Post has published by Major Davel

Ce sujet a 6 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  Major Davel, il y a 3 ans et 4 mois.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Participant
    Posts163
    Member since: 11 juillet 2015

    Colonisation de l’Afrique du sud


    1. Découverte du cap de Bonne- Esperance
    Bartolomeo Dias est le premier européen à arriver, en janvier 1488, au cap qu’il nommera « des Tempêtes », mais qui deviendra par la suite le cap de Bonne-Espérance. Quelques explorations furent par la suite menées par les Portugais vers l’intérieur des terres mais, à cause des difficultés de débarquement et des mauvaises relations avec les indigènes (les Khoïkhoï), tout projet d’établissement sera abandonné. Les Portugais lui préféreront le Mozambique, plus riche en or. Par la suite, les navires passant le cap se contenteront de laisser les lettres de leurs passagers à la Table pour qu’elles soient acheminées à destination.
    http://www.lafriquedusud.com/wp-content/uploads/2013/10/table-mountain-top-curiosite-afrique-du-sud.jpg

    La Table aujourd’hui


    2. Fondation du Cap
    Les Néerlandais prenant le pas sur les Portugais dans l’océan indien, c’est d’eux que vient l’établissement d’un comptoir. En effet, deux vaisseaux hollandais, le Mauritius Eylant et le Nieuwe Haarlem, s’échouent respectivement à Mouille Point et à la Table en 1644 et 1648. Leurs équipages sont alors contraints d’établir un fort sur pour protéger les marchandises en attendant qu’on les rapatrie, et cela pendant plusieurs mois. Dans son rapport, le commandant du Nieuwe Haarlem, émerveillé par les promesses de ces terres fertiles, recommande s’établir un entrepôt de ravitaillement au Cap. En effet, plus de la moitié des marins meurent pendant la traversée, faute de produits frais.
    http://www.villageandlife.com/images/mouillepointvillage/facilities/mouille_point_village.jpg

    Mouille Point


    La Vereenigde Oost-Indische Compagnie(VOC) envoie en 1652 Jean van Riebeeck fonder la ville du Cap, avec pour instructions formelles de se contenter d’établir un comptoir. Elle ira jusqu’à ordonner la plantation d’une haie d’amandes amères pour empêcher tout expansion. Cela permet aussi la distinction entre les colons et les Khoïkhoï. Van Riebeeck fonde sa ville avec 80 colons, dont seulement 9 femmes. De plus, comme le Cap n’est pas destiné à devenir une colonie de peuplement, la Compagnie empêchera toute immigration massive. Jusqu’en 1657, les Khoïkhoï commercèrent avec les Européens. Mais en février 1657, 9 ex-salariés de la Compagnie se virent attribuer les meilleures terres des Koïkhoï en tant que Burghers (citoyens libres, ils seront plus tard appelés 《boers》( fermiers)). Dès lors ceux-ci se détachèrent des Européens et leur déclarèrent la guerre. Celle-ci se terminera par le refoulement vers le nord et la mise en esclavage des noirs. A partir de 1657, des esclaves commencent à être importés de Madagascar et Batavia pour servir les Burghers, si bien qu’en 1662, lorsque Van Riebeeck obtint enfin sa mutation à Java, le comptoir commercial du Cap compte 386 habitants, dont 180 esclaves. A l’époque, la distinction se faisait plus au niveau de la religion que de la couleur de peau.
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3f/Charles_Bell_-_Jan_van_Riebeeck_se_aankoms_aan_die_Kaap.jpg

    Arrivée de Jean Van Riebeeck au Cap


    3. Les Van der Stel
    A partir de 1679, le gouverneur allemand Simon Van der Stel obtient l’envoi au Cap de réfugiés de la guerre de 30 ans (allemands, danois, suédois…). On note l’arrivée en 1685 de 200 huguenots français, venus en Hollande après la révocation de l’édit de Nantes. Ils y développent la viticulture. Une campagne d’ « hollandisation » de ces huguenots va être menée pour éviter que ne se crée une minorité dans le comptoir, avec notamment l’interdiction du français au culte. En 1691, le territoire accède officiellement au statut de colonie et en 1700 celle-ci compte seulement 1334 habitants alors qu’il y en a déjà plusieurs milliers dans les 13 colonies à la même époque. En 1706, la première révolte des boers contre les méthodes d’Adriaan van der Stel aboutira non seulement au renvoi de ce dernier, mais aussi à l’arrêt de l’immigration européenne en Afrique du sud pour réfréner l’expansion de la colonie.
    4. Les Trekboers
    C’est à la même époque que certains boers se revendiqueront « Afrikaners » et commenceront à employer la langue Afrikaans, mélange de hollandais, de portugais et de langues indigènes. La Compagnie des Indes orientales s’assurera le monopole des débouchés commerciaux de la colonie et promulguera une série de lois visant à contrôler les vies des Boers. Ces mesures provoqueront l’effet inverse, avec la formation des Trekboers, fermiers nomades migrants toujours plus à l’est. Ceux-ci fonderont certes quelques villes( Grahamstown) durant le XVIIIème siècle, mais demeureront pour la plupart nomades. Ces Trekboers se heurteront aux alentours de 1780 aux peuples Xhosas qui, eux, étaient engagés dans une marche vers l’ouest. La ligne de démarcation sera fixée à la Great Fish River, mais plusieurs escarmouches liées à des problèmes de bétail aboutiront notamment à la première guerre cafre, remportée par les Blancs.
    http://www.nature-reserve.co.za/images/great-fish-river-nature-reserve-590.jpg

    La Great Fish River


    5. L’annexion britannique
    En 1797, lors des guerres anglo-néerlandaises, le Royaume-Uni annexe la colonie du Cap. Ils l’envahissent en 1798, provoquant la faillite de la Compagnie des Indes Orientales. Puis, après le traité d’Amiens en 1803, les Pays-Bas récupèrent la colonie, mais la déclarent en faillite en 1805, laissant les britanniques l’occuper dès 1806. En 1814, le traité de Paris confirme la mainmise du Royaume-Uni sur l’Afrique du sud. La colonie compte alors seulement 61’000 habitants, dont plus de 25’000 esclaves. En 1819, les frontières de la colonie sont repoussées jusqu’à la rivière Keiskama, suite à une énième guerre de frontière. Les Trekboers y rencontreront le royaume zoulou, récemment formé par Chaka Zoulou à partir d’une tribu de 1300 membres en un royaume de plus d’un million d’habitants. Mais ce royaume va se désagréger en de multiples petits Etats à la mort de Chaka, en 1828. En 1833, l’esclavage est aboli par le Royaume-Uni, loi qui aura beaucoup de mal à s’appliquer en Afrique du sud. Cette mesure se heurtera au refus des Trekboers de l’appliquer, ce qui provoquera l’exil de ces derniers vers le nord-est (Grand Trek). Ils déclareront la guerre aux restes du royaume zoulou et, après la défaite des noirs à la bataille de Blood River, obtiendront la moitié de ce territoire pour y fonder la république de Natalia. Puis, rattrapé par les britanniques, qui annexent la république de Natalia en 1843, ils reprendront leur marche vers le nord cette fois-ci et iront fonder les républiques d’Orange et du Transvaal. Ces territoires ne seront annexés par le Royaume-uni qu’en 1902, après la seconde guerre des Boers.
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b1/Boerenrepublieken.png

    Les différentes républiques des Boers

    Sources: Wikipédia
    L’Alliance de James Michener

  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    Bon sujet, @major Davel.

    Un détail, toutefois. Tu écris :

    (…)en tant que Burghers (citoyens libres, qui deviendra « boers »).

    En es-tu certain ? “boer” signifie “paysan”.

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Participant
    Posts163
    Member since: 11 juillet 2015

    @kymiou
    sur wikipédia, ils mettent : 《Ceux-ci allaient créer une classe de propriétaires néerlandais de fermiers libres (vrijburgher ou « francs-bourgeois ») appelés simplement burghers puis plus tard Boers.》
    Mais peut-être que ça n’a rien a voir. :huh:

  • Modérateur
    Posts1944
    Member since: 20 juillet 2013

    Alors, il doit s’agir d’une de ces petites erreurs, typiques dans Wikipédia, qui seront tôt ou tard rectifiées par un lecteur plus attentif que les autres.

    C’est comme ta phrase :

    Une campagne de « hollandisation » de ces huguenots va être menée pour éviter que ne se crée une minorité dans le comptoir, avec notamment l’interdiction du français à la messe.

    En bons protestants, les Huguenots pratiquaient un culte mais ne célébraient jamais de messe. C’est même à cela qu’on les reconnaissait !

    Cfr le huguenot Henri IV, qui se convertit au catholicisme pour s’imposer à Paris et déclare que cette ville “vaut bien une messe“. 😉

    .

    A l'inverse du généraliste, le spécialiste est celui qui en sait toujours plus sur un sujet de plus en plus restreint. Le spécialiste parfait est donc celui qui sait absolument tout sur absolument rien.

  • Participant
    Posts163
    Member since: 11 juillet 2015

    C’est une erreur impardonnable, mais corrigée

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    En fait, les Portugais ont laissé un petit comptoir à l’endroit nommé la Table?

  • Participant
    Posts163
    Member since: 11 juillet 2015

    Non, il n’y a rien eu à la Table jusqu’à l’échouement du Nieuwe Haarlem. Les lettres étaient simplement placées dans des toiles cirées mises dans des caches sous la Table. La plupart des vaisseaux passant par là vérifiaient ces caches et acheminaient les lettres, même si elles provenaient de vaisseaux étrangers !

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.