Post has published by Xénophon

Ce sujet a 10 réponses, 7 participants et a été mis à jour par  Solduros_390, il y a 4 ans et 3 mois.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Modérateur
    Posts1264
    Member since: 26 avril 2013
    Pour beaucoup d’entre vous, les guerres médiques se résume seulement a l’affrontement entre l’empire Achéménide et les cités grecques, mais en Grande Grèce aussi ce sont aussi déroulés des combats opposants Syracuse non pas aux perses mais à Carthage.
    CONTEXTE

    DU COTE GREC

    En Avril 480 av J-C, le congrès de la ligue hellénique se réunit à Corinthe, les émissaires des cités alliés doivent statuer sur la tactique à avoir face à l’envahisseur perse qui vient de traverser le détroit des Dardanelles sur un immense pont de navires (une preuve du savoir faire des ingénieurs du Grand Roi).

    Parmi toutes ces délégations se trouve celle de Gélon, tyran de Syracuse, c’est l’homme le plus puissant du monde Grec ; avec Théron le tyran d’Akragas (Agriente), il a soumit en dix années terribles, la quasi totalité de la Sicile grec, à l’exception de Messine et Sélinonte. Les dirigeants de ces deux villes décident donc d’appeler à l’aide la seule force capable alors de s’opposer à Syracuse : Carthage…

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/60/Gelon_I.jpg/220px-Gelon_I.jpg

    Gélon, tyran de Syracuse.

    Mais pour en revenir au congrès, Gélon annonce aux autres cités quel force Syracuse serait prêt a envoyer : 200 trières, 20 000 hoplites, 2000 cavaliers lourds,2000 cavaliers légers, 2000 frondeurs et 2000 archers autant dire des forces considérables et Xerxès en est conscient, le basileus envoie lui aussi une demande d’alliance à la cité de Didon.

    DU COTE CARTHAGINOIS

    Jusqu’à présent la rivalité entre phéniciens et grecques en Méditerranée Occidentale n’est que commerciale, en -540 les puniques alliés aux étrusques avaient bien chassés militairement les grecques de Corse mais sa s’arrête là.Par contre la thalassocratie carthaginoise s’inquiète de la montée en puissance de Gélon, qui menace ses comptoirs en Sicile Occidentale et les supplications de Messine et Sélinonte ainsi que la demande d’aide du Basileus sont acceuillis favorablement par les puniques, ont vient de leur offrir le prétexte qu’il leur manquait tant.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/bb/Schlacht_bei_Zama_Gem%C3%A4lde_H_P_Motte.jpg/280px-Schlacht_bei_Zama_Gem%C3%A4lde_H_P_Motte.jpg

    armée carthaginoise

    Dès années -483 à -480, Carthage se lance dans des préparatifs presque aussi importants que ceux du Grand Roi, des milliers de citoyens sont enrôlés, on recrute des mercenaires en Gaule, Espagne,Lybie et Ligurie, plus de 200 navires sont construits. Cette agitation ne passe pas inaperçu et Gélon comprend alors qu’il lui est impossible d’envoyer des troupes en Grèce continentale.

    PREMICES

    Tandis que Xerxès descend dans la vieille Grèce, les Carthaginois et leurs alliés doivent détruire les tyrans grecs de Sicile (le Grand Roi avait prévu une synchronisation des opérations).

    L’armée carthaginoise est commandée par Hamilcar connu aussi sous le nom de Abd el-Melkarth « Serviteur du Seigneur » , et en plus d’être le meilleur général Carthaginois, c’est un habitué de l’île en effet sa mère est originaire de Syracuse. Le carthaginois a avec lui une armée estimé a 200 000 hommes ainsi que 200 navires de guerres sans compter les transports et navires de charges.Le 10 Août 480 il assiège Himère et fait construire un camp fortifié destiné à protéger son campement et ses navires.

    http://www.arbre-celtique.com/encyclopedie/cartes/himere.jpg

    Dès qu’il apprend la nouvelle, Gélon se précipite pour défendre la cité avec quelques 50 000 hoplites et 5000 cavaliers ; devant les fortifications érigées par son adversaire, il ne peut que lui aussi ordonné la construction de retranchement pour son camp sur une position lui permettant de garder contact avec la garnison assiégée.

    LA BATAILLE D’HIMERE

    Gélon était perplexe car fidèle à l’adage « la meilleur défense, c’est l’attaque », il veut attaquer mais ne sait où et comment lancer son attaque. Hamilcar a la supériorité numérique, celle du relief, et le prendre par surprise semble impossible. Cependant des carthaginois trop sûr d’eux ce sont un peu trop aventurés en territoire hostile, Gélon envoie alors sa cavalerie qui les cueuille par milliers et parmi les captifs se trouve un messager de Sélinonte chargé de prévenir Hamilcar de la venue de renforts de cavalerie pour le 11 Août qui était aussi la fête de Poséidon et que le Carthaginois à moitié grec ne manquerait pas de célébrer. Avec cette révélation Gélon tenait la clé de la Victoire.

    Le 11 Août -480, alors que Léonidas et ses 300 spartiates font face à l’attaque des troupes achéménides, plus à l’Ouest se joue le destin des grecques d’Occident.

    Pour les carthaginois les cavaliers grecques se ressemblent tous et malheureusement pour eux Gélon le sait, ils envoi donc sa cavalerie d’élite se faire passer pour la cavalerie sélinontoise, prépare ses troupes pour le combat et demande à Théron qui commande la garnison d’Himère de masser ses troupes derrière les portes de la ville.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/6/61/Himera480.PNG/350px-Himera480.PNG

    Les cavaliers de Gélon, une fois dans le camp vont brûler les navires puniques sur le rivage, mettent le feu au campement et tue Hamilcar trop occupé a sacrifier bœufs et moutons en l’honneur de Poséidon.Les assiégeant qui on déjà fort à faire avec les cavaliers de Gélon doivent maintenant affronter l’infantrie des deux tyrans, le combat est longtemps indécis, les troupes se battent dans les flammes mais les conscrits grecs croyant le combat finit se mettent à pillés le camp. Des mercenaires ibères, profitant de l’inaction d’une partie de l’armée adverse, organisent alors une vigoureuse contre attaque, qui met en difficulté les Syracusains, c’est finalement Théron qui sauve la situation en faisant brûler une plus grosse quantité de navires.

    Finalement asphyxiées et désespérées par la mort de leur chef, les troupes carthaginoise fuient; la consigne : « pas de prisonnier » est scrupuleusement respectée par les vainqueurs(Diodore parle de 150 000 victimes se qui semble douteux). Seule un poignée de puniques réussissent finalement à retourner à Carthage pour y annoncer la ruine de l’expédition.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a1/Representacion_romantica_de_la_batalla_de_Himera.jpg/300px-Representacion_romantica_de_la_batalla_de_Himera.jpg
    Bataille d’Himère.

    L’ouest hellénique vient d’être sauvé de la « menace barbare » pour longtemps.

    J’espère vous satisfaire, malgré le peu d’informations étant à ma dispositions, en effet je ne me suis que aidé du livre de Peter GREEN et de la page Wikipedia sur cette même bataille.

    Bibliographie :

    GREEN Peter : Les Guerres Médiques 499-449 av J-C

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Merci Xénophon pour t’être intéressé aux événements qui affectent Syracuse durant les Guerres Médiques. Je dois bien reconnaître que j’ignorais totalement cette entente entre le roi des rois et les Carthaginois visant à occuper loin de la Grèce les troupes syracusaines.
    Ainsi, au lendemain de cette deuxième guerre médique, les grecs sont doublement victorieux ! Néanmoins, on ne peut que constater qu’il s’en est fallu de peu pour que la culture grecque cède la prépondérance à celle carthaginoise et perse. En effet, même si on connaît la tolérance de l’empire perse à l’égard des traditions des peuples soumis et l’influence grecque sur Carthage, une double défaite aurait indéniablement changé la face de ce monde !

  • Participant
    Posts144
    Member since: 24 août 2012

    Merci Xenophon pour cette présentation, il est vrai que les événements qui eurent lieu à l’Ouest durant la 2ème Guerre Médique sont trop souvent oubliés, merci donc d’avoir “dépoussiérer” cette bataille pour nous 😉

  • Modérateur
    Posts1264
    Member since: 26 avril 2013

    Merci pour vos commentaires et vos remerciements, c’est un bon début pour un premier dossier.

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 29 juillet 2012

    Merci pour ce dossier qui permet de faire connaître ces évènements qui, certes sont moins connus, mais qui eurent eux-aussi leur importance durant les Guerres Médiques. 😉

    Tout d’abord, cette alliance entre Carthage et les Achéménides reflète mine de rien une soigneuse préparation de la part de Xerxès en vue de son invasion de la Grèce. Le Roi des Rois avait très bien perçu toute l’importance de la thalassocratie qui égalait, par sa puissance, les Grecs et, par sa richesse, les Perses (je ne me souviens plus du nom de la personne qui dit cela, mais ces mots présentent, à mes yeux, remarquablement bien la situation de la cité à ce moment).
    Cependant, l’échec des négociations entre les émissaires principalement spartiates et athéniens, ne réside pas seulement en cette alliance qui menaçait les arrières syracusains. En effet, il semblerait que le tyran de Syracuse, Gélon, réclama le commandement de la totalité des armées de la Ligue, refusant de laisser Athènes diriger ses troupes. Il est évident que les autres cités grecques refusèrent cette demande, malgré l’importance des effectifs syracusains (ainsi que l’a souligné Xénophon).

    Ces deux éléments réunis firent qu’aucun corps expéditionnaire de Syracuse ne fut envoyé en Grèce continentale, Gélon préférant protéger ses propres terres. Et l’Histoire lui donna raison !

  • Participant
    Posts24
    Member since: 24 octobre 2013

    pour d autres batailles oubliees,voir mon sujet

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Merci pour ce dossier, Xénophon mais dis moi: saurais tu à partir de quand Carthage commence à s’installer en Sicile? Et ont ils eux aussi profité des errements athéniens en Sicile ?

  • Modérateur
    Posts1264
    Member since: 26 avril 2013

    Merci pour ce dossier, Xénophon mais dis moi: saurais tu à partir de quand Carthage commence à s’installer en Sicile?

    Non je l’ignore désolé, mais je pense qu’il devait déjà avoir des colonies phéniciennes dpuis longtemps.

    Et ont ils eux aussi profité des errements athéniens en Sicile ?

    Je ne pense pas car la défaite athénienne à profité à Syracuse, son éternelle rivale en Sicile.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Ben il me semble que G/H avait dit qu’au fond, il y a deux grands vainqueurs de la Guerre du Péloponnèse: la Macédoine et Carthage.

  • Modérateur
    Posts1264
    Member since: 26 avril 2013

    Ah bah peut-être, je ne lis pas Guerre et Histoire.

  • Participant
    Posts2177
    Member since: 16 avril 2012

    Ulysse, au départ Carthage était une colonie phénicienne au même titre que les autres comptoirs établis de la Phénicie à l’Ibérie. Et parmi eux il y en avait en Sicile. Cependant assez rapidement, Carthage s’émancipa de sa métropole et mena sa propre politique qui consistait à intégrer les autres colonies dans son système pour se renforcer commercialement et politiquement. On va donc assister à un regroupement de plusieurs comptoirs dans la sphère carthaginoise: Malte, les Baléares, sur les côtes numides. En Sicile on parle d’une zone à l’ouest d’une ligne entre Sélinonte et Himère. Finalement, au plus tard au 6ème siècle, toutes les anciennes colonies phéniciennes étaient passées sous domination carthaginoise.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.