Post has published by diber

Ce sujet a 4 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  Seïki Genda, il y a 10 mois et 3 semaines.

  • Participant
    Posts6
    Member since: 15 avril 2017

    Dans toute l’Europe libérée, au lendemain de la victoire, citoyens ordinaires, vrais ou faux résistants, et même membres des forces armées, rivalisaient d’ardeur pour traquer et punir ceux et celles qui, selon eux, avaient trahi la Patrie et pactisé avec l’Occupant. L’ampleur et la gravité de ces règlements de comptes variaient énormément selon les moeurs locales, la gravité des faits reprochés aux accusé(e)s, ou simplement l’humeur du moment. Des femmes étaient tondues et des hommes roués de coups en place publique, d’autres étaient simplement abattus sur le pas de leur porte, ou exécutés dans un bois ou un terrain vague au terme d’un vague simulacre de procès.

    Dans cette Europe où tout était à reconstruire, il fallut des mois pour que les tribunaux puissent se remettre à fonctionner à peu près normalement, et pour qu’ils soient enfin en mesure de juger et de condamner les accusés avec un minimum de formalisme. Mais même organisés au sein d’une salle d’audience plutôt qu’improvisés au bout du canon, les jugements rendus n’en conservaient pas moins une très large part d’arbitraire, dictée par l’émotion et la colère ainsi que par une foule qui réclamait davantage Vengeance que Justice.

    En vérité, sur les milliers d’exécutions judiciaires ou extra-judiciaires ordonnées dans l’immédiat après-guerre, beaucoup – et probablement la plupart d’entre elles – n’auraient jamais été rendues si les accusés avaient réellement pu bénéficier d’un procès équitable, d’avocats compétents, et d’auditions basées sur des faits et des preuves plutôt que sur des rumeurs et des rancoeurs. Si l’on a coutume de dire que l’Histoire est toujours écrite par les vainqueurs, on se doit alors d’admettre que la Justice qui fut rendue à l’époque souffrait du même syndrome, et que les décisions qu’elle prit alors ne résisteraient sans doute pas à l’examen des tribunaux modernes.

    Que pensez vous des ces jugements arbitraires qui furent parfois, totalement injustifiés?

  • Participant
    Posts802
    Member since: 15 avril 2017

    Bah il n’y a pas grand chose à en dire. C’est regrettable et montre encore une fois les capacités de petitesse et de violence dont l’être humain est capable quand il s’agit de protéger ses intérêts.
    Surtout que certains crimes furent réellement affreux, comme un collaborateur écartelé entre des tracteurs, mais je ne sais plus trop où de toute façon l’anecdote (si on peut appeler ça une anecdote) doit être facile à retrouver.
    Les violences faite aux femmes aussi.

    On peut singulièrement se poser la question si certains de ces excès n’auraient pas du être punis pas les autorités, même des années après. Mais bon après il faut se remettre dans le contexte de l’époque, la France d’après-guerre c’est le développement du mythe du résistancialisme, on essaye de se donner bonne conscience en se persuadant que le peuple français était unanimement soudé pour une défaite de l’Allemagne, excepté quelques traîtres ignobles et minoritaires. Même les collaborateurs qui avaient perpétrés des crimes contre l’Humanité (organisation des déportations des Juifs présents sur le sol français notamment) n’étaient plus inquiété pour oublier la responsabilité qui incombait à l’administration française de la collaboration. Alors ceux qui dans l’effervescence de la libération avaient lynché des collabos…

  • Admin bbPress
    Posts6308
    Member since: 15 avril 2017

    En effet, il est fort à parier que de nombreux actes d’exécution somaire sur le bord d’un fossé n’aurait jamais eu lieu si l’accusé avait eu droit à procès normal.

    Vous savez si certains juge-jury-bourreaux improvisés furent jugés pour leurs actes?

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts6
    Member since: 15 avril 2017

    Je ne suis jamais posé la question mais ce serait intéressant de faire la recherche.

  • Participant
    Posts83
    Member since: 15 avril 2017

    En réalité, très peu de condamnations ont été rendues, même par les tribunaux militaires, tout au plus qq milliers à des peines de travaux forcés ou d’amendes et qq centaines à la mort, dont très peu suivies d’effet. Ce sont surtout les règlements de compte et les exécutions arbitraires opérées par des “résistants de la dernière heure”, FFI et autres organisations para-militaires se revendiquant de la Résistance qui ont fait des victimes (entre 10.000 et 40.000 selon les auteurs, et selon les cas considérés). Il suffisait d’avoir été simple planton dans la Milice, ou d’avoir vendu un journal à des militaires allemands pour devenir “un collabo” (et se faire abattre sur le bord de la route dans de nombreux cas). Les commissaires de la République envoyés pour faire régner l’ordre et la législation française sur les zones libérées ne seront aucunement respectés, celui responsable des cantons du Rhône-Alpes sera même emprisonné par des FFI pour avoir osé interpeller une patrouille… C’est dire l’anarchie qui régnait. Et pourtant ces mêmes Commissaires de la République refuseront le concours de l’armée pour maintenir l’ordre, afin de “garantir l’indépendance du pouvoir civil vis à vis du pouvoir militaire”.
    Malheureusement très peu de ces justiciers autoproclamés et des chefs de ces bandes d’assassins ont été ne serait-ce qu’inquiété. Il fallait en effet maintenir l’ordre, et vu l’influence dont jouissaient ces groupes, s’en prendre à eux n’aurait fait qu’envenimer les choses… Pour illustrer : lorsque les FFI exigeaient des prisonniers pour les exécuter et n’obtenaient pas gain de cause auprès de la police qui commandait la prison, et bien ils la prenait d’assaut et tuaient tout ce qui s’y trouvait. C’est bien triste de voir où a pu tomber la France…
    Pour plus de détails, un ouvrage : “L’épuration Sauvage” Philippe Bourdrel.

    Celui qui ignore son histoire est condamné à la revivre

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.