Post has published by Djief

Ce sujet a 4 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  Djief, il y a 5 ans et 11 mois.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Participant
    Posts37
    Member since: 13 avril 2012

    Comme premier message de ce sujet, je voudrais retracer le fil des événements de la rébellion des Patriotes québécois contre l’oppression de l’empire britannique. L’origine de ce conflit est profonde. C’est au moment où le Canada n’était constitué que de deux provinces, soit le Bas-Canada (français et catholique, qui deviendra le Québec) et le Haut-Canada (anglophone et protestant, qui deviendra l’Ontario).

    Les anglophones provenaient majoritairement de Grande-Bretagne et des “loyalistes” américains, c’est-à-dire ceux qui étaient restés fidèles à la Couronne britannique après l’indépendance des États-Unis en 1776 et qui s’étaient exilés au Canada.

    Pour donner une vue d’ensemble, en 1830, le Bas-Canada (ou Québec) avait 500 000 Canadiens-Français (c’était uniquement les Québécois qui s’appelaient ainsi à cette époque) et 75 000 Anglais (les sujets britanniques).

    Les colonisateurs étaient donc très minoritaires. Afin de dominer, les Britanniques attribuaient des centaines de milliers d’acres de terre qu’ils volaient aux habitants canadiens-français, au profit de l’oppresseur britannique.

    S’il les canadiens-français voulaient obtenir un poste d’importance, ils devaient passer le “serment du test”, qui consistait à renier la religion catholique et à prêter allégeance à la Couronne britannique. Ainsi, les Québécois qui passaient le serment du test étaient vus comme des traîtres à leur patrie, mais c’était le seul moyen d’accéder à des fonctions payantes. Il y avait ainsi de grandes disparités sociales entre Canadiens-Français et Britanniques.

    Au niveau politique, en 1806, les Canadiens-Français s’étaient organisés un parti au Parlement: le Parti Canadien, qui s’opposait au Tory Party, le parti de l’oppresseur. En 1826, c’est Louis-Joseph Papineau qui est à la tête du parti. Il changera le nom du parti pour fonder le Parti Patriote.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/5b/Louis-Joseph_Papineau.jpg/220px-Louis-Joseph_Papineau.jpg
    Louis-Joseph Papineau

    En 1834, les Patriotes présentent à la Chambre de l’Assemblée une liste de 92 résolutions, soit des demandes adressées au Parlement britannique pour réformer la colonie. Les Patriotes demandent, entre autres, qu’on supprime le serment du test afin d’avoir plus de Canadiens-Français dans l’administration du pays, qu’on puisse élire les dirigeants (ils étaient nommés par les Britanniques), ils veulent un “gouvernement responsable” (ils pouvaient faire des lois, mais les Britanniques pouvait tout bloquer, donc pas d’autonomie politique).

    En 1837, le gouverneur Russell rejette l’ensemble en bloc en répondant par 10 résolutions, qui ne réglaient rien et allaient même en sens inverse. En riposte, l’insurrection s’organise. En dépit de l’interdiction d’organiser des assemblées publiques, ceux qui deviendront les chefs de cette révolte populaire se rencontrent: Louis-Joseph Papineau, le chef du parti; le docteur britannique Robert Nelson et son frère Wolfred (francophiles) ainsi que l’Irlandais catholique Edmund Bailey O’Callaghan.

    http://www.fernandlaberge.qc.ca/museevirtuel/401-4/section3_fichiers/image001.jpg
    Papineau devant une assemblée populaire

    L’Assemblée des Six-Comtés a lieu le 23 et 24 octobre 1837, qui réunit les chefs Patriotes et 6000 partisans. La réponse des Britanniques est tout simplement considérée inacceptable. Papineau incitera au boycott des produits économiques britanniques. Ils votèrent des résolutions comme la proclamation des droits de l’homme, la non-reconnaissance de leur gouvernement, un autre demanda d’exclure l’usage de la force alors que Wolfred Nelson s’exclamera “Je prétends que le temps est arrivé de fondre nos plats et nos cuillères d’étain pour en faire des balles”.

    Dans une atmosphère où ont lieu des émeutes et des révoltes populaires, où la population fait face à une dure répression du colonisateur, les affrontements vont débuter. À suivre…

  • Admin bbPress
    Posts6316
    Member since: 5 août 2017

    Je compte suivre ce dossier avec grande attention Djief. Après tout, en tant que Québécois, on doit être fier de ces ancêtres qui se sont bravement levés contre l’opression perfide, et qui sont morts pour la liberté d’un peuple, de notre peuple!

    PS: J’ai pris la liberté d’intégrer des images afin de rendre ton dossier conformes aux règles relatives aux dossier historiques du Forum de la Guerre, afin d’intégrer celui-ci à la Table des Matières, ce contribuera à aider à sa diffusion.

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Merci Djief,
    En tant que Français, je me dois également de suivre ce dossier avec intérêt. Ce sont nos frères qui se battirent pour la liberté en Amérique, après l’abandon de cet idiot de Louis XV.

  • Participant
    Posts1655
    Member since: 12 avril 2012

    En tant que Québécois aussi, je vais suivre ce dossier avec une extrême attention! Fervent souverainiste je suis extrêmement fier des Patriotes qui ont eu le courage de combattre la domination anglaise.

  • Participant
    Posts37
    Member since: 13 avril 2012

    C’est étonnant les parallèles entre la rébellion de 1837-38 et le Printemps Érable de 2012. Quand on regarde les grandes lignes, les mêmes causes ont suscité la grogne populaire, mais sans les armes. Le meilleur est à venir… 😉

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.