Post has published by Natsu

Ce sujet a 8 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  Mégas Aléxandros, il y a 4 mois et 2 semaines.

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Participant
    Posts1100
    Member since: 12 avril 2012

    La fondation d’Alexandrie

    https://image.noelshack.com/fichiers/2017/48/1/1511773640-fa-1.png

    Introduction :

    Lors de son passage en Égypte en 332-331, Alexandre le Grand a ordonné la construction d’une nouvelle cité, Alexandrie, appelé par les anciens « Alexandrie d’Egypte », car ce n’est qu’une cité sur la trentaine qui porte le nom du jeune roi macédonien. Celle-ci est devenu la nouvelle capitale de l’Égypte Lagide avec sa grande bibliothèque et son musée mais aussi le plus grand port de Méditerranée durant l’Antiquité avec son célèbre grand phare, l’une des sept merveilles du monde. Il a existé un récit détaillé au jour le jour sur la construction de la ville demandé par Alexandre le Grand. Mais on a perdu ces textes et ce sont ceux d’auteurs plus tardifs qui nous sont parvenus, notamment ceux de Diodore de Sicile, d’Arrien, Plutarque et du Pseudo-Callisthène dont je me suis basé pour ce dossier. On a donc des éléments qui ont été perdus et d’autres enjolivés. Et puis comme bien souvent à l’époque, la description n’est pas celle de la ville à l’origine mais comme ils l’ont vu de leur vivant. Il faut donc lire attentivement les sources, avoir un esprit critique et les croiser entre eux. Diodore de Sicile est un auteur grec célèbre pour ses chroniques regroupant 1000 ans d’histoire né vers 90 av JC et mort vers 20 av JC. Arrien est un autre auteur grec né vers 85 et mort après 146, il est l’auteur de l’Anabase d’Alexandre d’où est tiré le texte qui a la réputation d’être le récit le plus rigoureux de l’épopée du jeune roi macédonien. Plutarque est également grec, né vers 46 et mort vers 125, célèbre pour ses Vies parallèles d’hommes illustres comme ici Alexandre. Quand au Pseudo-Callisthène, il s’agit d’un auteur grec ou égyptien qui a vécu au II° ou III° siècle ap. JC en essayant de se faire passer pour le vrai Callisthène le contemporain et biographe d’Alexandre le Grand dont les chroniques ont été perdues. Comme vous pouvez le voir, tous ces auteurs ont écrit sur Alexandre et ici la fondation d’Alexandrie entre trois et cinq siècles après les faits. On peut alors se demander si Alexandre est bien à l’origine du lieu de création de la futur cité, et si celle-ci est une vrai ville de type Hellénistique ou d’un nouveau genre. Dans un premier temps nous verrons, l’Alexandrie et son lien avec Alexandre autour de sa fondation puis dans un second temps la fondation en elle-même.

    I/ L’origine d’Alexandrie

    A/ Un Alexandre urbaniste

    Volonté d’Alexandre :
    « Comme il [Alexandre] avait décidé de fonder en Égypte une grande ville » Diodore de Sicile
    « Le désir le prit de réaliser ce projet » Arrien
    « Le roi voulu y fonder une cité grecque, grande et bien peuplée, et lui donner son nom » Plutarque
    Dans ces trois textes, c’est Alexandre qui a le rôle centrale dans la fondation de la ville et son organisation. C’est lui qui décide de la fondation mais qui trace aussi les plans. Sauf dans le texte de Pseudo-Callisthène où là, Alexandre laisse le soin à ses subordonnés de tout organiser : « Alexandre, se laissant convaincre, abandonna le soin aux architectes de donner à la ville les dimensions qu’ils voulaient. »

    https://image.noelshack.com/fichiers/2017/48/1/1511773637-fa-2.png

    On a des variantes selon les textes :
    Chez Arrien, Alexandre voit le lieu et décide d’y fonder une ville car il juge le site idéal : « Ayant fait le tour en bateau du lac Maréotis, il débarqua […]. L’endroit lui parut très beau pour y fonder une ville et cette ville y serait prospère »
    Chez Plutarque, c’est différent, un premier site avait été d’abord choisi mais la veille des premières prises de mesures on a un rêve où Homère lui même apparaît à Alexandre pour lui donner un autre emplacement : « On allait mesurer et délimiter l’emplacement désigné par les architectes, lorsque, pendant la nuit, Alexandre eut, dans son sommeil, un rêve étonnant. Il lui sembla qu’un homme aux cheveux très blancs […] se tenait à ses côtés et lui récitait les vers suivants : Vient ensuite un îlot sur la mer agitée / En avant de l’Egypte : on le nomme Pharos »
    Chez Pseudo-Callisthène c’est l’oracle d’Ammon qui donne l’emplacement de la cité que veut faire construire Alexandre : « Roi, voici ce que t’annonce Phébus aux cornes de béliers / Si tu veux jouir à jamais d’une jeunesse intacte / Fonde une cité pleine de gloire en face de l’île de Protée »
    On a alors un autre divergence entre les auteurs, au niveau des dates, selon Arrien et Plutarque, la ville aurait été fondé avant qu’Alexandre parte vers Siwa pour voir l’oracle du temple d’Ammon alors que selon Diodore de Sicile et Pseudo-Callisthène, la fondation aurait eu lieu après cette expédition et la consultation de l’oracle.

    B/ Traditions et miracles

    Traditionnellement, pour fonder une ville, on faisait appel à un oracle afin qu’il donne des informations sur comment savoir où la nouvelle cité doit être fondé si ce n’est pas une indication directe. On a cette idée dans le texte de Pseudo-Callisthène où c’est l’oracle du temple d’Ammon qui donne l’emplacement en parlant de l’île de Protée qui est un autre nom pour désigner l’île de Pharos. Il s’agit de donner un caractère divin à la fondation de la cité. Mais selon selon plusieurs historiens, il est vraisemblable que cet oracle a été inventé de toutes pièces afin de mettre Alexandrie sur un pied d’égalité avec d’autres cités glorieuses ayant reçu un oracle. Surtout que seul Pseudo-Callisthène fait mention de cet oracle. Surtout que si cet oracle existait réellement, des auteurs en aurait fait mention bien avant Pseudo-Callisthène.
    Chez Plutarque, le rêve d’Alexandre avec Homère n’est pas aussi divin mais c’est quand même un signe surnaturel qui peut donner une justification suffisante. Surtout qu’Alexandre voulait mettre dans un cassette qui avait appartenu à Darius et qui était considéré parmi la plus précieuse de toutes, l’Illiade pour y être conserver. C’est en remerciement qu’Homère lui serait apparu.

    https://image.noelshack.com/fichiers/2017/48/1/1511773640-fa-3.png

    Il est aussi question de présage à propos de la farine qui a été employé pour tracer le plan de la cité sur le site. Après avoir fait les tracés les oiseaux seraient venu et auraient tout manger. Cette anecdote a été reprise par de nombreux auteurs comme ici dans l’extrait de Plutarque où les arpenteurs auraient utilisé de la farine faute de craie : « Comme il n’avait pas de craie, on prit de la farine et on traça sur le sol sombre […]. Le roi contemplait ce plan avec une grande satisfaction, lorsque soudain, venus du fleuve et du lac, une foule innombrable d’oiseaux de toute espèce et de toute taille s’abattirent sur cet emplacement comme des nuées et ne laissèrent pas un grain de farine. » Ce n’est pas dans les extraits mais Arrien et Pseudo-Callisthène font également mention de cette histoire de farine. Ce qui pouvait paraître comme un mauvais augure au contraire déclaré comme annonciateur de richesse et d’abondance par les devins : « Mais les devins le rassurèrent en lui disant que la cité qu’il fondait serait très riche et nourrirait des hommes de tous les pays ». Seul Pseudo-Callisthène dit que le choix de faire les tracés avec de la farine l’a été volontairement en tant que coutume macédonienne. Dans tous les cas, l’usage de farine d’orge était une pratique de divination courante.

    II/ Une nouvelle ville grecque

    A/ Les raisons de cette création

    On peut avoir différentes raisons quand à la création de cette ville. Mais la principale serait dicter par la logique militaire d’Alexandre le Grand. Pour mener son offensive contre l’empire perse, Alexandre a cherché dans un premier temps à éliminer la redoutable flotte de Darius en prenant le contrôle de toute la côté méditerranéenne. Mais pour garder solidement ces nouveaux territoires, il lui fallait contrôler solidement le Delta du Nil. Et pour cela il faut contrôler chacun des coins du Delta. C’est dans cet optique qu’Alexandrie est fondée : défendre l’Égypte d’attaques terrestres venant de l’Ouest mais aussi de la mer, chose inédite, car aucune invasion contre l’Égypte n’avait débarqué directement dans le delta à cause des marais et du paludisme qui ravageraient une armée venant à le traverser, il s’agit de garantir l’accès aux navires de commerces contre des pirates et autres bandits. Dans cette optique militaire, on peut citer Diodore de Sicile : « Il jeta également les fondations de l’enceinte, qui est d’une dimension extraordinaire et d’une solidité étonnante. Situé en effet entre un grand lac et la mer, elle ne dispose que de deux voies d’accès terrestres, étroites et très faciles à garder ».

    https://image.noelshack.com/fichiers/2017/48/1/1511773641-fa-4.png

    On peut aussi avoir une volonté économique afin de créer un port qui pourrait concurrencer des cités commerçantes comme Tyr qu’Alexandre a réussi à prendre après un siège difficile de plusieurs mois. Surtout que la futur cité bénéficiera directement des richesses venant de la vallée du Nil : le blé.
    Mais on peut aussi émettre l’idée d’une volonté politique en installant de manière durable une colonie en Égypte afin de garantir la prospérité du monde Hellénique surtout que jusqu’alors, seul le comptoir de Naucratis acceptait les marchands grecs. Dans le texte de Plutarque : « le roi y voulu fonder une cité grecque ».
    Ce sont vraisemblablement cette superposition de facteurs qui justifient la création de cette nouvelle ville en Égypte.

    B/ Un site inédit

    Alexandre n’a pas tenu compte des conditions géographiques très défavorables pour l’installation d’une ville. En effet, la côte était très inhospitalière, le pays peu fertile et peu tranquille, le fleuve éloigné de la ville, ce qui rendait l’approvisionnement en eau potable très difficile, et le recours à un réseau de citernes indispensable. Dans le texte de Pseudo-Callisthène on a cette phrase à ce sujet : « Celui-ci conseilla à Alexandre de construire la ville sur des assises de pierre, et d’y pratiquer à la fois des conduites d’eau et des canaux se déversant dans la mer. ». La côte est basse, privée de caps ou de promontoires. Le bord de mer est un ruban, qui s’allonge d’Alexandrie à Péluse, à l’est : « c’est une bande de terre qui, tel un isthme assez large, sépare une vaste lagune et la mer, et qui se termine par un grand port » dit Plutarque. Cette étroite bande était bordée de lacs comme le Maréotis et de zones marécageuses. De plus, elle était battue par une mer souvent démontée, que les vents vinssent de l’ouest ou de l’est, surtout quand la mer était « fermée », comme disaient les anciens Grecs, c’est-à-dire de novembre jusqu’au printemps.

    https://image.noelshack.com/fichiers/2017/48/1/1511773639-fa-5.png

    Plutarque fait un rappel dans son texte avec la citation d’un vers d’Homère : « Vient ensuite un îlot sur la mer agité ». Très peu d’Égyptiens vivent dans la région composée de marécages. Il faudra d’ailleurs forcé la population à quitter le ville et village d’origine pour faire vivre la nouvelle cité. Seuls les grecs connaissent cette région du fait de sa proximité avec la branche canopique ou héracléotique qui permet d’atteindre la ville de Naucratis où l’on trouve les marchands grecs. Dans le texte de Pseudo-Callisthène, on nous parle du plus célèbre de ses habitants Cléomène de Naucratis qui a conseillé Alexandre et participé activement à la construction de la ville.

    C/ Une organisation particulière

    Bien que les textes de Diodore de Sicile, Arrien et Plutarque laisse entendre qu’Alexandre a lui même tracé les plans de sa ville, il est plus vraisemblable qu’il n’est fait que donné les ordres et qu’il ne s’agit là que de la manière traditionnelle pour désigner l’ordonnateur de la construction. En réalité, le grand architecte d’Alexandrie est Dinocratès de Rhodes, dans le texte de Pseudo-Callisthène, on parle d’un Nomocratès de Rhodes mais il s’agit de la même personne. Ce dernier met en place un nouveau type d’urbanisme rationaliste derrière lequel on peut trouver l’influence d’Aristote quand à la cité idéale. On a ainsi un plan organisé en damier avec des rues très larges deux grandes avenues principales qui se coupent à angle droit au centre de la ville avec un axe Nord-Sud et un axe Est-Ouest. Dans le texte de Diodore de Sicile, il dit : « avec une grande avenue qui coupe la ville presque par le milieu, une merveille par ses dimensions et sa beauté. Elle s’étend d’une porte à l’autre sur une longueur de 40 stades et une largeur de 1 plèthre. ». Soit 7100m de long par 30m de large. Les unités de mesures peuvent varier mais on est dans tous les cas dans une très grande rue. En comparaison, le boulevard Raspail fait 2370m de long pour 30m de large. On quitte ainsi le tissu dense et enchevêtré que l’on trouve dans de nombreuses cités de de l’époque.

    https://image.noelshack.com/fichiers/2017/48/1/1511773639-fa-6.png

    Mais grâce à ces grandes rues bien droites, on a aussi l’avantage de laisser circuler le vent sans obstacle et de permettre aux habitants de respirer : « et l’habilité du tracé des rues, […] fait qu’elle est traversé par le souffle des vents étésiens. Comme ceux-ci soufflent sur les vastes étendues de la mer et rafraîchissent l’ai de la ville, le roi dota les habitants d’Alexandrie d’un climat tempéré, source de santé. » texte de Diodore de Sicile. La ville est alors comparé à un vêtement typiquement grec, la chlamyde, quand celle-ci est posé à plat sur le sol. Diodore de Sicile dit : « La forme qu’il lui donna est très proche de celle d’une chlamyde » et Plutarque : « lui donnant la forme d’une Chlamyde se rétrécissant à partir des franges ». Il s’agit d’un manteau d’une seule pièce de tissu carré ou rectangulaire sans couture avec deux coins légèrement et qui se tient avec une broche. On a ainsi un projet où les thèmes sont sobriété et clarté.

    Conclusion :

    On peut ainsi sire que même si Alexandre le Grand n’a pas été le grand architecte de sa ville, il en est indubitablement à l’origine. C’est lui qui souhaite la construction d’une nouvelle cité sur la côte égyptienne afin de tenir le pays mais aussi renforcer l’influence des grecs sur le plan politique mais aussi économique. Il a veillé à ce que cette ville puisse bénéficier de tous les avantages afin de devenir un symbole de son pouvoir à travers les prodiges qui ont marqué sa fondation mais aussi avec la nouvelle organisation urbaine qu’il met en place à Alexandrie en suivant les principes que lui a enseigné son maître Aristote à propos de la ville idéale. Certes le principe de la ville avec un plan en damier ou hippodamien n’est pas inédit, il tire son nom d’Hippodamos de Milet qui l’avait mis en place au V° av JC au Pyrée. Mais c’est la première fois à une telle ampleur. Les romains vont d’ailleurs reprendre cette organisation de plan en damier pour toutes leurs cités avec deux rues principales se coupant au centre avec un axe Nord-Sud et Est-Ouest, on parle respectivement de Cardo et de decumanus. C’est grâce à cette organisation qu’Alexandrie va devenir une des cités les plus importantes de l’Antiquité et rayonner sur la Méditerranée que cela soit sur le plan politique, économique et surtout culturel et ce pendant plusieurs siècles que cela soit sous les Lagides que sous les Romains.

    Bibliographie :

    -BERNAND André, Alexandrie la Grande, Paris, 1996
    -CLAUDEL Paul-André, Alexandrie : Histoire d’un mythe, Paris, 2011
    -CAVENAILE Robert, Pour une histoire politique et sociale d’Alexandrie : Les origines, L’antiquité classique, pp 94-112, 1972
    -WIKIPEDIA

  • Admin bbPress
    Posts6283
    Member since: 5 août 2017

    Excellent dossier sur ce cher Alexandre et sa plus grande ville! Ceci dit, j’aimerais savoir, il s’agit d’un travail récupéré ou un dossier fait sur mesure pour ici? Super boulot en tout cas 😉

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts196
    Member since: 12 septembre 2015

    Un dossier qui mérite des applaudissements, car tu t’appuies sur des sources tout en utilisant des ouvrages d’historiens, chose qui devrait se faire plus souvent sur notre forum. J’ai une critique à faire dans ta conclusion, lorsque tu évoques “l’influence des Grecs”. Il s’agit bien évidement d’une influence politique davantage macédonienne que grecque. Alexandre et ses généraux sont pour la plupart des macédoniens, cela va de soit. Tu as bien fait d’évoquer le comptoir grec de Naucratis dans le delta du Nil : Alexandrie devient le nouveau carrefour économique de l’Egypte.

    Je me permet d’élargir ta conclusion. Alexandrie est bien une cité modèle sur le plan urbanistique. Les nouvelles fondations de cités hellénistiques (Antioche, Dura Europos, Séleucie du Piérie…) reprendront cette organisation urbaine en damiers, qui me rappelle fortement le plan des quartiers américains, tel que Manhattan à New York (c’est l’un des nombreux héritages que nous a transmis le monde hellénistique). Cette continuité s’exprime aussi sur le plan politique durant l’âge des diadoques. Ces derniers imiteront Alexandre en fondant de nombreuses cités, dans le but de légitimer leur nouvelle puissance politique. On remarque au passage cette même volonté qu’avait Alexandre de personnifier la nouvelle cité : Antioche en référence au père de Séleucos, ou bien Séleucie pour y faire figurer son nom. D’ailleurs, comme pour Alexandrie, des présages accompagnent l’emplacement des nouvelles cités : ainsi le présage d’un l’aigle va déterminer la fondation d’Antioche. Mais derrière ces présages associés à une protection divine se cachent des enjeux politiques et économiques : il faut installer des garnisons militaires et décentraliser le pouvoir (je pense ici à la tétrapole séleucide).

    A noter aussi qu’Alexandrie d’Egypte aurait pu tomber dans l’oublie, comme ce fut le cas pour de nombreuses cités fondées par le conquérant macédonien, tant les projets étaient difficiles. On doit à Ptolémée Ier Sôter et Ptolémée II Philadelphe l’émergence Alexandrie : le premier apportera le corps d’Alexandre dans la cité et fera de celle-ci la capitale du royaume lagide, l’autre mettra en fonctionnement la bibliothèque la plus vaste du monde et un phare qui restera célèbre jusqu’à la fin des temps. Et maintenant si vous le voulez bien…..

    LES SIRÈNES DU PORT D’ALEEEEEEEEXANDRIIIIIIIIIIIE :silly: !!!!!! CHANTE ENCORE LA MÊME MEEEEEELODIIIE ! LA LUMIERE DU PHARE D’ALEEEEXANDRIIIIIIIE WOWOH :woohoo: ! FAIT NAUFRAGER, LES PAPILLONS, DE MA JEUNNEEEEEESSSSSEEEE ! AH ! AAAAAAH 👿 ! …… 😆 :whistle:

  • Admin bbPress
    Posts6283
    Member since: 5 août 2017

    Effectivement, il semblerait plus juste de dire l’influence héllenistique dans ce contexte. Tu en penses quoi Natsu?

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts196
    Member since: 12 septembre 2015

    Disons plutôt une influence gréco-macédonienne ou hellénique : macédonienne sur le plan politique et grecque sur le plan culturel. Le terme “hellénistique” n’est pas très approprié, car il n’a pas vraiment de signification historique, si ce n’est qu’il sert à définir une période comprise entre 323 et 31 avant JC, des bornes chronologiques qui sont selon moi contestables (c’est une invention de l’historien Droysen). On considère souvent qu’Alexandre est à cheval entre la période classique et hellénistique.

  • Admin bbPress
    Posts6283
    Member since: 5 août 2017

    Hehe, Droysen a toujours été celui qui ait eu le plus d’influence sur moi, d’où ce choix d’appellation 😉

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts196
    Member since: 12 septembre 2015

    On lui a reproché beaucoup de choses à ce Droysen (calque le modèle prussien sur le royaume de Macédoine, évoque une fusion des races entre les Grecs et l’Orient…), mais il n’en reste pas moins un très bon narrateur et compilateur de sources. C’est quand même lui qui a fait resurgir de l’ombre une époque oubliée par tous les savants, à cause d’une perspective téléologique complètent stupide : époque archaïque (ascension de la cité), époque classique (apogée avec le siècle de Périclès), époque hellénistique (décadence et déclin, les occidentaux deviennent des “barbares”). Hors je crois qu’avec l’exemple d’Alexandrie, on ne peut certainement pas parler de décadence de la civilisation grecque : cette mixité des cultures et leurs influences réciproques ont fait la merveille du monde hellénistique.

  • Admin bbPress
    Posts6283
    Member since: 5 août 2017

    Je n’ai aucun souvenir qu’il fasse mention d’une fusion des races… :blink:

    À moins que tu ne parles du plan d’Alexandre de justement fusionner orient et occident racialement, ce qui demeura au stade de plan.

    Sinon peux-tu me parler davantage de la théorie de Droyen? Avec si possible quelques citations 😉

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Modérateur
    Posts196
    Member since: 12 septembre 2015

    Drosyen croyait véritablement à cette fusion fusion Orient/Occident :

    “Il y a encore un autre point de vue qui mérite d’être noté ici, c’est le commencement de la fusion des nationalités. Alexandre en faisait à la fois le moyen et le but de son œuvre de colonisation. Dans l’espace de dix années, tout un monde avait été découvert et conquis ; les barrières qui séparaient l’Orient de l’Occident étaient tombées…” Histoire de l’Hellénisme

    En fait Droysen s’est intéressé à l’époque hellénistique car il y a vu la suprématie d’un Etat puissant sur les cités grecques. Tout au long de sa vie, il s’est battu pour l’unification de l’Allemagne. D’ailleurs il s’est complètement désintéressé de l’histoire ancienne après sa jeunesse, pour se spécialisé dans l’histoire de son pays et défendre ses valeurs politiques. Il y a vu chez Phillipe II de Macédoine un homme capable d’unifier la Grèce, à la manière d’un grand souverain prussien.

    J’espère avoir répondu à tes questions 😉

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.