Post has published by florian30051

Ce sujet a 56 réponses, 6 participants et a été mis à jour par  florian30051, il y a 6 ans et 1 mois.

50 sujets de 1 à 50 (sur un total de 57)
  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Le but de mon uchronie est de donner une toute autre vision sur ce qui aurait pu se passer si quelques petits changements avaient eu lieu en l’année 408 et leurs répercussions qui en suivirent du début du Moyen-Age jusqu’à l’âge Contemporain.
    Récemment j’ai décidé de donner plus de liberté au lecteur. N’importe qui pourra donc choisir la meilleure suite de l’histoire qui lui conviendra régulièrement proposée sous forme de QCM pour lui. Par exemple, si on a le choix entre a, b et c, si deux personnes choisissent b et une c, je choisirais de continuer le récit en fonction du thème b car plus de gens ont souhaité ce thème.

    Sommaire comprenant les chapitres déjà réalisés
    -Introduction: La Victoire contre Anaric I le Conquérant.
    -Chapire 1: Gloire à Rome!
    -Chapitre 2: La réorganisation d’un système fort

    Je précise que cette fiction ne tient pas forcément très bien compte de l’histoire.

    Introduction

    En l’an 408, après la mort de l’empereur Stilicon, l’Empire Romain d’Occident est sur le point de tomber. Honorius accède au pouvoir à seulement 11 ans. Cependant il connait les conséquences de la politique que son père peut avoir. Il a sous-estimé l’empire d’orient, une grave erreur de sa part. Non, il faut d’abord se débarrasser de ses barbares, wisigoths en particuliers qui approche dangereusement de la péninsule italienne qui avait était jusque là ignoré. Le jeune empereur décida de se rendre au sénat et de réfléchir sur une réforme de l’armée romaine.

    D’abord, il fallait en finir avec les barbares jugea-t-il. Il proposa une refonte entière de l’armée romaine pour éviter la corruption et la trahison.
    « -Les barbares, du balais ! » cria le porte parole du nouveau César au sénat.
    « Il faut augmenter les taxes pour améliorer l’équipement de nos hommes, des nouveaux généraux, et arrêter ses taxes que l’on doit à Anaric ! »
    A ces paroles, tous les membres du sénat se levèrent et crièrent « vive l’empereur ! »
    Après la réunion avec le sénat Honorius se laissa persuadé par ses conseillers d’organiser un conseil dans son palais de Rome et de voir les meilleurs hommes aptes à commander pour le moment.

    Cinq hommes potentiels furent choisis :
    -Jovin, aristocrate gaulois, commande des mercenaires gaulois au service de Rome.
    -Marcus Darlius, tacticien se faisant remarqué dans Rome comme un géni, il commande cinq divisions de cohortes de légionnaires de l’armée romaine
    -Julius Talius, commandant de plusieurs brigades de cavaleries
    -Flavius Latunius, commandant de deux divisions d’onagres et de balistes
    -Darbert, noble du pays thrace, commandant de mercenaires daces et au service de Rome.
    L’empereur donna un mois à ses hommes de se préparer.

    Le régiment gaulois s’entraine

    Le 9 décembre, alors que l’hiver commençait déjà à être rude, l’empereur ordonna à son armée enfin prête de marcher pour le Milanée, la région de cette ville qui était concerné par les raies dévastateurs d’Anaric.

    On donna l’ordre que l’armée devait passer par Ariminum puis par Ravenne pour se diriger vers cette région en passant par Vérone. C’était le plan de Darlius. Ces régions étaient les moins touchés par l’hiver, cette année-ci. Les pertes allaient être nul ou du moins minimisé.
    Ci-dessous, l’armée romaine toujours de Darlius en marche.

    La bataille qui allait suivre allé être décisive. Elle allait décider de l’avenir de Rome. Honorius s’était déplacé en personne pour encourager son armée. Le César avait laissé Rome à son oncle Titus Vadrius. La route fut longue, difficile mais au final personne tomba.
    En ce jour du 29 décembre, le jour final du combat s’approchait. Les éclaireurs de Julius Tanius avaient reporté l’armée ennemie près du village de Bolzanium.
    En entendant cette nouvelle, Darlius qui avait été nommé général en chef la veille, ordonna à l’armée de se positionner sur la colline au nord du village.
    « Priorité aux hauteurs » cria-t-il


    Les rectangles sont l’infanterie, les croix sont l’artillerie, les cavaleries sont les triangles, les cercles sont les archers.

    L’armée de Anaric était constitué d’hacheurs redoutables mais également de mercenaires illyriens.
    Pour Marcus Darlius, les marcenaires illyriens seront facilement battable mais le problème réside dans les hacheurs barbares plus que fanatique.
    Anaric a plus d’hommes, mais le romain est mieux organisé et a une supériorité au niveau du terrain. Il est en hauteurs.
    Il fera bientôt nuit. Le général Romain a opté pour la défensive. Reste à savoir ce que décidera l’adversaire…

    A suivre…

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    J’attend la suite, ça risque d’être interessant 😉

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    J’attends moi aussi la suite, j’ai envie de savoir si l’Empire Romain d’Occident va finalement s’en sortir 🙂

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Merci, la suite devrait arriver aujourd’hui si j’ai le temps ou demain.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Finalement Anaric opta pour l’attaque générale. Mais les combats commenceront seulement à l’aube. En effet, vers 8h du matin, la cavalerie de lanciers daces chargea le bataillon Jovin qui fut complètement surpris de l’attaque à cause du brouillard qui s’était étendu dans les plaines du village. L’attaque fut redoutable et d’une grande envergure. La première ligne du bataillon Jovin fut totalement exterminée. Mais Darlius envoya la légion VII chargeait à revers de la cavalerie, ordonna à ses archers de faire feu et demanda à Latinius de faire tirer ses onagres lourdes.
    Tout s’exécuta selon ces ordres. Alors à leurs tours, les mercenaires illyriens surgirent du brouillard et chargèrent les deux bataillons de mercenaires gallo-daces. Les hacheurs d’élites daces brandissaient à leurs tours du brouillard et attaquèrent les premières lignes. Pour répondre à cette attaque, Darlius ordonna à ses trois autres légions de soutenir les premières lignes. Il envoya aussi les deux légions qui restait contourner l’armée de Anaric et de charger.

    Pour combler le dispositif, le général romain envoie Talius chargé sur à l’arrière de l’armée barbare. Anaric ne se laissera faire et va charger sur l’une des cavaleries légionnaires envoyées.

    D’après son aide de camp, Darlius aurait murmuré à ce moment :
    -C’est un sacrifice malheureux mais obligatoire. C’est la terrible loi de la guerre. Alea Jacta est !
    Le Bataillon Darbert s’en sortait bien soutenu par les légions. En revanche, le bataillon Jovin faiblissait de plus en plus sous la pulsion de la cavalerie Dace.
    Si la cavalerie du front gauche de l’armée barbare ne se délibérait pas des archées assez rapidement, la défaite était inévitable. De plus, on avait déjà entendu dans le bataillon Jovin crier : « Nous sommes perdus ! Replions-nous ! » Darlius intervint en leur rappelant leurs devoirs.
    -Mes amis ! Vous devez tenir, si vous tombez c’est pour la bonne cause. Pensez à vos familles. Si nous perdons, l’empereur sera tuées et vos familles seront torturés et exterminé dans Rome même.
    Aussitôt, les hommes de ce bataillon répondirent tous :
    -A vos ordres ! Vive l’empire !
    Pour répondre à Darlius, Anaric hurla un vulgaire :
    -Yaaaah ! en chargeant sur une cavalerie légionnaire de Talius.
    Ce moment précis fut pesant pour les deux camps.
    Combien de temps les archers allaient tenir face à l’autre cavalerie de Talius ?
    Les deux états-majors ne cessaient de s’interroger sur ce point.
    Enfin après quelques minutes stressantes, les archers ennemis crièrent :
    « Retraite ! » dans leurs langues que l’armée romaine ne comprit que quand l’unité fit geste de fuir.
    Alors Talius cria : Charger !!!
    La charge fut écrasante. Même les hacheurs lourds ne résistèrent pas la charge. Peu à peu, légionnaires et cavaliers ensembles réussissent à faire l’exploit de faire écrouler le front droit de Anaric.
    De son côté, l’autre cavalerie de Talius cria soudain :
    -Il est mort ! C’est fini !
    A ces mots tous les légionnaires et les marcenaires au combat redoublèrent de vaillance et le dispositif entier barbare s’écroula.
    -C’est fini ! Victoire ! Cria Darlius
    -Vive l’Empire ! Vive Dieu ! Crièrent les nombreux soldats chrétiens de l’armée romaine.
    Vers 12h, la bataille était terminée. La cavalerie romaine poursuivait les fuyards pour qu’ils ne représentent plus aucune menace.
    Le général en chef romain se confia alors à son scripte :
    -Ecris à César et dit lui qu’aujourd’hui, Dieu nous a offert dans son extrême bonté la victoire et certainement la fin du déclin.
    Mais Jovin lui n’était pas content, il avait perdu de nombreux hommes de sa compagnie et ne comprenait pas pourquoi Darlius était chef de l’armée. Les autres commandants étaient tous satisfait et le laissait voir par un grand sourire.
    Vers 13h, Darlius cria à ses hommes :
    -Nous rentrons pour Vérone, retrouver l’empereur. Vous aurez là l’opportunité de fêter la victoire. En marche !

    La troupe arriva à Vérone le 3 janvier et féta la victoire avec les habitants. En intendant, Darlius se rendit avec les quatre autres commandants au palais impérial. Honorius allaient les féliciter de leur bravoure et de leur fidélité…

    A suivre…

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Vraiment bien 😀
    Rome dominera le monde pour l’éternité !

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Vraiment bien
    Rome dominera le monde pour l’éternité !

    Oui vive l’Empereur !
    C’est bien florian30051, Auguste serait fier de toi 😉

  • Participant
    Posts1080
    Member since: 12 avril 2012

    Vous vous êtes trouvé un successeur aux Planta’ je pense 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Merci 🙂

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    L’empereur les accueillit avec ses conseillers et ses amis seulement dans la fin de l’après-midi.

    L’empereur sur son siège impérial de Vérone

    -Je tenais à vous félicité tous les cinq et particulièrement toi, Marcus Darlius. Pour te récompenser, je te fais définitivement général en chef de l’armée Romaine D’Occident et t’offre un domaine dans le Latium. Et vous, Jovin, Latinius, Darbert, Talius, je vous offre chacun milles Aureus. Ainsi vous aurez les moyens de vous acheter votre propre domaine dans l’empire. Et pensez à récompenser vos soldats ! S’était exclamé le petit empereur.
    -Dieu ne m’avais prévenu d’une telle générosité ! s’exclama Darlius en s’inclinant respectueusement.
    Latinius, Darbert et Talius s’inclinèrent aussi pour faire signe de le remercier. Jovin ne s’inclina point.
    -Eh bien ! Mon cher Jovin, tu m’as l’air bien nerveux. Qu’as-tu ? L’interrogea le césar
    -Mon empereur, je ne comprends pas pourquoi vous favorisez à telle point Marcus Darlius et pas nous autres.
    -Il a comme réputation d’être un excellent tacticien à Rome et viens de nous le reconfirmer dans cette bataille. Répondit calmement Honorius
    Aussitôt, Jovin quitta la salle impériale sans faire un salut à l’empereur.
    Un ami de l’empereur s’exclama :
    -Cet homme vous manque cruellement de respect, pourquoi ne pas lui apprendre les bonnes manières ?!
    -Mon empereur si vous le permettez, je pense savoir comment le calmer. Fit Darlius
    -Je ne peux rien refuser au vainqueur de la bataille de Bolzanium. Rompez maintenant ! Dit Honorius
    Les trois autres commandants avaient beaucoup sympathisé avec Marcus Darlius. Ils lui demandèrent à quoi il pensait.
    -Mes amis, le nerf de la guerre, c’est l’argent. Je pense que j’aurai les moyens de le calmer. Il est jaloux de mon titre et de mon commandement. Pendant la fête de ce soir avec les soldats, je vais essayer de discuter avec cet aristocrate gaulois. Répondit tranquillement le jeune héros
    Le soleil se coucha. La fête allait commencer. Un grand noble de la ville s’était exclamé devant les quatre chefs de l’armée. On exclura Jovin.
    -J’organise une orgie ! Vous viendrez messieurs les vainqueurs ?
    -Avec grand plaisir ! répondirent ensemble les quatre vainqueurs.

    La fête des chefs de l’armée vainqueur.

    La fête des soldats

    Autant pour les soldats que pour leurs chefs la fête fut joyeuse. Cependant, au milieu de la nuit Darlius informa Latinius qu’il allait discuter avec Jovin.
    Celui-ci l’interrompa :
    -J’ai bien vu sa réaction. Il est complètement envieux de ta position financière et hiérarchique. Il est prêt à te tuer. Prend deux ou trois soldats avec toi.
    -Tu as raison. Bon j’y vais. Je te reverrais bientôt. Profite de cet instant. Ce ne sera pas notre dernière bataille, je vois Honorius nous demander d’aller plus loin dans la guerre pour montrer à ses frères romains d’Orient sa réussite.
    Tous les deux se saluèrent et se quittèrent.
    En dehors de l’orgie, Marcus alla voir deux de ses soldats qui était à une table et leurs demandèrent de le suivre. Ceux-ci n’y ont vu aucune objection et acceptent l’ordre du général.
    Marcus arriva bientôt au campement gaulois qui lui aussi était en fête et se dirigea vers leur chef Jovin. Il était triste mais quand il aperçut Darlius, il le fusilla des yeux. Le général ignora ses yeux menaçant et alla le voir. Quand le commandant gaulois aperçut les deux soldats qui le suivait, il arrêta la réaction qu’il avait eu dans un premier temps.
    -Bonsoir Jovin, je voulais te donner ce présent de ma part. Dit le général Romain
    Marcus lui tendait une bourse remplit d’une centaine d’aureus.
    -Je ne veux pas de cet argent ! Cria Jovin
    Il lança alors la bourse de Darlius à ces soldats et lui cracha au visage. Le général Romain choquait, interpella non seulement ses gardes qui l’avait pris mais aussi ceux de Talius, la campement voisin de celui gaulois. Tous les soldats gaulois se levèrent aussitôt et se précipitèrent vers Marcus Darlius…

    A suivre…

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Ah le pire pour un général, c’est pas la bataille mais ce qu’il y a après ! Espérons que les conséquences de cette altercation ne soient pas trop importantes, car ils jouent avec l’avenir de l’Empire là !

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Et oui… Le suspens est intense. Et le pire, c’est que Jovin lui même a existé…

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jovin

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Un bon récit.
    Je l’ai mis dans RP, parce que c’est plus de l’Uchronie, plutôt un RP.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    ok ca m’inquiétait de ne plus le voir. Je croyais qu’on m’avais joué un mauvais tour en le supprimant…

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Non, on est des Modos respectables…
    Par contre, STP, aère ton texte…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    je fais déjà un maximum pour ne pas faire trop de fautes… Mais je vais essayer. Merci de ton conseil.

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    je fais déjà un maximum pour ne pas faire trop de fautes… Mais je vais essayé.

    Louuuupéééé !

    Essayer, florian 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    zut alors! 🙂
    Je corrige cela tout de suite.

  • Participant
    Posts1080
    Member since: 12 avril 2012

    Tu n’as qu’à prendre exemple sur la structure de mon uchronie… (voir lien dans la signature)

    C’est simple et le public a apprécié B)

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je vois, je vais refaire un tour sur mon word pour qu’il y est moins de fautes. Au passage, très bonne histoire! Cpt Foley

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    La suite arrive enfin avec moins de contenu faute de temps. Il est donc possible de voir des fautes…

    Les deux soldats derrière lui se mirent en avant et tendirent leurs boucliers. Les gaulois sortirent leurs poignards et s’élancèrent vers les deux pauvres soldats qui rapidement débordé furent exterminé. Darlius qui avait évité de justesse un coup de poignard réussit à s’enfuir. Disons tout de même que ce coup l’avait égratigné sa joue gauche. Les gardes de Talius arrivaient à son secours.

    Bientôt en entendant des cris toute la fête fut alertée de l’anormalité qui se produisait. Les gardes de Talius tendirent leurs grands boucliers passèrent devant le général en chef. Darlius cria à ses hommes : « Occupez-vous de ces traitres ! »

    Darlius prit un cheval et se dirigea vers palais impérial.
    A ce moment les choses dégénéraient… Jovin au combat avait crié :
    -Mort à Rome !
    Mais bientôt, en infériorité numérique, le camp gaulois fut débordé et exterminé. Jovin est capturé. Latinius qui était le seul chef de l’armée avoir été alerté autre que Darlius à être présent cria :
    -Qu’on le ramène au palais enchainé pour que notre César décide de son avenir !
    En intendant Marcus Darlius s’était rendu au palais impérial alerté l’empereur de la trahison de Jovin. Cependant , on lui bloqua l’accès à la chambre impérial en lui disant :
    -Le saint empereur Honorius ne peut pas vous voir. Il dort.
    -Rah ! faites lui transmette que le commandant Jovin l’a trahi.
    Puis soudain Darlius entendit :
    -Mon général voilà le traitre ! crièrent les soldats présents au général romain.
    Jovin était enchainé.
    -Faîtes le croupir au cachot demain l’empereur décidera de son sort… Dit Darlius
    -A vos ordres ! mon général ! Crièrent les soldats

    Finalement Jovin fut torturé jusqu’à la mort à l’écart de la ville à côté de la grande route séparant Vérone et Milénium.Il fut montré aux romains comme exemple à ne pas suivre.

    Chapitre 1 : Gloire à Rome!

    Après cette mésaventure, nous pouvons dire que Rome est dans une position assez stable. Grâce au général Darlius, Rome est sauvé ainsi que son empereur. Cependant la paix a toujours une fin. Comme l’avait prédit Marcus Darlius, le jeune César est un rêveur de conquête énorme. Il veut reformer ce que l’on avait perdu jadis.
    Il va donc décider de déclarer la guerre contre les ostrogoths qui occupe la Provence actuelle ainsi que les plaines du Danube. Marcus Darlius avait fait tout pour que le nouveau césar ne veuille faire de nouvelles batailles. Dans une lettre dédiée à l’empereur, il avait informé à quel point l’attaque pouvait être un désastre pour Rome. Les Ostrogoths possédaient 30000 hommes prêts à combattre alors qu’Honorius n’en possédait que 20000. Valimir, le roi des Ostrogoths, était un grand guerrier réputé cruel qui entretenait des relations fâcheuses avec Rome avant même la déclaration de guerre. Il rêvait de fonder son propre empire sur la péninsule italienne. Marcus Darlius, toujours général en chef décida de diviser l’armée romaine en deux : 10000 hommes sont placés à Thienum, ville au pied des Alpes Orientales, et les 10000 autres à Carmagnium. De nouveaux généraux furent choisis au détriment des anciens compagnons de Marcus. Un certain Titus Dramus, ami de l’empereur, fut choisi à la tête de l’armée du Nord. Gnaeus Silius fut choisi à la tête de l’armée de l’Ouest. Latinius prit le commandement des balistes de la garde impériale de la troupe Dramus. Darbert et Talius furent rattaché au bataillon Silius. Darlius devait donc rester auprès de l’empereur dans son quartier général de Vérone, manœuvre que le général en chef contestait beaucoup. Il voulait commander lui-même ses troupes et non pas simplement planifier les lieux des batailles.

    La situation au nord de l’Italie peu après la déclaration de guerre

    Le général en chef ne comprenait pas pourquoi on l’avait mit à l’écart. Serait-ce les amis de César qui serait responsable de cette situation ou alors le sénat qui aurait plaidé en défaveur de Darlius?
    A suivre…

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Ouai la suite, la suite ! On en redemande 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Marcus avait déjà exprimé son mécontentement devant l’empereur mais celui-ci ne comprenant pas sa réaction lui proposa d’aller se calmer dans son domaine dans le Latium pendant quelques temps. Il fallait qu’il y ait un évènement dramatique pour l’armée romaine pour que César le rétablisse à son commandement total. Darlius avait donc prédit le désastre. Cependant le général savait aussi que s’il n’essayait pas de faire quelques choses, il serait jugé comme coupable. Voilà la stratégie de Darlius, placer un bataillon à Thienum et l’autre à Carmagum et attendre. L’hiver était arrivé dans les Alpes et était plus fort que jamais cette année. Marcus Darlius espérait que les Ostrogoths perdent un grand nombre d’hommes pour que les Romains ait à peu près les même effectifs en soldats que les Ostrogoths. Pourquoi les généraux Dramus et Silius ne se rendaient pas compte du désastre que leurs plans pouvaient produire ? Finalement Darlius suggéra à Dramus d’attirer les deux troupes Ostrogoths et de les attirer vers Thienum.
    Les évènements se succédèrent et Dramus perdit contre les Ostrogoths à la bataille de Thienum à cause de son infériorité numérique. Les Ostrogoths auraient après la bataille rasés la ville et dévalisait toute ses richesses.

    Les romains sont écrasés par la cavalerie Ostrogothe.

    Thienum incendié par les barbares
    Crimes contre les civils et violes contre les femmes auraient été commis. Latinius fut gravement blessé pendant la bataille et aurait été transporté à l’église de la ville de Vérone converti en hôpital. Apprenant la nouvelle, Marcus Darlius se précipita à l’hôpital et se recueille devant son ami. Il le retrouva couvert de sang et de bandages pour soulager ses blessures.
    -Ah… Mon ami Latinius, pourquoi Dieu en a-t-il voulu ainsi à ton sujet ? Dit le général en entrant dans sa chambre
    -Tu crois encore à ces cochonneries ! fit le commandant de l’artillerie romaine
    -Tu n’es pas croyant… dit le général en chef en restant calme.
    -La dernière fois que j’ai cru au seigneur, j’ai reçu une flèche sur la paume de mon bras. Déclara Latinius
    -Pauvre homme… Je dois partir Latinius, je ne peux point me permettre d’être aussi absent au quartier général de César sous peine de perdre mon statut. Comme disait nos anciens, qu’Esculape te bénisse dans ta guérison. Ajouta le général en chef
    -Je préfère ces dieux-là, vois-tu mon bon Marcus. Affirma Flavius
    Ne préférant pas s’attarder sur ce sujet, Darlius quitta Latinius en le saluant une dernière fois et se rendit chez au quartier général de l’empereur.
    Par contre, Gnaeus Silius remporte une brillante victoire à Carmagnum contre l’armée Ostrogothe de Provence.

    Darbert se serait particulièrement illustré à cette bataille et Silius l’aurait nommé général en second de l’armée.
    Cependant rien n’était encore gagné. L’armée du nord est quasi-anéantie et la seule solution pour Darlius serait d’ordonner à Silius d’avancer sur Thienum.
    Malheureusement, l’empereur et ses amis refusèrent encore une fois la stratégie du général en chef déclarant que la garnison de Vérone en plus des détriments de l’armée du Nord saurait écrasé l’armée adverse.
    Et le pire pour Darlius est que l’empereur laissa Dramus à la tête de la troupe…

    A suivre…

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Mais pourquoi est-ce que c’est l’Empereur qui commande ? Qu’il laisse la guerre aux vrais experts, Rome ne s’est pas construite en un jour certes, mais il ne faut pas beaucoup de temps pour la détruire non plus !

    Donc ça veut dire merci florian30051, car c’est rare quand je suis à fond dans une histoire mais là c’est le cas 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Merci beaucoup de m’encourager à ce point à continuer 🙂
    J’ajoute à ce post que la suite ne devrait pas arriver avant Jeudi voir Vendredi à cause du travail du lycée. Oh diable l’école!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Une petite suite en raison du manque de temps…

    Cette fois-ci cela en était trop. Pourquoi un empereur de seulement 12 ans devait décider des manœuvres militaires ? Il avait formé une nouvelle armée du Nord de médiocre qualité en raison du manque de temps de leurs armements et l’armée de l’ouest au lieu de se débarrasser des Ostrogoths qui menacés déjà la métropole de Patavium devait marcher sur Massilia. Darlius qui en avait assez déposa sa démission au quartier général de l’empereur et en se rendant dans son domaine dans le Latium ne se fit plus remarquer du grand public.
    Honorius en entendant la nouvelle de la démission du général en chef de l’armée s’exclama :
    -Eh bien ! Est-ce ainsi que l’on quitte son empereur, pourquoi n’est-il pas directement allé me voir ? Je suis choqué par cette attitude.
    Alors un homme de l’entourage de l’empereur s’était exclamé :
    -Mon empereur, il nous faut le capturer ! C’est un traître !
    -C’est peut-être un traître mais je ne peux point me permettre de punir un sauveur de Rome sous peine d’être puni par le seigneur.
    Alors la chose en resta là entre Darlius et l’empereur.
    Latinius rétablit et apprenant la nouvelle, décida de se rendre au domaine de l’ancien général en chef qui aurait disparu.
    Les Ostrogoths avaient une nouvelle fois gagné contre Titus Dramus non loin de Patavium. La situation commençait à devenir dramatique. Patavium prise, la péninsule italienne coupé de l’Illyrie romaine, cela pourrait rendre très facile l’invasion de l’Illyrie par les Ostrogoths.

    L’empereur et sa cour se replièrent sur Ariminum et le restant de l’armée du nord, plus payé par l’empereur, déserta. Cependant, Titus Vadrius, oncle de l’empereur devenu gouverneur de Rome fut envoyé comme diplomate à Byzance pour négocier d’une entrée en guerre prochaine de l’empire Byzantin contre les Ostrogoths.
    Voilà le résultat des négociations entre Rome et Byzance : En échange de la région de Melvium en Illyrie romaine, Byzance était prête à envoyer 15000 hommes contre les 8000 qui menaçaient la région et Patavium. L’Empereur était en colère, furieux de dépendre de la puissance de Byzance mais devait accepter.

    Il ordonna à Silius de prendre possession le plus vite possible de la Provence. Valimir répondit en ordonnant à ses troupes de se précipiter sur Ariminum pour capturer Honorius.
    En apprenant les volontés du roi ostrogoth, la cour impériale se replia encore pour se diriger vers Rome. Le sénat romain décida de refaire appelle au général Darlius qui s’était retiré et celui-ci prit le commandement des cohortes prétoriennes de la capitale. Marcus Darlius choisit son fidèle Latinius qui l’avait rejoint comme général en second de la nouvelle armée.
    A suivre…

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Il y a quelques fautes (oui je suis du genre pointilleux), mais c’est toujours très plaisant à lire 🙂

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    désolé mais c’était la course contre la montre pour poster aujourd’hui…
    Merci tout de même 🙂

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Encore une petite suite en raison de manque de temps… Donc encore un gros risque de fautes…

    Le sénat déclara aux romains que la capitale était en danger et invita la population à s’armer le mieux que possible. Des gardes civils furent formés assez vite pour veiller à la protection de la ville.


    La muraille de Rome


    Légion chargée de la protection de la ville

    Quelques semaines plus tard après l’appel aux armes, l’Empereur arriva dans Rome et s’y retrancha.
    Une nouvelle stratégie s’était imposée sans que l’empereur soit au courant. Les grandes villes romaines (Ariminum et bientôt Rome) devait tenir en intendant l’arrivée du général Darlius qui était allé recruter des hommes valides de 25 à 50 ans dans le sud du pays. Patavium et Segestica devait être sauvé par l’armée byzantine. Le général Silius devait continuer sa marche sur Masillia. Ce pari stratégique était bien risqué mais c’était une décision du sénat qui devait prendre provisoirement le pouvoir. A cause de la défaite de Thienum et du désastre des « Forêts de Patavium », l’empereur n’avait plus accès au pouvoir « dit trop jeune pour régner».
    Le général Dramus avait été assassiné par un ami du sénat à cause de son incapacité à commander correctement une armée. Ce fut une excellente nouvelle pour Marcus Darlius qui prédisait à la suite de cette nouvelle un retournement de situation. Cependant rien n’était encore gagné. Théodose II, l’empereur byzantin, avait envoyé ses troupes personnelles qui n’avaient même pas encore atteinte Segestica. En revanche, le bataillon Darlius comptait bientôt 5000 hommes en plus des prétoriens que le sénat avait donné au général et pouvait commencer sa marche sur Ariminum.

    La fin de l’hiver approchait, c’était une bonne nouvelle pour Silius qui pourrait traverser les Alpes plus facilement.

    A suivre…

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Ouai enfin des décisions censées !

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    La suite arrive enfin bien que encore petite…
    L’armée Byzantine finit enfin par arriver en zone occupée et se débarrassa de l’armée de Valimir qui menacé Segestica et toute l’Illyrie Romaine.


    Des soldats se reforme dans les forêts près d’Ariminum.

    Cependant le siège de Patavium se faisait de plus en plus difficile pour l’armée romaine, un début de famine avait eu lieu dans le quartier pauvre de la ville privé des réserves de nourriture. L’insurrection de la ville était possible et cette hypothèse faisait trembler le Sergius, un ami du sénat qui était devenu commandant de la garnison de Patavium. Celui était réputé dans Rome pour son talent de défenseur sur le champ de bataille. Il aurait d’après la rumeur organisée un complot qui aurait échoué ayant pour but de faire tomber Honorius et d’établir une république. Arrêter quelques semaines après le complot par les cohortes personnelles de l’empereur, il aurait été emprisonné dans une prison près d’Ostie. Sergius pendant la guerre contre Anaric fut délivré secrètement par des membres du sénat et trop populaire dans la cité romaine, Honorius n’avait pas pu l’emprisonner à nouveau. Cependant il avait du rejeter ses idées révolutionnaires pour redevenir général et l’empereur lui céda le commandement des garnisons de Patavium.
    Sergius avait prit la décision de construire un deuxième mur de fortification qui encerclait les points stratégiques de la ville. Il séparait le quartier pauvre du reste de la ville, prenait soin d’entourer l’entrepôt qui possédait toute les réserves de nourriture, entoura la colline du Patalium où le général pensait bâtir une tour en bois pour combler le manque de pierre et la muraille finissait son tour en entourant la maison du gouverneur.

    La crainte de Sergius se confirma et le quartier pauvre de la ville se rebella contre l’emprise romaine et le commandant en chef replia ses troupes à l’abris derrière la deuxième fortification.
    Sergius était un habile ingénieur. Il avait ordonné la construction d’une machine de guerre qui allait révolutionner la guerre. Le tout constitué de bois, ressemblant à une catapulte, l’engin était impressionnant par sa taille et sa future utilité. En réalité, Sergius avait crée le premier mangonneau de l’histoire.

    A suivre…

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 29 juillet 2012

    Cool je vais le lire ce week-end je pense. :cheer:

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Oulà un mangonneau, ça va faire mal ! Moi je dis bien joué florian30051 pour ton imagination.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Enfin un meilleur contenu 🙂

    Et ce n’était pas tout, pour couronner le tout, un pot à feu, un vase rempli de matériaux inflammables qui allait projeter une boule de feu au moment de l’impact était positionné sur la poche de l’engin dévastateur. Du haut de la tour de bois, Sergius ordonna de faire feu sur la forêt de Patavium où s’était cantonné l’armée ostrogothe.
    En effet, le tacticien avait préféré d’abord se débarrasser de l’armée Ostrogothe en essayant d’incendier la forêt. L’armée rebelle ne présentait pas de véritable danger pour le moment. Le tonneau fut lancé sur l’objectif. Ce ne fut non l’armée mais un arbre qui fut victime du pot à feu et une fois l’impact donné, le feu se déclara sur la forêt. Voyant l’incendie s’offrant à eux, l’armée Ostrogothe sortit de la forêt et à la vue des archers romains se firent tirés dessus.
    C’était le signal d’assaut pour l’armée barbare. On ordonna à l’armée d’avancer le bélier pour ouvrir les premières portes de la ville. Les rebelles allaient être confrontés à deux ennemis. Voyant cette gigantesque armée avancé devant eux, ils préféraient se ranger du côté barbares que romain. Quelle fut la colère de Sergius. Ca y est, ces traitres ouvraient les portes de la ville. Cependant, incompris des ostrogoths, ceux-ci furent tout de même massacré.


    Les Ostrogoths sont sans pitiés face aux rebelles.

    -Le moment est venu de montrer à ces moins que rien ce qu’est d’être romain… Messieurs, préparez-vous à faire feux sur l’ennemi, armée donc cette invention qui a terrifié pendant un instant l’état major ennemi, faites votre devoir d’honorable romain et dîtes-vous que la victoire sera proche en montrant notre détermination de romain. Vive Rome !
    On fit feu, un second tir fut lancé sur les maisons en bois du quartier pauvre pour provoquer un incendie. Sergius était à l’abri des flammes grâce au faites qui l’avait placé loin la deuxième rangée de muraille derrière les maisons de bois. L’armée ostrogothe fut effrayée du nouvel incendie qui se déclarait devant ses yeux et déguerpit au plus vite de la ville.
    Victoire crièrent tous les romains présents. Les archers continuaient à faire pleuvoir leurs flèches enflammées sur l’armée ennemie.
    -Ainsi donc c’est une fois de plus une victoire pour Rome. Vive Dieu ! Eteignait moi maintenant l’incendie !
    Aussitôt les soldats obéirent aux ordres du stratège et on finit par éteindre l’incendie.
    Patavium était sauvée ainsi que Segestica. Mais Ariminum et Rome restaient encore en grand danger face au reste de l’armée. Sergius fut demandée à Rome et on le recruta dans l’armée de Darlius commandant suprême de l’artillerie.
    Silius avait réussi à traverser les Alpes malgrès quelques pertes et finit par arriver aux portes de Massilia. Une dernière bataille eut finalement lieu dans les faubourgs de la ville et se soldat en une éclatante victoire de la part de Rome.
    Silius assiégea la ville.
    Pendant ce temps, la fidèle armée de Théodose II arriva à Patavium où elle pilla or et nourritures. En effet, sans Sergius, Patavium ne pouvait bien se défendre.
    Révolté de cet acte, l’Empereur Honorius envoya à nouveau Titus Vadrius discutait avec l’empereur de l’acte qui s’était produit. Théodose II réagit mollement mais fit tout de même signe à ces hommes de ne pas se croire chez l’ennemi. Une rançon de 25000 Aureus fut cédée à Honorius.
    On apprit le 15 mai que Silius avait remporté une nouvelle victoire et avait prit Massilia.

    La prise de Massilia

    Il marchât alors en direction du Nord vers Lugdunum. Darlius, après avoir battu les derniers détriments de l’armée Ostrogothe non loin d’Ariminum arriva à Milliénum et décida de se rendre vers le Danube pour faire face à Valimir en personne. L’armée Byzantine elle marchait sur Virunum en Autriche actuel…

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Alors bravo toujours pour ce récit ; toutefois je crois que le terme Etat-major est un peu anachronique pour l’époque 😉
    Sinon pour la prochaine partie, pourrais-tu mettre une carte, car je commence à être un peu perdu quant à savoir ce qui est romain et ce qui ne l’est plus ?

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    une carte est prévu!
    Sinon merci encore de me suivre et de tes conseils

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012


    Voilà la carte pour vous faire attendre la suite Lundi ou Mardi

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    La suite est malheureusement reportée à demain pour manque de temps.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Virunum était un fort romain que Valimir avait prit soin de protéger avec des murs supplémentaires pour que le château deviennent imprenable. Les Wisigoths s’étaient déjà fait battre en assiégeant le fort. L’armée Byzantine s’était préparée à ce genre de siège en construisant de puissantes tours de siège.
    Silius, lui, allait se battre contre un adversaire de taille, Gerbert (surnommé « le nouveau Anaric »), il était réputé sur sa cruauté sur quiconque d’où son nom. La bataille s’était confirmée à Valsium, petit village au sud de Lugdunium. Les cohortes légionnaires « Augusta » fondaient de toute part sur l’armée de Gerbert qui avait habilement contourné les légions en envoyant la cavalerie lancier. Silius pour l’empêcher d’aller plus loin appela la cavalerie légionnaire de Talius à attaquer les redoutables lanciers.
    Cependant, Gerbert avait prévu cette échéance et décida de sacrifier l’essentiels de ses unités et ordonna à une seule d’entre elle de charger sur l’infanterie romaine en combats contre les fantassins barbares.
    Le combat était terrible. Darbert brandit soudain avec ses marcenaires sur la cavalerie qui avait chargé l’infanterie. Le combat était très serré et s’intensifié partout sur le champ de bataille. Les archers romains et ostrogoths se tiraient dessus mais les archers romains, de meilleures qualités gagnaient le combat.



    Les scorpions romains faisaient pleuvoir de leurs projectiles sur la cavalerie.


    Les légions « Augusta » espèrent s’en sortir face à la cavalerie qui attaque à revers.


    A terre, le général Silius réfléchit à de nouvelles stratégies devant ses commandants dont Darbert à qui il s’adresse.

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    C’est eupèc !

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Cependant la cavalerie Ostrogothe qui était censé être sacrifié tenait étonnement bien face à la cavalerie romaine. Mais les scorpions romains faisait baissé peu à peu le moral de l’ennemi. Peu à peu, la cavalerie de lancier fuya pour laisser l’opportunité à Talius de faire une dernière charge sur la cavalerie. Cette fois-ci cla en était fait. Les cavaliers Ostrogoths se repliaient. De leurs côtés, les légions romaines commençaient à mal s’en sortir face à l’ennemi.

    Malgès leurs vaillances extrêmes, les légions perdaient de nombreux hommes et n’avançaient plus beaucoup face à l’ennemi.

    Malgrès cela, la cavalerie romaine pu se précipiter derrière l’infanterie Ostrogothe. Gerbert décida de se replier. Rome avait gagné un bataille de façon décisive mais pas de façon éclatante. Elle avait perdu énormément de légionnaire. Cependant, Lugdunum n’était plus protéger.
    En moins de 15 jours, la ville fut prise. Silius s’y retrancha pour reformer ses troupes.
    Le général Darlius était parvenu à passer les Alpes mais plusieurs accidents étaient arrivés. L’armée romaine avait du abandonner les mangonneaux qui étaient trop dur à transporter dans les Alpes. Sergius avait décider d’abandonner ses merveilles et de les reconstruire un fois arriver dans les environs de Teurnia. Cependant la marche était difficile, beaucoup de soldats avaient été déserté et les chutes de neiges de Printemps avaient exceptionnellement forte. Une insurrection même avait été lancé par des prisonniers ostrogoths capturés près d’Ariminum contre Darlius et Latinius.
    Latinius avait donné l’ordre de faire exécuter tous les prisonniers restant.
    -Dura lex sed lex ! (La loi est dure mais c’est la loi !) avait-il crié en donnant l’ordre et en en parlant à Marcus Darlius !


    Veille de la fin de la Guerre

    L’armée byzantine commandée par Théodose II en personne décidait en secret de prendre la place forte de Virunum et puis de faire un traité de paix avec ces « gentils barbares ». En plus du sud de l’Illyrie Romaine, Théodose II voulait négocier la région de Savaria et crée un état tampon à la solde des Byzantins. L’Empereur Honorius et le sénat ne connaissait rien de cette affaire. Théodose remporta une brillante victoire mais trop exposé durant le combat au danger de la mort fut gravement blessé et dut retourner à Byzance. Son second, Marius Flavius Lisutinius responsable de l’armée romaine décida de commencer les négociations avec le roi Ostrogoth. Contre 10000 Aureus, Byzance prenait possession de Savaria et pouvait crée un état semi indépendant, un état vassal qui s’appellerait : Principauté de Savaria.
    Lisutinius accepta.

    Rome fut au courant de cette affaire que un mois plus tard lorsqu’elle se rendit compte que les troupes byzantine marchait à nouveau dans leurs terres. Le sénat envoya un représentant demander ce qui se passer… Malheureusement, le représentant reçut comme seul information que Théodose II aurait perdue et qu’il doit se replier. Malgrès les multiples lettres de Darlius qui demandait de continuer la guerre, le sénat finit par conclure une paix tout de même très généreuse pour l’empire. En effet, en plus de la Provence, Lugdunum et plusieurs points stratégiques furent annexés.

    Cela provoqua un soulagement pour tout le peuple romain qui fêta la victoire. On n’entendait que ces mots suivants dans les villes romaines et parmi la population:
    -Vive Dieu et Gloire à Rome !

    Un artiste anonyme peint ce tableau symbole de fin d’une terrible guerre.

    A suivre…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Le début du chapitre 2 devrait arriver demain si tout va bien! :cheer:
    Gloire à Rome!

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Pour éviter des fautes je reporte encore la suite à demain. Attendez-vous à de la quantité 🙂

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Chapitre 2 : La réorganisation d’un système fort

    Avant de parler des changements politiques, Il est important de dire que Honorius fut contraint de replier ses dernières troupes d’Angleterre vers 410 après J-C.
    Honorius avait décidé avec ses conseillers de faire une réorganisation complète de la politique de l’empire. Cependant il ne fallait point s’encrer dans un système totalement absolu.
    Ainsi, au grand bonheur de Sergius, l’Empereur décida de fonder une loi plus que démocratique : le sénat devait élire les représentants de citoyens ayant du potentiel dans Rome qu’il soit riche ou pas. Il fallait qu’il ait accomplit un acte de bravoure. Ainsi en l’an 423, un certain Aetius fut élu par le sénat et était devenu consule des Gaules Romaines. Pour éviter une nouvelle guerre devenant de plus en plus pesante, le sénat avec l’accord de l’Empereur donna aux wisigoths le statut de fédérés à l’Empire. Depuis quelques temps, les Wisigoths devenaient un réel danger pour Rome. Il avait fallu leur céder l’Aquitaine et tout le nord de l’Ibérie. Pour Darlius, cela ne pouvait qu’être que mauvais présage. La loyauté à Rome devenait de plus en plus à craindre. Cependant, la Gaule était à moitié redevenue romaine. La Bretagne, la province du Lyonnais qui à cette époque était vaste, la province de Belgique, était resté barbare. En effet, aucune négociation n’avait pu être envisagée avec d’autres peuples barbares.
    -L’heure n’est plus à la guerre mais à la reconstruction ! avait crié un membre du sénat, citation qui restera encore célèbre aujourd’hui.
    Cependant l’économie ne faisait que s’effondrait dans les marchés de Rome. Les Wisigoths menaçaient de se révolter contre le pouvoir de Rome. C’était une menace réelle. Mais que faire donc ?
    Rome souffrait d’une crise démographique démentielle et les dettes ne faisaient que croitre. Le sénat avait essayé de relancer l’économie en augmentant les impôts sur les romains fortunés. Honorius avait décidé d’organisé une alliance économique avec Théodose II espérant qu’il l’aide à s’en sortir financièrement.
    Darlius avait demandé de faire une campagne militaire dévastatrice sur l’Ibérie. Le but était de piller champs, villes, campagnes barbares au Nord de la péninsule. Les fortunes emportées par l’expédition allaient servir pour la réorganisation du système militaire. L’empereur avait décidé d’accepter le souhait du général romain dans l’espoir que les romains lui ramènent fortune. En effet, cela allait décider de l’avenir de l’empire.
    Sergius pendant cette paix essayait de trouver un meilleur moyen de déplacer ces mangonneaux. Le déplacement était un problème majeur de son invention et c’était à cause de cela qu’il avait du les abandonner une première fois dans les Alpes.
    Les réformes militaires :
    Au détriment de nombreux commandants étrangers comme Darbert, Honorius a renforcé sous l’impulsion de Darlius, d’Aetius et de Silius la discipline militaire. Ainsi une légion romaine fait maintenant environ 6000 hommes. En 426, les barbares recrutés sont virés de l’armée au profit de nouvelles recrus.
    Les Ostrogoths avaient aussi demandé à être protégé en l’échange d’un tribut régulier 10000 aureus par mois en 425 ap J-C. En économie, le tribut de 20000 Aureus par mois que servaient les Wisigoths et certaines tribus germaniques en échange de leurs défenses remplissait les caisses de l’état. L’industrie militaire romaine redémarre ainsi aussi grâce à l’argent récolté lors des pillages de Darlius

    Nouvelle emblème de l’armée Romaine née avec la réforme d’Honorius
    Le légionnaire avait aussi énormément changé. Les tuniques que le légionnaire portait ont été remplacées de l’armure d’écaille. Le bouclier du légionnaire en cercle « à la grecque » a été remplacé par le bouclier carré de Trajan que Sergius avait eu l’idée de reproduire pour pouvoir reproduire la formation en tortue jadis d’une grande utilité lors des harcèlements des archers sur les légions romaines.
    Le sénat a aussi appelé tous les volontaires romains à se présenter dans l’armée. Ceux-ci, après 20 ans de service pourrait revenir à la vie civile mais l’empereur devra leurs cédé un appartement parmi les bâtiments privés du pouvoir impérial dans Rome. A Capoue avait aussi été construit un quartier entièrement au service des vétérans de l’armée romaine.
    L’alliance wisigoth-romaine se base sur une entente cordiale entre les deux civilisations. En cas d’attaque, les romains doivent protéger les Wisigoths. Ainsi, Aetius chargeait d’administrer les gaules romaines et de protéger les frontières des Wisigoths construit plusieurs camps romains bien distinct sur une même ligne. C’est la ligne romaine Aetius. Cela coutera beaucoup à Rome de construire ceci mais c’est une nécessité pour l’empire.

    Exemple de camps romain construit par Aetius. Un camp romain était gardé par 5000 légionnaires.
    Cependant en 428, Segius entreprenait en collaboration avec l’Empereur la construction d’une ligne de fortification faisant la continuité de la ligne Aetius. Englobant toute la péninsule Italienne en passant par le Royaume Ostrogoths et certaines tribus germaniques, la fortification allait servir à l’Empire de se défendre contre ses terrifiants huns.
    En économie, la situation de Rome n’était guère brillante mais l’argent des tributs réguliers étaient devenu la paye des nombreux nouveaux soldats romains.


    En technologie, Rome découvre la technologie du fer à cheval. Les Wisigoths ont donné cette technologie pour remercier Rome de sa fidélité toujours constante.
    Un nouveau danger approchait. Les Wisigoths ne représentaient plus qu’une faible menace concernant la trahison. Un peuple nomade que l’on nommera Huns approchait à grande vitesse et plusieurs migrations de tribus germaniques avaient réussis à traverser la frontière romaine en Illyrie et dans le Sud de la Gaule. Les Huns terrorisaient de nombreux peuples germaniques et le roi Valimir II des Ostrogoths était autant terrifié que beaucoup de romains à l’idée de faire la guerre.
    Cependant les grands généraux romains se préparaient à la guerre. Sergius mettait au point ces mangonneaux. Silius et Darlius reformaient leurs troupes. Aetius terminait une réforme militaire qui allait être de la plus grande importance à propos des armées de frontière de la province de Provence romaine.

    Honorius avait, en cette année 429, 32 ans. Il était devenu un empereur intelligent, mais était très maladif. En 422, il avait échappé de justesse à la mort en attrapant une grippe.
    L’année 429 avait été marquante pour Darlius comme la mort du général en second Latinius. Darlius avait pu avoir de l’empereur des funérailles nationales dans Rome pour glorifier un des sauveurs de la guerre contre Anaric.


    La famille de Latinius pleure la disparition du général en second

    On avait repéré des troupes Huns déjà en Rhénanie. Les populations de Rhénanie et notamment celle de Köln avait été persécuté. La population restante romaine de la ville avait appellé au secours Rome.
    Une grande partie des sénateurs considérant cela comme une déclaration de guerre avaient demandé au sénat de préparer une séance sur ce sujet. Cependant plus de la moitié des sénateurs était resté opposé à l’idée de refaire la guerre. Rome envoya tout de même des agents pour pouvoir connaitre les mouvements ennemis.
    Honorius avait décidé de conclure en plus d’une alliance économique une alliance militaire. Si Rome était attaquée, Byzance devait lui venir en aide et inutile de dire que cela fonctionnait aussi dans le sens inverse.

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Bravo, continue (oui je sais c’est pas très original) !

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je vais beaucoup m’inspirer aux Planta’ à partir de maintenant.
    C’est-à-dire que des choix de la suite de l’histoire devraient apparaître et ce seront les lecteurs du récits qui pourront répondre et dire ce qu’ils préfèreraient qu’il se passe.
    En plus de cette amélioration, je pense éditer le premier message et faire une belle page de couverture mais cela devrait arriver pas avant la deuxième semaine des vacances.
    Avant la suite de l’uchronie qui devrait sortir Jeudi-Vendredi, je vous propose des choix de suite de l’histoire à partir de l’endroit dans lequel nous en étions restés.

    I)
    a) Les Huns attaquent Byzance en 430 et Rome déclare la guerre aux Huns.
    b) Les Huns attaquent Rome en 431 mais Byzance ne tient pas sa promesse et n’aide point Rome.
    c) Les Huns attaquent Rome en 431 et Byzance déclare la guerre aux Huns.

    II)Byzance et Rome cède une partie de leurs économies pour que les Huns ne commettent plus de crimes aux frontières des deux empires jusqu’aux années 450.

    III)Honorius abandonnent ses projets de conquêtes au Nord et préfère attaquer le Maroc perdu pour pouvoir bien surveiller le détroit qui mène à l’océan Atlantique.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012


    Voilà la nouvelle page de couverture. J’ai su bien m’organiser pour la sortir maintenant.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Le délai est expiré pour choisir! La suite sortira vendredi soir.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Bon je suis enfin de retour sur le forum apres un gros problème internet et comme je suis en Allemagne pour les vacances, je serais toujours sur le forum mais le recit est tomporairememt arreté. Désolé pour les fautes mais les qwerty me donnent pas la vie simple.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Fini le stage! Je devrai être de retour lundi ou mardi prochain et j’essayerai de faire de cloturer ce chapitre avant la fin de la semaine prochaine.

50 sujets de 1 à 50 (sur un total de 57)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.