Post has published by Ladium

Ce sujet a 40 réponses, 24 participants et a été mis à jour par  Henri Beyle, il y a 1 an et 10 mois.

41 sujets de 1 à 41 (sur un total de 41)
  • Participant
    Posts160
    Member since: 12 avril 2012

    Pensez-vous que cette victoire française fut le tournant de la guerre et la fin de la progression allemande sur le front d’ouest?

  • Participant
    Posts23
    Member since: 12 avril 2012

    Je dois dire qu’a travers cette période malgré la boucherie pendant celle-ci, la Marne a été un point final à la première avancée allemande pendant la 1ère guerre mondiale (ils essaieront après de contourner les français pendant la course à la mer).

  • Participant
    Posts48
    Member since: 12 avril 2012

    Sans cette bataille(boucherie?), la France se serait fait rouler dessus, littéralement.

  • Participant
    Posts481
    Member since: 12 avril 2012

    Peut-être que la Françe s’es fait roulée dessus mais a bloqué les avancées allemandes , c’est l’important .

  • Participant
    Posts48
    Member since: 12 avril 2012

    Tu n’as pas compris l’essence même de mon message.

    J’ai dis que ce blocage des forces Allemandes était un salut pour la France 🙂

  • Participant
    Posts481
    Member since: 12 avril 2012

    ha oui exactement , j’ai lus trop vite ^^’ , désolé je ferais plus attentions les prochaines fois ^^

    Mais je remarque un truc en fait grâce a plusieurs sujets, chaques fois les allemands attaquent fort , ils avancent vites , mais dés que il rencontre une résistance digne de ce nom ils se font repousser .

  • Participant
    Posts199
    Member since: 12 avril 2012

    effectivement, dès que leur élan est brisé, ils commencent à avoir du mal.

  • Participant
    Posts94
    Member since: 12 avril 2012

    Guillaume II était tellement sur de gagner cette guerre qu’il à réserver une chambre d’hotel a Paris.

  • Participant
    Posts23
    Member since: 12 avril 2012

    Enfaite les allemands lors des 2 guerres mondiales ont utiliser la technique de la guerre éclaire, c’est pourquoi ils attaquent fort et avancent vite mais cette technique n’est pas faite pour durer, du coup il y a des répercussions économiques qui les empêches de vaincre.

  • Participant
    Posts19
    Member since: 12 avril 2012

    on ne peut pas vraiment dire si la 1ere bataille de la Marne a été un tournant de P.G.M bien que l’offensive est été enraillée. Mais selon moi le tournant de cette guerre est la 2eme bataille de la Marne, où là, les Français ont contre-attaquée avec tant de brutalité que les Allemands ont dut se résigner à quitter la Ligne Hindenburg !

  • Participant
    Posts18
    Member since: 12 avril 2012

    oui cette bataille nous à permie d’arreter l’armée allemande avant qu’elle ne prenne Paris comme en 1871

  • Participant
    Posts6
    Member since: 13 avril 2012

    de toute facon la reponse et clair a l epoque les generaux ont ordonné de combattre jusqu a la mort en pourcentage la fance a perdu 250 000 des 1 000 000 hommes tandis que l allemagne a perdu 250 000 des 1 500 000 hommes prefs ses la volonté des soldats francais qui la emporté .

  • Participant
    Posts434
    Member since: 13 mai 2012

    On a tendance à l’oublier, mais les Anglais pensaient que l’Allemagne était sur le point de gagner et allaient se retirer du front. Si Joffre ne les avaient pas convaincu de rester, les Allemands auraient percé l’aile gauche française et pris Paris 🙂

  • Participant
    Posts294
    Member since: 12 avril 2012

    Pourquoi cette bataille de la Marne, pour une raison très simple : le plan Schlieffen ne l’avait pas prévu.
    Je m’explique, les Allemands ont testé ce plan avant la guerre et savaient qu’il ne fonctionnerait pas ; les Allemands partaient en guerre avec un plan qui ne fonctionnait pas!!! Le problème du plan était Paris, il ne prévoyait ce qu’ils devaient faire avec Paris; d’où la bataille qui permit de stabiliser le front.

  • Participant
    Posts426
    Member since: 12 avril 2012

    Je pourrait citer aussi Verdun,la plus grande opération Allemande de la 1er guerre mondial…….mes ont les a arrêté :p!Si les Français du général Joffre (par la suite Pétain)ne les avait pas arrêté Paris,la capital Française serait tomber au mains des Allemands et peut-ètre la France entière!

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Pourquoi cette bataille de la Marne, pour une raison très simple : le plan Schlieffen ne l’avait pas prévu.
    Je m’explique, les Allemands ont testé ce plan avant la guerre et savaient qu’il ne fonctionnerait pas ; les Allemands partaient en guerre avec un plan qui ne fonctionnait pas!!! Le problème du plan était Paris, il ne prévoyait ce qu’ils devaient faire avec Paris; d’où la bataille qui permit de stabiliser le front.

    Le plan n’avait pas prévu, parce que les Allemands n’était pas intéressé. Le plan c’était de faire un mouvement visant à encercler les troupes françaises sur la frontière au niveau de l’Alsace-Lorraine. Le plan à la base voulait que les Allemands contourne Paris par l’ouest, afin de couper la capitale du reste du pays tant qu’ils y étaient, mais ils ont préféré passer par l’est pou éviter de trop rallonger leur ligne logistique.

    Comment les Allemands auraient pu tester ce plan avant d’envahir la France ? Pas sur que la IIIème République aurait accepter de les voire faire des manoeuvres dans l’arrière-pays comme ça ^^

  • Participant
    Posts294
    Member since: 12 avril 2012

    Non, mais les stratèges allemands, avaient testé par prévision, anticipation ce qu’il se passerait sans doute.

    Ou alors les Français étaient totalement cons et les ont invité à venir tester leur plan bien volontiers, après tout c’était juste pour nous casser notre gueule!! :pinch:

  • Participant
    Posts426
    Member since: 12 avril 2012

    Je ne suis pas d’accord avec toi,ses une victoire ALLIE!Je suis le 1er a le dire,que les Anglais sont,et seront toujours les 1er ennemie (ses mon avis) de la France,mes sur se coup NOUS avons rempoter une victoire décisive.

  • Participant
    Posts799
    Member since: 3 juillet 2012

    on ne peut pas vraiment dire si la 1ere bataille de la Marne a été un tournant de P.G.M bien que l’offensive est été enraillée. Mais selon moi le tournant de cette guerre est la 2eme bataille de la Marne, où là, les Français ont contre-attaquée avec tant de brutalité que les Allemands ont dut se résigner à quitter la Ligne Hindenburg !

    N’im–por–te — quoi !!!

    Si les Français n’avait contre-attaqué en 1914 , la deuxième bataille de la Marne, donc en 1918, n’aurait pas eu lieu.

    Et pour moi, la Marne 1914 est clairement LA bataille la plus décisive de la PGM. Avec évidemment Verdun.
    Vient ensuite la Somme.

  • Participant
    Posts294
    Member since: 12 avril 2012

    Cela dépend du sens de décisif.
    Bien-sûr elle permet de stabiliser le front, de stopper les Allemands, mais elle n’a lieu qu’au debut de la guerre, beaucoup d’autres batailles et phénomènes ont eu lieu après cette bataille et ont tout autant été important pour la victoire finale.

  • Participant
    Posts799
    Member since: 3 juillet 2012

    Mais une défaite sur la Marne signifie la prise de Paris et la fin de la guerre, comme en 1870.

  • Participant
    Posts426
    Member since: 12 avril 2012

    Verdun encerclée et Paris assiégée.

  • Participant
    Posts294
    Member since: 12 avril 2012

    Je le sais mais comment dire, l’expression “tournant de la guerre” ne me parait pas approprié : je m’explique, la bataille de la Marne est sans doute la bataille la plus importante de toute la première partie de la guerre, mais elle n’est pas vraimenyt un tournant dans le sens ou après les Allemands ont gagné des batailles, et le front n’a pas bougé. On est entré dans la guerre des tranchées avec des victoires et des défaites. C’est normal.
    Le vrai tournant, pour moi, c’est l’année 1917. Pas une bataille; les révolutions russes et l’entrée en guerre des Américains vont vraiment tout chambouler. C’est juste après que l’offensive reprend pour décider du vainqueur, ne l’oublions pas.

  • Participant
    Posts4
    Member since: 17 août 2012

    cette victoire n’a pas été le tournant de la guerre, elle a juste stabilisé un front qui n’a que très peu bougé. Cette victoire explique a elle seule le carnage et le manque total d’adaptation des états major à une guerre où la puissance industrielle et “l’union sacrée” de certains pays fera la différence.

  • Participant
    Posts757
    Member since: 13 avril 2012

    les autres n’ont rien à ajouter ?

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Je pense qu’on peut dire que la Marne est un tournant de la guerre. Peut-être pas LE tournant, mais un parmi d’autre. Cette bataille change la donne stratégique, et change une guerre courte conduisant la France à la défaite en une guerre d’attrition qui finit par sonner le glas de l’Empire allemand à genoux.

  • Participant
    Posts426
    Member since: 12 avril 2012

    Moi je pense que tout le Front de l’Ouest est un tournant de la guerre,mais pas la bataille de la Marne!

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Oui, mais sans la bataille de la Marne, pas de front de l’Ouest…

  • Participant
    Posts426
    Member since: 12 avril 2012

    Pas l’assassinat de l’héritier du trône d’Autriche=Pas de 1er Guerre Mondial=Pas de Front de l’Ouest=Pas de Bataille de La Marne.Mais avant la Bataille de La Marne,il y a eu la bataille des Frontière 😉

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Par “Front de l’Ouest” j’entendais les tranchées s’étendant de la Suisse à la mer. La bataille des frontières est indécisifs et donc peut être négligés en tant que tournant. “tout le front de l’ouest est un tournant” est ridicule vu que le front ne bouge quasiment pas pendant quatre ans, tandis que la victoire de la Marne enclenche des conséquences qui change radicalement le cours de la guerre, et donc peut être considéré comme un tournant.

  • Participant
    Posts19
    Member since: 18 septembre 2012

    Salut,
    Moi je voudrais juste revenir sur la perspicacité d’un certain W. Churchill alors Ministre de l’Intérieur qui prévoit en 1911(!) que l’Allemagne allié de l’Autriche effectuera une percée au nord de la France, que les Français feront retraite sur Paris mais que finalement les lignes allemandes étant trop étiré seront sujettes à une contre-attaque où les Anglais pourrait jouer un rôle très important. Plus tard, en 1914, lors des défaites franco-anglaise, il fera diffuser cet écrit au gouvernement pour qu’il garde le moral… Je pense que cela peut avoir jouer un rôle par la suite.
    Egalement la bataille de la Marne n’aurait jamais eu lieu si les généraux allemands (Von Kluck en particulier) ne voulaient pas entrer les premiers à Paris (oui, je sais, c’est pas beau l’histoire avec des “si” !).
    Il faut également ajouter que la retraite française a été effectué parfaitement, ce qui a permit à Joffre de disposer de troupe fatiguées mais en état de se battre.

  • Modérateur
    Posts8420
    Member since: 14 mai 2013

    @remicas a raison: un tournant parmi d’autres! Arrêtons de chercher un unique tournant, un tournant à 180°! A 90°, c’est déjà formidable! La première bataille de la marne, c’est un premier tournant: le front se stabilise, les allemands se mettent sur la défensive. Les Allemands tenteront avec Verdun de relancer la guerre de mouvement, d’annuler ce tournant: ils échoueront. c’est un “maintien de tournant”. Puis la fin du tournant à 180° est obtenu par la rupture du front en 1918 par els Alliés.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts1037
    Member since: 17 juin 2014

    Cette bataille reste un tournant majeur, tout en étant quelque chose d’absolument totalement improvisé.
    D’un plan qui devait mener à une offensive victorieuse vers Berlin, les généraux français se retrouveront à mener une campagne défensive qui les prendra totalement au dépourvu (ou presque), mais qu’ils gèreront avec brio pour renverser la vapeur et réussir à encaisser le choc massif des hordes teutonnes.
    Au final, cette campagne qui se termine par cette bataille peut paraitre désorganisée et un total coup de bol, mais c’est une campagne défensive effectuée dans les règle Clausewitziennes de l’art (j’ai développé cela dans un sujet sur la question).

    Cette bataille permet aux alliés de prendre l’initiative, et il ne la lâcheront plus vraiment de toute la durée du conflit. Même si les offensives à outrance donne l’impression de compétences limitées, elle permet de conserver l’initiative. Ce qui mènera à la victoire.

  • Modérateur
    Posts8420
    Member since: 14 mai 2013

    Je ne sais pas si on peut parler de quelque chose de totalement improvisé: les Alliés ont réagi à l’attaque allemande loin dans le Nord, avec des forces insuffisantes, mais ils ont mené de réels combats, et pas de simples actions d’arrière-garde.
    Cela marque une volonté de se battre ardemment contre cette avance allemande.
    Alors, l’idée de la contre-attaque sur le flanc n’est simplement qu’une transcription dans les faits de la défense, utilisant des principes militaires bien connus, comme la doctrine clausewitzienne.

    Je ne sais pas si je suis clair, mais en gros je veux dire, toute action militaire tactique (comme les contre-attaques sur la Marne) est par essence improvisée, car “un plan de bataille ne reste jamais le même après la confrontation avec la réalité”.
    Au niveau stratégique et opératif, l’adaptation au plan Schlieffen se fait très tôt, dès les premiers combats en défense du BEF et de la Ve armée française.

    Au final, la bataille de la Marne n’est que l’aboutissement du plan Schlieffen, lentement contrecarré par les actions françaises.

    C’est peut être çà que tu voulais dire @ambarequiem?

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts1037
    Member since: 17 juin 2014

    Il y a une assez grande part d’improvisation, dans le sens où à l’heure actuelle, on n’est pas encore sûr que Joffre ai vraiment ordonné l’attaque et que c’est peut-être une initiative heureuse de Gallieni. L’utilisation des Taxi révèle assez bien le côté improviser de la chose, si le piège avait été plus organisé, on aurait forcément utilisé un train, parce que même si l’armée française est en avance sur ses contemporains pour ce qui est de l’utilisation de l’automobile, se n’est pas en 1914 que c’est naturel d’utiliser la voiture pour déplacer des quantité de troupe, et pour les mener presque en première ligne.

    Il y a une volonté farouche de se défendre dans l’armée française de la première guerre mondiale, les poilu seront en fait des lions, et je vois assez peu d’exemple de combattant ayant réussi des exploits aussi héroïques, dans les conditions de combats de la première guerre mondiale. Cela fera tenir l’armée malgré le revers initial. Et ce que l’on blâme comme des errements irresponsables comme le fait de ne pas avoir d’artillerie lourde sera en fait bénéfique à l’armée. En effet, avoir un seul type de canon de campagne très performant (il reste le meilleur canon de son époque), très maniable, et assez léger va faciliter les manœuvres de l’armée en retraite (imaginer de voir se replier avec de l’artillerie lourde hippomobile, c’est la première chose que vous abandonnez ou qui se fait capturer), réduire l’empreinte logistique de l’armée, et faciliter l’acheminement des munitions, mais aussi la production d’obus une fois que le stock sera épuisé (même si il y aura des obus des nouvelles productions qui poseront problème).

    Les français sauront par contre attendre le point culminant de l’offensive allemande et coordonné (volontairement ou non), grâce aux station radio, avec le russes des opérations qui poussent l’Allemagne à adopter une posture défensive.

  • Modérateur
    Posts8420
    Member since: 14 mai 2013

    L’attaque, à ma connaissance, de la 6e armée puis du Bef restait une opération prévue, même si l’ordre n’a pas été donné exactement.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013

    Il m’apparait comme historiquement et honnêtement peu correct de parler d’improvisation au sujet de la bataille de la Marne. De même que le rôle de Joffre et ses qualités semblent quelque peu minorées, suivant en cela une certaine historiographie (qui n’est désormais plus à jour) qui avait dressé une “légende noire” de Joffre.

    Tout d’abord, Joffre maîtrise la retraite, et, tout en se repliant, cherche à se constituer une masse de manœuvre. En effet, après la perte de l’initiative stratégique, Joffre ne songe qu’à la reprendre en livrant une nouvelle bataille quand les circonstances le permettront. Il lui faut donc soustraite son aile gauche à la menace d’enveloppement, et modifier le dispositif général des armées en faisant roquer leur centre de gravité vers l’ouest. Cela revient à céder du terrain à l’ouest, tout en verrouillant la trouée de Charmes si survient une attaque des Allemands en Lorraine. Preuve qu’il ne s’agit pas d’une initiative improvisée, l’Instruction générale n°2 est diffusée le 25 août en ce sens.

    Une masse de manoeuvre, qui deviendra la 6e Armée, est en voie de concentration à la hauteur d’Amiens, à la gauche du BEF, et son commandement est confié à Maunoury. L’idée de Joffre est de réponde au débordement allemand par un débordement plus large grâce à une manoeuvre sur lignes intérieures. Or, les Allemands exploitent immédiatement leurs succès aux frontières, poussant Joffre à poursuivre la retraite, avec toutes les difficultés liées à l’indépendance du BEF (qui se replie derrière l’Oise, découvrant le flanc gauche de Lanrezac et de sa 5e armée). Joffre, jusqu’à la Marne, doit poursuivre la conception de sa manoeuvre tout en s’assurant d’une aile gauche soudée et cohérente en vue d’un futur retour de balancier offensif. Il crée le “Détachement d’armée Foch” pour assurer la liaison entre les 5e et 4e armées.

    Autre preuve de non-improvisation, l’Instruction générale n°4 du 1er septembre propose une limite de repli s’étendant ainsi : Seine (5e armée) – Aube (Détachement Foch) – Ornain (4e armée) – Bar le Duc (3e armée). Le maréchal French, commandant du BEF, reçoit pour instruction, après avoir envisagé un repli à l’ouest de Paris, de maintenir son armée sur la ligne de bataille en se conformant aux mouvements de l’armée française.

    Qu’en est-il maintenant de la planification d’une contre-offensive ?

    Des débats internes au GQG montrent que les avis sont partagés. Berthelot est partisan d’une bataille d’aile intérieure (retraite jusqu’à la Seine avant d’attaquer l’aile marchante ennemie depuis l’intérieur du dispositif général, c’est-à-dire du sud-est vers le nord-ouest); le 3e bureau est partisan d’une manoeuvre d’aile extérieure (suspendre le mouvement de retraite avant la Seine et attaquer frontalement l’aile marchante allemande combinée à une attaque de flanc depuis le camp retranché de Paris); Joffre quant à lui veut poursuivre le mouvement de repli, préalable à une manoeuvre d’aile extérieure. Pour la réussite de celle-ci, il relève Lanrezac du commandement de la 5e armée (3 septembre) en raison de sa mésentente avec French, et y nomme Franchet d’Espèrey. Avec la manoeuvre aventureuse de l’aile droite allemande qui offre son flanc droit, Joffre prévoit l’offensive le 6 septembre au matin (instruction n°6). Le 11, dans un télégramme à Millerand, Joffre parle déjà de “victoire incontestable” quant à l’avenir de l’opération.

    Ainsi, entre le 25 aout et le 6 septembre, Joffre a fait preuve d’une adaptation permanente à l’évolution de la situation, en conceptualisant une véritable opération au niveau du théâtre Nord-Est. En pleine retraite, il a conçu une manoeuvre (initiée par le coup d’arrêt porté aux Allemands par Lanrezac à la bataille de Guise) rendue possible par le basculement de son effort par transfert de son centre de gravité sur ses lignes intérieures. Il a réorganisé le commandement, avec création de la 6e armée de Maunoury, de la 9e de Foch, en remplaçant Ruffey (3e armée) et Lanrezac (5e armée) par Sarrail et Franchet d’Espèrey.

    Improvisation ? Je ne le crois pas. “Miracle” ? Plutôt ténacité de Joffre et adaptation sereine aux circonstances.

  • Participant
    Posts568
    Member since: 29 avril 2016

    L’improvisation vient de von Kluk. Certainement des Français. D’ailleurs l’attaque contre les Allemands n’est tellement pas improvisé, c’est que Joffre attend un jour de plus pour déclencher la bataille prévu le 5 septembre mais qui ne commence que le lendemain après-midi sur l’insistance de Gallieni.

  • Participant
    Posts1
    Member since: 7 janvier 2015

    Surtout que le haut-commandement français dans les deux guerres mondiales n’a jamais jugé utile de sécuriser les Ardennes. On connait tous (je pense) ça.
    Lors de la Première Guerre, elle était jugée infranchissable par une quelconque armée de grande envergure (et donc c’était une défense naturelle pour la France).
    Lors de la Deuxième Guerre, avec les succès technologiques des chars d’assaut principalement, l’état-major français jugea que la forêt était infranchissable non pas par une armée mais par des chars. Les Panzer Division allemandes ne pouvaient tout simplement pas passer là bas.

    Le plus ironique c’est que deux fois les français ont dit que ça ne passerait pas, deux fois les allemands ont prouvé le contraire. Deutsch Qualität !

    Et dire que les anglais demandaient sans cesse à ce que leurs troupes à eux soient envoyées dans les Ardennes pour contrer une éventuelle attaque.

    Mais dans le cas de la Première Guerre, les services secrets allemands ont joué un rôle crucial pour l’armée allemande. Avec les Anglais en Belgique et les Français en France (Woah, vraiment ?), les Ardennes étaient la cible de choix. Et après s’ils n’y avait pas eu toutes les rivières sur la route de Paris, l’armée française se serait certainement rendue (les allemands étant très rapides, les rivières les ont ralentis permettant aux taxis et aux renforts français d’être acheminés vers le front de la Marne).

  • Modérateur
    Posts8420
    Member since: 14 mai 2013

    Durant la Première guerre mondiale, les Ardennes n’ont pas joué un grand rôle. C’est le manque de prévision d’une offensive allemande, et encore plus d’une offensive par la Belgique (mais des problèmes diplomatiques empêchaient de la prévenir) qui ont fait le succès initial du plan Schlieffen.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts516
    Member since: 17 août 2012

    Surtout que le haut-commandement français dans les deux guerres mondiales n’a jamais jugé utile de sécuriser les Ardennes. On connait tous (je pense) ça.
    Lors de la Première Guerre, elle était jugée infranchissable par une quelconque armée de grande envergure (et donc c’était une défense naturelle pour la France).
    Lors de la Deuxième Guerre, avec les succès technologiques des chars d’assaut principalement, l’état-major français jugea que la forêt était infranchissable non pas par une armée mais par des chars. Les Panzer Division allemandes ne pouvaient tout simplement pas passer là bas.

    Le plus ironique c’est que deux fois les français ont dit que ça ne passerait pas, deux fois les allemands ont prouvé le contraire. Deutsch Qualität !

    Et dire que les anglais demandaient sans cesse à ce que leurs troupes à eux soient envoyées dans les Ardennes pour contrer une éventuelle attaque.

    Mais dans le cas de la Première Guerre, les services secrets allemands ont joué un rôle crucial pour l’armée allemande. Avec les Anglais en Belgique et les Français en France (Woah, vraiment ?), les Ardennes étaient la cible de choix. Et après s’ils n’y avait pas eu toutes les rivières sur la route de Paris, l’armée française se serait certainement rendue (les allemands étant très rapides, les rivières les ont ralentis permettant aux taxis et aux renforts français d’être acheminés vers le front de la Marne).

    C’est du gros n’importe quoi ce qui est écrit là…

    Durant la première guerre mondiale, les français savaient très bien que les Allemands allait passer par la Belgique. Concernant ce délire sur les Ardennes durant cette guerre, l’armée allemande n’y a même pas fait de percée, il suffit de regarder une carte :
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5b/Aufmarsch_im_Westen_1914.jpg

    Pour information, le massif forestier des Ardennes, c’est grosso modo dans le triangle entre Givet, Longwy et Liège (Lüttich en Allemand). Leur objectif était de prendre Liège le plus rapidement possible pour envahir la Belgique et faire un immense mouvement tournant. Ils n’ont même pas songé aux Ardennes un instant.

    Et les anglais n’était pas présent en Belgique à ce moment. D’ailleurs, ce n’est pas les 60 000 anglais qui ont fait une différence face à des arméees de plus d’1 000 000 d’hommes. Ils ne sont intervenus qu’à Mons, c’est-à-dire à la frontière franco-belge, directement après leur débarquement en France. Et ils n’ont absolument pas demandé à intervenir dans les Ardennes (même française) étant donné que la 5ème armée de Lanrezac y étais déjà…

    Ce serait bien de ne pas mélangé la première et la seconde guerre mondiale. Et en plus, ça n’est toujours pas vrai pour la seconde : il y avait également des français en Belgique et les Ardennes ne séparaient pas l’armée anglaise de l’armée française.

41 sujets de 1 à 41 (sur un total de 41)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.