Post has published by Icare

Ce sujet a 8 réponses, 7 participants et a été mis à jour par  imperosol, il y a 3 ans et 9 mois.

  • Participant
    Posts434
    Member since: 25 novembre 2012

    Alors je vous présente ici le plus grand livre épique de tous les temps qui écrase selon moi toute la litterature héroic-fantasy d’aujourd’huis B)

    Ce poéme est tout simplement la chanson de roland selon moi une poésie sublime bien que répétitive avec un fort beau language et d’inombrables combats épiques 😉

    Et vous, qu’en pensez vous? 🙂

  • Participant
    Posts578
    Member since: 25 novembre 2012

    Ah la chanson de Roland son nom sonne comme une douce musique a mes oreille 🙂 , cette poésie est fantastique,je la recommande a tous ce qui ne l’ont pas lue.

  • Participant
    Posts455
    Member since: 25 novembre 2012

    Je suis tout à fait d’accord avec toi puisque même le grand Tolkien s’en ai inspiré.

  • Participant
    Posts63
    Member since: 25 novembre 2012

    J’ai trouvé ça dans un vieux bouquin :

    Mort de Roland

    Le comte Roland est gisant sous un pin,
    Et vers l’Espagne a tourné son visage.
    De maintes choses mémoire lui revient :
    De France douce, des hommes de son lignage,
    De Charlemagne, son Seigneur qui le nourrit.
    Il ne peut faire ou que pleurs ou soupirs.
    Mais ne veut pas lui-même être en oubli,
    Il bat sa coulpe et dit à Dieu merci :
    Ô Père vrai qui jamais ne mentis,
    Qui a de mort Lazare ressuscité,
    Qui des lions Daniel défendis,
    Sauve mon âme de tous périls
    Pour tous péchés qu’en ma vie je fis.
    Son gant de dextre à Dieu il offrit.
    Saint Gabriel en sa main l’a pris.
    Sous son bras il tient son chef enclin,
    Jointes ses mains, est allé à sa fin.

    Tout bonnement splendide ! La plus ancienne version est signée Turoldus mais ce n’est sûrement qu’un copiste. Le plus ancien manuscrit date de 1170 mais sans doute doute la connaissait-on déjà au début du XIIème siècle.

  • Participant
    Posts2176
    Member since: 25 novembre 2012

    Ce poeme est tout simplement a mourir de rire. Entre les millions de musulmans, les insultes qui n´en sont pas et le vieux francais ce livre redonne la joie de vivre a toutes les personnes deprimees. Mais je suis d´accord de dire que c´est une bonne histoire.

  • Participant
    Posts63
    Member since: 25 novembre 2012

    Je complète, déso : je viens de retomber sur le bouquin. Il date de 1965 (édition universitaire), Franz Weyergans, La poésie française, choix de poèmes du XIIe au XXe siècle. Voilà pour la source.

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 25 novembre 2012

    Et encore là c’est du français moderne 😆
    Essayer de comprendre le texte original en vieux français du XIème siècle :

    Carles li reis, nostre emper[er]e magnes
    Set anz tuz pleins ad estet en Espaigne:
    Tresqu’en la mer cunquist la tere altaigne.
    N’i ad castel ki devant lui remaigne
    Mur ne citet n’i est remes a fraindre,
    Fors Sarraguce, ki est en une muntaigne.
    Li reis Marsilie la tient, ki Deu nen aimet;
    Mahumet sert e Apollin recleimet:
    Nes poet guarder que mals ne l’i ateignet. AOI.

  • Participant
    Posts63
    Member since: 25 novembre 2012

    J’ai la traduction exacte en français contemporain :
    Li quenz Rolalanz se jut desuz un pin,
    Envers Espaigne en ad turnet sun vis.
    De plusurs choses a remembrer li prist :
    De tantes terres cume li bers cunquist,
    De dulce France, des humes de sun lign,
    De Carlemagne sun seignur kil nurrit.
    Ne poet müer, n’en plurt e ne suspirt.
    Mais lui Mëisme ne volt metre en ubli,
    Laimet sa culpe, si prïet Deu mercit :
    ” Veire paterne, ki unkes ne mentis,
    Saint Lazarun de mort resurrexis
    E Daniel des lïuns guaresis,
    Guaris de mei l’anme de tuz perilz
    Pur les pecchiez que en ma vie fis.”
    Sun destre guant a Deu en puroffrit :
    Sainz Gabriëls de sa main li ad pris.
    Desur sun braz teneit le chief enclin,
    Juintes ses mains est alez a sa fin.
    Deux li tramist sun angle Cherubin
    E saint Michiel de la mer del peril ;
    Ensemble od els sainz Gabrïels i vint :
    Lanme del cunte portent en parëis.

    Galère de copier tout ça ! Je ne comprends pas trop pourquoi les mots changent d’orthographe au fu et à mesure, mais ça doit pas être trop important…

  • Participant
    Posts578
    Member since: 25 novembre 2012

    La chanson de ROland est tout simplement splendide. Malheureusement, j’ai lu une version en français moderne sans les rimes 🙁

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.