Post has published by kymiou

Ce sujet a 15 réponses, 5 participants et a été mis à jour par  Teinella, il y a 1 an et 10 mois.

16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)
  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    Hedwig Eva Maria Kiesler est née en 1914 dans la haute bourgeoisie viennoise. Elle débute dans le cinéma dès l’âge de 17 ans et se fait connaître, en 1933, dans une production tchécoslovaque titrée Ecstase, inspirée de l’Amant de Lady Chatterley (de D.H. Lawrence) et où elle apparaît entièrement nue ! Dans le contexte de l’époque, il ne fallait pas avoir froid aux yeux car il ne s’agissait pas d’un obscur porno tourné dans un cadre sordide mais une première mondiale dans un film très officiellement présenté à la Biennale de Venise. Sa Sainteté le pape PieXII manqua de s’en étrangler et il ne fut pas le seul !

    Étant donné ses origines juives, Hedwig Kiesler gagna Hollywood comme tant d’autres à la fin des années trente, prit le nom d’Hedy Lamarr et se fit une réputation, tant par sa forte personnalité que par sa remarquable beauté. On lui doit cette phrase : « N’importe quelle fille peut être séduisante ; tout ce qu’elle a à faire est de rester immobile et de paraître stupide ».

    http://cdn.history.com/sites/2/2016/05/Hedy_lamarr_-_1940-A.jpeg

    Elle totalisera six mariages et un nombre impressionnant de liaisons avec des gens qui ont aujourd’hui, pour la plupart, les honneurs d’une page dans Wikipédia à un titre ou à un autre : Otto Preminger, John F. Kennedy, Erik Maria Remarque, Howard Hughes, Robert Capa…

    Elle n’aura pas eu la chance de prolonger sa légende par la grâce d’un film mémorable – comme, par exemple, Ingrid Bergman avec Casablanca. Les trois films-phares de sa carrière furent Ecstase (pour les raisons évoquées plus haut), le Démon de la chair (qu’elle produisit elle-même en 1946) et Samson et Dalila (1949, deux Oscars) de Cecil B. DeMille mais, avec le recul, ce dernier opus est devenu un pense-bête sur tout ce qu’il ne faut PAS faire quand on réalise un peplum !

    http://static.guim.co.uk/sys-images/Guardian/Pix/pictures/2013/6/19/1371634417569/Samson-and-Delilah-1949-008.jpg
    Samson-Victor Mature découvre que sa force est partie avec ses cheveux ; Dalila-Hedy Lamarr observe tandis que les Philistins s’apprêtent à lui présenter la note. Remarquez les extraordinaires casques en vase art-déco des soldats !

    Hedy Lamarr, dont la carrière hollywoodienne n’excéda pas quinze ans et qui ne trouva jamais réellement son créneau, devrait donc être largement oubliée. Seulement voilà…

    Des torpilles et des ondes.

    Dans l’avant-guerre, Hedy avait été mariée à un important fabricant d’armes, Friederich Mandl. A son contact, elle avait acquis de bonnes connaissances en matière de recherches en armement. Hedy rencontra, vers 1939, George Antheil, un pianiste très porté sur la théorie musicale.

    On ne sait pas comment ils en vinrent à discuter du problème posé par les torpilles radio-guidées. A l’époque, chacun savait que si l’idée était séduisante, elle souffrait d’un grave inconvénient : une fois le projectile tiré et guidé par ondes hertziennes, il était facile à l’adversaire de détecter le sous-marin et surtout de brouiller ses émissions.
    Leur solution à cet inconvénient serait venue du constat qu’il était possible de programmer deux pianos mécaniques pour qu’ils jouent exactement à l’unisson.

    Il suffirait que l’émetteur (dans le sous-marin) et le récepteur (dans la torpille) changent simultanément de fréquence à cadence accélérée selon un rythme fixé au préalable, totalement inconnu d’un récepteur tiers (celui du navire ennemi). L’adversaire ne pourrait pas s’immiscer dans le processus ni même le brouiller, ce qui ferait deux avantages pour le prix d’un !

    Ils complétèrent le données techniques de cette idée en se renseignant auprès des physiciens du California Institut of Technology (en abrégé : Caltech) et, en juin 1941, ils déposèrent le brevet de leur invention, lequel fut définitivement enregistré l’année suivante.

    https://images.empreintesduweb.com/originale/1478368744.png
    Copie de la première page du brevet sur le codage des transmissions par étalement du spectre et sauts de fréquence.

    Ce brevet devait donner lieu à des droits d’auteur mais Hedy Lamarr y précisait expressément que l’armée des États-Unis en était dispensée. L’actrice considérait que c’était une juste contrepartie à offrir au pays qui l’avait accueillie.

    Trop en avance sur son temps, l’invention dormit une vingtaine d’années dans les cartons car son application exigeait un appareillage fragile et compliqué. Mais les progrès survenus en électronique dans les années ’50, notamment l’invention du transistor, lui rendirent toute son actualité à partir de 1960. Aujourd’hui, le « système Lamarr » est omniprésent dans les communications spatiales, le GPS, la téléphonie mobile et le Wi-fi.

    Avec le recul, l’importance de ce procédé se révéla tel que le National Inventors Hall of Fame a inclus Hedy Lamarr dans sa liste des cinq cents inventeurs les plus importants du XXème siècle.

    C’était en 2014, mais l’actrice ne l’a jamais su : elle s’est éteinte dans le plus total oubli en 2000.

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    J’ai découvert cette personne en me renseignant sur son système, et après des recherches précises sur les torpilles, c’est assez triste qu’elle ne soit pas connue en dehors de Google Patents!
    Heureusement que @kymiou est là pour corriger ce manque sur le web, par l’intermédiaire du forum!

    Bref, merci beaucoup pour cette présentation @kymiou.
    Pour info, le système utilise déjà dans la forme de son brevet. Par contre l’application dans le domaine des torpilles fut assez limitée à cause de la difficulté à communiquer par radio dans l’eau (ondes bloquées rapidement dans la profondeur). Mais l’idée du saut de fréquence permet de communiquer de manière cryptée dans un wifi, de communiquer avec un vaisseau spatial sans être brouillée par le “bruit” venant du Soleil….

    EDIT:
    Sans vouloir m’avancer, je pense pouvoir dire que les missiles de croisière (les premiers) ont utilisé, voire utilisent, ce système.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Je me demandais vraiment initialement ou tu allais en venir avec la présentation de cette actrice que je ne connaissais aucunement.

    Merci pour ce partage!

    Ceci dit, pourrais-tu nous parler plus en détail d’une application moderne du système Lamarr. Tu parles notamment du GPS et des communication spatiale, ce qui m’intéresse grandement.

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    Si je peux me permettre de répondre à la place de @kymiou, l’application sur les télécommunication spatiales est la suivante:
    Le Soleil émet quantité d’impulsions électromagnétiques dans l’espace. Le “bouclier” formé par le champ magnétique de la Terre les arrête, mais dans les vaisseaux spatiaux, elles peuvent provoquer des perturbations des communications radios (à certains moments dits “d’éruption solaire”, les impulsions peuvent même endommager des composants électroniques et attaquer les cellules humaines). En usant d’un protocole de changement de fréquence régulier, on ne peut éviter d’avoir els communications brouillées mais on peut distinguer les “bruits” de la communication.

    L’application GPS repose quand à elle, je pense, sur l’identification du récepteur GPS par les 24 satellites qui suivent tous les GPS du monde. Le récepteur et chacun des satellites envoient un signal identique, et en comparant celui obtenu et celui émis, ils connaissent leur distance (il suffit de faire coïncider le signal que j’émets sur moi, et celu que m’envoie l’autre, pour connaitre le décalage en temps).

    J’espère avoir été clair et t’avoir éclairé

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    BaTBaiLeyS :

    Je me demandais vraiment initialement où tu allais en venir avec la présentation de cette actrice que je ne connaissais aucunement.

    Hé-hé, c’est le but. Provoquer la surprise, donc l’intérêt, en abordant un sujet par des sentiers inattendus. Je suis content : pour une fois que ça marche… 😆  !

    Ceci dit, @mongotmery a répondu et j’en suis bien aise car je n’y connais pas grand chose. J’ajouterai seulement que l’idée première fut inspirée par les pianos mécaniques, appelés aussi pianola du nom de leur marque la plus connue. C’est un accessoire de western indispensable, qui se met invariablement en marche à la moindre bousculade lors d’une bagarre de saloon.

    Ils fonctionnent sur un système de longues cartes perforées pliées en accordéon. Au passage dans l’appareil, chaque trou correspond à une note, autrement dit : à une fréquence. Ce n’est pas la seule qu’il peut émettre, il peut en actionner plus de quatre-vingts, une par touche.

    C’est là qu’on comprend l’expression « étalement de spectre » reprise dans le titre.

    Et quand je tape « do – mi – sol – fa », j’émets successivement quatre des fréquences disponibles sur le clavier. C’est le « saut de fréquence ».

    A présent, plaçons côte à côte deux pianolas et chargeons-les avec deux exemplaires de la même carte perforée. Ils joueront nécessairement ensemble, sautant d’une note à l’autre en parfait accord. En revanche, un pianiste qui serait présent sans la partition adéquate serait totalement perdu s’il essayait de suivre la musique sur son propre instrument.

    Ce fut certainement la base du raisonnement. Transposé aux communications, ces ondes passant constamment d’une fréquence à une autre – selon un rythme convenu entre émetteur et récepteur – étaient indéchiffrables pour l’auditeur non autorisé, qui ne pouvait ni écouter (dans le cas d’un message), ni interférer (dans le cas d’une torpille,d’un missile de croisière ou d’un drone), ni même brouiller l’émission.

    Et c’est ce dernier point, le brouillage, qui prend toute son importance dans le domaine spatial, dont on sait qu’il est encombré de parasites divers, rayonnement solaire, rayons cosmiques, sursauts gamma, bruits de fond résiduel du Big Bang, etc…

    L’application du système Lamarr est peut-être encore plus évidente dans le cas du téléphone portable. Combien de GSM sont-ils en fonctionnement à la seconde où je tape ce texte ? Un, deux, trois milliards ? Mais le nombre de fréquences possibles n’est pas illimité. Nous devrions nous retrouver par centaines sur la ligne chaque fois qu’on décroche.

    Il n’en est rien grâce aux sauts de fréquence, qui offrent une palette pratiquement infinie. Il n’y a plus qu’à conclure : chapeau, la jolie Viennoise !

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    Excellente explication @kymiou!

    Au fait, à propos de l’idée des pianos, elle indique bien l’application aux torpilles: on émet un son sur une certaine fréquence. Mais ce ne sont pas des ondes électromagnétiques à basse fréquence (nom “scientifique” des ondes usuellement appelées hertziennes)

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Merci messieurs pour vos réponses claires!

    Ceci dit, n’est-ce pas possible de brouiller ces ondes, s’étalant sur un spectre radio pratiquement infini et constamment changeant, avec un brouilleur-radio s’étalant quand à lui sur la totalité du spectre radio à la fois?

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    @BaT.

    En somme, une sorte de bruit blanc s’étalant sur toute la largeur du spectre… C’est concevable, mais le procédé serait un peu radical. L’émetteur du signal neutraliserait en même temps l’ensemble de ses propres communications et bien d’autres gadgets de son équipement. Même le zappeur de sa TV ne fonctionnerait plus.

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    @Bat’s

    @kymiou a donné la première explication, la deuxième est qu’un tel brouilleur n’existe pas en soi: un brouilleur c’est un émetteur qui émet n’importe quoi. Un émetteur émet sur certaines fréquences, mais impossible d’émettre sur toutes en même temps. Et même impossible d’émettre sur une plage supérieure de fréquence à 1kHz en même temps.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts523
    Member since: 2 septembre 2012

    Sans oublier que si l’émetteur est suffisamment puissant, le brouilleur ne fonctionnera pas entièrement, et le receveur entendra au moins une partie du message. D’où le fait de limiter également les fréquences du brouilleur pour permettre une forte émission de “bruit” sur ces fréquences. Avoir un appareil à la fois universel ET puissant sur toutes les fréquences en même temps, c’est un peu une utopie.

  • Participant
    Posts75
    Member since: 30 avril 2014

    Je croit que l’idée selon laquelle un brouilleur se contente de balancer n’importe quoi est fausse.

    L’information telle qu’elle existe en télécommunication est construite dans une logique partiellement redondante et bouclée, c’est à dire qu’il existe plusieurs méthodes pour reconstruire des parties du message, et qu’une partie de message permet de reconstruire la totalité du message.

    Un peu comme au sudoku où trouver un chiffre peut en débloquer plusieurs autres mais où en plus il existerais plusieurs moyens de déduire ce premier chiffre.
    Un sudoku en difficulté “pour tête d’huitre” quoi. Plus c’est facile à résoudre, plus c’est stable face au bruit puisque même des fragments suffisent.

    La conséquence c’est qu’il faut qu’un bruit s’attaque à toutes les redondances logiques à la fois pour brouiller sa lecture.
    Ces messages sont finalement très résistants aux bruits, et il existe bien sur des niveaux de résistance de qualité militaire.
    Il faut une quantité incroyable de bordel pour s’attaquer à un système robuste. Ce bordel se calcul en énergie, autrement dit, le brouilleur “bête” devrait être des centaines de fois plus consommateur que l’émetteur ciblé.

    Je pense au contraire qu’un brouilleur militaire est à la fois:
    -Intelligent, capable de cibler les points faible d’une méthode d’encryptage.
    Les nombres premiers sont un bon exemple de cible, leur utilisation est universelle dans le domaine de l’encryptage.
    -De perturber le signal lui même, pas par ajout mais par perturbation.
    De cette manière, on passe au travers des filtrages de fréquence.
    Une onde ajoutée peut toujours être filtrée, mais si c’est l’onde portant l’information qui est transformée, c’est elle qui ne passe pas le filtre et personne ne recevra jamais le message qui perd tout sens.
    Bien sur cette méthode nécessite encore de passer outre la logique d’encryptage, mais au moins elle permet de neutraliser toute la première moitié de la résistance au bruit.

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    @teinella

    J’ai dû mal à voir où tu veux en venir: certes il doit exister des brouilleurs qui récupèrent une information et l’utilisent pour sélectionner où brouiller, des sortes de “brouilleur intelligent”.

    Mais dans le cas de la technologie dont nous parlons ici, il y a deux points:
    – le premier c’est qu’on est en 1940 puis 1960, donc de tels brouilleurs “intelligents” comme tu dis sont difficiles à fabriquer je pense, mais s’ils sont concevables
    – le deuxième, c’est que les applications actuelles de cette technologie (wifi, GPS) consistent en des applications non militaires, dans lesquelles le saut de fréquence permet d’éviter d’être trop brouillé par les “bruits naturels”

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts75
    Member since: 30 avril 2014

    Là où je veut en venir c’est que l’idée de bruit blanc multi-spectral proposée n’est qu’un brouilleur classique mais qui marcherais mal.
    Au final il n’existe pas de signal sans caractéristique, même un signal parfaitement aléatoire serait précisément caractéristique parce que trop parfaitement aléatoire.
    C’est une information utile pour filtrer le bruit.

    Du coup émettre en Multi-spectrale c’est juste donner plus d’information potentielle des caractéristiques du bruit créé artificiellement.
    En plus d’être plus coûteux en énergie, c’est potentiellement contre-productif.
    De la même manière un émetteur multi-spectral serait plus coûteux en énergie et moins stable.

    Dans le cas du système Lamarr, la particularité du signal de départ est forte ce qui permettra justement de bien la différencier du bruit. Tout bruit hors fréquence / hors spectre n’est pas une solution au problème 1), la reconnaissance logique, ni au problème 2), la reconnaissance spectrale.

  • Participant
    Posts175
    Member since: 28 décembre 2014

    J’ai comme même des doutes sur sa réel application dans l’invention de ce système. Sachant que tous ce qui touche au domaine de la radio fréquence est assez poussé d’un point vue mathématique, avec les séries fourier et transformés de fourier.

  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    @franckarcher :

    J’ai comme même des doutes sur sa réel application dans l’invention de ce système.

    « Implication » je suppose ?

    La question mérite d’être posée car des commentaires d’époque existent en ce sens. Après examen, j’ai personnellement conclu qu’il ne s’agissait que de misogynie ordinaire. Pour les milieux technico-scientifiques, très masculins, Hedy Lamarr souffrait des deux tares : 1° être une femme, 2° être une vedette hollywoodienne, donc supposée ravissante idiote.

    Mais je note que ce brevet resta confidentiel. Il ne fut jamais exploité à titre de publicité pour sa carrière et ne lui rapporta jamais le moindre dollar. Ses mérites ne furent réellement reconnus par le monde académique qu’après sa mort et ce n’était certainement pas pour une sombre histoire de droits d’exploitations puisque ceux-ci étaient tombés dans le domaine public dès les années ’80.

    Ceci dit, le travail de la belle Hedy, axé sur les torpilles, s’est sans doute limité à la mise en place élaborée d’une principe que d’autres, après elle, ont développé dans de multiples domaines.

    La misogynie feutrée n’est pas une tarte à la crème dans l’histoire des sciences. Marie Curie eut beaucoup de mal à se dégager de l’image d’une simple assistante mettant en forme les découvertes de son mari.
    Et qui se souvient encore d’Émilie du Châtelet, dont le rôle fut décisif dans la diffusion des travaux de Newton dans l’Europe du XVIIIème siècle ?

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Participant
    Posts75
    Member since: 30 avril 2014

    Ou E. Noether, A. Lovelace, A. Jump Cannon (le nom le plus drôle de l’histoire des sciences).

    C’est une bonne chose que ce forum s’emploie à rétablir l’équilibre.

    Cela ne se résume pas qu’à la misogynie d’ailleurs.
    H.Lacks, (noire, atteinte d’un cancer rare bien utile encore aujourd’hui à la science car son cancer est immortel et continue de se multiplier alors qu’elle, est morte. Elle n’est pas scientifique, mais le dédain de sa mémoire est remarquable), A. Turing (homosexuel), M. Faraday (origines modestes), J. Bruno (non-conforme à la doctrine religieuse) la liste est longue.

    Il existe de nombreux cas où la scientifique utilise d’ailleurs un homme comme porte parole pour se simplifier la vie.
    Je croit que c’était le cas de A. Lovelace, c’est son ami et porte parole qui l’encouragera à se présenter au devant de la scène.
    Il me semblais même qu’elle avait un post lui étant dédié ici même, mais la fonction recherche ne me retourne rien.

16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.