Post has published by Nicopoleon 1er

Ce sujet a 23 réponses, 9 participants et a été mis à jour par  mongotmery, il y a 5 mois.

24 sujets de 1 à 24 (sur un total de 24)
  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Les Hussards Ailés, archanges de la Pologne

    Ces soldats d’élite sont le fer de lance du Royaume Polono-lituanien, et ce de 1504 à sa disparition ai XVIIIe siècle. Considérés comme la meilleure cavalerie du monde, ils sont issus des rangs de la noblesse polonaise. Eduqués de pour la guerre depuis leur plus jeune âge, ils excellent dans le maniement de leurs armes : la lance, le sabre, l’arc et le pistolet.

    Cet équipement s’inspire en effet de tous les adversaires ayant été combattus par la Pologne de l’Epoque :
    -Aux Suédois ils doivent leur lourde cuirasse et leur casque
    -Des Tatars ils tirent leur arc.
    -Aux mamelouks turcs ils empruntent un armement polyvalent (pistolets, sabres courbes)
    -Enfin leur lance de 6 mètres vient des cosaques russes.

    Cet armement hybride leur permet d’affronter avec succès tous types de soldats. Infanterie, cavalerie lourde ou légère et bien sûr artillerie ne font pas le poids. Les cavaliers eux même sont hybride. Mi-hussards, mi-cuirassiers, ils portent un casque et une cuirasse, mais ses bottes, sa culotte, sa selle et son cheval viennent de la cavalerie légère. Ainsi, ils sont extrêmement rapides, mais à la charge, ils culbutent leurs ennemis.

    Mais ce qui fait d’eux des cavaliers à part, c’est la paire d’ailes en bois et plumes de cygne qu’ils portent dans leur dos. Lors d’une charge, ces ailes sifflent au vent, effrayant alors tout ennemi, les soldats mais aussi les chevaux, qui paniquent. De plus, pour encore mieux les faire entrer dans la légende, elles leur donnent une esthétique unique.

    Leur réputation traversera les siècles, inspirant les cavaliers du soulèvement du général Kosciuszko, en 1794, les lanciers de Napoléon et aussi les blindés polonais en Normandie, qui arboreront sur leurs chars les ailes et le casque de leurs glorieux ancêtres.

    (G&H n°8, à qui j’ai emprunté des expressions comme “archange de la Pologne”, que je trouvai géniales)

  • Modérateur
    Posts2996
    Member since: 12 avril 2012

    http://www.armae.com/blog/wp-content/uploads/2011/10/13tu91.jpg

    Merci, pour ce post.
    Il faut savoir qu’avec l’apparition; des armes à feu et des hallebardes,la cavalerie lourde du moyen age à perdus énormément de son importance. Au point qu’il fut envisager de supprimez la cavalerie!
    Mais les pays d’Europe de l’est, à l’instar de ces hussards ailés, permirent le renouveau de l’utilisation de la cavalerie dans de nouvelles missions:
    – reconnaissance
    – appui de l’infanterie
    – infanterie montée
    etc…

    Comparaison n'est pas raison.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Très intéressant: comme les Romains, ces cavaliers ont su prendre le meilleur de leurs adversaires!

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Très intéressant: comme les Romains, ces cavaliers ont su prendre le meilleur de leurs adversaires!

    Exactement ! peu de peuples ont eu ce talent.

  • Participant
    Posts1080
    Member since: 12 avril 2012

    A c’est le dossier de G&H ?
    Merci de l’avoir mis pour la communauté 😉

    C’est un film [strike]pro-russe[/strike] Polonais sur les hussards (Ogniem I Mieczem).

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    J’ai fait un condensé…

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    En Europe de l’ouest, l’infanterie retrouva son importance à la fin du moyen âge. Mais dans les régions orientales, les cavaliers demeurèrent la principale force de frappe. Les grandes plaine permettent le déploiement de grandes brigades de cavalerie ce qui augmente l’efficacité des charges à cheval. D’autre part, les Polonais devaient encore affronter des peuplades turques et les Russes qui employaient beaucoup de cavaliers. Pour donner un exemple, lors d’une bataille, les Polonais alignèrent 30000 hommes, dont 26000 cavaliers !

    J’ai lu le magazine numéro 8 et un détail m’a réelement frappé. Comment arrivaient-ils à manier une lance de 6 mètres ? Les phalanges macédoniennes utilisaient les 2 mains pour une même longueur. Et les cavaliers lourds antiques possédaient aussi de longues lances, mais ils les prenaient à 2 mains.

  • Modérateur
    Posts2996
    Member since: 12 avril 2012

    Quand on regarde la photo de la reconstitution ou la vidéo, on a plus l’impression que la lance fait 2 fois la taille d’un homme. Après je suppose que la “boule” située sur la lance sert à la stabilisé devant l’aisselle lors d’une charge.

    Comparaison n'est pas raison.

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Je me demande s’ils pratiquaient la tactique de la caracole. Bien qu’ils étaient armés de pistolets, je les vois plus charger à la lance pour rompre les formations que d’essayer de harceler leurs ennemis.

    Quelque chose m’a frappé dans le magazine. Ils disent que les Polonais chargèrent un tercio et qu’ils réussirent à l’enfoncer alors que c’était la meilleure formation de l’époque, surtout contre la cavalerie.

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013

    Si les hussards ailés polonais ont évolués au contact de leurs adversaires, eux également ont modifié la cavalerie d’une autre puissance… C’est la cavalerie suédoise de Gustave Adolphe ! Et oui, lors des conflits contre la Pologne (1616-1629), sa cavalerie (négligée par son prédécesseur) est largement écrasée par les hussards, mais, à coups de réformes, les cavaliers suédois rivalisent avec les “archanges polonais” !
    – Gustave Adolphe n’augmenta pas l’armement (armure + armes à feu) de ses cavaliers pour rivaliser avec celui des cavaliers polonais mais au contraire : il abandonne l’arquebuse dès 1621, conserve le port d’une paire de pistolets et d’une épée. L’épée devint dès lors l’arme principale des suédois, à cela s’ajoute leur “faible” armement défensif (comparé aux lourds cuirassiers des autres cavaleries) qui leur donne une grande aisance dans le combat.
    – la méthode de combat n’est plus celle de la décharge d’armes à feu mais l’affrontement d’hommes à hommes ! Ainsi, Gustave Adolphe diminue la profondeur de ses escadrons.
    – Enfin, pour vaincre la puissance des hussards ailés, il utilise son infanterie : des groupes de mousquetaires accompagnent la cavalerie ce qui apporte une puissance de feu supérieure.
    C’est pour cela que la cavalerie suédoise est différente des autres lors de son entrée (1630) sur le théâtre de guerre européen de la Guerre de Trente Ans…
    (Pour Solduros : les hussards ne pratiquent pas la caracole, leur formation est le HUF, une formation profonde (plus que la haie), car ils utilisant principalement la lance d’environ 5 mètres).

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Comment arrivaient-ils à manier une lance de 6 mètres ? Les phalanges macédoniennes utilisaient les 2 mains pour une même longueur. Et les cavaliers lourds antiques possédaient aussi de longues lances, mais ils les prenaient à 2 mains.

    De la même manière que les chevaliers du Moyen-Âge, avec la technique de la charge à la lance couchée : le cavalier plaque sa lance sous son aisselle et utilise la force de son cheval au galop pour délivrer le coup. La “boule” permet de stabiliser la lance au moment de l’impact, et les étriers de maintenir le cavalier en selle.

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013

    Ils utilisaient surement un “arrêt de cuirasse” comme le faisaient les hommes d’armes au début du XVI : c’est un crochet fixé sur la cuirasse qui est destiné à soutenir la lance, il permet au cavalier de ne presque plus porter sa lance ! mais “simplement” de la diriger.

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Je me demande à quoi ressemblait un affrontement entre ces hussards et les cavaliers des steppes ou ottomans. Est-ce que les Polonais essayaient de charger les archers montés ou est-ce qu’ils utilisaient leurs pistolets ?
    Leur cuirasse devait assez bien les protéger des flèches ennemies mais parvenaient-ils à les rattraper ? Ou alors, le combat se transformait en poursuite énorme comme lors d’une bataille du Moyen-âge entre Russes et Mongols qui dura 9 jours !

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013

    Je vais tenter de trouver quelques sources et autres informations mais là je crois que ça va être très difficile ! (impossible ?)… Je ne pense pas que les sources abondent sur ce type d’unités et encore moins dans cette région du monde… c’est bien dommage !

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Pourtant au 17ème il y eut plusieurs campagnes entre les 2 pays. Si je me souviens bien, vers 1620-1621, eurent lieu 2 batailles, une remportée par les Turcs, l’autre par les Polonais. Mais y avait-il des archers montés côté ottoman ?

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013

    J’ai réussi à trouver un ouvrage numérique (sur google play) qui est une histoire de Jan-Karol Choldkiewicz ! Mais qui est-ce ??? 🙂 Et bien c’est tout simplement le commandant des forces polono-lituaniennes durant la bataille de Khotin (1621) (guerre polono-turque). Mais Ô grand malheur : l’ouvrage est bien entendu en polonais…. !!! Et je ne peux voir que les dates et déchiffrer quelques termes qui ressemblent au français et bien entendu la partie sur les années 1620-1620 (la guerre) est la plus abondante, il doit y avoir une tonne d’infos croustillantes sur les duels de ces deux états cavaliers hors-pairs ! Si quelqu’un maîtrise la langue ou la traduction il serait le bienvenu !
    J’ai par contre trouver une correspondance (en français !) sur la bataille de Kahlenberg qui met fin au siège de Vienne par les Turcs en 1683. C’est le roi de Pologne Jean Sobieski qui semble être le commandant en chef ou du moins il est le plus redouté du Vizir. Les hussards polonais sont mentionnés à plusieurs reprises : leurs actions sont celles de CHARGES, menées avec la LANCE à pleine vitesse contre les Spahis ennemis. Une première fois ils ne parviennent pas à les mettre en déroute mais lors de la charge finale, ils sont en 1ère ligne et traversent les lignes ennemies lance abattues (celles-ci se brisent d’ailleurs).

  • Participant
    Posts3
    Member since: 7 août 2013

    Je m’excuse de répondre à ce sujet qui date maintenant d’un an, en réponse à Von Clausewitz, à propos de cet ouvrage numérique, maîtrisant la langue je serais partant pour traduire ce texte 😉 Pouvez vous m’envoyer le lien si vous l’avez toujours ?
    Sinon, je peux toujours me renseigner dans d’autres textes, de plus, un historien polonais (Radosław Sikora) a récemment publié un livre “Les extraordinaires batailles et charges des Hussards ailés” qui peut être une très bonne source d’informations !

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Bonjour Mefistowski (Ou devrais-je dire Dzień dobry puisque tu maîtrise le polonais) !

    Bienvenue sur le forum, je t’invite à te présenter sur ce sujet.

    Vu que tu parles la langue de Mickiewicz (j’au dû chercher, ok 😉 ), tu pourrais nous rendre un grand service sur certains points…

    Notamment ici ou là.

    Sinon, vu que je prépare une série de dossiers sur les guerres de la Pologne, j’aimerais beaucoup te contacter pour te demander si besoin est des traduction, ou des informations de ce livre dont tu parles et qui n’existes apparemment qu’en polonais. Cela te dérangerais tu de me donner ton adresse e-mail ?
    Dziękuję

    J’espère ne pas t’avoir trop importuné.

    PS : Ne t’excuse pas pour avoir déterré un sujet. C’est au contraire une action plus que louable !

    Do zobaczenia ! (Ça y est j’ai épuisé tout mon vocabulaire en polonais…)

  • Participant
    Posts3
    Member since: 7 août 2013

    Dzień dobry Nicopoleon 1er, je tiens tout d’abord à te remercier de m’avoir redirigé vers les présentations.

    Concernant la traduction, c’est avec grand plaisir que j’apporterais de l’aide ! Pour ce qui est de mon adresse mail :

    Hidden Content
    You must be logged in to see hidden content.

    Je tiens à préciser que je pars en voyage en Pologne le 9 de ce mois et je reviens le 31 et donc je ne pourrais peut-être pas répondre aux messages, mais en échange de cela je pourrais ramener des ouvrages qui pourraient nous être utiles,

    Encore merci pour cet accueil 😉

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Merci d’avoir accepté de m’aider !

    Je te conseille de mettre ton adresse mail dans une balise hide pour que seuls les membres la voient.

    Pour cela, met la comme ceci : (hide) ton texte (/hide) en remplaçant les parenthèses par des crochets, c’est à dire [ ]

  • Participant
    Posts860
    Member since: 1 mai 2013

    Ah c’est génial ça ! Mais je n’ai aucune idée si le texte nous apportera quelque chose d’intéressant mais si tu proposes de ton temps pour nous aider je ne peux que te remercier ! Tapes ces mots clés tu trouveras le livre : “historya jana karola chodkiewicza google books” . L’ouvrage semble organisé chronologiquement donc cherches ou tu le souhaite (les guerres dont nous parlions étaient en 1620-1621 si tu veux). Un grand merci Mefistowski !!

  • Modérateur
    Posts8313
    Member since: 14 mai 2013

    A propos de l’apport des hussards ailés à la transformation de la cavalerie suédoise, cela mènera en effet durant la guerre de Trente Ans à une cavalerie suédoise capable de prendre des opportunités d’attaque de manière très agiles, que ce soit contre l’infanterie (à Breitenfeld) ou contre la cavalerie (contre-attaque de la contre-attaque des renforts impériaux à Leuthen).

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • Participant
    Posts2179
    Member since: 16 avril 2012

    Il me semble qu’à Breitenfeld, les cavaliers suédois attaquèrent à l’épée et non à la lance. Mais oui ils attaquèrent l’infanterie impériale.

  • Modérateur
    Posts8313
    Member since: 14 mai 2013

    @Solduros

    En effet, et c’est ce à quoi je faisais référence: @VonClausewitz disait à ce propos plus haut:

    il abandonne l’arquebuse dès 1621, conserve le port d’une paire de pistolets et d’une épée. L’épée devint dès lors l’arme principale des suédois, à cela s’ajoute leur “faible” armement défensif (comparé aux lourds cuirassiers des autres cavaleries) qui leur donne une grande aisance dans le combat.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

24 sujets de 1 à 24 (sur un total de 24)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.