Post has published by Neron

Ce sujet a 6 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  mongotmery, il y a 2 mois et 2 semaines.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Participant
    Posts20
    Member since: 18 juillet 2018

    débat : un pays peut il s’endetter indéfiniment ?

     

    (dette en fonction du PIB en 2012 CIA)

     

    Bonjour.

    comme vous le savez un débat récurent est celui de la dette national. L’occident par exemple vit au dessus de ses moyens depuis un certains temps déjà. Ce qui est en partit responsable du fait qu’en Europe et en Amérique du nord on vit mieux est (en partie) le fait que l’ont vit à crédit. Et quand un pays n’arrive plus à rembourser une dette il s’endette encore plus pour rembourser la dette précédente.

    Cependant une question se pose  : sachant que les dettes sont à rembourser avec des intérêts et en un temps restreint peux considérer cette forme d’investissement comme rentable pour une nation ? Et surtout une nation peux elle continuer à s’endetter indéfiniment sans que un jours plus aucune assurance/banque/nation ne veulent prêter au gouvernement qui alors sera obligé d’imposer des mesures d’austérités étouffant alors l’économie ?

  • Participant
    Posts20
    Member since: 18 juillet 2018

    J’ai oublié d’avancer l’argument de plusieurs politiques. Quand une nation emprunte celle-ci réinvestie dans du capital, l’argent que ce capital va produire va permettre de rembourser la dette et les intérêts de celle-ci (cela s’appelle le “taux de rendement sur capital investie”)

    Cependant si on regarde par exemple la dette française on peut remarquer que la charge de la dette (% du budget que le gouvernement dépense pour rembourser les dettes) a augmenté de 7% en 2015 à 9% en 2018. Ce qui signifie que le rendement n’est pas suffisant par rapport aux intérêts. Plus la charge de la dette augmente et moins il y a de dépenses pour les autres secteurs (administration, armée, entreprises nationalisés, social etc…) . Cette méthode serait donc par conséquent inefficace pour le développement ou je néglige un détail important ?

  • Participant
    Posts524
    Member since: 2 septembre 2012

    Je me suis déjà posé la même question (notamment à propos de la dette américaine, qui est absolument in-remboursable même si son “% du PIB” semble plus faible car elle représente 21.000 milliards de dollars (dont pas loin des 2/3 détenus par des pays étrangers il me semble), ils ont même créé un site pour la suivre en “direct” (c’est une interpolation mais ça donne une idée) : http://www.usdebtclock.org/ .

    Pour revenir au sujet, comme tu dis, la partie du budget des états dédié au remboursement de la dette augmente, mais pour certains, la dette augmente malgré tout ! Donc, ça veut bien dire que l’état est dans un cercle vicieux à ce moment-là où il s’endette pour rembourser une dette qu’il ne peut pas rembourser… Menant à une situation absurde que les Etats-Unis représente à leur paroxysme, leur dette n’étant jamais prévue pour être remboursée à priori. Est-ce viable à long terme ? De mon point de vue non, mais ça ne semble pas être la même chose pour les marchés financiers. Les dettes sont sensées aider un développement à court terme et être remboursée par ce développement, mais on n’a plus la croissance du passé qui couvrait cela et donc, la dette augmente à moins que l’on coupe dans les budgets pour améliorer la gestion de l’état dans le long terme. L’idéal étant d’arriver à une situation de certains pays sans dette ou presque mais surtout avec un budget dans le vert au final, comme des pays scandinaves tel que Norvège et Suède qui sont dans le vert et avec des dettes faibles (ou qui diminuent beaucoup).

    Donc, pour moi ce n’est pas viable de s’endetter à l’infini, mais je n’ai sûrement pas toutes les clés pour comprendre ce qui fait que ça fonctionne quand même : comme la question “Pourquoi la Chine ne réclame pas son argent aux USA ?” car elle détient au moins 5.0000 milliards de dollars de dette des USA.

  • Participant
    Posts1196
    Member since: 12 avril 2012

    Vendre de la dette US ? Vendre en masse ferait chuter le prix de vente et donc réduirait la valeur globale des actifs chinois. Sans compter le risque de panique boursière qui endommagerait les autres actifs chinois ou les nombreuses tentatives de contrôler la convertibilité du Yuan qu’une panique boursière rendrait encore plus chaotique. La Chine puise déjà à fond dans ses réserves de change pour soutenir sa monnaie comme en 2016 où 200 milliards de dollars en bon du trésor ont été vendu pour éviter un dérapage du Yuan … Et bien sûr, si un Yuan affaibli est un avantage à l’export, cela diminue par contre le pouvoir d’achat des ménages chinois or, le pacte tacite est que la population obéis en échange d’un enrichissement généralisé de la population.

     

    Ensuite, la Norvège ne peut être une comparaison fiable avec son pétrole. De même que derrière les comptes en vert se cachent parfois des sous-investissements importants comme en Allemagne.

  • Modérateur
    Posts8432
    Member since: 14 mai 2013

    La question est certainement très complexe, ce que laisse paraître d’ailleurs la carte: Un pays d’Afrique (Bostwana?) et le Japon sont parmi les plus endettés de la planète en regard de leur PIB, alors que leurs modèles économiques sont certainement très différents.

  • Participant
    Posts1196
    Member since: 12 avril 2012

    Le cas du Japon est unique au monde et ne peut servir d’exemple.

     

    Déjà, parce que le Japon est un pays très riche et on ne peut pas vraiment en dire de même pour les pays africain.

    Ensuite, parce qu’il y a dette et dette. La dette Japonaise étant très majoritairement détenue par les ménages japonais, elle est beaucoup moins dépendante des autres là où par exemple un pays africain n’ayant pu rembourser sa dette à la Chien a dû céder à cette dernière son principal port de commerce pour 99 ans.

    C’est d’ailleurs l’un des problèmes rencontrés pour comparer le cas de l’Italie et de la Grèce, la dette du premier étant national majoritairement et donc moins sensible que le second aux marchés financier. Pas intouchable mais moins vulnérable donc se sentant “too big to fail”, surtout avec son poids économique.

    De plus, le Japon est aussi le premier créancier mondial depuis plus de 25 ans, détenant des actifs titanesque. En 2014, les actifs étaient de l’ordre de 325.000 milliards de yens là où la dette Japonaise était de 472.000 milliards de yens.

    Enfin, il y a la question de la confiance. Les investisseurs, surtout en période de crise, aiment les placements sûr et il est bien plus probable que le Japon puisse rembourser ses dettes qu’un pays africain à la limite du défaut de paiement tout les 6 mois.

     

    Cependant, je précise aussi que rien n’est gravé dans le marbre et que la dette reste un sujet constant d’inquiétude au Japon car ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera sans doute plus dans 30 ans, surtout en économie.

  • Modérateur
    Posts8432
    Member since: 14 mai 2013

    Il faut aussi noter que si un pays a des moyens concrets (ressources naturelles nationales ou apportées par des circuits commerciaux stables, valorisation entre les importations et exportations) de fonctionner économiquement (au sens large: industrie, services…), il est capable d’assumer sa dette parce qu’il fonctionnera sur un temps long donc paiera les intérêts.

    C’est ce qui peut pousser des pays à créditer un pays pour rembourser une dette existante: sur un temps de fonctionnement économique du pays infini (hypothèse permise par la stabilité évoquée), tout le monde finira par être remboursée. C’est là que vient l’intérêt des agences de notation des pays pour les financiers.

    C’est le cas du Japon: le pays n’a pas de matières premières stables, mais ses exportations de produits à forte valeur ajoutée qu’il vit sur un modèle industriel: import de matières premières – fonctionnement en interne avec prélèvement de la “dîme de fonctionnement” – export de produits supérieurs en prix à l’import de matières premières. Tant que les produits japonais sont achetés et achetés chers, le modèle est viable et l’endettement pour maintenir un bon fonctionnement interne (éducation, recherche…) et comme argent-tampon dans l’achat des matières premières est rentable. Dans le domaine des services, le modèle est le même, il faut juste remplacer l’export par le prix du service, et l’import par les aspects d’éducation et autres.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.