Post has published by Natsu

Ce sujet a 1 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Natsu, il y a 6 mois et 1 semaine.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Participant
    Posts1100
    Member since: 12 avril 2012

    Konrad Adenauer

    (1876-1967)

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/86/Bundesarchiv_B_145_Bild-F078072-0004%2C_Konrad_Adenauer.jpg

    Introduction :

    « On parle des enfants prodiges, mais il y a des vieillards prodiges. Adenauer en est un… ». Voici ce que disait Charles de Gaulle à Dwight Eisenhower tellement il été impressionné par la lucidité dont faisait preuve à plus de 85ans celui que l’on surnommait en Allemagne « der Alte », le vieux. Konrad Adenauer est le leader charismatique et incontournable de cette Allemagne post-Seconde Guerre mondiale, il est né en 1876 sous le règne de Guillaume Ier et de Bismarck, a vécu sous celui de Guillaume II, il a connu la République de Weimar et enfin le régime nazi. C’est alors âgé de 73ans qu’il devient chancelier de la République Fédérale d’Allemagne. Il réussit à relever son pays qui sort terrassé, occupé et divisé de la Seconde Guerre mondiale et en faire un des piliers incontournables de l’Europe. Il a gardé le poste pendant 14 ans de 1949 à 1963, une longévité exceptionnelle et toujours inégalée aujourd’hui. En France, on connaît surtout Adenauer à travers le couple franco-allemand formé avec De Gaulle qui a mené à la réconciliation franco-allemande et à la signature du Traité de l’Élysée le 22 janvier 1963.

    https://image.noelshack.com/fichiers/2017/41/1/1507548907-ka-1.png

    Il va donc s’agir de présenter la vie d’un homme qui aurait du définitivement quitter le monde politique en 1933 et comment il a pu devenir sur le tard l’un des plus grands chefs d’état du XX° siècle. Dans un premier temps, il faudra comprendre d’où vient Adenauer, puis comment il est devenu le premier chancelier de la RFA et enfin les nombreuses difficultés qu’il a du affronter une fois à ce poste.

    I/ Un politicien rhénan…

    A/ Origine et début en politique

    Né à Cologne le 4 janvier 1876, 3° fils d’une famille rhénane, un père fonctionnaire de justice anciennement soldat dans l’armée mais se qualifiant de « kein passionierter Soldat ».
    Enfance marquée par la tradition catholique. Un de ses frères est même rentré dans les ordres.
    Un élément qu’il ne faut pas oublier, c’est que l’unification allemande est très récente, seulement 5ans avant la naissance de Konrad Adenauer. On a donc encore une forte identité rhénane qui domine et une certaine hostilité envers les Prussiens.

    https://image.noelshack.com/fichiers/2017/41/1/1507548905-ka-2.png

    Ses années de lycée, sa participation aux associations catholiques, son entrée dans un grand cabinet d’avocat dirigé par un des responsables du parti politique du centre, Zentrum, et son mariage avec la fille d’une famille catholique connue de Cologne l’amène naturellement à rejoindre ce parti politique avec qui il partage les mêmes valeurs qu’il a gardé toute sa vie.
    Il devient en 1905 juge auxiliaire au tribunal de Grande instance (Landgericht) de Cologne. En 1907 il est élu au Conseil municipal comme simple adjoint(Beigeordnete), en 1909 il devient premier adjoint au maire de Cologne, Max Wallraf qui est l’oncle de sa femme.
    Lorsque la Première guerre mondiale commence, il est jugé inapte au service du fait de sa santé fragile et de son âge, il a alors 38 ans.
    Il devient le responsable du ravitaillement de Cologne, une ville de 600.000 habitants, la deuxième d’Allemagne. C’est un poste important car les produits alimentaires de base comme le pain, le lait, les pommes de terre et la viande commencent vite à manquer. Adenauer fait preuve d’un talent pour négocier avec les producteurs et organiser la redistribution auprès de la population.

    B/ Oberbürgermeister de Cologne

    En 1916, il perd sa femme et l’année suivant il est victime d’un accident de voiture qu’il le force à reste 4 mois à l’hôpital. Alors qu’il doit surmonter ses malheurs privés, on lui propose de devenir le candidat du Zentrum pour remplacer le maire d’Aix-la-Chapelle, une ville de 160.000 habitants, après la mort de son maire Philipp Veltmann. Il y a une période d’hésitation pour Konrad Adenauer vu qu’il peut être premier à Aix-la-Chapelle et plus second à Cologne, surtout que le poste de maire de Cologne ne lui était pas assuré. Son oncle Max Wallraf le convainc de refuser car il avait des ambitions pour occuper un poste à Berlin et que du coup son siège pouvait se libérer au profit de son neveu par alliance. C’est ce qui arrive et ainsi Konrad Adenauer devient le 18 septembre 1917, à l’âge de 41 ans, le plus jeune maire de Cologne et le 21 octobre, il est nommé Oberbürgermeister, premier bourgmestre par Guillaume II. Ce titre lui donne un véritable rôle politique en plus des responsabilités administratives. Cette double responsabilité va être d’autant plus importante avec la défaite de l’Allemagne. Il faut en effet gérer la crise politique découlant de l’abdication de Guillaume II, de la menace révolutionnaire des Spartakistes, le retour des troupes qui ont déserté ainsi que l’occupation de sa ville par les Britanniques. On a alors un regain d’activité de la part des séparatistes rhénans menés par Hans Dorten. Adenauer y est intéressé dans un premier temps, Il est même à la tête d’une commission chargé d’étudier la possibilité de créer un état rhénan autonome comme le souhaiterai les Français. Mais il s’oppose finalement à Dorten dont il juge les idées trop séparatistes. On avait en effet un camp qui voulait plus d’autonomie pour le Land, la région mais en restant dans le Reich, et un autre qui voulait une indépendance totale. Adenauer est élu président du Conseil d’État de Prusse, le Staatsrat, le 7 mai 1921 ce qui l’oblige à se déplacer à Berlin 2 à 3 fois par mois.

    https://image.noelshack.com/fichiers/2017/41/1/1507548907-ka-3.png

    En 1922 et 1926, il est l’un des candidats potentiels du Zentrum pour le poste de Chancelier. Il n’est un personnage local et n’a pas fait parti du gouvernement de Weimar.
    Il est réélu maire de Cologne en 1929. Face à la montée des extrêmes après la Grande Crise économique, il se montre très vite hostile au parti nazi comme il l’était déjà avec les communistes. Quand Hitler, chancelier depuis le 30 janvier 1933, vient à Cologne le 17 février, Adenauer ne vient pas à sa rencontre à l’aéroport. Cette acte va déclencher les foudres des nazis, on l’accuse alors de complot avec les communistes car il avait négocier avec les sociaux-démocrates, d’avoir des relations avec des juifs, d’être catholique car on repprochait aux catholiques de ne pas être de bons allemands car ils reconnaissaient l’autorité du Pape. On lui reproche même son attachement à la Rhénanie et d’être le porte-parole du séparatisme rhénan alors qu’on lui reprochait de ne pas l’être assez quand il en était question. Le 13 mars 1933, Hermann Göring alors ministre de l’intérieur publie une liste de destitution comportant le nom d’opposants au régime officiant comme sous-préfet ou maire : Adenauer en fait parti.

    II/ …Qui connaît une renaissance en politique…

    A/ L’Allemand numéro 1 des alliés

    Désormais, la Gestapo le guette. Accusé de détournements de fonds, ses biens lui sont confisqués. Il commence alors une vie d’exclue. Il est emprisonné une première fois en 1934 puis libéré au lendemain de la Nuit des longs couteaux, du 29 juin au 2 juillet les nazis assassinent bon nombre de personne de leur propre mouvement. Il arrive à récupérer une partie de ses biens qui avaient été confisqué et à s’acheter une maison à Rhöndorf, une ville près de Bonn. Il tente de rester informer autant que possible bien qu’il soit surveillé du fait qu’il est fiché comme opposant politique. Ses fils Konrad et Max sont mobilisés quand la guerre commence. Au lendemain du putsch manqué du 20 juillet 1944, il est l’une des victimes de « l’opération orage ». Il est arrêté par la Gestapo le 23 août, il s’évade du camp de concentration établi sur le champ de foire de Cologne.Il est découvert le 24 septembre, il est ramené à la prison de la Gestapo à Brauweiler, près de Cologne. Sa seconde femme avec qui il vit depuis 1919 est également arrêté et fait une tentative de suicide. Son fils Max, officier sur le front de l’Est arrive à obtenir sa libération. Pour ne pas avoir collaboré avec les nazis, avoir été destitué de son siège de maire de Cologne et d’être rester en Allemagne, les Américains demandent à Konrad Adenauer de reprendre en main le sort de la ville de Cologne, ou plutôt d’une ville fantôme nommée Cologne, où seules quelques centaines de maisons restent debout, et qui ne compte plus que 32 000 habitants sur 760 000.

    https://image.noelshack.com/fichiers/2017/41/1/1507548907-ka-4.png

    Il est en effet le numéro 1 sur la « liste blanche » des alliés. Konrad Adenauer accepte et fait face. Alors que les Américains voulaient lui rendre son son titre de Oberbürgermeister, il refuse afin de protéger ses 3 fils qui se trouvaient encore dans l’armée allemande et qui risquait ainsi de se faire fusiller. Mais, si les Américains lui apportent une aide efficace, les Anglais, qui les remplacent à partir du 21 juin 1945, jugent insuffisamment souple ce froid fonctionnaire et le congédient dès le 6 octobre. La conséquence ne tarde pas : aux yeux des Allemands, Konrad Adenauer va être doublement auréolé de son intransigeance face au nazisme et de son indépendance à l’égard de l’occupant britannique.

    B/ Le premier chancelier de la RFA

    L’autorité ainsi renforcée d’Adenauer lui permet de jouer un rôle important dans la création et le développement de la Christlich-Demokratische Union (CDU), parti fondé sur une idéologie à la fois chrétienne (rassemblant catholiques et protestants), démocratique, sociale et occidentale. Quand la CDU organise ses premières réunions en zone britannique, Konrad Adenauer est élu président de la CDU rhénane le 5 février 1946 et de toute la zone britannique le 1er mars. Les autorités militaires britanniques créent un Conseil consultatif de zone, qui se réunit à Hambourg le 6 mars 1946 et où Konrad Adenauer représente la CDU. Ce conseil, qui n’a que voix délibérative, se montre impuissant, au sein d’une zone ruinée, à établir un plan de redressement économique. Or les Alliés occidentaux, à la même époque, constatent avec une colère grandissante que les Russes organisent fortement leurs États satellites en Europe orientale. Aussi, le 15 juillet 1946, la conférence des ministres des Affaires étrangères, réunie à Paris, décide-t-elle de réorganiser politiquement l’Allemagne occidentale. Ainsi est créé, entre autres, dès le 18 juillet, le Land de Rhénanie-Westphalie. Konrad Adenauer, élu membre du Landtag de Düsseldorf, voit son autorité grandir et il devient le président du groupe parlementaire de la CDU du Landtag, l’assemblée parlementaire unicamérale d’un Land, de Rhénanie-du-Nord-Westphalie le 20 octobre.

    https://image.noelshack.com/fichiers/2017/41/1/1507548906-ka-5.png

    Quand, le 1er septembre 1948, à Bonn, dans les locaux de l’Académie pédagogique, se réunissent les 65 membres du Conseil parlementaire créé par les Alliés pour élaborer une Constitution, Konrad Adenauer est parmi eux : c’est lui qu’ils élisent comme président ; la loi fondamentale est proclamée le 23 mai 1949. Des onze Länder naît un État fédéral, la République fédérale d’Allemagne. Le choix de la petite ville de Bonn, préféré à Francfort, comme capitale réjouit particulièrement le Rhénan Konrad Adenauer qui a largement contribué à cette décision. Sur le chemin de l’ancien maire de Cologne pour le poste de Chancelier se dresse le puissant leader des sociaux-démocrates (SPD), le Prussien Kurt Schumacher. Lors des élections générales du 14 août 1949, les chrétiens-démocrates obtiennent 31 % des voix (139 sièges) ; mais le SPD les talonne, avec 29,2 % (131 sièges). Il faut 202 voix pour être élu chancelier par le Parlement fédéral. Tournant délibérément le dos à Schumacher et à la « grande coalition », Konrad Adenauer forme une « coalition bourgeoise » avec le parti libéral. Le 15 septembre 1949, à une voix de majorité seulement, il est élu chancelier fédéral alors qu’il est âgé de 73ans. Quelques semaines plus tard la CDU en fait son président.

    III/ …En redressant l’Allemagne

    A/ Désoccuper le pays

    Lorsque Adenauer devient chancelier, l’Allemagne est toujours sous occupation alliée. On a également une séparation nette entre la zone soviétique et celle occidentale avec la création en 1949 de la RDA et RFA. Le blocus de Berlin va renforcer l’idée chez le chancelier que la réunification n’est alors pas possible. Le 21 septembre, le statut d’occupation entre en vigueur, il permet de maintenir en RFA le principe de l’autorité suprême des alliés et de leur droit de veto. Les réparations, les Affaires étrangères et le contrôle du commerce extérieur et des échanges relèvent également des alliés. Adenauer comprend qu’il n’a pas le choix autre que subir . Il va donc mettre en place une politique de petits pas. Ainsi il obtient que la RFA intègre le 31 octobre l’Organisation européenne de coopération économique créée l’année précédente. Il arrive aussi à faire signer l’accord de Petersberg le 22 novembre 1949. Cet accord est considéré comme le premier pas vers un retour à la souveraineté allemande. Il permet à la RFA de reprendre les relations consulaires et commerciales avec l’étranger. Il met aussi fin aux démontages mais stipule que la RFA doit maintenir la démilitarisation de son territoire.
    Le 7 juin 1950, les alliés autorisent ma création d’un bureau des Affaires étrangères et le 6 mars 1951 une révision du statut de la RFA permet la création d’un ministère des Affaires étrangères où Adenauer va prendre la charge jusqu’en 1955.
    En avril 1951, Konrad Adenauer va à Paris pour signer le traité créant la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA). Grâce à lui, en mai, la République fédérale devient membre à part entière du Conseil de l’Europe et, en mai 1952, les hauts commissaires alliés en Allemagne se muent en ambassadeurs.

    https://image.noelshack.com/fichiers/2017/41/1/1507548907-ka-6.png

    Le projet de Communauté européenne de la défense (CED) commence à voir le jour en 1950 sous pression américaine. Mais des opposition en France ainsi qu’en Allemagne vont en ralentir la mise en place jusqu’au rejet définitif de la France le 30 août 1954.
    Suite à cet échec, de nouvelles conférences ont lieu à Londres et Paris pour déterminer le statut de la RFA. Les accords signés le 23 octobre mais ratifié le 9 mai 1955 annoncent la pleine souveraineté de l’Allemagne ainsi que son adhésion à l’OTAN. De ce fait, le réarmement est possible dans le cadre de l’OTAN mais l’Allemagne renonce à produire des armes atomiques, biologiques et chimiques.
    Le premier voyage officiel que fit Adenauer en tant que dirigeant d’un pays souverain est en URSS le 30 juin 1955. Il accepte les liens diplomatiques proposés par le ministre des Affaires étrangères soviétiques Molotov. Il obtient aussi la libération des 10.000 derniers prisonniers allemands restant.
    Le 1er janvier 1957, la Sarre est rattaché politiquement à la RFA ce qui permet à Adenauer de faire taire le SPD qui en avait fait un argument pour refuser de ratifier les Accords de Paris.
    Le 25 mars 1957, le traité de Rome est signé ce qui met en place la Communauté économique européenne (CEE) qui vise à une intégration économique entre la France, la RFA, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg et l’Italie.
    Lorsque Charles de Gaulle arrive au pouvoir en 1958, Konrad Adenauer a certaines crainte et considère ce dernier comme un nationaliste anti-européen qui n’est pas favorable à l’OTAN. Mais après leur première rencontre à Colombey-les-Deux-Églises, une profonde amitié va naître entre les deux hommes et à une réconciliation franco-allemande qui débouche au Traité de l’Élysée le 22 janvier 1963.

    B/ Des difficultés

    Alors que Konrad Adenauer vient de remporter les élection de 1957, des critiques commencent à s’élever contre lui. On commence en effet à le considérer comme trop vieux et autoritaire. Il est en effet alors âgé de 81 ans et sa Kanzlerdemokratie (la démocratie du Chancelier) n’est plus accepter.
    En 1959, il faut élire un nouveau président, Adenauer voudrait que le candidat de la CDU soit son ministre de l’économie Ludwig Erhard, le père du « Miracle allemand ». En effet, il ne croit pas capable ce dernier devenir un bon chancelier quand lui-même quittera son poste. Il voudrait donc le faire devenir président car ce poste n’est que purement honorifique et ne donne aucun pouvoir. Erhard soutenu par une fraction de la CDU refuse le poste. Le parti va alors tenter de convaincre Adenauer de se présenter afin de lui donner une semi-retraite prestigieuse mais sans pouvoir. Il accepte dans un premier temps mais émet l’idée qu’il souhaite renforcer la fonction. Il annonce aussi que si il était président, il soutiendrait non pas Erhard mais Franz Etzel, l’ancien président de la Haute Autorité de la CECA et qui est alors ministre des Finances. Les sondages annoncent alors que seul 3% des allemands voudraient d’Adenauer à la chancellerie contre 53% pour Erhard. Voyant son échec pour écarter ce dernier, Adenauer renonce à se présenter à la présidence et conserve son poste de chancelier. C’est finalement Heinrich Lübke qui devient président le 1er juillet 1959. Dans cette histoire, Adenauer apparaît comme quelqu’un qui ne sait pas s’en aller et qui a du mal à passer le relais à des personnes plus jeunes mais qu’il considère comme ayant moins d’expérience ou moins fidèle à sa politique.
    Mais Adenauer doit aussi faire face à des difficultés à l’extérieur. Le 27 novembre 1958, Nikita Khrouchtchev envoie une note aux USA, Grande-Bretagne, France et RFA où il exige le retrait des troupes alliés dans les 6 mois et que la ville devienne une zone démilitarisée avec un gouvernement autonome qui entretiendrait de bonnes relations avec la RDA et l’URSS. Alors qu’une conférence devait avoir lieu en 1960 à Paris à propos du statut de Berlin, l’incident de l’avion espion américain U2 abattu au-dessus de l’URSS et son pilote prisonnier font tout annuler.
    En 1961, la crise autour de Berlin s’aggrave quand dans la nuit du 12 au 13 août des fils barbelés sont installés avant que ce ne soit un mur qui soit construit. Le manque de réaction en dehors de déclarations dénonçant la construction du mur provoque une déception des Allemands de l’Ouest ce qui fragilise la position du vieux chancelier qui préfère maintenir ses relations avec les Etats-Unis. Lors des élections de 1961, la CDU/CSU n’obtient pas la majorité et doit cherché à s’allier avec un autre parti. Adenauer arrive à ses fins difficilement en proposant une coalition avec le FDP. Pour cela, il annonce qu’il accepte de se retirer au milieu de sa législature.

    https://image.noelshack.com/fichiers/2017/41/1/1507548909-ka-7.png

    En octobre 1962 éclate l’affaire du Spiegel, le journal allemand Der Spiegel publie un article très bien détaillé parlant des manœuvres de la Bundeswehr, l’armée allemande, face à une attaque soviétique. Le ministre de la Défense Franz Joseph Strauss demande une enquête sans en parler au ministre de la Justice, des perquisitions et des arrestations ont lieu. Alors que des manifestations pour la liberté de la presse éclate, cela débouche en une crise politique quand le FDP apprend que le ministre de la Justice n’a pas été mis au courant. Les ministres FDP se retirent alors du gouvernement suivi par ceux de la CDU afin de permettre à Adenauer de constituer un nouveau gouvernement en urgence. Jusqu’au bout, le vieux chancelier va tenter d’éliminer Erhard mais n’y arrive pas. Il remet sa démission au président Lübke le 15 octobre 1963, il a alors 87 ans. Mais il garde encore la présidence de la CDU et il fait tout pour gêner Erhard qui l’a remplacé à la chancellerie. Il assiste à l’échec de ce dernier en 1966 avec une joie certaine vu qu’il avait toujours dit qu’Erhard ne pourrait jamais être un bon chancelier. Il meurt le 19 avril 1967 dans sa maison de Rhöndorf.

    Conclusion :

    Ainsi, du fait de ces origines et de ces convictions, Konrad Adenauer n’a jamais voulu changer sa route et cela malgré les risques que cela pouvait lui coûter. C’est pour cela qu’en 1933 on le démet de ces fonctions de maire. Mais le fait d’être rester en Allemagne et ne pas avoir fait parti directement de la République de Weimar ont fait qu’il a pu reprendre une vie politique au sorti de la Seconde Guerre mondiale. Sa capacité à parlementer avec les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne et d’obtenir peu à peu plus de souveraineté ont fait d’Adenauer un dirigeant efficace reconnu par les Allemands de l’Ouest. Mais c’est surtout sa participation à la création des bases d’une unification de l’Europe occidentale et la réconciliation franco-allemande qui font entrer Konrad Adenauer dans le Panthéon des grands dirigeants du XX° siècle. Malgré les critiques qui ont pu être fait par ses opposants, nombreux de ces successeurs ont gardé l’idée de la Kanzlerdemokratie pour diriger le pays. Pour ce qui est de la longévité, la chancelière Angela Merkel en poste depuis 2005 pourrait peut-être battre ce record comme Helmut Kohl(chancelier de 1982 à 1998) si elle arrive à mettre en place une nouvelle coalition suite au résultat historiquement de la CDU, seulement 32,9% des suffrages.

    Bibliographie :

    GUILLAUME, Sylvie, Konrad Adenauer, Paris, Ellipses, 2007.
    Encyclopédie Larousse
    Wikipédia
    Francetvéducation

    PS: Je m’excuse pour les fautes ddans le texte ou le Powerpoint, j’étais plus vraiment concentré à ce moment là^^

  • Participant
    Posts1100
    Member since: 12 avril 2012

    Pour ceux maîtrisant la langue de Goethe: je vous conseille de regarder ce documentaire/fiction admirablement bien fait:

    (Je l’avais déjà vu quand il était passé sur Arte mais depuis, impossible de le retrouver en français^^=

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.