Post has published by Xénophon

Ce sujet a 3 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  s0ra76, il y a 5 ans et 1 mois.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Modérateur
    Posts1264
    Member since: 26 avril 2013
    La Bataille de Hattin
    « Je trouvai des restes éparses sur le champ de bataille, membres dispersés, bras en morceaux, crânes fendus, têtes coupés, poitrines ouvertes…La terre était devenue un océan de sang.»
    Imad ad-Din
    Introduction
    Au début de l’année 1187, le seigneur d’Outre-Jourdain, et ancien prince d’Antioche Renaud de Châtillon pilla une caravane musulmane devant se forteresse de Kérak de Moab alors qu’une trêve venait d’être signée entre les francs et Saladin, et malheureusement pour les croisés, Baudouin IV n’était plus là pour racheter leurs erreurs. La guerre fut déclarée et le 1er Mai une armée de templiers et d’hospitaliers commandée par les deux Grands-maîtres fut écrasée à Séphorie, le Grand-Maître de l’Hôpital: Roger des Moulins y perdit la vie. Saladin alla alors assiégée la ville de Tibériade.

    A Séphorie

    Le 2 Juillet 1187, Saladin prit la ville de Tibériade , seule résista la citadelle où resta retranchés les restes de la garnison et Echive la femme du comte de Tripoli Raymond III.

    La nouvelle de la chute de la ville parvient à l’armée franque qui campait à une trentaine de kilomètres, à Séphorie.
    Jamais les croisés n’avaient déployés une si grande armée en Terre Sainte, on avait levés le ban et l’arrière ban ; chevaliers, piétons, volontaires et turcopoles se massaient autour des sources de la fontaine, et tant de grands dignitaires du Royaume étaient présents:Raymond de Tripoli et ses quatre fils ; il y avait aussi Balian d’Ibelin et Renaud de Sidon ; Onfroi de Toron et son terrible beau-père, le seigneur de Kérak de Moab : Renaud de Châtillon ; le connétable de Jérusalem,:Amaury le frère du roi ; Guillaume III de Montferrat, le grand-père du défunt roi Baudouin V ; Raymond d’Antioche( le fils du Prince d’Antioche qui avait avec lui 50 chevaliers) ; l’Hôpital lui aussi avait envoyé ses meilleurs soldats, tandis que le maître du Temple : Gérard de Ridefort était accompagnés de 150 templiers d’élite et versa même la contribution du Roi d’Angleterre destinée à payer la future croisade du monarque . Tous avaient répondus à l’appel de leur roi : Guy de Lusignan.

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3a/Guido_di_Lusignano.jpg/220px-Guido_di_Lusignano.jpg
    Roi de Jérusalem, puis de Chypre.

    Justement, celui-ci était partagé, en premier lieu il fut plutôt de l’avis du comte Raymond, qui préconisa d’attendre Saladin à Séphorie ; au plus fort de l’été , les cavaliers légers arabes auraient eu l’ascendant sur les francs bardés de fer, il fallait attendre et rester sur la défensive, laisser pourrir la situation car les troupes de l’Ayyoubide réunis pour le temps d’une campagne finirait par se disperser. Mais Gérard de Ridefort aveuglé par sa haine des musulmans et du comte de Tripoli, s’introduisit dans la tente du roi après le conseil de guerre. Semant le trouble dans son faible esprit, il réussit à lui extorquer l’ordre de marche.
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4e/Crois%C3%A9s.jpg/200px-Crois%C3%A9s.jpg
    combattants croisés

    En pleine nuit, les barons furent réveillés par des appels aux armes, stupéfaits par le contre-ordre, ils se rendirent dans la tente de Guy pour demander des explications, mais ce dernier embarrassé se mura dans le silence. Il ne purent qu’ obéir.

    A Tibériade

    Saladin disposa son armée(environ 30 000 soldats) dans une plaine fertile, recouverte d’arbres fruitiers et adossée au lac de Tibériade, près du camp musulman s’élèvevait une colline à deux sommets que l’on appelait:les « cornes de Hattin» , et le 3 Juillet les éclaireurs musulmans aperçurent enfin la colonne franque forte d’environ 17 000 hommes, le sultan envoya en premier lieu ses archers montés harcelés les croisés, harassés et assoiffés par une marche étouffante sous un soleil de plomb ils furent obligés de réduire leur allure pour se protéger des projectiles sarrasins. Peu avant la nuit , les francs atteignirent les cornes et bivouaquèrent toujours harcelés par les cavaliers et tiraillés par la soif..Saladin partagea la nuit entre la prière et la guerre, il envoya ses émirs encerclés les croisés et ses musiciens joués de leurs instruments pour tenir les francs éveillés.

    http://www.kitsandbitsmodels.co.uk/images/6126.jpg
    cavaliers musulmans

    La Bataille

    Le matin du 4 Juillet 1187 et du 25 Rabi II, profitant du vent d’Est, les sarrasins mirent le feu à l’herbe sèche, dont la fumée inonda le bivouac des francs. Saladin disposa ses régiments d’archers tandis que ses mamelouks scandèrent : « Allah akbar ! La illah ila Allah !». Les charges des chevaliers se succédèrent , l’une d’elle menée par le comte de Tripoli en personne franchit le dispositif musulman mais coupés de leur lignes ils ne purent que fuirent le champ de bataille.

    Je vais maintenant laissé la parole au chroniqueur arabe Ibn-al-Athir puis à al-Malik al-Afdal, le propre fils de Saladin alors âgé de 17 ans :

    Après le départ du comte, les Franj faillirent capituler. Les musulmans avaient mis le feu à l’herbe sèche, et le vent soufflait la fumée dans les yeux des chevaliers. Assaillis par la soif, les flammes, la fumée , la chaleur de l’été et le feu du combat, les Franj n’en pouvaient plus. Mais ils se dirent qu’ils ne pourraient échapper à la mort qu’en l’affrontant. Ils lancèrent alors des attaques si violentes que les musulmans faillirent cédés. Cependant à chaque assaut, les Franj subissaient des pertes et leur nombre diminuait. Les musulmans s’emparèrent alors de la Vraie Croix. Ce fut pour les Franj, la plus lourde des pertes, car c’est sur elle, prétendirent-ils, que le Messie, la paix soit sur lui, aurait été crucifié.

    Il ne resta alors plus que 150 chevaliers pour barrer l’accès de la tente écarlate du roi.

    J’étais, dit alors al-Malik al-Afdal,aux cotés de mon père à la bataille de Hittin, la première à laquelle j’ai assisté. Lorsque le roi des Franj se retrouva sur la colline, il lança avec ses gens une farouche attaque qui fit reculer nos propres troupes jusqu’à l’endroit où se tenait mon père. Je le regardais alors. Il était triste, crispé, et tirait nerveusement sur sa barbe. Il s’avança en criant: « Satan ne doit pas gagner! » Les musulmans partirent de nouveau à l’assaut de la colline. Quand je vis les Franj reculer sous la pression de nos troupes, je hurlai de joie: «Nous les avons battus!» Mais les Franj attaquèrent de plus belle, et les nôtres se retrouvèrent à nouveau auprès de mon père. Il les poussa cette fois encore à l’assaut, et ils les forcèrent l’ennemi à se retirer vers la colline. Je hurlai à nouveau: «Nous les avons battus!»Mais mon père se tourna vers moi et me dit : «Tais-toi ! Nous ne les aurons écrasés que lorsque cette tente là-haut sera tombée! » Avant qu’il ne puisse terminer sa phrase, la tente du roi s’écroula. Le sultan descendit alors de cheval, se prosterna et remercia Dieu en pleurant de joie.
    http://domin.dom.edu/faculty/dperry/hist267crusade/calendar/299class/saladin/images/Map%20–%20battle%20of%20Hattin.jpg

    La mort de Renaud

    Au centre du champ de bataille se dressait la tente du sultan, on n’y emmena un flot continu de captifs chrétiens, dont les plus grand noms du royaume : Toron, Montferrat, Ridefort, Amaury de Lusignan des centaines de templiers et hospitaliers ainsi qu’une multitude de gens de pieds, cavaliers et turcopoles, prostituées etc…C’est l’émir Darbas al-Kurdi qui conduisit le roi déchu à Saladin, tandis que son écuyer lui amena le vieux Renaud de Châtillon qui n’avait rien perdu de son courage et de son arrogance.« le roi haletait de soif, il se penchait comme un homme ivre,étourdi par la peur,» nous raconte Imad ad-Din . Saladin fut alors pris de pitié pour Lusignan et lui offrit un sorbet aux neiges du Mont Ermon (dans la tradition arabe, un prisonnier à qui l’on donne à boire où à manger doit avoir la vie sauve), et pour calmer ses craintes, Saladin lui assura qu’un souverain ne tuait jamais un autre souverain. Guy tendit sa coupe à Renaud, qui en bue une gorgée . Saladin s’écria : « Tu n’as pas demandé ma permission avant de lui donné a boire. Cela ne m’oblige donc pas à lui accorder la grâce.» Alors le sultan transperça l’omoplate de Renaud qui fut ensuite décapité par les mamelouks de la garde. Se fut la fin de L’homme qui avait humilié l’Islam et menacé les villes Saintes de Médine et de la Mecque.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/96/BNF,_Mss_fr_68,_folio_399.jpg/300px-BNF,_Mss_fr_68,_folio_399.jpg
    La mort de Renaud.

    Guy, les barons et les chevaliers captifs furent emmenés à Damas, les turcopoles furent mis à mort (beaucoup d’entre c’était converties aux christianismes ou était demeurés musulmans mais se battaient contre leurs coreligionnaires), tandis que les autres furent vendus en tant qu’esclave dans les différents marchés de Damas.

    Mais le surlendemain (le 6 juillet), Saladin fit amener les hospitaliers et les templiers capturés lors la bataille et leur dit :«Je purgerai cette terre de ces deux races impures.»Puis il ordonna qu’on les décapitas; Saladin était toujours entourés d’une foule de docteurs et de mystique, qui lui demandèrent le privilège de pouvoir exécuter ces chevaliers, le sultan le leur accorda. Ainsi on vit des hommes de prière massacrer les moines soldats devant un Saladin au visage riant, à chaque martyrs on lui demanda d’apostasier sa foi et de crier La Loi, aucun n’accepta…
    Seul Gérard de Ridefort fut épargné car le tuer n’aurait servi à rien car, dès qu’un Grand-Maître meurt, il est aussitôt remplacé. Et cela ne ruine en rien l’unité de l’Ordre.

    http://www.net4war.com/news/images-news-net4war/2008-07juillet/Hattin-bataille.jpg

    CONSEQUENCES:
    Outre le chute de Jérusalem en 1187, la mort de 30 000 combattants, la perte des principales villes de Palestine, et un renversement du rapport de force, c’est plus la perte de la Vraie Croix qui fut le véritable moteur de la 3ème croisade que la bataille de Hattin. Cette victoire permet aussi à Saladin de s’emparer d’une grande partie de la Palestine et de ses principales cités (St Jean d’Acre, Ascalon, Beyrouth, Sidon, Jaffa…) à l’exception de Tyr et lui laisse le champ libre pour s’emparer de Jérusalem. Hattin modifie considérablement le rapport de force jusqu’alors favorable aux francs, malgré leur infériorité numérique et la troisième croisade qui se profile à l’horizon.

    http://bible.archeologie.free.fr/stehelene.JPG
    Sainte Hélène et la Vraie Croix

    Sources Bibliographiques:

    DEMURGER Alain : Les Templiers, éd. du seuil
    AUBE Pierre : Baudouin IV, éd. Perrins
    GROUSSET René : L’épopée des croisades, éd. Perrins
    MAALOUF Amin : Les croisades vues par les arabes, éd J’ai lu

  • Participant
    Posts1563
    Member since: 29 juillet 2012

    Je te remercie pour ce dossier fort intéressant sur la bataille de Hattin. Je vais sur le champ l’intégrer à la Table des Matières ! 😉

  • Participant
    Posts2629
    Member since: 6 février 2013

    Bravo pour ce sujet fort instructif, continues^^.

  • Participant
    Posts84
    Member since: 23 septembre 2013

    excellent dossier, et avec des sources que l’on site rarement, en occident du moins.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.