Post has published by vauban

Ce sujet a 33 réponses, 15 participants et a été mis à jour par  Marechal Montcalm, il y a 6 mois et 1 semaine.

34 sujets de 1 à 34 (sur un total de 34)
  • Participant
    Posts2977
    Member since: 12 avril 2012

    Charles Maurras journaliste, théoricien du “nationalisme intégrale”, membre historique de l’action française (mouvement monarchiste antisémite), condamné après la guerre pour son soutien au régime de Vichy figure dans le très officiel «Recueil des Commémorations nationales 2018».ici.

    Cette décision fait polémique. Voici le sujet abordé par différents journaux:
    BibliOBS
    Franceinfo
    Le Parisien
    Le Figaro
    Le Monde

    Quel est votre position vis à vis de cette potentielle commémoration? Quelle est votre position sur les commémorations officielles?

  • Participant
    Posts802
    Member since: 14 septembre 2013

    Bah disons que selon moi c’est un non-sens que la République française commémore un royaliste, donc un bonhomme qui veut renverser la République. Ce serait comme si aujourd’hui la Pologne profondément anticommuniste de par son passé dans le giron de l’URSS commémorait Lénine ou Staline.
    Ou si a contrario imaginons que la monarchie n’ai pas été renversé en France en 1848 et que l’on soit toujours une monarchie constitutionnelle, ce régime célébrait Robespierre ou Jean Jaurès. Cela n’aurait aucun sens.

  • Participant
    Posts106
    Member since: 1 mars 2017

    Bah disons que selon moi c’est un non-sens que la République française commémore un royaliste, donc un bonhomme qui veut renverser la République. Ce serait comme si aujourd’hui la Pologne profondément anticommuniste de par son passé dans le giron de l’URSS commémorait Lénine ou Staline.
    Ou si a contrario imaginons que la monarchie n’ai pas été renversé en France en 1848 et que l’on soit toujours une monarchie constitutionnelle, ce régime célébrait Robespierre ou Jean Jaurès. Cela n’aurait aucun sens.

    Mais alors, pourquoi faire autant de bruit sur Maurras ?

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    Parce qu’on a eu l’impudence de vouloir le commémorer cette année, et que la LICRA a rappelé son antisémitisme.

    Mais ce qui m’étonne dans la France actuelle intégrée à l’Union européenne, c’est que Maurras, un germanophobe des plus durs (ayant soutenu par volonté d’union national Pétain mais ayant été opposé à la collaboration) puisse être proposé à être commémoré sans que l’on se demande si l’Allemagne le prendra bien.

    En effet, si l’on accepte de commémorer un germanophobe, en quoi peut-on le retirer pour antisémitisme ? Germanophobie et antisémitisme sont toutes les deux des haines tout autant condamnables.

    Une Spartiate équipant son fils : "Reviens avec ce bouclier au bras ou bien dessus"

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 17 avril 2015

    La germanophobie c’est la peur des Allemands. Tu sais la nation deux fois plus peuplée que la France, avec l’industrie la plus puissante d’Europe et qui se militarise rapidement, à l’époque de Maurras. Donc sa germanophobie est parfaitement justifiée. Moi aussi j’aurai eu peur de l’Allemagne pendant l’Entre-deux-Guerres. Donc bon, placer germanophobie et antisémitisme sur le même plan…
    Même s’il est vrai que parfois la germanophobie et l’antisémitisme se recoupe chez l’action Française, ce qui donne un résultat assez nauséabond. Toutefois à partir de 1933 la germanophobie est tout à fait justifiée en France. Si la France en avait eu plus elle n’aurait peut-être pas attendu 1936 pour se réarmer.

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    Se méfier d’une puissance étrangère n’est pas un mal en soi, surtout quand on connaît les relations belliqueuses que cette puissance a entretenu avec notre nation.

    Le choix de la France de commémorer ou non un de ses artistes ne doit pas tenir compte des avis de l’Allemagne. Si pas, quid de Bismarck, Fitche, Nietzche, Wagner et tous les autres ? Ce ne sont pas de grands admirateurs de la France à ma connaissance.

  • Participant
    Posts802
    Member since: 14 septembre 2013

    Le problème n’est pas là, on s’éloigne du sujet principal, on ne demande pas les avis de pourquoi la LICRA trouve honteux de commémorer Charles Maurras. La question est “la France doit-elle commémorer Charles Maurras en 2018” et le réponse est non, la République française n’a pas à commémorer la mémoire d’un royaliste anti-républicain, anti donc le fondement de ce qui fait l’Etat français !

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    Ce royaliste a toujours appelé et contribué à l’unité nationale quand la France était en guerre et ne s’est jamais associé à la Collaboration.

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    La germanophobie c’est la peur des Allemands.

    Non, la germanophobie est l’hostilité envers les Allemands (je me base ici sur la définition du dictionnaire Le Petit Larousse de 2010). Et lorsque je regarde sur divers sites internet de définitions en langue française (Dictionnaire de français LAROUSSE, Reverso Dictionnaire, NotreFamille.com), je tombe sur la même définition.

    Attention donc @sanguinius, peur et hostilité sont deux choses très différentes : (je me base ici sur les définitions du Dictionnaire de français LAROUSSE)
    Peur :
    – Sentiment d’angoisse éprouvé en présence ou à la pensée d’un danger, réel ou supposé, d’une menace (souvent dans avoir, faire peur) ; cette émotion éprouvée dans certaines situations.
    – Appréhension, crainte devant un danger, qui pousse à fuir ou à éviter cette situation.
    – Crainte que quelque chose, considéré comme dangereux, pénible ou regrettable, se produise (surtout dans avoir peur).
    – Crainte du jugement, des réactions de quelqu’un, qui fait qu’on adapte son comportement, qu’on obéit à certaines consignes.

    Hostilité :
    – Sentiment d’inimitié à l’égard de quelqu’un ; attitude d’opposition à l’égard de quelque chose.

    Un individu peut avoir peur sans commettre aucune forme d’hostilité envers quelque chose ou quelqu’un. Ainsi, Maurras était un franc antisémite tout comme il était un franc germanophobe, et ce pour les mêmes raisons : il craignait autant les Allemands que les Juifs comme groupe pouvant très potentiellement nuire à la France.

    Mais gare à l’erreur facile de tout mélanger : Maurras nourrissait un antisémitisme non-racial (comme les hitléristes) mais discriminatoire, c’est-à-dire qu’il concédait qu’il existait de “bons Juifs” (peu nombreux cependant). Alors certes, à la vue des pensées actuelles, cela reste peu recommandable, mais cela demeure bien plus recommandable qu’une vision antisémite globale (partagée par les nazis), teintée d’un aspect exterminateur (=> si les Juifs sont tous mauvais, alors il faut s’en débarrasser).

    Tu sais la nation deux fois plus peuplée que la France, avec l’industrie la plus puissante d’Europe et qui se militarise rapidement, à l’époque de Maurras. Donc sa germanophobie est parfaitement justifiée. Moi aussi j’aurai eu peur de l’Allemagne pendant l’Entre-deux-Guerres. Donc bon, placer germanophobie et antisémitisme sur le même plan…

    Et bien attention, il est parfaitement compréhensible qu’une crainte puisse naître par rapport à la puissance allemande grandissante de cette époque, cela ne justifie pas (à mes yeux purement subjectifs, mais peut-être est-ce ton cas après tout, nous sommes là pour en discuter) une hostilité envers un peuple entier… Maurras était germanophobe déjà avant 1914, je dirai même que sa position anti-dreyfusarde était justifiée par son attitude germanophobe (surtout que l’accent très germanique qu’avait Alfred Dreyfus ne l’aida pas).

    Car, si, aujourd’hui par exemple, un individu, prenons un Français par exemple, craigne la puissance russe, cela ne signifie pas forcément qu’il nourrisse un sentiment d’hostilité envers l’ensemble des Russes. Ce n’est pas parce qu’un Belge craigne le nationalisme flamand qu’il nourrira un sentiment d’hostilité envers l’ensemble des Flamands. Ce n’est pas parce qu’un Britannique craigne l’islamisme fondamentaliste qu’il nourrira un sentiment d’hostilité envers l’ensemble des mahométans.

    Or, placer germanophobie et antisémitisme sur le même plan est justifié à condition qu’ils soient tout deux du même type : soit discriminatoire, soit globalisant. Mais dans les deux cas, ce n’est pas quelque chose de très sympathique, du point de vue actuel, je le répète. Donc je reformule ma question, comment expliquer que l’on refuse finalement de commémorer Charles Maurras à cause d’un antisémitisme (à l’époque partagé par une bonne partie de la population française) mais pas pour une germanophobie (tout autant présente dans la population française) ? Or, à mon sens, les deux sont tout autant condamnables (même si explicables par les événements, l’environnement social, etc. Mais si on pousse jusqu’au bout, on ira presque excuser Hitler pour son antisémitisme globalisant). Pourquoi donc cette différence d’attitude entre deux même genre de racisme ?

    Même s’il est vrai que parfois la germanophobie et l’antisémitisme se recoupe chez l’action Française, ce qui donne un résultat assez nauséabond. Toutefois à partir de 1933 la germanophobie est tout à fait justifiée en France. Si la France en avait eu plus elle n’aurait peut-être pas attendu 1936 pour se réarmer.

    En te lisant, j’ai l’impression d’entendre une personne pouvant me dire “Depuis les attentats à Paris (Charlie Hebdo, Hypercasher), l’islamophobie est tout à fait justifiée en France”. Or, ce n’est pas contre un pays ou un peuple entier qu’il faut diriger sa peur, son inimitié, sa haine, mais vers l’idéologie véhiculée (que ce soit celle qui gouvernait Berlin depuis 1933 ou celle qui faisait trancher des têtes en Syrie et fusillait des fêtards en France).

    La question est “la France doit-elle commémorer Charles Maurras en 2018” et le réponse est non, la République française n’a pas à commémorer la mémoire d’un royaliste anti-républicain, anti donc le fondement de ce qui fait l’Etat français !

    Ça alors ! Et pourtant, je suis prêt à parier que dans les personnages faisant partie du Livre des Commémorations nationales. 2017., il y a, à part Maurras, au moins un royaliste anti-républicain. D’ailleurs, l’on commémore même des Princes ! Tels que Guillaume le Pieux, duc d’Aquitaine ou Baudouin II, comte de Flandre, et l’on a l’audace de commémorer l’avènement de Théodoric Ier, pas très républicains pourtant.

    Je prends ma source d’ici : https://francearchives.fr/fr/commemo/recueil-2018/

    Edition : Dire que commémorer un royaliste est condamner le fondement de l’Etat français est une erreur selon moi. En effet, si, institutionnellement, tu as raison, rendre hommage à l’idée monarchiste à travers un royaliste peut sembler contraire au bon sens, je te signalerai que, premièrement, en Roumanie, un Etat républicain, la famille royale est associée durant toute sorte de commémorations, et cela ne pose pas vraiment problème, secondement, historiquement, c’est la monarchie qui a fait majoritairement la France (que cela plaise ou non), ce sont les siècles de royauté qui ont façonné en bonne partie le pays dans lequel tu vis, donc rendre hommage à la monarchie, ou à un monarchiste, de la part d’une République ne me semble pas si étrange que cela.

    Simon de Montfort, qui vécu à la “joyeuse époque” de la croisade contre les Albigeois est cité, et pourtant la Licra ne s’insurge pas contre ce personnage qui a tout de même ouvertement combattu des gens uniquement coupables d’hérésie (si ça ce n’est pas du racisme, que faut-il ?). Or, l’on pourrait très aisément argumenter que commémorer (Célébrer par une cérémonie le souvenir d’un événement important : Commémorer l’armistice de 1918. selon le Dictionnaire de français LAROUSSE) ce personnage serait néfaste pour le vivre-ensemble (si cher à tant de républicains) et donnerait un mauvais message aux Français.

    J’ajouterai aussi que seront commémorés la bataille de Reims ainsi que l’offensive alliée des Cents jours en 1918, cependant, un pacifiste pourrait vous dire que commémorer une bataille et, pire, une offensive, serait un encouragement au bellicisme.

    Ainsi, en chacun des personnages et événements nous pourrions, si nous le voulions, trouver tous les défauts du monde qui nous persuaderaient à ne pas les commémorer. Néanmoins, vous remarquerez la chose suivante, c’est que la France les commémorera, et notamment parce que personne n’a trouvé, ou plutôt voulu trouver à redire. En effet, je suis en réalité d’avis que chacun de ces événements ou personnages recèlent une part positive pour l’histoire de France, quelque chose qui rend une forme de fierté nationale (ce qui n’est absolument pas à reprocher). Or, ce que je trouve étrange, c’est que l’on se soit posé la question sur Maurras et que, à cause de ce que, nous, gens du XXIe siècle, avec notre mentalité et notre environnement culturel, considérons comme répréhensible chez cet homme, qui comme tout un chacun avait ses bons et mauvais côtés (en retenant toujours que la vision du bien et du mal est extrêmement subjective et changeante selon les lieux et les époques), l’on ait finalement décidé de la rayer de la liste.

    Au final, je suis d’avis que Maurras puisse être commémoré en tant que ce qu’il fit de bon (depuis notre vision subjective) durant sa vie. Si l’on le refuse pour un tort que l’on lui reproche aujourd’hui, sans considérer objectivement l’écart entre lui et nous, la liste des événements et des personnes à commémorer peut, dès lors, être bonne pour la corbeille car partout alors on trouvera à redire et à critiquer négativement sans tenter de voir le bon côté. Selon moi, donc, c’est soit tout le monde, soit personne.

    Une Spartiate équipant son fils : "Reviens avec ce bouclier au bras ou bien dessus"

  • Participant
    Posts802
    Member since: 14 septembre 2013

    Ce royaliste a toujours appelé et contribué à l’unité nationale quand la France était en guerre et ne s’est jamais associé à la Collaboration.

    Et ? Il n’en était pas moins royaliste, prônant une idéologie ultranationaliste et xénophobe avec l’objectif officiel de remplacer la république par une monarchie.

    Ensuite concernant l’argument de Leonidas. La grande différence entre Simon de Montfort et Charles Maurras est que de Montfort est un homme du Moyen-Age, une époque où la république n’existait pas ! Maurras est quant à lui homme du XXème siècle, et déjà au XXème siècle les royalistes ne représentaient plus qu’une minorité réactionnaire de la sphère politique, même à droite.
    Comparer ces deux hommes est vide de sens. Ensuite on a pas attendu l’atmosphère culturelle du XXIème siècle pour dénoncer les travaux de Charles Maurras ! Parmi ses contemporains, cet homme a connu beaucoup de détracteurs.

    De plus j’ajouterai que Simon de Montfort a contribué à la grandeur de la France en ajoutant le Midi au royaume, mais dis moi une seule chose positive qu’a apportée Charles Maurras ?

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    De plus j’ajouterai que Simon de Montfort a contribué à la grandeur de la France en ajoutant le Midi au royaume, mais dis moi une seule chose positive qu’a apportée Charles Maurras ?

    Bah, il s’est opposé à la collaboration avec les Allemands (rien que ça). Il était certes pour Pétain mais sans être pro-Allemagne comme Pierre Laval, son but : maintenir l’unité nationale derrière le sauveur de Verdun coûte que coûte, mais tout en critiquant la collaboration. D’ailleurs, pour la petite histoire, Maurras était sur une liste de personnes à arrêter en cas de débarquement allié en France. Autre chose : il se méfiait de la France Libre de De Gaulle car il soupçonnait une potentielle liaison entre lui et les Soviétiques. Son journal, L’Action française titrera à ce propos : La France seule, en effet, si Maurras soutenait la défaite allemande, il ne tenait pas à ce que la France tombe sous l’escarcelle d’une tierce puissance, cela montre bien qu’il soutenait le camp uniquement français. Il condamna même la Milice lorsqu’il apprit que celle-ci était sous tutelle allemande (il la soutenait cependant au tout début, afin qu’elle arrête les attentats communistes) et en interdira même l’intégration aux membres le l’Action française.

    L’influence de Maurras aura permis d’empêcher des membres de l’extrême droite française à se joindre aux nazis, en misant tout sur l’unité face à l’ennemi n°1 qu’est l’Allemagne (et il soutient ce discours encore en public en 1943 malgré la censure).

    La nuance est importante et condamner un individu sans prendre en considération ses actions et prises de positions positives.

    Et je te ferai remarquer que la République rend hommage à des individus, tels que Jules Ferry, malgré le discours extrêmement négatif à l’égard des Africains, et ce, pour sa contribution à l’amélioration de l’instruction publique.

    Que Napoléon reste un personnage central de l’Histoire de France à qui la République rend hommage en maintenant ses cendres en plein Paris, alors que le bougre a tout de même fait massacrer des centaines de prisonniers orientaux lors de la campagne de Syrie (mais bon, on en parle moins).

    Tout n’est jamais blanc ou noir et les personnages glorifiés cachent parfois de sombres souvenirs, tandis que ceux honnis peuvent receler de surprenantes parts positives (selon la vision subjective qu’on lui apporte bien sûr).

    Une Spartiate équipant son fils : "Reviens avec ce bouclier au bras ou bien dessus"

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 29 juillet 2012

    Pourquoi un régime (plus ou moins) démocratique ne serait pas en mesure de se souvenir (ce qui est déjà une forme d’hommage) de personnalités marquantes, même si ces dernières n’ont pas forcément jouer en sa faveur ? Bon apparemment ça a été retiré (ce qui ne m’étonne pas).
    De toute manière je comprends mal le principe de commémoration ; j’ai l’impression qu’on trie l’histoire et qu’on se souvient de ce qui est cool.
    Cela serait certainement plus intéressant de – justement – se souvenir du passé sans forcément prendre position en sa faveur. Du “bien” et du “mal” qu’il y a eu. Tout simplement.

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    Cela serait certainement plus intéressant de – justement – se souvenir du passé sans forcément prendre position en sa faveur. Du “bien” et du “mal” qu’il y a eu. Tout simplement.

    Je pense qu’on a besoin de dire ce qui est un “bon souvenir” et un “mauvais souvenir”.

    Pour les mauvais, on le fait déjà en allant commémorer le massacre d’Oradour-Sur-Glâne ou les camps de la mort en allant à Auschwitz ou avec l’Armistice.

    Une Spartiate équipant son fils : "Reviens avec ce bouclier au bras ou bien dessus"

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 17 avril 2015

    Bah, il s’est opposé à la collaboration avec les Allemands (rien que ça).

    Il était certes pour Pétain mais sans être pro-Allemagne comme Pierre Laval, son but : maintenir l’unité nationale derrière le sauveur de Verdun coûte que coûte, mais tout en critiquant la collaboration.

    La bonne blague, tu viens de montrer que tout ce qu’il a fait c’était du vent. Pendant que des Arméniens se font fusiller pour la France, Maurras soutient un gouvernement qui collabore avec l’Allemagne. Dans ces conditions critiquer la collaboration revient à faire du vent. A être d’une hypocrisie qui dépasse les bornes (nationalisme intégral, haine des étrangers, mais dès qu’il a eu l’occasion de se rapprocher du pouvoir ça lui a pas posé de problèmes de se planquer pendant que des Polonais, des Arméniens, des Marocains, etc, mourraient pour la France.

    D’ailleurs, pour la petite histoire, Maurras était sur une liste de personnes à arrêter en cas de débarquement allié en France.

    Ça me stupéfie vraiment. On a pensé qu’il serait bon d’arrêter un antisémite virulent, grand soutien d’un régime qui collaborait à la Libération? C’est à ni rien comprendre. PS: Inutile de me rappeler que l’antisémitisme de Maurras n’est pas celui des nazis, merci.

    Autre chose : il se méfiait de la France Libre de De Gaulle car il soupçonnait une potentielle liaison entre lui et les Soviétiques.

    Donc tu nous montres qu’il était en plus complètement aveuglé par son anti-communisme. De Gaulle le bolchévique on aura tout vu.

    Son journal, L’Action française titrera à ce propos : La France seule, en effet, si Maurras soutenait la défaite allemande, il ne tenait pas à ce que la France tombe sous l’escarcelle d’une tierce puissance,

    Genre, l’Allemagne, non? Je crois que la “tierce puissance” menaçante pour la France de 33 à 44 ce n’est ni l’URSS ni les USA.
    cela montre bien qu’il soutenait le camp uniquement français.

    Bah…. Non.

    Il condamna même la Milice lorsqu’il apprit que celle-ci était sous tutelle allemande

    Parce qu’avant une milice qui traque les Résistants et les opposants politiques ça lui posait pas de problème? Ah bah quel chic type! (il la soutenait cependant au tout début, afin qu’elle arrête les attentats communistes)
    Punaise mais c’est incroyable, il est content que des planqués arrêtent ceux qui risquent leur vie pour virer les Allemands du sol français et ça ne te pose aucun problème ?

    et en interdira même l’intégration aux membres le l’Action française.

    L’influence de Maurras aura permis d’empêcher des membres de l’extrême droite française à se joindre aux nazis

    Mais quelle influence extraordinaire… C’est juste une blague, y a des monarchistes, des mecs de l’AF ou juste l’extrême-droite qui ont résisté pendant qu’il se planquait aux côtés de Pétain et tu le glorifies?
    Mais s’il s’était inspiré de Maurras iOS n’auraient jamais résisté!

    , en misant tout sur l’unité face à l’ennemi n°1 qu’est l’Allemagne (et il soutient ce discours encore en public en 1943 malgré la censure).

    Non. En misant tout sur l’unité derrière Pétain qui collabore. Donc c’est uni dans la soumission son truc,
    parce qu’on peut bien dire qu’on est contre la collaboration, du moment qu’on soutient Vichy et qu’on ne résiste pas ce n’est que de l’hypocrisie.

    La nuance est importante et condamner un individu sans prendre en considération ses actions et prises de positions positives.

    La vraie nuance elle est là: Maurras s’est retrouvé en pleine contradiction:
    Il haïssait la République mais était aussi ‘nationaliste. En 40 la République s’effondre (+) mais c’est a cause des ennemis de la France (-) quel parti choisir? D’abord la France ou d’abord les idées politiques ? Il a choisi ses idées. Très bien. Je le comprends. Dans une autre situation de chamboulement est-ce que je choisirai mes idéaux ou la France ? Qu’est-ce que j’en sais. Mais il reste que la République ne lui doit rien et qu’il est de plus un antisémite, raciste et intolérant religieux (Protestants) ça explique pourquoi on ne “commémore pas” Charles Maurras. Ça ferait tâche. Après parler de son talent d’écrivain en dehors de ces commémorations avec un travail d’explication sur ses convictions politiques, là je serai pour. En attendant je préfère largement qu’on évite de mettre des gens de cette sorte à l’honneur. Ce serait pareil pour Déat, Laval, etc…

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    Tu sais @sanguinius, je ne soutiens pas vraiment Charles Maurras, la seule question que j’ai posé dès le départ (et auquel personne n’a encore bien voulu répondre) est : pourquoi ne pas commémorer Maurras en 2018 pour son antisémitisme et non pour sa germanophobie ? (en partant du principe que, oui, ces deux racismes se valent dans le cas de Maurras)

    Quant au choix de Maurras, selon moi, ce fut la France, car son idée, c’était justement la France (à moins que tu aies oublié d’un coup son nationalisme ?). Il a soutenu Pétain comme des millions de Français car il avait confiance en lui, il a fait comme beaucoup : essayer de faire l’union sacrée pour défendre les intérêts de la France en donnant toute la confiance à Pétain (qui jouissait toujours de son aura de sauveur de Verdun). D’ailleurs, Maurras a même, durant la Grande Guerre, soutenu Clemenceau (Clemenceau !!!) au nom de cette union sacrée pour la victoire.

    Alors désolé, @sanguinius, si Maurras a commis l’impudence de se tromper en soutenant Pétain autant qu’il a soutenu le Tigre.

    Une Spartiate équipant son fils : "Reviens avec ce bouclier au bras ou bien dessus"

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 17 avril 2015

    Tu sais @sanguinius, je ne soutiens pas vraiment Charles Maurras

    Je en doutais un peu, ne t’inquiète pas tu ne me donnes pas l’impression d’être un xénophobe et antisémite haineux 😛

    Quant au choix de Maurras, selon moi, ce fut la France, car son idée, c’était justement la France (à moins que tu aies oublié d’un coup son nationalisme ?). Il a soutenu Pétain comme des millions de Français car il avait confiance en lui, il a fait comme beaucoup : essayer de faire l’union sacrée pour défendre les intérêts de la France en donnant toute la confiance à Pétain (qui jouissait toujours de son aura de sauver de Verdun). D’ailleurs, Maurras a même, durant la Grande Guerre, soutenu Clemenceau (Clemenceau !!!) au nom de cette union sacrée pour la victoire.

    Le problème c’est que je viens de te montrer que ça ne marchait pas. Donc répéter la même chose plusieurs fois ne la rend pas plus valide. Et comparaison n’est pas raison, la situation de 1917 n’est pas celle de 1940: soutenir Clemenceau c’est soutenir la lutte du pays contre l’Allemagne, soutenir Pétain c’est soutenir la soumission à Allemagne, ainsi que la participation au génocide des Juifs, Tziganes, la déportation de prisonniers politiques FRANÇAIS en Allemagne, etc. Ta comparaison ne tient pas la route. De plus je viens aussi de te montrer sue son ‘nationalisme n’était qu’hypocrisie. Ah et manque de chance Pétain on peut l’appeler sauveur de Verdun, mais aussi serreur de mains, donc bon…

    Alors désolé, @sanguinius, si Maurras a commis l’impudence de se tromper en soutenant Pétain autant qu’il a soutenu le Tigre.

    Oui, oui, trois fois rien, soutenir un régime antisémite, dictatorial, qui vend la France à l’Allemagne et participe au génocide le plus meurtrier de l’histoire de l’humanité. C’est pas grand chose, hein 😉

  • Participant
    Posts802
    Member since: 14 septembre 2013

    Bah, il s’est opposé à la collaboration avec les Allemands (rien que ça). Il était certes pour Pétain mais sans être pro-Allemagne comme Pierre Laval, son but : maintenir l’unité nationale derrière le sauveur de Verdun coûte que coûte, mais tout en critiquant la collaboration. D’ailleurs, pour la petite histoire, Maurras était sur une liste de personnes à arrêter en cas de débarquement allié en France. Autre chose : il se méfiait de la France Libre de De Gaulle car il soupçonnait une potentielle liaison entre lui et les Soviétiques. Son journal, L’Action française titrera à ce propos : La France seule, en effet, si Maurras soutenait la défaite allemande, il ne tenait pas à ce que la France tombe sous l’escarcelle d’une tierce puissance, cela montre bien qu’il soutenait le camp uniquement français. Il condamna même la Milice lorsqu’il apprit que celle-ci était sous tutelle allemande (il la soutenait cependant au tout début, afin qu’elle arrête les attentats communistes) et en interdira même l’intégration aux membres le l’Action française.

    L’influence de Maurras aura permis d’empêcher des membres de l’extrême droite française à se joindre aux nazis, en misant tout sur l’unité face à l’ennemi n°1 qu’est l’Allemagne (et il soutient ce discours encore en public en 1943 malgré la censure).

    La nuance est importante et condamner un individu sans prendre en considération ses actions et prises de positions positives.

    Et je te ferai remarquer que la République rend hommage à des individus, tels que Jules Ferry, malgré le discours extrêmement négatif à l’égard des Africains, et ce, pour sa contribution à l’amélioration de l’instruction publique.

    Que Napoléon reste un personnage central de l’Histoire de France à qui la République rend hommage en maintenant ses cendres en plein Paris, alors que le bougre a tout de même fait massacrer des centaines de prisonniers orientaux lors de la campagne de Syrie (mais bon, on en parle moins).

    Tout n’est jamais blanc ou noir et les personnages glorifiés cachent parfois de sombres souvenirs, tandis que ceux honnis peuvent receler de surprenantes parts positives (selon la vision subjective qu’on lui apporte bien sûr).

    Je ne vois pas en quoi empêcher une frange de l’extrême-droite française royaliste, réactionnaire et antisémite de tomber dans la collaboration active par germanophobie consiste un élément positif de l’histoire de France.

    Certes Jules Ferry était raciste, comme quasiment tout le monde à l’époque sans doute, mais on le célèbre pour sa restructuration de l’école française, laïque et pour tous, ça c’est positif.
    Quant à Napoléon on célèbre le dirigeant français qui a porté notre pays jusqu’à la première place de puissance européenne, et aussi le réformateur (Code civil, préfets, grandes écoles…) et même si tout n’est pas rose, loin de là, et même si tout le monde n’est pas obligé de se sentir forcé à célébrer un gars comme Napoléon (moi-même j’ai un avis partagé sur la question), il y a de grandes choses à dire sur ce “grand homme”.

    Alors que je ne vois vraiment pas l’utilité de commémorer un bonhomme comme Charles Maurras, parce que si malheureusement au jour d’aujourd’hui et de l’instrumentalisation politique de l’histoire, notamment via les commémorations, et autres groupes “porteurs de mémoire”, et surtout pour les commémorations publiques, il convient de choisir les personnages. Après rien n’empêche les plus intéressés à organiser des débats, des réunions sur l’oeuvre littéraire et politique de Maurras.

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    Justement, je pose alors une nouvelle question en lien direct avec le sujet : pourquoi la France (du moins l’Etat) a voulu commémorer Charles Maurras ?

    Car si ça se trouve, on a raté quelque chose depuis le début.

    Une Spartiate équipant son fils : "Reviens avec ce bouclier au bras ou bien dessus"

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 17 avril 2015

    Parce qu’il a été considérés comme un bon écrivain, il a siégé à l’Académie française

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    D’accord, c’est vrai qu’avec 10 000 articles, et plein d’ouvrages au compteur, c’est un poids lourd.

    Ainsi donc, quel intérêt y a-t-il à ne pas le commémorer étant donné qu’il représente un morceau important du monde de l’écriture française de son époque, à partir du moment que l’on remet (tout comme pour Jules Ferry) dans son contexte ?

    Ne serait-ce pas nier son histoire que de dire que finalement, Maurras et toute son oeuvre, par le refus de le commémorer, sont nuls et non-avenus ?

    Une Spartiate équipant son fils : "Reviens avec ce bouclier au bras ou bien dessus"

  • Participant
    Posts802
    Member since: 14 septembre 2013

    Bah non parce que comme je l’ai déjà dit rien n’empêche d’organiser des débats, ou même des associations autour de l’oeuvre de Charles Maurras.

    Mais la République française n’a pas à commémorer publiquement ce genre de personnage.

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 26 février 2013

    Ainsi donc, quel intérêt y a-t-il à ne pas le commémorer étant donné qu’il représente un morceau important du monde de l’écriture française de son époque, à partir du moment que l’on remet (tout comme pour Jules Ferry) dans son contexte ?

    Par ce qu’il a été frappé d’indignité nationale.
    Et qu’une commémoration n’est pas faite pour “la remise en contexte”. Pour la remise en contexte on fait appel a l’Histoire : a des articles (d’historien, de spécialiste de littérature par exemple), des documentaires, des livres. Pas une commémoration qui elle fait appel a la mémoire. On peut parfaitement considéré Maurras comme un écrivain important de son époque tout en refusant catégoriquement sa place dans une commémoration nationale.

    Omnia Sunt Comunia

    Je suis anarchiste au point de traversé dans les clous pour ne point avoir de soucis avec la maréchaussée.

  • Participant
    Posts754
    Member since: 31 octobre 2012

    Il sera toujours facile de juger avec le recul de l’Histoire ceux qui sont du “bon” camp et ceux du camp des maudits.

    On critique dans ce fil l’antisemitisme de Mauras, mais on tolere le rascime de Ferry. D’un point de vue de bon Suisse, votre corse nous a envahi, a recruter nos hommes pour aller crever aux quatres coins de l’Europe et on devrait le celebrer?

    Comme le dit tres bien Leonidas, Mauras aura ete un nationaliste francais, qui selon mes souvenirs, qui etait athee, mais qui par raison d’Etat se considerait comme catholique. On est devant un monsieur qui vivait sa vie politque de A a Z. A tord ou a raison.

    Si j’etais un nationaliste Francais, je vous dirais que “Etre français, c’est partager une histoire, une mémoire ; être français, c’est partager la fierté de la grande épopée nationale de la Monarchie, de l’Empire et de la République. « La patrie, c’est la terre et les morts »”

    A tord ou a raison, quand on se pretend d’un pays, on prend tout, le bon grain et l’ivraie.

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 17 avril 2015

    Il sera toujours facile de juger avec le recul de l’Histoire ceux qui sont du “bon” camp et ceux du camp des maudits.

    Je te ferai remarquer qu’on juge toujours mieux avec du recul donc bon…
    Et j’ai apporté cette nuance dont tu veux parler, en remettant le choix de MauRRas dans son contexte. Même en faisant ça, les actes demeurent les même.

    On critique dans ce fil l’antisemitisme de Mauras, mais on tolere le rascime de Ferry. D’un point de vue de bon Suisse, votre corse nous a envahi, a recruter nos hommes pour aller crever aux quatres coins de l’Europe et on devrait le celebrer?

    Ta comparaison ne fait aucun sens,
    on parle de la commémoration française d’un personnage français, il n’est pas question de forcer d’autres pays à le commémorer. Quant à Ferry, il a déjà été précisé que l’on ne célébrait évidemment pas Ferry pour les colonies mais pour les lois sur l’éducation.

    Si j’etais un nationaliste Francais, je vous dirais que “Etre français, c’est partager une histoire, une mémoire ; être français, c’est partager la fierté de la grande épopée nationale de la Monarchie, de l’Empire et de la République. « La patrie, c’est la terre et les morts »”

    Il dit qu’il voit pas le rapport.

    A tord ou a raison, quand on se pretend d’un pays, on prend tout, le bon grain et l’ivraie.

    Et vu que ce paragraphe est dans la même ligné que le précédent, la même réponse s’y applique aussi.

  • Participant
    Posts802
    Member since: 14 septembre 2013

    Glapsvior je vais être franc, faut arrêter d’être hypocrite. Nous sommes un Etat, une nation. La République française qui a des valeurs données comme tous les peuples du monde. A partir de là c’est normal que les commémorations publiques organisées par l’Etat reflètent ces valeurs, sinon on célèbre tout le monde.

    Le domaine public n’est pas le travail personnel de l’historien ou du particulier, mais ce que l’Etat veut faire refléter du pays, en l’occurence la France.
    En outre, je pense qu’il faut arrêter avec ce relativisme historique qui n’a pas sa place ici, et qui de toute manière ne justifie pas tout du tout. De son vivant Maurras a connu des détracteurs. On a pas attendu le XXIème siècle pour que des gens dénoncent l’antisémitisme et la xénophobie.

    De plus tu parles de “et si j’étais un nationaliste français”. Mais on ne parle pas de ça. Tous les Français ne sont pas nationalistes et là on parle de commémoration organisée par l’Etat pas par des particuliers !
    Donc pourquoi l’Etat français commémorait un penseur dont l’idéologie politique va à l’encontre de ses valeurs ?

    Et le coup du “être français, c’est partager une histoire, une mémoire ; être français, c’est partager la fierté de la grande épopée nationale de la Monarchie, de l’Empire et de la République” ça veut dire quoi concrètement ? Que l’Allemagne devrait de même publiquement commémorer les grandes figures du IIIème Reich parce que c’est son histoire ? C’est absurde.

  • Participant
    Posts159
    Member since: 25 juin 2017

    Que l’Allemagne devrait de même publiquement commémorer les grandes figures du IIIème Reich parce que c’est son histoire ? C’est absurde.

    Sur le fond je suis d’accord avec toi, mais je déteste ce genre d’argumentation:

    Commémorer Charles Maurras Commémorer Nazis
    Axiome fondamentale : les nazis sont la quintessence du mal, oser mettre un mot ayant la plus infime valeur positive à moins de trois proposition de “nazi” est totalement et absolument inadmissible à moins d’être soit même un ignoble et repoussant fasciste.
    Donc Commémorer Nazis Absurde (car inenvisageable et pas le droit de contredire)
    Donc Commémorer Charles Maurras Absurde (car inenvisageable et pas le droit de contredire)

    Non, dans son raisonnement ce n’est pas “absurde” : même au nom du nazisme, des hommes ont fait de “grandes choses” pour l’Allemagne, il ne serait pas “absurde” de les commémorer (encore une fois, en suivant le raisonnement précédent).

    Ce que tu fait, c’est un bête point godwin.

    Par contre, clairement une nation ne peut commémorer un vecteur d’une idéologie différente de la sienne. Et attention, il ne s’agit certainement pas des faits de la personnes considérés, mais bien de l’image que nous en gardons aujourd’hui.
    Si le “côté sombre” de Jules Ferry était plus connu, aucun doute que nous aurions le même genre de polémiques qu’avec Maurras.
    Malheureusement pour ce dernier, ce sont ses positions antisémites qui ont le plus traversés le temps, et son image est donc incompatible avec l’idéologie actuelle.
    Si l’on avait gardé le souvenir de l’académicien, cette commémoration aurait sans doutes été ignoré de la grande majorités des personnes, comme toutes les autres.

    Patton, Joukov et Guderian entrent dans un bar...

  • Participant
    Posts802
    Member since: 14 septembre 2013

    Que l’Allemagne devrait de même publiquement commémorer les grandes figures du IIIème Reich parce que c’est son histoire ? C’est absurde.

    Sur le fond je suis d’accord avec toi, mais je déteste ce genre d’argumentation:

    Commémorer Charles Maurras Commémorer Nazis
    Axiome fondamentale : les nazis sont la quintessence du mal, oser mettre un mot ayant la plus infime valeur positive à moins de trois proposition de “nazi” est totalement et absolument inadmissible à moins d’être soit même un ignoble et repoussant fasciste.
    Donc Commémorer Nazis Absurde (car inenvisageable et pas le droit de contredire)
    Donc Commémorer Charles Maurras Absurde (car inenvisageable et pas le droit de contredire)

    Non, dans son raisonnement ce n’est pas “absurde” : même au nom du nazisme, des hommes ont fait de “grandes choses” pour l’Allemagne, il ne serait pas “absurde” de les commémorer (encore une fois, en suivant le raisonnement précédent).

    Ce que tu fait, c’est un bête point godwin.

    Par contre, clairement une nation ne peut commémorer un vecteur d’une idéologie différente de la sienne. Et attention, il ne s’agit certainement pas des faits de la personnes considérés, mais bien de l’image que nous en gardons aujourd’hui.
    Si le “côté sombre” de Jules Ferry était plus connu, aucun doute que nous aurions le même genre de polémiques qu’avec Maurras.
    Malheureusement pour ce dernier, ce sont ses positions antisémites qui ont le plus traversés le temps, et son image est donc incompatible avec l’idéologie actuelle.
    Si l’on avait gardé le souvenir de l’académicien, cette commémoration aurait sans doutes été ignoré de la grande majorités des personnes, comme toutes les autres.[/quote]

    Alors déjà faut croire que tu as vraiment mal lu mon message, à aucun moment je compare la commémoration de Maurras avec les nazis, je reprenais la phrase de Glapsvior pour montrer son absurdité, non un pays n’a pas besoin de commémorer publiquement toutes les figures qui ont marquées son histoire. Ce n’est pas le rôle d’une commémoration publique.

    Donc non je n’ai pas fait de bête point godwin, fallait juste prendre le temps de bien lire mon message et pas tiquer rien qu’en voyant le mot IIIème Reich (outre le fait que non les nazis ne sont pas la quintessence du mal, le mal absolu n’existe pas pour moi).

    Ensuite, bien sûr que les idées colonialistes et racistes de Ferry sont bien connues aujourd’hui. Mais il a fait d’autre choses qui permettent tout de même de célébrer cet homme publiquement, même dans notre société moderne.
    Pas Charles Maurras. Parce que Maurras se réduit son idéologie ultranationaliste incompatible avec les valeurs de l’Etat français en 2018.

  • Participant
    Posts373
    Member since: 17 juillet 2016

    C’est bien gentil tout ça, mais je suis quand même déçus.
    Alors que l’on parle d’intérêts, d’implication dans tel ou tel idéaux durant la guerre, de ses actions et de ses prises de positions faces aux évènements de son époques, je voudrais savoir : qui à lus du Charles Maurras parmi-nous ?

    Je pose la question car, à côté de toutes les significations que peuvent prendre une commémoration de sa personne, il faut se dire, qu’à la base, c’est pour ce qu’il a écrit comme romans ou comme essais philosophiques. De ce fait, comme c’est le ministère de la culture qui a proposé cette commémoration, j’imagine que ce n’est pas pour ses actions politiques qu’il est mis en avant, mais sans doute pour les même raisons qui lui ont permis de recevoir un fauteuil à l’Académie Française (qu’il ne perdras pas totalement à sa condamnation d’après-guerre car il ne sera remplacé qu’à sa mort, montrant une haute estime de la part des Immortelles de manière général).

    Même si il y a des chances pour que sa commémoration face des remous d’idées politiques, est-ce qu’il ne vaudrait mieux pas juger son cas du point de vue de Culture et sur les écrits qu’il a laissé à la postérité ? Et comme je n’ai lus aucune de ses production, je ne me permet de dire si il faut ou non le commémorer, alors je vous le demande : qui a lut du Charles Maurras ?

    "La critique de l'art est aisément difficile mais l'art de la critique est difficilement aisé".

  • Participant
    Posts1616
    Member since: 21 avril 2012

    Certes Jules Ferry était raciste, comme quasiment tout le monde à l’époque sans doute, mais on le célèbre pour sa restructuration de l’école française, laïque et pour tous, ça c’est positif.

    Oui, mais l’antisémitisme (et pas forcément un antisémitisme majoritairement ouvertement violent) était aussi très présent à l’époque, tout comme la germanophobie depuis 1870. Alors quoi ? On va passer à moitié l’éponge pour Ferry pour “ses bons et loyaux services” mais pas pour Maurras ? C’est un peu fort. Les deux hommes ont contribué, à leur manière, à la grandeur du pays, l’un en donnant accès à tous à une école gratuite, obligatoire et laïque, l’autre en rédigeant des ouvrages qui lui ont permis d’accéder à l’Académie française (malgré sa réputation). Si l’on est prêt à dire : “Ferry était, comme beaucoup, raciste (dans le sens plus vieux du terme, à savoir : la croyance en l’existence d’une hiérarchie entre les races) mais comme il a fait beaucoup pour l’école, on peut le commémorer”, il faut être prêt à dire : “Maurras était, comme beaucoup, antisémite (quoique attention, il rejetait catégoriquement l’existence de races inférieures ou supérieures, d’où son opposition et sa critique à l’antisémitisme hitlérien se reposant sur deux choses : le côté maléfique donné à tous les Juifs, sans distinction, et l’idée d’une hiérarchie des races), mais vu son apport à la culture française, on peut le commémorer”.

    D’autant plus que, surprise : si d’abord Maurras niait que l’ensemble des Juifs étaient nuisibles pour la France, seule une majorité l’étant à ses yeux, en niant ensuite l’existence d’une hiérarchie entre les races, donc Maurras n’était même pas, selon les définitions admises, raciste.

    Je m’appuie ci-dessus sur les deux définitions admises dans la langue française du terme racisme pour démonter le racisme de Maurras (Dictionnaire de français LAROUSSE) :
    – Idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races » ; comportement inspiré par cette idéologie.
    – Attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes : Racisme antijeunes.

    Donc, en reprenant depuis le départ, si Maurras n’était pas fondamentalement raciste, mais était cependant un antisémite et un germanophobe convaincu, en quoi la France refuserait-elle de le commémorer (en partant du principe que la LICRA l’a dénoncé…) pour son caractère antisémite et non pour son caractère germanophobe ? (je pars de l’idée que les deux, chez Maurras, sont tout autant condamnables) Surtout qu’on en vient à accepter la commémoration de personnages ouvertement racistes, tels que Jules Ferry (un personnage républicain, peut-être que cela joue en sa faveur).

    N’y a-t-il pas, finalement, une sorte de hiérarchie des priorités des actes ou individus jugés racistes, antisémites, anti… à pénaliser ? Comment expliquer sinon l’absence, de la part des détracteurs actuels de Maurras, de l’aspect germanophobe du personnage ?

    Ainsi donc, quel intérêt y a-t-il à ne pas le commémorer étant donné qu’il représente un morceau important du monde de l’écriture française de son époque, à partir du moment que l’on remet (tout comme pour Jules Ferry) dans son contexte ?

    Par ce qu’il a été frappé d’indignité nationale.
    Et qu’une commémoration n’est pas faite pour “la remise en contexte”. Pour la remise en contexte on fait appel a l’Histoire : a des articles (d’historien, de spécialiste de littérature par exemple), des documentaires, des livres. Pas une commémoration qui elle fait appel a la mémoire. On peut parfaitement considéré Maurras comme un écrivain important de son époque tout en refusant catégoriquement sa place dans une commémoration nationale.[/quote]

    Ah, et pourtant, Charles de Gaulle, Napoléon et d’autres furent aussi frappés de ce genre de sanctions (Charles de Gaulle reconnu par le régime de Vichy coupable de trahison en 1940 lorsqu’il part en Angleterre), Napoléon forcé à l’exil et dont l’héritage sera mis par terre (pour un temps) par la France de la Restauration (1814-15=>1830).

    Et pourtant, avec le temps, ces deux personnages ont été remis dans leurs droits et ont été commémorés par la France. Alors si ces deux hommes furent sanctionnés par des régimes français défendant leur propre idéologie (Royaume de la Restauration et Régime de Vichy), je ne vois pas en quoi, au final, Charles Maurras ne pourrait pas revenir en grâce aujourd’hui.

    A moins bien sûr que la Ve République française actuelle, par intérêt idéologique, cherche à éviter à rendre hommage, pas parce qu’il fut écrivain et journaliste prolifique, mais parce qu’il fut un royaliste antiparlementaire. Ce qui est hypocrite mais compréhensible (tous les Etats le font). Mais dès lors, il faut être prêt à reconnaître cette profonde hypocrisie au niveau du choix de mémoire.

    Réponse à Colonel_Olrik : je n’ai pas lu Maurras.

    Une Spartiate équipant son fils : "Reviens avec ce bouclier au bras ou bien dessus"

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 26 février 2013

    De la part de la Vème république c’est normal de ne pas commémorer Maurras : tout régime est hypocrite et ne va pas prêcher contre lui même. Comme tu le dit.
    Les régime d’après la WW2 ont “laver” la condamnation de De Gaulle. Et sinon se référé au point supérieur (que tu a énoncé justement).

    Omnia Sunt Comunia

    Je suis anarchiste au point de traversé dans les clous pour ne point avoir de soucis avec la maréchaussée.

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013

    Vive le Roy !

  • Participant
    Posts4
    Member since: 11 février 2018

    Personnellement je pense qu’il est logique et non choquant que l’état, en fonction de l’idéologie dominante, ne commémorera pas toutes les personnalité qui ont marquées l’Histoire de France à toutes les époques. Cependant je trouve honteux que ( d’après ce que j’ai constaté dans les journaux papiers ) les articles qu’ont voulus faire certains journalistes pour nous remémorer qui était Charles Maurras, afin non pas de le commémorer, mais de nous rappeler qui il était et ce qu’il a fait ( peu importe que se soit considéré comme bien ou pas ), aient étés tous retirés au tirage quelque soit le journal. C’est pour moi une initiative mémoricide injustifié ( les motifs idéologiques étants pour moi irrecevables dans ce domaine ) et inquiétante par son caractère généralisé.

    Ainsi je soutiens ceux qui lancent le débat sur ce genre de polémiques, poussant ainsi les autres à se renseigner par eux même et à développer leurs connaissances sur des sujets où notre éducation et notre “bulle” culturelle se sont bien gardée de nous mener.

    Amicalement 😉

  • Participant
    Posts2177
    Member since: 16 avril 2012

    Tu sais @sanguinius, je ne soutiens pas vraiment Charles Maurras, la seule question que j’ai posé dès le départ (et auquel personne n’a encore bien voulu répondre) est : pourquoi ne pas commémorer Maurras en 2018 pour son antisémitisme et non pour sa germanophobie ?

    Parce que les juifs ont un gros lobby de victimisation derrière eux alors que les Allemands n’osent rien dire parce que ce sont les méchants éternels qui ont bien mérité ce qu’il leur arrive.

     

  • Participant
    Posts54
    Member since: 29 juillet 2017

    En tant que membre de l’action Française je dirais oui !

    Maurras fut un grand écrivain membre de l’académie Française , et a participé aux gouvernement d’union nationale en 1914-1918 (enfin pas participer mais il y a contribué pour qu’il soit possible)

    et si on devait arrêter de commémoré toute les personnes qui sont antisémite ou qui ont des pensée caduque aujourd’hui alors on arrête de célèbre l’histoire , d’ailleurs Charlie Hebdo n’a jamais été critiqué pour son islamophobie alors pourquoi Maurras lui oui pour son antisémitisme ? 2 poids 2 mesure ? (je ne sais pas si mon commentaire est très clair et désolé d’avance pour les fautes)

34 sujets de 1 à 34 (sur un total de 34)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.