Post has published by Zed

Ce sujet a 15 réponses, 8 participants et a été mis à jour par  faudero, il y a 4 ans et 1 mois.

16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)
  • Zed
    Participant
    Posts501
    Member since: 9 octobre 2013

    Bonjour tout le monde, chose promise, chose due, voilà enfin le récit de la guerre de Jugurtha, du moins la 1ère partie.
    Avant de commencer, je tiens à préciser mes sources,donc, ma principale source est le livre ” La guerre de Jugurtha”, écrit par Salluste, et divers sites internet fiables.

    I)Les débuts de la guerre.
    Tout d’abord, il faut replacer le contexte spatio-temporel. Voici donc, selon les différents témoignages, à quoi ressemblait le territoire de Numidie, à la mort de Massinissa:

    http://jahiliyyah.files.wordpress.com/2010/03/afrique-du-nord-a-la-mort-de-mssinissa.jpg

    La guerre de Jugurtha, débute en l’an 111, et se termine en 105 avant Jésus-Christ.
    A cette époque, le roi était Micipsa, fils de Masinissa ( le roi le plus célèbre chez les berbères ).Masinissa, était déjà l’ami du très célèbre P.Scipion L’Africain, et donc était l’ami de Rome. A la mort de Masinissa, en -148, Micipsa devient le nouveau roi de Numidie. Ce dernier eut deux fils : Hiemspal et Adherbal, Jugurtha, étant le neveu de Masinissa, était laissé à l’écart de la famille royale probablement car il était né d’une concubine. Cependant, Jugurtha est un personnage attirant, de part son mystère ; Salluste le décrit comme quelqu’un de vigoureux, fort, beau, très intelligent, aimé de tous… pratiquement l’homme parfait.
    Micipsa ne l’aimait pas, et il cherchait donc à s’en débarrasser ( il ne pouvait pas le tuer car il était trop populaire ). Il l’envoie donc prêter main forte aux Romains lors de la guerre de Numance ( de 153 à 133 avant J-C). Ce fut une guerre acharnée, les espagnols parlent encore de “résistance numantine” pour qualifier une résistance tenace. Mais, au lieu de tomber dans la bataille, Jugurtha s’illustre, par sa bravoure et sa sagesse. C’était à lui qu’était confié les missions les plus délicates. La guerre terminée, Scipion Emilien récompense et conseille généreusement le Numide pour un tel talent, et envoie même une lettre vantant les mérites de Jugurtha, au roi de Numidie. Cette lettre lui fit tellement effet qu’il décide d’adopter Jugurtha.

    Mais, en 118 av J-C (donc 15 ans après ces événements), Micipsa, rongé par la maladie, convoque ses proches et ses trois fils sur son lit de mort. Le roi aurait demandé à ses fils de toujours se respecter entre eux, de ne jamais entrer en discorde, et de toujours cultiver l’amitié de Rome. Mais, peu après, lors d’un dîner, tout bascule, Hiempsal, le plus jeune et le plus orgueilleux des trois frères, manque de respect et insulte Jugurtha. Ce dernier, véritablement blessé par ces offenses, décide et fait assassiner Hiempsal. La terreur s’installe dans la famille royale, Adherbal, est soutenu par le plus grand nombre de soldats, et Jugurtha, lui, est soutenu par les meilleurs soldats numides. Par les armes, Jugurtha soumet peu à peu des villes numides,et s’apprête déjà à régner sur le territoire de son père.
    Adherbal avertit le Sénat de cette situation, et essaye de lutter par les armes, mais il est vite vaincu et se voit obliger de fuir dans la Province romaine d’Afrique.

    Jugurtha corrompt les sénateurs les plus influents de l’époque, afin de plaider en sa faveur. Salluste nous livre le discours d’Adherbal, qui implore les pères conscrits de l’aider ; mais le Sénat, étant corrompue, et donc, favorable à Jugurtha. Les sénateurs proposent le partage de la Numidie, la partie la plus riche et la plus peuplée revient à Jugurtha et l’autre partie, plus d’apparence que de valeur réel, était attribué à Adherbal. Etant hardi, et belliqueux, le fils adoptif de Micipsa attaque le royaume de son frère, il dévaste les campagnes, amasse un grand butin, terrorise ses ennemis… Le fils légitime de Micipsa se voit à nouveau obligé de prendre les armes, mais il fut battu, et dut s’enfuire à Cirta (capitale de la Numidie, actuelle Constantine en Algérie). Jugurtha assiège la ville, et malgrès les avertissements du Sénats et des citoyens italiens sur place, il prend d’assaut la ville. Le Sénat à même dépeché M.Aemilius Scaurus (prince du Sénat, bon orateur et écrivain, mais avide selon Cicéron) pour l’avertir. Adherbal se rend, et meurt sous la torture de son frère. Ce dernier, massacre tous les italiens et numides porteurs d’armes sur place.

    C.Memmius, tribun de la plèbe en -111, pousse le Sénat à dépêcher une armée pour la Numidie. Cette armée, commandé par P.Scipion Nasica et L.Bestia Calpurnius. L’armée inflige des défaites aux Numides et prennent d’assauts certaines villes. Mais Jugurtha, achète à prix d’argent Calpurnius et Scaurus, et conclut la paix. Cette corruption indigne le Sénat et la plèbe. C.Memmius, tribun de la plèbe, prononce un discours violent pour dénoncer la corruption des nobles. A force de discours, il réussit à persuader le peuple d’envoyer L.Cassius Longinus, pour ramener à Rome Bestia,Scaurus et leurs complices, et les poursuivre pour prévarication. Il obtient aussi de Jugurtha de se rendre à Rome, pour espérer la clémence du Sénat. ( Les accusés à Rome, même des rois, portaient des vêtements de deuils, pour inspirer la pitié).

    Mais encore une fois, grâce à son immense fortune, il achète le tribun de la plèbe C.Baebius, qui finira par calmer la foule en colère, qui réclamait le supplice des ancêtres.
    Massiva, petit-fils de Masinissa, fut assassiner par Bomilcar, amis fidèle de Jugurtha, car il réclamait le trône, du fait de son ” sang royal”.

    Sur ordre du Sénat, Jugurtha doit quitter l’Italie, et il prononce cette célèbre phrase :
    < < Ville vénale, et qui ne tardera pas à périr, si elle trouve une acheteur >>

    Voilà pour la 1ère partie, j’espère qu’elle vous a plus, évidemment je suis ouvert à toutes questions, ou à un éventuel débat, la partie 2 et 3 devraient arriver ce week end 🙂

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Merci pour la rapidité avec laquelle tu t’es engagé dans ce récit !

    La corruption de la classe sénatoriale… Jugurtha a bien compris que, face à Rome, le mieux est de vaincre ailleurs que sur le champ de bataille, là où les légions sont impuissantes. Néanmoins, à trop se jouer de la Res Publica romaine, il risque de se brûler les ailes…

    Pour ce qui est de la gens des Scipii, je sais que Scipion Émilien est le petit fils adoptif de Scipion l’Africain (le second s’est illustré à Zama en 202 à la fin de la deuxième guerre punique et le premier rase Carthage en 146 à l’issue de la troisième guerre punique) ; en revanche, est-ce que tu saurais quelle est la place de Publius Scipion Nasica dans cette illustre famille romaine ?

  • Zed
    Participant
    Posts501
    Member since: 9 octobre 2013

    maxsilv: Oui, c’est vrai que Jugurtha compte beaucoup sur son argent (beaucoup trop même), mais, tu verras que même sur le champ de bataille, à forces inégales, il sait tirer profit de la situation 🙂
    Pour ta question sur Publius Scipion Nasica, il semble que P.Scipion Nasica était le petit fils de Nasica qui fut proclamé le plus honnête homme de la République, et fils de P.Cornelius Scipion Nasica Sérapion. Apparemment, P.Scipion Nasica est mort la même année de son consulat, et n’a donc pas joué un grand rôle dans l’Histoire. 🙂

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 29 juillet 2012

    Jugurtha fut en effet un adversaire redoutable pour Rome, et pour cause : il était non seulement rusé, mais également riche. Et il sut exploiter cette richesse de la manière la plus optimale pour son parti, et ce, à plusieurs reprises, ainsi que tu nous l’a déjà montré.

    Merci pour cette première partie ! 😉

  • Zed
    Participant
    Posts501
    Member since: 9 octobre 2013

    En effet, mais c’est vraiment bizarre de quasiment délaisser un personnage pareil dans l’histoire ; lorsqu’il mena sa campagne contre Rome, militairement, il fut très efficace avec une armée beaucoup moins compétente que les légions romaines 🙂
    Merci de ton commentaire 😉

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Merci infiniment, je n’imaginais pas Jugurtha si riche et si habile à la corruption (par contre, les Romains, depuis la Seconde Guerre Punique, quelle décadence morale!)
    Zed, le Nasica dont tu dis qu’il a été déclaré plus honnête homme de la République, c’est pas celui qui alors Grand Pontife, a lancé une émeute contre son neveu Tiberius Gracchus qui a couté la vie à ce dernier?

  • Zed
    Participant
    Posts501
    Member since: 9 octobre 2013

    UlysseSLee : En effet, Nasica fut nommé Grand Pontife, et il appela à servir les intérêts de la République ; alors les optimates, le Sénat, une grande partie de l’ordre équestre et une bonne partie de la plèbe se ruèrent sur Gracchus.
    Merci de ton commentaire et de ton intérêt pour le sujet 🙂

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Merci de ton commentaire et de ton intérêt pour le sujet

    Merci à toi d’avoir fait un tel sujet!

  • Participant
    Posts81
    Member since: 12 avril 2012

    Merci à toi, faut dire que je connais très peu cette partie là de l’histoire romaine,… enfin numide.

  • Zed
    Participant
    Posts501
    Member since: 9 octobre 2013

    Bonjour tout le monde, voici la deuxième partie du récit de la guerre de Jugurtha :

    II)Métellus, l’homme de la situation ?

    La guerre recommença, Albinus se prépare à la guerre, dans l’espoir de la finir vite. Jugurtha, lui, faisait traîner les choses. Albinus se rend à Rome et passe le commandement de l’armée à son frère Aulus. Ce dernier, en qualité de propréteur, décide de faire sortir l’armée de ses quartiers d’hiver, et gagne la ville de Suthul, ou se trouvaient les trésors royaux. Le mauvais temps, et la position géographique de la ville ne permettait pas de faire un assaut ou un siège.
    Jugurtha est mis au courant de ce projet, et décide de corrompre les centurions et les officiers de cavalerie (probablement des Thraces selon Salluste), pour décider soit à passer dans son son camp, soit à quitter leurs postes au signal donné lors d’une attaque. Les romains se laissent donc acheter, et Jugurtha, en pleine nuit, cerne et attaque le camp romain, avec un fort contingent de Numides. Le carnage est certain, les officiers de cavalerie, quelques escadrons de soldats et les centurions primipiles ouvrent un passage pour l’ennemi.
    La paix fut conclue le lendemain au gré de Jugurtha, mais le Sénat, outragé, ne reconnaît pas cette paix, et envoie Albinus avec une autre armée pour l’Afrique.

    Pendant ce temps, C.Mamilius Limetanus, tribun de la plèbe, fait voter une enquête contre les nobles qui s’étaient laissés corrompre. M.Scaurus, un des principaux soupçonnés, profitant de la discorde à Rome, mène l’enquête. En 109 avant Jésus-Christ, la Numidie est attribué à Métellus, un homme énergique, et une armée lui est confié. Arrivé en Numidie, il retrouve l’armée de Sp.Albinus, sans force, sans courage, lâche, fatiguée, sans aucune discipline. Métellus va rapidement et efficacement remédier à ce problème ; il réprime les abus, et tout ce qui est anti-disciplinaire. Il inspecte toujours et minutieusement le camp, et les sentinelles, pendant les marches, il est devant, au centre, en arrière, pour être sur que personne ne sorte du rang, et que tout le monde marche serré autour des enseignes…

    Jugurtha, instruit par ses espions d’une telle rigueur de la part du consul, commence à se décourager, et pense sérieusement à se rendre. Il envoie donc des députés à Métellus, pour lui demander de laisser la vie sauve à la famille royale. Le Romain se méfie bien des Numides, et de leur caractère changeant. Il accueil les députés, et essaye de les persuader, à force de promesses, de lui remettre leur roi, mort ou vif. Métellus rentre en Numidie, avec son armée prête à en découdre. Les Numides leur offres du blé, et toutes sorte de denrées, dans l’espoir que les Romains les laisseraient tranquilles. Mais le consul, voyant ces offrandes comme un cheval de Troie, reste sur ses gardes. Métellus ravage les régions les plus riches de la Numidie, et sème la terreur. (Salluste nous informe que les guerriers Numides ont la particularité d’être rusés). Jugurtha nous le prouve, en faisant, avec sa cavalerie d’élite, nombres d’escarmouches efficaces sur les Romains. En réponse à ces actes, les Romains décident d’assiéger la célèbre Zama (actuelle Zama Regia). Le roi Numide, encore grâce à ses espions, est au courant des ce projet, et exhorte les habitants de la ville à défendre leurs remparts.

    La bataille a donc lieu, Jugurtha fond sur le camp ennemi qui était distrait (“ils s’attendaient à tout plutôt qu’à une attaque”). Les Romains se sauvent, et Métellus envoie la totalité de sa cavalerie, avec C.Marius sur Jugurtha. Les Numides subissent peu de pertes, et se replient. Le lendemain, la bataille reprend, le roi Numide fond sur l’ennemi, il enfonce les rangs, sème la terreur et le désordre. Devant Zama, le combat est acharné ; la nuit tombe, et Métellus abandonne Zama.

    Le consul, vaincu, établie une garnison à Vaga (une cité riche, car c’était le marché le plus important de toute la Numidie). Jugurtha continue à envoyer des députés à Métellus pour demander la paix, mais ce dernier essaye toujours de corrompre ces députés. Il ne refusait ni ne promettait la paix. Le roi Numide résolut donc de prendre les armes, et rassemble le plus d’hommes possibles. Près d’un fleuve nommé Muthul, une bataille à l’issue incertaine eu lieu.

    Jugurtha ordonne à Bomilcar de placer les éléphants et une partie de l’infanterie sur le champ de bataille. Métellus, quand à lui, range son armée en trois colonnes.
    Salluste nous révèle que, lors de cette bataille, les deux généraux étaient égaux, et hardis, mais avec des ressources inégales : les soldats Romains étaient des soldats de valeur, mais ils possédaient le désavantage du terrain, et tout souriait à Jugurtha, sauf la qualité de ses troupes. La bataille dura longtemps, les deux généraux ne cessent d’exhorter leurs troupes. Les cavaliers Numides harcèlent les Romains, leurs jettent des traits. Cette bataille eut lieu en Juillet-Aout 109 avant Jésus-Christ, il faisait donc très chaud. La bataille, fut gagné de justesse par les Romains, notamment grâce à C.Marius et à la cavalerie, qui a montré sa valeur. Les Numides se replièrent stratégiquement. C’est une victoire à la Pyrrhus pour les Romains, elle leur a en effet coûté un grand nombre de soldats. Jugurtha lui, rassemble encore plus de troupe que cette fois, en attendant une prochaine bataille…

    En espérant que cette deuxième partie vous est plut 😉

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Dommage que tu aies abandonné ce dossier….

  • Zed
    Participant
    Posts501
    Member since: 9 octobre 2013

    Dommage que tu aies abandonné ce dossier….

    Eh bien tu sais quoi ? Ton commentaire m’a donné envie de le finir :p. Je le termine dès que possible, et je vais même commencer un autre dossier !

  • Participant
    Posts3
    Member since: 30 octobre 2012

    Salut.
    Alors c’est pour quand la 3ème partie?

  • Zed
    Participant
    Posts501
    Member since: 9 octobre 2013

    Salut, je posterais la suite quand je rentrerais de vacances, donc après le 21 🙂

  • Participant
    Posts1
    Member since: 6 décembre 2014

    Bonjour Zed,
    Un grand merci pour ton travail car il élucide davantage mes recherches sur ce sujet, en particulier sur le personnage de Jugurtha. J’aimerai juste savoir à quand la troisième partie de ton résumé…?
    Cordialement

  • Participant
    Posts7
    Member since: 17 novembre 2014

    Très intéressant
    Je connaissais une partie de l’histoire de Jugurtha mais très peu

16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.