Post has published by Henri Dubret

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Henri Dubret, il y a 1 an et 3 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Participant
    Posts893
    Member since: 24 février 2015
    L’amitie de la Fontaine et de M.de Barillon ?

    Avant de commencer ce petit sujet, je vais malhereusement etre oblige de vous raconter ma vie :
    il se trouve que nous etudions en francais “Le pouvoir des fables” (1678) de Jean de La Fontaine, dedicacee a M.de Barillon, ambassadeur de la France de Louis XIV dans l’Angleterre de Jacques II.

    Voici le texte de la fameuse fable :

    “La qualité d’ambassadeur
    Peut-elle s’abaisser à des contes vulgaires?
    Vous puis-je offrir mes vers et leurs grâces légères?
    S’ils osent quelquefois prendre un air de grandeur,
    Seront-ils point traités par vous de téméraires?
    Vous avez bien d’autres affaires
    A démêler que les débats
    Du lapin et de la belette.
    Lisez-les, ne les lisez pas;
    Mais empêchez qu’on ne nous mette
    Toute l’Europe sur les bras.
    Que de mille endroits de le terre
    Il nous vienne des ennemis,
    J’y consens; mais que l’Angleterre
    Veuille que nos deux rois se lassent d’être amis,
    J’ai peine à digérer la chose.
    N’est-il point encor temps que Louis se repose?
    Quel autre Hercule enfin ne trouvait las
    De combattre cette hydre ? Et faut-il qu’elle oppose
    Une nouvelle tête aux efforts de son bras?
    Si votre esprit plein de souplesse,
    Par éloquence et par adresse,
    Peut adoucir les coeurs et détourner ce coup,
    Je vous sacrifierai cent moutons: c’est beaucoup
    Pour un habitant du Parnasse.
    Cependant faites moi la grâce
    De prendre en don ce peu d’encens;
    Prenez en gré mes voeux ardents,
    Et le récit en vers qu’ici je vous dédie.
    Son sujet vous convient, je n’en dirai pas plus:
    Sur les éloges que l’envie
    Doit avouer qui vous sont dus,
    Vous ne voulez pas qu’on appuie.
    Dans Athèneautrefois, peuple vain et léger,
    Un orateur , voyant sa patrie en danger,
    Courut à la tribune; et d’un art tyrannique,
    Voulant forcer les coeurs dans une république,
    Il parla fortement sur le commun salut.
    On ne l’écoutait pas. L’orateur recourut
    A ces figures violentes
    Qui savent exciter les âmes les plus lentes:
    Il fit parler les morts, tonna, dit ce qu’il put.
    Le vent emporta tout, personne ne s’émut;
    L’animal aux têtes frivoles,
    Etant fait à ces traits, ne daignait l’écouter;
    Tous regardaient ailleurs; il en vit s’arrêter
    A des combats d’enfants et point à ses paroles.
    Que fit le harangueur? Il prit un autre tour.
    « Céres , commença-t-il, faisait voyage un jour
    Avec l’anguille et l’hirondelle;
    Un fleuve les arrête, et l’anguille en nageant,
    Comme l’hirondelle en volant,
    Le traversa bientôt.» L’assemblée à l’instant
    Cria tout d’une voix: « Et Céres, que fit-elle?
    – Ce qu’elle fit? Un prompt courroux
    L’anima d’abord contre vous.
    Quoi? de contes d’enfants son peuple s’embarrasse!
    Et du péril qui la menace
    Lui seul entre les Grecs il néglige l’effet!
    Que ne demandez-vous ce que Philippe fait?»
    A ce reproche l’assemblée,
    Par l’apologue réveillée,
    Se donne entière à l’orateur:
    Un trait de fable en eut l’honneur.

    Nous sommes tous d’Athènes en ce point, et moi-même,
    Au moment que je fais cette moralité,
    Si Peau d’Ane m’était conté,
    J’y prendrais un plaisir extrême.
    Le monde est vieux, dit-on: je le crois; cependant
    Il le faut amuser encor comme un enfant”

    Or, il se trouve que j’ai demande a ma respectable professeure si La Fontaine et le sieur de Barillon etaient lies par une amitie particuliere.
    Je suis toujours celui qui pose le genre de questions auquel les profs ne savent pas repondre… et je suis toujours le “volontaire automatique” qui fait la recherche pour le lendemain… 🙂

    Et mon probleme est le suivant : impossible de trouver sur internet (car je n’ai pas le temps de me rendre dans une bibliotheque, en supposant qu’il y ait la l’ouvrage dont j’ai besoin, si tant est qu’il existe) la moindre information precise sur une amitie eventuelle entre les deux hommes.

    Bon, je ne vais pas vous balancer ma question comme ca, alors voila les quelques renseignements que j’ai pu trouver :

    “Du 15 mai 1677 à décembre 1688, il (M.de Barillon) est ambassadeur extraordinaire en Angleterre où il succède à Honoré Courtin. Il a pour mission de convaincre le roi Charles II de ne pas se joindre à la triple alliance (l’Espagne, l’Autriche et la Hollande) contre la France. Dans ces fonctions, il peut exploiter les confidences de Louise de Keroual, maîtresse du souverain britannique. À partir de 1681, il est conseiller d’État ordinaire.” (Wikipedia)

    (voici l’article) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_de_Barillon

    Apparemment, cette Triple Alliance n’aurait pas eu lieu telle qu’elle etait concue au depart. En effet, d’apres cet article Wikipedia, l’Espagne, l’Autriche et la Hollande ne purent s’allier : elle fut en revanche constituee en renouvellement de la Triple Alliance de La Haye de 1668 entre l’Angleterre, les Provinces-Unies et la Suede.

    En 1672, la guerre de Hollande eclate, mais le traite de la Haye ne tient pas car la France parvient a obtenir l’aide de l’Angleterre et de la Suede. S’ensuit le conflit ; il semblerait donc que M.de Barillon aie accompli cette premiere mission.

    http://www.linternaute.com/histoire/motcle/5417/a/1/1/triple_alliance_de_la_haye.shtml

    Mais la fable date de 1678, date du traite de Nimegue, et l’alliance franco-anglaise semble bancale. Finalement, la guerre de la Ligue d’Aubsbourg eclate en 1688, la France est isolee mais le roi d’Angleterre n’est plus Jacques II. Celui-ci regne toutefois jusqu’en 1688 : l’annee 1678 est-elle seulement marquee par une simple brouille entre les deux souverains que Barillon aurait su detruire ?

    (lien a propos du traite de Nimegue) :https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_Nim%C3%A8gue

    Enfin, je sais que La Fontaine et Barillon se sont recontres chez la salonniere Mme de la Sabliere, une bonne amie de La Fontaine, mais je ne suis pas parvenu a savoir si les deux hommes etaient de simples connaissances ou des amis.

    Quelques sites que j’ai consulte :

    http://www.lafontaine.net/lesFables/afficheFable.php?id=150

    https://crcv.revues.org/13390

    Je vous demande donc de m’eclairer sur les relations entre le fabuliste et M. de Barillon si par hasard vous ens avez quelque chose, ou sinon de m’apporter des precisions sur mon resume historique si j’ai commis des erreurs.

    Merci ! 🙂

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

You must be logged in to reply to this topic.

A password will be emailed to you.