Post has published by Maxsilv

Ce sujet a 7 réponses, 5 participants et a été mis à jour par  UlysseSLee, il y a 4 ans et 6 mois.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Dossier : Alcibiade, un traître hors du commun ?

    Introduction
    Alcibiade est souvent considéré comme l’un des plus célèbres traîtres de l’Antiquité. En effet, durant la seconde phase de la guerre du Péloponnèse, il tourne sa veste pas moins de cinq fois ! Pourtant, durant la Paix de Nicias * qui met fin à la première phase du conflit, il est l’un des atouts d’Athènes face à Sparte. Il est très populaire et n’a alors aucune raison qui justifierait une trahison envers sa cité. C’est pourquoi, avant de juger ce personnage hors du commun, il convient d’abord de décrypter les évènements qui ont abouti à ces trahisons.

    1/ le commandant de l’expédition en Sicile
    Nous sommes en 415 avant notre ère, l’empire athénien – l’archè – s’étend sur l’espace égéen. Depuis cinq ans Sparte et Athènes, les deux plus grandes puissances du monde grec, sont en trêve grâce à la paix de Nicias. Cependant, les velléités guerrières demeurent et les deux puissances se battent au travers de leurs alliances. A Athènes, Alcibiade se présente comme le successeur de Périclès et défend avec ardeur l’impérialisme athénien. Apparenté lui aussi à la célèbre famille aristocratique des Alcméonides (dont on fait aussi partie Clisthène, Périclès) il est ambitieux. Aussi, lorsqu’une petite expédition contre Syracuse est discutée à l’ecclesia, il s’oppose à Nicias plus modéré et obtient l’envoi d’une importante armada pour défaire la puissance syracusaine et étendre l’empire en Occident. Avec Nicias et Lamachos, il est nommé chef de l’expédition, il a alors trente-cinq ans. Cependant, à la veille du départ, selon l’historien antique Thucydide, les statues des Hermès sont retrouvées mutilées ; le démos accuse Alcibiade. Tandis que ce dernier part avec la flotte pour Syracuse, une enquête est menée. Le verdict tombe : on lui reproche d’avoir parodié les mystères d’Eleusis**, un sacrilège religieux dont la sanction est la mort. Un navire doit le ramener à Athènes pour qu’il y soit jugé ; aussi, Alcibiade préfère s’enfuir et renonce ainsi à tous ses biens confisqués par la cité. Ainsi, celui qui avait soutenu l’expédition en Sicile l’abandonne ; Lamachos meurt dès les premiers combats, laissant à Nicias le commandement d’une expédition qu’il ne souhaitait pas.


    Ligue de Délos et du Péloponnèse

    2/ le conseiller de Sparte
    Pour Alcibiade cette affaire de parodie des mystères d’Eleusis signifie une ruine totale : morale et matérielle ; pourtant, cela ne signifie pas pour autant son retrait de la scène internationale. En effet, après un passage à Elis et Argos, il se rend à Sparte en 414. D’abord méfiante, la cité lui fait finalement confiance après le désastre de l’expédition de Sicile en 413 (la flotte athénienne y est détruite). Il conseille alors à l’ennemi d’Athènes d’accepter l’aide des satrapies perses de Lydie et Phrygie pour se bâtir une flotte et ainsi dépecer la Ligue, car sans ses alliés Athènes deviendrait vulnérable. Alcibiade a donc retrouvé son influence d’antan et on s’apprête à lui confier le commandement de quarante navires. Cependant, en 412, il doit fuir en toute hâte Sparte, car on lui reproche d’avoir ‘‘séduit’’ la femme du roi Agis ; le chemin de l’exil le sauve donc une nouvelle fois de la condamnation à mort.


    Buste d’Alcibiade

    3/ le ‘‘défenseur’’ de la cause athénienne face aux Perses
    Après quelques errances dans les cités ioniennes, Alcibiade parvient à se rapprocher du satrape de Lydie : Tissapherne, à Sardes. Il le persuade alors de suivre son plan : soutenir Athènes afin de maintenir le statu quo entre elle et sa rivale lacédémonienne, pour mieux triompher ensuite. Flatté, ce dernier prend celui qui a trahi Athènes puis Sparte comme conseiller et lui laisse la direction de la politique étrangère avec la cité d’Attique. Il se présente ainsi en 411 comme le médiateur entre une Athènes affaiblie qui peine à lutter face à Sparte – certaines cités de la Ligue commençant à lui faire défection – et le riche Empire Perse, dont l’or ferait plaisir aux finances athéniennes. Ainsi, Alcibiade prétend que si la démocratie est abandonnée, l’or perse sera offert à Athènes et les négociations bien que difficiles aboutissent à la restauration oligarchique du régime des Quatre Cents.


    Pièce de Lydie

    4/ le protecteur de la démocratie athénienne
    Ainsi, le jeune cousin de Périclès est à l’initiative du renversement de la démocratie. Cependant, la flotte athénienne établie à Samos demeure fidèle à la démocratie et Alcibiade ne peut prendre le risque de rentrer à Athènes, car il sait qu’un jugement l’y attend. Aussi, il se tourne alors vers les stratèges de la flotte : Thrasybule et Thrasyllos. Ceux-ci voient en lui l’homme capable de rétablir la démocratie à Athènes et lui font confiance ; à la tête de la flotte athénienne, Alcibiade parvient à remporter en 410 la victoire de Cyzique sur la flotte lacédémonienne. Pour les Athéniens, il est celui qui a rétabli l’approvisionnement en blé et il est réhabilité par les prêtres d’Eleusis. En 408 il est élu stratège et recouvre toute sa popularité ; cependant, il a en face de lui le navarque lacédémonien Lysandre et il n’est pas écouté par les autres stratèges : en 406 la flotte subit une lourde défaite avant d’être annihilée en 405 lors de la bataille d’Aigos Potamos. Alcibiade en est tenu pour responsable et certains Athéniens demandent l’exécution des dix stratèges ! Une nouvelle fois, c’est par l’exil qu’Alcibiade sauve sa peau…


    Buste de Périclès, symbole de la démocratie

    5/ l’exil en Phrygie
    Alcibiade se réfugie en Phrygie, chez le satrape Pharnabaze. Cependant, à Athènes les vainqueurs dictent leur loi au vaincus : la démocratie est renversée et le gouvernement des Trente est instauré, avec le soutien de Sparte. Ce gouvernement met alors en place un régime de terreur et cherche par tous les moyens à anéantir les démocrates. Aussi, craignant que depuis la Phrygie Alcibiade ne tente un retour triomphal à la tête des démocrates, les trente tyrans exigent sa mort à Lysandre. Sparte se souvenant bien de sa trahison, des assassins sont aussitôt envoyés pour le débusquer. Sa demeure est ainsi incendiée et, tandis qu’il cherche à s’enfuir, Alcibiade est finalement tué ; son corps est enseveli en Phrygie par sa maîtresse Timandra.

    Conclusion
    Alcibiade avait tout pour réussir. En effet, il est réputé pour sa beauté, ses talents d’orateur et poursuit la politique de Périclès. Pourtant, une simple affaire de sacrilège va faire basculer son existence et l’équilibre des forces entre les deux puissances grecques. En effet, il se révèle alors être un homme avec une ambition dévastatrice ; il est prêt à tout pour sauver sa peau, y compris à trahir sa cité. Il aurait pu être le sauveur d’Athènes et il est finalement celui qui finit de l’achever. Il meurt en exil, à quarante-six ans, après avoir rythmé une décennie par ses trahisons.

    __________________________________

    * Le personnage de Nicias est détaillé dans le sujet « Dossier : Nicias, un héros athénien méconnu ».

    ** culte ayant lieu dans la ville d’Eleusis en Attique et réservé aux initiés, la cité ne plaisante pas avec les sacrilèges religieux.

    Références bibliographiques :
    AMOURETTI Marie-Claire, RUZE Françoise. Le monde grec antique. Versailles : Hachette Supérieur, 2011, 352 pages. ISBN 978-2-01-146152-0
    POUGET Andrée. « ALCIBIADE (~450-~404) », in Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 1 janvier 2013. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/alcibiade%5B/size%5D

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Lui et Talleyrand beaucoup plus tard sont de sacrés phénomènes!
    Je me demande si l’expédition en Sicile aurait réussit s’il commandait.

  • Participant
    Posts434
    Member since: 25 novembre 2012

    Merci pour votre grand dossier 🙂

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    Je me demande si l’expédition en Sicile aurait réussit s’il commandait.

    C’est une question intéressante, mais je pense personnellement que cela n’aurait pas empêché le fiasco qui en a résulté. En effet, elle était trop ambitieuse et même si la fuite d’Alcibiade puis la mort de Lamachos ont eu un impact négatif sur le moral athénien, Nicias était intègre et donc soucieux de réussir, même s’il n’avait jamais souhaité l’expédition. Il s’est d’ailleurs sacrifié pour sa cité, là où Nicias a préféré la fuite – les motivations étant néanmoins différentes.
    D’ailleurs, Thucydide puis Plutarque reconnaissent tous deux que même si Nicias n’est pas le meilleur stratège pour mener à bien l’expédition, celle-ci était bien trop ambitieuse pour réussir. Enfin, peut être Alcibiade aurait-il pu parvenir a se sortir de ce bourbier, mais il n’aurait jamais pu réussir cette expédition.

  • Participant
    Posts3524
    Member since: 12 avril 2012

    En tout cas il devait quand même être un orateur extraordinaire pour parvenir à convaincre de lui faire confiance après toute ces trahisons.

  • Participant
    Posts5796
    Member since: 12 avril 2012

    C’est sûr qu’Alcibiade était un orateur hors du commun, un ancien disciple de Socrate et à bien des égards pour ses contemporains avant l’affaire de la mutilation des Hermès il est le digne successeur de Périclès. Son seul point faible étant qu’il aime les soirées bien arrosées comme on dirait aujourd’hui…

    Aussi, s’il préfère s’enfuir plutôt que d’affronter le jugement à Athènes en 415 on peu envisager qu’il ne soit pas tout à fait innocent : une fois ivre il peut très bien avoir parodié les mystères d’Eleusis. Ensuite, c’est un long cheminement semé de trahisons… Par ailleurs, il faut comprendre que c’est la situation périlleuse d’Athènes qui lui permet de revenir, car il reste un excellent stratège. Cependant, vu qu’entre temps il a doté Sparte d’une flotte et bien il ne parvient pas à sauver sa cité de la défaite finale.

  • Participant
    Posts3893
    Member since: 12 avril 2012

    Je dois dire que j’ai toujours de l’affection pour ce personnage, malgré tout ce qu’il a pu faire d’ordurier. C’était quand même un homme d’honneur envers lui-même, et au fond personne ne peut vraiment égaler son swag.

  • Participant
    Posts1957
    Member since: 12 avril 2012

    Tu as oublié de dire qu’il conseille à Sparte de faire un fort a Décélie, permettant d’entraver l’exploitation des mines du Laurion, de favoriser la fuite des esclaves athéniens et d’entraver les relations entre Athènes et l’Attique.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.