Post has published by Nosferaturc

Ce sujet a 6 réponses, 5 participants et a été mis à jour par  Remicas, il y a 4 ans et 11 mois.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Participant
    Posts414
    Member since: 12 avril 2012

    ”Mes cheveux ont blanchi au service de mon pays, et j’y suis devenu aveugle”

    George Washington

    George Washington à Princeton peinture de Charles Willson Peale (1779), le commandant victorieux s’appuie sur un canon pris à l’ennemi ; à ses pieds, le drapeau anglais. La scene se passe durant la grande campagne de l’hiver 1776-1777, ou il sauve la révolution américaine et devient l’une des grandes figures du nouveau pays :
    http://www.mountvernon.org/sites/mountvernon.org/files/images/1_RevWar_10-2.jpg

    De tous ceux qui ont pris part au succés de la guerre américaine d’indépendance et à l’institution d’un système de gouvernement efficace dans les nouveaux États-Unis d’Amérique, aucun n’a joué un rôle aussi éminent que George Washington.
    En tant que commandant de l’armée continentale et premier président, il domine toute une génération de leaders politiques et militaires, et son oeuvre a rarement été égalée dans l’histoire du monde.

    Né et élevé en Virginie, Washington nourrit très vite des ambitions militaires, que lui inspirent les exploits de son frère aîné, officier dans la marine britannique. Il s’illustre pour la première fois en 1754, dans la vallée de l’Ohio, à la tête de troupes affirmant l’autorité de la Virginie sur ces terres.


    Lieu de Naissance de George Washington :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/2e/George_Washington%27s_birthplace_%281856_engraving%29.jpg/607px-George_Washington%27s_birthplace_%281856_engraving%29.jpg

    Si Washington fait preuve courage et d’un grand sens du commandement pendant cette campagne, son inexpérience tactique, manifeste à la bataille de Great Meadows1 ( juillet 1754), le contraint à la reddition à Fort Necessity. Il se joint aux troupes britanniques venues chasser les Français de l’Ohio et est présent lors de leur défaite à Monongahela ( juillet 1755), ou il fait a nouveau montre de bravoure et de leadership. Pendant la guerre contre la France et les Indiens ( 1754-1756), il ne réussit toutefois pas à obtenir le poste qu’il convoitait.

    Washington passe les dix années suivantes à gérer sa plantation de Mount vernon et à soutenir le mouvement national de résistance anti-coloniale.

    Plantation de Mount vernon :
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f5/Mount_Vernon%2C_Virginia_crop.jpg/640px-Mount_Vernon%2C_Virginia_crop.jpg

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/9/9c/A_Map_of_Washington%27s_Farms_at_Mt._Vernon_%281830_engraving%29.jpg/1024px-A_Map_of_Washington%27s_Farms_at_Mt._Vernon_%281830_engraving%29.jpg

    http://historyisfun.org/yorktown-chronicles/images/Mount_Vernon_by_Francis_Jukes.jpg

    http://www.mountvernon.org/sites/mountvernon.org/files/images/GwBio_5.jpg

    En juin 1775, il est nommé commandant en chef de l’armée levée par le Congrès continental pour combattre les Britanniques. Ses talents sont à l’évidence arrivés à maturité : offensif presque d’instinct, Washington montrera aussi pendant la campagne toute sa capacité à faire preuve de prudence et de discipline.
    Dès sa nomination, il décide d’organiser et de former son armée à l’européenne. Sensible en même temps aux inquiétudes que suscitent ses ambitions militaires, il prend coutume d’en référer autant que possible au gouvernement civil.

    S’il contraint les Britanniqes à quitter Boston, en mars 1776, son armée est mise en fuite quelques mois plus tard à Long Island par les troupes de William Howe2.

    “William Howe né le 10 août 1729, en Angleterre et mort le 12 juillet 1814 à Plymouth est un général britannique, commandant en chef des forces britanniques pendant la guerre d’indépendance américaine.” Wikipedia

    Willian Howe :
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/88/William-howe-fifth-viscount.jpg/422px-William-howe-fifth-viscount.jpg

    Washington et ses soldats sont ensuite chassés de New York et du New Jersey après des combats à Harlem Heights, White Plains, Fort Washington, et Fort Lee. Après avoir traversé le fleuve Delaware et pénétré en Pennyslvanie, en décembre 1776, Washington doit faire face à une crise : les enrôlements dans l’armée déclinent et le moral des patriotes est en berne.
    Il réagit avec vigueur en passant à l’action. Le 25 décembre, il repasse sur l’autre rive du Delaware et , se donnant pour mot d’ordre “la victoire ou la mort “, lance une attaque contre l’ennemi, posté à Trenton, qu’il amène à capituler.

    Cette victoire, suivie de celle de Princeton, contraint les Britanniques à abandonner leurs bastions du New Jersey, ravivant la flamme patriotique.En 1777, Washington subit deux défaites à Brandywine Creek et Germatown, et les Anglais prennent Philadelphie. Mais il préserve son armée, ce qui est beaucoup plus important pour les Indépendantistes que de conserver la capitale.

    L’arrivée du Prussien von Steuben dans le camp d’hiver de l’armée continentale de la Forge Valley, et les changements dans la composition de ses troupes, facilitent les efforts de Washington pour convertir une force enthousiaste, mais peu disciplinée, en une véritable armée professionnelle.

    Friedrich Wilhelm von Steuben : 3[/color]
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0b/Baron_von_Steuben_by_Ralph_Earl.jpeg/485px-Baron_von_Steuben_by_Ralph_Earl.jpeg

    “Friedrich Wilhelm Rudolf Gerhard August von Steuben, Freiherr (Baron) von Steuben, (17 septembre 1730 – 28 novembre 1794) est un officier prussien qui, passé au service du roi de France Louis XVI, a combattu durant la guerre d’indépendance des États-Unis d’Amérique aux côtés de George Washington. On lui doit d’avoir inculqué aux troupes américaines les fondements de la discipline militaire, notamment par le biais des exercices.” ( Wikipedia)

    En 1778, il engage le combat à Monmouth Court House, montrant que son agressivité naturelle n’a pas été entamée par la défaite, et que sa capacité tactique et l’efficacité de son armée sont plus qu’intactes.

    Washington ralliant les troupes a Monmouth :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9f/BattleofMonmouth.jpg

    Carte de la bataille :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6a/Monmouth-map.jpg/518px-Monmouth-map.jpg

    Disposition et mouvement lors de la bataille :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/e/ed/Battle_of_Monmouth.Dean.USMA.edu.history.gif/775px-Battle_of_Monmouth.Dean.USMA.edu.history.gif

    Après Monmouth, Washington poste son armée près de New York. Quand les troupes françaises du comte de Rochambeau arrivent, en 1781, pour combattre à ses côtés, il dresse des plans pour chasser les Britanniques de la ville, puis y renonce temporairement pour lancer une attaque contre une force britannique en Virginie.

    Jean-Baptiste-Donatien de Vimeur de Rochambeau :
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/9c/Rochambeau_Versailles.jpg/446px-Rochambeau_Versailles.jpg

    “Jean-Baptiste-Donatien de Vimeur, comte de Rochambeau est un militaire français né le 1er juillet 1725 à Vendôme et mort le 10 mai 1807 à Thoré-la-Rochette. Il s’illustre à la tête du corps expéditionnaire français lors de la guerre d’indépendance des États-Unis (1775-1782). Il termine sa carrière militaire avec la dignité de maréchal de France.” (Wikipedia)

    S’ensuit le siège victorieux de Yorktown, en octobre 1781, ou les Britanniques n’ont plus d’autre choix que la reddition.

    Washington et son armée retournent alors à leurs camplements sur l’Hudson. C’est là, en 1783, qu’éclate une sédition parmi les officiers (“conspiration de Newburgh”), Congrès ne parvenant pas à verser la solde.Washington la neutralise en demandant personnellement à ses subordonnées, lors d’une réunion de mars , de cesser la rébellion.

    Deux moins plus tard, il soumet au Congrès ses sentiments sur l’établissement de la paix, mais ses idées quant aux futures institutions militaires de la nation restent un vœu pieux.

    Après avoir appris que le traité de Paris (3 septembre 1783) a mis fin à la guerre, Washington fait un retour triomphal à New York, avant de donner sa démission en décembre. Alors que la jeune nation se débat dans les problèmes économiques et politiques, il prend la tête d’un petit nombre d’hommes afin de rédiger une nouvelle Constitution pour les États-Unis.

    We the people :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c2/Constitution-Print-C10314518.jpeg

    Celle ci adoptée, il accomplit deux mandats comme président. La volonté de George Washington de renforcer le pouvoir et le prestige du gouvernement national s’illustre lors de la répression de la “révolte du whiskey” (et non whisky B) ), en 1794, et dans la guerre contre les Natifs américains du territoire de l’Ohio.

    Sur le plan international, il adopte une position de neutralité pendant les guerres en Europe et presse ses successeurs de suivre son exemple dans les rapports avec les nations. Cela n’empêche pas une guerre larvée d’éclater avec la France en 1798, durant laquelle Washington prend à nouveau le commandement de l’armée. À sa mort, en 1799, le grade de lieutenant-général qui était le sien disparaît; il ne sera rétabli qu’en 1864.

    En 1976, pour s’assurer qu’il occupe le rang suprême, le Congrès le nomme rétrospectivement général des armées des États-Unis.
    Sans Washington, il est difficile de savoir si les États-Unis auraient accédé à l’indépendance et se seraient dotés d’institutions efficaces. Sans doutes a-t-il subi un grand nombre de défaites tactiques, mais celle-ci furent souvent dues aux obstacles que la société qu’il servait opposa à sa volonté de renforcer la puissance et l’avancée technique de son armée.

    Washington a su surmonter ces obstacles parce qu’il possdédait une vision stratégique claire, qu’il se consacra entièrement à ses objectifs, et qu’il se donna les moyens de les atteindre. Il eut aussi l’habileté politique nécessaire pour assurer de bonnes relations entre civils et militaires, et maintenir la cohésion du pays et de l’armée. Ces qualités lui ont permis de gagnier la guerre, de garantir la paix et d’inspirer au nouvel État le sentiment d’une destinée commune.

    Rarement un pays aura ainsi disposé du bon chef , au bon moment et au bon endroit. Washington mérite à ce titre d’être reconnu comme le “père de la nation” et l’un des très grands généraux de l’histoire.

    Principales batailles :

    La bataille de Great Meadows ou Fort Necessity, 3 juillet 1754 :

    “La bataille de Fort Necessity, appelée aussi bataille de Great Meadows, a lieu le 3 juillet 1754 dans l’actuel comté de Fayette, en Pennsylvanie, États-Unis, et oppose la France à l’Angleterre dans leurs colonies américaines. Avec la bataille de Jumonville Glen, qui en fut la cause directe, elle marque le début de la guerre de Sept Ans, appelée French and Indian War aux États-Unis pour sa partie américaine, et qui allait plus tard s’étendre en Europe. C’est la première victoire française du théâtre nord-américain.
    Elle oppose 600 soldats français appuyés par 100 auxiliaires amérindiens, commandés par Louis Coulon de Villiers, à 100 soldats britanniques et 193 miliciens coloniaux et auxiliaires amérindiens sous le commandement de George Washington, futur premier président des États-Unis, alors jeune officier de 22 ans dans la milice de Virginie. Ce fut la seule reddition militaire dans la carrière de George Washington.” ( Wikipedia )

    Commandant de la milice de Virginie, Washington surprend un détachement français à Jumonville GLen, dans l’ouest de la Pennsylvanie. L’expédition punitive française, commandée par Villiars, poursuivra les forces rebelles à Fort Necessity, ou elles se rendront. Cet événement conduira à l’expulsion des Français d’une grande partie de l’Amérique du Nord.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/49/FortDuquesne.jpg/677px-FortDuquesne.jpg

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8a/Assassinat_de_Jumonville-2.png/800px-Assassinat_de_Jumonville-2.png

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/01/Plan_of_Fort_Pitt%2C_1761.jpg/665px-Plan_of_Fort_Pitt%2C_1761.jpg

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1e/French_British_Forts_1753_1758.jpg/800px-French_British_Forts_1753_1758.jpg

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/96/FortNecessity.jpg/800px-FortNecessity.jpg

    La bataille de Long Island, 27 août 1776 :

    “La bataille de Long Island, également connue comme la bataille de Brooklyn, s’est déroulée le 27 août 1776 dans le sud de la ville de New York, pendant la campagne de New York et du New Jersey de la guerre d’indépendance des États-Unis. New York était en effet un camp retranché de l’Armée continentale fortifié par George Washington et Charles Lee au début de 1776.”(Wikipedia)

    Dans cette premiere grande bataille de la guerre d’Indépendance, Washington et son armée sont vaincus par les Britanniques, commandés par William Howe, qui prend ensuite New York.

    Cartes de la bataille :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3d/BrooklynMap1766.jpg/693px-BrooklynMap1766.jpg

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/9c/Battle_of_Brooklyn.gif/540px-Battle_of_Brooklyn.gif

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f7/Bataille_de_Long_Island.jpg/800px-Bataille_de_Long_Island.jpg

    http://www.infusion.allconet.org/webquest/mapbatt28l.gif

    Représentations de la bataille :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b3/BattleofLongisland.jpg/800px-BattleofLongisland.jpg

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1f/Battleoflongisland.jpg/771px-Battleoflongisland.jpg

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b9/U.S._Army_-_Artillery_Retreat_from_Long_Island_1776.jpg

    http://www.britishbattles.com/images/long-island/long-island-2-l.jpg

    La campagne de Noël, 26 décembre 1776 – 3 janvier 1777 :

    Chassée de New York et du New Jersey, l’armée continentale manque dépérir, et avec la cause de l’indépendance. Washington réagit en traversant le Delaware pour attaquer les avant-postes britanniques à Trenton, ou la garnison se rend, et Princeton, ou il bat William Howe. La révolution américaine est sauve.

    Carte de la région lors de la campagne de Noël :

    http://www.gutenberg.org/files/21990/21990-h/images/map01lg.jpg

    http://www.gutenberg.org/files/21990/21990-h/images/map02lg.png

    http://www.gutenberg.org/files/21990/21990-h/images/map06lg.png

    Le siège de Yortown, 28 septembre – 17 octobre 1781 :

    Après un bref siège, Washington, aidé de forces navales et terrestres françaises, contraint l’armée britannique, commandée par Charles Cornwaliss, à se rendre. Après Yorktown, la Grande-Bretagne, renonçant à ses colonies, reconnaît l’indépendance des États-Unis d’Amérique .

    Charles Cornwaliss :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/eb/First_Marquis_of_Cornwallis.jpg

    ”Charles Cornwallis, 1er marquis Cornwallis, né le 31 décembre 1738 à Londres (à Grosvenor Square) et décédé le 5 octobre 1805 à Gauspur près de Ghazipur dans le Nord de l’Inde1 est un général britannique connu comme commandant des troupes britanniques lors du siège de Yorktown pendant la Guerre d’indépendance des États-Unis. Par la suite, il fut gouverneur général de l’Inde (1786-1793) et Lord Lieutenant d’Irlande (1798-1801) avant d’être le principal négociateur britannique du traité d’Amiens (1802).”(Wikipedia)

    En 1780, Corwallis, général accompli et reconnu, prend le commandement de l’armée britannique dans le Sud. Il met en déroute une force américaine à Camden et en chasse une autre, commandée par Nathanel Green, hors de la Caroline. Mais son incapacité à remporter contre celui-ci une victoire décisive, et les échecs de King’s Mountain et de Cowpens, font échouer ses efforts pour restaurer l’autorité de la Couronne dans les colonies. Cornwallis et son armée pénètrent en suite en Virginie et établissent un avant-poste à Yorktown.

    Les Français ayant pris le contrôle des eaux entourant Yorktown, et les troupes franco-américaines de Washington rendant sa position indéfendable, Cornwallis décide de se rendre, le 19 octobre 1781. Il rejettera sur la hiéarchie la responsabilité de cet échec, et rendra d’éminents services à la couronne britannique aux Indes.

    Carte du siege :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/03/W-RSimpleMap.gif/554px-W-RSimpleMap.gif

    Carte de la bataille faite par les Français, montrant le blocus de Yorktown par les navires Français :

    http://www.mountvernon.org/sites/mountvernon.org/files/images/7_RevWar_10.jpg

    Washington allumant le premier coup de canon :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/31/Washingtonyorktown.jpg

    Affrontements :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/49/Redoubt-9.jpg

    Washington et Rochambeau déléguant les derniers ordres avant la bataille:

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/5b/Bataille_de_Yorktown_by_Auguste_Couder.jpg/870px-Bataille_de_Yorktown_by_Auguste_Couder.jpg

    Capitulation de l’armée britannique :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/70/Reddition_armee_anglaise_a_Yorktown_1781_avec_blocus_naval.jpg/800px-Reddition_armee_anglaise_a_Yorktown_1781_avec_blocus_naval.jpg

    Bon voilà pour aujourd’hui, je finirai demain et j’ai quelques représentations à mettre ainsi que des descriptions, et organiser mes sources y’en a beaucoup.

    J’espère que vous apprécierez ce dossier.

    P.S: Je vois qu’il y a des images qui ne ressortent pas j’arrangerai ça demain.

    2ème P.S : Berton Désolé de t’avoir devancé j’ai vu que tu avais commencé un dossier sur Washington mais il n’était pas complet. Je me suis permis de faire un autre dossier sur Washington.

  • Participant
    Posts2629
    Member since: 6 février 2013

    Je n’ai pas tout lu, mais je peux dire que c’est un super sujet, j’attends avec impatience la suite. :cheer:
    Merci d’avoir fait un sujet concernant l’un des pères des Etat-Unis.

  • Participant
    Posts2977
    Member since: 12 avril 2012

    Excellent dossier.

    Cela dit pour faire l’avocat du diable: tu semble faire de George Washington, l’artisan de l’indépendance américaine (j’espère que je ne déforme pas tes propos) mais j’ai lu, y compris sur le forum (ici) que la victoire n’aurait jamais été possible sans l’intervention de la France. Peux t’on vraiment dire que c’est principalement grâce à Washington que les anglais perdirent la guerre?

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Disons que Washington n’est pas réellement un brillant tacticien, aillant perdu autant de bataille qu’il en a gagné. C’est surtout sa capacité à rallier l’armée dans la déroute, et le manque de poursuite de l’armée britannique, qui lui a permit de tenir aussi longtemps.

    Mais s’il est vrai que le soutien français fut indispensable, d’abord indirectement avec armes, poudre, uniformes, crédit, et volontaire (pas que la Fayette, des milliers de volontaires ont traversés l’Atlantique. ça me fait penser aux “volontaires” chiniois lors de la guerre de Corée, puis directement après la bataille de Saratoga (qui prouvait que les continentaux étaient pas des manches et avaient une chance de gagner).

  • Admin bbPress
    Posts6316
    Member since: 5 août 2017

    Excellent dossier.

    Cela dit pour faire l’avocat du diable: tu semble faire de George Washington, l’artisan de l’indépendance américaine (j’espère que je ne déforme pas tes propos) mais j’ai lu, y compris sur le forum (ici) que la victoire n’aurait jamais été possible sans l’intervention de la France. Peux t’on vraiment dire que c’est principalement grâce à Washington que les anglais perdirent la guerre?

    Si certes, sans la France, les Américains auraient fort probablement perdu cette guerre, Washington conserve une large part du crédit, et cette part est avant tout morale. En se ralliant derrière un leader rassembleur, une nation peut accomplir de grande chose.

    Il reste cependant effectivement dommage que l’apport de la France ait été largement oublié du publique américain (mondial?), surtout suite à la Deuxième Guerre mondiale. Il serait grand temps de ramener la pendule à l’heure…

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    Si certes, sans la France, les Américains auraient fort probablement perdu cette guerre

    Disons qu’ils auraient perdus les batailles mais ils auraient pu mettre au point une guerilla qui , à terme , aurait bouté les Anglais en dehors du Nouveau Monde .

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Sûrement, mais cela aurait été dommageable pour leur réputation internationale. C’est encore le XVIIIème siècle, et pour se faire respecter par les puissances européennes il faut se battre de manière civilisée (à l’européenne quoi, en ligne avec l’uniforme impeccable). Ce qui n’empêche pas le fait que des tactiques de guérilla étaient employé, notamment en Caroline du sud par Francis Marion, qui a largement inspiré le héros du film The Patriot.

    Ce qui est d’autant plus marrant, d’ailleurs, c’est qu’apparemment Marion était issu d’une famille huguenote, donc avait aussi des ascendant français. Décidément ils nous ont tout piqué ces ricains.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.