Post has published by Nicopoleon 1er

Ce sujet a 8 réponses, 5 participants et a été mis à jour par  Kagemusha, il y a 1 an et 8 mois.

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    La cavalerie impériale

    Le 8 février 1808, à Eylau, sous une affreuse tempête de neige, cent dix escadrons, commandés par le maréchal Murat, s’élancent pour percer les lignes russes. Si on met à part la charge commune des polonais et de nombreux autres peuples d’Europe centrale en 1690, c’est la plus grande charge de cavalerie de l’histoire. Mais cette cavalerie, loin d’être uniforme, est un assemblage bigarré d’unités très différentes, aux missions normalement bien précises.

    I La cavalerie de Ligne

    Cette cavalerie classique, montée sur des chevaux dont l’apparence ou les qualités importent peu, est celle sensée être utilisée sur le champ de bataille de manière classique, pour des missions de combat sur le champ de bataille.

    1) Les dragons

    On connait mal l’origine de cette appellation. Nous nous contenterons donc d’évoquer l’hypothèse la plus probable : ce nom viendrait des enseignes en forme de dragons des premiers fantassins à cheval du duc de Brissac, corps qui fut créé en 1560.

    Ces soldats ont, tout le long du XVIIIe siècle, été considérés comme brutaux. Il semblerait que cette réputation vienne des dragonnades, ces actions menées sous Louis XIV dans le but de convertir les protestants au catholicisme. On envoyait dans les familles huguenotes des détachements de dragons, logés et nourris aux frais des familles, et qui les brutalisaient jusqu’à ce qu’ils abjurent leur foi et embrassent la religion catholique.

    Ils ont un mode de combat unique pour l’époque tout du moins : ils se déplacent à cheval, mais combattent à pied, même si cela ne les empêche pas de mener quelques charges furieuses à l’occasion.

    Ils furent de tous temps connus pour leur ténacité, surtout dans les idées. Ainsi, ils affectionnaient tellement leur casque de 1762 (à la Schoneberg) qu’ils refusaient de l’enlever, même à l’Eglise. Il fallut un édit royal pour les y obliger ! Leurs officiers, quand à eux, étaient excentriques au possible… Le dauphin, fils de Louis XV et colonel général des dragons, se fit confectionner une crinière… en cheveux de femmes !

    http://i.imgur.com/4etHS9f.jpg
    Casque de dragon
    (Source : http://www.bertrand-malvaux.fr/)

    Leur réputation était telle que sous l’ancien régime (où rappelons le les régiments s’achetaient), le prix d’un régiment de dragons atteignait jusqu’à 100 000 livres, soir 5 fois le prix d’un régiment de ligne.

    Sous la révolution, on leur avait donné un habit vert, ne différant pas trop de l’ancien, et un nouveau casque. L’empire les équipa d’un sabre droit, d’un pistolet et d’un fusil (modèle 1777) légèrement plus court que celui d’un fantassin, mais sur lequel on pouvait tout de même monter une baïonnette (ne sont-ils pas d’abord fantassins ?)

    On comptait en tout trente régiment de dragons sous l’empire.

    En 1805, ils déçurent Napoléon par leur totale incompétence, due à des officiers trop ambitieux, qui, pour se distinguer, avaient poussé les exercices jusqu’à une extrême complication. Mais ils se conduisirent d’une manière héroïque à Wertigen, où ils reconquirent une à une, pied à pied et à pied, toutes les maisons du village. C’est après cet exploit que Napoléon intégra un régiment à sa garde, les fameux dragons de l’impératrice.

    http://i.imgur.com/3Vk49lt.jpg
    Dragons

    On peut affirmer qu’ils furent exceptionnels en Espagne. Ils y acquirent une telle réputation que leur rappel en France, en 1814, fut considéré comme le dernier espoir de salut pour l’empire. Ils ne déçurent pas, et leurs charges impétueuses firent reculer les coalisés, à défaut de les arrêter définitivement.

    2) Les chevau-légers lanciers

    Dans l’armée de l’ancien régime, les chevau-légers n’eurent qu’une existence épisodique, entre 1779 et 1788.

    Après la campagne de Pologne, Napoléon, fort impressionné par les exploits de fameux lanciers polonais, forma un régiment, incorporé à la garde. En 1811, on crée 6 régiments de chevau-légers lanciers, formés à l’origine par des soldats des dragons.

    http://i.imgur.com/eygT5e6.jpg
    Chevau-légers lanciers

    Ils portent un uniforme classique, vert, et dont la couleur ventrale varie en fonction du régiment, et un casque un peu semblable à celui des dragons, et quasiment le même que celui des carabiniers.

    Ils sont armés d’une lance de 2,75m, d’un pistolet et d’un mousqueton, et même parfois un sabre.

    http://i.imgur.com/pOzyQ8B.jpg
    Chevau-légers Lanciers

    Leurs charges furieuses en Russie et en Allemagne les distinguèrent, avant qu’ils ne finissent avec les autres corps de cavalerie, dans la grande charge de Ney à Waterloo.

    II La Grosse Cavalerie

    Montée sur des chevaux lourds, cette cavalerie lourdement équipée a pour mission de provoquer, par une charge massive et souvent frontale, la rupture du front ennemi. C’est souvent d’elle que dépend l’issue des batailles.

    1) Les Cuirassiers

    En 1804, il existait douze régiments de cuirassiers, dont le premier avait été créé sous Louis XIV. En 1809, on y ajouta les 13e et 14e régiments.

    Leur uniforme était composé d’un haut bleu roi et d’un pantalon beige, tandis que leurs épaulettes étaient rouge vif.

    http://i.imgur.com/bm0JIGF.jpg
    Les cuirassiers chargeant un carré anglais à Waterloo

    Ils portaient la cuirasse de fer poli, et un casque, inspiré de celui des dragons, sensés êtres à l’épreuve des balles, et même de la mitraille, ce qui fit qu’ils chargèrent parfois l’artillerie de front. Ils étaient armés du sabre droit de cavalerie lourde, de deux pistolets et, à partir de 1812, d’un mousqueton.

    Les cuirassiers étaient affectueusement surnommés les « gros frères » par la troupe. Si leur uniforme sobre ne pouvait rivaliser avec celui des fantasques hussards, leurs exploits ne furent pas moins immenses.

    http://i.imgur.com/oXiVjGh.jpg
    Cuirassiers

    A Eylau, lors de la charge des 110 escadrons, ils firent une dizaine d’allers retours à travers les lignes Russes. A Montmirail, ils réduisent d’un tiers un corps de trente mille hommes, russes là aussi. Enfin, ce furent eux qui menèrent avec fougue la dernière charge de l’Empire, la terrible charge de Waterloo, et se brisèrent sur les carrés anglais et le chemin creux d’Ohain.

    2) Les carabiniers

    Le corps des carabiniers fut créé par Louis XIV en 1714 et tient son nom de son arme principale, la carabine.

    Au début de l’empire, les carabiniers étaient vêtus d’un uniforme tout à fait classique et d’un haut bonnet de poils (un peu semblable à celui des grenadiers). Mais en 1809, Napoléon décida, on ne sait pourquoi, de complètement chambouler leur tenue, les transformant en une sorte particulière de cuirassiers. Bien lui en pris.

    http://i.imgur.com/TZRa4Mv.jpg
    Carabiniers

    En effet il en résultat un des plus beaux uniforme de l’Empire : un habit veste blanc, des épaulettes normalement rouges garnies d’un fil blanc, ainsi qu’une cuirasse recouverte de feuilles de cuivre jaune, lui donnant un magnifique aspect doré, et un casque, lui aussi en cuivre jaune et d’une forme très spéciale, de plus de 2 kg ! Seul un exemplaire de ce casque nous est parvenu intact.

    http://i.imgur.com/mGLTDVw.jpg
    Cuirasse et casque (malheureusement modèle second empire)
    (Source : http://www.bertrand-malvaux.fr/)

    Ils étaient armés de deux pistolets et du sabre droit de cavalerie lourde, et on comptait en tout deux régiments.

    Ils se distinguèrent en Russie, d’où ils revirent à moins de 500.

    III La cavalerie légère

    Montées sur des chevaux rapides, ses buts sont à l’origine d’éclairer le terrain devant l’armée en marche.

    1) Les chasseurs à Cheval

    Leur existence dans l’armée Française remonte à Jean-Chrétien Fischer et ses « chasseurs de Fischer » au XVIIe siècle, lors de la guerre de succession d’Autriche. Ils furent organisés de façon régulière à partir de 1757

    En 1804, il existait Vingt-quatre régiments de chasseurs à cheval. Tout au long de l’empire, on leur en ajouta 7.

    Jusqu’en 1806, ils portaient l’habit à la hussarde, avec un dolman. Mais on lui substitua un surcout, plus classique il est vrai, ce qui fit que le très seyant uniforme d’origine fut porté par un des régiments jusqu’en 1813.

    http://i.imgur.com/k3DJoFt.jpg
    Chasseurs à cheval

    http://i.imgur.com/TszD9mV.jpg
    Un chasseur Chargeant, par Géricault

    Ils étaient coiffés d’un shako et d’un colback pour les unités d’élite. En 1812, le règlement obligea celles-ci à porter le shako, mais elles le refusèrent. Ces cavaliers légers étaient armés d’un sabre courbe de cavalerie légère, modèle de l’An IV, d’un mousqueton et de deux pistolets.

    http://i.imgur.com/c2tyEEn.jpg
    Sabre de Cavalerie légère
    (Source : http://sabresempire.blogspot.fr/2012/01/sabre-de-cavalerie-legere-modele-xi.html?m=1)

    2) Les Hussards

    Voilà encore une étymologie fort contestée ; si on est sûrs que le nom vient du hongrois huszar, lui-même dérivé de husz (vingt), les choses se compliquent. En effet, est-ce parce que chaque village hongrois devait fournir un cavalier pour 20 foyers ? Parce que les hussards recevaient une solde de 20 sous par jour ? Cette dernière est peu probable, la solde se payant encore en nature au XVIIe siècle.

    La plus probable est sans doute que la plus petite unité de cavalerie hongrois était le husz (20 hommes) et le suffixe -ar indiquerait la quantité.

    Les hussards viennent donc, aucun doute possible, de Hongrie. Les premières unités françaises de hussards, formées de hongrois exilés, servent sous Louis XIII pendant la guerre de Trente Ans. Elles furent dissoutes en 1656, car « on ne pouvait tolérer de telles gens dans les armées du roi ». Grâce à un coup d’éclat, ils sont reformées, toujours incorporant des exilés hongrois, mais aussi des déserteurs impériaux.

    Un régiment du colonel général (Philippe d’Orléans, futur Philippe Egalité) fut formé en 1783. Y servirent notamment Kellermann et Ney.

    En 1804, on comptait dix régiments de Hussards. En 1810, on forma un 11e régiment, qui portait une pelisse de mouton blanc, et dont la compagnie d’élite avait droit à un colback en peau d’ours blanc. Un 12e régiment fut créé en Espagne, avec des escadrons tirés du 9e régiment, d’où son nom de 9e régiment bis et son uniforme identique.

    http://i.imgur.com/Akm2IEo.jpg
    Hussards

    Tous les régiments portaient l’habit traditionnel des hussards : dolman, pelisse et colback (il fut plus tard remplacé par le shako, sauf pour les compagnies d’élite). Les couleurs, toujours vives et chatoyantes, changeaient selon le régiment et créaient une vraie compétition entre hussards, qui rivalisaient d’élégance. Leurs cheveux étaient tressés en nattes épaisses, pour parer les coups d’armes blanches à la nuque.

    Leurs armes étaient le sabre courbe de cavalerie légère, modèle de l’An IV, et un mousqueton.

    Leur comportement bravache, fantasque et provocant, fit leur légende, autant que leurs exploits restés célèbres. Ainsi ils se lançaient souvent dans des raids audacieux sur les arrières ennemis, ne se souciant pas de leurs flancs.

    Cette témérité explique les pertes qu’ils eurent à subir. Ainsi, à la veille de la bataille de Lützen, en 1813, le 10e régiment se vit attribuer 25 croix de la légion d’honneur. Le lendemain soir, il restait 5 de ces nouveaux décorés !

    http://i.imgur.com/zfclhuT.jpg
    Charge du 4e hussard à Friedland

    Bibliographie :

    Liliane et Fred Funcken : Les uniformes et les armes des soldats du premier empire
    Guerres et Histoire n°9

    Annexe 1

    http://i.imgur.com/CVIXhE1.jpg

    Chant des Cuirassiers:

    Au milieu de la bataille,
    Sur les étriers de leurs grands chevaux,
    Grisés par le sang, la mitraille,
    Les cuirassiers chargent au galop.
    C’est la charge, c’est la foudre,
    C’est l’assaut dans le sang et dans la poudre.
    L’ennemi s’enfuit, l’épée dans les reins,
    Laissant tous ses morts sur le terrain.

    Les cuirassiers sur les étriers
    De leurs grands chevaux,
    Pour mieux boire à la victoire,
    Remettent vivement les sabres au fourreau.

    Pour la cavalerie de la Garde Impériale, c’est ici !

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    Annexe 2 : Planches d’uniforme

    Issues de “Les Uniformes et les Armes des soldats du premier empire
    Liliane et Fred Funcken

    Désolé si c’est long à charger 🙁

    http://i.imgur.com/QMRPW6u.jpg

    Dragons 1

    1 Trompette du 1er régiment (1804)
    2 Dragon en manteau
    3 13e régiment (1804-1812)
    4 Officier du 3e régiment (1812)
    5 17e régiment (1812)

    http://i.imgur.com/96B3L4t.jpg

    Dragons 2

    1 Compagnie d’élite
    2 23e régiment
    3 28e régiment
    4 4e régiment
    5 Sapeur
    6 Dragon en veste (1806)
    7 Tambour (1805)
    8 1805

    http://i.imgur.com/oTBnE2M.jpg

    Chevau-légers lanciers 1

    1 5e régiment
    2 Trompette du 3e régiment (1812)

    http://i.imgur.com/th2IYtl.jpg

    Chevau-légers lanciers 2

    1 5e régiment
    2 6e régiment
    3 Major (1812)
    4 Trompette du 5e régiment (1811)
    5 Trompette du 3e régiment (1812)

    http://i.imgur.com/6zqWd7F.jpg

    Cuirassiers 1

    1 13e régiment (1809)
    2 11e régiment (1804-1806)
    3 Tenue de pansage (1804)
    4 Trompette du 8e régiment
    5 Officier supérieur du 7e régiment (1809)
    6 Officier en petite tenue (1806)
    7 Trompette du 1er régiment (1804-1812)

    http://i.imgur.com/3gAzD7F.jpg

    Cuirassiers 2

    1 Trompette (1812)
    2 Trompette (1812)
    3 Brigadier du 1er régiment en tenue de route
    4 9e régiment (1812)
    5 Sous officier en tenue d’écurie et en manteau-capote (1812)
    6 14e régiment, petite tenue

    http://i.imgur.com/0ceP6xK.jpg

    Carabiniers 1

    1 Trompette (1809-1810)
    2 1808
    3 1805
    4 Officier (1805)

    http://i.imgur.com/duoxvpe.jpg

    Carabiniers 2

    1 Major du 1er régiment encapote (1812)
    2 Chef d’escadron du 2e régiment en petite tenue (1812)
    3 Trompette (1810)
    4 Trompette (1812)
    5 1er régiment (1812)
    6 2e régiment (1812)
    7 Tenue de service (1810)
    8 Colonel du 1er régiment (1812)
    9 Officier ( 1805)

    http://i.imgur.com/hJAuq4g.jpg

    Chasseurs à Cheval 1

    1 4e régiment (1804)
    2 Compagnie d’élite du 1er régiment (1806)
    3 13e régiment (1806)
    4 Trompette du 19e régiment

    http://i.imgur.com/furc3iP.jpg

    Chasseurs à Cheval 2

    1 Compagnie d’élite du 17e régiment (1812)
    2 16e régiment (1812)
    3 Sapeur (1812)
    4 1er régiment (1812)
    5 27e régiment (1812)
    6 Trompette (1810)

    http://i.imgur.com/N5KbKDA.jpg

    Hussards 1

    1-12 Bonnets de police des régiments 1 à 12
    13 Giberne et sa banderole
    14 Selle de hussard recouverte de chabraque
    15 Banderole porte mousqueton
    16 8e régiment (1804-1806)
    17 1er régiment (1807)
    18 11e régiment, grande tenue (1810)
    19 8e régiment, tenue de campagne d’hiver (1809)

    http://i.imgur.com/OFbycQV.jpg

    Hussards 3

    1 8e régiment (1812)
    2 1er régiment (1815)
    3 8e régiment (1812)
    4 Porte-étendard du 8e régiment (1814)
    5 Trompette du 8e régiment (1812)
    6 Trompette du 1er régiment (1815)

    http://i.imgur.com/1UTxrTQ.jpg

    Hussards 2

    1 Trompette du 1er régiment (1807)
    2 Trompette du 7e régiment (1807)
    3 10e régiment (1806)
    4 1er régiment (1808)
    5 4e régiment (1815)
    6 12e régiment (1813)
    7 11e régiment (1810)
    8 2e régiment (1812)
    9 6e régiment (1807)
    10 3e régiment (1810)
    11 7e régiment, compagnie d’élite (1808)
    12 5e régiment (1808)
    13 8e régiment (1809)
    14 9e régiment (1810)

  • Admin bbPress
    Posts6316
    Member since: 5 août 2017

    Merci Nicopoléon pour ton dossier! Je tiens simplement à mentionner que si tu réutilise des images en provenance du site http://www.bertrand-malvaux.fr/, ne fait que citer ta source dans le bas de l’image comme je viens de la faire. Merci!

    La guerre a été écrite dans le SANG...
    Pour le reste, il y a le FORUM DE LA GUERRE!!!

  • Participant
    Posts2169
    Member since: 12 avril 2012

    D’accord je ferais ça pour les collections particulières. J’ai modifié le sabre de Cavalerie légère modèle an XI, je l’avais trouvé sur un autre site (génial aussi, au demeurant).

  • Participant
    Posts1037
    Member since: 17 juin 2014

    Au début de l’empire, les carabiniers étaient vêtus d’un uniforme tout à fait classique et d’un haut bonnet de poils (un peu semblable à celui des grenadiers). Mais en 1809, Napoléon décida, on ne sait pourquoi, de complètement chambouler leur tenue, les transformant en une sorte particulière de cuirassiers. Bien lui en pris.

    C’est il me semble à la suite de la bataille de Ratisbonne que l’empereur prend la décision de doter les carabiniers de la cuirasse et du casque. L’empereur rencontre le colonel d’un régiment de carabiniers horriblement tailladé au visage par un coup de sabre, la peau du visage pend, laissant voir une partie de la chaire à vif au moins jusqu’à la lèvre supérieure (il me semble que l’empereur le croise à l’infirmerie où il est soigné). Pour protéger des combattants remarquables qui ont eu l’honneur de la garde du carrosse impérial lors du sacre, Napoléon décide de leur donner casque et cuirasse, et le nouvel uniforme qui va avec, et qui sera blanc faute de colorants adéquats disponibles (il me semble que les couleurs envisagées étaient rouge, bleu céleste, ou noir, mais je ne sais plus laquelle est retenue).

  • Participant
    Posts235
    Member since: 25 janvier 2015

    Concernant les carabiniers, il faut rajouter que ce changement radical d’uniforme s’est fait malgré eux. Depuis la fin de la royauté, ils s’étaient attaché à leur uniforme et à cette fonction / image de “grenadiers de la cavalerie”, situés à mi-chemin entre les cuirassiers/cavaliers lourds et les dragons.
    Ce changement, si il a été bénéfique du point de vue “survivabilité” du combattant,a contribué à creuser un fossé entre Napoléon et les carabiniers (fossé ouvert par leur non-admission dans la Garde Impériale).

  • Participant
    Posts4
    Member since: 23 avril 2015

    Il me semble que les cuirasses des carabiniers ont été créées pour les défendre des lances des Uhlans.

  • Participant
    Posts84
    Member since: 2 juillet 2014

    Bonjour à tous,

    Voici une vidéo sur un régiment spécifique, celui des chasseurs à cheval 😉

    Plutôt gênant sur les vidéos, on les voit souvent en retrait alors qu’ils accompagnaient au plus près l’Empereur.

    https://i58.servimg.com/u/f58/17/99/63/74/mini110.jpg

  • Participant
    Posts84
    Member since: 2 juillet 2014

    Bonjour à tous,

    Voici un travail réalisé autour des sources que je possède sur le sujet de la cavalerie impériale.

    https://i58.servimg.com/u/f58/17/99/63/74/compos10.jpg

    Je traite ici de la vision qu’avait Napoléon sur cette arme, de l’armement, de l’entrainement et de la remonte. Comme d’habitude, j’espère que cette vidéo vous apportera des infos ou bien que vous pourrez amender des approximations, des erreurs ou encore rajouter des éléments importants 😉

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.