Post has published by Pericles43

Ce sujet a 25 réponses, 8 participants et a été mis à jour par  mongotmery, il y a 4 mois et 1 semaine.

26 sujets de 1 à 26 (sur un total de 26)
  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Je vous présente un article que j’ai écris sur un autre forum. Je tente d’écrire une “histoire de Rome”, un truc plutôt sommaire n’allant pas trop dans le détail. Cet article concerne la guerre civile qui opposa Marius à Sylla, c’est une période que j’affectionne particulièrement car elle est très peu répandue, les gens préférant César et Pompée, malheureusement. Donc c’est en petit rédacteur modeste que je vous propose ce texte, en attendant les conseils qu’on peut me donner pour que je m’améliore.
    Bonne lecture! 😀
    Amicalement, Périclès 😉

    Marius et Sylla, la première guerre civile romaine
    Partie I :
    Le déclenchement de la guerre et l’exil de Marius
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f0/Asia_minor_Mithridates.jpg/400px-Asia_minor_Mithridates.jpg
    Situation en Orient (Rome et ses alliés en rouge, Mithridate et ses alliés en bleu)

    Rome,88 avant Jésus Christ, la guerre sociale qui a éclaté en l’année 662 de Rome est sur le point de se terminer. Le général Sylla qui s’est démarquer par ses exploits durant cette guerre est nommé par le Sénat consul aux cotés de Pompéius Rufus. Cependant la guerre contre Mithridate, le roi du Pont, ne fait que commencer et Sylla espère obtenir le commandement de la guerre. C’était sans compter sur Marius!

    http://www.voyagesphotosmanu.com/Complet/images/caius_marius.jpg

    Caius Marius

    Le vainqueur de la guerre de Jugurtha, l’homme qui arrêta la migration de Cimbres et des Teutons, le réformateur de l’armée romaine. Tous ces faits d’armes rendait Marius très populaires au
    prés du peuple dont il était d’ailleurs issue. Marius s’était volontairement mis en retrait de la Guerre Sociale qu’il n’approuvait pas en prétextant un mauvais état de santé. Il vit donc dans la guerre contre Mithridate une occasion de renouer avec sa gloire d’antan, cette campagne serait sa dernière et elle sera l’apogée de sa carrière militaire pensait-il. Mais le Sénat ne prit pas en compte la demande de Marius et donna a Sylla le commandement de l’armée d’Orient. Cette décision du Sénat est dut au faite que Sylla est un ami de Pompée Strabon, l’homme qui a mit fin à la Guerre Sociale, mais aussi à cause de son rang. En effet Sylla est un patricien conservateur, comme la plupart des membres du Sénat de l’époque!
    Un conflit éclata alors entre les deux généraux : Marius, l’ami du peuple, et Sylla ,l’homme fort. Marius qui était irrité par cet acte du Sénat s’allia avec les tribuns de la plèbe. Ces derniers peuvent grâce à une action que l’on nomme l’intercessio peuvent suspendre un projet de loi exposer par un magistrat si ils jugent que cette loi va contre les intérêts de la plèbe. De plus Marius aurait plus ou moins provoqué une émeute, la conséquence est que les comices tributes furent réunis pour voter le projet du Sénat. Le décret fut cassé et Marius obtint le commandement de l’armée d’Orient. Celui-ci envoya alors deux tribuns militaires remplacer Sylla à la tête de l’armée de Campanie, mais Sylla (qui assiégeait Nola, la dernière place tenue par les rebelles de la Guerre Sociale) fut plus rapide et ordonna à ses légions de marcher sur Rome!
    Cet acte était un véritable coup d’Etat! Aucun général romain n’avait osé pareil tentative depuis Remus, c’est dire! Les officiers refusèrent les ordres, mais les soldats attirés par l’espoir du pillage acceptèrent, l’armée se mit alors en marche. Les premier succés arrivèrent : Sylla élimina la majorité des forces populares de Marius et Sylla rentra à la tête de ses hommes dans Rome. Victorieux; Sylla convoqua le Sénat et fit déclarer « ennemis de l’Etat » tous les chefs populaires, nombreux furent tués tel le tribun Sulpicius mais Marius; dont la tête à été mise à prix; parvint à s’échapper. Il partit alors en exil, ralliant l’Afrique du Nord puis l’île de Djerba auprès des vétérans de son ancienne armée laissant Sylla seul maître à Rome. Ce dernier fit rapidement voter des lois ôtant le pouvoir au comices tributes (l’assemblée du peuple), tout le pouvoir qu’il supprimait au peuple il le rendait au Sénat qui retrouva sa toute puissance. Sylla organisa alors les élections consulaires de l’année 87, le résultat de ces élections va le décevoir mais il ne le sait pas encore…
    En effet, les consuls de l’année 87 sont Octave (appartenant à la famille des Octavius) qui est d’origine plébéienne mais qui est aussi très riche, ce dernier soutient l’aristocratie sénatoriale. Mais le second consul élu, Lucius Cornélius Cinna, un membre de la famille de Sylla, au contraire d’Octave est un partisan du parti populaires. Sylla n’avait plus le temps de régler se problème et se devait de partir pour l’Orient afin de combattre Mithridate. Après tout la cause de la guerre civile était le commandement de cette armée d’Orient, de plus Mithridate gagnait chaque jour un peu plus de terrain, de nombreux territoires des provinces de Grèce et d’Asie avait été perdues. A Rome, il pouvait compter sur Octave pour défendre ses intérêts, cependant Cinna l’inquiéter, il lui fit donc prêter serment sur le Mont Capitole devant un grand nombre d’officiels : sénateurs, anciens magistrats, tribuns,… Cinna jura fidélité à son cousin Sylla, puis Sylla partit pour l’Orient laissant ses adversaires politiques maître de Rome.

    Partie II _ A :
    Marius et Cinna maîtres de Rome

    La vie a Rome devint impossible, les affrontements entre partisan de Sylla et populares devenir de plus en plus fréquent. Cinna qui avait aussi prêter serment aux populares appela à lui le petit peuple, les Italiques et les partisans de Marius. Octave prit position et fit déclarer Cinna « hors la loi », ce dernier du partir de Rome avec ses partisans, tandis que les tueurs du Sénat tuaient tous les citoyens suspect de sympathie pour le parti populaire. Le Sénat nomma un consul pour remplacer Cinna : Lucius Cornélius Mérula, parent de Cinna et flamine de Jupiter entièrement dévoué au parti sénatoriale et à Sylla. Apprenant la nouvelle des troubles en Italie Marius fit envoyer des émissaires, il devait agir : Sylla loin de Rome il n’était plus un danger et Octave n’était pas très doué pour les affaires militaires, la route était libre pour un retour en Italie!
    Marius accosta à Télamon, lors de sa route jusqu’à Rome de nombreux Italiques vinrent à lui : bouviers, bergers, esclaves, laboureurs et autres paysans; attirés par la liberté mais aussi par la gloire de Marius. Si bien que Marius avait réuni une armée de 10000 hommes. On dit plus tard que là où Sylla acheter ses alliés avec de l’or, Marius leurs offrait la liberté, cela avait pour effet une fidélité sans faille des soldats envers Marius. Avec son armée Marius se rend jusque au camp de Cinna. Ce dernier est beaucoup moins seul que ce que l’opinion publique pensait. A eux deux, les deux chefs du parti populaires, s’emparèrent de tous les ports jusqu’à Ostie. Cosa, Tarquinii, Caere, Alsium, et enfin Ostie tombèrent en deux semaines, Rome était encerclé.
    Octave n’avait avec lui que les murailles de la ville, réputé imprenable, et un contingent de légionnaires bien entraînés. Peu sur des décisions qu’il allait prendre, il demanda conseil à d’ancien magistrats du Sénat. Marius avait capturé le Janicule, une position stratégique pour le siège de Rome. En effet de l’autre coté du Tibre elle surplombait la cité de sa hauteur, bien installé il allait être difficile de le déloger. Cependant les officiers d’Octave veulent tenter une sortie pour le déloger de cet position. Octave était un profond conservateur, ils avaient la loi avec lui : Marius ne pouvait pas rentrer dans Rome, la loi l’interdisait! Mais son nombre d’homme était insuffisant, ses officiers le pressaient de promulguer une loi affranchissant les esclaves pour les employer comme soldats, Octave refusait catégoriquement! Cela aurait été un sacrilège de leurs donnait les mêmes droit et les mêmes privilèges que les romains! Très grave erreur stratégique, il aurait pu en quelques minutes renverser le rapport des forces totalement en sa faveur.
    Indécis malgré les discussion avec les magistrats, Octave consulta les oracles de Cumes, ces derniers lui dirent que tout irait bien si il restait à Rome, il prit donc sa décision, laissant le destin de la ville entre les mains de charlatan!
    Rapidement une épidémie de peste se propagea dans la ville, les amis de Sylla se détournaient de lui comme Pompée Strabon, le héros de la guerre sociale! Ce dernier négociait en secret avec Cinna. Il fut finalement tué. Lorsque les greniers de la ville étaient vide, que les sénateurs disparurent subitement du Sénat, des envoyer du Sénat sortirent de la ville et donnèrent les clés de la ville à Cinna.Une redition sans condition…
    Octave fut étrangler par quelques sbires de Marius qui était rentré secrètement dans la ville. Cinna entra alors dans Rome à la tête de ses armées, en consul légitime, Marius quand à lui, qui n’avait pas le droit de rentrer dans Rome, demanda aux sénateurs de rassembler le peuple de Rome pour voter l’annulation de ce décret. Ces derniers rassurés par la déclaration de Marius convoquèrent le peuple, tous semblait se passer légalement. Mais avant que le peuple est fini de voter, Marius qui était envahi par la colère ordonna à ses hommes de tuer tous les sénateurs! La cohue s’empara du forum, les morts commencèrent à joncher le sol, puis, Marius d’un geste stoppa la tuerie.
    Un par un les citoyens furent appeler pour saluer le grand Marius, la tuerie ne faisait que commencer. Marius avait ordonner à ses hommes de tuer tous les citoyens à qui il ne rendrai pas leur salut. Tous ceux qui l’avait trahi par le passé furent exterminé, mêmes ceux pour qui il n’avait qu’un soupçon. La purge gagna la ville entière, les maisons furent fouillés, les portes forçaient, les hommes tuaient, les femmes et les enfants violaient, la terreur était dans Rome! Ces quelques jours de massacre ont ternis des dizaine d’années de gloire pour Marius, le peuple pour qui il était si dévoués ne le reconnaissait plus. On dit même que Caïus III Julius Caesar; l’homme qui allait jouer un rôle majeur dans l’histoire de Rome; aurait pleuré ce jour là, ne reconnaissant plus son oncle bien aimé.

    Partie II _ B :
    La réforme de Marius

    Avant Marius les légions romaines s’organisaient en 30 manipules, chacune d’elles comportaient deux centuries allant de 60 à 80 soldats. L’effectif totale étant porté à 4 200 hommes (chiffres illusoires à causes des absences de soldat ou autres inconvénients). Quoi qu’il en soit la légion se formait en trois rangs : les Hastatis en premier (1 200 hommes, les Princeps en second (1 200 hommes) et pour finir les Triaris au dernier (600 hommes). Entre ces trois rangs se trouve des soldats légers appelés Vélites. Toutes cette organisation s’effectue en fonction de l’argent et de l’âge, les Vélites étant les plus pauvres et ne pouvant pas se payer un équipement de qualité, les Hatsatis étant les plus vieux et pouvant se payer un excellent équipement qui en plus de sa qualité était très complet.
    Cette armée romaine est vu comme l’armée des origines, son organisation remonte aux guerres puniques, elle représente les valeurs de la République. C’était en fait une masse de citoyens qui défendaient leurs terres et leurs possessions, qui défendaient Rome. Hors, il est arrivé un moment où les riches propriétaires de l’empire ne désiraient plus d’une guerre coûteuse servant des intérêts lointains. La conséquence de l’expansion romaine est l’amélioration du niveau de la vie de beaucoup de romain. Il devenait donc difficile de trouver des hommes voulant se battre avec le même entrain que dans le passé dans les hautes et moyennes couches de la société. En plus de ne plus avoir le même esprit guerrier qu’avant, cette classe des petits propriétaires avaient sérieusement était touché par les guerres puniques, le réservoir démographique de Rome s’épuisait… Pour cela Marius mis en place plusieurs modifications dans l’organisation des légions.
    Premièrement les effectifs augmentèrent considérablement passant de 4 200 hommes à 6 000. Les manipules ont laissés leurs places au cohorte. Chacune de ces cohortes étaient composées de 600 soldats. Et à l’intérieur de ces dernières se trouvaient 2 manipules, chacune composées de de deux centuries de 100 hommes.
    Les légionnaire sont désormais tous semblables, et non plus divisés en différentes classes sociales. L’Etat fournit maintenant l’équipement aux soldats. Ainsi toutes les unités des anciennes légions purent s’engager au même titre, celui de légionnaire. La standardisation de l’équipement marque l’entré des prolétaires dans les légions, une classe sociale très nombreuse attirée par la solde que reçoive les légionnaires mais aussi par les richesses d’une campagne victorieuse. Le soldat romain n’est alors plus un citoyen défendant sa cité, mais un soldat en quête de richesse. Hors, les généraux de cette époque veulent la même chose : la richesse et l’honneur de la victoire. Tant que les intérêts des deux concordent, le soldat soutient son général en tout occasion. Ainsi, des généraux comme Sylla ou César pourront marcher sur Rome grâce à leur armée.
    Il existe ensuite une modification tactique et stratégique de la légion. celle-ci devient plus flexible et plus maniable permettant d’attaquer plus aisément l’ennemi et offrant une gamme de manoeuvres très riche. La Rome des origines qui défendait ses murs n’est plus, place à la Rome aux objectifs impérialistes et à l’énorme appétit de conquête!

    Partie III :
    La mort de Marius

    A Rome après toute cette agitation un semblant d’ordre s’instaura dans la ville. Cinna fit tuer les soldats de Marius qui avaient participé aux sanglants massacres des jours derniers. Les jugement commencèrent pour les collaborateurs de Sylla, à l’annonce de cette nouvelle Lucius Cornélius Mérula; le prêtre de Jupiter; qui avait pris la place de Cinna en tant que consul, s’ouvrit les veines au pied de la statue de son dieu sur le Capitole. Sylla, qui était encore en campagne en Orient, fut déclaré hors la loi et ennemi publique de Rome. Toutes les lois que ce dernier avait crées pour donner plein pouvoir au Sénat furent cassées, l’ancienne Constitution fut remise en vigueur et le peuple retrouva ses privilèges et ses droits. Les élections pour le consulat eurent lieu en décembre 87, élections sans surprises : Cinna et Marius élus consuls de l’année 86. Alors que les consuls venaient d’être intronisés, on apprit à Rome des nouvelles d’Orient. Sylla avait repris la Béotie, région situé au Nord de l’Attique et mettait le siège devant Athènes! Mais les démocrate, Marius et Cinna, qui venaient de gagner une bataille à Rome avaient d’autres soucis plus urgents.
    Marius; le héros qui commençait à se faire vieux; s’était enfermé dans sa luxueuse demeure romaine, pensant à ses grandes victoires. Il était fatigué, ne dormait plus la nuit, il se mit à boire et tomba rapidement malade. Une grippe diront certains, une pleurésie diront les autres. Après avoir passé sept jours à frissonner, il s’éteignait à l’âge de 71 ans. Les historiens dirent plus tard qu’il n’avait que deux amours : sa patrie et le peuple, et qu’il n’avait qu’une haine : celle des aristocrates qui opprimaient le peuple. Il laissa l’une et l’autre; sans le savoir; entre les mains de Caïus Julius César son neveu, âgé alors de quatorze ans.
    De l’année 667 de Rome à l’année 669, l’Urbs vécu en paix sous le contrôle du parti populaire. Cinna fut réélu consul pour deux ans. Un grand nombre des représentants du parti sénatoriale avaient péris lors de la semaine sanglante, les autres étaient punis de bannissement, mais un petit nombre de modérés étaient passés au travers des mailles du filet de la répression. Sylla guerroyait toujours en Orient contre Mithridate. Valérius Flavius, consul de Rome aux cotés de Cinna, remplace Marius, il fit voter une loi enlevant aux débiteurs les deux tiers de leur dettes, une loi généreuse contenu du nombre de personne endettés vivant à Rome.
    Puis arriva l’année 85, on annonça partout dans Rome le retour de Sylla qui venait de gagner la guerre en Grèce et sur la Mer noire. Les populaire eurent une idée : marié Cornélie la fille de Cinna; le chef du parti; à Caïus Julius César ;le neveu du défunt Marius, le légendaire chef du parti;. C’est chose faite l’année même durant la période des vendanges. Mais la cérémonie fut rapide et discrète car Cinna avait d’autres préoccupations plus urgente : il tentait de négocier une paix avec Sylla, qui s’approchait chaque jour un peu plus de l’Italie avec une puissante armée, les nuage noir de la guerre civile approchaient…

    Partie IV :
    Le retour de Sylla
    http://www.ystari.com/wordpress/wp-content/uploads/2008/09/sylla.jpg

    Sylla


    Cinna concentra une flotte dans l’Adriatique, à Ravenne, à Ramini et une autre à Ancône afin de se préparer au retour de Sylla, probablement pour empêcher un débarquement. Au début de l’année 84, nouveau coup de théâtre : un centurion de sa propre armée met fin à la vie de Cinna, tous les soupçons se portèrent sur Sylla qui aurait envoyé des émissaires pour faire le travail. Mais sans preuve rien ne fut prouver. Les populaires étaient en danger, Cinna mort et Sylla qui se rapprochait. L’agitation gagnait le parti, que faire fuir ou rester?
    L’année 83 venait de débuter, tous les partisans de Marius et de Cinna, tous ceux qui avaient été épargnés par la semaine sanglante savaient que leur jours étaient comptés, Sylla revenait et il avait fait savoir qu’il se vengerait de tous ses ennemis! Les historiens de l’époque rapporteront que sur le forum on disait :
    « Cinna et Marius ont tué la moitié du Sénat, Sylla tuera l’autre moitié! »
    Face à Sylla le parti sénatoriale et le parti populaire formèrent un union sacré contre la dictature du vainqueur de Mithridate. Les consuls Cornélius Scipion, un patricien, et Norbanus, un homme de la plèbe, furent élus consuls de l’année 83 pour défendre Rome. Ils disposaient d’une armée de 140000 hommes, dont quarante mille Samnites un peuple allié de Rome.
    Sylla débarqua finalement à Brindes au cours du printemps de l’année 83 avec une armée de quarante mille hommes, tous des vétérans de l’armée d’Orient. Déjà, ses partisans venaient le rejoindre : Métellus, un patricien ainsi qu’un un jeune et riche chevalier du nom de Pompée. Les trois romains firent aussitôt mouvement vers Rome, détruisant toutes les armées républicaines que Rome leurs envoyait. Trois mois plus tard, Sylla se trouvait sous les murs de Rome à la tête de son armée. Mais l’hiver approchait, voyant que Rome ne cédait toujours pas, Sylla décida de battre en retraite et prit ses quartiers d’hiver en Campanie plus au sud.
    En janvier 82 deux hommes du parti populaire sont élus consuls : Papirius Carbon et Marius dit le jeune, fils adoptif du grand et légendaire Marius. Les combats firent rage durant toute l’année, opposant les armées républicaines aux armées de Sylla et Métellus. Nouvelle défaite des républicains. Marius le jeune s’enferma alors à Préneste, dernier point de résistance avant Rome. Sylla assiégea alors la cité. Cependant, Marius, se sentant vaincu, envoya un émissaire au prêteur Damasippe qui se trouvait à Rome. Il lui ordonnait de rassembler tous les sénateurs au Sénat et de faire tuer tous ceux qu’il considérait comme suspect! Ceci afin d’éliminer un grand nombre des partisans de Marius qui avaient main mise sur le Sénat. Au final Marius le jeune fut blesser et se fit achever par un esclave. Triste fin pour le descendant du grand Marius, concernant son émissaire peut être fut il tué car son ordre ne fut jamais executé.
    Sylla et Métellus rentrèrent à Rome en novembre 82 tandis que Pompée guerroyait en Sicile, province fidèle aux populaires. Papirius Carbon, l’autre consul de l’année 82 aux cotés de Marius le jeune, fut exécuté à la suite d’un rapide procès, tandis que Sylla fait égorger six mille soldats romains sur le forum, ces derniers avaient été fait prisonniers lors de sa campagne d’Italie. Sylla convoqua alors le Sénat et prononça un discours où il proposait de se faire élire dictateur : c’était la fin de la république. Rome plongea dans l’horreur. Des massacres ordonnaient par Sylla avaient lieu chaque jours, on tués en permanence, partout et n’importe qui! Pour stopper l’horreur un sénateur se leva contre Sylla lui demandant d’ôter du doute ceux qu’il allait laissés en vie, ne sachant qui il allait laisser en vie, Sylla, décida de créer une liste avec les noms de toutes les personnes rechercher par l’Etat, donc par lui même. Jours après jours cette liste ne faisait que s’agrandir ajoutant à chaque fois de nouvelles victimes. Maintenant toute personne dénonçant, capturant ou tuant un proscrit recevra une récompense de 12 000 derniers, quand à ceux qui protégeraient un proscrit verraient leurs biens confisqués. Pour le première fois, la dénonciation faisait son entrée dans les instituions d’un pays…
    Peu à peu la vie à Rome reprit avec énormément de dénonciation et toujours autant de proscrits. Six mois plus tard, Sylla abdiquait la dictature, mais garda son imperium et se fit élire consul pour la deuxième fois. Nouveau coup de théâtre au début de l’année 79 : Sylla se retire de la vie politique!
    Puis il meurt un an plus tard dans des conditions qui restent un mystère, toutes les maladies sont avancés sans réelle preuve. La fin de sa vie elle même est un mystère, pourquoi alors au sommet de sa gloire se retirer de la vie politique? Peut être était il tombait malade ou alors était il lasse de toutes ses manigances et ces trahisons? Nous ne le sauront sans doute jamais, en tous cas Sylla mettra un coup fatal à la république romaine qui ne s’en remettra que difficilement pour une nouvelle fois chuter. De plus la guerre civile marque un précédent dans l’histoire de Rome, avant de se renouveler quelques années plus tard… Quoi qu’il en soit la mort de Sylla marque l’avènement du jeune Pompée qu’on appellera plus tard : Pompée le grand!

    Fin
  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Marius et Sylla, ou la déchirure de la République.
    Ironique comment les réformes de Sylla avait pour but de rétablir le fonctionnement normal des institutions de la République, mais que celle-ci ne fonctionnèrent que le temps qu’un dictateur soit aux commandes.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Justement il me semble qu’ajouter un passage sur les réformes de Sylla et sa collaboration houleuse avec Marius en Numidie améliorerait encore ce travail déja remarquable!

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    les gens préférant César et Pompée, malheureusement

    Ca peut se comprendre quand même.
    Au fait pour les réformes “marianiques” est il vrai qu’il standardise l’équipement militaire?

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Oui, il le “standardise” et on en vient aux légionnaires à la côte de maille de type césarien.
    On est loin des légionnaires avec armures en lamelles comme ils sont décrit dans la BD Astérix.
    Cependant c’est grâce à cette standardisation de l’équipement que la légion romaine s’est ouverte au prolétariat. C’est un des facteurs de la domination militaire romaine d’ailleurs. 😉

    C’est vrai que j’ai oublié les réformes de Sylla dont je suis pourtant un grand admirateur.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Tu parles de la lorica squamata, je suppose? Ben j’avais un exposé à faire (je m’y suis pris à la dernière minute) mais j’ai pas osé dire que Marius commence la standardisation à cause d’un détail: En -122, la fresque de Domitius Ahénobarbus montre 4 soldats en ]lorica squamata[/i] alors qu’elle représente les 4 classes censitaires: il y a donc déja standardisation: d’après le bouquin.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    armures en lamelles comme ils sont décrit dans la BD Astérix: la lorica squamata: elle n’arrive qu’aux débuts du Principat.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Tu es un grand admirateur de Sylla?
    A part sur la chose militaire et le fait qu’il ait de lui même quitté le pouvoir, ce type est un ploutocrate sanguinaire!

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Oui je le suis ^^
    Je trouve ça très énigmatique qu’un homme qui a travaillé toute sa vie dans le but d’être au sommet, l’abandonne si vite. La maladie sans doute, mais je trouve sa triste.
    Sanguinaire, c’est un peu fort. ^^ Il n’a pas fait plus que ce qu’il jugeait nécessaire, et je pense qu’il n’était pas plus sanguinaire qu’un autre à cette époque. 😉

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Oui je le suis ^^
    Je trouve sa très énigmatique qu’un homme qui a travaillé toute sa vie dans le but d’être au sommet, l’abandonne si vite. La maladie sans doute, mais je trouve sa triste.
    Sanguinaire, c’est un peu fort. ^^ Il n’a pas fait plus que ce qu’il jugeait nécessaire, et je pense qu’il n’était pas plus sanguinaire qu’un autre à cette époque. 😉

    Ben à mon avis, c’est pas tant pour lui qu’il a pris le pouvoir que pour rétablir les optimates dans leurs prérogatives (et il voulait profiter de la vie avec sa 5 eme femme de 25 ans)
    S’il est pas plus sanguinaire qu’un autre à l’époque, je me réjouit d’être né au XX EME siècle!

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Ben, c’est un peu lui qui a pour la première fois fait marché une armée romaine sur Rome, et institutionalisé la proscription.

    Je pense que pour la standardisation, c’est plus une conséquence que la raison de l’entrée des prolétaires dans l’armée romaine. Jusque-là les légionnaires payaient leur équipement, alors qu’à partir de Marius l’équipement est fournit, alors autant que ce soit le même pour tous.

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Effectivement, après réflexion tu as tout à fait raison. La standardisation est une conséquence de l’entrée des prolétaires dans la légion et pas l’inverse.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Octave (appartenant à la famille des Octavius) qui est d’origine plébéienne mais qui est aussi très riche,

    Le papa du Princeps senatus Auguste César, je suppose?

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Octave de la famille des Octavius et Princeps Senatus Auguste César sont la même personne. ^^

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Pas celui dont tu fais mention dans le texte! Celui dont tu parles dans le texte est consul au moment où César est jeune, il est en plus optimate et pour finir il meurt étranglé quand Marius revient. Auguste, lui, ne naitra que 15 ans après la mort de Sylla!

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Oui excuse moi, c’est une erreur de ma part, je ne pensais pas que tu parlais du texte. :unsure:

    Ce n’est pas le père d’Auguste, si tel avait été le cas jamais il n’aurait été un ennemi de Marius. Il faut savoir que Auguste et en quelque sorte un descendant de Marius. 😉
    Gnaeus Octavius (l’homme dont je parle dans le texte) appartenait à la famille des Octavius. Tandis que Octave (le futur Auguste) appartenait à la famille des julii. 😉

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Ce n’est pas le père d’Auguste, si tel avait été le cas jamais il n’aurait été un ennemi de Marius
    je me disais aussi, mais j’ai appris qu’Atia Julii, la nièce de César et mère d’Octave Auguste, s’était marié à son père Octave qui était de l’ordre équestre… et TRES riche… alors quandd j’ai lu ton texte, je me suis dit: c’est le père de l’imperator

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Sa aurait pu 😉
    C’est très difficile de s’y retrouver dans les noms de familles romains. Beaucoup portent le même nom, certaines fois autant le prénom que le surnom ne change pas durant plusieurs génération.

  • Participant
    Posts363
    Member since: 12 avril 2012

    Je n’avais pas vu ce sujet. texte très intéressant Périclès43. je connaissais vaguement cette période de guerre civile, c’est très plaisant d’avoir une vision plus clair de ces évènements.

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Texte édité avec l’ajout d’images et une partie sur les réformes de Marius!

    De plus ça fait un beau déterrage de sujets pour que les nouveaux venus puissent commenter. 😀

    PS : Les réformes de Sylla viendront, peut être. ^^

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Super sujet Péricles !

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Ravi que cela plaise, j’éspère vous apprendre des choses, ou au moins vous éclairer sur le sujet.

    Je vais bientôt poster un sujet du même type sur le second triumvirat 😉

  • Participant
    Posts1
    Member since: 29 avril 2013

    yop c’est un sujet hyper cool que tu nous a fais la 🙂 mais fais attention sur un ou deux petits points qui ne sont pas forcément évident comme ton sujet ou tu pourrais renommer le titre
    car tu englobe non pas que la première guerre civile romaine mais aussi la deuxième qui débute en -82 après environ 4 années de calme quand Sylla reprend la conuete de Rome

    Et juste un dernier petit point tu ne peux pas parlé de parti populares c’est un anachronisme on parle plus de sensibilité idéologique pour l’époque je te dit sa par ce que mon prof de romaine à traumatiser une élève par rapport à sa héhé

    Sinon c’est cool surtout toutes les anecdotes qui sont vraiment stylés 🙂

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Merci pour les précisions. 😉
    C’est vrai que moi même j’aurais pu être plus précis dans mes explications. ^^
    Si tu as aimé, je t’invite à aller lire mon second dossier en cours de rédaction sur le second triumvirat. 🙂

  • Admin bbPress
    Posts6315
    Member since: 5 août 2017

    Je constate la date et je me demande : est-ce le premier dossier du Forum de la Guerre? Il date d’à peine 18 jours après la mise en ligne. Un dossier avant le terme et la popularisation par Cuirassier?

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    C’est bien probable! Mais attention donc aux anachronismes en lui donnant le nom de dossier! ^^

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

26 sujets de 1 à 26 (sur un total de 26)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.