Post has published by vieuxgrognon

Ce sujet a 11 réponses, 6 participants et a été mis à jour par  mongotmery, il y a 9 mois et 2 semaines.

  • Participant
    Posts45
    Member since: 28 février 2017

    Cela faisait un moment que je n’étais pas passé et je voulais en savoir plus sur ce qui se passe en Birmanie. Du coup j’ouvre une discussion. Certains parmi vous ont un intérêt pour la question et pourraient résumer brièvement? Je n’ai pas suivi ce qui s’y passe et je suis persuadé que ce n’est pas le cas pour plusieurs ici.

  • Participant
    Posts45
    Member since: 28 février 2017

    Personne ne suit ce qui se passe là bas?

  • Modérateur
    Posts8405
    Member since: 28 février 2017

    Je ne suis pas particulièrement, mais d’après des échos divers et en particulier Courrier International, il semble que les Rohyingas (minorités musulmanes) soient persécutés en parallèle de la lutte contre la guérilla de cette minorité, constante mais peu développé par rapport à d’autres guérillas musulmanes ou islamistes dans le monde.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts460
    Member since: 28 février 2017

    Cela a surtout fait grand bruit vu qu’à la tête de la Birmanie se trouve l’ancienne prix nobel de la paix, Aung San Suu Kyi et on lui a beaucoup reprocher de ne pas en faire assez dans ce que certains quallifient de genocide. Toutefois il est important de relativiser car l’armée est assez indépendante et échape au pouvoir de Suu Kyi.

  • Modérateur
    Posts8405
    Member since: 28 février 2017

    Ce qui est tout de même assez fort soit dit en passant, puisqu’on a l’impression que si elle n’avait pas le prix Nobel de la Paix, tout le monde s’en ficherait. Je rappelle que le Prix Nobel est une récompense sur un travail et une personne attribuée par un jury, pas un engagement sous serment de la personne nobellisée.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts1194
    Member since: 28 février 2017

    Les Rohingya forment une communauté ancienne et musulmane présente dans le coin depuis des siècles. Leur pays, l’Arakan, est un ancien royaume fondé au 15e siècle par des bengalais converti à l’islam. Leur capitale, Mrauk U, était une puissante cité commerçante de 120 000 habitants (à l’heure actuelle, enlevez le “1” pour avoir la population de la ville)
    Bien sûr, il furent eux aussi conquérant à leurs heures et les souverains d’Arakan ont par exemple piqué des villes et des terres au puissant empire Moghol. Une partie de l’actuel Bangladesh est ainsi tombé sous leur joug et une grande déportation d’habitat eut lieu pour peupler l’Arakan.

    À l’époque, ils étaient déjà un grand groupe converti à l’islam, coin musulman entouré de bouddhistes. Une cohabitation déjà à l’époque peu pacifique où les birmans se faisaient des couilles en or avec de puissant raid en Arakan pour capturer des dizaines de milliers d’esclaves revendus aux Portugais …. quand ces derniers n’allaient pas directement se servir sur place. Loin d’essayer de calmer le jeu, les souverains birmans l’encourageaient pour briser l’esprit de révolte après que la région passa sous leur coupe. Torture, massacres …. tout les outils habituels pour s’amuser en ces temps où les modems en silex n’atteignaient même pas 1 Kb.

    Ces charmantes occupations firent que les Rohingya n’eurent aucun soucis à se rallier aux rosbifs lors que le Royaume-uni colonisa la Birmanie en 1825, après un bon siècle de rapports sociaux musclés entre birman et rohingya. Si les birmans l’eurent mauvaise, les buveurs de thé ne furent pas ingrats et à défaut d’un pays indépendant, les Rohingya obtinrent une large autonomie. Une fidélité qui continua pendant la seconde guerre mondiale que même les birmans et les japonais ne purent brisé malgré un grand enthousiasme dans le carnage (plus de 150 000 morts rien qu’en 1942).
    Rebelote pendant la décolonisation, les rohingya prirent parti pour les anglais mais obtinrent cette fois leur pays d’Araka en 1945 mais les birmans l’annexa même pas 3 ans plus tard et entreprirent de se venger des traitres (selon leur point de vue).

    Pas de droit politique, peu d’accès au soin ni à la majorité des emplois, brimade, justice à décharge …. De quoi provoquer régulièrement des exodes massifs tout au long de la seconde moitié du 20e siècle. Il y a ainsi plus de rohingya au Bangladesh ou en Thaïlande qu’en Birmanie.

    Puis, en 2012, une sombre histoire de viol d’une jeune bouddhiste par trois musulmans dérapa en guerre civile qui culmina lorsque l’Armée du salut des rohingya de l’Arakan se forma en 2013 et attaqua violemment plusieurs poste-frontières birmans en 2016 (et des actions comme l’attaque d’un commissariat en août 2017). depuis, ce qui ressemble de plus en plus à un génocide continue de plus belle. L’épuration ethnique n’est même plus caché derrière de faux prétextes ou des vexations.

    Un point, c'est tout.

    Et deux si t'insistes.

  • Modérateur
    Posts8405
    Member since: 28 février 2017

    @ergogan

    Intéressant contexte historique, vers quelles destinations avaient lieu ce commerce d’esclaves?

    J’ai cru comprendre dans un article relayé par Courrier International que l’armée du salut des Rohingya avait des contacts au Bangladesh?

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts1194
    Member since: 28 février 2017

    Le commerce était local, disons. Il y avait assez de pays dans la région qui achetaient des esclaves à tour de bras comme l’Indonésie qui vendait et achetait des esclaves (les mines d’or de Sumatra demandaient beaucoup de main d’œuvres).

    Pour l’anecdote, les portugais achetaient souvent les prisonniers de guerre pour les revendre ensuite dans d’autres pays de l’Asie du sud-est. Les guerres imjin furent en partie financées par la vente de dizaines de milliers de coréen (presque 100 000) par les japonais aux esclavagistes portugais.

    concernant les contacts, c’est tout à fait probable étant donné l’importante diaspora rohingya au Bangladesh, que ce soit de façon historique ou suite aux précédentes exils des années 70. Le Bangladesh aimerait bien d’ailleurs s’en débarrasser aussi, de ce groupe sur son territoire.

    Un point, c'est tout.

    Et deux si t'insistes.

  • Participant
    Posts45
    Member since: 28 février 2017

    Si je comprend bien l’armée a plus de pouvoir que le politique là bas c’est bien ça?

  • Participant
    Posts24
    Member since: 28 février 2017

    Il me semble que la Birmanie était une ancienne junte militaire (jusqu’à 2011 officiellement) donc les Birmans doivent conserver un certains respects pour les militaires quoiqu’ils fassent.

  • Participant
    Posts2925
    Member since: 28 février 2017

    La Junte est toujours là en fait. Le processus de démocratisation est entamé mais les militaires sont partout dans l’administration et le gouvernement.

    Omnia Sunt Comunia

    Je suis anarchiste au point de traversé dans les clous pour ne point avoir de soucis avec la maréchaussée.

  • Modérateur
    Posts8405
    Member since: 28 février 2017

    Quels seraient les places des puissances dans cette crise?
    Je crois que la Chine est traditionnellement favorable au gouvernement birman, même si elle s’acoquine parfois avec les guérillas du Nord.
    Le Bnagladesh serait plutôt pro-Rohyngyas pour des raisons de religion et de culture, et est confronté au nombre de réfugiés.
    Et l’Inde et la Thailande là dedans?

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.