Post has published by florian30051

Ce sujet a 56 réponses, 6 participants et a été mis à jour par  florian30051, il y a 5 ans et 7 mois.

25 sujets de 1 à 25 (sur un total de 57)
  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Le but de mon uchronie est de donner une toute autre vision sur ce qui aurait pu se passer si quelques petits changements avaient eu lieu en l’année 408 et leurs répercussions qui en suivirent du début du Moyen-Age jusqu’à l’âge Contemporain.
    Récemment j’ai décidé de donner plus de liberté au lecteur. N’importe qui pourra donc choisir la meilleure suite de l’histoire qui lui conviendra régulièrement proposée sous forme de QCM pour lui. Par exemple, si on a le choix entre a, b et c, si deux personnes choisissent b et une c, je choisirais de continuer le récit en fonction du thème b car plus de gens ont souhaité ce thème.

    Sommaire comprenant les chapitres déjà réalisés
    -Introduction: La Victoire contre Anaric I le Conquérant.
    -Chapire 1: Gloire à Rome!
    -Chapitre 2: La réorganisation d’un système fort

    Je précise que cette fiction ne tient pas forcément très bien compte de l’histoire.

    Introduction

    En l’an 408, après la mort de l’empereur Stilicon, l’Empire Romain d’Occident est sur le point de tomber. Honorius accède au pouvoir à seulement 11 ans. Cependant il connait les conséquences de la politique que son père peut avoir. Il a sous-estimé l’empire d’orient, une grave erreur de sa part. Non, il faut d’abord se débarrasser de ses barbares, wisigoths en particuliers qui approche dangereusement de la péninsule italienne qui avait était jusque là ignoré. Le jeune empereur décida de se rendre au sénat et de réfléchir sur une réforme de l’armée romaine.

    D’abord, il fallait en finir avec les barbares jugea-t-il. Il proposa une refonte entière de l’armée romaine pour éviter la corruption et la trahison.
    « -Les barbares, du balais ! » cria le porte parole du nouveau César au sénat.
    « Il faut augmenter les taxes pour améliorer l’équipement de nos hommes, des nouveaux généraux, et arrêter ses taxes que l’on doit à Anaric ! »
    A ces paroles, tous les membres du sénat se levèrent et crièrent « vive l’empereur ! »
    Après la réunion avec le sénat Honorius se laissa persuadé par ses conseillers d’organiser un conseil dans son palais de Rome et de voir les meilleurs hommes aptes à commander pour le moment.

    Cinq hommes potentiels furent choisis :
    -Jovin, aristocrate gaulois, commande des mercenaires gaulois au service de Rome.
    -Marcus Darlius, tacticien se faisant remarqué dans Rome comme un géni, il commande cinq divisions de cohortes de légionnaires de l’armée romaine
    -Julius Talius, commandant de plusieurs brigades de cavaleries
    -Flavius Latunius, commandant de deux divisions d’onagres et de balistes
    -Darbert, noble du pays thrace, commandant de mercenaires daces et au service de Rome.
    L’empereur donna un mois à ses hommes de se préparer.

    Le régiment gaulois s’entraine

    Le 9 décembre, alors que l’hiver commençait déjà à être rude, l’empereur ordonna à son armée enfin prête de marcher pour le Milanée, la région de cette ville qui était concerné par les raies dévastateurs d’Anaric.

    On donna l’ordre que l’armée devait passer par Ariminum puis par Ravenne pour se diriger vers cette région en passant par Vérone. C’était le plan de Darlius. Ces régions étaient les moins touchés par l’hiver, cette année-ci. Les pertes allaient être nul ou du moins minimisé.
    Ci-dessous, l’armée romaine toujours de Darlius en marche.

    La bataille qui allait suivre allé être décisive. Elle allait décider de l’avenir de Rome. Honorius s’était déplacé en personne pour encourager son armée. Le César avait laissé Rome à son oncle Titus Vadrius. La route fut longue, difficile mais au final personne tomba.
    En ce jour du 29 décembre, le jour final du combat s’approchait. Les éclaireurs de Julius Tanius avaient reporté l’armée ennemie près du village de Bolzanium.
    En entendant cette nouvelle, Darlius qui avait été nommé général en chef la veille, ordonna à l’armée de se positionner sur la colline au nord du village.
    « Priorité aux hauteurs » cria-t-il


    Les rectangles sont l’infanterie, les croix sont l’artillerie, les cavaleries sont les triangles, les cercles sont les archers.

    L’armée de Anaric était constitué d’hacheurs redoutables mais également de mercenaires illyriens.
    Pour Marcus Darlius, les marcenaires illyriens seront facilement battable mais le problème réside dans les hacheurs barbares plus que fanatique.
    Anaric a plus d’hommes, mais le romain est mieux organisé et a une supériorité au niveau du terrain. Il est en hauteurs.
    Il fera bientôt nuit. Le général Romain a opté pour la défensive. Reste à savoir ce que décidera l’adversaire…

    A suivre…

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    J’attend la suite, ça risque d’être interessant 😉

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    J’attends moi aussi la suite, j’ai envie de savoir si l’Empire Romain d’Occident va finalement s’en sortir 🙂

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Merci, la suite devrait arriver aujourd’hui si j’ai le temps ou demain.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Finalement Anaric opta pour l’attaque générale. Mais les combats commenceront seulement à l’aube. En effet, vers 8h du matin, la cavalerie de lanciers daces chargea le bataillon Jovin qui fut complètement surpris de l’attaque à cause du brouillard qui s’était étendu dans les plaines du village. L’attaque fut redoutable et d’une grande envergure. La première ligne du bataillon Jovin fut totalement exterminée. Mais Darlius envoya la légion VII chargeait à revers de la cavalerie, ordonna à ses archers de faire feu et demanda à Latinius de faire tirer ses onagres lourdes.
    Tout s’exécuta selon ces ordres. Alors à leurs tours, les mercenaires illyriens surgirent du brouillard et chargèrent les deux bataillons de mercenaires gallo-daces. Les hacheurs d’élites daces brandissaient à leurs tours du brouillard et attaquèrent les premières lignes. Pour répondre à cette attaque, Darlius ordonna à ses trois autres légions de soutenir les premières lignes. Il envoya aussi les deux légions qui restait contourner l’armée de Anaric et de charger.

    Pour combler le dispositif, le général romain envoie Talius chargé sur à l’arrière de l’armée barbare. Anaric ne se laissera faire et va charger sur l’une des cavaleries légionnaires envoyées.

    D’après son aide de camp, Darlius aurait murmuré à ce moment :
    -C’est un sacrifice malheureux mais obligatoire. C’est la terrible loi de la guerre. Alea Jacta est !
    Le Bataillon Darbert s’en sortait bien soutenu par les légions. En revanche, le bataillon Jovin faiblissait de plus en plus sous la pulsion de la cavalerie Dace.
    Si la cavalerie du front gauche de l’armée barbare ne se délibérait pas des archées assez rapidement, la défaite était inévitable. De plus, on avait déjà entendu dans le bataillon Jovin crier : « Nous sommes perdus ! Replions-nous ! » Darlius intervint en leur rappelant leurs devoirs.
    -Mes amis ! Vous devez tenir, si vous tombez c’est pour la bonne cause. Pensez à vos familles. Si nous perdons, l’empereur sera tuées et vos familles seront torturés et exterminé dans Rome même.
    Aussitôt, les hommes de ce bataillon répondirent tous :
    -A vos ordres ! Vive l’empire !
    Pour répondre à Darlius, Anaric hurla un vulgaire :
    -Yaaaah ! en chargeant sur une cavalerie légionnaire de Talius.
    Ce moment précis fut pesant pour les deux camps.
    Combien de temps les archers allaient tenir face à l’autre cavalerie de Talius ?
    Les deux états-majors ne cessaient de s’interroger sur ce point.
    Enfin après quelques minutes stressantes, les archers ennemis crièrent :
    « Retraite ! » dans leurs langues que l’armée romaine ne comprit que quand l’unité fit geste de fuir.
    Alors Talius cria : Charger !!!
    La charge fut écrasante. Même les hacheurs lourds ne résistèrent pas la charge. Peu à peu, légionnaires et cavaliers ensembles réussissent à faire l’exploit de faire écrouler le front droit de Anaric.
    De son côté, l’autre cavalerie de Talius cria soudain :
    -Il est mort ! C’est fini !
    A ces mots tous les légionnaires et les marcenaires au combat redoublèrent de vaillance et le dispositif entier barbare s’écroula.
    -C’est fini ! Victoire ! Cria Darlius
    -Vive l’Empire ! Vive Dieu ! Crièrent les nombreux soldats chrétiens de l’armée romaine.
    Vers 12h, la bataille était terminée. La cavalerie romaine poursuivait les fuyards pour qu’ils ne représentent plus aucune menace.
    Le général en chef romain se confia alors à son scripte :
    -Ecris à César et dit lui qu’aujourd’hui, Dieu nous a offert dans son extrême bonté la victoire et certainement la fin du déclin.
    Mais Jovin lui n’était pas content, il avait perdu de nombreux hommes de sa compagnie et ne comprenait pas pourquoi Darlius était chef de l’armée. Les autres commandants étaient tous satisfait et le laissait voir par un grand sourire.
    Vers 13h, Darlius cria à ses hommes :
    -Nous rentrons pour Vérone, retrouver l’empereur. Vous aurez là l’opportunité de fêter la victoire. En marche !

    La troupe arriva à Vérone le 3 janvier et féta la victoire avec les habitants. En intendant, Darlius se rendit avec les quatre autres commandants au palais impérial. Honorius allaient les féliciter de leur bravoure et de leur fidélité…

    A suivre…

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    Vraiment bien 😀
    Rome dominera le monde pour l’éternité !

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Vraiment bien
    Rome dominera le monde pour l’éternité !

    Oui vive l’Empereur !
    C’est bien florian30051, Auguste serait fier de toi 😉

  • Participant
    Posts1080
    Member since: 12 avril 2012

    Vous vous êtes trouvé un successeur aux Planta’ je pense 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Merci 🙂

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    L’empereur les accueillit avec ses conseillers et ses amis seulement dans la fin de l’après-midi.

    L’empereur sur son siège impérial de Vérone

    -Je tenais à vous félicité tous les cinq et particulièrement toi, Marcus Darlius. Pour te récompenser, je te fais définitivement général en chef de l’armée Romaine D’Occident et t’offre un domaine dans le Latium. Et vous, Jovin, Latinius, Darbert, Talius, je vous offre chacun milles Aureus. Ainsi vous aurez les moyens de vous acheter votre propre domaine dans l’empire. Et pensez à récompenser vos soldats ! S’était exclamé le petit empereur.
    -Dieu ne m’avais prévenu d’une telle générosité ! s’exclama Darlius en s’inclinant respectueusement.
    Latinius, Darbert et Talius s’inclinèrent aussi pour faire signe de le remercier. Jovin ne s’inclina point.
    -Eh bien ! Mon cher Jovin, tu m’as l’air bien nerveux. Qu’as-tu ? L’interrogea le césar
    -Mon empereur, je ne comprends pas pourquoi vous favorisez à telle point Marcus Darlius et pas nous autres.
    -Il a comme réputation d’être un excellent tacticien à Rome et viens de nous le reconfirmer dans cette bataille. Répondit calmement Honorius
    Aussitôt, Jovin quitta la salle impériale sans faire un salut à l’empereur.
    Un ami de l’empereur s’exclama :
    -Cet homme vous manque cruellement de respect, pourquoi ne pas lui apprendre les bonnes manières ?!
    -Mon empereur si vous le permettez, je pense savoir comment le calmer. Fit Darlius
    -Je ne peux rien refuser au vainqueur de la bataille de Bolzanium. Rompez maintenant ! Dit Honorius
    Les trois autres commandants avaient beaucoup sympathisé avec Marcus Darlius. Ils lui demandèrent à quoi il pensait.
    -Mes amis, le nerf de la guerre, c’est l’argent. Je pense que j’aurai les moyens de le calmer. Il est jaloux de mon titre et de mon commandement. Pendant la fête de ce soir avec les soldats, je vais essayer de discuter avec cet aristocrate gaulois. Répondit tranquillement le jeune héros
    Le soleil se coucha. La fête allait commencer. Un grand noble de la ville s’était exclamé devant les quatre chefs de l’armée. On exclura Jovin.
    -J’organise une orgie ! Vous viendrez messieurs les vainqueurs ?
    -Avec grand plaisir ! répondirent ensemble les quatre vainqueurs.

    La fête des chefs de l’armée vainqueur.

    La fête des soldats

    Autant pour les soldats que pour leurs chefs la fête fut joyeuse. Cependant, au milieu de la nuit Darlius informa Latinius qu’il allait discuter avec Jovin.
    Celui-ci l’interrompa :
    -J’ai bien vu sa réaction. Il est complètement envieux de ta position financière et hiérarchique. Il est prêt à te tuer. Prend deux ou trois soldats avec toi.
    -Tu as raison. Bon j’y vais. Je te reverrais bientôt. Profite de cet instant. Ce ne sera pas notre dernière bataille, je vois Honorius nous demander d’aller plus loin dans la guerre pour montrer à ses frères romains d’Orient sa réussite.
    Tous les deux se saluèrent et se quittèrent.
    En dehors de l’orgie, Marcus alla voir deux de ses soldats qui était à une table et leurs demandèrent de le suivre. Ceux-ci n’y ont vu aucune objection et acceptent l’ordre du général.
    Marcus arriva bientôt au campement gaulois qui lui aussi était en fête et se dirigea vers leur chef Jovin. Il était triste mais quand il aperçut Darlius, il le fusilla des yeux. Le général ignora ses yeux menaçant et alla le voir. Quand le commandant gaulois aperçut les deux soldats qui le suivait, il arrêta la réaction qu’il avait eu dans un premier temps.
    -Bonsoir Jovin, je voulais te donner ce présent de ma part. Dit le général Romain
    Marcus lui tendait une bourse remplit d’une centaine d’aureus.
    -Je ne veux pas de cet argent ! Cria Jovin
    Il lança alors la bourse de Darlius à ces soldats et lui cracha au visage. Le général Romain choquait, interpella non seulement ses gardes qui l’avait pris mais aussi ceux de Talius, la campement voisin de celui gaulois. Tous les soldats gaulois se levèrent aussitôt et se précipitèrent vers Marcus Darlius…

    A suivre…

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Ah le pire pour un général, c’est pas la bataille mais ce qu’il y a après ! Espérons que les conséquences de cette altercation ne soient pas trop importantes, car ils jouent avec l’avenir de l’Empire là !

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Et oui… Le suspens est intense. Et le pire, c’est que Jovin lui même a existé…

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jovin

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Un bon récit.
    Je l’ai mis dans RP, parce que c’est plus de l’Uchronie, plutôt un RP.

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    ok ca m’inquiétait de ne plus le voir. Je croyais qu’on m’avais joué un mauvais tour en le supprimant…

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Non, on est des Modos respectables…
    Par contre, STP, aère ton texte…

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    je fais déjà un maximum pour ne pas faire trop de fautes… Mais je vais essayer. Merci de ton conseil.

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    je fais déjà un maximum pour ne pas faire trop de fautes… Mais je vais essayé.

    Louuuupéééé !

    Essayer, florian 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    zut alors! 🙂
    Je corrige cela tout de suite.

  • Participant
    Posts1080
    Member since: 12 avril 2012

    Tu n’as qu’à prendre exemple sur la structure de mon uchronie… (voir lien dans la signature)

    C’est simple et le public a apprécié B)

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Je vois, je vais refaire un tour sur mon word pour qu’il y est moins de fautes. Au passage, très bonne histoire! Cpt Foley

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    La suite arrive enfin avec moins de contenu faute de temps. Il est donc possible de voir des fautes…

    Les deux soldats derrière lui se mirent en avant et tendirent leurs boucliers. Les gaulois sortirent leurs poignards et s’élancèrent vers les deux pauvres soldats qui rapidement débordé furent exterminé. Darlius qui avait évité de justesse un coup de poignard réussit à s’enfuir. Disons tout de même que ce coup l’avait égratigné sa joue gauche. Les gardes de Talius arrivaient à son secours.

    Bientôt en entendant des cris toute la fête fut alertée de l’anormalité qui se produisait. Les gardes de Talius tendirent leurs grands boucliers passèrent devant le général en chef. Darlius cria à ses hommes : « Occupez-vous de ces traitres ! »

    Darlius prit un cheval et se dirigea vers palais impérial.
    A ce moment les choses dégénéraient… Jovin au combat avait crié :
    -Mort à Rome !
    Mais bientôt, en infériorité numérique, le camp gaulois fut débordé et exterminé. Jovin est capturé. Latinius qui était le seul chef de l’armée avoir été alerté autre que Darlius à être présent cria :
    -Qu’on le ramène au palais enchainé pour que notre César décide de son avenir !
    En intendant Marcus Darlius s’était rendu au palais impérial alerté l’empereur de la trahison de Jovin. Cependant , on lui bloqua l’accès à la chambre impérial en lui disant :
    -Le saint empereur Honorius ne peut pas vous voir. Il dort.
    -Rah ! faites lui transmette que le commandant Jovin l’a trahi.
    Puis soudain Darlius entendit :
    -Mon général voilà le traitre ! crièrent les soldats présents au général romain.
    Jovin était enchainé.
    -Faîtes le croupir au cachot demain l’empereur décidera de son sort… Dit Darlius
    -A vos ordres ! mon général ! Crièrent les soldats

    Finalement Jovin fut torturé jusqu’à la mort à l’écart de la ville à côté de la grande route séparant Vérone et Milénium.Il fut montré aux romains comme exemple à ne pas suivre.

    Chapitre 1 : Gloire à Rome!

    Après cette mésaventure, nous pouvons dire que Rome est dans une position assez stable. Grâce au général Darlius, Rome est sauvé ainsi que son empereur. Cependant la paix a toujours une fin. Comme l’avait prédit Marcus Darlius, le jeune César est un rêveur de conquête énorme. Il veut reformer ce que l’on avait perdu jadis.
    Il va donc décider de déclarer la guerre contre les ostrogoths qui occupe la Provence actuelle ainsi que les plaines du Danube. Marcus Darlius avait fait tout pour que le nouveau césar ne veuille faire de nouvelles batailles. Dans une lettre dédiée à l’empereur, il avait informé à quel point l’attaque pouvait être un désastre pour Rome. Les Ostrogoths possédaient 30000 hommes prêts à combattre alors qu’Honorius n’en possédait que 20000. Valimir, le roi des Ostrogoths, était un grand guerrier réputé cruel qui entretenait des relations fâcheuses avec Rome avant même la déclaration de guerre. Il rêvait de fonder son propre empire sur la péninsule italienne. Marcus Darlius, toujours général en chef décida de diviser l’armée romaine en deux : 10000 hommes sont placés à Thienum, ville au pied des Alpes Orientales, et les 10000 autres à Carmagnium. De nouveaux généraux furent choisis au détriment des anciens compagnons de Marcus. Un certain Titus Dramus, ami de l’empereur, fut choisi à la tête de l’armée du Nord. Gnaeus Silius fut choisi à la tête de l’armée de l’Ouest. Latinius prit le commandement des balistes de la garde impériale de la troupe Dramus. Darbert et Talius furent rattaché au bataillon Silius. Darlius devait donc rester auprès de l’empereur dans son quartier général de Vérone, manœuvre que le général en chef contestait beaucoup. Il voulait commander lui-même ses troupes et non pas simplement planifier les lieux des batailles.

    La situation au nord de l’Italie peu après la déclaration de guerre

    Le général en chef ne comprenait pas pourquoi on l’avait mit à l’écart. Serait-ce les amis de César qui serait responsable de cette situation ou alors le sénat qui aurait plaidé en défaveur de Darlius?
    A suivre…

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Ouai la suite, la suite ! On en redemande 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Marcus avait déjà exprimé son mécontentement devant l’empereur mais celui-ci ne comprenant pas sa réaction lui proposa d’aller se calmer dans son domaine dans le Latium pendant quelques temps. Il fallait qu’il y ait un évènement dramatique pour l’armée romaine pour que César le rétablisse à son commandement total. Darlius avait donc prédit le désastre. Cependant le général savait aussi que s’il n’essayait pas de faire quelques choses, il serait jugé comme coupable. Voilà la stratégie de Darlius, placer un bataillon à Thienum et l’autre à Carmagum et attendre. L’hiver était arrivé dans les Alpes et était plus fort que jamais cette année. Marcus Darlius espérait que les Ostrogoths perdent un grand nombre d’hommes pour que les Romains ait à peu près les même effectifs en soldats que les Ostrogoths. Pourquoi les généraux Dramus et Silius ne se rendaient pas compte du désastre que leurs plans pouvaient produire ? Finalement Darlius suggéra à Dramus d’attirer les deux troupes Ostrogoths et de les attirer vers Thienum.
    Les évènements se succédèrent et Dramus perdit contre les Ostrogoths à la bataille de Thienum à cause de son infériorité numérique. Les Ostrogoths auraient après la bataille rasés la ville et dévalisait toute ses richesses.

    Les romains sont écrasés par la cavalerie Ostrogothe.

    Thienum incendié par les barbares
    Crimes contre les civils et violes contre les femmes auraient été commis. Latinius fut gravement blessé pendant la bataille et aurait été transporté à l’église de la ville de Vérone converti en hôpital. Apprenant la nouvelle, Marcus Darlius se précipita à l’hôpital et se recueille devant son ami. Il le retrouva couvert de sang et de bandages pour soulager ses blessures.
    -Ah… Mon ami Latinius, pourquoi Dieu en a-t-il voulu ainsi à ton sujet ? Dit le général en entrant dans sa chambre
    -Tu crois encore à ces cochonneries ! fit le commandant de l’artillerie romaine
    -Tu n’es pas croyant… dit le général en chef en restant calme.
    -La dernière fois que j’ai cru au seigneur, j’ai reçu une flèche sur la paume de mon bras. Déclara Latinius
    -Pauvre homme… Je dois partir Latinius, je ne peux point me permettre d’être aussi absent au quartier général de César sous peine de perdre mon statut. Comme disait nos anciens, qu’Esculape te bénisse dans ta guérison. Ajouta le général en chef
    -Je préfère ces dieux-là, vois-tu mon bon Marcus. Affirma Flavius
    Ne préférant pas s’attarder sur ce sujet, Darlius quitta Latinius en le saluant une dernière fois et se rendit chez au quartier général de l’empereur.
    Par contre, Gnaeus Silius remporte une brillante victoire à Carmagnum contre l’armée Ostrogothe de Provence.

    Darbert se serait particulièrement illustré à cette bataille et Silius l’aurait nommé général en second de l’armée.
    Cependant rien n’était encore gagné. L’armée du nord est quasi-anéantie et la seule solution pour Darlius serait d’ordonner à Silius d’avancer sur Thienum.
    Malheureusement, l’empereur et ses amis refusèrent encore une fois la stratégie du général en chef déclarant que la garnison de Vérone en plus des détriments de l’armée du Nord saurait écrasé l’armée adverse.
    Et le pire pour Darlius est que l’empereur laissa Dramus à la tête de la troupe…

    A suivre…

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Mais pourquoi est-ce que c’est l’Empereur qui commande ? Qu’il laisse la guerre aux vrais experts, Rome ne s’est pas construite en un jour certes, mais il ne faut pas beaucoup de temps pour la détruire non plus !

    Donc ça veut dire merci florian30051, car c’est rare quand je suis à fond dans une histoire mais là c’est le cas 😉

  • Participant
    Posts2823
    Member since: 12 avril 2012

    Merci beaucoup de m’encourager à ce point à continuer 🙂
    J’ajoute à ce post que la suite ne devrait pas arriver avant Jeudi voir Vendredi à cause du travail du lycée. Oh diable l’école!

25 sujets de 1 à 25 (sur un total de 57)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.