Post has published by cuirassier

Ce sujet a 37 réponses, 9 participants et a été mis à jour par  mongotmery, il y a 3 ans et 9 mois.

25 sujets de 1 à 25 (sur un total de 38)
  • Modérateur
    Posts2989
    Member since: 12 avril 2012

    La guerre Russo-Géorgienne de 2008.

    (aussi appelée Deuxième Guerre d’Ossétie du Sud)
    Je tenais à ouvrir ce sujet pour vous faire découvrir cette guerre, auquel je porte un grand intérêt, parce qu’elle est intéressante sur plusieurs points :

    1) C’est une des rares guerres conventionnelles depuis 1991.

    2) Elle implique 2 armées « filles » de l’Armée Rouge qui pourtant se révèleront assez différentes durant ce conflit.

    3) Un aspect diplomatique et stratégique important.

    4) Il y eu une intense confrontation médiatique entre les belligérants et c’est un exemple que ce n’est pas toujours le vainqueurs qui écrit l’histoire.

    Etc…

    En tout cas, pour une guerre qui ne dure que 5 jours et qui finalement est peu tragique en nombres de morts, elle se révèlera intense et riche en enseignements !

    http://www.filpac.cgt.fr/local/cache-vignettes/L316xH316/Georgie_contour-2-de3fa.jpg

    Situation antérieure au conflit et présentation des belligérants.

    Le président géorgien Saakachvili a pris le pouvoir en 2003 suite à la révolution des roses, il lance aussitôt l’occidentalisation de son pays notamment par une candidature d’adhésion à l’union européenne et surtout à l’OTAN.
    L’armée géorgienne descendante de l’Armée Rouge subit elle aussi cette occidentalisation à marche forcée. Son important budget (2ème mondiale par rapport à la population) font des forces géorgiennes une hybride entre armée occidentale et son coté « russe » encore très présent en 2008. Ses effectifs tournent autour de 35 000 hommes dont 22 000 dans l’armée de terre composée de 5 brigades d’infanterie dont une encore en formation. Autre preuve du rapprochement entre la Géorgie et Washington, La 1ère brigade meilleure unité géorgienne, était en partit projetée en Irak. Son aviation ne possède que des moyens d’appui air-sol (mi-24, drones, chasseur bombardier Su-25…).

    http://www.red-stars.org/IMG/jpg/Guerre_Georgie_-_fusil_G-36_georgien.jpg
    D’un coté le soldat géorgien moderne “occidentalisé” avec don G36 d’origine allemande.
    http://www.armyrecognition.com/images/stories/independent/georgia/main_battle_tank/T-72BV/pictures/T-72BV_main_battle_tank_Georgian_Army_Georgia_08082008_005.jpg
    De l’autre un T-72 géorgien d’origine russe.

    La Géorgie dès son indépendance a perdu le contrôle de 2 régions : l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, la majorité des habitants de ses régions ne se sont jamais senti géorgiens, du coup ils prirent les armes et obtinrent une certaine autonomie vis à vie de Tbilissi.

    La Russie de son côté est très échauffé de l’indépendance accordé au Kosovo au dépend de la Serbie fidèle alliée de Moscou, mais aussi des rapprochements avec l’occident d’anciennes républiques soviétiques tel que les pays Baltes, l’Ukraine et bien sûr de la Géorgie. Ainsi elle soutient les indépendantistes Abkhazes et Ossètes qui vont lui donner une occasion de se venger. La 58ème armée constitue les troupes russes qui seront impliqués dans cette guerre. Cette armée est celle qui participa aux guerres de Tchétchénie, elle est donc composée de vétérans mais malgré le fait qu’elle soit en garnison dans une région à risque (le Caucase) elle possède un équipement relativement ancien.

    http://boulesteix.blog.lemonde.fr/files/2008/08/georgie4.1219041218.jpg
    Un vieux T-62 de la 58ème armée russe, a noter les grilles anti-RPG qui sont une invention russe simple mais efficasse.

    A noter aussi que de faibles troupes russe sont déjà pré positionnés en 2008 en tant que force d’interposition (sorte de casques bleus) en Ossétie du sud et en Abkhazie.

    Les forces russes seront assistées de supplétifs notamment ossètes et tchétchènes à l’image du bataillon Vostock composé d’anciens rebelles tchétchènes qui ont rejoint la Russie (c’est dire ce que signifie le mot fidélité pour eux), accusé de nombreux crimes de guerre voire de mutinerie*, le terme mercenaire n’est même pas assez dévalorisant pour qualifier ses brigands sans honneurs.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/86/Battalion_Vostok_1.jpg
    Soldats du Bataillon Vostock, qualifié de Spetsnaz (force spéciale) par les russes mais je ne vois pas en quoi ils meritent cet honneur.

    ———
    * En avril 2008, un blindé du bataillon Vostock entra en collision avec l’un des luxueux 4X4 de l’escorte du président tchétchène Kadyrov (celui-là non plus ce n’est pas un ange), s’en suivit une fusillade en plein Grozny entre le bataillon et l’escorte de « leur président »! Une nouvelle preuve qu’ils n’ont ni foie ni maitre.

    A suivre…

    Comparaison n'est pas raison.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 2 mois et 1 semaine par  mongotmery.
  • Admin bbPress
    Posts6285
    Member since: 5 août 2017

    Très intéressant ce petit dossier. J’attends la suite. Entre temps, est-ce que tu peux expliquer sommairement le fonctionnement des grilles anti-RPG?

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Surement en faisant exploser l’ogive sans toucher au blindage.

  • Admin bbPress
    Posts6285
    Member since: 5 août 2017

    Oui, je m’en doute, mais je voulais plus de détails si possible.

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Admin bbPress
    Posts6285
    Member since: 5 août 2017

    Voilà, j’ai trouvé un article qui décrit bien ce type de défense :

    « Le blindage cage est un type de blindage destiné à la protection contre les attaques de roquettes antichar. La grille rigide autour du véhicule perturbe la charge placée dans la tête soit en l’écrasant, empêchant ainsi l’explosion optimale de se produire, soit en endommageant le mécanisme de mise à feu, ce qui empêche l’explosion. Son effet peut être neutralisé par des charges en tandem telle que celle du RPG-27 et RPG-291. »

    Intéressant!

    Par contre, il est dit que les premier à avoir utilisé ce type de protection sont les Allemands :

    « La Wehrmacht a été la première a mettre en œuvre le blindage cage durant la Seconde Guerre mondiale, sous le nom de Drahtgeflecht schürzen. Il a été constaté qu’il était tout aussi efficace que la plaque d’acier schürzen également utilisée. En mars 1943, Hitler ordonna que tous les nouveaux Sturmgeschütz, Panzer III, IV et les Panthers soit équipé de schürzen du type treillis métallique ou du type plaque d’acier. Toutefois, le treillis métallique n’était pas aussi facile à produire, de sorte que la plaque d’acier schürzen étaient plus fréquemment mise en œuvre. En avril/mai 1945 à Berlin,des T-34/85 ,pour contrer les Panzerfaust,furent dotés de grilles improvisées avec ,souvent, des sommiers récupérés »

    ref : http://fr.wikipedia.org/wiki/Blindage_cage

    Ceci dit, impatient de lire la suite du dossier sur la guerre de Georgie.

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts1192
    Member since: 12 avril 2012

    à 2 minutes prêt j’allais écrire la même chose que toi mon cher ^^

    Un point, c'est tout.

    Et deux si t'insistes.

  • Modérateur
    Posts2989
    Member since: 12 avril 2012

    Alors personnellement j’ai vu beaucoup de photo de panzer avec des plaques de blindage mais jamais avec de telles grilles. Et j’ai beau cherché «panzer grille » en français, en anglais, en allemand ainsi que Drahtgeflecht schürzen je ne trouve toujours pas d’image. Par contre je n’ai pas eu difficulté à trouver une de char russe avec des grilles bien artisanales !

    http://i88.servimg.com/u/f88/11/28/79/70/t-34_810.jpg

    Mais il est en effet possible que les allemands aient envisagé cette solution face au PIAT anglais et au bazooka américain.

    En tout cas l’idée semble être assez passé aux oubliettes jusqu’à que les russes, confrontés à de nombreux RPG en Tchétchénie, la remette à la mode. Ensuite les occidentaux et les israéliens reprendront l’idée pour en équiper massivement leurs blindés. Il y a beaucoup d’image d’Irak ou d’Afghanistan ou on voit des blindés qui en sont équipés.
    Les grilles provoquent un court-circuit contre le détonateur électrique de la roquette l’empêchant d’exploser. Son efficacité est de 50% ce qui est un bon moyen peu couteux pour contrer l’arme anti-char la plus courante au monde.

    Comparaison n'est pas raison.

  • Admin bbPress
    Posts6285
    Member since: 5 août 2017

    Regarde celle-là :

    http://warandgame.files.wordpress.com/2008/05/db86117.jpg

    Ou celle-là :

    http://www.lonesentry.com/blog/wp-content/uploads/2010/06/panzer-iv-mesh-skirts-schurzen.jpg

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts2989
    Member since: 12 avril 2012

    Merci pour les images, c’est la première fois que je vois ces grilles sur un panzer.
    Alors pour revenir sur le sujet principal.

    L’aspect militaire : 1ère partie déroulement des opérations.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/2008_South_Ossetia_war_en.svg/1024px-2008_South_Ossetia_war_en.svg.png

    En 2008 le président géorgien Saakachvili décide qu’il est temps de reprendre le contrôle de la région séparatiste d’Ossétie du Sud. L’ensemble de l’armée ainsi que des éléments de la police sont mobilisés à l’exception de 2 brigades stationnées plus à l’ouest au cas où les Abkhazes réagiraient et rappelons qu’une partie de la 1ère brigade est projetée en Irak. L’objectif de l’état-major géorgien est de s’emparer des zones habitées notamment de la capitale ossète: Tskhinvali et c’est seulement dans un second temps que les géorgiens devront se déployer face au tunnel de Roki.

    http://www.army.lv/photos/10959.jpg
    Colonne de T-72 et un BMP2 franchissant le tunnel de Roki.

    Le tunnel de Roki est l’unique passage que peuvent emprunter les russes pour pénétrer en Ossétie du Sud. Les géorgiens, conscients qu’une intervention de la 58ème armée est possible, pensent qu’une conquête rapide mettra les russes devant le fait accomplit les dissuadant ainsi d’intervenir.

    Nous sommes le 7 août 2008, en plein jeux olympiques censés être une période de paix… l’armée géorgienne lance son offensive, l’utilisation massive d’artillerie provoque la morts de nombreux civils. Les miliciens ossètes pourtant en sous nombres et sous équipés se battent avec acharnement, le plan initial géorgien prend du retard…

    <a rel=[img]http://img4.hostingpics.net/pics/867294g9hq5.jpg" />" />
    Soldats géorgiens probablement à Tskhinvali, remarquez les importants dégâts preuve de l’intensité des combats.

    De leur côté les russes, alertés avant-guerre par la multiplication des accrochages et des reconnaissances de drones géorgiens en Ossétie du Sud, anticipent leur possible intervention en pré positionnant la 58ème armée à la frontière et par la restauration des chemins de fer au cas où il faudrait acheminer des renforts. Pourtant ce n’est que le 8 au soir que les russes s’emparent du tunnel de Roki laissé sans défense par les géorgiens… Des parachutistes sont envoyés pour renforcer les miliciens ossètes à Tskhinvali, le bataillon d’interposition russe est attaqué mais lui aussi en sous nombres et sous équipés va résister à l’armée géorgienne ! Une grande partie de cette dernière se retrouve donc fixé à Tskhinvali et à ses alentours, la 2ème brigade arrive en renfort affaiblissant le dispositif faisant face à l’Abkhazie. L’artillerie et surtout l’aviation russes vont commencer un intense bombardement contre les troupes géorgiennes, ses centres de mobilisation de réservistes ainsi que les infrastructures (routières, militaires, communication, certaines usines etc…) rien n’est épargné dans la profondeur du dispositif ennemi.

    http://i.telegraph.co.uk/multimedia/archive/00789/day-three-tskhinval_789829i.jpg
    T-72 géorgien détruit par les paras à Tskhinvali, le “détourellage” est une spécificité des chars de conception russe car les munitions sont mal placés et insuffisamment protégées, leur explosion ne laisse aucune chance à l’équipage.

    Les russes qui conçoivent leur plan au niveau opérationnel, d’une manière globale sur l’ensemble de la Géorgie, envoient en masses des renforts en Abkhazie via des débarquements amphibies, ces troupes appuyées des miliciens Abkhazes ouvrent un nouveau front à l’ouest. La 5ème brigade encerclée capitule le 12 permettant aux troupes russes de s’enfoncer dans l’ouest géorgien. La flotte de la mer noire lance un blocus naval, la marine géorgienne ne peut s’y opposer.

    En Ossétie du sud, la 58ème armée engage le gros de ses troupes à Tskhinvali où les combats sont toujours aussi acharnés, plusieurs unités s’illustrent comme les paras russes qui détruisent plusieurs chars ou le bataillon Vostock qui entre deux pillages trouvent le temps de se battre. Le 10, les géorgiens ordonnent la retraite qui se transforme vite en déroute, les désertions et les abandons de matériels se multiplient. Les troupes russes commencent là aussi à s’enfoncer en territoire géorgien. La 1ère Brigade est d’urgence rapatriée d’Irak pour former avec le reste de l’armée une ultime ligne de défense devant Tbilissi.

    http://static.lexpress.fr/medias/343/georgie-russie_448.jpg
    Soldats géorgiens battant en retraite.

    Le 13 août un cessez le feu entre en vigueur, mais cela n’annonce pas la fin du conflit. Les armes ont parlées, la diplomatie peut reprendre ses droits.
    A suivre…

    Comparaison n'est pas raison.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 23 avril 2012

    La suiite! merci pour ce doc très interessant 🙂

  • Participant
    Posts1192
    Member since: 12 avril 2012

    comme quoi la discrétion est primordiale quand on prépare une attaque face à un ennemie bien plus puissant

    tu pourrais nous expliquer ce qui s’est passer sur mer ?
    d’après la carte il y a eu une bataille mais tu n’en parles pas

    Un point, c'est tout.

    Et deux si t'insistes.

  • Modérateur
    Posts2989
    Member since: 12 avril 2012

    Vous faites bien de regarder la carte parce qu’elle en effet très intéressante, on y voit:
    – l’attaque initiale géorgienne qui tente d’encercler Tskhinvali
    – le parachutage des renforts russes
    – la contre-attaque de la 58ème armée qui passe par le tunnel de Roki
    – les nombreux bombardements de l’aviation russe sur l’ensemble de la Géorgie
    – le débarquement amphibie en Abkhazie, l’encerclement et la destruction de la brigade géorgienne qui s’y trouver.
    – le blocus et une bataille navale
    – et la progression des troupes russes en territoires géorgiens ainsi que l’ultime ligne de défense devant Tbilissi.

    La bataille navale c’est une vedette lance-missiles géorgienne, héroïque ou folle comme vous voulez, qui a tenté une sortit contre la flotte de la mer noire. Elle a été coulée…
    Le reste de la marine géorgienne, ne pouvant s’enfuir à cause du blocus, a été détruit par les russes lorsqu’ils se sont emparés de la base navale de Poti.

    Comparaison n'est pas raison.

  • Participant
    Posts1192
    Member since: 12 avril 2012

    une seule vedette qui pense vaincre une flotte à elle seule ?

    je sais pas ce que fumait le capitaine mais ça devait pas être légal

    Un point, c'est tout.

    Et deux si t'insistes.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Merci cuirassier tu confirmes un de mes doutes: ce sont bien les géorgiens qui ont attaqués les russes qui n’attendaient qu’un prétexte! Contrairement à ce qu’on dit les médias occidentaux, ce ne sont pas les méchants russes aggressifs contre les gentils géorgiens qui ne veulent que s’émanciper!

    Enfin quand je dis les Russes: les Ossètes du Sud mais ils ont à 90% un passeport russe!
    Au fait parait que W Bush et C Rice avaient dit plusieurs fois à Saccachvilli de ne JAMAIS s’en prendre ni à l’Ossétie, ni à l’Abkazie

  • Modérateur
    Posts2989
    Member since: 12 avril 2012

    @ UlysseSLee
    Ce que tu dis est absolument vrai. L’aspect communication fut très important dans cette guerre, j’y consacrerais un post plus tard.

    C’est aussi bien de rappeler que les Ossètes ne se sentent pas du tout géorgien et souhaitent soit l’indépendance soit le rattachement à la fédération de Russie pareil pour les Abkhazes.

    J’ignore si l’administration américaine a averti les géorgiens mais c’est en effet fort probable si les géorgiens savaient qu’il y avait des mouvements de troupes à la frontières alors les américains le savaient aussi ! En tout cas cela n’a pas dissuadé le président Saakachvili de tenter son coup de poker.

    Comparaison n'est pas raison.

  • Modérateur
    Posts2989
    Member since: 12 avril 2012

    L’aspect militaire : 2ème partie analyses

    Pour commencer la doctrine des armées.
    Les soviétiques avaient créés l’art opérationnel, l’armée géorgienne descendante de l’Armée Rouge se devait donc de maitriser cet art, pourtant elle fut très décevante sur ce point. Son attaque initiale n’est qu’un petit encerclement tactique preuve d’une vision trop local et à courts termes des opérations de la part de l’état-major géorgien.

    http://www.russiablog.org/georgian-army-runs-2.jpg
    Soldats géorgiens à l’assaut, on voit bien içi le coté hybride de cette armée: casque soviétique et uniforme américaine.

    Les russes quant à eux en tant que dignes héritiers des maréchaux Toukhatchevski* et Joukov, vont concevoir un plan sur l’ensemble du front géorgien et dans la profondeur du dispositif adverse pour littéralement le pulvériser. Les opérations telles que le parachutage de renforts aux ossètes, le groupement tactique qui s’emparent du tunnel, la contre-attaque simultanée en Ossétie et en Abkhazie, les bombardements de l’aviation dans la profondeur mais aussi la cyber guerre, toutes ces actions parfaitement coordonnées dévoilent la mécanique bien huilée de la doctrine russe qui non seulement perdure mais s’est adaptée à la guerre moderne.

    C’est comme si au foot vous auriez l’équipe géorgienne qui ne miserait que sur le talent individuel de ses joueurs, cela permet de dribler quelques adversaires mais pas plus, alors que de l’autre côté l’équipe russe joue collectif, les joueurs à gauche, au milieu, à droite coordonnent leurs actions pour avancer en profondeur jusqu’à atteindre l’objectif opérationnel : marqué un but qui permettra d’obtenir la victoire stratégique : gagner le match (la guerre).

    http://www.lecourrierderussie.com/wp-content/uploads/2011/04/Defense-russe.jpg
    Le rouleau compresseur des unités mécanisés russe est en marche et ne pourra plus être arrêté au milieu des splendides paysages du Caucase.

    Sur le plan tactique les géorgiens commirent plusieurs erreurs :
    – Le tunnel de Roki fut considérait comme un objectif secondaire (surement par sous-estimation de la réactivité russe), les géorgiens auraient dû s’en emparer dès le début, ce qui leur aurait laissé toute la liberté d’affronter les ossètes ainsi isolés.
    – Ils se sont fait fixés trop facilement, malgré une net supériorité numérique et en équipement ils sont incapables de vaincre les miliciens puis le faible bataillon d’interposition russe. Preuve d’un manque de combativité initial des soldats géorgiens (moral faible), surestimation de ses capacités, bombardements d’artillerie peux efficaces…

    http://www.rfi.fr/radiofr/images/104/troupes_russes_Abkhazie080811x432.jpg
    Intéressante photos de soldats russes juchés sur un blindé. On y voit que les russes se moquent de la diversité des uniformes du moment que le soldat est efficace. La tenue dite “partizan” du mitrailleur de droite est une copie des uniformes SS, la marque bleue sur le casque sert à éviter les méprises au combat. On y voit aussi 2 tireurs de précision (snipers) très présents dans l’armée russe.

    Du côté russe application de la bonne vielle attaque frontale mécanisée soutenu massivement par l’artillerie. D’autres bons points comme les groupements tactiques, le parachutage rapide de renforts, les opérations amphibies.
    Mais plusieurs défauts à corriger :
    – manque de discipline y compris dans l’armée régulière, soldats ivres, distrais par les pillages, toujours juchés sur leurs blindés (même si cela se comprend qu’en plein août les russes ne souhaitent pas être enfermés dans la protection toute relative d’un BMP) etc…
    – manque de vision nocturne pour poursuivre les géorgiens en retraite.
    – Problèmes de communication, le général Anatoly khrulev dû « emprunter » un téléphone satellitaire à un journaliste pour donner ses ordres !
    – Ce même général, commandant la 58ème armée, fut blessé en se retrouvant par hasard en première ligne ! Preuve que les russes ont perdu quelques bons réflexes.

    http://www.worldaffairsboard.com/attachments/europe-russia/15531d1249420661-russia-s-conventional-armed-forces-georgian-war-2.jpg
    Force spéciale géorgienne très américanisée, c’est eux qui auraient blessé le général Khrulev.

    Au niveau de l’aviation russe : mission accomplit mais insuffisance de guerre électronique pour contrer la DCA ce qui engendra des pertes dont la moitié par tirs fratricide ! Et au niveau appui direct aux troupes au sol peut mieux faire.
    Pour les géorgiens, dès que l’intervention russe à commencer ils ont eu le bon réflexe de stopper leurs missions d’appui au sol et de camoufler leurs appareils car ils ne faisaient pas le poids. Probablement qu’une bonne partie des appareils furent préservés.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c4/Su-25_plane,_Georgian_Air_Force.jpg
    Un chasseur-bombardier SU-25 géorgien.

    Pour les marines tous est déjà dit…

    __________
    *Maréchal Toukhatchevski : grand penseur militaire soviétique des années 30, l’art opérationnel et l’idée d’opération en profondeur lui doivent beaucoup. Malheureusement Staline fit la stupide erreur de l’exécuter pour son côté va en guerre contre l’Allemagne…

    A suivre…

    Comparaison n'est pas raison.

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Vraiment bien réalisé ce dossier, bravo! 😀

  • Admin bbPress
    Posts6285
    Member since: 5 août 2017

    Oui, j’ai vraiment pris plaisir à lire les 3 premières parties. C’est le genre de dossier qui aurait aussi largement sa place dans le journal du Forum ^^

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts2989
    Member since: 12 avril 2012

    L’aspect militaire : 3ème partie quels bilans ?

    Aujourd’hui étudions le bilan et l’évolution des armées belligérantes après-guerre.
    L’armée russe à projeter plus de 20 000 hommes avec ~700 blindés en Géorgie en seulement 5 jours. Ce qui est bien contenu du faible nombre de voie d’accès pour entrer en Géorgie. Quelques dizaines d’avions et d’hélicoptères ainsi qu’une partie de la flotte de la mer noire furent utilisées de manière coordonées avec les troupes au sol. Là aussi c’est une bonne maitrise opérationnelle car cela prouve que l’opération a été bien préparée.
    Malgré l’intensité des combats les pertes ne furent que de 80 soldats environ et quelques blindés. Par contre la perte d’officiers supérieurs, les nombreux accidents, l’indiscipline et les 3 avions abattus par tirs fratricides méritent qu’une enquête soit faite pour que certaines erreurs ne se répètent plus.

    Le butin de guerre des russes est impressionnant. Ils ont mis la main sur d’importants stocks de matériels abandonnés dans les casernes ou sur le bord des routes par les géorgiens durant leur retraite. Ainsi pas moins de 65 chars et BMP modernisés, divers véhicules, de l’artillerie dont 2 Dana et de nombreuses armes etc… furent récupérés par les russes qui n’en demandé pas temps pour s’équiper. Le matériel d’origine américaine semblait très prisé, notamment les fusils M4A3 ou plus anecdotique les Hummers des instructeurs de l’US Army en Géorgie !

    http://www.armyrecognition.com/images/stories/news/2008/august/captured_US-Army_Humvee_Russian_army_001.jpg
    Les Hummers de l’US Army fortement escortés, preuve que les russes sont fiers de cette prise plus symbolique qu’utile. Un général russe ironisera sur ce sujet « de toute façon ils n’iront pas les récupérer »

    La guerre de 2008 a aussi dévoilé l’état de vétusté de la totalité de l’équipement russe. Il est urgent que d’importants moyens soient accordés à la recherche pour remplacer tous ces matériels et rattraper le retard technologique* avec l’occident. C’est dans cette optique de modernisation de l’équipement et d’acquisition de nouvelles technologies que la Russie à récemment commander 4 navires BPC portes hélicoptères à la France. La 58ème armée vient aussi de recevoir (enfin) ses premiers T-72 modernisés, T-90 et BMP 3.

    http://2.bp.blogspot.com/-wXkNa2nPBJM/Tfut_fgjQ7I/AAAAAAAACyA/RMvbQX1VU6A/s1600/russie-mistral_st-petersbourg.jpg
    Des officiers de la marine russe après leur inspection du BPC Mistral. L’achat de ces navires et le transfert de technologie qui va avec va grandement améliorer la coordination des troupes russes. En effet ce navire en plus d’être un porte hélicoptère sert de quartier général flottant grâce à ses d’importants moyens de communications. Un général russe déclara « avec ce navire ce que l’on a fait en Géorgie en 5 jours on l’aurait fait en 5 heures ! » Ironiquement le 1er des Mistrals russes serra baptisé le Sébastopol, lieu d’une victoire française sur les russes en 1855.

    Suite à cette guerre une importante réforme des armées russes a été lancée. Elle vise bien sûr comme dit précédemment à rééquiper l’armée mais pas seulement, il ya aurra aussi:
    – une forte réduction d’effectifs pour faciliter l’amélioration de la qualité des troupes,
    – plus d’unités d’appui et de soutien
    – la structure divisionnaire est abandonnée pour une autre au niveau brigade
    – la part de soldat professionnels devra être grandement augmentés.

    Le but de cette réforme est de créer une armée russe efficace, non surdimensionnée, pouvant être rapidement projetée pour des conflits frontaliers courts mais de forte intensité. La possibilité d’être confrontée à une guerre de contre-insurection n’est pas oublié de l’état-major russe au cas où la Tchétchénie s’embrasait de nouveau.
    C’est un bon début mais ces changements risquent d’être très lents vu l’état de l’économie russe et de sa recherche scientifique, sans compter la dissuasion nucléaire surdimensionnée qui plombent les budgets.

    Coté géorgien, les pertes sont aussi faibles en hommes (~173 soldats) mais catastrophique en termes de matériels, en plus de ce qui a été pris par l’ennemi, les géorgiens ont perdus de nombreux blindés, 4 hélicoptères, des drones, une grande partie de l’artillerie et de la DCA, toute la marine mais aussi de nombreuses infrastructures militaires (radars, quartiers généraux, casernes, base naval, aérodromes…),que l’état géorgien avait financé à grands frais avant-guerre, ont été completement rasées par les russes. Par contre quand ils se sont ressaisis ils ont eu le bon réflexe de récupérer le matériel abandonné sur les routes et dans les entrepôts puis de le camoufler pour qu’il échappe à la capture.

    http://www.armyrecognition.com/images/stories/independent/georgia/artillery_vehicle/dana/pictures/Dana_wheeled_self-propelled_hoxwitzer_Georgian_Army_Georgia_08082008_001.jpg
    Artillerie automotrice Dana d’origine tchèque, la Géorgie possédait 12 exemplaires de cette excellente artillerie, 2 furent détruits, 2 capturés et dans la retraite 6 étaient abandonnés mais récupérer à temps. Dommage pour les russes.

    Les géorgiens ont de nombreuses leçons à retenir de ce conflit ; ils auraient dû réduire les effectifs comme leur suggérer l’OTAN pour améliorer la qualité et la formation des troupes. Au lieu de ça ils envisageaient la création d’une 6ème brigade alors que la 5ème n’avait pas finis sa formation et quand on voit la prestation de cette dernière au combat on comprend vite qu’il vaut mieux améliorer les brigades existantes avant d’envisager la création de nouvelles. La 5ème ne fut pas la seule à être envoyée trop tôt au front en effet le niveau des réservistes étaient très insuffisants avec juste 1 mois de formation.

    Le président géorgien se comportant comme un petit Staline par ses purges régulières n’améliorera pas les choses, le clientélisme à tous les niveaux est le principal facteur d’élévation dans la hiérarchie militaire géorgienne, plus que les compétences concrètes. Ainsi de nombreux officiers géorgiens n’étaient pas aptes à commander ou étaient à des postes au-dessus de leurs compétences réels.

    L’armée géorgienne continua sa modernisation après-guerre évidement sa mission évolua d’une possible reconquête des régions séparatiste à celle de devoir résister à une invasion du territoire nationale par une force conventionnelle importante…
    La Géorgie a également commencé l’édification de sa propre industrie de défense pour moins dépendre de ses fournisseurs.

    http://www.armyrecognition.com/images/stories/independent/georgia/light_armoured/lazika/pictures/Lazika_tracked_armoured_infantry_fighting_vehicle_Georgia_Georgian_army_defence_industry_military_technology_003.jpg
    Un Lazika IFV, il fait partit des premiers véhicules de conception géorgienne. A noter la mitrailleuse télé opérer de l’intérieur.

    Plusieurs dizaines de civiles furent tués durant le conflit principalement Ossètes, impossible de donner des chiffres fiables sur ce sujet car les 2 camps exagèrent ces chiffres pour justifier leurs actions…

    ——-
    * Les soviétiques épuisaient par la course au armement commencèrent à avoir un retard technologique sur l’OTAN dès les années 80. Le « bordel » des années Eltsine n’a rien arrangé. Poutine essaye d’arranger les choses mais la situation est catastrophique, beaucoup de matériel date des années 70-80, les essais de nouveaux missiles balistiques sont des échecs décrédibilisant du coup la dissuasion nucléaire. C’est pour ça qu’aujourd’hui la Russie essaye de se procurer de nouvelles technologies militaires à tous prix.

    A suivre….

    Comparaison n'est pas raison.

  • Modérateur
    Posts2989
    Member since: 12 avril 2012

    Aujourd’hui pour conclure sur l’aspect militaire de cette guerre une biographie d’un vétéran mais pas de n’importe quel vétéran ! Le lieutenant-colonel Anatoly Lebed

    Le capitaine Conan disait à propos de la 1ère guerre mondiale « vous êtes 3 millions à l’avoir faites et on est 5 000 à l’avoir gagnés ». Ces 5 000, ce sont des guerriers des vrais, qui à l’instar d’Achille, Richard Cœur de Lion, Hans-Ulrich Rudel ou le général Bigeard ont réalisé les plus grands exploits militaires grâce à leur talent tacticien, de meneur d’hommes et aussi grâce à beaucoup de chance… Ces guerriers se détachent du reste de la troupe tant ils ont la guerre dans leur sang. Anatoly Lebed fait partit de ces surhommes.

    http://media.moddb.com/images/members/1/420/419240/67831234post16128239270.jpgLe lieutenant-colonel Anatoly Lebed: Son placard (ensemble des médailles) est assez impressionnant avec (dans le sens de lecture) Ordre du Service pour la Patrie dans les Forces armées, héros de la fédération de Russie, 3x Ordre de l’Étoile rouge, 3x Ordre du Courage et juste en dessous Ordre militaire de Saint-Georges. Sur la poche à gauche on y distingue l’insigne des paras russes et l’insigne de la garde (étoile et drapeau rouges).

    Chronologie :

    – Naissance le 10 mai 1963 en Estonie soviétique
    – 1981 il intègre la 44ème division parachutiste
    – 1986 il suit une formation de technicien pour réparer les hélicoptères et intégrer un équipage
    – 1986-87 c’est dans ce rôle qu’il participe à l’invasion soviétique de l’Afghanistan ou il se distingue déjà.
    – Suis plusieurs affectations avant de passer à la réserve en 1994.
    – Participe à la guerre du Kosovo (force d’interposition russe)
    – Il se porte volontaire par patriotisme pour la 1ère guerre de Tchétchénie achetant lui-même son équipement et combattant au sein d’une milice.
    – Ses indéniables qualités lui permettent d’intégrer le prestigieux 45ème régiment de reconnaissance parachutiste, une unité d’élite de la garde où il dévoilera tout son talent. Il fera pas moins de 10 séjours en Tchétchénie !
    – En 2003 il marche sur une mine son pied est amputé mais il reste dans l’armée et dans son unité de paras avec une prothèse!
    – En 2005 pris dans une embuscade et blessé il refuse de quitter ses hommes eux aussi blessés, il repoussera l’attaque seul !
    – Ses exploits se succèdent et il obtient la médaille de héros là la fédération de Russie, la distinction russe la plus prestigieuse.

    http://ra.spetsnaz.su/w/images/0/07/Anatolij_Lebed_45th.jpg
    Le lieutenant-colonel Anatoly Lebed juché sur un BTR-80 et à la tête de ses troupes en Abkhazie, il n’y a pas beaucoup d’armée dans le monde qui accepterait qu’un officier de si haut rang soit si proche de la ligne de front !

    Son rôle durant la guerre de 2008:

    Il y commanda une unité du 45ème régiment de reconnaissance parachutiste. En tant qu’avant garde, il fait de la reconnaissance au profit de la 7ème division parachutiste. Ses hommes vont participer aux combats en Abkhazie, puis ils s’empareront du port de Gori où la flotte géorgienne sera coulée et où ils captureront les Hummers de l’US Army ainsi que 22 prisonniers.

    Son Avis sur la guerre :
    Il trouvait légitime que la Russie s’engage contre la Géorgie qui n’avait pas hésité à attaquer le bataillon « pacifiste » d’interposition russe. Sur le plan militaire il reconnait que l’équipement géorgien était de meilleures qualités et que les géorgiens s’étaient bien préparés mais aussi il constatait clairement le manque de formations des soldats ennemis.

    http://ra.spetsnaz.su/w/images/b/b9/Anatolij_Lebed_3.jpg
    Lebed dans le port de Gori fraichement capturé. A noter l’AK-74 du bien surnommé « Rambo russe », peinte pour mieux se camoufler, c’est très stylé. On voit aussi en arrière-plan une des vedettes lance missile géorgienne qui vit ses dernier moments.

    Paradoxe du destin, le 27 avril 2012, après avoir été mainte fois blessé gravement durant ses multiples batailles, il décède des suites de ses blessures après un accident de moto… S’en suivit une vague d’hommage des russes, conscient d’avoir perdu leur héros. Sa seule famille était son chien « pate »* qu’il avait recueillie en Tchétchénie, ainsi qu’une femme et son enfant.

    Je remercie le membre russe Hisroyalhighness du forum militaryphotos.net pour ses informations qui m’ont aidé à faire cette biographie.

    *« Pate » en référence aux pates des rations de survit que Lebed adorait. Son chien l’accompagnait au combat et à lui aussi été blessé.

    Comparaison n'est pas raison.

  • Modérateur
    Posts2989
    Member since: 12 avril 2012

    Aujourd’hui l’aspect diplomatique:

    Dès le début de l’offensive géorgienne en Ossétie, la Russie exige une résolution à l’ONU appelant à un cessez le feu mais les Etats-Unis y opposèrent leur véto… A noter que contrairement aux israéliens qui ont évacués leurs instructeurs dès le 7 aout, les Etats-Unis eux, les ont gardés en Géorgie surement pour servir de conseiller à l’armée géorgienne d’ailleurs il s’en fallut de peu pour que plusieurs officiers américains soient capturés mais les russes se sont semblent ils retenus pour éviter tous incidents diplomatiques. Plusieurs employés de société militaire privée américaine auraient participé au combat si cela s’avérer vrai alors se serait la preuve que les USA n’ont rien fait pour retenir la Géorgie d’attaquer voire l’ont encouragé.

    Sans suivit donc l’intervention russe pendant laquelle la Géorgie reçu le soutien de nombreux pays se sentant menacer par l’impérialisme russe tel que la Turquie, les pays baltes, l’Ukraine… mais aussi de l’Union Européenne, présidée à l’époque par la France, qui ne blâmera injustement que la Russie alors qu’elle n’est pas responsable du conflit. Le président Sarkozy (qui a eu le mérite d’essayer) réussit à obtenir un cessez le feu qui entre en vigueur le 13 aout, néanmoins les termes du traité restent flous et cela aura des conséquences après le 13.

    http://www.alliancegeostrategique.org/images/russia_vs_georgia.jpg
    « Tu peux appeler oncle Sam autant que tu voudras » La Russie démontre par ce conflit aux ex-républiques soviétiques qu’il n’est pas bon de s’allier avec les Etats-Unis qui ne viendront pas les aider en cas de besoin.

    Alors concrètement quelle est la situation le 13 aout 2008. La Russie a définitivement libéré 2 régions séparatistes au détriment d’un allié proche des Etats-Unis. Tiens ! Ne serait–ce pas l’exact contraire de la situation qui s’est produite lorsque l’indépendance a été accordée au Kosovo au détriment de la Serbie fidèle alliée de Moscou… Poutine avait prévenu « En reconnaissant l’indépendance du Kosovo, les Occidentaux ont lancé un boomerang qui leur reviendra dans la gueule » Il a tenu parole.

    http://static.lexpress.fr/medias/61/1-a-column-of-russian-troops-stops-for-a-short-rest-while-travelling-in-the-direction-of-tskhinvali-near-the-town-of-alagir_445.jpg
    Troupes russes encore en territoire géorgien après le cessez le feu. Les russes n’hésiteront pas à envoyer des unités logistiques comme celle-ci en 1ère ligne pour une ultime provocation montrant ainsi qu’ils ne craignent pas les géorgiens.

    Des troupes russes seront toujours situées sur le territoire géorgien jusqu’à septembre, profitant du flou du traité de cesser le feu, elles continueront leur progression vers Tbilissi (capitale géorgienne) pour maintenir le rapport de force dans les négociations. Elles s’empareront notamment de Gori, la ville natale de Staline. L’ensemble des infrastructures militaires et certaines civiles tombées aux mains des russes furent systématiquement détruites pour punir la Géorgie. Car c’est bien une punition qui est infligée à Tbilissi. La Russie par cette guerre nous envoie un message pour montrer qu’elle est de retour au premier plan et qu’elle ne laissera pas les USA et l’OTAN s’approchait de SA zone d’influence.

    Lorsque les russes continueront leur progression vers Gori, ils ne furent retardés que par les barrages des policiers géorgiens, l’armée étant à Tbilissi pour faire une ultime ligne de défense. Les russes au début contourneront ces barrages mais finalement agacés ils percuteront les véhicules de la police avec leur blindés.

    Le 26 aout la Russie reconnait l’indépendance des républiques d’Abkhazie et de d’Ossétie du Sud, très peu de pays la suivront mais devant l’impossibilité pour la Géorgie de reprendre le contrôle de ses régions il est plus que probable que ces républiques resteront sous protectorat russe.

    A suivre…

    Comparaison n'est pas raison.

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Le lieutenant-colonel Anatoly Lebed est vraiment impressionnant!

  • Modérateur
    Posts2989
    Member since: 12 avril 2012

    Le lieutenant-colonel Anatoly Lebed est vraiment impressionnant!

    Oui les russes ont perdu un grand soldat. Il est toujours revenu en premier ligne malgré ses blessures et sa prothèse. C’est impressionnant de voir à quel point il était proche de ses hommes, sur les photos si on ne sait pas que c’est lui, on pourrait croire que c’est un soldat comme les autres.

    http://ra.spetsnaz.su/w/images/5/52/Anatolij_Lebed_4.jpg

    http://bankrat.gorod.tomsk.ru/uploads/11956/1281107556/Anatoli_Vyacheslav_Lebed.jpg
    On voit bien sur celle-ci qu’il mérite son surnom de “Rambo russe”

    Comparaison n'est pas raison.

  • Participant
    Posts804
    Member since: 12 avril 2012

    Comme quoi la doctrine “Il faut faire soit même ce que l’on exige de ses hommes” est encore valable à notre époque dans les guerres modernes.

  • Modérateur
    Posts2989
    Member since: 12 avril 2012

    L’aspect médiatique :

    La guerre moderne fait qu’aujourd’hui pour obtenir la victoire il ne faut plus seulement gagner sur le plan militaire mais sur un ensemble d’autres aspects ; économique, diplomatique, politique mais aussi médiatique. Les exemples s’accumulent dans l’histoire récente où des guerres, pourtant militairement gagnées, se transforment en semi-victoire voire en défaite pour le camp qui a négligé ces autres aspects. Ces exemples sont la guerre du Viêt-Nam, l’Algérie, l’Irak etc… La guerre de Géorgie n’échappe pas non plus à cette nouvelle règle et si sur le terrain militaire et diplomatique la victoire est clairement russe, sur le ring médiatique en revanche le match est remportée par la Géorgie et par K.O !

    http://2.bp.blogspot.com/_6feYu8ILISc/SKGmWi_slTI/AAAAAAAAAbw/sO2_Ds4i_cg/s400/Saakachvili-1.jpg
    Le président Saakachvili en proie à la panique pendant un bombardement russe. Juste retournement des choses pour un homme qui avait à plusieurs reprise insulté le premier ministre russe de l’époque de “petit poutine” à cause de sa taille.

    Ainsi les 2 principaux belligérants vont se livrer une intense guerre médiatique. Les géorgiens dès le début de la guerre vont s’offrir les services d’une agence de communication située à Bruxelles. Cette dernière va faire un excellent travail et seule la propagande géorgienne va être pleinement reprit par les médias occidentaux. De telle manière que la Géorgie réussit à se faire passer pour la victime de l’ogre belliciste russe, ainsi les médias intervieweront le président Saakachvili qui déclara à plusieurs reprises que son armée se mit en ordre de marche quand les chars russes traversaient le tunnel de Roki, ce qui est absolument faux ! En effet c’est bien les géorgiens qui ont déclenché la guerre par leur attaque initiale. Les médias ont beaucoup parlé de la Géorgie victime, mais pas des ossétiens qui réclamaient à la quasi-unanimité l’indépendance et qui durent subirent les bombardements de l’artillerie géorgienne sur les populations civiles ni des miliciens qui auraient été exécutées. Le terme « guerre froide » a été régulièrement et abusivement utilisés afin de provoquer une réaction occidentale mais aussi celui de « nettoyage ethnique » là aussi pour faire passer la Géorgie comme une victime.

    http://4.bp.blogspot.com/_mdxJXcDj7k8/SN0KufE_ayI/AAAAAAAAAEs/QfX7fMq2wfk/s400/080809+Ossetian+Pres.+Kokoity+in+Java2+-+Reuters.jpg
    Le président auto-proclamé ossète Edouard Kokoïty. Il peut être très fier de ses miliciens qui se sont battus courageusement mais pas de leurs comportements qui suivirent les combats.

    Lors des combats et comme dans toute guerre il y a un exode des populations, celui des géorgiens vivant en Ossétie suivit des pillages de leur maison par les miliciens ossète a servi de prétexte pour utiliser cette expression de « nettoyage ethnique », c’est vrai que les miliciens plein de haine se sont comportés comme des bandits mais il n’y a pas eu de massacre de civils géorgiens.

    Un exemple : Une chaine de tv américaine pour satisfaire les préjugés antirusse de ses téléspectateurs interview une jeune fille ossète et sa mère, pensant qu’elles démontreraient les atrocités des russes. Sauf que évidement la jeune fille étant ossète, elle remercia plutôt les russes de l’avoir libérer des géorgiens qui bombardaient son village… aussitôt l’interview est stoppée, la mère a juste le temps de dire : « je sais que ce n’est pas ce que vous voulez entendre ». On est devant un exemple clair qu’un média américain a voulu cacher la vérité à ses téléspectateurs.

    http://1.bp.blogspot.com/_PkwoL2H7ldo/SnrcI9rNXoI/AAAAAAAAAWc/z5OmrUYUZE0/s400/080815_russia2%5B1%5D.jpg
    Geste absurde d’un soldat russe. A l’heure d’internet, où les informations et les mauvaises interprétation circulent très vite, ce genre de comportement et à proscrire des armées.

    Du côté russe la gestion des médias fut catastrophique. L’officier qui accueillait les journalistes du monde entier n’était pas former à la com. et ne parler même pas anglais ! Les soldats russes en générale se comportaient très mal avec les journalistes en les insultants voir en leur tirant dessus ! La présence, aux côtés de l’armée régulière russe, d’unités avec déjà une très longue réputation derrière eux tel que le bataillon Vostock mais aussi les idées reçus parfois réelles sur les soldats russes n’arrangea rien… Les miliciens ossètes commirent aussi le vol d’un 4×4 et de matériel à des journaliste mais un général russe ordonna à ses soldats d’aller gentiment récupérer ce qui avait été volé auprès des miliciens, en réalité ces derniers ont été copieusement tabassés… Les russes ont commis énormément d’erreurs au niveau médiatique durant ce conflit mais il est probable qu’ils feront mieux la prochaine fois.

    Une courte vidéo qui explique tout, pas besoin de commentaire.

    Comparaison n'est pas raison.

25 sujets de 1 à 25 (sur un total de 38)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.