucher les espoir de l’etat major francais pire encore les allemand en on profiter pour violer la neutraliter de la belgique et nous attaquer dans le nord qui etait degarnie!! mais grace a la resistance belge que personne esperait la troupe francaise a put se replier en bonne ordre et a put contre attaquer pres de paris grace a galienie se que l’on appelera la bataille de la marne ensuite c une course a la mer et les 2 camps se retrouve sur la ligne de la meuse^^ vous connaisser la suite !!

  • syt
    Participant
    Posts212
    Member since: 14 avril 2012

    L’uniforme français a aussi joué un grand role dans le nombre impression de perte au début (pas étonnant avec des pantalons rouges criants pas vraiments discrets)…

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Pour le coup de l’uniforme, on peut pas vraiment le reprocher qu’aux généraux ^^
    Et encore l’uniforme a changer dès décembre, surtout que la France a été la première nation à adopter un casque en acier.

  • Participant
    Posts95
    Member since: 14 mai 2012

    Bien équipée l’armée Française en 14 ? Je répondrais par la négative, bien au contraire.
    L’uniforme du soldat français était de loin le plus beau , la classe mondiale ! Mais niveau confort pour le soldat c’était un véritable enfer. En plus de cela la France était le seul pays au monde à arborer encore un uniforme polychrome ! Même l’armée péruvienne avait opté pour un uniforme monochrome c’est dire !!
    Nous aurions pu avoir un uniforme moderne, une commission avait planché sur le sujet et un nouvel uniforme fut proposé à l’armée en 1911 ou 12. Son nom, la tenue réséda. Mais non seulement l’armée refusa catégoriquement, mais les politiques aussi. Le garance Monsieur c’est la couleur de la France ! Ben voyons 😉
    Ce petit apparté fait. Regardons maintenant le reste. Niveau armement au début du conflit nous avions le fusil Lebel, une bonne arme mais qui n’arrivait pas à la cheville du mauser le Kar98. Par la suite il fut remplacé par le Berthier légèrement supérieur grâce à son chargeur de 5 balles.
    Mais là où nous étions très en retard c’est au niveau de l’artillerie lourde et également dans l’utilisation optimale des mitrailleuses.
    Par contre niveau moral l’armée française était à l’épreuve des balles ça s’est sûr ! B)

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Regardez le documentaire sur l’armée française que Von-Harken a posété, c’est très instructif.
    Sinon une erreur grossière du canon de 75 (le meilleure de la guerre, même s’il ne bat pas l’artillerie lourde évidemment) : au début de la guerre, il ne pouvait pas tirer avec un angle de 45° !

  • Participant
    Posts2063
    Member since: 13 avril 2012

    je l’ai poster ici

  • Participant
    Posts95
    Member since: 14 mai 2012

    Je l’ai regardé, je me suis régalé 😉

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013

    Je reste un peu interloqué par, d’une part, la sous-estimation qui est faite de la pensée militaire française d’avant-guerre, et d’autre part, de la sur-estimation des qualités de la “troupe”. Autrement dit, d’après ce que je lis, les soldats français auraient été victimes de l’incompétence tactique et stratégique de leurs officiers. Quitte à choquer, je le dis franco, le contraire semble plus cohérent avec la réalité.

    Les règlements d’avant guerre (ne parlons pas du tout dernier, celui de 1913 pour l’infanterie, car il n’a pas eu le temps de s’immiscer dans la troupe) prennent bien en compte les effets du feu, pensent l’organisation des unités de mitrailleuses. L’aviation, arme moderne et innovante par excellence, est un domaine sur lequel les Français sont à la pointe (voir les études très précoces d’Ader !). Ce que je voudrais dire, c’est que parmi les débats et réflexions d’avant-guerre, nombreux sont ceux qui avaient compris les nouvelles formes du combat, notamment les capacités destructrices du feu; d’ailleurs, contrairement à ce qu’on lit souvent, des études très sérieuses ont résulté des conflits d’alors (Transvaal, guerre russo-japonaise, guerres balkaniques), mais faute d’unanimité dans la doctrine, les enseignements tirés ne purent s’imposer. Enfin, il convient surtout de distinguer la doctrine (la théorie), et la pratique, l’instruction. Celle-ci, au travers des grandes manoeuvres d’avant-guerre, montre clairement que la troupe manquait d’exercice, mais surtout qu’elle était réticente à l’adoption des nouveaux règlements.

    En résumé : une pensée militaire au niveau des officiers qui comprenait la modernité du combat, bien que s’accordant le plus souvent sur la primauté des facteurs moraux et de l’offensive (est-ce une erreur ?), et d’autre part, un défaut d’instruction de la troupe qui n’a pas permis d’insuffler aux soldats certains points des règlements en vigueur.

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    On ne peut malgré tout nier des faiblesses réelles émanant du haut commandement. La guerre des tranchées répond à une impasse autant tactique que stratégique : on enterre le front, car la défense l’emporte sur l’attaque et qu’à tous les niveaux on peine à trouver des solutions.

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013

    @maxsilv : pourtant le commencement du conflit donne tort à ces objections ! Il faut tout de même rappeler que les armées allemandes traversent le Luxembourg, la Belgique, les Ardennes, suivent l’Oise, pour buter à à peine 40km de Paris ! Et que, sans le manque de clairvoyance de Von Klück (1ère armée allemande, à l’extrême droite/nord de leur dispositif) qui vient prêter son flanc à la 6e Armée française nouvellement constituée, la victoire décisive aurait très bien pu être emportée.

    Ensuite, impasse stratégique pour le haut-commandement français à cette même période, c’est vite dit; car la conduite de la guerre de Joffre fut particulièrement audacieuse et efficace lors de cette “grande retraite” sur la Marne : Joffre, si l’on veut, reproduit un “Cannes” en formant une nasse, où viennent se plonger les 1ère et 2ème armées notamment. Le repli stratégique du généralissime est, je trouve, excellent, car il ne néglige pas non plus les contre-offensives tactiques (la bataille de Guise est certainement l’une des plus importantes de toute la guerre pour l’armée française !), et, face à une armée agitée (c’est le moment des mutineries de 1914, d’une plus grande ampleur que celles de 1917), il parvient à faire retraite en bon ordre en ayant un schéma stratégique en tête.

    Quant à l’enterrement de la guerre, passés les premiers temps de la rencontre face au combat moderne, en était-il possible autrement ? Les moyens à la disposition des belligérants, et le terrain sur lequel ils s’affrontaient, ne conduisaient-ils pas irrémédiablement à cette issue ?

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Signaler des faiblesses intrinsèques à l’outil militaire de l’Entente comme de l’Alliance ne signifie pas pour autant les réduire à l’incompétence. Pour mener la guerre à laquelle ils s’étaient préparés en 1914, Allemands comme Français surent tirer leur épingle du jeu. Néanmoins, il apparaît qu’une fois le statu quo établit sur le front, on fut bien en peine de trouver des solutions pour y remédier. Sans doute n’était-il pas possible d’échapper à l’impasse stratégique et ça n’ôte rien aux mérites des deux camps, mais n’entrevoir que le génie décisionnel des belligérants est à peu près aussi réducteurs que le qualificatif d’« âne » qu’on trouve dans le titre de ce sujet.

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013

    Bien loin de moi l’idée de faire l’hagiographie du haut-commandement français au début de la guerre, mais il me semble que prédomine encore l’idée d’une caste d’incompétents qui n’avaient rien voulu voir des évolutions de la guerre et n’avaient en tête que l’offensive à outrance sans voir les dégâts du feu.

    Quant au statu quo sur le front occidental, je pense qu’il faut replacer ce phénomène dans la conduite stratégique globale de la guerre. En effet, Joffre, à la fois commandant en chef des forces armées françaises sur le théâtre principal, et conseiller militaire de facto du gouvernement, ne peut pas limiter son raisonnement au Nord et Nord-Est de la France. Il perçoit la situation dans sa globalité, c’est à dire : les Puissances centrales sont encerclées par la France, la Russie et ensuite l’Italie, et ont abandonné toute idée de contestation de la maîtrise des mers des Alliés. On touche là à une notion, ou plus certainement à LA notion fondamentale de la Grande Guerre, largement ignorée : l’interaction permanente entre les théâtres d’opérations occidental et oriental. Face à un ennemi (fin 1914 et pour l’année 1915) qui est dans une situation de libre utilisation de ses lignes intérieures pour manœuvrer et transférer ses efforts, Joffre envisage de fixer un maximum de grandes unités ennemies sur le théâtre occidental, dans le but d’interdire à Falkenhayn d’exploiter les succès obtenus à l’Est face aux Russes, en particulier en Pologne. Partisan de cette stratégie d’usure (on lui reprochera d’ailleurs à l’époque), Joffre n’adopte que par la suite une stratégie recherchant la percée du dispositif ennemi, sans prendre en considération les avertissements et les analyses de Foch, et surtout de Pétain.

  • Participant
    Posts9
    Member since: 28 août 2015

    Le plan XVII n’était pas tres ambitieux, il etait prevue de lancer de fortes offensives en Alsace Lorraine afin de bousculer le dispositif allemand. Le plan Schlieffen quant à lui a failli réussir mais Moltke a sous-estimé les français qu’il croyait en deroute.

50 sujets de 1 à 50 (sur un total de 69)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.