Post has published by Nathan

Ce sujet a 60 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  Nathan, il y a 7 mois et 2 semaines.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Cette uchronie tient compte des evenements passés pour eviter les memes erreurs.

    Le probleme de l’expansion à l’est proné par Hitler, comme la seule solution viable pour l’avenir de l’allemagne, se posait desormais directement, les ennemis etait battus, il ne restait plus que l’angleterre et la Russie.

    Hitler songea longtemps au probleme avec la Russie, auquel il fallait regler la question de l’expansion à l’est, il prit finalement la decision, seul, d’attaquer la Russie.

    Nul conseiller n’intervena dans sa prise de decision la plus importante de sa vie. ( authentique )

    Peu de temps apres, en octobre 1940, il demanda à Von Brauchitsch, son chef d’etat major, de preparer un plan d’attaque, il s’agissait pour Hitler d’aneantir les forces ennemis avant tout, l’espace etant son ennemi.

    Celui-ci le lui apporta 25 jours apres.

    C’etait la copie comforme du plan Barbarossa, cependant, Hitler reflechi et ce demanda si la chute de Moscou apres avoir atteind tous les autres objectifs et aneantit les armées, allait necessairement forcer Staline à capituler, sachant celui ci particulierement determiné.

    “”Ce plan, n’a pas ma faveur, je ne crois pas que la chute de Moscou entraine fatalement celle de Staline, cet homme est trop determiné pour ceder, laissez moi reflechir, je vous donnerais les directives essentielles dans quelques jours.

    ( Hitler n’etait pas dénué de sens strategique, au contraire, il fut l’homme de la manoeuvre de Mlawa et de Sedan, avant Manstein meme, qui foudroya la Pologne et la France. ( Voir Hitler et ses generaux, de Raymond Cartier.)

    Ainsi fut fait, à la mi novembre, Hitler revoit Von Brauchitsch, et lui dit:
    “Voici ce que je veux apres l’aneantissement des forces russes et leurs interdiction de retraiter vers l’arriere.

    3 groupes armées auront chacun leurs axes principal, celle du nord, commandé par von Leeb, avec 3 panzerdivisions, s’établira apres sur la Dwina, celle du centre, commandé par Von Bock, avec Guderian comme commandant de la force principale des chars et Hoth, avec 9 panzerdivisions, excercera la poussée centrale en direction de Smolensk en passant au dessus des marais du Pripet, et s’etablira de Smolensk à Kiev dans le cas n°1.

    Celle de von Rundstedt, au sud, avec 5 panzerdivision, attendra le mois de juillet, avec celle d’Antonescu, notre allié Roumain et ses 14 divisions, pour ce lancer à l’attaque et s’aligner sur l’armée du centre et detruira les forces de Boudieny.”

    “Ce plan comportera deux possibilités, soit une poussé centrale sur Moscou, c’est le cas n°2, soit transferrera une partie de ses forces en direction du sud, en Ukraine, mais alors fixera son front de Smolensk, Orcha-Moghilev-Gomel et Kiev, dans le cas n°1, ceci pour forcer au depart les russes à diviser leurs forces quand à notre direction definitive, à cause de leur reseau d’espionnage particulierement efficace.

    La division de leurs forces facilitera notre progression.

    Au sud, dans le cas N°2, Von Runsdstedt poussera seulement jusqu’au Dniepr et s’etablira sur cette obstacle naturel, et une partie de son aviation, de meme que celle du groupe d’armée Nord, ira soutenir l’avance sur Moscou, idem pour l’avance principale si l’ Ukraine deviendrait l’axe essentiel, dans le cas N°1 .

    Dans le cas N°1, Von Runsdstedt prendra le bassin du Donetz pour s’emparer de la region industrielle, dans un premier temps, jusqu’au Donetz.
    Cette region industrielle doit travailler pour nous.

    L’aviation soutiendra la poussée principale en prelevant une partie de ses forces sur les fronts en mode defensif.

    ( Carte modifié )

    Cette carte montre seulement la limite que les armées devront prendre, et leurs offensive soit sur Moscou, soit en Ukraine.

    Rien n’interdira de lancer des operations preventives pour les fronts defensifs, afin de ce premunir de contre offensive russes ce preparant, mais la ligne tracé au nord et au centre restera determiné sur la base deja fixée, aussi, les armées devrons revenir sur cette ligne de front.

    Une seconde campagne en 1942, poussera dans la direction du Don, puis redescendra en partie vers le caucase…sans la conquerir entierement, mais imperativement occuper jusqu’a l’aérodrome de Starvopol.

    Stalingrad ne m’interesse pas, il n’est pas prioritaire.

    La conquete pourra s’arreter momentanement vers cette limite, le temps que l’operation aerienne s’accomplisse et produise ses effets irremediablement sur l’armée rouge.

    Il s’agira de detruire en partant de l’aerodrome de Starvopol, les puits de petrole de Bakou, ou 90% du petrole Russe y sont produit, leur destruction est essentielle.

    Il faudra prevoir le maximum de pistes d’envol artificiel à preparer d’avance dans cette region, pour soutenir l’effort aerien contre Bakou, et une multitude d’artillerie anti aeriens pour la protection de Starvopol.

    Je ne crois pas a une possibilité serieuse de conquerir le caucase, aussi, je compte sur cette action pour porter un coup fatal à la Russie.

    Cette action sur Bakou finira par abattre Staline et contraindra les armées Russes à la defaite, alors la 3eme phase de la campagne en 1943 entrera a l’oeuvre, nous refuserons toute capitulation, lorsque les ressources russes serons suffisamment affaibli, nous pourrons pousser la conquete vers l’est à bien moindre prix, Moscou deviendra notre prochain objectif, de meme Leningrad.

    L’attente des fronts defensif ce revelera justifié quand l’armée Russe sera paralysé par le manque de petrole, et pourrons reprendre l’offensive, ainsi nos pertes seront bien moindre dès 1941 et la contre attaque Russe dès cette année, si elle à lieu, leur couterait bien plus cher et rendrait leur echec a peu pres certain.

    Ce plan limitant nos actions au nord et au centre aura l’avantage de limiter la longueur de notre front et renforcera nos reserves, et notre logistique sera nettement moins éprouvé par la longueur des routes qui seront nettement reduite.

    La mise en defensive des groupes d’armées choisi, leur permettra de preparer des lignes anti-chars de Vitebsk à Smolensk et la preparation de “jardin du diable”, soit 2 couches de mines, pour ralentir l’ennemi dans les secteurs difficile à defendre.

    L’Ukraine deviendra notre allié, elle preparera elle aussi des lignes anti-chars et “des jardins du Diable,” de Konotop à Soumy jusqu’a Bielgorod, durant toute la periode defensive de cette partie du front, ceci renforcera le nord de l’Ukraine de tentative Russe de vouloir percer a cet endroits…

    Il faudra prevoir 2 à 3 millions d’Ukrainiens s’engageant à nos cotés, peut etre plus, cela nous permettra de renforcer nettement notre avance sur le caucase.

    Nous pousseront finalement jusqu’à la Volga ou nous etablirons notre frontiere, L’oural et ses industries seront au besoin conquis ou bombarder, et il faudra toujours faire en sorte qu’aucune puissance a l’est de l’oural ne puisse ce developper.”

    Ce sera la tache de mes successeurs.”

    Je lancerais la production de chars lourds, ce sera le Panther.
    Il devrait surpasser tout ce que l’on pourrait lui opposer.”
    Ainsi, le couple avions-chars devrait dominer le champ de bataille.

    La surprise doit etre essentielle, bien sur.

    131 divisions d’infanterie et 17 panzerdivisions, soit 3196 chars composeront cette formidable armée pour la reussite de ce plan, soit 3 millions d’allemands.

    22 divisions d’infanterie resteront en reserve, dont 2 Panzerdivisions dans un premier temps.

    Von Brauchitsch acquieça, et fut seduit par l’originalité de ce plan ou la prudence calculée ameliorerait nettement l’action logistique et l’envoie de renforts si necessité en faisait lieu, tout en raccourcissant le front et permettrait d’augmenter les reserves en renfort, plutot que rechercher la conquete de territoire, tout en frappant l’objectif essentiel dans un premier temps, puis le petrole du Caucase achevant l’armée rouge…

    A suivre…

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    25 mai 1941:
    Quelques mois apres, en fin mai Hitler convoqua ses generaux.

    Tous comprirent qu’apres la campagne de France et la conquete eclair des Balkans, allait s’ouvrir une nouvelle campagne, celle ci decisive…
    L’armée ré-installé sur le front de l’est, montrait le chemin qu’allait prendre les nouveaux evenements.

    Hitler parla:
    “J’ai pris la decision irrevocable d’attaquer la Russie, celle ci est encore affaibli par les purges que Staline à fait subir à son armée, et nous place dans une situation assez favorable, attendre, serait une faute lourde de consequence.

    Vaincre la Russie fera tomber l’angleterre, car si elle resiste, c’est qu’elle attend du secours, et seule la Russie peut le lui offrir. ( Discours authentique )

    Malgré le retard que nous avons pris par la campagne des balkans, nous pouvons compter sur une periode de plusieurs mois pour vaincre la Russie…apres une hesitation calculé… dans un premier temps… ajouta t-il, car je prevois la campagne en 3 partie… ou l’année 1942 devra achever le plus dur de ce conflit, et 1943, permettre de vaincre definitivement la Russie.

    Son espace est un obstacle, il est imperatif de vaincre les armées Russes dans de vastes encerclements pour ne pas lui permettre de reformer de front en arriere, et la vitesse est notre atout, il faut lui interdire toute retraite, et nos ressources limités en carburant nous oblige a faire une guerre la plus courte possible.

    Retenez bien que ce ne sont pas les objectifs geographiques qui sont prioritaire, mais la destruction de l’armée Russe.

    Il faudra ce mefier du Japon, il ce peut qu’elle abandonne notre cause, et alors risquer une vaste contre offensive Russe parmi ces forces qui seront liberer.

    Vaincre la Russie nous donnera toutes les ressources necessaire et nous permettra de vaincre tous nos futurs adversaires potentiel qui pourraient ce declarer.

    L’experience et l’art tactique ont prouvé leurs efficacités, je ne doute pas que nous atteindront tous nos buts en 1943.

    L’allemagne entre dans l’economie de guerre, Albert Speer en dirigera l’industrie, l’armée sera soutenu aux maximum de nos capacités, car la guerre que nous allons lancer scellera pour longtemps le destin du vaincu, elle sera donc extreme.

    Il est donc necessaire de s’appuyer sur les peuples ecrasés par Staline pour nous aider dans notre guerre.

    Cela diminuera d’autant les ressources humaines et materielles pour Staline.

    Je vous donnerais toutes les instructions nécéssaire en temps voulu.

    Le nom de code sera Barbarossa, elle commencera le 22 juin.

    Von Bock, present dans la salle ce leva et demanda ce que ferait le monde pendant cette guerre…

    Hitler repondit; “Quand Barbarossa commencera, le monde attendra et retiendra son soufle.” ( authentique )

    Messieurs, j’attends de vous que chacun face le maximum, car ce sera une guerre difficile, mais avec de la volonté, nous devrons reussir” …

    Veuillez passer chez von Brauchitsch, il vous donnera tous les details du plan.

    Tous les generaux quitterent la salle, aucun n’eleva d’objection, Hitler avait brisé tous ceux qui c’etaient autrefois opposés à lui dans les campagnes precedentes. ( authentique )

  • Modérateur
    Posts8402
    Member since: 20 décembre 2014

    @nathan

    Assez irréaliste comme uchronie!
    Hitler est le dirigeant de l’Allemagne à ce moment, il n’a pas le temps de monter un plan au moins aussi gros et compliqué que le plan Schlieffen (qui a pratiquement passé sa vie à élaborer son plan) et de le présenter ensuite tout fait à ses généraux. Il est évident qu’il va échanger avec eux pour le construire.

    Et, c’est un peu du détail, mais pour la nomination d’Albert Speer, elle se fait à la mort dans un accident d’avion de l’ancien ministre de l’Industrie.
    Quand à l’économie de paix ou de guerre, ce n’est pas un état binaire ! En 40, l’Allemagne est déjà partiellement dans une économie de guerre. On en décrète pas qu’on y passe comme çà, il faut faire passer des réformes…

    Ta vision des choses me parait beaucoup trop survoler le sujet

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    C’est vrai que je survole, mais si tu lis la directive N°41 de Barbarossa, tu verras qu’il en avait tracé les grandes lignes en fin 1940 et que son etat major en a peaufiner les détails, il me semble aussi que c’est l’evidence meme et que cela prend plusieurs mois a tout regler dans le detail, aussi, ce n’est pas la peine de le preciser, d’autant que la reponse est contenu dans le dernier message d’Hitler quand ils annonce a ses généraux de voir les détails du plans, dont on devrait comprendre qu’il n’en est pas l’auteur, mais seulement des grandes lignes directives.

    Rien n’empeche de mettre Albert Speer, il a pratiquement doublé la production de chars en 1942 et en a quadruplé les canons d’assauts, voila pourquoi, sous son impulsion energique et son sens de l’organisation, je le place aux commande de l’industrie.

    Pourquoi parler de reforme, c’est la suite logique a suivre dans la mise en economie de guerre, qu’importe le temps de la mise en place, elle sont necessaire vu l’ampleur des efforts qui attend l’allemagne, mais pourquoi en parler puisque ce choix provoque inévitablement des reformes.

    Je laisse aussi ce genre d’info de coté puisque c’est une evidence.

    Si Hitler en parle au present, c’est aussi pour rassurer ses généraux sur l’action globale qu’il met au point sur ce sujet, personnellement.
    Donc, il ne faut pas s’en formaliser particulièrement, le principal est que les généraux verront leurs industrie allant vers cette economie de guerre pour les soutenir a fond. 😉

  • Participant
    Posts392
    Member since: 20 décembre 2014

    En juillet 1940, sans même avoir reçu de directive officielle de Hitler l’OKH développe un plan d’invasion contre l’Union soviétique, nommé Opération Otto, dont voici la carte :

    Puis Hitler l’a modifié, notamment en remplaçant la priorité de prendre Moscou par la priorité de détruire l’Armée rouge à la frontière.

    Ensuite, en 1941, le ministre de l’armement est Fritz Todt, et ce depuis mars 1940. Albert Speer le remplaçera après sa mort dans un accident d’avion le 8 février 1942. Tout d’abord, Hitler n’aurait pas de raison de le remplacer avant sa mort, il considérait Todt comme quelqu’un de très compétent et digne de confiance, il aura même le privilège rare d’obtenir, à titre posthume, la médaille de l’Ordre allemand, conférée pour services rendus « de la plus haute importance pour l’État et le parti ». Et de toute manière, Speer, bien qu’indubitablement très compétent dans la direction de l’industrie, n’aurait pas pu faire tout ce qu’il a fait sans les solides bases posées pas son prédécesseur.

    Quant à passer d’une industrie “normale” à une industrie de guerre totalement mobilisé, comme a dit mongotmery, cela ne se fait en claquant des doigts. En 1941, l’industrie allemande tourne pratiquement à son maximum. Elle n’est simplement pas assez puissante et mal dirigée par une gestion bureaucratique et féodale qui fait entrer les différents branches industrielles en concurrence, empêche la standardisation, provoque de nombreux gaspillages, etc. Ce seront les défauts qui seront corrigées en partie par Speer, pour que l’industrie de guerre allemande atteigne son apogée en 1944.

    Et puis, je ne vois pas trop pourquoi Hitler prend-t-il ces décisions. Pourquoi vouloir s’allier aux Slaves contre le communisme, pourquoi prévoir la victoire pour 1943 ? Hitler méprisait et haïssait totalement les Slaves, ne voulant que les exterminer ou chasser, il n’aurait jamais accepté de les utiliser contre Staline, malgré les conseils de l’idéologue nazi Alfred Rosenberg, partisan d’une entente temporaire. De même, Hitler (tout comme la grande majorité de ses généraux) était convaincu que l’URSS s’effondrerait dès 1941, par la destruction de son armée et la prise de son industrie et de Moscou. C’est bien quand on fait une uchronie de trouver des raisons valables pour justifier la divergence avec IRL.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    j’ignorais ce plan, on ne parle que de Barbarossa.

    Mes connaissances sont plutôt orienté en gros sur la guerre et sur le seul apport rapide que Speer fit pour cette production industrielle et des commentaires qui m’avait laisser a penser qu’elle n’etait pas en economie de guerre et qu’une certaine marge etait encore reccuperable.

    La victoire en 43 est comprehensible, plus de petrole pour les russes, les 90% de bakou perdu, et tout s’ecroule.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    10 juin 1941

    Voici la situation generale en debut juin, grosso modo.

    et ce lien pour le voir en taille normale pour les détails

    http://image.noelshack.com/minis/2017/26/6/1498933424-eastern-front-ww2-maps-modifie-2-reduit.png

    Le plan:

    Von Leeb, du groupe d’armée nord avec 27 divisions d’infanterie et 3 blindées, contre l’armée de Kuznetsov d’une quinzaine de divisions dont 3 blindées, devra effectuer une percée par son aile droite par deux panzerdivisions, des panzergrenadieres suivit de deux divisions d’infanterie, sur Sakiai, tenu par une division blindée, le 3e corps blindée de Kurkin, puis foncer sur Kaunas, contre la 84e div blindée de Fomenko qui tient la ville, puis l’occuper par l’infanterie, pendant que continuera la force principale blindée qui ce rabattra dans un large demi cercle sur l’armée de Kuznetsov, et leur interdira la retraite vers la Dwina ou pendant ce temps, l’ armée principale passera à l’attaque pour fixer les forces russes tenant le front, soit 8 divisions dont 2 blindées.

    Du centre de son armée, une panzerdivision suivi de plusieurs panzergrenadieres coupera le centre de cette armée russe en deux et faciliter sa destruction, par Tourage et battra la 90e div legerement blindée de Golubev, en ouvrant ensuite la voie a plusieurs divisions d’infanterie qui ce rabattront à part egale sur l’aile droite et gauche de l’armée russe.

    Le corps d’amée de Manstein et la 18e armée de von Klucher, passeront par cette percée au centre russe et prendront position entre la Dwina et le Niemen, interdisant toute retraite russe vers le nord et les secours russes du 67e- 23e – 202e div et du 65e corps fusilier de 20 000h de la Dwina.

    L’armée de Kuznetsov battu et presque aneantit, foncer sur la Dwina qui deviendra notre frontiere naturelle, de Riga à Ostrovna. ( non loin de Vitebsk.)

    Pour von Bock, du groupe d’armée centre, ( 42 division et 9 blindée ) la solution paraissait facilité par le tracé avantageux des frontieres russo-allemande s’avançant en forme de u bombé vers l’allemagne, permettant un encerclement ideal des forces russes dont la pince nord partirait de la region de Suwalki et la pince sud en face de Brest Litovsk et ce refermant loin derriere les Russes, à Minsk, emprisonnant une cinquantaine de divisions de l’armée de Pavlov.
    1 dizieme en rechapperaient, ceux etant deja installés au environs de Minsk.
    Au sud des marais du Pripet, une quarantaine de division allemande, face à la ville de Lvov, pretent a ce ruer vers Lvov et Ternopil et au nord de la 2 branche principale, vers Kiev en redescendant vers Tcherskassy, pour refermer le piege en coupant la retraite sur une cinquantaine de divisions russes de Kirponos, aider par l’armée d’Antonescu et du groupe d’armée sud de Von Rundstedt ( 52 divisions et 5 blindée ) s’élançant vers la mi juillet, par son aile nord, pour permettre l’aneantissement de la grande majorité des forces russes au centre et au sud, par une percée du front russe de ce point, pour ce retourner vers le sud, en direction d’Odessa et de la Crimée, en tombant au passage dans le dos du front russe avec une partie de ses forces, et fixer le front russe par une attaque frontale pour limiter leur mouvements.

    Ainsi, le front serait liberer des russes, de la Dwina à Smolensk, Kiev, jusqu’au Dniepr au sud.

    Ensuite, selon la situation s’installer en defensive au centre, ou ce preparer pour l’offensive sur Moscou, de meme au sud, la question ce poserait, cela dependrait des decisions du haut commandement.

    Toute cette operation sera etre mené au maximum de son efficacité et ne pas laisser les russes s’installer en defensive.

    Notre allié Finlandais recevra quelques divisions allemande pour l’aider à couper la voie de Mourmansk.

    Voici le resultat attendu de l’offensive:

    Pour voir la carte plus detaillé en taille normale:

    En taille normale, vous avez le nom du commandant, le nombre de Division et les N° d’armée russe.

    http://image.noelshack.com/minis/2017/26/6/1498943544-eastern-frontmodifie-3-reduit-army-offensive-copie-copie-copie-copie-copie.png

    Les offensives s’apparente presque totalement avec le commencement de l’operation Barbarossa, je n’y suis pour rien, seule la logique et le bon sens on guidé mes travaux selon la concentration deja etabli des forces, ce qui facilitait grandement ma strategie personnelle. 😉

    Je me suis servit aussi de l’emplacement des forces russes et allemandes au niveau division par ce lien: http://tpgames.free.fr/FoSFr/index2.html

    Les grandes concentration formée par les cercles ne pas pas uniquement composé de blindés, il y a aussi des panzergrenadieres et des divisions d’infanterie.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Offensive Moscou ou l’Ukraine ?

    A la mi juillet, les forces allemande en partie reorganisé et reparés, attendait sur le front la decision capitale qui selon eux allait mettre fin a la guerre en prennant Moscou, qui paraissait etre l’objectif final.

    Entretemps, la region de Smolensk c’etait renforcés d’environ 20 divisions russes qu’Eremenko avait placé là pour defendre la route de Moscou, selon les ordres de Staline qui craignait pour sa capitale.

    Mais Hitler pris la saine decision ( selon moi ) de vouloir avancer sur la Desna, battre les divisions russes au passage, sans attendre que d’autres divisions russes les renforcent, ( ou dans l’historique, jusqu’a 40 divisions russes c’etait placé en defensive au centre a un moment donnée ) non pas pour Moscou, mais pour prendre dans une vaste tenaille l’armée de Boudienny, objectif tentant qui facina Hitler, pendant que Rundstedt luttait toujours au sud, et refermerait la pince.

    Staline vit dans l’amorce du vaste mouvement tounant qui s’effectuait, une diversion a grande echelle pour prendre Moscou. ( authentique )
    Il ne vit pas apres la percée des allemands à Gomel que Boudienny serait ensuité attaqué.

    Quand il s’aperçut de son erreur, il renforça encore Boudienny et lui ordonna de mourir sur place s’il le fallait. ( Authentique )

    Voir ce lien pour voir la carte en dimension normale:

    http://image.noelshack.com/minis/2017/27/6/1499519112-vieille-carte-de-l-europe-est-double-et-demi-reduite.png

    Von Rundstedt, apres avoir encerclé et battu la poche à Ouman, envoya l’armée de Von Kleist au sud de Boudienny pour former la 2eme branche.

    Guderian eut la chance de reccuperer toutes les informations relatives au dispositif de Boudienny, la chance lui sourit, et les dés roulerent pour les allemands qui passerent par Romny, scellant le sort du million de russes

    Une fois Boudienny battu et encerclé le million d’homme, par la betise de Staline qui renforçait encore cette armée, Hitler ce prononça pour la poursuite dans le bassin du Donetz, region industrielle qui devait travailler pour les allemands.

    Toute cette partie de l’histoire est connu.

    Le groupe d’armée centre du ceder 3 panzerdivisions, des panzergrenadieres et la 4e armée de von Kluge, soit 16 divisions d’infanterie sur les 57 au depart, renforçant Von Rundstedt a 77 divisions.

    Von Bock dut revenir sur le Dniepr de Smolensk vers Kiev.

    De plus, Hitler fit un geste politique fort a l’egard des ukrainniens, il leur ceda Kiev et leur promis l’independance à la condition de soutenir au maximum les allemands dans cette guerre terrible, et interdiction aux SS d’agir sur ce territoire comme partout ailleurs en russie, ou il fallait gagner leur cause pour ce ranger à leur coté, le combat n’etant pas terminé, les ressources russes importantes, mieux valait limiter les risques.

    La logistique serait nettement moins éprouvé et les renforts arriveraient plus rapidement.
    Les pertes limités, les divisions ne seraient pas à 50% de leur effectif, voire à 35% en face de Moscou pour Guderian, par ex.
    Le materiel seraient reparés et entretemps le chemin de fer russe, non conforme au regle europeenne, et aider particulierement au sud par les ukrainiens, avanceraient plus rapidement dans leur remise en etat pour les largeurs du trains.

    La decision d’envoyer les fournitures d’hiver pourrait deja commencer, evitant l’hecatombe de l’hiver 41.

    La contre attaque russe, si elle aurait lieu, devrait passer contre les fortifications allemandes deja commencé pour toute la periode de leur posture en defense, avec plusieurs lignes de fossés anti chars, de Smolensk à Vitesbk et ensuite de Konotop à Soumy puis jusqu’a Bielgorod, protegeant le nord de l’ukraine et des fortifications ou les ukrainiens les seconderaient dans leurs taches.

    Un million d’ukrainiens sur 35 millions c’etaient engagés dans l’armée allemande jusqu’en hiver 1941, combien cette fois ci ?

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Arret, Renforts et lignes de fortifications.

    L’allemagne fit sa propagande dès qu’elle put liberer les etats sous la botte russe pour engager tous les volontaires possibles dans son propre interet.
    De la Lithuanie à la Bielorussie et à l’Ukraine pour combattre Staline, nombreux furent ceux qui ce rangerent sous le drapeau allemand.
    3 millions d’ukrainniens ce rangerent sous les drapeaux de la werhmacht, 800 000 Bielorusse sur les huit millions de l’epoque et 100 000 Lithuaniens sur le million d’habitant d’alors environ, ce leverent à l’appel de la liberté entre juin et decembre.

    Ils formerent la milice au depart pour nombre d’entre eux, certains sans arme, beaucoup etaient d’anciens soldats ayant rallié la Werchmacht.
    Et au fur et a mesure que la production d’arme devenaient plus importante dans les pays de l’axe et ses alliés, ils incorporaient la Werchmacht pour devenir operationnel et avaient aussi leurs divisions, depuis que leur nouveaux gouvernements etaient crées, ou comblaient les vides des divisions de l’axe affaibli par les pertes.

    Et le souvenir de la brutalité de Staline les determinaient à combattre jusqu’au bout.

    ( Au proces de Nuremberg, il a ete etabli qu’Hitler voulait donner l’independance aux Ukrainiens apres la guerre par Raymond Cartier qui a assisté entierement au procès, Voir, Hitler et ses generaux. )

    Mais plusieurs mois passerent pour pouvoir leur donner des armes, legere dans l’essentiel, et les former à l’instruction, pendant qu’une partie de la population aiderent les allemands à monter les fortifications, sous accord des nouveaux gouvernements provisoires etabli dans ses états et avec arrangement local avec la population qui comprennait leur interet.

    Ainsi commença à s’édifier une ceinture fortifié qui s’etendra aussi en profondeur, dans les regions peu propice à la defense d’abord, sur la ligne Riga vers Smolensk à Kiev, puis, de Konotop à Soumy, puis à Bielgorod au nord de l’ukraine pour parer à une possible contre attaque en premier lieu, avant de s’etendre entierement sur les 2 groupes d’armées nord et centre.

    Front apres la bataille de Kiev.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Récapitulatif des pertes de l’axe des derniers combats.

    90 000 allemands furent tués dans l’offensive contre Smolensk pour refermer la poche sur les defenseurs russes determinés, totalisant 20 divisions qui furent perdu pour Staline.

    ( Dans la realité, ce fut 250 000h tués mais luttant alors contre 40 divisions au lieu des 20 dans l’uchronie, ne leur laissant pas le temps de ce renforcer continuellement. )

    200 000 allemands furent tués pour former l’encerclement du million de russes de Boudienny dans la poche de Kiev. Historique.

    Cela represente l’equivalent de la perte de 18 divisions environ pour ses grandes batailles pour le groupe centre et le groupe sud compris, dont une partie sera comblé par l’arrivée de nouvelles troupes fraiche et de nouveaux materiels.
    ( L’allemagne possede encore 60 divisions en europe.)

    Etat de la situation generale:

    Cet arret des operations du front centre et nord represente un avantage materiel et humain significatif qui pourra etre plus rapidement comblé, par la diminution importante des pertes pour l’ensemble du front puisqu’ils ne participeront pas a la campagne, normalement, ce qui permettra de renforcer nettement le groupe d’armée sud devenu prioritaire et front principal, desormais seule à combattre pour la fin 41.

    D’important renforts Ukrainiens de l’ordre de 800 000h depuis fin juin, apportent leurs soutient materiels, ( reccuperés principalement sur les armées russes battu, et par les masses de prisonniers ukrainiens ralliés à l’Axe avec leurs armement ) et en logistique, par tous les moyens possible, pour retrouver leur liberté.

    La conquete du bassin du Donest s’en trouvera facilité.

    L’attaque du groupe d’armée centre avant la reunion totale de 40 divisions russe environ, vers Smolensk, lorsqu’elle etait encore à moitié de sa force, à nettement diminués ses pertes globale et sera reconstituer plus rapidement que dans l’historique.

    La propagande Allemande:

    Population et soldats russe reçoivent des milliers de tracts, les invitant a collaborer avec l’axe venu leur liberer leurs chaines.

    Partout, des milliers de soldats russes desertent l’oppression de fer de Staline, et les prisonniers russes, par radios sout tutelle allemande, les informent qu’ils sont traités correctement, ce qui incitent les hesitant a faire le pas decisif pour deserter en masse…
    La nouvelle politique d’Hitler commence à porter ses fruits.

    Ce n’est pas par humanisme, mais par pur calcul.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Plan et offensive en Ukraine.

    L’apport important logistique et de renforts ukrainnien deciderent Hitler a une nouvelle offensive pour la conquete du bassin industriel du Donest dans la foulée, alors que le plan prevoyait d’abord son arret sur le Dniepr par souci logistique et donc pour limiter les pertes dans la periode d’hiver par voie de consequence et redoutait aussi une possible contre offensive russe qui leur aurait fait perdre probablement une partie de cette conquete.

    Cette aide les mettra dans la possibilité de conquerir d’un coup le bassin industriel, et le principal, de le conserver malgré les efforts russes et cette menace est pour l’instant balayé au sud apres la destruction de l’armée de Boudienny, offrant l’opportunité d’une conquete relativement facililité, seule 2 armées russes, la 9e et 18e armée sont signalés et occupe le nord est de la Crimée.

    A Odessa, l’armée Russe du general Petrov de 70 a 80 000h, demoralisés, ce sont rendu, apres avoir coupés par des navires Roumains le ravitaillement ennemi, liberant du coup 7 divisions Roumaine qui prendront place dans le futur plan de conquete au sud.

    Von Rundstedt à reçu 30% de la flotte arerienne des armées nord et centre le temps de l’aider dans sa tache de conquerir l’Ukraine avec ses 77 divisions, soit pres de 800 avions, étant maintenant renforcé de la 4e armée de Von Kluge de 16 divisions et de 3 panzerdivisions prelever du groupe d’armée centre.

    ( C’est 4 389 avions au depart, et dans mon uchronie ce serait 1800 avions au centre, 1 800 au front sud et 789 au nord, à 30% prélever sur les 2 derniers front installé ensuite en defensive, en septembre 41, represente un apport pour le sud, de 716 avions theorique suplementaire en partant sur ces bases là, car j’ignore les pertes en avions a ce moment, donc, c’est moins d’avions en realité que recevra le front sud.)

    L’objectif de Von Rundstedt sera, Kharkov puis Donetsk et Luhansk au sud et s’arretera sur le Mious, fin provisoire de la campagne pour 1941.

    12 divisions en reserve seront à Sumy dont une panzerdivision protegeront cette base de depart de ces forces avec sa logistique.

    L’aile nord representera l’aile marchante principale avec 21 divisions et 4 panzerdivisions, partant de front de Sumy à Priluki jusque vers Tcherkassy, prendra Poltava et Kharkov, y laissera 3 divisions dans cette ville puis cette armée longera ensuite le Donets jusqu’a Luhansk et prendra Donetsk au passage, puis Marioupol, encerclant toutes les unités russes possible echappés du groupe Boudienny qui n’auront pu fuir à temps.

    Cette manoeuvre permettra de forcer les passages franchissant le Donets du nord au sud, de Tcherkassy, de Krementchoug, de Dniepropetrvsk, de Zaporozié et de Kherson, les prenant au revers au fur et à mesure de l’avance et liberera le passage des armées centre du groupe sud composé de 25 divisions et 2 panzerdivisions dont 5 en reserve, et de l’armée du sud de 13 divisions dont une panzerdivision, qui joindront successivement leur effort, au fur et a mesure de la liberation des ponts sur le Donets.

    Dniepropetrovsk atteind et les ponts liberés, dix divisions occuperont Poltava dont 2 panzerdivisions pour proteger ce flanc, le reste de cette armée centrale du groupe sud de 17 divisions desormais, progressera avec l’aile nord et liberera au fur et a mesure que seront atteind ces villes, 5 divisions composé en majeure partie d’Ukrainniens occuperont Slavyansk, idem, 5 à Lougansk, idem, 2 divisions à Lisichansk et 2 à Gorlovka en reserve, pour proteger tout ce flanc nord.

    L’aile nord composé de 27 divisions, une fois atteind ces objectifs laissera 15 divisions dont 2 panzerdivisons dans la region de la ville de Donetsk et 12 divisions dont 2 panzerdivisons en reserve à Priluki.

    Restera la Crimée, dont il faudra forcer l’isthme de Perekop, grace à l’armée sud et ses 13 divisions.
    Ce “porte avion” dont Hitler craint la menace de bombardement sur le petrole de Ploestie à partir de cette base.

    Un nom commence à monter au firmament, celui de Manstein, il sera chargé de cette operation.
    Hitler l’a nommé pour cette mission.

    Dans la region de Bryansk et Viazma, d’importantes forces russes commence à s’installer pour couper la route vers Moscou, Staline veut proteger sa capitale.

    Pour le moment, 25 divisions russes ont pris position, cela ne changera pas les objectifs du plan contre l’Ukraine.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    L’offensive en ukraine:

    Elle ce deroule sans trop de probleme, tout s’effectue au depart comme prevu, ce n’est que vers Marioupol au sud, qu’elle rencontre 2 armées russe, la 9eme et la 18eme, rapidement battu en la coupant de sa base et encerclés et les forces de l’Axe finissent par s’etablir sur le Mious comme prevu par le plan, malgré de nouvelles contre attaques russes qui ont commis la faute de ne pas proteger leur flanc venant du nord du Mious. ( authentique )

    Une dizaine de divisions russes sont a nouveau aneantit, mais l’armée russe possede de vaste ressource et 9 nouvelle armées, de l’equivalent de corps d’armées allemande prelever sur le caucase voient le jour pour tenir Rostov, porte du caucase.

    Mais la saison avancé met fin a l’avance allemande comme prevu et doit refaire ses forces et la river Mious est une bonne ligne defensive.

    Manstein, à forcer le passage de l’isthme de Perekop pour entrer en Crimée et grace a une panzerdivision a pu forcer et depasser les troupes russes retraitant sur Sebastopol en desordre.

    Sa conquete a été plus facile que prevu, grace a l’appui d’une panzerdivision qui avait tant fait defaut à Manstein historiquement et qu’il n’y a plus l’armée du general Petrov occupant alors Odessa de 70 a 80 000h qui avait pu gagner les cotes de la Crimée pour defendre ensuite Sebastopol pour plusieurs mois.

    Des divisions russes debarquent à Kertch, a l’est de la Crimée, venu du caucase, mais cette tentative est vite rejeté à la mer par Manstein, ce qui fait que les russes sont partout contenu ou battu sur le front est, mais la menace d’une contre offensive russe que des prisonniers ralliés à la cause de l’axe grace à la propagande allemande ce fait plus pressante.

    ( Offensive en Ukraine qui ne rencontre pas trop d’opposition suites aux grandes batailles d’aneantissement de Kiev et d’Ouman.)

    ( A Odessa, les forces russe du general Petrov, de 70 a 80 000h ce sont rendu, libérant les 7 divisions Roumaines, parti pour l’Ukraine, qui l’assiégeait.)

    L’etat major allemand la prevoit pour decembre ou janvier et fait accelerer sa capacité logistique, humaine et materielle grace aux voie ferrés principale du groupe centre et nord qu’avec l’aide alliés, ils ont pu obtenir.

    Des reconnaissances aeriennes signale de fortes concentrations de troupes russe à Dunabourg, Polotsk, Viazma et Briansk.

    Les rapports des espions font etat d’une cinquantaine de divisions russes dont 17 siberiennes qui seraient prevu, venant de l’extreme orient, a la condition que le Japon n’attaque pas la Russie, sinon, les forces venant d’extreme orient seraient reduite de moitié.

    Ce qui ferait avec celle de Viazma et de Briansk, 40 divisions, plus 25 ou 50 liberés selon la reaction du Japon.

    ( Jusqu’ici, c’est de l’histoire connu, la suite va ce corser dans la grande offensive que Prepare Staline dont vous aurez assez de détails sur l’ensemble des operations.) 🙂

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Effort de guerre:

    La production en avion pour l’année 40 est de 10 200 par an, soit 850 par mois et 2200 en chars, soit 183 par mois, malgré moins de main d’oeuvre qui passera de 34,8 à 31,3 millions en 1942.
    Pour l’année 1942 c’est 9400 chars, soit 783 par mois et 15 400 avions soit 1283 par mois.

    Pour les russes c’est 2800 chars par an, soit 233 chars par mois en 1940 et 24 700 en 42, soit 2058 par mois.
    Avions en 1940: ? … 25 500 en 42 par an, soit 2125 par mois.

    Voir Wikipedia.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Complexe_militaro-industriel_allemand

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Les alliés Ukrainiens:

    Le 30 juin 1941, la déclaration d’indépendance de l’Ukraine est proclamée à Lviv par l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) sous la direction distante de Stepan Bandera. Le premier ministre du nouveau gouvernement est Yaroslav Stetsko, et le président du Conseil des Anciens Kost Levytsky. La troisième clause de la déclaration est sans équivoque dans la nature collaborationniste.

    Stepan Bandera

    « 3/ L’État ukrainien nouvellement formé travaille en étroite collaboration avec le national-socialisme de la « Grande Allemagne », sous la direction de son chef, Adolf Hitler, qui veut créer un nouvel ordre en Europe et dans le monde et aide les Ukrainiens à se libérer de l’occupation soviétique. L’Armée révolutionnaire populaire ukrainienne, qui a été formée sur les terres ukrainiennes, veut continuer à se battre avec l’armée allemande alliée contre l’occupation moscovite pour un État souverain et uni et un nouvel ordre dans le monde entier »

    ( A l’appel de la liberté, 850 000 Ukrainiens, presque tous militaires, depuis Juillet jusqu’en fin septembre, soit l’equivalent de 53 divisions allemande de 16 000h, ont rejoint en grande partie les rang de la Whermacht et offre tous les moyens possible logistique et materiels pour les soutenir, mais insufisamment.

    Dont 20 divisions ukrainiennes auront un role d’occupation du terrain et serviront pour la creations de fossés antichars et pour les fortifications, de meme pour les nouveaux allies Bielorusses et les Lithuaniens…)

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    L’hiver arrive:

    Le 20 novembre les premieres neige firent leurs apparition sur le front de l’est et le 30 novembre les temperatures commencerent à chuter serieusement, on releva par endroit, jusqu’a moins 20.
    Heureusement la logistique suivait, depuis juillet, ou l’armée c’etait établit sur la Dwina et les affluents du Dniepr, de Smolensk à Kiev, les voie ferrés principales fonctionnait normalement, grace au concours de la population locale Lithuanienne et de Bielorussie avait été terminé à temps.

    La troupe disposait de vetements contre le froid et du ravitaillement necessaire.

    Les bottes avaient une pointure de plus, comme pour les russes depuis 2 siecles, et l’on pouvaient mettre du papier ou de la paille dedans pour eviter les gelures ou 110 000h historiquement selon un site en avaient souffert, dont 10% reçurent l’amputation.

    Ceci allait grandement diminuer ses cas.

    Le 8 decembre, le froid s’intensifia encore, on releva une moyenne de moins 30° parfois.

    Mais les obstacles naturel comme la Dwina et le Dniepr pouvait etre franchi à pied et meme en vehicules lourd et blindés.

    C’est là que Staline qui attendait son heure comptait frapper l’Axe par un coup qu’il comptait decisif.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Etat du front et strategie placé en defensive:

    Au nord, Briansk et Viazma ce renforcent toujours, ce sont maintenant plus de 40 divisions russes qui ce sont amassés là, soit environ 600 000H.

    Hitler prend la decision, risqué, de rester en defensive en cas de contre attaque russe, et compte sur les fortifications, les fosses anti chars, ses nouveaux alliés et la logistique qui cette fois arrive sur le front dans un delai convenable pour le groupe d’armée nord et centre pour tenir avec ses troupes et son materiel reconstitué, dont les pertes comme est mené cette campagne est bien moindre que dans l’historique car s’avancer, c’est s’exposer a s’eloigner de sa logistique qui serait alors largement deficiente.

    Pour le groupe d’armée nord il y a en decomptant les pertes avant renforcement en materiels:
    500 chars et 700 avions pour 30 divisions dont 3 blindées representant 450 000h en tenant compte des pertes.
    ( Theoriquement a effectifs plein: 480 000h ) dont il faut ajouter 100 000 allies, plus 100 000 Lithuaniens, soit: 650 000h.

    ( Début juillet, un corps expeditionnaire d’environ 65 000 hommes est constitué et
    envoyé sur le front l’Est sous l’ordre de Mussolini, et cela malgré le manque
    d’enthousiasme manifesté par Adolf Hitler. Ce corps expeditionnaire sera appelé
    le CSIR (Corpo di Spedizione Italiano in Russia). Il arrivera en Russie le 10
    Juillet 1941.
    -l”quipement et l’organisation
    Le CSIR a été formé dans le but de fournir aux forces de l’axe une unité mobile sur tout le front Est. )

    Groupe d’armée centre:
    1000 avions
    1000 chars.
    32 div = 412 000h decompté des pertes.

    Groupe d’armée sud:
    1400 avions.
    1300 chars
    77 divisions = 1 032 000, et 1 500 000 Ukrainiens renforçant les rangs de la werchmacht ( historique pour le million d’Ukrainniens ) dont 500 000h placé en milice, soit: 2 532 000h.
    Sur 4 389 avions
    1603 avions perdu, historique.
    Production: 850 avions par mois et 183 chars par mois plus 50 canons d’assaut multiplié par 6 mois, debut de l’offensive en ukraine, soit 5100 avions, 1098 chars et 300 canons d’assaut.

    Renforcement du front de l’Axe de Juin à dec:
    Plus de 300 chars et 100 canons d’assaut pour le front Nord, totalisant 900 chars dont des canons d’assaut plus 2000 avions, soit un total de 2700 avions, 500 chars et 150 canons d’assaut pour le front centre, totalisant 1650 chars dont des canons d’assaut plus 2000 avions, totalisant 3000 avions et 298 chars plus 50 canons d’assaut pour le front sud, totalisant 1650 chars dont des canons d’assaut plus 1100 avions totalisant 2500 avions.

    Production du Panther: 10 Mois soit sortira en avril 42.
    Plusieurs voies de trains, sont desormais conforme et peuvent alimenter les groupes d’armées nord et centre, grace a l’aide alliés.

    Les ukrainniens ont fait de meme de leur coté et le nord de l’ukraine, de Konotop à Sumy jusqu’a Bielgorod ont leurs fossés anti chars, mais tout cela a pris des mois, de septembre à decembre, mais la population veut retrouver l’independance et fait le maximum…

    Ainsi, la contre-attaque russe sera moins a redouter, mais environ 65 ou 90 divisions russe seront disponible pour l’attaque, et l’on espere que les fortifications en profondeur, le terrain preparés depuis des mois, les fossés antichars pret, arreterons pour le groupe d’armées nord et centre l’offensive russe et qu’elle ralentira l’attaque du du front sud et que l’apport continuel des ukrainiens pour l’axe, passant maintenant au million et demi de soldats contre un million en decembre 41 et pourvu meme d’armes russes, finiront par arreter le flot russe attendu, soit 900 000h à 1 200 000h.

    Mais la motivation, du à la propagande continuelle de l’Axe et la valeur du soldat russe est assez faible.
    Les discours de Staline n’ont pas eu l’effet escomptés sur le moral des soldats qui ce representent les allemands plutot comme des liberateurs d’un regime tyranique malgré eux, qu’un peuple barbare decrit par “le pere du peuple”.

    La SS n’etant pas à l’oeuvre, l’image du soldat allemand est assez correcte dans l’ensemble.

    l’aviation allemande n’a pas subi l’usure et les lourdes pertes que dans l’historique et maintient dans leur zone de controle la domination absolue du ciel, de meme les chars ont moins de pertes, et les divisions de l’Axe ne sont pas reduite à moitié ou meme au tiers, par ex pour Guderian, alors devant Moscou dans l’historique, mais a regonfler ses effectifs entretemps, en soldat et en armement.

    Et la population les soutiennent constamment en matiere logistique malgré leurs insuffisance.

    22 divisions de reserves dont 2 panzerdivisions sont envoyés à la charniere des groupes d’armées nord et sud, au nord de Minsk, soit 355 000h et 400 chars.

    Ils constitueront une importante force de frappe en cas de percée russe.

    3 divisions blindées, soit 600 chars et 1000 avions du groupe d’armées sud partent pour le front nord et y arrive le 25 decembre à Vilnius, ce qui fait un total de 8 divisions blindés pour le front nord, soit 1500 chars et 3700 avions.

    Pour toute ses raisons, instruit aussi par ses espions, Hitler espere repousser les russes s’ils attaquent, avec de bonnes chances de succès, et Speer fait tout son possible pour donner le maximum à son industrie passer en etat de guerre, et l’apport de millions de Prisonniers, venant d’est et d’ouest, travaillant pour elle, amenent des resultats nettement encourageant.

    Les 3 groupes d’armées sont desormais dirrigé par Von Bock, et Guderian prendra le commandement du front centre.
    Cela evitera les problemes habituel en cas d’attaque russe à l’intersection des groupes d’armées, c’est un souhait de Manstein qui ce voit realisé.

  • Modérateur
    Posts8402
    Member since: 20 décembre 2014

    100 000 Lituaniens côté allemand? Certes ils n’aiment pas les Russes, mais de là à s’engager en masse, il y a un pas. Ceci dit, cela reste encore crédible.

    Mais 800 000 biélorusses? Pourquoi, comment? La Biélorussie sera le terrain rêvé des partisans, tant civils que militaires ayant échappé aux encerclements mais n’ayant pu retraiter… D’où 800 000 biélorusses rejoignent la Wehrmacht???

    Qui sont les 100 000 alliés de l’Axe dans la groupe d’Armées Nord? Il y avait très peu d’Italiens, pas de Roumains, pas de Hongrois, les Espagnols n’enverront qu’une division et quelques pilotes (et je ne pense pas qu’il soit arrivé dès 41) et les Finlandais sont séparés par Leningrad du Groupe d’Armées Nord, et mènent leur propre guerre de leur côté.

    La SS n’etant pas à l’oeuvre, l’image du soldat allemand est assez correcte dans l’ensembl

    Je ne comprends pas pourquoi la SS n’est pas à l’oeuvre. Pourquoi attaquer l’allié soviétique si Hitler ne veut rien faire contre les Juifs, les communistes, les Slaves?
    D’ailleurs la haine nazie étant bien connue, les populations ne se rallieront pas massivement aux Allemands simplement parce que la SS

    l’aviation allemande n’a pas subi l’usure et les lourdes pertes que dans l’historique et maintient dans leur zone de controle la domination absolue du ciel, de meme les chars ont moins de pertes, et les divisions de l’Axe ne sont pas reduite à moitié ou meme au tiers, par ex pour Guderian, alors devant Moscou dans l’historique, mais a regonfler ses effectifs entretemps, en soldat et en armement.

    L’usure de l’aviation allemande se fait tout de même, l’aviation soviétique s’étant bien opposée.

    Quand au soutien logistique, où est-ce qu’on trouve de l’essence raffinée dans l’Ukraine ravagée par Staline. C’est un grenier à blé, mais les Allemands ont IRL déjà pillé cette région. le soutien de la population n’apporte rien de plus.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    La politique plus genereuse par interet du Reich qui ce sert d’eux dans sa conquete à l’egard des peuples opprimés par Staline, leur fait choisir l’Axe, comme pour les ukrainienns ayant reçu les allemands comme des libérateurs, cela a fait la difference dans la population qui c’est engagé au coté de l’axe.

    La Bielorussie à l’epoque, c’est huit millions d’habitants, alors entre les fers de Staline et l’espoir de la liberté, leur choix est vite fait.

    Là aussi, l’italie a fait un effort tres important en faveur de l’axe en Russie, de meme les Hongrois, et il y a bien la division Espagnole Azur en russie en fin 41.

    Cette uchronie tient compte des erreurs passés et tient aussi à l’image respectable du soldat, plutôt que d’agresser la population, mieux vaut l’avoir pour soie, donc, pas de SS, ni d’ideologie nazis, pour le moment, cela viendra apres la guerre.

    L’aviation n’est plus autant employé au nord et au centre du front et la production de 850 avions par mois compense bien des pertes.

    D’ailleurs, ils ont perdu 1603 avions définitivement. Voir wikipedia.

    Le soutient logistique ukrainien ce fait par les transports uniquement, mais bien precisé, insuffisant et en l’aide qu’ils apportent pour l’aspect construction defensive.

    Edit;
    et il y a aussi les allies bulgares et slovaques a prendre en compte comme renfort.

  • Modérateur
    Posts8402
    Member since: 20 décembre 2014

    Mais la Biélorussie n’est pas spécialement persécutée par Staline, au contraire de l’Ukraine. Les Allemands n’apportent rien, ils ont envahi la région sans effet positif en 1918. Les Allemands, ouvertement racistes contre les biélorusses (des slaves), ne représentent aucun espoir.

    donc, pas de SS, ni d’ideologie nazis, pour le moment, cela viendra apres la guerre.

    Sans SS, sans idéologie nazie, pas d’Hitler au pouvoir, pas de guerre.

    Pour l’aviation, tu prends des arguments non viables: ces 850 avions ont aussi été produits IRL! Pourtant la Luftwaffe a perdu partiellement la maitrise de l’air. Pourquoi dans ton uchronie, ces 850 avions permettent de la garder?
    Quand à l’emploi, l’aviation allemande a aussi été contestée au Sud. Et si elle n’intervient pas, elle sera encore plus usée et les troupes terrestres allemandes ne pourront avancer.

    Là aussi, l’italie a fait un effort tres important en faveur de l’axe en Russie, de meme les Hongrois, et il y a bien la division Espagnole Azur en russie en fin 41.

    Et les Britanniques font quoi pendant ce temps?

    Le soutient logistique ukrainien ce fait par les transports uniquement, mais bien precisé, insuffisant et en l’aide qu’ils apportent pour l’aspect construction defensive.

    Mais les Allemands auront déjà réquisitionné transports et conducteurs, et reçu de l’aide IRL

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Sans etre particulièrement persecuté, si elle a le choix, elle choisira l’independance, elle l’est de nos jour, j’ai tenu compte de ce choix, plutôt que rester sous la botte de fer de Staline, je le crois ainsi.

    Dans cette uchronie, un effort est fait pour etre accepter des populations et je n’ai pas dit que l’ideologie nazis et la SS n’existe pas, ils n’interviennent pas sur ce front, c’est tout, tant qu’est necessaire la defaite de la russie.

    850 avions par mois depuis juin 41 a multiplier par 6 mois, soit: 5100 avions de produit.

    Pour l’offensive en Ukraine, Runsdstedt a reçu 30% entretemps de l’aviation du front centre et nord, qui a ce moment c’est installé en defensive.

    Voie ferres principaux refait car le trajet jusqu’au front est plus court et grace aussi a l’aide de la population locale =
    Apport d’une meilleure logistique = pièces de rechanges plus nombreuse et plus rapide, des pilotes plus frais pour ce battre sur les fronts placé en defensif du nord et centre, DCA pour ces fronts là en soutient aeriens plus nombreux car moins de pertes en armements, moins d’usures de matériels, pilotes dans l’ensemble plus experimenter que les russes, russes, bon dans la defensive, moins bon dans l’attaque, font que ces raisons seraient essentielles pour garder la maitrise du ciel sur les fronts.

    Les britaniques font ce que l’histoire a fait pour eux, contre Rommel en 41, pas plus, et j’ajoute qu’il n’y a pas de bataille d’angleterre, ainsi, il y aura une economie d’avions pour l’Axe.

    Si l’industrie ukrainienne marche avec l’Axe avec l’accord de la population au lieu de la perdre, l’allemagne sera gagnante en matiere logistique comparer a l’ancienne methode.

    Edit;
    C’est 4 389 avions au depart, dont dans mon uchronie ce serait 1800 au centre, 1 800 au front sud et 789 au nord à 30% prélever sur les 2 derniers front installé ensuite en defensive, en septembre 41, represente un apport pour le sud, de 716 avions theorique suplementaire en partant sur ces bases là, car j’ignore les pertes en avions a ce moment, donc, c’est moins d’avions en realité que recevra le front sud.

  • Modérateur
    Posts8402
    Member since: 20 décembre 2014

    @noble7

    Mais ce n’est pas le choix entre Staline et l’indépendance! C’est entre Staline et Hitler! Et çà, malgré tout le “camouflage” que tu prêtes aux allemands dans ton uchronie, les biélorusses ne mettront pas une semaine à s’en rendre compte.

    La défensive et l’attaque en aviation? C’est une distinction qui peut être traitre. Les Russes ont l’Il-2, si ce n’est pas un bon avion d’attaque, çà

    Pour les Britanniques, sans Bataille d’Angleterre, ils bombarderont l’Allemagne et mobiliseront des avions allemands. Et toi qui parle d’un “effort italien”: les Italiens sont déjà mobilisés dans le désert (et non Rommel n’est pas seul dans le désert), ils n’ont pas grand chose de plus à emmener en russie.

    Si l’industrie ukrainienne marche avec l’Axe avec l’accord de la population au lieu de la perdre, l’allemagne sera gagnante en matiere logistique comparer a l’ancienne methode.

    Quelle industrie ukrainienne? L’Ukraine est majoritairement un grenier à blé, sauf à l’Est. Mais en 41, les Allemands n’ont pas pris l’Est de l’Ukraine, les Russes ont repoussé leur attaque. Et les Russes ont en plus évacué les usines

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    D’accord pour les Biélorusses, je les elimine comme renfort.

    Pour les britaniques, je pensais que l’aviation allemande à l’ouest etait suffisante pour les contrer, vu qu’ils s’imposait pour attaquer l’Angleterre au depart.

    Oui, je sais qu’il y avait des italiens en afrique, mais sur la population italienne, ils devrait bien ce trouver des dizaines de milliers de soldats pour la russie, entre les bulgares et les slovaques et la division Azur, cela devrait bien atteindre ensemble au total les 100 000H.

    Je vois que tu n’as pas lu totalement mon uchronie, l’Ukraine est prise en totalité, grace a l’envoie de renforts provenant du front centre.

    Je crois que je vais arreter là mon uchronie, je fais trop d’erreur par meconnaissance suffisante du sujet.

    C’est dommage, la partie la plus interessante commençait avec les operations de decembre 41 sur le front nord.

    Edit;

    La bataille d’angleterre pouvait etre gagné de 2 façons, d’apres des doc tv, soit en bombardant les aérodromes, soit les radars installées sur les cotes, et il s’en ait fallu de peu, une quinzaine de jours pour que l’Angleterre perde si Goering n’avait pas changé ses objectifs entretemps.

    Donc, j’estime apres cela, l’Angleterre battu dans mon uchronie, en utilisant ces deux methode, laissant la Luftwaffe maitresse du ciel, mais sans rechercher a l’envahir.

  • Modérateur
    Posts8402
    Member since: 20 décembre 2014

    @nathan

    Ne t’inquiète pas, ce n’est pas parce que je fais beaucoup de remarques que tu es forcément dans le tort. Je n’ai pas la science infuse, et il m’arrive de dire des bêtises plus souvent qu’à mon tour.

    De plus, mon esprit critique est très prononcé sur la Seconde guerre mondiale, aussi j’ai tendance à contrer les uchronies sans vraiment prendre en compte la part de supposition nécessaire dans toute uchronie.

    Donc continue, au contraire! Je trouve ton uchronie mieux faite que d’autres que j’ai pu voir de toi ou d’autres personnes du forum.

    Pour répondre:

    C’est mieux effectivement de ne pas faire collaborer les Biélorusses, c’est plus réaliste. La collaboration Ukrainienne est déjà un apport énorme dans ton uchronie

    Pour la bataille d’Angleterre, désolé j’avais mal compris. Effectivement si tu n’affaiblis pas la Luftwaffe dans la bataille d’Angleterre, tu y gagnes, mais les Anglais aussi.
    Ils se renforceront et contre-attaqueront plus rapidement.

    Pour les renforts italiens, l’armée italienne fut rapidement saignée durant la Seconde Guerre mondiale: certes tu peux recruter des conscrits, mais il n’y aura ni matériel ni logistique: ce sera donc à peine suffisant pou défendre l’Italie elle-même, alors pour les envoyer en URSS!

    Ce dossier du forum parle du corps italien en URSS: il est efficace, mais ce sont des troupes d’élite et relativement fanatisées! Les Italiens ne pourront pas faire plus en URSS (sauf peut être dans l’envoi de renforts maritimes)

    Quand aux Bulgares et Slovaques, ils pourront fournir des hommes, mais la logistique sera plutôt à la charge des Allemands, et ce seront seulement de l’infanterie, de l’artillerie, pas troupes blindées (mais ils seront quand même utiles).

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Voila un point positif important, alors je vais continuer, mais sans les Bielorusses, cela va etre tres difficile, faudra que je revoie ma strategie generale, mais lorsque cela sortira, ce ne sera pas ordinaire.

    Passionner de strategie, pour m’aider, j’ai modeliser tout à l’echelle, la carte et les divisions pour mieux gerer les operations sur tout le front russe, pour eviter les erreurs possible, et cela me permettra de decrire plus précisément l’évolution des operations en cour.

    Ce sera assez realiste.

    Il faut savoir qu’un million d’ukrainien c’etaient engagé en 41malgré la deception qui s’en es suivit, hors, là, c’est l’espoir que je leur apporte, c’est pourquoi, j’estime leur nombre aussi elevé.

    L’Angleterre, si je detruit en permanence les aérodromes atteignable et les radars qu’ils reparent, je recule en permanence l’echeance de leur attaque contre l’allemagne tout en renforçant mon aviation à l’ouest au grés des besoins necessaires.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Plan de la contre offensive Russe, fin decembre 41:


    Staline, apprend par son espion Sorge, que le japon va attaquer les Usa, et peut liberer 50 divisions russe d’extreme orient, qui, ajouter à celle de Viazma et Briank, et les 18 divisions du general Vlassov feront 138 divisions, soit 1 932 000h, dont 15 divisions du caucase envoyés sur le Mious tenu par les allemands et 10 venant de la garnison de Leningrad.

    Par des offensives puissantes, Staline veut liberer la menace qui pese contre Moscou, car il croit que sa capitale deviendrait la prochaine cible.
    Il compte s’attaquer au groupe d’armée nord, aussi, le gros de la garnison de Leningrad sera envoyer contre Riga, 10 divisions, soit 140 000h, 300 Blindées, commandé par Pshennikov, pour forcer les allemands à deplacer une partie de leur divisions vers le nord est, affaiblissant ainsi le centre du groupe d’armée nord et facilitant la future percée sur ce centre que Joukov preparera.

    Les 20 divisions de Viazma avec 600 chars conduit par Koniev s’attaqueront à Witebsk puis Minsk, et ce placera ainsi derriere le front centre, dont 5 divisions restera en reserve à Minsk.

    Les 20 divisions de Briansk auront un role de Fixation au nord du front centre dirigé par Rokossovsky.
    Soit, 220 000h soit 16 divisions russes.
    Et 60 000h, soit environ 4 divisions constitueront la reserve à Briansk.

    Les 18 divisions du General Vlassov, soit 250 000h et une brigade de chars, soit 100 chars, placé en reserve au sud de Briansk, car on craint une possible contre attaque allemande importante remontant par le sud et attaquer de flanc l’armée du front de Briansk pendant qu’elle serait occupée à fixer l’ennemi.

    Aussi Vlassov sera chargé de l’intercepter, mais si les operations évoluent favorablement sur le front, il pourra soit renforcer les armées qui auraient besoin de renfort, soit s’engager dans une nouvelle offensive au nord de Kiev pour encercler une partie du front centre.

    une fois desorganisés le front du groupe d’armée nord de l’Axe, 50 divisions, en seconde etape, prendront l’offensive et passeront principalement par l’axe entre Dunabourg et Polotsk, foncera, le premier axe offensif sur Kaunas, centre routiers et magasin de l’Axe et Vilnius, cible pour le second axe offensif partant de Polotsk, pour couper en 2 le groupe d’armée nord et lui prendre son ravitaillement, dont une petite partie des troupes poursuivra sa route jusqu’a Kirovograd pour refermer la poche allemande ouest qui ce formera, et avec les forces principale repartir de Kaunas, ce diriger vers l’arriere du front centre, sur Minsk puis continuer en direction de Bobruisk qu’il faudra prendre pour couper le front centre en deux.

    Cette attaque permettra de rejoindre une partie des 20 divisions partit de Viazma dirigé par Koniev, ce dirigeant vers Minsk.

    Il refermeront la 2eme poche sur les forces allemande du front nord et continueront sur Bobruisk.

    Et une partie reuni de ses puissantes forces, permettrait de vaincre toute contre attaque de l’Axe à condition de ne pas trop laisser de delai aux allemands pour reunir et ramener des divisions du front sud.
    Eremenko prendra le commandement de la moitié des 50 divisions, et Vatoutine l’autre moitié.

    Rapport des forces:
    C’est 1 672 000h qui participeront a l’offensive sur le front nord et centre dont 17 divisions siberiennes.
    2500 chars,
    1500 vehicules blindées
    9 400 canons,
    Avions: 2 970

    Axe
    Front nord
    900 chars dont des canons d’assaut. Au 25 dec, plus 600 chars à Vilnius venant du front sud, soit 1500 Chars.
    450 000h en tenant compte des pertes, plus 100 000 Lithuaniens, soit: 650 000h.

    2700 avions. Au 25 dec, plus 1000 avions venant du front sud, soit 3700 avions.

    front centre
    2700 avions
    1650 chars dont des canons d’assaut
    32 div = 412 000h decompté des pertes.

    front sud
    1650 chars dont des canons d’assaut
    2500 avions.
    77 divisions = 1 032 000, et 1 500 000 Ukrainiens renforçant les rangs de la werchmacht ( historique pour le million d’Ukrainniens ) dont 500 000h placé en milice, soit: 2 532 000h.

    Staline espere que la surprise dans une part et les puissants moyens mis en oeuvre ameneront la destruction du front nord et devrait l’amener sur la Vistule en moins de 1 mois selon leurs prevision, reduire au passage serieusement les forces du front centre et finalement vaincre l’Axe tout en entrant vers le coeur de l’Allemagne.

    Ainsi, la guerre pourrait etre gagnée rapidement.

    Joukov est l’homme de la situation, mais exprime des reserves sur ce plan qu’il trouve ambitieux, dont il fait part à Staline du fait du manque d’instruction du soldat d’une part et les reconnaissances qui font valoir qu’une serie de fortifications tres etendu et en profondeur seront difficile à prendre.

    Mais Staline veut absolument cette l’offensive qu’il estime decisive et éliminer la menace vers Moscou.

    Le premier objectif, est de vaincre le front nord decisivement et le front centre si possible, de maniere a entrer en Pologne et continuer la route jusqu’à Berlin et peser dans le temps de l’attaque avec le gros des forces sur le front sud dans l’axe Kiev-Odessa et du Caucase, Rostov-Kiev.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    L’offensive russe à Riga.

    1er combat:

    Le 25 decembre au matin ce dechaina l’artillerie russe à Riga, et la 3eme flotte aerienne forte de 200 chasseurs et 50 bombardiers arroserent au passage de leurs tirs et bombes les premieres installations fortifiés, mais ce fut de courte durée, car leur intention est de detruire par suprise l’aviation allemande sur leur aérodromes dans l’ouest de la Lithuanie.

    Mais la surprise fut manqué, le radar allemand, Freya, d’une portée de 160 Kms les detecta a temps.

    280 chasseurs allemand, partirent de la base de Siauliai et s’envolerent à la rencontre de l’ennemi.

    La bataille aerienne tourna a l’avantage des allemands, mieux experimenter, 60 chasseurs et 25 bombardiers russe joncherent le sol, contre 41 des allemands.

    Les russes abandonnerent la partie, poursuivit par la chasse allemande qui en abattit encore 10 chasseurs.

    Pendant ce temps devant Riga, 4 divisions russes sur 10 ce presenterent devant la ville et traversèrent la Dwina gelé, mais celle ci, bien defendu par 2 divisions repoussa tous les assauts durant 3 jours… soutenu par la chasse allemande.
    L’aviation russe ne repparu qu’une fois, et fut vite chassé, perdant 35 chasseurs et les allemands 19, la domination du ciel revenait aux allemands.
    Riga reçu apres cela une division d’infanterie et une panzerdivision en reserve pour tenir la ville et les alentour.

    Von List, fut informé au premier jour de ce qui ce passa, mais ne perdit pas de vu que l’essentiel de l’offensive russe qui ce preparait, n’etait pas encore lancé, il fut donc prudent avec ses reserves, car les reconnaissances aeriennes signalaient d’importantes concentrations de force russes au nord est de la riviere Dwina.

    2eme combat:

    Tout changea le 29 decembre, ou la 61e division siberienne d’élite, soutenu par 3 divisions et 1 blindée ( 300 chars ) firent leurs apparition et attaquerent vers Salaspils, sur la gauche de Riga.

    L’aviation russe etait revenu et avait reçu de nouveaux chasseurs, ce fut 190 chasseurs et 30 bombardiers qui soutenait l’attaque.
    La chasse allemande avec 220 avions arriva peu apres, ce fut plusieurs heures de combat, ou a la fin, les russes cederent, perdant 50 de leur appareils contre 30.

    Mais l’aviation ne pouvant intervenir a leur guise, ce fut pour les allemands de ce secteur, une journée cruciale, le premier assaut et le second furent peniblement repoussés malgré les fortifications en profondeur, l’acharnement des russes etaient extreme, malgré leurs pertes lourde…

    Les fameux 88, bien installés strategiquement et dominant la region purent arreter les pointes avancés des chars russes et en detruisirent une trentaine, et le commandant de la panzerdivision pu lancer une attaque de flanc qui repoussa finalement l’assaut des blindés russes surpris par cet attaque et qui entraina le reste des divisions russes avancé, menacé d’etre coupé.

    Constatant la desorganisation qui commençait chez les russes, les 4 commandants des divisions allemandes ce concerterent rapidement par radios et relancerent une attaque generale avec leurs divisions, qui cette fois repoussa completement les russes et regagnerent le terrain perdu de ce matin et grace a leur aviation liberé de son adversaire, et reprirent leur anciennes positions.

    Les fortifications ont aidés les allemands à tenir le terrain.

    Von List fut informé du nouvel echec russe et de l’arrivé de nouvelles russes, et leur promis le renfort de 2 divisions pour tenir Riga.
    Elle ne doit pas tomber aux mains des russes.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    3eme combat:

    Pshennikov apprenant cet echec, menaça les commandants de ses divisions responsable de la siberie, et leur adjoigna pour la prochaine attaque la 59e et la 76e divisions avec ordre de prendre Riga.

    Les russes reçurent encore 35 chasseurs, montant à 175 chasseurs et Pshennikov choisi un apres midi pour attaquer, la chasse allemande ne pourrait soutenir longtemps apres sa victoire possible ses troupes au sol apres avoir vaincu, tandis que les combats pouvaient continuer jusqu’a la nuit, donnant un avantage à sa superiorité numerique.
    Aussi, l’apres midi du 30 decembre, l’attaque russe fut mieux organisé et tenant compte de leurs erreurs, leurs pertes furent moins lourde et cette fois, l’attaque pris une proportion que les allemands eurent de la peine à contenir l’assaut, on fit appel à tous les renforts possible et à l’arrivé des 2 divisions blindés russes, la balance de la victoire commença a pencher du coté des russes tandis que les combats aeriens reprennait ou l’avantage allemand se faisait sentir plus fortement, heure apres heure.

    La puissante artillerie russe ce mit en action derriere leur troupe et pilonna aussi la colline strategique 227 dominant la region, ou etaient placé un groupe d’artillerie de 88 qui dut quitter la position et qui empechait alors toute percée de blindées russe dans cette zone des combats.
    Un furieux assaut de la part de la 61e div d’elite des siberiens, soutenu par 3 divisions permirent la percée decisive et parvinrent au delà de la ligne de fortifications.

    Cette fois l’assaut avait reussi, mais Riga tenait toujours.

    Le commandant Potapov de la division blindée s’elança par cette breche, pour ouvrir la voie, vers l’arriere de Riga, seul moyen pour tourner ses defenses, suivit par l’infanterie siberienne et 3 divisions russes d’infanterie…dont l’une s’empara de la colline 227, placé au centre de l’assaut, pour tenir une bonne position.

    La panzerdivision jugea l’ennemi trop fort et ne tenta pas d’assaut inutile sur les blindées russes plus nombreux et ce refugia derriere les lignes de fortifications et l’infanterie.

    Elle attendait son heure, les renforts devant arriver sous peu.

    A la nuit tombante, Pshennikov s’installa en herisson avec 2 divisions sur le terrain conquis, plus 2 placé en reserve et rappela la blindée de Potapov pour former un noyau offensif et defensif solide en cas de coups dur et gardant la liaison avec ses 3 divisions lancés en avant garde à l’arriere de Riga.

    Comme il s’y attendait un peu, il avait perdu la bataille aerienne, 60 avions de perdu, lui en restait : 115 avions et les allemands en perdait 40, leur en restait: 140 avions.

    Pshennikov ne pouvait ce lancer à l’assaut sans laisser derriere lui une ville aussi bien tenu par deux divisions allemande.
    Ceci profita aux allemands qui ce rorganiserent au front du fait de cette accalmie.

    La situation sur ce front ce joua à un jour pres, les renforts allemands formé de 2 divisions devaient arriver le lendemain.

    Cliquez plusieurs fois sur la petite carte pour la voir en taille reelle, plus grande que la premiere:

    http://image.noelshack.com/minis/2017/33/2/1502777548-riga-1.png

    Le total des pertes russes fut de 15 000h, soit l’equivalent d’une division complete, celle des allemands, ayant aussi profiter de leur abri et de leur superiorité tactique fut de 5000h, ce qui temoigna de la dureté des combats, et ce n’etait que le premier acte d’une serie de combats dont les suivant allaient etre d’une autre ampleur et qui emploieraient des forces considerable.

    Von List informé à nouveau de la situation à Riga par son commandant d’armée Schobert, prevoya l’envoie de 2 autres divisions venant de Kaunas plus une blindé.

    Il n’etait pas possible de trop prelever sur les reserves d’autant que des indices alarmant et que des prisonniers russes laissait prevoir qu’une puissante attaque sur la Dwina ce preparait pour les prochains jours.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Le plan pour Riga:

    Schobert, commandant du secteur de ce front, convoqua ses subordonnés la nuit meme du 30 decembre, et leur parla, il estima que tant que tiendrait Riga avec une division, pour quelques jours encore, l’ennemi ne pouvait etre libre de tous ses mouvements.

    “La situation est ideale pour contre attaquer, la percée russe est encore assez etroite, nous ne trouverons pas de meilleures occasions pour frapper maintenant, et le russe ne s’y attend pas, du fait de sa superiorité numerique globale et de l’evolution rapide de la situation qu’il compte entreprendre.

    4 de ses divisions sont fixés autour de Riga, dont une, à la colline 227, tenant le centre de ce front, et il serait dangeureux d’attendre, car si Riga tombe, l’ennemi pourra tourner nos defense et aussi s’enfoncer profondement dans le pays, atteindre Siaulai, puis Kaunas et nos magasins.

    Nous ne pouvons nous le permettre, aussi, avec les deux divisions de renforts qui doivent arriver demain matin à la premiere heure, on pourrait lancer une contre attaque surprise, car du fait de la superiorité de l’ennemi, celui ci ne s’attend pas à une attaque, et avec la panzerdivision de Horst Stumpff, et 3 divisions reuni, attaquer non pas vers Riga pour refermer le front, dont les defenses sont maintenant aux mains des russes et qui serait tres difficile et long à prendre, mais en direction de leur base, tout en la contournant avec une division, et avec l’appui de l’aviation, pour leur couper aussi leur ravitaillement, leur empecher toute retraite et assurement couper aussi en deux la moitie de leur armée pour mieux la perdre au nord de Riga avec 3 autre divisions ramener du front, dont 2 prise sur le corps d’armée voisin en accord avec son commandant.

    Ceci creera une ouverture temporaire de 20 Km pendant deux jours environ, à notre front gauche, temps estimé de l’attaque, mais la victoire est à ce prix, d’autant que le russe à concentrer ses efforts seulement sur Riga.

    D’ailleurs, notre aviation vient de recevoir 100 chasseurs et 20 bombardiers, soit, 260 avions, dont la moitie sera destiné à soutenir d’entrée l’attaque au sol.
    130 chasseurs seront suffisant pour contrer la chasse ennemi.

    Nos 20 bombardiers auront un role important, ainsi qu’une partie de notre artillerie, celle de briser la glace de la Dwina de maniere a former un obstacle infranchissable, partout ou l’ennemi voudra passer en force, prennant au piege environ la moitié de l’armée russe avancé au delà de la Dwina, qui auront à lutter dans le meme temps contre nos 3 divisions.

    3 autres divisions au sud contreraient les 4 divisions russes installés derriere Riga et sur la colline, une quatrieme sera en reserve et si tout va bien, ira renforcer l’attaque sur le centre ennemi au nord de Riga.
    En attaquant d’abord en tenaille la colline 227 au centre de ce front qui sera leur 1er objectif, et devrait rapidement etre prise, ainsi, le passage des russes pour retraiter ou manoeuvrer sera assez etroit, de sorte qu’ils ne pourront porter secours rapidement à leur base attaqué, ce qui sera leur priorité pour ne pas etre encerclé, et en attendant seront continuellement sous le feu de notre artillerie de cette colline, qu’une partie de l’aviation soutiendra, et ses 3 divisions accentueront continuellement la pression vers Riga, tout en ce tenant bien en arriere des lignes de fortifications, et si possible, de ce point là aussi, couper les russes de leur base en direction de Riga.

    Dans 2 ou 3 jours, nous recevrons 3 autres divisions dont une blindée, ce sera decisif, mais il faut entretemps mettre la pression sur l’ennemi et l’accabler sur ce front etroit qui offre des avantages strategique mais temporaire.”

    Un des commandants, demanda ce que l’on ferait si l’attaque echouerait et pourquoi ne pas attendre 2 jours de plus pour recevoir 3 divisions suplementaire dont une blindée.

    Le commandant Schobert leur repondit, “messieurs, je n’ose pas y penser, les consequences seraient trop grande, donc, je vous demande donc de donner le maximum de vos moyens ainsi qu’a vos hommes, quand à l’evolution de la bataille, nous ne serions plus maitre de nos actions si l’ennemi attaque entretemps, nous perdrions toute initiative, et qui sait ce qui pourrait ce passer en 2 jours…aussi, il est capital de reagir au plus vite.”

    Les commandants de divisions acquiecerent.

    “Messieurs, preparer vos ordres, je vous attends pour demain matin, le russe ne nous attends pas de si tot, la surprise que je leur prepare sera terrible.”

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    La contre attaque à Riga:

    tres tot le matin, tout est pret, l’artillerie commence à pilonner la colline 227 et les axes principaux occupés par l’ennemi par ou doivent passer les divisions qui attaque rapidement pour ne pas laisser aux russes le temps de reagir.

    Le commandant Schobert arrive à l’etat major, les divisionnaires sont là…
    “J’ai une bonne nouvelle pour vous messieurs, j’ai pu obtenir le renfort de 300 chasseurs suplementaire et de 100 bombardiers pour notre attaque decisive.

    Nous aurons 660 avions dont 120 bombardiers.”

    L’aviation arrive expres avant celle des russes et attaque sans relache les colonnes de russe qu’elle trouve.

    La surprise à jouée à plein, les divisions progressent partout, leur tactique est superieure aux combats et ils sont plus experimentés, la panzerdivision de Horst Stumff au centre de la bataille ouvre la marche des 3 divisions chargés de couper l’ennemi au centre de son dispositif, suivit de plusieurs 88 allant vers Riga.

    La domination du ciel est complete, l’aviation russe, forte de 160 avions ce jour là est au 3 quart detruite.
    une partie de l’aviation precede l’attaque principale contre le nord de Riga, 150 chasseurs, 100 stukas et 80 bombardiers les soutiennent.

    Sous la poussée, appuyé par la blindée de Horst Stumpff, les russes cedent et rapidement l’armée est coupé en deux, malgré la contre attaque russe avec sa division blindée qui a perdu avant ce combat un quart de ces blindée par les 100 stukas disponible et aussi les 88 qui font des ravages, dès lors, le combat tourne rapidement à l’avantage des allemands qui realisent la percée jusqu’a la mer.

    Les bombardiers, brisent la glace du fleuve là ou les colonnes russes venant de Riga pour echapper à l’encerclement veulent passer, les coupant de leur base.

    A gauche du front, la colline 227 est encerclé et perdent du terrain rapidement devant 3 divisions, et sous les coups de l’artillerie et de l’aviation, 150 chasseurs et 20 bombardiers, les russes abandonne la colline.

    Mais la 61e division siberienne, malgré ses pertes des autres jours veut reprendre la colline avec la division rejeté du plateau, c’est une attaque repoussée avec de lourde perte.

    Comprenant que leur espoir est la fuite, plutot que d’etre coupé, les russes reculent vers leur bases, malheureusement pour eux, leur retraite est desormais coupé à hauteur de Riga, et depuis la colline, les allemands pilonne s’en cesse les russes dont l’etroit couloir de la percée se resserent maintenant dangeureusement, sous la poussée allemande et les pertes russes deviennent plus nombreuse.

    De nombreux russes commence à ce rendre, seule la 61e division d’élite siberienne continue le combat malgré qu’elle soit reduite de moitié depuis les premiers jour du combat.

    L’intervention suplementaire de la division de reserve finit par achever les dernieres resistances à gauche de la bataille.

    A droite du champ de bataille, 3 divisions allemande ont amorcés leurs mouvements enveloppant, constatant cela, le general Pshennikov, temoin de l’echec de sa division blindée, ordornne la retraite tout en combattant pour maintenir le passage ouvert pour les division placés en arrierent qui pourront suivre.

    C’est à ce moment là que les russes eurent leurs armée coupé en deux à hauteur de Riga.

    Tout c’est passé trop vite, l’important appui aerien inattendu, leur nombreuse artillerie et l’extreme combativité des allemands ce jour là, leur ont permis d’ecraser la moitié des forces russes.

    Sur 140 000h au depart, 100 000 russes, la plupart prisonniers, furent perdu pour Staline et l’aviation continuait à harceler les russes en retraite.

    Ils ne restaient plus aux russes que l’equivalent de 3 divisions, qui allerent s’etablir au environ de la ville de Pskov.

    Quand aux allemands, graces aux fortifications des premiers jours et à l’attaque surprise qui pris les russes au depourvu, ils ne perdirent que 12 000h, soit l’equivalent environ d’une division allemande.

    Ainsi pris fin la bataille de Riga.

    Les 2 divisions sont rendu au corps d’armée voisin qui les avait pretés qui referme le trou de 20 km de large.

    Les renforts de 3 divisions dont une blindée arriverent 3 jours apres, mais les combats etait finie pour ce secteur du front.

    3 divisions attaque la colline 227 et la prenne en tenaille.

    3 divisions attaque au centre avec une blindée pour couper en deux le russe a hauteur de Riga, coupant définitivement la retraite aux 5 autres divisons russes.

    3 autres divisions à droite cherche a tourner le russe pour l’encercler totalement, mais environ 40 000 russes réussissent à passer à temps.

    La division de reserve renforcera l’aile gauche, s’ajoutant aux 3 divisions et encerclera le russe et ce sera la fin des combats.

    La percée russe encore trop etroite permettra cette bataille decisive grace à la surprise.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Le plan allemand:

    ( Ce plan est en fait crée avant les combats de Riga, il faut le savoir. )

    Devant une pareille menace face à d’aussi puissant renforts russe que donna le renseignement et les reconnaissances aeriennes en profondeur, l’OKH fit le point de ses reserves, grace à l’envoi toujours en cours de 5 divisions de reserves dont 17 sont arrivé au front nord et centre dont 2 panzerdivisions, soit environ un total de 44 divisions de Riga à Moguilev, jusqu’au front centre, sont en reserve dont 14 Panzerdivisions plus ou moins recompletés, grace a la production de chars de 1200chars sur 6 mois et demi et au fait que seul le front sud à partir de septembre combattit les russes en Ukraine pendant que ce reconstituait normalement materiellement et humainement les fronts nord et centre, sans oublier les renforts apporter au front sud.

    La bataille de Riga n’est pas encore commencée a la date de ce plan, mais 5 divisions de reserve dont la 8e Panzer leur sont deja reservé.
    Aussi, il sont deja decomptés du total des reserves disponible.

    Cela porte à 900 chars les forces blindées du front nord en penant en compte la 8e panzer, ce qui est peu. Aussi, quelques divisions Panzer prelever du front centre sont envoyer au front nord pour contrer la menace russe, ainsi que des divisions d’infanterie.

    A partir de là, sur 44 divisions disponible dont 14 divisions panzer, ( sans compter la 8e ) l’OKH mit au point son plan basé principalement sur la defense et contre attaque ou l’on comptait que l’ennemi devait s’epuiser et affaiblir ses forces sur des defenses et fossés anti chars preparé depuis des mois.
    Ce front recevra bientot les 5 dernieres divisions de reserves.

    La valeur combattante des soldats et leur tactique, surpasse celle des russes, et nos fortifications seront un obstacle tres difficile à franchir et ceux qui y parviendraient, encore peu nombreux, recevrait d’emblée une forte contre attaque par les reserves de la 2e ligne de renforts situé a peu de distance derriere le front, qui les repousseraient, et regagnerait tout le terrain perdu.

    D’ailleurs, ce prepare une 2e ligne de fosses anti chars et fortifications devant les concentrations russe dès qu’on les à detectés.

    En face de la region de Dunabourg, ( Daugavpils ) devant les 25 divisions russes dirigé par Eremenko, dont 5 blindées, soit 1000 chars et 7 divisions siberienne, les allemands reçoivent en renfort, en 2e ligne, 5 divisions, soit le corps italien d’elite en entier, 65 000h le CSIR (Corpo di Spedizione Italiano in Russia, Il arriva en Russie le 10 juillet. ) soit 6 divisions Italienne d’élite, une division blindée legere de 55 chars de 6 a 7 tonnes et la 30e division d’artillerie, tous placé en 2eme ligne, pret à intervenir pour refermer le front.

    Et en 3e ligne, en reserve, 3 panzerdivisions, c’est la 18e, la 6e et la 12e panzer, soit 655 chars dont 55 chars leger italien.

    Cliquer sur la petite carte pour voir tout les detail normalement.

    Erratum sur la carte, c’est Von Leeb au lieu de List sur la photo.

    http://image.noelshack.com/minis/2017/34/3/1503504845-lithuaniaposition-reduite-1.png

    Cliquez sur la petite carte pour voir tout en dimension reelle pour les détails.

    http://image.noelshack.com/minis/2017/34/4/1503561069-carte-bielorussie-reduite-1.png

    Le nombre de division sur le front est compté sur les cartes, mais pas les reserves.

    Exemple de chars du corps Italien:

    En face de la region de Polotsk, devant 25 divisions russes dirigé par Vatoutine, dont 5 blindée, soit 1000 chars et 6 divisions siberienne, ce front allemand reçoit en renfort, 4 divisions motorisés, la 10e, 14e, 20 et 36e, placé en 2e ligne pour soutient, et en reserve 2 panzerdivision, la 20e et 10e panzer, soit 400 chars, et la division d’elite, la Totenkof.

    En face de la region de Witebsk, 20 divisions russes dirigé par Koniev, dont 4 siberienne et 3 blindées, soit 600 chars, ce front reçoit en renfort 3 divisions et 3 panzerdivisions, la 3e, 17e et 19e panzer, soit 600 chars.

    Devant le front de Briansk, de 20 divisions russes dirrigé par Rokossovsky, 3 divisions allemandes sont en reserve, dont 2 motorisés, la 10e et 29e division.

    Une reserve generale situé au nord de Minsk, soit au centre de ses combats, sont placés 5 divisions, dont 2 panzerdivisions, c’est la 4e, et la 7e panzerdivisions soit: 400 chars, plus 2 divisions d’elites, la Das Riech et la Gross-Deuchtsland et la 1ere division de cavalerie pour contrer d’eventuelle percée au point le plus dangeureux sur le front nord et centre nord.

    Une autre reserve au sud de Moguilev, d’une panzerdivision, en cas d’attaque surprise russe entre Homiel et Moguilev.

    A Kaunas sur le Niemen, 6 divisions Lithuanienne au total, plus proche de la milice tiennent cette ville avec 3 divisions, de meme que 3 autres, à Vilnius.

    Suite.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Suite du plan.

    j’ai preferé le partager en 2, car trop long.

    L’armée de Vlassov d’une brigade de cent chars, ce trouve derriere celle de Briansk, mais l’espionnage a fait savoir que cette armée a d’abord pour role de defendre le flanc de ce front en cas d’offensive pouvant provenir à 250 kms au sud, venant du groupe d’armée sud, ou effectivement sur les 26 divisions formant le front de Konotop à Bielgorod, 13 divisions dont la 11e panzer ce concentreront pour former une nouvelle armée dont 7 provenant des divisions de la reserve.

    ( les vide seront comblés par de nouvelle divisions ukrainienne placé defensivement.
    L’apport d’un million et demi d’Ukrainiens facilite la tache.)

    Ces 13 divisions iront directement sur les flanc et l’arriere de l’armée de Rokossovky et de Vlassov, et en remontant, toutes les divisions du front allemand liberé, soit 19 divisions suplementaires dont 1 panzerdivision arrivé a leur hauteur, les rejoindront, sauf 5 divisions qui au besoin renforceront le front nord.

    Sera prelever en plus 1 ou 2 panzerdivisions du front de Witebsk pour cette operation, suivant que ce front defensif tient bien sa defense.

    Cette concentration fixera l’ennemi, et le gros des forces les prendra à revers pour les encercler.

    ( 250 Kms les separe de l’armée de Rokossovsky et de Vlassov, totalisant 28 divisions ennemi.)
    Mais necéssité fait lois.

    S’ajouteront, 8 Divisions de reserve placé au nord de Lougansk, situé à la moitié de la hauteur du Donets qui garderont le flanc de cette nouvelle armée.

    Mais 250 Kms la aussi les separe encore.

    Ce sera 35 a 37 divisions au total lancé pour cette operation d’une certaine durée, puis l’armée de Koniev devant Witebsk sera le prochain objectif.

    Voici nos choix generaux:
    1/
    Si l’ennemi est contenu sur le front defensif et a epuiser sa force offensive, on pourra peut etre lancée une contre offensive, grace a l’apport des renforts du front sud, et frapper au meilleur endroit possible suivant l’evolution des combats.
    2/
    Si l’ennemi à percée le front defensif, reunir le maximum de panzerdivisions necessaire si possible et disponible du front, pour contrer l’ennemi le plus dangeureux en le frappant sur ses flancs en vu de le couper ainsi que son ravitaillement.

    Au front Sud:
    Face à Rostov sur le front du Mious, 15 nouvelles divisions russe venant du caucase menace ce secteur du front, 6 divisions dont 3 blindées sont en reserve.

    De plus, 4 divisions de Manstein dont une blindée, qui a conquis la Crimée sont rappelées, et arriveront dans quelques jours pour renforcer ce front du Mious.

    ( Les Panzerdivisions sont integrer dans le nombre total des divisions.
    Il ne s’ajoute pas.)

    Cliquez sur la petite carte pour la voir encore plus grande que ci dessus.

    http://image.noelshack.com/minis/2017/34/4/1503567758-ukraine-1.png

    Ce plan est suceptible de changement suivant l’evolution de la situation et pourrait donner lieu a des contre offensives allemandes imprevu suivant que l’on peut degager des forces plus ou moins importantes suivants les pertes de l’ennemi.

    Les commandants d’armée du front de l’est, Von Leeb, Guderian, Von Runsdstedt et Von Bock, sont maintenant informée du plan à suivre.

    Voila pour les preparatifs generaux.

    Des cartes suivront pour la comprehension du plan et des combats.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Les fortifications allemandes:

    Elle sont de 8 a 15 Kms de profondeurs selon les endroits, avec un dedale de labyrinthe et de fossés anti chars conduisant sur des passages sur lesquels un ensemble de groupes d’artillerie à son tir reglé dessus et des mines placé sur 2 couches, appellé, “les jardins du diable” qui avaient serieusement ralentit les russes à Rjev et permis tranquillement la retraite allemande tant cela avait été efficace et à effet psychologique, efficace sur le soldat.

    Des lignes de fils de fer barbelés et de mines parseme le terrain pour gener le soldat dans sa progression et l’obliger a ce deplacer sur des zones de tir plus concentrer d’artillerie quand il montera a l’assaut.

    De meme s’ils venaient a percer, ils rencontreraient encore de serieux obstacles comme vous le verrez dans ce schema et d’autres fossés anti-chars en forme de U dirigés vers l’ennemi, les attendent encore pour les obliger a faire demi tour tout en recevant encore des tirs d’artilleries et la reaction des Panzerdivisions.

    Des fortifications en betons, petites ou grandes, abrite des soldats ou de l’artillerie, sans compter les abri des soldats.

    Ce qui me fait croire que les percées ne devrait etre que de peu d’importance et etre facilement refoulée vu l’inconvenient qu’ils ne pouraient choisir leur terrain, criblé par le feu de toutes armes et que les renforts de la seconde ligne serait a courte distance et pourrait intervenir rapidement.

    D’autant que le terrain serait degagé aux maximum de tout obstacle pour ne leur offrir aucun abri possible.

    Le reseau d’espionnage et les reconnaissances aérienne ont permis de sovoir ou venait la menace russe, et donc ces zones ont été particulierement renforcé aux cours des dernieres semaines, ce qui explique les faible reserve par endroit ou l’on compte sur le temps perdu des russes et leur echecs a vouloir percer et sur leur grande pertes et que les groupes d’artillerie tireront avantage de la canalisation forcé de l’ennemi sur le terrain grace aux fossés anti chars, barbelés et mines bien placés qui devront provoquer des hecatombes et aux 88 bien installés et a une certaine puissance feux apreciable.

    La valeur des soldats russes est inferieure a celle des Allemands en valeur tactique et qui n’ont pour la plupart pas encore vu le feu a cause des pertes immense qu’il ont eu les premiers mois et qu’il a fallu remplacer, contrairement aux allemands.

    Seules les divisions siberiennes sont a prendre serieusement en compte a egalité de force, d’apres ce que je sais, et leur tactique pour palier ce probleme d’inferiorité tactique, entre autre, je suppose, est l’attaque en masse repetés, jusqu’a que cede le front ennemi.

    Aussi, c’est sur cela que je compte gagner du temps pour recevoir les renforts venant de loin, a temps, grace aux preparatifs du front sud formant une nouvelle armée qui immobilise l’armée de Vlassov qui serait pris de flanc s’il livrait bataille ce qui le perdrait inevitablement.
    C’est ce qui explique la faible reserve face à Rokossovsky dont l’espionnage à percé ses intentions malgré qu’il soit couvert par l’armée de Vlassov derriere.
    Et si tout deux prennait l’offensive, ils n’ont pas les chars suffisants pour remplir leur objectifs, ils seraient vite contrer par les Panzerdivisions de reserve, entre autre, qui s’en prendraient a leur flanc pour les couper de leur base et ce recevrait plus tard l’offensive de l’armée du front sud sur leur arriere, les condamnant definitivement, d’ou leur prudence.

    Et Staline doit veiller a la protection de Rostov, la porte du caucase et proteger son petrole, ce qui limite l’envoi de renfort russe et chars sur ce front centre et nord au lieu de tout envoyer au nord et au centre.

    Je compte aussi sur le moral, la fatigue, les pertes ennemis dont les generaux russes ne prennent generalement pas assez en compte la vie de leur soldats, ce qui devrait amener un taux tres élevés de morts et de blessés.

    Pour toute ses raisons, je crois ma position defensive assez solide dans l’ensemble pour realiser ma strategie generale et avoir le temps de l’accomplir, meme s’il s’opere des percées, elle ne peuvent ce faire toutes en meme temps, car cela depend de plusieurs facteurs pour reussir, et avant qu’elle ne se developperait dangeureusement, je pourrais rapidement intervenir et ecraser le tout debut d’une percée, avant qu’elle ne prenne trop d’ampleur.

    C’est un peu Koursk mais en version defensive allemande.

    ( L’offensive que projette Staline un peu precipité tient au fait de renseignements insufisant sur le ravitaillement et la force reelle des allemands soutenu par des allies, que l’on ce trouve en hiver ou il croit sa chance arrivé, et au 108 divisions qu’il a reuni au nord et au centre, mais sous estime un peu la defense allemande et espere, point important, liberer Moscou de la menace qui pese a court terme sur elle et par cette offensive renverser les roles et menacer rapidement l’Allemagne et en moins d’un mois ce retrouver sur la Vistule, au coeur de la Pologne apres avoir detruit le front nord et gagner la guerre.)

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    L’attaque devient generale:

    Le 31 decembre, de Briansk, 10 divisions russes s’elancerent à l’attaque du nord du front centre de Orcha à Rogatchev dans l’intention de fixer l’ennemi sur cette partie du front, sur 50 km et priver l’adversaire de moyens de renforts potentiel qui aiderais a contrer les offensives principales.
    10 divisions de cette armée sont placés en reserve pour alimenter continuellement cette attaque de fixation a cause des pertes, tant que les effets des offensives ailleurs n’auront pas atteind leur but.

    Alors elle pourra passer a l’attaque.

    Une division siberienne compose cette armée et est en reserve en cas de coup dur ou pour percer si l’evolution des operations generale ce deroule bien, et pourrait devenir une offensive.

    A Dunabourg, à Polotsk et à Viazma, ce declencha aussi l’offensive principale, mais les positions allemandes bien preparés les contiennent et le terrain ou surgissent les russes a été enlevé tous obstacles pouvant leur servir d’abri, aussi, leur pertes assez élevés, l’attaque pietine et finie par etre refoulé, a plusieurs reprise.

    Et Joukov apprit la grave defaite de Pshennikov devant Riga, ce qui l’obligera a garder 5 a 6 divisions dont une blindée destinés au depart au front de Daugavpils ( Dunabourg ), pour proteger son flanc en cas d’offensive allemande venant de Riga.

    Constatant cette necessité qui fait une entorse au plan, il decida d’envoyer pour l’assaut, les 7 divisions siberiennes d’elites, suivit des 5 divisions blindées appuyé par une puissante artillerie et envoya la totalité de son aviation, soit 2970, contrer celle de l’allemagne, et obtenir la percée entretemps.

    Malheureusement pour lui, le radar Freya installée a l’est detecta une puissante concentration d’avions ennemi qui ce dirrigeait sur l’axe Polostk-Minsk…la defense aérienne de l’axe repondit au moins à la hauteur de cette menace, aidés et renseignés par les reconnaissances aeriennes journalieres qui permire, d’estimer l’importance du danger.

    Ce fut un combat de titan, 3000 avions russe d’un coté contre 3700 de l’autre, combattirent pendant 2 jours, mais les aviateurs allemands, plus experimentés et nombreux abattirent 880 avions, pendant qu’eux n’en perdirent que 490.

    ( Les fronts nord et centre ont deja reçu des milliers d’avions depuis juin qui monte leur total a 6700 avions et ils a fallu develloper de nouvelle pistes pour les avions lourds et planifier correctement les terrains pour les legers.

    En plus, des plaques de fer portable, specialement creer pour ce probleme furent crées en grand nombre pour constituer des pistes d’envol pour avions leger et lourd, qui peuvent ce superposer autant de fois qu’il le faut pour les solidifier, selon la necessité et fixés ensemble puis assembler par des fixations prevu a cet effet pour creer des pistes, ( du style de ses plaques qui permette aux vehicules de rouler sur le sable sans s’ensabler. )

    Ce qui explique la concentration aussi grande d’avions.
    ( Ceci aura son utilité plus tard, c’est pourquoi l’industrie en fabrique un grand nombre.)

    Devant Witebsk, 5 divisions russes s’elancerent à l’attaque, pour tenter la percée apres l’emploi de l’artillerie, mais les divisions allemandes repliquerent egalement et le combat dura ainsi plusieurs jours.
    Les russes s’accrocherent au terrain et malgré l’appuie de l’artillerie ne purent avancer. les abri allemands etant solidement bati, avec aux zones strategique des blockaus en beton particulierement solide, construit surtout depuis que les reconnaissances signalaient de puissantes concentration russe en face d’eux, comme sur les autres fronts attaqué.

    A Polotsk, ce fut le meme echec.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Suite.

    Aussi, Joukov decida l’assaut general de Daugavpils à Witebsk, avec les divisions siberiennes, et y envoya ses blindées quoi qu’il en couta, se reservant une division blindée à Daugavpils, l’aviation allemande dominait maintenant le ciel ou 6000 avions environ reuni a celle du front centre, contre 2100 s’imposait et commençait a ecraser les forces russes.

    Il y engagea meme l’armée de Vlassov, modifiant son plan, soit 18 divisions et 100 chars, reuni à Koniev ( 10 divisions et 600 chars ) et les poussa tous a la plus extreme determination.

    Mais une semaine de combat c’etait deja passé, et les 13 divisions de l’Axe dont une blindée c’etaient reuni comme prevu et arrivait au environ du front de Konotop et les 8 divisions venant de la region du nord de Lougansk a plus de 250 Kms arrivaient, reunissant 21 divisions.
    Il commence a ce mettre en marche comme prevu vers le flanc de l’armée de Rokossovky, chargé seul de la defense par Joukov, Vlassov etant partit avec Koniev et ce plaçant entre Witebsk et Polostk.

    A Riga, 4 divisions purent etre retiré du front apres la bataille et furent envoyés à Daugavpils en renfort, portant la reserve à 8 divisions.

    Les 5 dernieres divisions de la reserve generale arriverent aussi et envoyé en Minsk, plus 3 divisions Lithuaniennes venant de Kaunas et Vilnius, totalisant 13 divisions, dont 2 panzerdivision et 2 unités d”elites, la Grossdeuschland et la Das Reich.

    Voila pour le tableau general.

    A Polotsk et Daugavpils, l’offensive russe fut longtemps contenu mais menaça de percer, l’aviation allemande intervint avec 4000 avions et fini par l’enrayer, ce fut la fin des espoir de Joukov sur ces points, mais tout changea à Witeksb, l’artillerie conjugué de Koniev et Vlassov creèrent finalement une ouverture, et les divisions blindées s’y engoufrerent, mais sans la maitrise totale du ciel, il etait difficile de remporter une victoire, aussi, Joukov reunissat tous ces blindées, ( en gardant une à Daugavpils ) pour renforcer l’offensive en direction de Minsk; disposant maintenant de 14 divisions, pour ce retourner derriere le front allemand.

    l’OKH et Hitler qui suivait les evenements, prefererent eviter le combat d’abord, et que l’offensive russe s’etende jusqu’a Minsk, comme le montrait leur direction, etirant les flancs tout en reunissant toutes les Panzerdivisions disponible, soit 13 divisions blindée, pour le prendre en tenaille sur les flanc, là ou l’ennemi est aussi moins aguerit, tout en retenant la tete de l’offensive russe à Minsk par 10 divisions dont 2 élites, la Das Reich et la Grossdeutschland.

    Toute l’aviation allemande concourra a ce combat, soit 6000 avions, affronta les 2000 avions russes ou 1200 furent abattu en plusieurs jours tandis que l’allemagne perdait 300 avoins.

    Pendant ce temps, les combats terrestres ce decidait, l’offensive etait coupé de sa base et sa tete contenu devant Minsk.

    Les coups de boutoirs russe ce briserent sur l’etau allemand qui les enserrait davantage chaque jour.

    Seule une petite partie de l’infanterie put s’echapper, representant quelques divisions, soit 4 a 5, avant que l’etau ne soit etanche.

    Et l’aviation de l’Axe declencha attaque sur attaque et detruisirent un immense materiel.

    Malgré les assauts combinés par les russes lancé à Daugavpils et Polotsk dans le meme temps, les fortifications et les reserves sans les panzers, furent suffisant pour les contenir.

    Le ravitaillement coupé, manquant de carburant, les camions en grande partie detruit par l’aviation, l’offensive russe echoua definitivement.

    33 divisions russes sur 66 divisions furent aneantit, sans compter celle de Riga, dont toute la force blindée russe, soit 14 divisions sur 15.

    Soit: 460 000h et 2 500 chars.

    L’allemagne perdit l’equivalent de 3 divisions, soit environ 50 000h et plusieurs centaines de chars.

    Et un autre danger menaçait maintenant les russes, c’etait les 21 divisions qui en remontant vers Rokossovky et liberant au passage 16 divisions d’infanterie de l’Axe qui formaient le front entre Kiev et Gomel, s’ajoutant a ce renfort, forcerent les russes a abandonner definitivement les combats.

    La poursuite fut abandonnée, on prefera soigner ses blessures.

    Ainsi, ce termina l’offensive de Staline qui avait un peu trop presumée de ses forces et sous estimé la defense allemande en hivers et leurs esprits de sacrifice, comme ce fut le cas dans la realité.

    Les fortifications, une moindre perte de materiels surtout coté allemand dont une bonne part du front ce mis en defensive et dont la production, meme russe, a été pris en compte, la strategie d’attaquer sur les flancs dès sa base, le temps perdu, mis a profit par les allemands pour amener les renforts, furent decisif dans ces operations et purent laisser l’allemagne tranquille jusqu’au printemps.

    Vous avez à Witebsk la reunion des forces russes voulu par Joukov qui explique la fleche bleu et orange.

    Cliquer sur la petite carte pour la voir dans tous ces détails:

    http://image.noelshack.com/minis/2017/35/1/1503914018-carte-bielorussie-offensives-russes-1.png

    La totalité des pertes russes et allemande, comprenant tout les combats, monta à 54 divisions pour les russes, soit environ 760 000h, de Riga à Briansk: en reste 69 sur les 123 divisions engagé, sans compter les 15 divisions sur le Mious.

    Mais tous les blindées sauf une division blindée, furent detruit dans la poche, soit 2400 chars.
    Division russe: 14 000h

    Pour les allemands, ce fut l’equivalent de 7 divisions, soit environ 110 000h. ( l’equivalent de 8 divisions russes.)
    Division allemande: 16 000h

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Sur le Mious.

    Les 15 divisions russes resterent en position defensive pour ne pas subir de pertes inutilement.

    L’explication de l’echec des combats:

    Elle tient bien sur principalement aux fortifications, aux fosses anti-chars qui les conduisent sur des concentrations de tirs d’artillerie, aux reserves, qu’il n’y avait pas en 41 devant Moscou, de seulement qu’une seule division, a la production d’armes qui n’a pas fondu continuellement aux combats, dont j’ai aussi tenu compte pour les russes, que ce soit en chars, avions et soldats, mais aussi du manque d’instruction du soldat russe, comme ce fut le cas dans la contre offensive russe devant Moscou et a l’esprit de sacrifice du soldat allemand, à sa fermeté dans les conditions difficile de l’hiver comme il l’a montré, au mepris de la vie humaine de Staline qui fit monter les pertes exagerement et qui finalement echoua devant l’effort allemand et sa tactique superieure.

    Meme si l’ennemi avait mieux concentrer ses efforts, et percé, meme à plusieurs endroit, la reunion des 15 divisions panzer et d’infanterie, aurait attaqués le long des flancs ennemi, sur l’endroit le plus faible, là ou les soldats ne sont pas aussi aguerit qu’en tete de front, qui aurait finalement coupé et encerclés les russes et mit fin a leur assaut.

    C’est ce que preconisait Manstein en 43, l’esquive et la contre attaque.

    Le temps perdu joua aussi contre le russe, permettant l’arrivé de renfort puissant venu du sud, pres de 40 divisions, qui aurait mis fin a l’offensive russe.

    Cette interdependance des efforts entre chaque front, nord, centre et sud, jouera nettement a cette occasion contre le russe.

    Pourquoi Staline lança son offensive ?
    Parce que son mepris de la vie humaine sous estima la capacité d’effort des allemands en plein hiver, ou reunissant autant d’homme, mais pas assez sur la qualité, il cru pouvoir remplir a bon compte ses buts, tout en eloignant le spectre du danger sur Moscou, qu’il estima etre la prochaine cible pour lui, et par cette offensive, retourner la situation en sa faveur en brisant le front nord et la moitié du centre pour ce retrouver en Pologne et finalement vaincre l’allemagne.

    Cet optimisme et sous estimation et mepris de la vie humaine le conduira à l’echec.

    C’est en gros les fautes grave qu’il fit en 41 devant Moscou.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Reserves et renforts en 1942 pour la nouvelle offensive:

    Sur les 21 divisions, 5 divisions rejoignirent leur ancienne position, le front sud, sauf l’armée de Kleist et ses seize divisions qui reprirent leur place originelle au front centre.

    Ainsi, un total de 40 divisions constitueraient la reserve pour les fronts centre et nord.

    Des renforts allemands furent reçu entretemps, avant la future grande offensive, de l’ordre d’environ 700 000h, qui ont remplaçer les pertes reelles qu’il y a eu face à Moscou dans l’histoire, soit 44 divisions suplementaire.
    Et toute celle ci furent envoyé pour le front sud, mais de maniere à menacer aussi Moscou, qui inquietera Staline qui prevoyant le danger, massera des centaines de milliers d’hommes pour proteger sa capitale, d’autant qu’une operation d’intoxication allemande tentait de faire croire aux russes que toutes ces operations etaient en fait destinés à menacer Moscou. ( Authentique )

    Ces renforts porteront le front sud à 100 divisions pour les divisions allemande, dont 100 000 soldats italiens suplementaires, 50 000 Roumains, 30 000 bulgares, sans compter le Million et demi d’ukrainien dont la force commencait a devenir une veritable armée, au lieu de milice, representant 94 divisions de 16 000h environ, qui serviront pour cette future operation contre le caucase.

    Soit un total de 194 divisions pour le front sud, pour un montant total de 2 900 000 soldats, dont beaucoup vont a pied ou a velo.

    Quand l’operation Fall Blau commença, elle ce fit avec 85 divisions ( 1 360 000h ) sur les 160 environ du front de l’est.

    Si dix a vingt divisions allemande suplementaire avaient été present lors de cette offensive, il est tres probable que le russe n’aurait pu percer sur la volga, ni encerclé Stalingrad, là, grace a cette strategie basé en grande partie sur la defensive et l’organisation de la logistique et a l’emploi du “contre puissant” façon Manstein, et a une sage politique envers les alliés ukrainiens, ont considerablement diminuer les pertes et les difficultés d’approvisionnement, ce qui fait que je me retrouve avec plus du double de forces pour envahir le caucase.

    Du fait de la defensive, c’est moins de consomation en petrole sur les deux fronts nord et centre, reserve qui serviront pour le front sud en grande partie.

    Il faut savoir qu’Hitler reservait pour l’Ukraine un role en controlant certains territoires qu’il leur aurait attribuer, sauf, les territoires a valeurs strategique ou coulait le petrole.
    Voir, “Hitler et ses generaux” de Raymond Cartier.

    Donc, c’est environ 50 divisions qui tiennent la ligne du front sud. C’est sufisant.
    Ce sera 144 divisions qui seront en reserve au front sud, soit 2 304 000h.

    Les voies ferrés principale avaient eté durant l’hiver grace a l’aide ukrainienne, reparés.
    La logistique suivait plus ou moins difficilement.

    L’operation sur le caucase sera lancé en debut mars 42, soit un mois apres la contre offensive russe qui ne pourront compenser les pertes materielles a temps et donc s’opposer serieusement aux forces allemande, de plus, le repit imposé au front sud pendant plusieurs mois, de decembre a fevrier lui permet de de reconstituer et ce reposer, facteur appreciable en temps de guerre.

    Cette offensive ce deroulera donc dans des conditions relativement facilité, ce qui permettra aussi d’aider en partie les 1 500 000 Ukrainiens dans leur tache a ce constituer une armée veritablement efficace operationnellement, avant que les russes, ce renforçant graduellement ne s’oppose serieusement a l’effort allemand.

    Dans un mois, en avril, les allemands disposeront d’un nouveau char, le Panther, ou grace a l’espionnage, ils eurent pris connaissance du T 34, et furent suffisament renseignés sur ses capacités, aussi la production du Panther sera prete un an a l’avance et ses defauts corrigés grace au temps necessaire de gagner.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Nouvelles armes pour 1942.

    Voici la fiche technique du Panther:

    Historique du char Panther.
    A partir de l’année 1941, les Allemands doivent faire face au redoutable char Soviétique T-34 et ils ne disposent pas véritablement d’engin blindé assez performant pour le contrer. L’armée allemande décide aussitôt de créer un char capable de renforcer son parc blindé.
    Après des études effectuées sur des T-34 capturés sur le front de l’est, le premier prototype est construit en septembre 1942 par l’entreprise MAN. La production est immédiatement lancée, et les besoins en blindés de l’armée allemande sont si forts que d’autres firmes, telles que DB, Henschel et Maschinenfabrik Niedersachsen, reçoivent également des commandes.
    Rapide et maniable, malgré la masse imposante de son blindage (cependant assez faible sur les faces latérales), le PzKpfw V Panther reçoit son baptême du feu sur le front de l’est en juillet 1943. Extrêmement performant, les chars soviétiques accusent de lourdes pertes et parviennent difficilement à résister face aux attaques du PzKpfw V Panther. Ils doivent en moyenne sacrifier neuf de leur T-34 pour détruire un Panther.
    La fabrication de ce char s’arrête en mars 1945, alors que les bombardements alliés des usines d’armement allemandes ont déjà très nettement ralenti la production mensuelle du char Panther, considéré comme l’un de meilleurs chars allemands de toute la Seconde Guerre mondiale, après le char Tigre.
    Fiche technique du char Panther
    Pays créateur/utilisateur : Allemagne
    Dénomination : PzKpfw V Panther G
    Longueur : 8,66 m
    Largeur : 3,27 m
    Hauteur : 2,85 m
    Masse : 45 500 kg
    Vitesse maximale : 55 km/h
    Autonomie : 257 km
    Armement principal : un canon de 75 mm Kwk 42 L/70
    Armement secondaire : une mitrailleuse de 7,92 mm MG 42, une mitrailleuse 7,92 mm MP 44
    Moteur : Maybach HL 230 P 30 à 12 cylindres de 700 chevaux
    Consommation : 280 litres aux 100 kilomètres
    Equipage : 5 personnes (1 chef de char, 1 pilote, 1 co-pilote, 1 opérateur radio et mitrailleur, et 1 chargeur)
    Blindage avant : 110 mm
    Blindage arrière : 16 mm

    Ils seront les premiers chars a etre equipés d’un épiscope pour une meilleure visibilité.

    En aviation, une innovation, le celebre pilote, Hans Ulrich Rudel, fixa sur son stuka un canon qui lui permit de detruire des chars russes, cet exemple, remonta jusqu’a Hitler qui decida de modifier une partie de ses stukas pour operer comme Rudel et casser du blindée sur le front russe.
    Cela ce fit en realité en 1943, pour la bataille de Koursk, et a été effficace, mais dans mon uchronie, il est permit de penser que cela pu etre fait un an à l’avance, rien ne l’en empechait…il suffisait d’y penser.

    L’arrivé prevu du Henschel Hs 129 pour avril 1942 avec son canon de 30 mn, plus tard modifié avec un canon de 75 mn pour casser du chars.

    voici sa fiche technique:
    Interne Version B-1:
    2 mitrailleuses MG 17 de 7,92 mm
    2 canons MG 151/20 de 20 mm

    Version B-2 :
    2 mitrailleuses MG 131 de 13 mm
    2 canons MG 151/20 de 20 mm Externe Version B-1:
    8 bombes à fragmentation de 50 kg ou
    1 pod canon externe MK 101 de 30 mm
    Version B-2:
    8 bombes à fragmentation de 50 kg OU
    1 pod canon externe MK 103 de 30mm

    Version B-3 Bordkanone:
    1 pod canon BK 37 de 37 mm ou
    1 pod canon BK 7.5 de 75 mm

    Ces bombes à fragmentations ce sont revelé particulierement devastateur à Koursk, ou les russes disait que les coups les plus durs vennait du ciel, pour ex, 2 regiments de la garde russe furent detruit en 2 heures, les collines et les ravins ce couvraient d’une mer de flamme et les impacts etaient particulierement devastateurs sur les groupement d’artillerie a cette bataille, c’est ce qui explique le nombre immense de blessés, 800 000h et de pertes russes, 256 000h.

    Aussi, cette bombe ne sera utilisé que dans le cadre d’une operation strategique decisive pour la guerre dans mon uchronie, afin que les russes ne s’en servent pas contre l’allemagne entretemps.
    Mais sa production n’en continuera pas moins pour le jour ou l’on en aura besoin.

    En atlantique, une innovation:
    Un schnorchel (orthographe allemande), snorkel ou tube d’air est un tube hissable à l’immersion périscopique, permettant à un sous-marin de faire fonctionner ses moteurs Diesel, alimentant ces derniers en air sans avoir à faire surface1. En effet, sur les sous-marins diesel-électriques, il est indispensable de faire des appels d’air périodiquement afin de recharger les batteries.
    Le schnorchel a été inventé par Jan Jacob Wichers2, commandant des sous-marins de la marine hollandaise et appliqué secrètement dès 1936.
    Lors de l’invasion des Pays-Bas en 1940, plusieurs tubes sont capturés par les Allemands, mais personne n’y trouve grand intérêt, puisqu’il n’est alors pas besoin de naviguer en permanence sous l’eau.
    Toutefois la situation change vite et la meilleure solution pour échapper à la détection des radars et à l’aviation de patrouille maritime à long rayon d’action est de naviguer en plongée. Mais l’autonomie des moteurs électriques est très limitée, la vitesse des sous marins sous l’eau est réduite et il est nécessaire de recharger les batteries avec les moteurs Diesel, donc en surface, car il faut bien évacuer les gaz d’échappement et trouver de l’air frais pour les faire tourner.
    Les Allemands vont donc chercher un moyen de faire tourner les moteurs Diesel lorsque le sous marin est submergé. En 1942, les ingénieurs Ulrich Gabler (de) et Heep, reprennent l’invention de Jan Jacob Wichers, la modifient en ajoutant un clapet, permettant ainsi la navigation par tous les temps.
    Il faudra attendre la fin de 1943 pour que les premiers U-Boote en soient équipés. Ce retard sera providentiel pour les Alliés pour obtenir la victoire dans la Bataille de l’Atlantique.
    Depuis, il est également utilisé sur des véhicules terrestres tout-terrains comme des chars de combat afin d’alimenter le moteur en air lors de passages dans les cours d’eau.

    Dans mon uchronie, ceci est accomplie un an en avance, limitant ainsi les pertes allemande.

    De meme le Panzerfaust fit son apparition en 42 sur le front allemand, ainsi, la superiorité numerique et qualitative du char russe jouera moins sur le front russe, il sera produit en masse dans mon uchronie.

    Le Panzerfaust est le nom d’une série de petits lance-grenades antichars sans recul à un coup, produite à partir de 1942 par la société allemande HASAG (Hugo Schneider AG (en)) de Leipzig afin de doter les soldats d’un moyen antichar individuel. Panzerfaust signifie en allemand « poing à blindé ». La trajectoire de la roquette est stabilisée lors du vol par des petites ailettes en bois.
    Le premier modèle, le Faustpatrone 30, pouvait lancer un projectile à charge creuse percutée dont la portée utile ne dépassait guère 30 mètres. Lors de la mise au point de versions disposant d’une portée plus grande, le mot « klein » (« petit ») fut ajouté dans sa dénomination, pour le distinguer des nouvelles versions.
    Le Panzerfaust 30 avait un projectile de plus gros calibre et un meilleur pouvoir de perforation ; cette nouvelle version succéda rapidement à la précédente. Sa production massive commença en octobre 1943 après la bataille de Koursk. Elle contribua à contrebalancer le manque de Panzers dans les rangs allemands.
    Deux autres versions furent créées à partir de 1944, les Panzerfäuste 60 et 100, capables respectivement d’atteindre un char à 60 et 100 mètres. En réalité, il fallait se placer à 40 mètres ou moins pour être sûr d’atteindre sa cible.
    Ses successeurs
    Le Heereswaffenamt lança le développement des modèles 150 et 250, pouvant être rechargés, mais qui n’entrèrent pas en service avant la fin de la guerre. Seule une dizaine de Panzerfäuste 150 fut produite mais jamais utilisée au combat. La forme de l’ogive est mieux profilée ce qui garantit une vitesse plus importante et une précision accrue. En outre, pour un pouvoir de destruction équivalent au Panzerfaust 100, il consomme moins de matière explosive. Le tube est renforcé, ce qui le rend capable d’être utilisé dix fois avant d’être finalement jeté.
    Le Panzerfaust 250, n’ayant pas dépassé le stade de la planche à dessin, devait comporter une poignée munie d’une gâchette. Sa conception inspira fortement le RPG-2 soviétique d’après guerre. Le nom de ce lance-roquettes jetable a marqué les esprits, la Bundeswehr actuelle utilise un lance-roquettes dénommé Panzerfaust 3.

  • Modérateur
    Posts8402
    Member since: 20 décembre 2014

    Avancer les dates d’invention n’est pas simple affaire, même dans une uchronie. Si tu les avances, tu dois aussi avancer celles du matériel de l’adversaire.
    Les russes ont donc “droit” au T34/85, au début des chars JS, à des automoteurs et canons d’assaut (dont les bons exemplaires sont peu présents à Koursk).

    Pour le schnorchel, il est loin de suffire à assurer la victoire allemande dans l’Atlantique: il empêche en partie l’usage de radars embarqués, mais certains radars centimétriques les détectent quand même. Il ne favorise pas l’attaque des convois, qui reste le point central pour que les Allemands obtiennent la victoire en Atlantique: à quoi servent des sous marins passés en Atlantique mais coulés dès qu’ils s’approchent d’un navire allié?

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Seul le Panther, grace à l’espionnage et la decouverte du T 34 dans mon uchronie et l’utilisation du stuka armée d’un canon de Hans Rudel sont en avance d’un an, pour les russes qui ne souffre pas encore du desavantage technique et blindage en chars, tout au contraire, le probleme ne ce pose pas encore, d’autant qu’il en sont encore au developpement de la production du T 34, et comme il leur donne toute satisfaction et que le Panther n’est pas encore present sur le champ de bataille, la question ne ce pose pas encore pour eux.

    Je reste donc logique dans cette situation.

    Entièrement d’accord pour l’effet du Schnorchel, il evite seulement de ce devoiler au grand jour…mais cela limite leurs pertes aussi.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    A Rastenbourg…

    A rastenbourg, à la Taniere du loup, Hitler montra sa satisfaction à ses generaux.

    ” Messieurs, nous avons tout lieu d’etre satisfait pour la premiere etape de l’operation Barbarossa, tout nos buts sont rempli… la contre-offensive russe attendu, a subie un echec retentissant face a cette strategie defensive preparé de longue date.

    Nos pertes sont minimes, 80 000h, la logistique a pu suivre partiellement sans de trop importante difficulté sur les voies ferrés principales et voie routieres, et ont renforcer nos armées plus efficacement que si elle etaient trop eloignés et aux environs de Moscou et Leningrad.

    De nouvelles armes vont nous permettre de s’imposer plus facilement sur le champ de bataille, je pense au Panther, qui deviendra le maitre du champ de bataille, et avant que le russe ne sorte un nouveau char, un an aura passé, et d’ici là, nous aurons largement atteind nos objectif decisif avant la phase finale qui mettra le russe definitivement à genou.

    Le Henschel Hs 129, l’artillerie volante, abattra les chars ennemis du ciel et le Panzerfaust, l’arme du fantassin, pourra lui aussi detruire les chars russes, ainsi, tout est axé sur la destruction du char, piece maitresse terrestre du champ de bataille.

    Cette année sera cruciale pour le russe, il ne s’attend pas a la surprise que nous lui reservons.

    Notre operation va reprendre, nos reserves de carburant sont assez importante du fait de l’inactivité des armées nord et centre placé longtemps en defensive, et servirons en partie pour “l’operation Bleu” qui demarrera en mars.

    Mais pour faciliter notre avance, une operation d’intoxication destiné à Staline dans le but de lui faire croire que Moscou est notre objectif, il fera tout pour proteger sa capitale. ( authentique )

    Pendant ce temps, nous envahirons le caucase jusqu’a nos objectifs fixés par notre plan.

    Il faut aussi prevoir un plan B, pour diviser les forces russes à cause de l’espionnage qui sevit.

    Messieurs les generaux, cette année sera un tournant, jusqu’ici les russes n’ont fait que subir notre strategie, et cela va continuer, quand ils comprendront, il sera trop tard pour eux.

    Envoyer les nouveaux ordres à Von Runsdstedt, ce qu’il a accomplir sera decisif.
    Que l’operation commence le 5 mars pour le front sud.”

    “Je suis par contre mecontent de l’attitude americaine, Rosevelt nous pousse à la guerre contre l’amerique, mais nous ne reagirons pas face a ses reactions tant que la russie ne sera pas mise à genou et le complexe industriel de russie conquis tournant à plein regime pour nous, mais sa nouvelle position avec le Japon depuis Pearl Harbor l’oblige a disperser ses forces, donc, je ne crois pas a une declaration de guerre de Rosevelt, voila messieurs pour l’année 1942.”

    Ses generaux quitterent la salle, l’optimisme etait la note dominante, ils savaient les objectifs prennables et le but a atteindre…

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Quand à Staline à la meme periode devant ses generaux…

    “J’ordonne la creation de nouvelles armées dans la region de la Volga, face au front sud, de l’ordre de 200 000h pour le mois de mars et esperent en mai, en avoir le double, soit six armées aux total, pour un nombre de 450 000h.

    Il faut interdire aux allemands l’accès à Rostov et au caucase, les reseaux d’espionnages “Werther” et “Orchestre Rouge” sont assez renseignés pour etre suffisament fiable, et leur informations ce recoupent totalement.

    Il ne faudra pas cette fois ce laisser encercler, la retraite derriere la Volga sera possible.

    Moscou sera defendu, cette menace sur la capitale doit etre prise au serieux, ( l’operation d’intoxication a bien fonctionné de la part des allemands. Authentique. ) aussi, je compte y reunir 2 millions d’hommes autour, pour la fin septembre, Joukov en prendra le commandement, et selon les circonstances, il pourront aussi intervenir sur un autre theatre operationnel…”

    Voila pour la strategie generale.

    Ps;
    Je me fit aux informations de Paul Carrel; Operation Barbarossa et à Wikipédia.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Révision de strategie:

    Toute ma strategie était basé sur la prise de Bakou en 42, representant 90% de production de pétrole, qui aurait du mettre fin à la resistance russe au cour de l’année 43 par des operations qui l’aurait amené a consommer ses reserves désormais tres limité, et pu permettre en 44 de grande operations de l’Axe pour achever, faute de petrole suffisant, je pense, sa resistance.

    Mais l’apport petrolier americain que j’ai appris entretemps, est tel que je dois reconsidérer ma strategie en russie et annuler l’ordre d’attaque sur le caucase, et me placer en mode defensif sur tout le front, ne m’interdisant pas toute actions préventive pour limiter ou éliminer selon la gravité, le danger potentiel qui ce presenterait.

    J’avais deux strategie au choix, soit, je continue et prend Bakou, mais n’est plus décisif et la guerre s’éternise, malgré l’entrée en guerre inévitable de la turquie en faveur de l’axe ( voir Paul Carrel: Operation Barbarossa ) et la consommation en hommes et materiels, la difficulté logistique et l’etendu du front rendent tres difficiles voire impossible de terrasser la russie qui verra entretemps son potentiel industriels augmenter a un point qu’elle sera imbattable, sauf armes miracles produit en quantité suffisantes.
    Soit choisir la defensive sur tout le front, dans le style de Koursk ou les russes sont moins bon en attaque, avec un front raccourcie et plus proche de l’allemagne, donc meilleur pour la logistique et devrait limiter mes pertes pour a terme user le russe dans des attaques inutile, creer de nouvelles armes, et le forcer à negocier.

    D’autant, qu’Hitler n’a pas déclarer la guerre au Usa dans cette uchronie et n’a pas à risquer un débarquement vu que Roosevelt n’a pas l’approbation du peuple pour la guerre et que le japon aura dans sa strategie une autre suite qu’elle a choisi à Pearl Harbor avec des consequences autrement plus grave pour les Usa.

    Les américains, outré par la conduite japonaise ce tourneront contre ce pays, mais psychologiquement, l’allemagne ne leur declare pas la guerre, et devrait influencer sur leur comportements et comme c’est une démocratie qui tient au droit de l’individu plus que tout autre pays, j’estime que les raisons que pourraient invoquer Roosevelt pour leur declarer la guerre, ne devrait pas trouver l’echo necessaire dans le peuple pour ce lever suffisamment contre l’allemagne, car par ex, elle fut contrainte a la 1ere guerre mondiale a la guerre, à cause de la guerre sous marine à outrance tout azimut de l’allemagne, sinon, l’opinion restait neutre et le pays isolationniste.

    Donc, si on ne fournie pas de raison au peuple americain de ce lever contre l’allemagne, elle preferera la neutralité, meme si Roosevelt la pousse a la guerre.

    par contre, il en va tout autrement si l’allemagne lui avait declaré la guerre, il devenait logique que la japon l’ayant frappé de son coté aussi ignoblement, que dans la foulée elle devienne aussi l’ennemi de l’allemagne puisque elle ce declarait contre les Usa.

    Ce que je constate, c’est que l’opinion americaine a beaucoup plus de poids que partout ailleurs, en raisons de leur culture, et qu’il fallait des raisons solide pour que les presidents concernés, a la 1re et 2eme guerre mondiale, puissent engager le peuple à la guerre, qui s’en cela, refuserait de les suivrent.
    Ici, l’opinion compte, et leur president ont besoin de cet apport pour declarer la guerre, car l’engagement militaire ne suivrait pas.
    N’étant pas offensé, ils resterait indifferend, donc neutre, et ce desinteresserait d’Hitler et de l’europe, il ne faut pas oublier que 85% d’entre eux voulait la paix, et qu’importait le sort de l’europe.

    En suprimant la cause, la declaration de guerre au Usa par Hitler, je compte sur ce calcul psychologique réaliste, pour que l’opinion americaine, égoiste mais comprehensible, ne ce declare, que, contre le japon, mais cela depend aussi du contexte de l’attaque japonaise, dont je vais déjouer la manoeuvre psychologique que Roosevelt exploita de la situation pour amener son pays a la guerre totale.

    C’est donc la 2eme solution que je trouve plus interessante.

    Elle a aussi l’avantage de prendre moins de risques, d’economiser forces et carburant sur des positions extremement solide, de gagner du temps en ralongeant la durée de la guerre, donc, favorable a la constructions industrielle sufisantes d’armes nouvelles, élimine le danger d’une invasion par l’allié de l’angleterre et ne détourne pas d’importantes forces contre elle.

    L’aide americaine devrait etre moins importante, pas d’envois de chars americains par ex, aux anglais et aux russes, sous peine de declaration de guerre non confirmé des Usa, qui serait denoncé au monde par l’allemagne, et dont l’opinion mondiale discrediterait ces actes et que l’opinion americaine, faché, serait encore plus majoritairement contre la guerre contre l’allemagne, ce dont Roosevelt doit tenir compte s’il veut attaquer l’europe.

    Cette nouvelle strategie a l’avantage que les operations defensives en russie peuvent prendre l’ampleur nécéssaire pour contrer efficacement l’ennemi par une tactique, dite, celle du “contre-puissant” qui à la longue, voyant les echecs répetés sur un front continuellement renforcé en armes et en soldats allemands, en reserves, de meme qu’établir partout sur le front une défense continuellement renforcé du style de Koursk avec barrages anti-chars et mines a profusions, entre autres, deja commencé sur le front nord et centre, les pousseraient probablement à la longue devant l’issue impossible, a une négociation ou l’allemagne serait en bonne position, et ou le terrain conquis serait perdu pour les russes.

    Schema du systeme defensif qui sera continuellement renforcé et étalé encore en profondeur au cour de la guerre sur tout le front est, pour interdire des percées russe importante, aussitôt contre-carré par une contre attaque adapté suivant le danger encouru.

    Offensives projetés annulés sur Bakou, le Don et Stalingrad, que l’apport Uhrainiens de 500 000h suplementaires sur l’historique me permettait de lancer, que l’attaque sur Moscou n’eut pas lieu, m’évitant aussi des centaines de milliers de morts dut à l’hiver et a la contre-attaque russes principalement et aux renforts reçu entretemps.

    Ce qui fait que je me serais engagé avec des forces nettement superieure a la realité historique, meme si les russes n’auraient pas subie autant de pertes, elle restait realisable.

    La victoire n’est pas pour autant impossible, mais ce seront les armes dites miracles, qui la parachèveront, apres usure excessive et inutile des russes.

    Et comme la valeur du soldat russe ne vaut pas l’allemand les premieres années, les pertes seraient tres lourdes pour vouloir forcer le front allemand alors tres renforcé.

    Cétait la strategie préconisé par Manstein en 1943 à Hitler, user l’ennemi et agir par un contre puissant pour obtenir le pat, au lieu de la victoire.

    C’était donc realisable, les moyens le permettait encore.

    Et le temps passé a la defensive le serait pour des fortifications permanente sur tout le front et en profondeur, plus qu’a Koursk, meme, ce qui fait que les russes devraient s’y casser les dents et ne pas pouvoir percer.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    L’attaque Japonaise:

    Tout le monde connait l’attaque surprise sur Pearl Harbor, mais j’y ajoute une 3eme vague, qui detruira le reste des cuirassiers seulement endomagés, les sous marins aussi, et, les reserves de carburant.

    http://image.noelshack.com/fichiers/2017/52/1/1514223918-pearlharbormockup.jpg

    On peut voir sur cette reconstitution faite par les japonais, les depots de carburant américains en blanc, particulièrement vulnerable.

    Qu’importait les pertes que cette attaque aurait subie, malgré la surprise passé, les avantages acquis etaient enorme, rien ne justifiait en toute logique son arret a la 2eme vague, c’etait une folie, le japon gagnait 2 ans avant que les Usa ne puisse reconstituer leurs stock et repartir de l’ile. ( vu dans un doc tv.)
    Quand à la surprise, ce mefiant de la diplomatie americaine intraitable, malgré l’envoie de son ambassadeur pour vouloir l’avertir a temps, ce servant des avions de tourisme japonais et survolant des postes clées de l’administration americaine, des editions de journaux et la foule americaine, l’operation étant bien minuté, elle lacha des milliers de tracts, l’avertissant que la guerre etait declaré, sans pour autant pourvoir remettre en cause l’operation surprise sur Pearl Harbor.

    Ainsi, elle desarme Roosevelt de son puissant levier psychologique pour soulever le peuple entier contre le japon, et peut etre, contre l’allemagne, qui sait malgré tout, et la guerre ne prend plus que la voie normale et habituelle dans ce cas, ou seul l’honneur veut etre vengé, et pas davantage, ce qui ne pouvait qu’avantager l’axe et déplaire à Roosevelt qui voulait aussi liberer l’europe grace à l’élan national.

    Ainsi, le japon aurait tout interet a faire une guerre limité envers les Usa et accepter une defaite maritime calculer, mieux vaut perdre quelques bateaux que la guerre, pour apaiser la colere americaine qui aura eu son honneur vengé, et engager de leur part suite a cela, des negociations avec les Usa dont l’opinion americaine aurait encore eu connaissance, exprès par les japonais, qui ne demanderait pas mieux, puisque s’estimant vengé, de vouloir arreter les frais et la guerre.

    Ainsi, la flotte americaine du pacifique, detruite, ne representant plus un danger, “la defaite japonaise calculé” sans perdre tout ces navires pour autant, et ses portes avions, pour amener les Usa a negocier honorablement, l’honneur americain retrouvé, l’engagement massif escompté par Roosevelt ne suivant pas, la demarche pour la paix s’ensuivrait.
    De là, les moyens de pressions politique americaine pour lui interdire la route du petrole, rendu irréalisable, et l’opinion americaine redevenu desormais résolument contre la guerre, le japon peut ce lancer a la conquete du petrole en Malaysie, sans que l’intervention americaine s’ensuive, et l’allemagne peut continuer sans avoir a subir l’intervention americaine, la guerre prend une tournure differente, car tout depend de la maniere d’agir avec les peuples pour manipuler leur intentions dans le sens souhaité.

    Edit:

    J’ajoute qu’en cours de la 1re et 2eme vague, que quelques bombes et mitraillages sur les dépots de carburant y mettrait le feu et les détruiraient tous.

    rectification, attaque en 2 vague plus la destruction des depots de carburant.

    Vu generale de Pearl Harbor au moment de l’attaque.

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    En afrique:

    la conquete italienne initialement prévu est annulé, les forces de Rodolfo Graziani seront en sicile, soit 150 000 soldats, 1600 canons et 600 Tanks, qui devront attendre les anglais sur l’ile, s’il l’attaque, et evitera une dispersion des forces, la difficulté logistique, et les pertes qu’engage une campagne offensive en afrique.

    Rodolfo Graziani

    Selon les accord de soutient de l’axe, Rommel, avec 2 divisions blindées, la 21e et 15e panzer, les y rejoindra sous commandement séparé.

    La route maritime du petrole, si destructrice pour l’axe, sera annulé.

    la flotte de debarquement anglaise et leurs moyens logistique seront insuffisant pour lancer un débarquement de grande envergure qui puissent reussir sans l’aide americaine.

    L’economie des forces sera là aussi avantageux pour l’axe et la route du petrole par Messine, assuré.

    Patton disait, d’accord avec la pensée d’ Alcibiade, que si Syracuse tombait, c’est toute la Sicile qui tomberait.

  • Participant
    Posts943
    Member since: 20 décembre 2014

    “Tout le monde connait l’attaque surprise sur Pearl Harbor, mais j’y ajoute une 3eme vague, qui detruira le reste des cuirassiers seulement endomagés, les sous marins aussi, et, les reseves de carburant.”

    relancer une troisième vague d’avions fut une possibilité longuement débattue entre les officiers japonais au moment même du second raid. les japonais croyaient avoir détruit la majeure partie des bâtiments de combats, et cette énième attaque devait s’occuper des stocks d’essences, de munitions, mais aussi des docks d’amarrages et les cales sèches. Le choix de battre en retraite fut prit par l’amiral Nagumo, avec le soutien initial de Yamamoto en autres.

    L’allongement de l’attaque d’une journée aurait été décisif dans la continuité de l’opération. En effet, lancer une troisième vague aurait obligé la Kidō Butai japonaise d’attendre une journée de plus en territoire ennemi, afin de lancer ses appareils au matin du 8 Décembre (Le 7 décembre la possibilité était inexistante puisque les avions nippons ne pouvaient se poser sur Porte-avion la nuit). Or, Nagumo était particulièrement préoccupé par la possibilité d’une contre-attaque ennemie; D’un coté il était accaparé par une possible attaque des bombardiers US basés sur Hawai, mais aussi de la possible apparition subite des porte-avions US. Si la première possibilité était impossible (trop peu d’avions pour lancer une attaque seuls), Nagumo avait vu juste pour la seconde: Le 8 Décembre, soit une journée après l’attaque, les Task forces 1 et 12 US, comprenant 2 CV (CV-6 Enterprise et CV-2 Lexington), une une dizaine de croiseurs (4 CA et 3 CL) et un paquet de DD se trouvent à Pearl Harbor, à la recherche des nippons. Une contre-attaque aéronaval était donc possible, et même prédicable.

    Aussi, attendre 24 heures aurait fait baisser les réserves de carburants qui étaient déjà très basses. Comme la flotte était à la limite de son soutien logistique, la situation de la Task Force japonaise ne lui permettait pas de rester longtemps dans les eaux de Pearl Harbor. Sans cannibaliser les destroyers de la flotte, la Kidō Butai n’aurait aucunes chances de retourner à bon port si un troisième raid avait été lancé. Apres tout, caler avec la moitié de la flotte nationale en plein milieu du pacifique et coursé par une armada ennemie n’est pas une situation très, enviante..

    D’autres parts, Les installations de Pearl Harbor étaient trop nombreuses pour être détruites par une simple énième vague. Déjà, aucuns des deux raids n’a rempli son rôle. Seulement une partie la guerre navale) lors de ce dilemme. Pour lui la bataille avait été gagnée alors qu’il voyait de la flotte de cuirassés à été détruite, et ni la flotte des croiseurs ni les porte-avions ont été détruits. Un troisième raid aurait pu au mieux finir l’une des deux tâches, au mieux.

    Je crois qu’on ne peut que féliciter la précaution de Nagumo (ce qui ne paye pas souvent dans son indice de danger monter au rouge très rapidement.

    Allez bye Fanta !

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Merci noble 7 😉

    L’attaque a duré deux heures pour 353 avions lancée en deux vague, il me faudra pas la journée pour lancer la 3eme vague, vu l’importance et le risque du retour americain, je me passe de la surprise pour la lancer au plus vite dans la meme journée, vu l’avantage que j’en tirerait.

    Et puis, je peut lancer quelques appareils de reconnaissance autour de l’ile et des navires qui avertiront a temps les japonais pour decrocher a temps.

  • Participant
    Posts943
    Member since: 20 décembre 2014

    EDIT:

    En tout, les appareils nippons restent en vol pendant 4 heures. Les raids en eux mêmes durent 1/4 d’heures. Par exemple, la seconde vague à décoller à 6h et a commencé l’attaque à 8h. + 2 heures pour le trajet retour, se qui fait 4 heures.

    Avec quels avions ? 4/5 des avions disponibles sont partis pour Pearl Harbor en deux vagues. Il aurait donc fallut attendre les avions de la première vague pour en lancer une 3eme. La première vague n’est revenue que dans les environs de 10h-11h. Il faut ensuite attendre 4h-5h minimum pour que la troisième vague décolle. Cela donne donc une fenêtre d’atterrissage entre 19h et 20h, ce qui est en pleine nuit.

    Par contre, une autre fin alternative aurait été l’invasion de Hawaï. Les japonais avaient conclus que les seules façons de se débarrasser définitivement de la Pacific Fleet étaient soit d’envahir la base navale et les îles avoisinantes, soit de préparer une attaque en trois vagues successives. Evidemment la réussite de cette opération est toujours débattable.

    Au final ni la troisième vague, ni l’invasion ne furent gardées pour le plan final.

    “Et puis, je peut lancer quelques appareils de reconnaissance autour de l’ile et des navires qui avertiront a temps les japonais pour décrocher a temps.”

    Dès la fin du second raid, Pearl Harbor fut couvert d’un parapluie aérien venant autant de ses forces que celles des porte-avions.

    Les japonais ne peuvent lancer leurs avions que le matin du 8 Décembre, ou au mieux le soir du 7 Décembre. Si les avions de reco découvrent l’ennemi avant que la troisième vague est lancée, alors ils ont une occasion de battre en retraite. Par contre si les task forces US sont repérées pendant le raid, alors les porte-avions seront obligés d’attendre que leurs appareils reviennent pour s’enfuir.

    Allez bye Fanta !

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Mais la reconnaissance lointaine, ferait en sorte qu’elle ait le temps de rapatrier tous ces avions avant que le contact ne ce fasse avec les bateaux Usa.

    Je pense que c’est possible ? 😉

  • Participant
    Posts943
    Member since: 20 décembre 2014

    La reconnaissance ne pourrait servir que dans le cas où les navires US sont repérés AVANT que le raid commence. Dans le cas suivant, Nagumo pourrait effectivement rapatrier ses appareils assez rapidement pour filer à l’anglaise. Dans le cas contraire, les porte-avions seront obligés d’attendre leurs aéronefs pour s’enfuir.

    Allez bye Fanta !

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Oui, mais si la reconnaissance va bien au delà de Pearl Harbor, tel que le rapatriement de tous les avions puissent etre accomplit sur les portes avions japonais, Est-ce possible avant que le contact ne ce face ?

    D’autant que ce serait, je crois, qu’un seul porte avion americain, aurait-il la folie de braver autant de force sous peine a terme d’etre detruit ?

    Je ne le crois pas, en dehors d’escarmouche plus ou moins sérieux s’il rattrape son ennemi.

  • Participant
    Posts943
    Member since: 20 décembre 2014

    “Oui, mais si la reconnaissance va bien au delà de Pearl Harbor, tel que le rapatriement de tous les avions puissent etre accomplit sur les portes avions japonais, Est-ce possible avant que le contact ne ce face ?”

    J’ai deja repondu a cette question dans mon precedent message.

    “D’autant que ce serait, je crois, qu’un seul porte avion americain, aurait-il la folie de braver autant de force sous peine a terme d’etre detruit ?”

    J’ai précisé la composition de la force US en dehors de Pearl Harbor:

    2 porte-avions, 4 croiseurs lourds, 3 croiseurs légers, et une dizaine de Destroyers.

    A cela il faut ajouter la quasi totalité de la flotte de destroyers qui se trouve à Pearl Harbor (une trentaine de navires). Historiquement la majeure partie de la flotte à port est sortie dès le 7 Décembre afin de trouver les japonais. Enfin bref dans un hypothétique combat la Kidō Butai n’aurait aucunes chances contre autant de navires.

    Bref, rester à Pearl Harbor c’est du grand suicide.

    Allez bye Fanta !

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    D’accord, merci.

  • Participant
    Posts943
    Member since: 20 décembre 2014

    D’accord, merci.

    Merci à toi car ça fait longtemps que je n’ai pas débattu sur le forum.

    Allez bye Fanta !

  • Modérateur
    Posts8402
    Member since: 20 décembre 2014

    Intéressante question sur Pearl Harbour!

    Les porte-avions japonais n’avaient pas d’escorte à pearl Harbour?

    A propos de l’opinion américaine, je ne pense pas qu’elle soit prête à négocier rapidement avec les Japonais.
    On la décrit souvent comme peu favorable à la guerre, et c’est globalement vrai, avec un mélange de pro germanisme du fait d’une communauté d’immigrés allemands et italiens importante, mais aussi d’immigrés irlandais plus ou moins anglophobes, mais aussi avec une forte pression des valeurs familiales: on verra plusieurs manifestations de mères contre la guerre, et l’intrigue du film Il faut sauver le soldat Ryan n’est pas si irréaliste qu’elle en a l’air au premier abord.

    Pour la guerre contre les Japonais, néanmoins, plusieurs facteurs peuvent se cumuler pour qu’elle prenne l’allure d’une guerre totale:
    – L’engagement traditionnel des USA vers l’Asie Pacifique, jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale IRL les oblige, en tant que superpuissance, à s’engager partout (mais là encore, pour les actions officielles, plus en Asie qu’en Afrique ou au Moyen orient).
    – De possibles mépris et haine raciaux des Japonais se développant après la déclaration de guerre
    – L’engagement en Chine des Américains, en particulier avec le corps de “mercenaires/volontaires/délégués du gouvernement US” des “Tigres Volants”, qui est susceptible d’alimenter via la propagande un “roman d’aventures” favorable à la guerre contre les Japonais.

    Je ne pense donc pas que les Japonais pourraient échapper aussi rapidement à une guerre longue à ce moment, ou en tout cas, certainement pas en atteignant ne serait-ce qu’une partie de leurs objectifs de guerre: que ce soit la fin de la résistance chinoise, l’accès au pétrole ou la création d’une “sphère de coprospérité” remplaçant l’influence (coloniale ou via des protectorats) occidentale.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    86% de l’opinion americaine est résolument contre la guerre.
    Le fait que son honneur n’est pas entaché “d’une journée d’infamie” ne produira pas d’effet durable, soutenu et massif qu’ils ont connu, trés loin de là, bien au contraire, surtout si son honneur est rapidement retrouvé par une bataille ou une defaite serieuse infligée aux japonais, qui perdrait par cacul, pour démobiliser l’opinion americaine pour la poursuite de la guerre, en evitant exprès, après leur “defaite” de grandes operations qui mobiliserait encore plus les Usa, ou malgré la volonté contraire du gouvernement des USA et ses ambitions revu a la baisse, serait forcé de suivre le mouvement de l’opinion ascendant pour la paix, dès son honneur retrouvé, qui ce dé-engagerait rapidement de la guerre, surtout si apres cela, le japonais, par calcul ce tient tranquille, preferait la neutralité, et de loin.

    L’armée et l’industrie ne suivant pas par manque de bras, l’opinion americaine n’etant pas outré, puisque prevenu de la déclaration de guerre, le manque massif de troupe, la défaite japonaise, s’inscrivant dans leur plan pour demobiliser l’opinion americaine, son honneur etant retrouvé, et trés loin de ce jour d’infamie qui les a marqué, les operations japonaise ce calmant apres cette “defaite”, exprès, les raisons de continuer la guerre s’affaiblissant, le fait que la mobilisation ne soit pas obligatoire, devrait mener a un affaiblissement continuel de la volonté americaine a ce battre si on ne lui fournie pas de bonnes raisons pour la soutenir, eux qui preferait la paix a 86%, retrouverait vite leur ancienne habitude, forcerait leur gouvernement a la negociation, a terme, le peuple ne suivrait pas ses chefs et l’opinion pour la paix redeviendrais vite majoritaire.

    Les moyens de la politique americaine ne suivant pas, les chefs seraient forcé a la negociation plutot que mener une guerre de plus en plus désavoué par l’opinion americaine, surtout, si par calcul, les japonais eviterais les grandes operations pour les mobiliser moralement contre eux.

    La paix obtenu, je le crois, de preference a une guerre longue et penible au choix, le peuple americain ne s’engagerait pas pour une nouvelle guerre ou meme choisir la continuer, chat echauder craint l’eau froide comme ont dit, juste parce que les japonais longerait la cote chinoise, ne menaçant pas les interet direct des Philipines, pour conquerir et prendre le petrole de sumatra et de java.

    De cela, le peuple americain s’en desinteresserait totalement, n’oublions pas les 86% de resolution vraiment contre la guerre et prefererait a nouveau la paix encore plus fermement pour eviter de perdre ses enfants a nouveau avec de nouveau subir la souffrance qui s’ensuit.

    Aussi je compte sur ces calculs psychologique pour désarmer l’opinion americaine avertit a temps de la declaration de guerre pour le mener a la paix, qui d’apres moi preferait de loin cette voie, et dès son honneur retrouvé, car n’étant pas marqué “du jour d’infamie,” ce qui le demobiliserait d’entrée tres grandement, et impacterait beaucoup sur les operations militaire et industrielle, manquant de bras, l’opinion morale ne suivraient pas, les chefs, seraient forcé a negocier rapidement, par manque de soutient massif.

    Je le voit ainsi.

  • Modérateur
    Posts8402
    Member since: 20 décembre 2014

    @nathan

    Ton uchronie est intéressante, mais tu prêtes un comportement trop simple aux Soviétiques.
    Les Soviétiques sont conscients d’être inférieurs en capacité de manœuvre aux Allemands, et ils savent que leurs réserves de chars ne sont pas illimitées.
    La solution qui est trouvée, à l’hiver 41 devant Moscou, est de ne pas chercher l’encerclement mais de faire lâcher prise par les infiltrations de troupes mobiles (chars, mais aussi troupes à skis, cavalerie et troupes aéroportées –ou plutôt de l’infanterie légère dans les percées obtenues par la combinaison chars lourds – infanterie d’assaut (avec le soutien de l’artillerie et l’aviation).
    A Kharkov, en 42, la défense allemande sur de multiples points d’appui pousse des unités soviétiques à s’épuiser à leur assaut, et l’appel à de grandes quantités d’unités de panzers permet de « marquer » (suivre et bloquer) les unités s’infiltrant. L’effet en chaîne n’est pas obtenu, l’attaque russe s’enlise, et la contre-offensive allemande encercle les troupes soviétiques. Mais l’erreur n’est pas répétée : à Stalingrad, si l’encerclement est possible car les Allemands sont enfoncés dans la ville, la retraite ne leur est initialement pas interdite par les Soviétiques : les unités mobiles, mieux dotées en chars mais gardant leurs tactiques de 41 par manque d’expérience, se saisissent des points de communication, avancent en éventail, sans chercher à se rejoindre au plus vite d’emblée. Il faudrait pour cela une avance « parfaite », sans retard des unités de soutien, avec un appui-feu constant des unités de tête, et des capacités de coordination qui dépassent l’entraînement russe du moment.

    Du coup, je pense que dans ton uchronie, la défense allemande en 41 verrait effectivement des attaques soviétiques échouer sur elles au début, mais les Russes s’adapteraient et soit cesseraient leurs attaques, soit mèneraient des attaques de harcèlement de ces défenses (type première guerre mondiale).

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Mon uchronie en reduisant les objectifs territoriaux a atteindre, me permet de limiter sérieusement mes pertes, en s’appuyant aussi sur une defense du style russe de Koursk.

    De plus, au lieu d’un million d’ukrainiens enrolés sous l’Axe, c’est 500 000h de plus, ce qui fait que j’ai pu avoir en reserve autant de divisions qu’au front, grace deja au reserves acquise, au 700 000h de la levé de l’année 42. ( qui avait remplacé les pertes )

    Je le sais, car j’ai tout reconstituer de la campagne avec carte du front est, et division au meme niveau echelle pour ne pas me tromper.

    Donc, le front est deja plus étanche, et l’arriere aussi, de fait, je n’ai pas a craindre les tentatives de percées, d’autant que je renforce chaque jour ma defense pour en faire un obstacle normalement infranchissable puisque je choisi la defensive pour que le russe s’use inutilement dessus, ce qui n’empeche pas des attaques préventives ou des offensives limités.

    Je garde le terrain conquis, c’est aux russes de me l’arracher, quand il verra l’inutilité de ses efforts, j’espere voir le russe negocier, mais mon pris sera cher, garder le contrôle de ce que j’ai conquis, meme s’il reprend la lutte, mes forces grossiront encore, et l’echec russe évident l’ameneront a re-negocier, mais tout cela est a écrire, c’est seulement en pause. 😉

  • Modérateur
    Posts8402
    Member since: 20 décembre 2014

    @nathan

    Tu n’as pas lu mon post?
    Je suis d’accord avec toi sur le fait que tu peux constituer une bonne défense contre une attaque rapidement montée comme à Kharkov en 42.
    Mais les Russes se rendront compte de l’ampleur de la défense déployée, et ils pourront réagir en menant des attaques limitées, sur des points ciblés, alors que tes troupes seront immobilisées tout le long du front.
    Ils pourront eux aussi se fortifier contre tes attaques préventives et offensives limitées. En clair, ils mèneront une guerre de tranchées, d’usure

    Avec les autres alliés à combattre, alors que ces mêmes alliés ravitaillent les Russes, tu n’as aucune chance de gagner cette guerre d’usure.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Oui, mais deja mes défenses s’apparenteront plutôt a un super Koursk, constamment amelioré, renforcé, étalés en profondeur, sur tout le front est, ou meme les point ciblé leur couteront trop cher.

    Mes reserves comme je l’ai dit represente l’equivalent de la totalité des divisions sur le front est, j’ai verifié, et peuvent rapidement renforcer a tout endroit un front menacé.

    C’est eux qui décideront de la difference entre la defaite locale et la victoire, et au besoin, je pourrais en mettre plus.

    Meme le ravitaillement allié ne pourra faire la diference, car mes défenses forceront constamment les offensivent russe à suivrent des axes precis et etroit, minés, qui couperont leur élan et sera sous le feu concentré et constant de groupe de batterie qui feront pleuvoir un deluge de feu sur eux.

    De plus, l’aviation, la superiorité des nouveaux chars panther, et autre chars m’assurent pour des années la certitude de tenir.

    44 sera le tournant de la guerre, ou grace au developpement du nouveau avions a reaction m’assureront ensuite la maitrise absolue du ciel.

    Le developpement du nouvel avions anti char qui faisait parler de lui en 44; le Henschel HS 129 avec son canon de 75 automatique a 12 coup, causera beaucoup degat.

    Dans cette uchronie, ma politique m’a permit d’écarter les Usa, seul, les anglais reste actif a l’ouest, il ne represente pas un danger bien important comparé aux russes.

    A terme, je construis un mur defensif infranchissable, en theorie, mais s’il le franchit, une supposition, il aura encore de tres puissante reserves a l’arriere et au besoin utiliserons la tactique de Manstein avec son contre puissant.

    Alors non, je ne crois pas tel que je construis la defense que l’ennemi puisse l’emporter, malgré ses moyens.

  • Modérateur
    Posts8402
    Member since: 20 décembre 2014

    @nathan

    Ce n’est pas la question du danger des Anglais, mais de l’usure: ils monopolisent avions, ressources en carburant et troupes motorisées dans le désert. Sans parler de la flotte et de la défense des côtes.

    Avion à réaction et antichar allemands ne sont nullement supérieurs à leurs équivalents russes et anglais.

    De même pour les chars, et la tactique du “contre puissant” n’est qu’un expédient devant une percée adverse: elle est coûteuse devant un ennemi qui n’est pas stupide et n’en est pas à son coup d’essai: elle a fonctionné après Stalingrad, mais beaucoup moins après Koursk.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts911
    Member since: 20 décembre 2014

    Oui, mais l’usure africain est evité, sa conquete incertaine et le ravitaillement intercepté, evité, en me postant en Sicile en situation de force, obligerais a un debarquement uniquement anglais et insuffisant pour vaincre, le debarquement, d’où qu’il ira, meme en Grece sera un echec, meme s’il monopolisent des forces sur le continent, je m’estime encore plutot gagnant que de m’engager en afrique.

    A choisir, je prefere l’initiative ennemi voué a l’echec certain, que de choisir l’offensive avec l’incertitude de la victoire, et couteux en moyen.
    Je ne m’engagerais donc que si la russie serait battu, pas avant.

    Vu sur wikipedia et autre site:

    Le Gloster Meteor fut le premier avion à réaction militaire mis en service par le Royaume-Uni, mis en sevice en 1944 et produit en 4263 exemplaire.

    Les Gloster Meteor Mk.III furent déployés aux Pays-Bas début 1945. Ils n’effectuèrent que des missions d’attaque au sol et avaient reçu l’ordre de ne pas survoler les territoires contrôlés par les Allemands, pour éviter que ceux-ci ne s’emparent d’éventuels avions abattus ou accidentés. Les Gloster Meteor n’eurent jamais l’occasion de combattre leurs équivalents allemands, les chasseurs biréacteurs Messerschmitt 262.

    Le Me 262 était plus rapide et plus lourdement armé que n’importe quel chasseur allié, y compris le Gloster Meteor2 britannique à réaction. Doté d’une conception aéronautique parmi les plus avancées en utilisation opérationnelle durant la Seconde Guerre mondiale3, les rôles du Me 262 comprenaient des versions de bombardiers légers, des appareils de reconnaissance et des chasseurs nocturnes
    Nombre produit, 1430.

    Mais, la raison principale des retards dans la capacité opérationnelle du Me 262, réside essentiellement dans les immenses difficultés à mettre au point les réacteurs. Ces mêmes moteurs, qui avaient été développés avec des métaux qui étaient rares en Allemagne, par manque de matières premières, durent être fabriqués en séries avec des matériaux moins nobles. Leur durée de vie tomba à 10 heures (voire 25 avec des pilotes expérimentés).
    Ce chasseur était très rapide, bien armé, mais peu maniable. Il était surtout très délicat à piloter. Il était par exemple très facile de souffler ses réacteurs ou même de les incendier lors d’une accélération brutale ou d’une remise de gaz. Son train d’atterrissage à train tricycle était moderne, mais la roulette de nez se montrait trop fragile en cas d’atterrissage dur. Son armement (quatre canons MK 108 de 30 mm) était exceptionnellement puissant pour un chasseur monoplace, mais la portée utile était faible. Néanmoins, un coup au but suffisait à détruire un chasseur, et 4 ou 5 coups abattaient un bombardier.

    Le Fw 190 est un chasseur remarquable, qui fit d’emblée preuve de sa supériorité face à son rival britannique, le Spitfire, à des altitudes basses et moyennes. Cependant, son moteur n’est pourvu que d’un compresseur assez simple, avec un étage et deux vitesses, ce qui empêche l’avion d’être performant en altitude, la puissance du moteur chutant assez rapidement au-dessus de cinq mille mètres. Le bureau d’études de Tank cherche assez rapidement, parallèlement à la production et l’évolution du Fw 190A, à mettre au point une version de haute altitude, au cours de plusieurs programmes successifs.

    Elle commence à être déployée au sein du III./JG 54, qui protège alors les Messerschmitt Me 262 du JV 44. Par la suite, il est aussi déployé dans de nombreuses unités de la Luftwaffe et se révèle un adversaire très dangereux pour tous les avions alliés, bien qu’il ne soit considéré par les Allemands que comme un appareil de transition vers le Focke-Wulf Ta 152.

    Produit en 20 000 exemplaire.

    Le Focke-Wulf Ta 152 était un chasseur-Intercepteur allemand de la Seconde Guerre mondiale créé par l’ingénieur Kurt Tank et produit dans l’usine Focke-Wulf de Cottbus.
    Le Ta 152 était une évolution du Focke-Wulf Fw 190. Trois versions de l’appareil furent conçues : le Ta 152H Höhenjäger (“Chasseur de haute altitude”), le Ta 152C Zerstörer (“Destroyer”) pour les missions à basse et moyenne altitude ainsi que pour les attaques au sol (avec des ailes plus courtes et un moteur différent par rapport à la version H) et enfin le Ta 152E, utilisant le moteur de la version H et les ailes de la version C pour des missions de reconnaissance et de chasse.

    Un appareil déjà remarquable pour avoir conservé les excellentes qualités de vol de son prédécesseur. Mais avec la version Ta 152, la dernière avant la chute de l’Allemagne nazie, Kurt Tank et son équipe allaient signer un coup de maître.

    En Urss:
    En 1945, alors que l’Allemagne, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis disposaient de chasseurs à réaction produits en série, l’U.R.S.S. marquaient le pas. Le pays qui avait vu naître Tsiolkovsy, le père de l’astronautique et qui, dans les années trente, était à la pointe du progrès en matière de fusées, accusait un sérieux retard.
    Les constructeurs et ingénieurs avaient beau faire le siège du Commissariat à l’Aéronautique, on leur répondait invariablement que la réaction n’était pas une priorité.
    17 millions de morts, soit 12% de sa population, plus de la moitié des tués de la guerre, un pays ravagé, c’était la situation de l’URSS en 1945. On peut comprendre que les dirigeants soviétiques aient eu d’autres préoccupations.

    et avions anti chars russe:
    Malgré les succès de l’IL-2, la course technologique lors de la Seconde Guerre mondiale se poursuivit à grande cadence et l’avion commençait à devenir obsolète après quelques années seulement. Pour contrer ceci, les Soviétiques apportèrent régulièrement des innovations à l’avion pour le maintenir au niveau. Parmi les nouveautés figure le remplacement des mitrailleuses de 23 mm, de moins en moins efficaces, par un duo de NS-37 de 37 mm à canon long.
    L’avion redevint une machine à deux places avec l’ajout d’un tireur à l’arrière. Les matériaux ont été remplacés pour améliorer le poids et l’efficacité aérodynamique de l’avion, et une variante ultérieure présentait des ailes reculées de cinquante degrés, une évolution qui améliora grandement ses performances et sa manœuvrabilité.
    En 1943, Iliouchine revint à sa planche à dessin et repensa l’avion de A à Z. Le résultat de ce travail fut ce qui deviendra plus tard l’IL-10, un autre avion de World of Warplanes.

    Effectivement, ceci relativise sérieusement le succès final de l’allemagne, je dois donc compter sur la production de l’eau lourde et une meilleure protection de cette base pour vaincre assurément et taché d’adopter une meilleure strategie, comme quoi, quand cela devient complexe, il n’est pas bon d’etre pressé pour conclure.

    Faut voir le mieux.

    Cependant, l’allemagne conserve une certaine avance sur ses ennemis dans l’ensemble.

    Le contre puissant n’est plus un expedient quand on possede de grandes reserves representant l’equivalent de toutes les divisions placé en premiere ligne, et que l’année 43 verra de nouveau renforts, en outre, en évitant l’offensive, j’evite des pertes importante et surtout en prisonniers puisque je lutte sur mon terrain, ce ne sera pas le cas du russe s’il penetre dans mon systeme defensif.

    Il aura plus a perdre, au point qu’il devra repenser sa strategie et passer en mode plus attentiste, mais cela me profitera aussi, alors au final, meme s’il l’emporte sur la quantité, la qualité de l’axe, produit en plus grand nombre et subissant moins de pertes du fait d’etre defensif et traverser un réseau defensif style super Koursk tres en profondeur et constamment renforcé sur toute la periode defensive, n’ayant que cela a faire en general, compensera la masse, et devrait faire echec a la puissance russe.

    De Plus, une politique habile envers ses nouveaux allié temporaire comme l’Ukraine et la Lettonie, favoriseront sont industrie qui renforceront l’Axe.

    Au final, je verrais l’allemagne vainqueur, sur une courte ligne, mais il faut encore voir.

    Desolé de sortir ce pavé.

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.