Post has published by Choukinator

Ce sujet a 25 réponses, 11 participants et a été mis à jour par  sanguinius, il y a 2 ans et 3 mois.

26 sujets de 1 à 26 (sur un total de 26)
  • Participant
    Posts568
    Member since: 20 octobre 2012

    La chute de Robespierre

    Le 10 thermidor de l’an II, soit le 28 juillet 1794, une figure majeure de la révolution est guillotinée : Robespierre. Justicier de la République pour certains, tyran sans pitié pour d’autres, ce personnage été victime d’unes des plus formidables machinations politiques de l’Histoire de France. Bref retour sur ces événements, il y a 220 ans.
    http://www.cosmovisions.com/images/Robespierre.jpg
    Maximilien de Robespierre (1758-1794)

    I. Le discours de Robespierre

    Les événements se précipitent le 8 thermidor. Robespierre doit prononcer son ultime discours devant la Convention nationale afin de justifier la légitimité de ses actes durant la Terreur et de faire face à ses opposants. Depuis le début de l’été, des rumeurs circulent qui affirment que Robespierre veut établir une dictature. Il sait qu’il ne survivra pas longtemps à leurs attaques incessantes et voit ce discours comme un “testament”1. Celui-ci consiste d’abord en un éloge grandiloquent de la Révolution. Il présente les députés de la Convention comme les victimes des tyrans qu’ils poursuivent. Il ajoute également qu’ils valent bien plus que ces mêmes tyrans de par leurs louables ambitions. Il cherche par cette manœuvre à justifier la mise en place de la Terreur et recherche une certaine indulgence par rapport à ses actes. Sa détermination est grande et les parlementaires assistent en quelque sorte à l’apologie du proverbe “La fin justifie les moyens”.

    http://www.france-pittoresque.com/IMG/jpg/Loi-Prairial.jpg
    Extrait de la loi du 22 prairial portant sur le Tribunal révolutionnaire

    Mais Robespierre va plus loin encore. Il accuse implicitement certains acteurs de la Terreur en rejetant sur eux la responsabilité de ses excès. Sans qu’il les nomme, on imagine facilement qu’il pensait à des individus tels que Barras, Carrier ou Fouché. Uniquement des révolutionnaires convaincus… A son tour, il se place en victime malheureuse de ses ennemis, membres du Comité de salut public qui l’accusent désormais. Quelques députés tentent de s’opposer. Parmi ceux-ci, on peut noter l’intervention de Cambon, le seul à être nommé dans le discours. Finalement, la loi du 22 prairial instaurant la Grande Terreur est révoquée.

    http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1005232-Comité_de_salut_public.jpg
    Le Comité de salut public en l’an II

    II. La conspiration des Thermidoriens

    Ce soir là, au club des jacobins, l’occasion lui est donnée de prononcer à nouveau ce discours. Accompagné par Couthon, il obtient la parole devant un public plutôt favorable. A la fin de son temps de parole, il est acclamé et son fidèle allié propose d’éliminer du club tous ceux qui ont voté pour l’abolition du décret à la Convention. Sont exclus de nombreux terroristes convaincus comme Fréron, Collot d’Herbois ou Billaud-Varenne. C’est pendant cette nuit du 8 au 9 thermidor que se construit la machination de ses ennemis. Certains se sentent menacés par les propos qu’a tenus l’Incorruptible, dont ses anciens représentants qui ont profité de la Terreur pour s’enrichir. Parmi ceux-ci, Fouché, Carrier ou Barras. Leur objectif est de surprendre Robespierre et de le prendre de vitesse à la Convention le lendemain. Pour cela, ils rallient à leur cause les députés du Marais2. Malgré la menace que représente encore le Comité de salut public, ceux-ci ont bien conscience de l’isolement politique de Robespierre et les promesses de Fouché et Tallien sont attrayantes : fin de la Terreur, autorité de l’Assemblée, libertés fondamentales… C’est ainsi qu’ils accordent leur soutien aux conspirateurs.

    http://www.repro-tableaux.com/kunst/french_school/school_portrait_of.jpg
    Portrait de Joseph Fouché (1763-1829)

    Parallèlement à cela, les événements se précipitent aussi au Comité de salut public. Saint-Just prend la décision de rédiger un discours pour la séance conventionnelle du lendemain mais Billaud et Collot l’interrompent et le contraignent à leur présenter son discours avant sa prise de parole. Barère convoque les chefs de la Commune favorables à Robespierre et les retient quelques heures pour entraver l’organisation d’une éventuelle insurrection. Le camp de l’Incorruptible s’affaiblit.

    III. La séance à la Convention

    Le lendemain, la séance du 9 thermidor est ouverte par le président de la Convention, Collot d’Herbois, et les hostilités débutent par la prise de parole de Saint-Just. Au même instant, au Comité de salut public, Billaud-Varenne apprend que le jeune Montagnard les a trompés et refuse de leur présenter son discours. Ainsi, ce sont des Billaud, Barère et Carnot alarmés qui accourent vers la Convention. Lorsqu’ils arrivent, Tallien vient d’interrompre Saint-Just afin de gagner du temps. Billaud-Varenne intervient à son tour : « Je m’étonne de voir Saint-Just à la tribune après ce qui s’est passé. Il avait promis aux deux comités de leur soumettre son discours avant de le lire à la Convention. » Grâce à la complicité du président et des députés du Marais, les voix contestataires sont étouffées.

    http://www.babelio.com/users/AVT_Saint-Just_4143.jpeg
    Portrait de Saint-Just

    Les conspirateurs obtiennent la destitution de Dumas, président du Tribunal révolutionnaire. Un autre soutien de Robespierre est éliminé : Hanriot perd son poste de commandant de la garde nationale. Le principal intéressé est lui même réduit au silence par les vociférations de l’Assemblée et la sonnette de Collot. Il n’a plus la possibilité de se défendre sous les “A bas le tyran !” qui pleuvent désormais au-dessus de sa tête. Il faut alors l’intervention du député Louchet pour que son sort se précise puisque celui-ci demande un décret d’arrestation. Le chaos est total. L’un comme l’autre accuse ou tente de se défendre. Finalement, c’est Barère qui propose le décret définitif au nom du Comité de salut public en y ajoutant l’arrestation d’Augustin Robespierre3, Couthon, Saint-Just et bien d’autres. Le décret est voté.

    IV. Les combats de l’Hôtel de Ville

    Les membres de la Commune ne l’entendent pas de cette façon. Malgré leur manque d’organisation suite à la manœuvre de Barère au Comité, ils se réunissent en catastrophe et votent l’insurrection. Alors que Hanriot est intercepté en voulant délivrer les prisonniers du Comité de sûreté générale, Robespierre est transféré à la prison du Luxembourg. Le concierge le refuse et applique ainsi les ordres de la Commune. Il faut trouver une autre solution. On choisit la mairie mais les insurgés l’y attendent et le libèrent. Après ce retournement, les sans-culottes partent libérer Hanriot et s’aventurent dangereusement près de la Convention. Ils ne l’attaqueront pas.

    http://www.amis-robespierre.org/robespierre/acteurs/hanriot.jpg
    François Hanriot

    En revanche, la riposte des Thermidoriens est directe et impitoyable. Ils confient le commandement militaire à Barras qui ne tarde pas à lever des troupes à travers la capitale. L’officier expérimenté semble se préparer au combat. Quant à la voie législative, elle est assurée par Barère : les insurgés sont déclarés hors-la-loi. La plupart des prisonniers dont Couthon et Saint-Just ont été libérés. Ils prennent conscience de la gravité de la situation et quand Barras entre dans l’Hôtel de Ville, il trouve peu de résistance. Augustin Robespierre tente de sauter par une fenêtre mais ne fait que se fracturer la cuisse, Le Bas s’est tiré une balle dans la tête et Couthon est précipité dans les escaliers. Quant à Robespierre, on trouve des versions différentes : il tente de se suicider mais ne fait que se tirer une balle dans la mâchoire ou bien c’est le gendarme Merda qui est à l’origine du coup de feu. Il est deux heures du matin, le 10 thermidor, l’exécution est proche.

    http://peacecorpsonline.org/messages/imagefolder/thermidor.jpg

    La chute de Robespierre d’après une gravure anonyme

    V. L’exécution du 10 thermidor

    C’est un bien piètre convoi que la population parisienne peut voir quitter la prison de la Conciergerie au début de soirée. Robespierre a la mâchoire enrubannée dans un linge ensanglanté. Couthon a la tête fracassée et Augustin Robespierre la cuisse brisée. Un coup de baïonnette a arraché l’œil d’Hanriot et le cadavre de Le Bas vient clore le tragique cortège. Ils atteignent la place de la Révolution4 peu après six heures. La guillotine entre en action et les prisonniers sont décapités un à un. C’est bientôt au tour de l’archange de la Terreur, Saint-Just, qui s’avance vers l’échafaud sous son habituel visage de glace. Puis vient celui de Maximilien de Robespierre. Le couperet tombe et on montre sa tête au peuple assemblé. Les corps des exécutés sont mis à la fosse commune de manière à ce qu’ils ne laissent aucune trace. Les Thermidoriens ont triomphé.

    http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1011614-Exécution_de_Robespierre_Saint-Just_Couthon_et_Dumas.jpg

    Exécution de Robespierre, Saint-Just, Couthon et Dumas par le bourreau Sanson le 10 thermidor an II

    Ces trois jours, du 8 au 10 thermidor de l’an II, marquent l’arrêt brutal de la Terreur orchestrée par le Comité de salut public de Robespierre. Ils marquent également les divisions qui sévissent au sein même de la Révolution. Chacun agit alors pour se sauver mais les répercussions sur la France sont grandes puisque la conspiration thermidorienne amène par la suite au Directoire. Celui-ci durera jusqu’en 1799, jusqu’à une autre date majeure : un certain 18 Brumaire.

    ___________________________________________________________

    1 Ce terme est tiré de la péroraison de ce même discours fait au club des jacobins.

    2 Ce groupe correspond aux députés les plus modérés de la Convention mais aussi les plus nombreux. En effet, il représente environ 400 sièges. Il est également appelé la Plaine.

    3 Petit frère de Maximilien de Robespierre qui a demandé à être associé à son sort.

    4 Actuelle place de la Concorde.

    Sources :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Maximilien_de_Robespierre

    http://www.herodote.net/27_juillet_1794-evenement-17940727.php

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Chute_de_Robespierre

    http://www.paturaud.com/apogee_chute_robespierre.pdf

    http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=271

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Exécution_de_Maximilien_de_Robespierre

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Très bon dossier, mais je pense que tu pourrais en dire plus sur les raisons qui font que Robespierre est de plus en plus isolé (ex: Fouché l’athée qui ne supporte pas le déisme de Robespierre, Tallien qui veut sauver sa maîtresse promise à la guillotine, tous ces personnages qui craignent pour leur tête, comme tu l’as dit,le peuple qui en a assez de la Terreur alors que la France repousse tous ses ennemis, les propriétaires qui ont peur qu’on les force à partager leurs biens…;ect.)

  • Participant
    Posts261
    Member since: 14 mars 2013

    Quel putain de bordel cette période. :silly:

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Bien résumé!

  • Participant
    Posts261
    Member since: 14 mars 2013

    Mais l’origine de ce bordel me laisse tout de même toujours perplexe. On a atteint des sommets pendant cette période, mais l’origine de ces extrêmes me sont inconnus.

  • Modérateur
    Posts1264
    Member since: 26 avril 2013

    mais l’origine de ces extrêmes me sont inconnus.

    L’instinct de survie.

  • Participant
    Posts261
    Member since: 14 mars 2013

    Meh, ils l’ont créé eux même leur atmosphère nauséabonde. Et la France entière avec. :whistle:

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    Oui, c’est sûr, c’est pas comme si les complots aristocratiques (moins grands qu’ils le pensaient, certes), les ennemis aux frontières et les révoltes internes (Vendée, chouannerie…) étaient suffisant pour provoquer leur paranoïa :whistle:

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    ¨Pour ce qui est des révoltes internes voire même des ennemis aux frontières, ils ont une belle part de responsabilité, tout de même.

  • Participant
    Posts261
    Member since: 14 mars 2013

    Sauf qu’ils l’ont créé eux même ce problème. Je vous rappelle que si nos voisins voulaient vraiment la destruction de la France, on n’existerait pas aujourd’hui, ils nous auraient simplement détruit en 1814.

    Quand aux vendéens, c’est idiot de bousculer en 3 ans un ordre social et des croyances profondément enracinés, et encore plus de demander de donner sa vie pour ceux qui détruisent ce en quoi les gens croient.

  • Participant
    Posts2724
    Member since: 12 avril 2012

    En même temps c’est le principe même d’une Révolution de bouleverser l’ordre social. Bien sûr que les révolutionnaires ont une part de responsabilité, dire le contraire serait absurde. Cependant si on n’essaie pas de se mettre à leur place c’est normal de ne pas comprendre la période.

    En 1814 tout le monde était épuisé par vingt ans de guerre, et donc les coalisés étaient juste assez heureux d’avoir virer Napoléon. Par contre en 1793 le manifeste de Brunswick était encore chaud dans les mémoires.

  • Participant
    Posts189
    Member since: 8 avril 2014

    les raisons qui font que Robespierre est de plus en plus isolé

    L’extrémisme certainement… :whistle:
    Il n’a pas non plus été aidé avec des extrémistes comme Danton, Dumoulin, Marat, Hébert, Saint-Just… etc.

  • Participant
    Posts261
    Member since: 14 mars 2013

    En même temps c’est le principe même d’une Révolution de bouleverser l’ordre social. Bien sûr que les révolutionnaires ont une part de responsabilité, dire le contraire serait absurde. Cependant si on n’essaie pas de se mettre à leur place c’est normal de ne pas comprendre la période.

    On est d’accord, ils se sont foutus dedans comme des grands.
    Par contre je ne compte pas me mettre à leur place, et je comprends tout de même cette période.

    Quand au manifeste de Brunswick, les révolutionnaires n’ont pas attendu 1792 pour menacer les autres pays d’Europe…

  • Participant
    Posts189
    Member since: 8 avril 2014

    les révolutionnaires n’ont pas attendu 1792 pour menacer les autres pays d’Europe…

    C’est d’abord l’agitation des émigrés auprès des monarques d’Europe et la crainte du complot intérieur qui motive ses menaces.

  • Participant
    Posts568
    Member since: 20 octobre 2012

    Très bon dossier, mais je pense que tu pourrais en dire plus sur les raisons qui font que Robespierre est de plus en plus isolé

    Comme tu dis, j’aurais pu plus développer mais je n’avais pas beaucoup de temps lors de la rédaction du dossier et je tenais à me concentrer sur l’événement lui-même ainsi que sur son déroulement.

  • Participant
    Posts155
    Member since: 18 avril 2014

    Que penses tu de la conférence de Henry Guillemin à propos du personnage ? Elle est partial mais assez intéressante.

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 17 avril 2015

    Si l’on dit que les révolutionnaires se sont foutus dans la mouise tout seul comme des grands je peux en dire autant des vendéens et ainsi justifier un massacre.(franchement un département contre toute la France,ils croyaient peut être à une intervention divine?)

  • Modérateur
    Posts1264
    Member since: 26 avril 2013

    Si l’on dit que les révolutionnaires se sont foutus dans la mouise tout seul comme des grands je peux en dire autant des vendéens et ainsi justifier un massacre.(franchement un département contre toute la France,ils croyaient peut être que leur ami imaginaire allait arriver et détruire Paris avec ses boules de feu magique comme Sodome et Gomorrhe)

    Un massacre ça ne se justifie jamais peu importe qui l’a perpétré et pourquoi. Et puis tu pourrais être un peu moins méprisant en parlant des Vendéens et de leur ami imaginaire.

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 17 avril 2015

    En fait je ne tiens pas à justifier le massacre des vendéens il est vrai que ce qui arriva en Vendée fut atroce je critiquais le mode de pensée de certaines personnes en démontrant qu’avec leurs arguments ont peu justifier un massacre.
    Et par la même occasion je défends la 1ere république

  • Participant
    Posts1189
    Member since: 18 février 2015

    Un massacre ça ne se justifie jamais peu importe qui l’a perpétré et pourquoi. Et puis tu pourrais être un peu moins méprisant en parlant des Vendéens et de leur ami imaginaire.

    On peut néanmoins le rendre moins cruel, et voir les conséquences positives de ces massacres.

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 17 avril 2015

    Je viens apporter d’autres éléments aux discussions qui ont déjà eu lieu dans ce sujet:

    Certes les révolutionnaires se sont mis dans la mouise tout seuls comme des grands en déclarant la guerre au roi de Bohême et de Hongrie (qui n’en avait d’ailleurs, pas grand chose à cirer de la France) mais, les gens qui ont fait cette remarque sur ce sujet se trompent lourdement, car Robespierre, ainsi que Marrat, était tout deux opposés à cette guerre! Robespierre (célèbre à l’époque pour se battre seul contre quasiment toute l’assemblée) a d’ailleurs fait de nombreux discours s’opposant à cette guerre en dénonçant notamment l’hypocrisie des bellicistes qui prétendaient désirer uniquement propager les idéaux de la révolution. A la pointe du fusil. Venir tuer des gens pour leur liberté (de l’industrie) et leur égalité (du moment qu’ils ne sont ni affranchis, ni métis, ni esclaves, ni pauvres) ce n’est pas très intelligent.

    Donc on ne peut pas reprocher à Robespierre d’avoir permis* de gagner une guerre (car avant la convention montagnarde, la situation est quelque peu tendue, avec notamment la trahison de Lafayette et de Dumouriez) contre laquelle il s’était opposé! C’est tout bonnement ridicule! Il hérite d’une France ravagée par les personnes au pouvoir avant lui, qui lui colleront tout sur le dos avant de le guillotiner, et on le lui reproche? Voici quelque chose que je ne comprends pas très bien. D’autant plus qu’une bonne partie de la Terreur repose sur les épaules d’autres personnes, je vais par exemple l’exemple d’un triste personnage:
    Fouché fait bien de soutenir les Thermidoriens, car ses exactions à Lyon n’avait toujours pas été pardonnées par Robespierre, il craignait donc pour sa tête. De même Robespierre était “uniquement” le leader des jacobins, ainsi qu’un des neuf membres du Comité de salut public, responsable devant la Convention. Tout faire retomber sur ses épaules, en tant que dictateur tyrannique (une belle hérésie du point de vue de l’étymologie) et sanguinaire est ridicule.

    De même pour le Vendéens, ce qui déclenche leur révolte, c’est bien moins le fait que l’on touche aux prêtres et à la noblesse, plutôt que le fait que les biens confisqués aux émigrés ou à l’Eglise ne sont mis en vente qu’en lots importants et donc chers, la paysannerie ne gagne donc rien au change, en plus de rester dans la misère qui a conduit le peuple à l’émeute en 1788 et aux armes (aidé par la bourgeoisie) en 1789.

    D’où un profond sentiment d’énervement qui, avec la levée des 300,000 hommes, due à la Convention girondine conduit à la révolte. Qui me semble désormais -mais ce n’est que mon opinion- légitime. Auparavant je croyais en effet que le gouvernement contre lequel s’était soulevés les Vendéens était un gouvernement qui tentait d’être juste, que c’était un gouvernement menant à la Liberté,à l’Égalité et à la Fraternité. C’était le gouvernement de Liberté, Égalité, Propriété.

    *Avec bien d’autres, Saint-Just en particulier.

  • Participant
    Posts587
    Member since: 24 février 2015

    Ah Robespierre, l’un des personnages des plus controversés de l’histoire française, difficile de dire qui il était réellement vu le bazar que c’était à l’époque. Républicain, tyran ou peut être un peu des 2, nul le saura ?

    La dictature c'est ferme ta gueule !
    La démocratie c'est cause toujours...

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    roi de Bohême et de Hongrie (qui n’en avait d’ailleurs, pas grand chose à cirer de la France)

    Le roi de Bohême et de Hongrie, soit l’Empereur germanique en vertu de la transmission continue de cette couronne au sein de la maison de Habsbourg, accueillait dans les territoires du Saint-Empire des émigrés français. Ces émigrés sont loin d’être de malheureux exilés mais des aristocrates contre-révolutionnaires qui complotent activement avec des agents dans toutes les cours d’Europe et en liaison avec des complices en France pour renverser le nouveau régime (royal d’ailleurs vu que Louis XVI avait formellement accepté son rôle de souverain constitutionnel).

    Robespierre, ainsi que Marat, était tout deux opposés à cette guerre !

    Ils ne voulaient pas la guerre dans le but qu’elle ne renforce pas le trône ou leurs opposants politiques. D’ailleurs, Louis XVI était aussi contre la guerre et il s’appuyait sur des éléments concrets : la désorganisation des armées, des flottes, l’état général de la nation…. Robespierre et ses partisans étaient contre la guerre car ils la pensaient victorieuse ! Louis XVI était contre car il savait qu’elle serait désastreuse. L’Histoire donnera raison aux deux, par une sublime ironie.

    Il hérite d’une France ravagée par les personnes au pouvoir avant lui, qui lui colleront tout sur le dos avant de le guillotiner, et on le lui reproche ?

    La France n’est pas ravagée début 1793. Les armées de la République avaient libéré le territoire national après la victoire de Valmy et étaient entrées en libératrices en Belgique (qui venait de subir la répression autrichienne suite aux révolutions brabançonne et liégeoise), en Savoie, sur la rive gauche du Rhin. Malheureusement, la défaite de Neerwinden et l’agrandissement soudain de la coalition menaça la France sur toutes ses frontières. Le coup d’Etat des Montagnards qui créèrent le Tribunal révolutionnaire, le Comité de Salut public et suspendirent la Constitution de l’An I désorganisa tout. Leurs mesures déclenchèrent la révolte de la Vendée. Leur coup d’Etat contraignit les girondins à résister.

    Ce sont les Montagnards qui votèrent la loi des suspects qui inaugura la Terreur. Ils envoyèrent à la guillotine Marie-Antoinette après un procès honteux et humiliant mais pas que : leurs opposants girondins restés à Paris, Madame du Barry (l’ancienne favorite de Louis XV), Madame Elisabeth (la sœur de Louis XVI). Mais cela ne cache pas les 2600 personnes envoyés à la mort dont une majorité de gens du peuple et de bourgeois. Et je ne parle pas des prisons remplies de suspects ou même des mauvais traitements qu’on a fait subir au fils de Louis XVI, âgé de 10 ans. Bien sûr, c’était nécessaire pour gagner la guerre n’est-ce pas ?

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 17 avril 2015

    Lors de la déclaration de guerre le roi de Bohême et de Hongrie n’est pas encore élu emprereur, c’est par un soucis de rigueur que je l’ai écrit ainsi. Les émigrés sont 15,000 environ à Coblence, et globalement ce qu’ils obtiennent ce sont des “oui,oui, on fera quelque chose, maintenant vous ne voulez pas vous taire s’il vous plaît?” si les émigrés obtiennent de l’aide c’est grâce à la déclaration de guerre de la République à l’Autriche.

    Robespierre était surtout contre la guerre, parce qu’elle détournerait le peuple de ses préoccupations. La populace arrête de casser les pieds quand elle porte un uniforme. C’est ce que dénonce principalement Robespierre: Une guerre menée pour des raisons intérieures. De plus d’après ce que je sais, Robespierre connaissait l’état déplorable de l’armée dont disposait la République. Il savait par exemple que les commandants de l’armée risquaient de trahir la Nation. Les faits lui ont donnés raison. Il le dit clairement dans ses discours, et les faits lui donnent raison. Je ne vois pas pourquoi tu viens t’opposer à ce que j’ai dit sur ce point là. De plus il ne fallait pas être un imbécile pour voir que tut cela arrangeait la cour.

    Tu le dis toi même, ça allait pas trop mal à partir de Valmy, mais quand Dumouriez trahit, tout repart à zéro, la République en danger c’est pas pour rigoler qu’ils l’ont instaurées. Les armées coalisées sont dans l’ensemble en train de gagner. Alors certes une mesure qui a beaucoup aidée, c’est la création des envoyés en mission, qui l’a été sur proposition des Montagnards. De plus la création d’ateliers contrôlés par l’Etat pour donner des équipements à l’armée est une idée de Robespierre, critiquée vivement par les girondins, qui ne peuvent plus faire de profits en vendant ses fournitures à l’armée. Ce qui est encore amplifié par l’abolition des fournisseurs militaires. Le redressement militaire de la République est dû au Comité de salut public, à Saint-Just et dans une moindre mesure, à Carnot. Fleurus ne sort pas de nulles part.

    Pour le procès de Marie-Antoinette: L’accusation odieuse d’Hébert est tout bonnement ridicule. Mais Hébert n’est pas sincère, c’est un homme assez odieux, extrémiste, qui veut du sang et encore du sang, pas le bien du peuple. D’ailleurs il sera combattu par Robespierre au même titre que les Girondins. Ensuite elle a bien demandé à son frère de venir envahir la France, elle a trahi le pays aussi bien que son mari, elle a connu le même sort. C’est un fait connu que la famille royale a tenté de demander de l’aide aux autres monarques et que ces derniers n’ont rien fait. Bon, le procès est quand même mené bien trop rapidement, mais du moment que les faits sont là…. Et puis l’aristocratie c’est comme du chienlit, tant que l’on ne vire pas tout, ça repousse toujours. La preuve encore sous la IIIe ils sont là! Et les Bourbons ont bien duré après la Révolution donc bon…..

    Certes pour les citoyen Louis Capet, les choses ont étés affreuses. Néanmoins qu’est-ce qui conduit à ce changement? Les nombreuses tentatives d’évasion menée par des sympathisants de la famille royale. A la base les détenus du Temple sont très bien traités. Mais oui, c’est une faute. A savoir que cela résulte moins d’une volonté de le faire souffrir que d’une sorte d’oubli. Il n’y a jamais eu d’ordre pour faire souffrir particulièrement le citoyen Capet. Malheureusement, c’est un manque d’attention qui en est à l’origine, en fait plus personne ne fait vraiment attention à ce qu’il se passe au Temple, et il arrive alors ce genre de choses….

    Je le répète mais les faits sont là, les Vendéens se soulèvent contre la Convention Girondine, suite aux actions des Girondins, les faits sont là: Les prêtres: rien, l fuite des nobles: rien, la décapitation de Louis XVI: rien, la levée de 300,000 hommes décrétées par la Convention parce que sa guerre de rapine a été menée avec des troupes sans commandement: soulèvement.

    La loi de suspects on en a fait tout un plat, en vérités la majorité des personnes tuées lors de la Terreur le sont dans des zones de guerre civile, ou Robespierre n’a quasiment pas d’influences. Je vais reprendre l’exemple de Fouché qui a fait un peu ce qu’il voulait à Lyon. C’est pareil pour le reste, la loi des suspects emprisonnent (d’ailleurs de nombreux suspects seront relâchés) et les jugements tuent. Tomber sous le coup de cette loi ne signifie pas mourir. On estime à environ 300,000 ou (500,000) le nombre de suspects, parmi eux 17,000 sont exécutés selon la loi. Les autres morts proviennent des zones où le chaos règne en France et où quelques représentants en mission (qui dès fois font n’importe quoi) se mettent à trucider à tort et à travers. D’ailleurs nombre de ces gens s’en tireront à merveille en rejetant tout sur le dos de Robespierre. De même le tribunal Révolutionnaire est l’œuvre de Danton, ce qui montre bien, que Danton est un Fouché raté. Pourquoi? Et bien Fouché, c’est comme Thiers, c’est un tardigrade à forme humaine; il survit à tout, tous les régimes, toutes les périodes, il se vend au plus fort. Danton a tenté de faire pareil, mais il a fait une erreur: il a été important. Alors que Fouché (et encore, il a failli y passer, heureusement pour lui qu’il est passé du côté thermidorien) a occupé majoritairement des postes certes importants ou alors subalternes, tut en restant peu visible. Danton lui, était très connu, il ne pouvait pas se faire discret(encore qu’il a quand même essayé) Danton c’est donc fait avoir, au contraire de Fouché.

    Donc bon, les morts imputables à Robespierre, et même au Comité, voire même à la Montagne…. Je rappelle aussi que les autres mouvements ne se sont pas gênés pour éliminer leurs opposants. Et que tout ce que Robespierre faisait, c’était pour la République, il n’a jamais reçu 30,000 livres de la cour comme Danton, ni reçu la pension de 6,000 livres mensuels de Mirabeau.

    De même le Tribunal révolutionnaire est conservé jusqu’à l’an II par les thermidoriens, donc il n’arrangeait pas que la Montagne. D’ailleurs c’est Danton qui demandait à ce que l’on exécute le plus de suspects possibles, alors que Robespierre voulait filtrer le plus possible. Car il est bien clair que même si des gens innocents de toute atteinte à la République et à la Révolution furent emprisonnés, un grand nombre était des Girondins, des agents des coalisés, des partisans de la monarchie, où que sais-je encore. Et oui, guiguit, n’en déplaise à ton effarement, éliminer les intrigants contre un régime permet à celui-ci de survivre.

  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    Donc, tu places sur un piédestal une guerre civile, le massacre ignoble de milliers d’innocents ou de combattants ayant déposés les armes ? Parce qu’il ne s’agit que de ça.
    Si éliminer des intrigants permet à un régime de survivre, pourquoi ce n’est pas Fouquier-Tinville, Robespierre, ce fade Saint-Just et tous leurs complices qu’on a envoyé à la guillotine ? Parce qu’après la victoire de Fleurus, la menace d’invasion s’estompe, fallait-il encore continuer à arrêter, massacrer et maintenir le petit peuple sous la terreur ? Nullement. Peut être que Robespierre voulut y mettre fin et qu’il voulut que les envoyés de la Convention rendent des comptes. Nul n’en est sûr. Cependant, c’est étrange que pour un homme «normal» (l’actuel Président me pardonnera l’emprunt de sa formule favorite^^), entendons sans plus de pouvoir ou d’influence que ses collègues du Comité de Salut public, inspire autant la peur. C’est bien parce qu’il est un orateur de génie, un homme inspiré et passionné et le moteur du Comité de Salut public que le natif d’Arras effraie des hommes comme Fouché ou Barras. Car, au nom de la vertu, il a ordonné que l’on frappe les ennemis de la République, sans préciser qu’il ne fallait d’excès. Excès il y en a eu, pas forcément de sa faute. Au nom de sa vertu, il allait punir les Barras, les Fouché et tous les autres…

    Donc, l’Incorruptible (à sa décharge, il l’était vraiment, ce qui est assez admirable) était perçu comme une menace. Qui plus est, Couthon, Saint-Just et les Jacobins lui mangeaient dans la main, les comités étaient peuplés de ses créatures. Ce n’est pas une critique, c’est un constat. Ses talents d’orateur lui valaient des salves d’applaudissements à la Convention. A ce niveau-là, dire qu’il n’est pas responsable de la Terreur, c’est un peu fort de café.

    La Terreur a sali la Révolution par les excès qui devaient naturellement en découler. Les Jacobins y ont joué un rôle au même titre que les Girondins, les royalistes… Je les mets sur le même banc au tribunal de l’Histoire.

  • Participant
    Posts1364
    Member since: 17 avril 2015

    Sali, sali, tout est une question de point de vue, je ne vais pas exulter en me rappelant la mort d’une dizaine de milliers de personnes (les chiffres que donne Michel Vovelle, quand aux morts sur jugement sous la Terreur).

    Tu t’es mépris sur ce dont je parlais pour la guerre civile: Je disais simplement qu’il y a plus de morts pour plusieurs raison:
    -La Vendée (bon pas la peine d’expliquer, les chiffres et les faits parlent d’eux mêmes….) a savoir que Turreau choisit une façon, tout seul, de “pacifier” la région. Et que certaines orpétations militaires, notamment celles menées pour détruire les forces militaires des insurgés, se déroulent sans trop de massacres

    -Le chaos ambiant, des bandes armées écument le pays, la contre révolution est réellement présente (Toulon, Lyon…) les représentants en mission sont plus ou moins indépendants, et certains font n’importe quoi.

    De plus la chute de Robespierre n’est pas due à une pacification du pays, car le pays n’est pas pacifié. La Vendée est toujours agitée, Lyon et Toulon ne seront reprises qu’en l’an III. Sa chute est due au fait qu’il a trop d’ennemis: il n’est ni vraiment à gauche, ni vraiment à droite aussi les deux camps lui en veulent. Autant les “socialisants” que les possédants. La posture de Robespierre est en effet calquée sur son idole: Rousseau. Il croit donc au bien être du peuple, mais il n’ira et ne voudra jamais aller aussi loin que les enragés ou que Babeuf. Ceci peut être considéré de plusieurs façons, on peut se dire, dommage, ou tant mieux, je ne le juge pas, ce sont des faits. Par contre si l’on peut arguer que la suppression des enragés a permis d’éviter un soulèvement, mais bon d’un point de vue moral, c’est assez peu défendable. Encore que pour Danton et ses amis on trouve beaucoup de raisons mais là ce sont des gens qui disent lutter pour le peuple exécuter d’autres personnes qui luttent pour le peuple. Deux visions opposées qui n’ont pas su s’arranger, malheureusement.

    D’autant que je le rappelle encore, avant son exécution Robespierre est absent durant un long moment, et ses adversaires en profitent pour exécuter un grand nombre de personnes, en son nom, afin de dresser le peuple parisien contre lui, ce qui réussira.

26 sujets de 1 à 26 (sur un total de 26)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.