Post has published by Choukinator

Ce sujet a 16 réponses, 9 participants et a été mis à jour par  guiguit, il y a 4 ans et 11 mois.

17 sujets de 1 à 17 (sur un total de 17)
  • Participant
    Posts568
    Member since: 20 octobre 2012

    J’ai vu quelques sujets à propos de cette guerre sur le forum alors j’ai décidé de faire des recherches un peu plus approfondies car ce sujet m’intéressait particulièrement et voilà où elles m’ont mené. Bonne lecture. :cheer:

    Causes et conséquences, petit historique du conflit :

    Nous sommes en 1904 et l’Empire russe comme le Japon sont deux grandes puissances asiatiques. Cette guerre est donc née en partie de rivalités économiques et politiques entre ces deux pays. En effet, il ne peut y avoir qu’une seule puissance dominante en Asie. Qui prendra cette place de choix ? Telle est la question…
    De plus cette guerre a des raisons territoriales : par exemple, si le soulèvement des Boxers n’avait pas poussé l’Empire russe à occuper la Mandchourie, il est possible que cette guerre n’eût pas lieu.
    Donc l’enjeu est assez simple mais de taille : la domination politique et territoriale en Asie de l’Est entre l’Empire russe et le Japon.

    Le 6 février, le Japon annonce la fin des négociations et rappelle son ministre de Russie et dès le 7 février, les nippons occupent Masampho en Corée.
    C’est alors qu’intervient l’un des événements les plus importants de cette guerre et probablement l’un des plus connus : dans la nuit du 8 au 9 février, alors que la guerre n’a pas été déclarée, les torpilleurs japonais attaquent Port-Arthur. Deux cuirassés russes le Revitsan et le Cesarevitch ainsi que le croiseur de première classe Pallada reçoivent une torpille. Dans la journée du 9, Port-Arthur est bombardé par une quinzaine de cuirassés et croiseurs japonais. Un cuirassé et trois autres croiseurs sont endommagés (je n’ai pas trouvé le bilan côté japonais). Le port ne tombera que le 2 janvier 1905.

    http://photographie-maritime.com/cartepostales/cesarevitch.jpg

    Du côté de Chemulpo, une canonnière et un croiseur russes sont coulés. Les nippons débarquent à Chemulpo, Gensan et Fousan.
    Le 10 février, les russes tentent de réagir, la guerre est officiellement déclarée par ces derniers et leurs troupes se massent sur le Yalou (frontière avec la Corée).

    Le 1er mai 1904, les troupes du général Kuroki passent le Yalou. Durant le mois de mai, des troupes conduites par le maréchal Oyama débarquent en Corée et avancent en Mandchourie pendant qu’une autre armée maintient le combat à Port-Arthur.
    Kouropatkine le ministre de la guerre ordonne le repli pour attendre les renforts. Cela se fera notamment sur la base de Liao-Yang.

    C’est là-bas qu’a lieu le nouveau grand événement de cette guerre. Les russes tentent de stopper l’avancé nippone au niveau de ces positions. C’est une bataille acharnée qui dure du 26 août au 3 septembre. Les chiffres des forces en présence varient assez. Le site Larousse annonce 140 000 russes et 160 000 japonais alors que L’Illustration annonce 190 000 russes et 240 000 japonais… En tout cas cette bataille se soldera par une victoire du maréchal Oyama. En effet les russes battent en retraite le 3 septembre.

    Le mois d’octobre est aussi un mois décisif notamment pour les Russes qui sous le commandement de Kouropatkine tente une contre-attaque. Pour faire simple, les russes voulaient attaquer de front la gauche et le centre des armées japonaises avec leur centre pendant que leur gauche retournerait la droite nippone. Malheureusement pour le général, rien ne se passe comme prévu et cette contre-offensive s’achève par un combat d’une dizaine de jours.
    On peut noter aussi le départ de la “Deuxième escadre du Pacifique” de la Baltique.

    En décembre, les défenses de Port-Arthur commencent à céder mais l’événement marquant suivant intervient aux alentours du 20 février 1905 avec le début de la bataille de Moukden qui fut une bataille à très grande échelle vu que de nombreux renforts étaient parvenus aux russes par le Transsibérien. Malgré tout, ce sera une nouvelle défaite russe mais qui coûtera tellement cher aux Japonais qu’ils seront dans l’impossibilité de poursuivre les troupes russes qui battent en retraite. Les Japonais entrent donc dans Moukden le 10 février 1905.

    Puis en mai, c’est le désastre, la “Deuxième escadre du Pacifique” est écrasée à Tsushima par la flotte japonaise après sont tour du monde. L’amiral Togo avait en effet réuni une immense flotte.
    Le président Roosevelt invite alors les deux adversaires à négocier, les russes capitulent sur Sakhaline, et le traité de Portsmouth est signé.

    Ce traité a affirmé la domination japonaise en Asie de l’Est mais il n’a pas été reçu particulièrement bien reçu par l’opinion publique j’imagine pour des raisons comme le fait que les japonais n’aient pas conservé Sakhaline toute entière par exemple.
    Ce fut aussi un grand symbole : c’est une des premières fois depuis longtemps qu’une puissance occidentale qui n’a pas causé le début d’une guerre la perd.

    http://carlpepin.files.wordpress.com/2010/11/russie-japon41.jpg

    Sources :

    L’Illustration
    Larousse :http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/russo-japonaise/141839
    Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_russo-japonaise
    Photographies :
    1. http://photographie-maritime.com/cartepostales/cesarevitch.jpg
    2. http://carlpepin.files.wordpress.com/2010/11/russie-japon41.jpg

  • Participant
    Posts81
    Member since: 12 avril 2012

    Très intéressant,je te remercie.

  • Participant
    Posts568
    Member since: 20 octobre 2012

    Bataille de Liao-Yang :

    Il est important de connaitre les positions des troupes adverses lors de cette bataille notamment par rapport au fleuve qui scinde quasiment en deux la ville : le Taï-Tsé-Ho. Je n’ai malheureusement pas trouvé de carte. Pour faire simple on a un arc de cercle de petites positions avancées russes. Puis on accède à la plus grosse partie de Liao-Yang. Enfin, dernier obstacle : le fleuve.

    La bataille de Liao-Yang s’est donc déroulée du 24 ou 26 août au 3 septembre. La date du début de la bataille peut varier car les premiers jours, les combats ont lieu dans les alentours directs de Liao-Yang. En effet les russes possédaient de nombreuses avancées autour de la ville même dont le but était de retarder l’ennemi : les japonais purent attaquer la ville le 27 août seulement.

    Puis comme on l’a dit les japonais attaquent les positions de Liao-Yang qui se trouvent selon la progression japonaise avant le Taï-Tsé-Ho. Selon les chiffres de L’Illustration les russes sont à cet endroit là 100 000 environ et ont construit des petites fortifications temporaires (pièges…). Ainsi, les premières attaques sont des échecs et Oyama calme l’offensive. Après un ravitaillement, les japonais attaquent à nouveau tentant de déborder les lignes russes, en vain.

    C’est finalement la troisième partie qui sera décisive : mené par le général Kuroki, le reste des troupes japonaises ont passé un cours d’eau ( pas le Taï-Tsé-Ho, mais ils font quand même face aux soldats russes qui étaient positionnés derrière celui-ci). Cette attaque était attendue par Kouropatkine qui avait pris les précautions nécessaires. Malgré cela, les troupes japonaises réussissent leur offensive.

    Le 3 septembre, Kouropatkine décide de quitter Liao-Yang avec ses troupes. Les armées japonaises entrent dans Liao-Yang, victorieuses le 4.
    Cette bataille fut un grand symbole à son époque : elle annonce presque la violence des combats de la Première guerre mondiale et c’est la première fois depuis bien longtemps qu’une armée qui n’est pas européenne remporte la victoire comme ici contre une armée européenne à armes quasiment égales.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/59/AN_Kuropatkin_03.jpg/230px-AN_Kuropatkin_03.jpg
    Le général Kouropatkine (ministre de la guerre)

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/7/77/Kuroki_Tamemoto_LOC.jpg/220px-Kuroki_Tamemoto_LOC.jpg
    Le général Kuroki

    Sources :

    L’Illustration
    Photos :
    1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:AN_Kuropatkin_03.jpg
    2. http://en.wikipedia.org/wiki/File:Kuroki_Tamemoto_LOC.jpg

  • Participant
    Posts624
    Member since: 15 avril 2012

    Merci beaucoup pour ce sujet très intéressant. Je suppose qu’il va faire découvrir ou redécouvrir ce conflit à beaucoup de monde. Et j’en profite d’aillieurs pour le réanimer… 😉

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Un conflit qui aurait put être riche en enseignement pour les belligérant de la première guerre mondiale : la guerre sera industrielle et se jouera à l’usure, et surtout que la Russie est un géant aux pieds d’argile.

    Merci pour ce sympathique exposé 😉

    Sinon, je crois que je vais faire des petites recherches sur la bataille de Tsushima. Les engagement navals de l’époque sont des trésors de complexité et d’ingéniosité, et je dois avouer que j’ai un faible pour les navires de ligne tardifs également 😀

  • Participant
    Posts568
    Member since: 20 octobre 2012

    Pour tes recherches sur Tsushima, je peux te conseiller une vidéo sur YouTube. La voici
    http://m.youtube.com/#/watch?v=2gkiyQOUSWQ&desktop_uri=%2Fwatch%3Fv%3D2gkiyQOUSWQ

    Elle est courte mais explique bien le déroulement de la bataille et les images d’archive sont exceptionnelles !

  • Modérateur
    Posts8432
    Member since: 14 mai 2013

    Je crois avoir lu que les russes avaient des problèmes de communication, le transsibérien n’existant pas encore ou alors n’étant pas encore assez développé.
    C’est marrant sur la carte de la Corée, à la fin du premier post, il y a une flèche qui dit que des sous marins russes ont été acheminés par rail. Des sous marins? J’ignorais que les russes en avaient si tôt. Quelqu’un aurait il des détails sur leur utilisation.
    Quand on regarde cette même carte, on se dit que Port arthur n’était pas facile à défendre. Sur une presqu’ile, cela contrôle bien l’entrée de Pékin, mais c’est vulnérable depuis la Corée. Cà a l’allure d’une position “extrême”, à la pointe de l’empire, à la limite de la chute. Et dans les faits, Port arthur est tombé.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    Mongotmery écrit :

    Quand on regarde cette même carte, on se dit que Port arthur n’était pas facile à défendre. Sur une presqu’ile, cela contrôle bien l’entrée de Pékin, mais c’est vulnérable depuis la Corée. Cà a l’allure d’une position “extrême”, à la pointe de l’empire, à la limite de la chute. Et dans les faits, Port arthur est tombé.

    Tu te trompes. Quoiqu’il soit à l’extrême pointe de la presqu’île de Liao-Toung, Port-Arthur se présente comme un port au fond d’une baie, séparé de la mer par un goulet de un kilomètre de long. Il est donc parfaitement protégé de ce côté.

    Vers la terre, il est entouré de collines qui ne demandent qu’à être fortifiées et les Russes s’y sont employés. Chaque crête dispose d’artillerie et les hauteurs dominant le goulet sont flanquées de forts ouvrant l’oeil sur tout bateau en approche. La ceinture de fortifications est complète et une route de 43 kilomètres réunit l’ensemble des défenses.

    La faille réside dans la déficience du commandement sur place, trop sûr de lui ou trop négligent. Moscou avait prévu une seconde ligne de défense en avant de celle existante et elle ne fut jamais mise en oeuvre.

    Pire encore : le goulet s’ensablait facilement et il aurait fallu draguer. Cela ne fut pas fait, si bien qu’au commencement de la guerre, les cuirassés et croiseurs russes ne pouvaient entrer ou sortir de Port-Arthur qu’à marée haute.

    Allez surprendre la flotte japonaise avec çà !

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Modérateur
    Posts8432
    Member since: 14 mai 2013

    @kymiou

    Quelle négligence de la part des russes.
    Sinon, je crois que les combats ont été durs pour port arthur. Je parlais stratégiquement: Les japonais pouvaient facilement couper la ville du nord, car les possessions russes semblent étroites, et si j’ai bien compris ce qui a été dit, ils l’ont fait.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    @ Mongotmery

    Le siège et la prise de Port Arthur est un épisode en soi, une guerre dans la guerre. Cela mérite un traitement à part.

    Laisse-moi deux jours 🙂

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Modérateur
    Posts8432
    Member since: 14 mai 2013

    @kymiou

    C’est très gentil à toi de développer Port Arthur, mais je ne pense pas que l’on puisse considérer une guerre dans une guerre (ceci dit, j’ignore surement beaucoup de choses).

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    mongotmery écrit:

    C’est très gentil à toi de développer Port Arthur, mais je ne pense pas que l’on puisse considérer une guerre dans une guerre (ceci dit, j’ignore surement beaucoup de choses)

    … comme nous tous 😉

    Une guerre dans la guerre n’est sans doute pas le terme approprié, mais la prise de Port-Arthur comprenait chez les Japonais un facteur émotionnel, genre revanche après humiliation, qu’on ne retrouve pas dans les autres opérations. Alors que ce port était totalement encerclé, neutralisé, sa flotte anéantie, et qu’il aurait suffit de quelques bataillons en observation dans l’attente de la paix, ils ont consacré à sa prise des forces qui auraient été plus utiles ailleurs, dans le nord.

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013

    C’est exact Kymiou, c’est l’une des raisons de la non-victoire japonaise (car ils n’ont jamais obtenu la victoire sur le champ de bataille, au mieux des retraites russes).

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    Le Tsar Nicolas II méprisait et détestait les Japonais qu’ils n’appelaient que les ” macaques” . Pour lui cette guerre n’était qu’une petite guerre coloniale . S’il avait su !

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    D’ailleurs, il leur en voulait personnellement depuis un fâcheux incident s’étant déroulé lors de son tour du Monde. Au Japon, il fut attaqué par un samouraï, qui l’accusait d’avoir fait des avances à sa femme, et blessé à la tête (en tous cas c’est la thèse officielle). Il dut écourter son voyage et en garda une rancune tenace envers les “macaques”.

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013

    Mais bon, macaques ou pas ce n’est pas le Tsar qui dirige les troupes en Mandchourie, et l’enjeu était important aussi pour les Russes, bien que bien moins que pour les Japonais.

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    le Tsar qui dirige les troupes

    Mais c’est lui qui sousestime la situation .

17 sujets de 1 à 17 (sur un total de 17)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.